Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations23Les représentations post-apocalyp...

Les représentations post-apocalyptiques de l’Anthropocène
Imaginaires du désastre

Nadine Boudou

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer en quoi la crise écologique en étant objet de fiction peut être mise au service d’une éducation à l’Anthropocène. En décrivant l’effondrement menant à l’extinction de l’humanité, la fiction post-apocalyptique rend compte de la destruction d’un monde commun. Elle fait apparaître le caractère insoutenable de notre modèle de développement basé sur la surexploitation des ressources naturelle en mettant en relation les crises écologiques, climatiques, sanitaires et économiques. Le cinéma post-apocalyptique parvient à synthétiser des craintes communes face à un monde hanté par les successions de catastrophes qui ont émaillé le cours de son histoire récente et qui influencent, au présent, notre perception de l’avenir. Sur cette base nous nous attacherons à montrer que le cinéma post-apocalyptique, tout en donnant forme aux imaginaires du désastre, peut contribuer par sa vision délibérément sombre et désespérée du monde de demain à alerter et faire réagir positivement le public. La fascination que procure le spectacle horrifique et hallucinatoire de l’effondrement du monde peut susciter, aussi, l’espoir de son renouvellement.

Haut de page

Texte intégral

1L’Anthropocène renvoie à une nouvelle période géologique caractérisée par nos activités et notre modèle de développement ayant un impact à l’échelle planétaire. Les déséquilibres qui en résultent pourraient avoir des conséquences irréversibles mettant en péril notre avenir. Pour illustrer cet état de fait nous nous appuierons sur quelques films post-apocalyptiques ayant pour point commun d’imaginer le devenir de la Terre et de l’humanité après l’effondrement de la civilisation. Dans ces fictions, la Terre ayant perdu son caractère d’habitabilité, l’humanité est privée des systèmes de protection et d’organisation qui encadraient et régulaient ses activités. Ces récits peuvent, par contre, se différencier sur les causes de la catastrophe : guerre nucléaire, pollution, destruction de la biodiversité, pandémie, changement climatique. Malgré ces singularités, les films post-apocalyptiques obéissent à un même schéma directeur qui donne à ce sous-genre de la science-fiction son homogénéité. Cela nous permettra d’établir un lien entre ce qui nous est donné à voir à l’écran et les nombreuses analyses de l’Anthropocène décrivant notre avenir commun.
Jean-Pierre Esquenazi dit de la fiction, qu’elle peut être comprise comme « une paraphrase de notre propre monde » (Esquenazi, 2009, p. 8). L’identification métaphorique que ces fictions rendent possible est due à leur pouvoir de référence. Elles ont retenu notre attention car une résonance s’établit entre ce qu’elles nous donnent à voir, l’effondrement de la civilisation, et la catastrophe à venir que nous prédisent de nombreuses analyses. Les représentations que ces fictions véhiculent sollicitent des opérations cognitives c’est-à-dire de mise en relation entre ce qui nous est montré et ce dont nous faisons l’expérience. Selon Pierre-Henri Castel, la fiction post-apocalyptique ne recule pas devant la « possibilité du pire ». Elle peut le faire « sur le mode allégorique, avec la figure du zombie » (Castel, 2018, p. 186). Grâce à la structure narrative de ces récits nous faisons l’expérience collective d’un événement qui s’il nous paraît encore inconcevable, comme la fin d’un monde, parvient à devenir concevable.
Nous montrerons d’abord sur la base d’un corpus de films post-apocalyptiques ce qui, dans ces histoires, rentre en résonance avec ce qui est en germe dans notre propre monde. Nous verrons ensuite que ces fictions, en se focalisant sur des faits saillants tels que les rapports de violence et de domination qui opposent les survivants entre eux, donnent à voir le pire des mondes possibles. Nous montrerons alors que l’ensemble de ces films témoigne de la société du risque à laquelle nous appartenons tous et qui ne connaît pas de frontières. Ce qui nous permettra d’insister sur l’attente d’un changement que ces films, en se focalisant sur une violence inéluctable qu’entraînerait une catastrophe globale, peuvent faire naître. La peur qu’entretient l’anticipation du désastre peut orienter notre action afin d’éviter le pire que ces fictions nous décrivent.

L’Anthropocène au miroir du monde post-apocalyptique

2Plutôt que d’envisager l’avant ou le moment de la catastrophe, la fiction post-apocalyptique représente le monde de l’après catastrophe. Ầ la différence des films catastrophe tels que Deep Impact (M. Lander, 1998) ou Independence Day (R. Emmerich, 1996), Le jour d’après (Emmerich, 2004) et 2012 (Emmerich, 2009), le genre post-apocalyptique ne s’attarde pas sur la cause de l’effondrement mais se focalise sur ses conséquences. La perte du caractère d’habitabilité de la Terre, son caractère invivable et sa désertification contribuent à créer une atmosphère de fin du monde. Celle-ci est entretenue par les paysages de villes en ruines comme dans 28 jours plus tard (D. Boyle, 2003), La Route (J. Hilcoat, 2009) et amplifiée par le silence de grands ensembles urbains comme dans Je suis une légende (F. Lawrence, 2007) ou Wall-E (A. Stanton, 2008). Dans cet univers de désolation et de délaissement les personnages qui y évoluent n’ont pour seules ressources que celles qu’ils arrivent à extraire des décombres et des vestiges de l’ancien monde.
Après avoir connu l’abondance, les survivants font brutalement l’expérience de la pénurie dont ils pressentent qu’elle ne sera pas provisoire comme dans Mad Max (G. Miller, 1979-2015), 28 jours plus tard, La Route ou dans les huit saisons de la série télévisée The Walking Dead (R. Kirkman, 2011-2020). Le caractère extrême de cette situation accentue le décalage avec notre propre monde dans lequel il est possible de profiter encore, mais pas pour tous, des biens que nos sociétés produisent. Dominique Bourg anticipe en ces termes les conséquences de cette situation sur nos démocraties qui « pourraient en effet être emportées par la multiplication des catastrophes et des pénuries » (Bourg, 2017, p. 22). Dans Je suis une légende, la fin du film laisse présager un retour à l’ordre liberticide. La désertification du monde due à l’impact de nos activités sur les écosystèmes terrestres qui apparaît de manière récurrente dans ces fictions peut servir de métaphore aux conséquences du dérèglement global. Celui-ci serait responsable d’un haut niveau de pollution, du changement climatique et de la destruction de la biodiversité pouvant compromettre notre avenir.
L’effondrement du monde civilisé est dû dans ces films à : - une guerre nucléaire comme dans Le secret de la planète des singes (T. Post, 1970), Terminator (J. Cameron, 1984), La Route, - des taux de pollution de plus en plus élevés rendant la vie sur terre insupportable comme dans Soleil Vert (Fleischer, 1974), Blade Runner (R. Scott, 1982), compromise comme dans Interstellar (C. Nolan, 2014), voire impossible comme dans Wall-E, - un changement climatique qui entraîne sècheresse ou inondations comme dans Waterworld (K. Reynolds, 1995), Le jour d’après, Interstellar, Mad Max : Fury Road, - des manipulations sur le vivant comme dans La Planète des singes : Les Origines (R. Wyatt, 2011), 28 jours plus tard, Terminator, Je suis une légende, donnant forme à des êtres monstrueux.
La pénurie en ressources alimentaires, en eau ou en énergie qui sévit dans le monde post-apocalyptique renvoie, par analogie, aux risques que nous font courir dans un contexte d’innovations illimitées la surexploitation des ressources naturelles, leur surconsommation et leur gaspillage. Si l’arme nucléaire a entretenu durant la Guerre froide une inquiétude majeure que des films comme Soleil Vert, La planète des singes, Le survivant (B. Segal, 1971) ont pu exprimer, aujourd’hui la peur de franchir certaines limites en est une nouvelle. La notion de limites planétaires élaborée par Johan Rockström et Will Steffer concerne, comme le dit Dominique Bourg, « une série de seuils physiques dans le fonctionnement global du système-Terre, qu’il conviendrait de ne pas franchir pour préserver les conditions favorables à l’épanouissement de l’humanité qui ont prévalu durant les 12 000 dernières années » (Bourg., p. 68). Or, selon Valérie Cabanes, « quatre de ces limites ont déjà été atteintes ou sont même dépassées : le changement climatique, la perte de l’intégrité de la biosphère, le changement d’usage des sols et la modification des cycles biogéochimiques (phosphore et azote) » (Cabanes, 2017, p. 45).
L’Anthropocène donne une grille de lecture permettant d’envisager l’avenir d’un monde ayant atteint un niveau de saturation maximum. Cela se manifeste à l’écran par une déconstruction de l’idée de progrès dès lors que celui-ci se met au service exclusif d’une croissance illimitée au détriment de la préservation des équilibres naturels. Dans Avatar (2009), James Cameron exploite ce thème en décrivant l’agression que fait subir une compagnie terrienne à la planète Pandora et à ses habitants, les Na’vis. Le but de cette compagnie est d’exploiter un minerai rare, l’unobtanium, pour tenter de résoudre la crise énergétique qui sévit sur une Terre épuisée. Dans Wall-E, la pollution due à une accumulation de déchets a poussé ce qu’il reste de l’humanité à déserter la Terre. Les vaisseaux dans lesquels les Terriens ont trouvé refuge et dans lesquels ils végètent, sont contrôlés par une intelligence artificielle qui les prive de l’exercice de leur libre arbitre.
Les représentations cinématographiques d’une humanité en état de précarité servent de métaphore à l’Anthropocène menant aux dysfonctionnements de notre monde faisant éclore des masses de déplacés, des flux de réfugiés et de migrants. Jean-Michel Valantin résume ainsi cette situation :

« Or de plus en plus souvent, ces flux résultent de la rencontre entre les situations de guerre, civile ou internationale, et celles d’effondrement social et environnemental, et sont autant de signaux de l’accélération de la crise socioplanétaire contemporaine » (Valantin, 2017, p. 225).

3Noam Chomsky s’interroge sur les conditions de possibilité d’un tel monde et écrit : « Nous nous dirigeons les yeux grands ouverts, vers un monde dans lequel nos petits-enfants ne pourront peut-être même pas survivre » (Chomsky, 2017, p. 122). Ce monde hostile et inhospitalier dans lequel aucun espoir n’est permis est celui-là même qu’explore, de manière dramatique et horrifique, la fiction post-apocalyptique. Nos sociétés saturées de catastrophes, passées ou présentes, font craindre le pire pour l’avenir car comme le remarque Ulrich Beck, « la conscience que l’on a du risque ne se situe pas dans le présent, mais essentiellement dans l’avenir » (Beck, 2001, p. 61). La mise en récit de l’après catastrophe est révélatrice de cette peur de l’avenir face à une situation qui risque de devenir incontrôlable. La conscience d’un seuil que nous serions en voie de franchir est représentée dans tous ces films, sous la forme d’un basculement irréversible.

Un monde en sursis

4Les ruines forment le cadre imaginaire mais normatif du cinéma post-apocalyptique, d’un monde transformé en ghetto mondial et illustrent ce que Ulrich Beck appelle « la société du risque globalisé » (Beck, 2003, p. 28). L’emprise de la nature sur l’ensemble de nos créations devenues obsolètes, est un moyen de figurer la synergie de toutes les crises ayant condamné notre monde. Les survivants évoluent dans un paysage dévasté, dont l’état de délabrement est comparable à ce que Mike Davis qualifie de « bidonville global ». Si la ville en ruine appartient à l’esthétique post-apocalyptique elle a, dans la réalité, l’aspect sordide du taudis dans lequel l’extrême misère génère une violence radicale. Mike Davis s’interroge sur la forme de violence pouvant en découler, « à mesure qu’un nombre toujours plus grand de pauvres continue à se battre pour les mêmes miettes informelles » (Davis, 2006, p. 207). La fiction post-apocalyptique peut éduquer notre regard et éveiller nos consciences en nous confrontant visuellement, comme dans Soleil Vert ou dans La Route, aux conséquences extrêmes d’une catastrophe planétaire. 
Le manque du strict nécessaire dont souffrent les survivants en transforme quelques-uns en barbares qui réduisent en esclavage, torturent ou tuent ceux qu’ils mettent à leur service. Dans Land of the Dead (2005), George A. Romero décrit un monde dans lequel les zombies sont en en voie de dominer la Terre. Seul un groupe d’humains tente de survivre dans ce qu’il reste d’une grande ville fortifiée. Celle-ci est dirigée par un dictateur, Kaufman, qui contrôle les moyens de subsistance pendant que le reste de la population vit dans des conditions misérables. Dans La Route ou dans The Day (D. Aamiokoski, 2012), les survivants ne cessent de fuir et de se protéger face à des bandes armées qui capturent des humains, comme de simples proies, dans le but de les consommer. Dans The Walking Dead, le groupe de survivants, en plus des zombies, rencontre aussi des cannibales mais également des chefs de clan, comme Le Gouverneur ou Le Sauveur. Ces derniers s’avèrent encore plus dangereux et inhumains que les zombies qui infectent la surface de la Terre. Dans Mad Max : Fury Road (2015), George Miller décrit un monde ravagé après le déclenchement de guerres chimiques et nucléaires dans un contexte de changement climatique. Du haut de sa citadelle, Immortan Joe, le chef tyrannique d’une communauté installée sur un territoire désertique contrôle l’alimentation en eau et s’approprie le peu de ressources disponibles. Ces groupes mafieux ne se sentent en sécurité que derrière des murs, des clôtures, des enceintes fortifiées qu’ils doivent protéger, jour et nuit, contre toute forme d’intrusion. Ce qui n’est pas tenable sur le long terme. La pénurie et l’insécurité proviennent de causes multiples mais mènent à un mode d’organisation des sociétés qui ne s’appuie pas sur des bases d’égalité et de liberté pour tous. La cruauté et l’ensauvagement dont ces êtres font preuve entrent en résonance avec les propos de Laurent Testot lorsqu’il écrit :

« Nous nous construisons un futur dans lequel les pays riches devront s’isoler derrière des murs de plus en plus inhumains de technologie, intervenir avec toujours plus de violence pour préserver leurs ressources et leurs intérêts » (Testot, 2017, p. 420).

5La fiction post-apocalyptique imagine et figure ce qui peut advenir de notre humanité lorsque le seuil de soutenabilité est dépassé. Elle décrit des groupes d’humains en déroute, sans repères, livrés à l’inhumanité de quelques-uns d’entre eux. Au sujet de Survival of the Dead réalisé en 2009, George A. Romero justifie son pessimisme, commun à chacun de ses films, en expliquant que « tous les protagonistes du film préfèrent s’entre-tuer plutôt qu’éliminer leur ennemi commun ». Ce qui « réduit à néant l’illusion d’un ensemble soudé, solidaire » (Toullec, 2019, p. 136). Le fait d’atteindre un tel niveau de déshumanisation que des films comme Land of the Dead (Romero, 2005), Le Livre d’Eli (Hughes, 2010), Mad Max Fury Road, La Route ou The Walking Dead développent fait ressortir la dangerosité du monde actuel. Il remplirait, selon les fictions post-apocalyptiques, les conditions de son autodestruction. Pour Alain Musset :

« Cette société, dont le hideux visage se reflète dans le miroir de l’apocalypse est, pour l’essentiel, issue de la révolution industrielle. C’est celle d’un capitalisme prédateur qui, depuis l’Europe est les États-Unis, a étendu son emprise sur l’ensemble de la planète, imposant ses règles, ses normes et ses pratiques à presque toutes les nations » (Musset, 2012, p. 300).

6Selon ces films, dès lors que les conditions de durabilité des sociétés ne sont plus assurées, les systèmes édifiés par l’homme au cours du temps sont fragilisés. Des groupes de survivants comme dans La Route gardent pourtant, en mémoire, l’héritage légué par la civilisation. Le père tente de transmettre à son fils ce feu, cette lumière que chacun porte en soi, faisant de la bonté et de son exercice le fondement même de la culture et de sa préservation. Ces valeurs à préserver dépendraient selon Roland Gori, de « la foi, au sens étymologique de "se fier" au pouvoir de la parole et de l’esprit, pour extraire des événements fugitifs, contingents et transitoires du monde, l’éternelle figure d’une humanité » (Gori, 2017, p. 66). Ce qui laisse à penser qu’un autre mode de gestion des sociétés, basé sur la solidarité et l’égalité de tous, pourrait nous éviter le processus d’effondrement que ces fictions décrivent. La barbarie dont certains font preuve peut servir de contre-modèle et éveiller le désir de rompre avec l’idéologie de la puissance et de la croissance menant à l’exploitation des hommes et de la nature.

La dévoration du monde

7Dans ces fictions, la désintégration des sociétés entretient un climat global d’insécurité auquel les héros sont confrontés. En plus des dangers imminents que sont la faim et la soif, la barbarie de certains de leurs semblables ou la monstruosité des zombies et des machines, les groupes de survivants doivent se protéger d’un environnement toxique. Dans Day of the Dead (G A. Romero, 1985), 28 jours plus tard, Je suis une légende, The Walking Dead ou 10 Cloverfield Lane (D. Trachtenberg, 2016), l’atmosphère anxiogène due au temps suspendu dans lequel le monde semble figé, se double d’une dangerosité liée au potentiel de contamination dont elle est chargée. Dans 10 Cloverfield Lane, après une guerre et une pandémie, le survivaliste préfère rester terré dans son bunker. Il s’enferme dans ses souvenirs et refuse de se soumettre à l’épreuve du réel transformé par des événements aux conséquences planétaires. Ce qui est le signe manifeste de son échec et de sa lâcheté. L’état global de contamination qui compromet, dans ces films, la survie de l’humanité renvoie, de manière symbolique, à la mondialisation des risques à laquelle nos sociétés sont confrontées. Comme le remarque Dominique Bourg :

« L’enjeu des changements que nous connaissons n’est pas d’affecter telle ou telle contrée, tel type d’habitat, telles conditions de vie particulières, mais les conditions mêmes de la possibilité du déploiement des sociétés humaines, et de l’existence de chacun de nous » (Bourg, 2018, p. 62).

8Le changement climatique, la pollution, l’épuisement des ressources, les radiations en cas de guerre nucléaire, les pandémies, les catastrophes naturelles peuvent frapper tous les continents. Les frontières ou les murs érigés par les États au cours de l’histoire, ne pourront pas nous protéger de la propagation des radiations, des effets multiples du changement climatique, de la destruction de la biodiversité, de notre dépendance toujours plus forte à l’intelligence artificielle pas plus que de la contamination par un virus. La crise du Covid-19 nous l’a brutalement prouvé. L’assaut d’une masse de zombies à l’encontre du mur d’enceinte censé protéger la ville de Jérusalem, dans World War Z (M. Forster, 2013), est particulièrement révélateur de cet état de fait. Ce qu’un film comme La Nuit des morts vivants de George A. Romero réalisé en 1968 avait déjà initié. Si la dimension post-apocalyptique n’est pas encore présente dans ce film, puisque les forces de l’ordre parviennent à reprendre le contrôle de la situation, elle s’affirmera dans ses films suivants. Comme il le précise lors d’un entretien, il voulait dans ce film « humblement dresser le constat d’une société sur le point d’imploser (…) nous aspirions à changer le monde, car, quelle que soit la direction vers laquelle on regardait, tout partait en vrille » (Toullec, 2019, p. 32-33). Le zombie étant, dans ce contexte, le monstre le plus représentatif d’un monde fragilisé et condamné par son incapacité à réagir, malgré la multiplication des signaux d’alerte qu’ils soient géopolitiques, économiques ou écologiques.
Son lien avec la crise environnementale est explicite dans The Dead Don’t Die réalisé en 2019 par Jim Jarmusch. Dans ce film, à cause du dérèglement des équilibres naturels, la Terre est déviée de son axe. La surexploitation industrielle des ressources naturelles par des entreprises de fracturation hydraulique aux pôles fait surgir les morts de la terre et annonce un effondrement apocalyptique. Les zombies, assimilés à des machines dévorantes, symbolisent dans le contexte actuel l’impact qu’ont sur nos sociétés les déséquilibres, les inégalités, les catastrophes qui laissent à penser que la synergie de tous ces maux finira par nous consumer. Ces enchaînements de causes reliées les unes aux autres ouvrent, pour Ulrich Beck, « les vannes d’une mise en péril générale de la vie » (Beck, 2008, p. 114). Ce qui selon Bruno Latour nous obligerait désormais à « apprendre à vivre avec les conséquences de ces déchaînements » (Latour, 2017, p. 32).
Que la cause de la catastrophe soit due aux relations entre les États menant à une guerre nucléaire, à un virus dû ou non à des manipulations sur le vivant, à une crise écologique due au changement climatique, ces films illustrent la société du risque telle qu’elle a été conceptualisée par Ulrich Beck. Selon lui, l’augmentation des risques liés à la modernisation nous engage « chaque jour davantage dans une politique du devenir invivable de la terre » (Beck, 2008, p. 70). Le caractère imprévisible, invisible et incontrôlable de ces risques rend nos sociétés particulièrement vulnérables. Ce qui explique pourquoi ils peuvent servir de causes, dans ces fictions, à l’effondrement de la civilisation. En prenant en compte le caractère de ces risques qui font exister selon Ulrich Beck, « une sorte de destin de l’être menacé » (Beck, 2008, p. 74), la fiction post-apocalyptique en tire des implications extrêmes. Les dangers multiples n’ont pu être ni maîtrisés ni éradiqués en dépit des lois, des frontières, des armes, des recherches scientifiques et des innovations technologiques.
La fiction post-apocalyptique insiste de manière spectaculaire et diversifiée sur les risques auxquels nos sociétés sont confrontées et qui pourraient, s’ils se réalisaient, compromettre la vie de l’humanité dans de bonnes conditions. Le dénuement total qui y est décrit est à la hauteur de l’impuissance des États, des scientifiques et des différentes institutions pour prévenir la catastrophe. Ce qui explique pourquoi la présence d’un héros sauveur du monde ne paraîtrait, dans un tel contexte, ni crédible ni pertinente. Le héros devient un héros collectif composé de groupes d’hommes, de femmes et d’enfants comme dans 28 jours plus tard, La Route, Mad Max : Fury Road, The Walking Dead, Fear The Walking Dead (R. Kirkman, 2015-2020), The Dead Don’t Die dont l’héroïsme consiste simplement, à rester en vie, tout en restant humains. Comme le rappelle Arnaud Join-Lambert, l’apocalypse est une « mise à nu », « des personnes dans des situations hors du commun » (Join-Lambert, 2012, p. 9).

Un désir de changement

9Jean-Marie Schaeffer considère que l’univers fictionnel « participe de mon apprentissage du monde, dans une sorte d’oscillation dialectique entre sa capacité de représentation et sa fonction repoussoir » (Schaeffer, 1999, p. 38). Le plaisir pris à visionner des histoires, parfois chargées de violence, vient du fait qu’elles parviennent à retenir notre attention et à nous intéresser. Elles ont le pouvoir de nous renvoyer à ce que nous jugeons être l’état de notre monde et l’effet qu’a sur nous cet état du monde. Elles prennent acte du remplacement du paradigme du progrès par le paradigme apocalyptique qu’elles prolongent par une représentation d’un monde en état de choc. En imaginant le pire de ce qui pourrait advenir de notre monde et de notre humanité, la fiction post-apocalyptique hollywoodienne dont l’objectif prioritaire, en tant qu’industrie du divertissement, est de générer du profit, peut indirectement éveiller notre esprit critique. Michaël Fœssel remarque que « La conséquence positive la plus régulièrement citée en faveur du catastrophisme est qu’il contribue à l’apparition d’une conscience mondiale » (Fœssel, 2012, p. 243). Ầ travers des portions de réel qui se réfléchissent en elle, la fiction peut énoncer et dénoncer quelque chose à l’œuvre dans le monde actuel. Comme le fait remarquer Jean-Michel Valantin, « Cette menace qu’est le choc de l’Anthropocène est prise en charge d’une façon quasi industrielle par le cinéma et les séries américaines et britanniques » (Valantin, 2017, p. 284). Ces fictions nous plongent dans ce que nous jugeons être l’état du monde et l’effet qu’a sur nous cet état du monde.
En nous alertant ou en nous alarmant sur un devenir possible de la Terre et de l’humanité, la fiction post-apocalyptique, sans proposer de solutions, met à nu nos doutes et nos inquiétudes sur l’état de notre monde. Le catastrophisme dont ces films sont porteurs ne peut être réduit à une simple fascination pour le désastre. Il peut au contraire accompagner « le débat démocratique en l’aidant à rompre avec les mythes continuistes qui structurent aujourd’hui l’imaginaire politique dominant : développement irréversible, croissance éternelle, progrès perpétuel, etc. » (Luc Semal, p. 143). Ce qui est ainsi révélé à travers ces œuvres et l’esthétique du désastre qui les caractérise est une rencontre entre des imaginaires de la catastrophe et un sentiment de risque global. Ce sentiment est renforcé par les analyses de nombreux chercheurs sur l’Anthropocène selon lesquelles un changement de modèle de développement s’impose à nous de façon impérative. Ces fictions illustrent les conséquences de ce que Michel Magny appelle « le joug libéral », conduisant « sociétés humaines et écosystèmes terrestres à l’anéantissement » (Magny, 2019, p. 339).
La mise en spectacle de l’apocalypse renverrait pour George A. Romero à « un désir de changement » (Thoret, 2007, p. 187). Ce changement dont il est question contient l’idée de renouvellement qui renoue indirectement avec le sens de l’apocalypse dont la finalité serait de nous annoncer comme le dit Arnaud Join-Lambert « une Terre nouvelle » (Join-Lambert, 2012, p. 9). Même si comme le fait remarquer Christian Chelebourg il faut éviter, face à ces fictions, de les relier à des références précises sans tenir compte du sens qu’elles ont pour notre époque. Comme il l’écrit : « Le mythe que sous-tend aujourd’hui l’adhésion aux discours apocalyptiques, c’est celui d’une espèce humaine en péril, en attente non point de sa rédemption mais de son extinction – à l’instar des dinosaures » (Chelebourg, 2012, p. 69). Pourtant, le spectacle horrifique et hallucinatoire de l’effondrement du monde civilisé et de ses conséquences, s’il peut être reçu de manière jubilatoire par le public, peut aussi faire naître un fort espoir de changement, afin que le pire décrit dans ces fictions ne puisse devenir réalité.

Conclusion

10La fiction post-apocalyptique s’appuie sur des procédés d’immersion dans un avenir possible, en se focalisant sur des faits saillants et en les amplifiant afin d’en accentuer l’impact. La représentation du pire des mondes possibles peut nous rendre attentifs aux causes du chaos et à ses conséquences. Comme le remarque Jean-Paul Engélibert au sujet des fictions apocalyptiques, « en tant que telles, elles ne prétendent pas représenter l’avenir, mais nous pouvons les utiliser pour éviter que leurs scénarios se réalisent » (Engélibert, 2019, p. 226). Face à elles, nous faisons comme si ce qui nous est raconté était vrai par un effet de feintise ludique (Shaeffer, 1999) et nous construisons nos jugements de valeur sur la base de l’adhésion ou de la condamnation. Dès lors que nous sommes immergés dans l’histoire, nous ne restons pas indifférents et notre implication nourrit notre compréhension et notre interprétation du monde réel. Ce qui assure ainsi à la fiction son pouvoir référentiel et cognitif dans la mesure où elle parvient à réfléchir une portion d’un réel possible, à énoncer et à dénoncer quelque chose à l’œuvre dans le monde. La fiction post-apocalyptique peut servir de lanceur d’alerte car, en nous plongeant dans un avenir horrifique, elle peut nous contraindre à agir afin que cette possibilité du pire n’appartienne qu’au domaine de la fiction.

Haut de page

Bibliographie

Beck, U. (1986). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (trad. Laure Bernardi). Paris : Flammarion.

(2003). La société du risque globalisé revue sous l’angle de la menace terroriste. Cahiers internationaux de sociologie, 114, 27-33.

Bourg, D. (2017). Inventer la démocratie du XXIe siècle. L’Assemblée citoyenne du futur. Paris : Les Liens qui Libèrent.

Bourg, D. (2018). Une nouvelle Terre. Paris : Desclée de Brouwer.

Cabanes, V. (2017). Homo natura. En harmonie avec le vivant. Paris : Buchet/Chastel.

Castel, P-H. (2018). Le mal qui vient. Essai hâtif sur la fin des temps. Paris : Cerf.

Chelebourg, C. (2012). Les écofictions catastrophiques dans le cinéma contemporain. L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma. Paris : L’Harmattan, 2012, 59-69.

Chomsky, N. (2017). Requiem pour le rêve américain. Les dix principes de la concentration de la richesse et du pouvoir (trad. Dennis Collins). Paris : Flammarion.

Davis, M. (2006). Le pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global (trad. Jacques Mailhos). Paris : La Découverte.

Engélibert, J-P. (2019). Fabuler la fin du monde. La puissance critique des fictions d’apocalypse. Paris : La Découverte.

Esquenazi, J-P. (2009). La vérité de la fiction. Comment peut-on croire que les récits de fiction nous parlent sérieusement de la réalité ? Paris : Hermès-Lavoisier.

Fœssel, M. (2012). Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique. Paris : Seuil, 2012.

Gori, R. (2017). Un monde sans esprit. La fabrique des terrorismes. Paris : Les Liens qui libèrent.

Join-Lambert, A. (2012). Entre angoisse et dévoilement », L’imaginaire de l’apocalypse au cinéma. Paris : L’Harmattan, 7-9.

Latour, B. (2017). Où atterrir ? Comment s’orienter en politique. Paris : La Découverte.

Magny, M. (2019). Aux racines de l’Anthropocène. Une crise écologique reflet d’une crise de l’homme. Lormont : Le Bord de L’eau.

Musset, A. (2012). Le syndrome de Babylone. Géofictions de l’apocalypse. Paris : Armand Colin.

Schaeffer, J-M. (1999). Pourquoi la fiction ? Paris : Seuil, 1999.

Semal, L. (2015). Catastrophisme et démocratie. Dictionnaire de la pensée écologique. Paris : PUF, 141-144.

Testot, L. (2017). Cataclysmes. Une histoire environnementale de l’humanité. Paris : Payot.

Thoret, J-B. (2007). Politique des zombies. L’Amérique selon George A. Romero. Paris : Ellipses.

Toullec, M. (2019). George A. Romero. Partir, revenir. Paris : ESC Éditions.

Valantin, J-M. (2017). Géopolitique d’une planète déréglée. Paris : Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Boudou, « Les représentations post-apocalyptiques de l’Anthropocène
Imaginaires du désastre », Recherches & éducations [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le , consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11939

Haut de page

Auteur

Nadine Boudou

Chercheuse indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search