Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22De la fabrique des cancres à l'in...L’intégration psychosociale des f...

De la fabrique des cancres à l'inclusion éducative

L’intégration psychosociale des femmes migrantes de l’Association des Femmes de Franc-Moisin (Saint Denis) par l’outil global du loto-santé

Sandra Chavarria

Résumés

L’Association des Femmes du Franc-Moisin (AFFM) est née en 1980. Son objectif principal est l’insertion sociale et professionnelle des femmes étrangères et de leur famille, dans le quartier de Saint-Denis et des villes limitrophes (Aubervilliers, La Courneuve...). Lors de mon année universitaire de première année de master, j’ai eu la possibilité de faire mon stage à la Maison de la Santé de Saint-Denis. J’ai choisi de travailler sur l’estime de soi chez les femmes migrantes. Après avoir terminé la rédaction de mon Mémoire, je savais qu’il resté encore de nombreuses données à explorer. De ce fait, pour mon année de Master II, j’ai voulu continuer mon stage avec elles dans la même institution, où j’ai élaboré, face à la pauvreté de leur situation, un outil global : « le loto santé ».

Haut de page

Texte intégral

L’être humain parle. Nous parlons éveillés ; nous parlons en rêve.
Nous parlons sans cesse, même quand nous ne proférons aucune parole, et que nous ne faisons qu’écouter ou lire ; nous parlons même si, n’écoutant plus vraiment, ni ne lisant,
nous nous adonnons à un travail, ou bien nous abandonnons à ne rien faire.
Constamment nous parlons, d’une manière ou d’une autre.
Nous parlons parce que parler nous est naturel...
C’est la parole qui rend l’homme capable d’être le vivant qu’il est en tant qu’homme.
L’homme est homme en tant qu’il est celui qui parle.
HEIDEGGER
Acheminement vers la parole

Le contexte : La Maison de la Santé de Saint-Denis

1La Maison de la Santé de Saint-Denis (Association 1901), a été créée en 2002. Située au centre de la ville de Saint-Denis, cette ville fait partie de la banlieue Nord de la capitale (Viellard-Baron, 2000). Avec une population avoisinant les 110 000 habitants, Saint-Denis reste la commune la plus peuplée de Seine-Saint-Denis devant Montreuil et Aulnay-sous-Bois. Elle est considérée comme une commune pauvre et sensible. Le principal objectif de la Maison de la Santé est celui de contribuer à la santé des dionysiens, en favorisant une dynamique partenariale de promotion de la santé. La Maison de la Santé entant qu’association liée à la santé, se charge de mettre en place des projets de prévention de la santé (Geeraert. 2017).
« Pour la Santé, je bouge dans mon quartier », est l’un de ces grands projets. Il se centre sur la promotion de l’Activité Physique avec des interventions auprès des maisons quartier, associations, écoles, entres autres. Ensuite, deux activités, « Le Bus Santé » et « Midi Santé », ont vu le jour depuis plusieurs années, et continuent toujours à fonctionner. Elles ont pour but de faire connaître aux professionnels de la santé ce que la commune de Saint-Denis propose en termes d’activité physique et santé en général (Ginioux & al., 2006).
Ainsi, les activités sont proposées prioritairement aux acteurs de la santé de Saint-Denis (professionnels libéraux, hospitaliers, municipaux, institutionnels, salariés et bénévoles associatifs) mais aussi aux habitants. Les interventions de La Maison de la Santé de Saint Denis s’étendent sur les quartiers Floréal / Allende Mutuelle, Joliot-Curie / Lamaze / Cosmonautes et Franc Moisin / Bel-Air / Stade de France1.
De ce fait, dans le cadre de mon stage à la Maison de la Santé, j’ai eu la possibilité de rencontrer l’Association des Femmes de Franc-Moisin. Cette association (AFFM) est née en 1980. Son objectif principal est l’insertion sociale et professionnelle des femmes étrangères et de leur famille, dans le quartier de Saint-Denis et des villes limitrophes (Aubervilliers, La Courneuve...). Pour atteindre cet objectif, une série d’activités s’est mise en place afin de permettre aux femmes d’aller vers une autonomie et une émancipation (Guenif, 2012). Cela se passe en priorité pour l’apprentissage linguistique du français, car la maîtrise de langue est considérée comme le premier facteur d’intégration sociale.
Le quartier de Franc-Moisin, où est place cette association, se compose d’un grand ensemble de logements sociaux construits à la fin des années 1960 pour remplacer le bidonville (David, 2010) du même nom. Il présente les caractéristiques classiques des zones urbaines sensibles : le pourcentage des jeunes de moins de 20 ans (Loncle, 2011), le nombre d’étrangers, de non-diplômés ou encore le taux de chômage, le taux de Chômage de Saint Denis est actuellement de 7.20 % de la population active, sont supérieurs à la moyenne de la ville, et plus encore à la moyenne régionale (Selod, Gobillon, 2007). Le quartier de Franc-Moisin et ses voisins (Bel-Air, Allende, Floréal et la Saussaie) sont classés en Zone urbaine sensible.
C’est dans ce contexte que j’ai commencé mes recherches pour la rédaction de mes mémoires de Master I et II sans prévoir que cela abouterait à la création d’un outil qui a permis au groupe de femmes de mes recherches de pouvoir s’exprimer

Le Loto Santé

  • 2 Mois pendant lequel la communauté musulmane fait un jeûne

2Lorsqu’une personne n’arrive pas à s’exprimer, cela signifie que quelque chose se passe pour cette personne. Cependant, l’on peut créer les moyens de l’aider à y parvenir en trouvant des moments propices pour partager ses envies, ses désirs, ses peurs, etc. C’est ce que mon expérience m’a démontré lors de ma pratique à L’Association des Femmes de Franc-Moisin à Saint Denis avec un groupe de femmes d’origine maghrébine. Le « Loto Santé », outil que j’ai créé avec l’objectif de donner la parole à ces femmes, leur a permis d’exprimer ses ressentis.
Cet outil, qui me semblait original, est né du besoin de palier à la situation que j’avais rencontré lors de ma recherche de Master II en Santé Psycho-Sociale par le Sport. En effet, je m’étais intéressée aux bienfaits de l’Activité Physique sur l’Estime de Soi chez des femmes vivant dans des quartiers prioritaires. Cependant, ce travail n’avait pas comme seule source mes recherches menées cette année-là. Au contraire, cela était le résultat d’un long cheminement qui a commencé en Argentine, mon pays d’origine. En effet dans le cadre de mes études pour devenir Professeur d’Activité Physique et Sportive, j’ai eu l’opportunité de faire un stage en partenariat entre le Gouvernement argentin et mon université.
Le programme, appelé Activité Physique en Famille, organisait des activités récréatives pour tous les membres de la famille au sein de plusieurs quartiers défavorisés, surtout dans des bidonvilles (Laure, Bordas, Decrion, 2007). J’ai commencé à travailler avec des enfants et très rapidement je me suis intéressée au travail avec les femmes. Au fur et à mesure que je rencontrais les femmes, je me suis rendue compte que la plupart d’entre elles était en conflit avec son estime de soi, et qu’elles venaient pour faire une activité physique mais aussi pour avoir une compagnie, pour avoir quelqu’un proche d’elles.
L’étude que j’ai menée pour mon Mémoire de Master II, s’intéressait à l’estime de soi chez les femmes vivant dans des quartiers prioritaires (Bourdelais, 2005). Elle a été mise en place à l’Association des Femmes de Franc-Moisin à Saint Denis, avec un groupe de femmes arabophones qui suivaient des cours d’alphabétisation de la langue française, d’une moyenne d’âge de 30 ans, mariées, ayant des enfants. La plupart de ces femmes ne pratiquaient pas régulièrement une activité physique.
Pendant toute la durée des séances auprès des femmes, j’ai mis en place plusieurs ateliers ayant chacun une thématique différente. Les voici : « L’activité physique avec nos moyennes de bords », « Mon rêve dans un ballon », « Loto Santé » entres autres. Pour ma recherche, j’avais pu me servir des résultats obtenus dans chaque atelier. Cependant, j’aimerais m’arrêter plus précisément sur « Le Loto Santé ».
L’idée du « Loto Santé » a pris sa forme lors de la période du Ramadan2. Pendant ce mois-là, les femmes qui le faisaient évitaient au maximum les dépenses d’énergie. Mon idée était de continuer à travailler avec elles, même sans bouger, sur l’Activité Physique mais dans son versant ludique, car les bienfaits du jeu agissent sur le plan physique et physiologique et peuvent modifier plusieurs aspects chez une personne. Puisque le jeu (Marcelli, 2013) c’est une maniéré de faire de l’Activité Physique, je me suis concentrée sur les bienfaits du jeu et de rire. Les adultes ont aussi besoin de jouer, car loin d’être une régression ou de l’infantilisme, c’est plutôt un besoin fondamental pour la santé mentale et la créativité. Si on ne joue pas, l’esprit se mécanise, les émotions s’assèchent. Or, le jeu est une véritable source d’énergie, d’émotions positives.

Loto Santé, Description du jeu

3Le Loto Sante est un jeu pensé destiné à travailler autour de thèmes tels que l’activité physique, l’estime de soi et le bien-être. Ce jeu propose un espace de partage et de prise de parole afin que les participants puissent s’exprimer, échanger des idées ou/et se mettre à la place de l’autre. Le Loto Santé, permet aussi de développer les liens intergénérationnels.
Il revient au « meneur du jeu » de pouvoir user de créativité afin de transformer ce jeu en temps de parole.
Deux thématiquesont été pensées pour ce loto. Les voici :
- Activité Physique
- Estime de Soi et bien être

Objectifs

4- Partager un moment de jeu en groupe
- Bénéficier des bienfaits du jeu
- Travailler autour des différents sujets proposés
- Proposer un espace de réflexion et de débat
- Créer une ambiance de confiance où tous peuvent s’exprimer

Matériel pour jouer

5- Des cartons. Ils sont composés de 18 phrases/mots répartis sur l’ensemble du carton.
- Un sac de jetons sur lesquels sont inscrits les phrases/mots des cartons.
- Des feutres pour entourer les phases/mots
- Ce jeu nécessite un minimum de 2 joueurs
- Une fiche de démarque pour compter les points

Comment jouer ?

6Pour commencer le jeu, chaque participant choisit le même nombre de cartons. L’un des joueurs doit alors prendre la place de « meneur du jeu ». Il prend l’un des jetons du sac et annonce la phrase/mot qui est inscrit dessus. Ensuite, il pose le jeton sur la fiche de démarque. Tous les joueurs regardent alors sur leurs cartons si la phrase/mot pioché s’y trouve. Si cela est le cas, le joueur doit entourer la phase/mot de son carton. Puis, l’on recommence la séquence.

Comment gagner le jeu ?

7Le premier joueur ayant complété l’intégralité de l’un de ses cartons dira à voix haute « j’ai gagné ». Après vérification des phrases/mots tirés, le joueur est considéré comme le gagnant.

Mise en place du Loto Santé 1° Séance

8Le « Loto Santé » a été mis en place pour la première fois à l’Association des Femmes de Franc Moisin auprès de mon groupe d’étude. Ce groupe prenait aussi des cours de français dans la même association. A cet effet, la directrice m’a permis de prendre la moitié de l’heure pour pouvoir mettre en place ce jeu. Comme je l’ai déjà mentionné plus haut, j’ai créé cet outil afin de pouvoir, même pendant le mois de ramadan, continuer à parler des bienfaits de l’activité physique.
Les participantes arrivaient les unes après les autres, et grand a été leur étonnement lorsqu’elles m’ont vu dans la salle. En effet, elles n’avaient pas été prévenues et m’associaient à l’atelier activité physique, atelier que ce mois-là, elles ne pouvaient pas réaliser.
Je leur ai alors présenté le jeu. La consigne a été la suivante : « La première qui remplit tout le carton, est celle qui gagne ». Dès le départ, j’ai pris le rôle de « meneur du jeu ». Je prenais les jetons et disais à haute voix les phrases/mot, mais une fois qu’elles ont eu compris la logique du jeu, j’ai proposé ma place à celle qui la souhaitait. Toutes se sont portées volontaires, sauf une. J’ai donné alors le sac avec les jetons à la nouvelle meneuse et puis chacune à tour de rôle a pris le relais. Ainsi dès la première partie toutes ont eu le rôle de meneur, le sac faisant le tour de la table.
De temps en temps, lorsque je tombais sur un jeton qui me semblait davantage intéressant pour ce contexte-là, je leur demandais ce que cela voulait dire. Pour la plupart des phrases, les participantes comprenaient la signification mais ne pouvaient pas les expliquer. Je leur expliquais alors avec mes mots. Cela arrivait qu’elles ne comprennent toujours pas, nous utilisions alors une applicationsur ma tablette pour une traduction en arabe. J’ai remarqué que le fait de pouvoir réellement comprendre la signification de chaque phrase/mot dans leur langue, leur faisait vraiment plaisir. C’est ainsi qu’elles ont fini par me demander volontiers la tablette pour pouvoir m’expliquer ce qu’elles ressentaient de manière plus fluide. Ce jeu s’est ainsi prêté à de grands moments de débats.
Le jeu terminé, nous avions encore du temps. J’ai alors ajouté des variantes au jeu initial afin de continuer à discuter autour des sujets traités.
La première variante avait comme consigne de choisir sur leur carton des mots/phrases qui pour elles représentaient le mieux ce qu’est l’activité physique / que se passe-t-il lorsqu’on fait l’activité physique. Voici les phrases/mots choisis, chacune à tour de rôle a choisi un mot différent :
- Être heureuse
- Jouer en famille
- Monter les escaliers
- Marcher ensemble
- Marcher
- Bouger
- Bien pour la santé
Je voudrais dire que sur le carton, d’autres phrases/mots étaient inscrits tels que « courbatures », « mal partout », et encore d’autres qui pourraient avoir une signification moins enthousiaste. Cependant, ces dames n’ont pas choisi ceux-là.

9La deuxième variante consistait à prendre trois jetons au hasard afin de former une phrase avec. Voici quelques phrases ressorties du jeu :
- Mme A : Marcher c’est bien pour la santé
- Mme B : Je monte les escaliers et je ris un peu plus pour me sentir bien
- Mme C : Je m’occupe de moi pour être heureuse. Je suis fière de moi
- Mme D : Je suis contente parce que je prends du temps pour moi, et je passe une bonne journée
- Mme E : Je me promène et je profite chaque jour en famille.

10Cela se passait entre rires et blagues. Elles parlaient en arabe en faisant attention à ne pas oublier de me traduire ces phrases. Je les ai remerciées de leur participation. Nous avions pu rester dans l’ambiance de l’activité physique, même dans une période où cela s’y prêtait moins bien.
Le jeu était donc fini. Nous avions eu aussi une « gagnante ». Cependant, ces dames continuaient à parler, me faisant participer à leur discussion sur les bienfaits de l’activité physique par rapport à la santé corporelle et mentale, en identifiant leur besoin et en partageant leurs envies avec le groupe, chacune à tour de rôle. A leur tour, elles m’ont aussi remercié pour cette séance.

Résultats du Loto Santé

11Ce travail a traité sur l’estime de soi mais également sur les mécanismes qui permettent de la favoriser : le rire, l’expression des ressentis, le partage. Le Loto Santé a aidé les femmes à prendre la parole et elles ont pu se l’approprier. Les bienfaits de rire, de jouer, de s’exprimer ont été au centre du groupe mais mon intention était donc d’observer comment ceux-ci prenaient corps chez les femmes de l’Association de femmes de Franc-Moisin, et comment au moment où les femmes commençaient à se libérer et à pouvoir s’exprimer, l’estime de soi des femmes empruntait une connotation positive. Pendant la séance du Loto Santé elles poissaient des questions et se répondaient elles-mêmes, en réfléchissant. Je voudrais citer l’exemple d’une participante qu’à chaque atelier répétait la même phrase « laisse tomber ! maintenant je vais prendre un temps pour moi ! » comme si soudain, elle s’était réveillée et voulait rattraper le temps perdu...
J’ai travaillé avec ce groupe sur l’importance de pouvoir s’exprimer. L’importance de faire attention à soi-même, de prendre soin de soi. Une des femmes a manifesté : « Quand les enfants sont petits, ils ont besoin de nous tout le temps, mais une fois qu’ils ont grandi, tout change ». Elle est restée dans ses pensées un bon moment, et puis elle a ajouté : « c’est vrai, il faut penser à nous aussi ». Que voulait-elle nous dire ? Qu’a-t-elle pensé à ce moment-là ? Nous avons changé de discussion assez rapidement et je n’ai pas pu revenir sur ses paroles.
L’estime de soi va de pair avec la confiance en soi. Comme signe d’un début de confiance en elles, les femmes ont pris la parole sans une maîtrise entière de la langue, mais cherchant et trouvant les moyens pour dire ce qu’elles avaient besoin de dire. Des femmes avec des réalités toutes un peu similaires, venant pour la plupart du même pays, apprenant le français, faisant beaucoup d’efforts pour venir aux cours. Un de personnes travaillant à l’association a dit : « parfois elles sont très préoccupées par des problèmes et n’arrivent pas à suivre le cours ». Cependant, ce groupe de femmes a pu commencer à pouvoir se poser des questions à prendre conscience de leurs réalités et vécus.
Je manque de mots, j’en ai souvent manqué tout au long de ce travail, pour exprimer la joie de ces femmes, si contentes de pouvoir jouer.

Conclusion

12J’ai constaté que l’estime de soi pouvait être travaillée à travers le jeu. J’ai choisi cet outil de travail car j’étais convaincue des bienfaits du jeu. Cela dit, aurais-je eu le même résultat si j’avais utilisé un autre outil ? Auraient-elles agi de la même façon ? Auraient-elles parlé comme elles l’ont fait ? Le fait est que mon choix a été bien ciblé, ce groupe avait besoin de cette manière de travailler. Une des encadrantes de l’association a remarqué qu’après chaque séance, les participantes semblaient plus épanouies. Je lui ai expliqué que j’appréciais le jeu comme outil de travail, car à travers celui-ci il y a possibilité de s’exprimer sans barrières.
Tout ce que ces femmes ont pu dire d’elles-mêmes, a été dit dans un espace. Un espace créé à travers la relation. J’avais emprunté 30 minutes au cours de français pour pouvoir mettre en place mes séances. Des séances avec de femmes qui maîtrisaient peu le français et moi, dont ma langue maternelle n’est pas non plus le français. Grand défi ! Cependant, nous avons réussi à travailler dans un espace qui ne nous était pas donné d’emblée mais qui a dû se construire au fur et à mesure, et dans la relation. C’est dans cet espace que les femmes ont pu s’exprimer. Je pense qu’elles commenceront des nouvelles étapes : « parler », « prendre du temps pour elles », « se valoriser », etc. Car l’estime de soi, c’est cela, c’est prendre soin de soi...

Haut de page

Bibliographie

André, Ch., Lelord, F. (1999). L’Estime de Soi -S’aimer pour mieux vivre avec les autres. Paris : Odile Jacob.

Bourdelais, P. (2005). Qu’est-ce que la vulnérabilité ? « Un petit coup renverse aussitôt la personne » (Süssmilch). Annales de démographie historique, 2005/2.

David, C. (2010). La résorption des bidonvilles de Saint-Denis. Politique urbaine et redéfinition de la place des immigrants dans la ville (années 1960-1970), Histoire urbaine, 1/27, 21-142.

Geeraert. J. (2017). La question sociale en santé : L’hôpital public et l’accès aux soins des personnes en marge du système de santé en France à l’aube du XXe siècle. Sociologie. Université Sorbonne Paris Cité.

Ginioux C., Grousset J., Mestari S., Ruiz F.M.M. (2006). Prévalence de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent scolarisés en Seine Saint-Denis, Santé publique, 3/18, 389-400.

Guenif, R.H. (2012). Insertion professionnelle et sociale et projets de vie des femmes migrantes en Seine Saint-Denis. Thèse Sociologie Université de Paris 8.

Laure, P., Bordas, S., Decrion, J. (2007). Cap oxygène : vers le souci de soi ». Une action de promotion de la santé par l’activité physique auprès de personnes en situation de précarité. Santé Publique, vol. 19, 525-533.

Loncle P. (2011). La jeunesse au local : sociologie des systèmes locaux d’action publique, Sociologie, 2/2, 129-147.

« Féminisme et vulnérabilité. Introduction », Cahiers du Genre, 2015/1, 58, 5-19.

Marcelli, D. (2013). Les bienfaits du jeu. L’école des parents, 60, 3-3.

Organisation Mondiale de la Santé. http://www.who.int/fr/news-room/fact- sheets/detail/physical-activity

Selod H., Gobillon L., 2007, Les déterminants locaux du chômage en région parisienne, Économie & prévision, 180-181, 19-38.

Solal, J.-F. (2007). La parole, c’est la cure. Revue française de psychanalyse, 71, 1679-1687.

Viellard-Baron H. (2000). Quartiers « sensibles » et politique de la ville : bilan d’une recherche. Espace géographique, tome 29, 3, 237-25.

Winnicott, D. W. (2015). Notes sur le jeu. Journal de la psychanalyse de l’enfant, vol. 5, 37-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Chavarria, « L’intégration psychosociale des femmes migrantes de l’Association des Femmes de Franc-Moisin (Saint Denis) par l’outil global du loto-santé », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11296

Haut de page

Auteur

Sandra Chavarria

Maison de la Santé de Saint-Denis
Master SP2S Université de Paris-Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search