Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationDécès de Guy Avanzini (1929-2022)

Décès de Guy Avanzini (1929-2022)

Les sciences de l’éducation sont en deuil. Guy Avanzini (1929-2022), un des pionniers des sciences de l’éducation en France est mort ce 18 octobre à Aix-les Bains, près de Lyon son université. Après des études de philosophie et de pédagogie, il est, de 1955 à 1965, professeur de psychopédagogie à l'Ecole normale d'instituteurs de Lyon. Professeur à l'Université Lyon 2 depuis 1965, il y est aussi fondateur de la section des Sciences de l'éducation. Il a été directeur de l'ISPEF (Institut des Sciences de l'éducation et de la formation) de 1989 à 1995. Il est président honoraire de la Société Alfred Binet et Théodore Simon, il est spécialiste de l'histoire des idées pédagogiques et de la philosophie de l'éducation.

Il avait réalisé son Doctorat 3e cycle, Thèse : "Alfred Binet et la pédagogie scientifique" publié en 1969 chez Vrin. Il publiera l’ouvrage de référence sur Alfred Binet en 199 chez PU.F. Dès 1962 il discutait le renouvellement des tests sur l’intelligence de René Zazzo par rapport à ce qui aurait été un dépassement du test Binet-Simon, fondateur du Q.I. Devenu président de la société Binet Simon, il publie en 1975 chez Privat Alfred Binet. Ecrits psychologiques et pédagogiques vitalisant les archives Binet que nous développerons avec Alexandre Klein. La Société Binet Simon avec son bulletin bleu si important pour les communautés éducatives est issue de la Société Libre pour l’Étude Psychologique de l’Enfant (SLEPE) née en 1900 lors de la conférence pratique de pédagogie dirigée par Ferdinand Buisson, alors titulaire de la chaire de Science de l’Éducation à la Sorbonne (1896-1902). Bientôt entièrement numérisé pour Persée, la plus ancienne revue d’éducation, poursuivi aujourd’hui sous le titre Recherches & Educations, sera désormais disponible à partir de 2023-24.

Guy Avanzini interroge Le temps de l’adolescence en 1965 et L’échec scolaire avant même 1968 et anticipe avec sa doctorat ès Lettres sur : "Immobilisme et innovation dans l'éducation scolaire", publié en 1975, les enjeux de la transformations de l’école et des publics face à ce qui sera décrit comme la massification du collège. Il pourra dresser un bilan au titre significatif après l’expérience Savary-Chevènement dans le fameux L'école d'hier à demain: des illusions d'une politique à la politique des illusions chez Erès en 1991.

Avec plus 70 thèses dirigées en sciences de l’éducation, la figure de Guy Avanzini est d'abord associée à la place qu'il a prise dans la promotion des sciences de l'éducation et à ses propres travaux. Il a fait partie de la génération des "fondateurs", avec Gaston Mialaret, Louis Not, Marcel Postic, Jean-Claude Filloux, Gilles Ferry, Philippe Meirieu, Pierre Arnaud historien du sport mais aussi les nouvelles générations aujourdhui en place dans nos universités comme Alain Mougniotte, Eric Binet, Annie Cardinet, Daniel Favre, Dominique Fly, Jean Pierre Gaté, François Hochepied, Madeline Neyret..

Dirigeant des travaux sur l’histoire de l’éducation, la pédagogie chrétienne, la déperditions des élèves, les modèles d’éducation permanente, la gestion mentale, l’affectivité dans la relation pédagogique, la délinquance des mineurs , l’apports des neurosciences dans l’éducation… L’éducation des adultes en 1996, témoigne de sa recherche des alternatives pédagogiques avec l'expérience des collèges coopératifs, dont le premier fut fondé par Henri Desroche. S'efforçant d'en distinguer les diverses composantes et de clarifier la terminologie correspondante, il montre la signification anthropologique de la découverte de l'éducabilité permanente de l'être humain. Elucidant les difficultés, intentionnelles, psychologiques et autres, auxquelles se heurte cependant sa demande d'éducation, il indique à quelles conditions en est suspendue la réussite.

Savant chrétien il étudie la pédagogie salésienne en approfondissant les sources de cette pédagogie et l'actualisation des intentions originales de Don Bosco (1815-1888). Il codirige en 2001 avec René Cailleau, Anne-Marie Audic et Pierre Penisson le Dictionnaire historique de l'éducation chrétienne d'expression française. Philosophe de l’éducation il défend l’éducabilité de tous et toutes : critique envers les inégalités culturelles et les idéologies scientifiques qui veulent encore réduire l’intelligence à des données seulement naturelles.

Bernard Andrieu (Université Paris Cité, Président de la Société Binet-Simon et Directeur de sa revue Recherches & Educations)

  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search