Navigation – Plan du site
Articles Varia

Penser le bien-être à l’école en Allemagne au temps de l’Aufklärung

L’exemple du Philanthropinum de Dessau : la marche vers le bonheur
Craïs Alexa

Résumés

Dans cet article sera présentée une expérimentation pédagogique dans le territoire germanophone à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit de démontrer en quoi les théories et pratiques scolaires pensées et développées par des réformateurs ont pris en compte la notion de bien-être de l’élève. Il sera ainsi exposé le dispositif mis en place au sein de l’école qui reposait en grande partie sur une combinaison d’activités scolaires et physiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lettre de J. H. Campe à Iselin du 17 mars 1777 : « Dessau est une matrice qui diffusera peu à peu à (...)
  • 2 « Der Hauptzweck der Erziehung soll sein, die Kinder zu einem gemeinnützigen, patriotischen und gl (...)

1Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, les questions pédagogiques ayant trait aux objectifs assignés à l’éducation, aux modalités de transmission des connaissances et au public à éduquer occupent le devant de la scène dans les territoires germanophones où les souverains des divers royaumes sont ouverts aux idées de l’Aufklärung. C’est pourquoi des expérimentations sont financées dès le début du siècle si nous nous référons au Pädagogium d’August Hermann Francke (1663-1717) à Halle ou un peu plus tard à l’école de Haldenstein ouverte par Martin Planta (1727-1772) avec Ulysse de Salis-Marschlins. Dans cet article, nous nous intéresserons plus particulièrement à une « école matrice1 » située à Dessau, capitale du petit Land de Anhalt-Dessau, à une centaine de kilomètres de Berlin, plus connue sous le nom de Philanthropinum. Cet établissement est remarquable car d’une part il a permis de faire diffuser des idées éducatives (introduction de matières scientifiques, d’activités physiques...) déjà présentes comme celles de Franke, Martin Ehlers (1732-1800), Johann Peter Müller (1709-1796), Rousseau et de leur donner un large écho grâce notamment à la maison d’édition présente en son sein et à la personnalité forte de Joachim Heinrich Campe. D’autre part, cette école a aussi formé des enseignants qui ont joué un rôle important dans l’établissement de programmes de prévention sanitaire à l’intérieur d’une éducation à la santé comme Jean-Frédéric Simon (Chalmel, 2001, p. 5-29), jeune aspirant professeur envoyé par le pasteur Jean-Frédéric Oberlin (1740-1826) dès les premières années d’existence de l’école et qui sera en charge en France, après la Révolution Française en 1792, de la mise en place d’une instruction publique dans laquelle il transposera des principes mis en place à Dessau. Les transferts culturels entre l’espace germanophone et français sont denses et le Philanthropinum de Dessau a eu un rôle – trop peu étudié – à jouer dans les débats sur l’éducation en France (Chalmel, 2004).
Cette école a été créée par des pédagogues réformateurs allemands qui se faisaient appeler philanthropistes, ils étaient des représentants des Secondes Lumières, en allemand Spätaufklärung. Pour eux, le bonheur/la félicité, dans le sens allemand de Glückseligkeit est ce vers quoi tout individu doit tendre. C’est un état dans lequel les individus sont satisfaits, en bonne santé, en bonne entente avec leurs concitoyens. Pour y parvenir, ils envisageaient d’éduquer les enfants dès le plus jeune âge afin de les rendre capables de manière autonome d’être heureux par eux‑mêmes. Cela ne serait réalisable que par le biais d’une « éducation civique, cosmopolite et patriote2 » :

  • 3 « Le but de l'éducation est de faire des enfants des hommes heureux et de parvenir à ce qu'ils arri (...)

Der Zweck der Erziehung geht dahin, die Kinder zu glücklichen Menschen zu machen, und sie soweit zu bringen, daß sie ihre Glückseligkeit selbst befördern könnten.3 

2Conjointement et concomitamment au terme Glückseligkeit, ils associaient le concept de bien‑être individuel, « Wohl » en allemand et tous ses composés comme « bienveillance », » charité », » bienfaisance », « bienséance » ( Wohlwollen, Wohltätigkeit, Wohltun, Wohlfahrt, Wohlanständigkeit). Ce terme lie l’individu à l’Etat qui doit lui procurer les fondements sociaux, politiques et économiques afin qu’il puisse mener une vie heureuse. Ce dernier, selon les philanthropistes, a des devoirs vis-à-vis des citoyens et réciproquement. Il faut qu’il y ait adéquation entre les intérêts de l’État et la prospérité de ses membres. Ils ont une vision utilitariste de l’éducation et il ne peut se concevoir de « bonheur et de bien-être des individus » sans « prospérité d’une nation ». Pour parvenir à cet équilibre, il faut éduquer les enfants au bonheur par le bien-être dans le but de contribuer à l’enrichissement de leur pays.
Ainsi allons-nous questionner dans cet article l’histoire de la notion de bien-être au cours de cette période parallèlement à celle de bonheur par le biais de la présentation du Philanthropinum. Si la recherche en histoire de l’éducation en Allemagne a largement étudié cette école d’un point de vue politique, philosophique et religieux, il nous semble qu’il reste encore à nous pencher sur le fonctionnement effectif, sur la matérialité de cette réforme pédagogique. En effet, il nous semble que cette école se situe à une période charnière entre un temps où les mesures prises au sein des établissements pour le bien-être des élèves se résumaient à des mesures de prévention sanitaires et un autre où des besoins naturels des enfants notamment ceux liés à l’exploration, le jeu et la collaboration sont pris en compte afin qu’ils s’épanouissent et se sentent bien.
Nous soulignons d’emblée la difficulté de mesurer le niveau de bien‑être des élèves de cette époque, problématique plus générale lorsqu’on étudie cette notion de bien‑être à l’école (Fouquet‑Chauprade, 2014). Nous nous intéresserons principalement aux mesures prises par les enseignants pour mettre en place un dispositif participant au bien-être des enfants tel qu’eux le considéraient et auquel ils croyaient. Nous verrons comment les enseignants s’y prenaient au sein de l’établissement pour éduquer au bonheur par le bien-être en nous appuyant sur les textes qu’ils ont écrits et en les mettant en regard des documents relatifs à la vie scolaire. Nous souhaitons de la sorte révéler quels objectifs et quels cadres de pensée – notamment l’influence du piétisme – sous-tendaient la notion de bien-être.
Pour appuyer notre démonstration, nous nous appuierons sur les textes écrits par les enseignants mais également sur les multiples documents conservés dans les archives de l’école qui illustrent la vie quotidienne des élèves et des enseignants. Cela nous permettra dans un premier temps de dresser un portrait de cette école et quelle conception du bien-être les fondateurs avaient. Dans une deuxième partie, nous analyserons la mise en pratique des idées génériques sur le bien-être à l’école et, dans un dernier temps, nous tirerons un bilan de cette expérimentation.

Le bien-être à l’école de Dessau

Quelques repères historiques

  • 4 Depuis la signature des traités de paix de Westphalie en 1648, le pouvoir des princes territoriaux (...)
  • 5 I, 2 (Nachlaß : Fiche 7 - 11) Meritenbuch mit Register. - [Dessau], o. D. - [238] Bl. 238 gez. Bl. (...)
  • 6 Pädagogische Unterhandlungen de 1779 (vol. III, p. 140)

3Le terme de « philanthropisme » (Philanthropismus) fut employé dans le dernier tiers du dix‑huitième siècle par les Spätaufklärer pour synthétiser les objectifs d’une instruction que les « amis des hommes » plaçaient sous le signe du rationalisme et de la sensibilité, de l’utilitarisme et de la construction du bien-être (Hermann, 1981 ; Hammerstein & Herrmann, 2005 ; Schmitt, 2007). Il désigne, dans l’histoire de la pédagogie allemande, un groupe de réformateurs praticiens, « les philanthropistes » (die Philanthropisten), qui se rassemblèrent autour de la personne de Johann Bernhard (1724-1790) et qui furent aux origines de nombreuses réflexions sur l’éducation. En 1771, dans différents articles de la revue Vierteljährige Nachrichten – éditée jusqu’en 1773 –,Basedow annonce son intention de créer une école exemplaire et de proposer un manuel spécifique pour l’école : « Le manuel élémentaire ». Il entend ainsi réformer l’éducation publique populaire, « améliorer les grandes écoles publiques citadines » (Hammerstein & Hermann, 2005 : p. 102) car c’est aux yeux de Basedow une priorité. C’est à son retour du Danemark, qu’il a développé sa théorie éducative fondée sur une interprétation personnelle de l’éducation religieuse (Garber, 2008 : p. 83-98) et voulu les mettre pratique. En 1774, avec l’aide financière du prince François Léopold III4, cela devient possible à Dessau, où il ouvre le Philanthropinum (Hammerstein & Hermann, 2005 : p. 105) avec trois autres cofondateurs, deux jeunes enseignants alsaciens, Jean‑Frédéric Simon (1751-1829), Jean Schweighäuser (1753-1801), et un enseignant allemand Christian Wolke (1741-1825).
Cet établissement exista de 1774 à 1793, il accueillit 187 élèves en 19 ans (Basedow, 1974 : p. 219-238). En consultant « le registre des mérites » (Meritenbuch)5, une sorte de cahier dans lequel étaient notées les dates d’entrée et de sortie des élèves ainsi que leurs performances scolaires, nous avons compté, entre 1777 et 1789, 79 noms qui correspondent en fait à 62 familles car il y avait des fratries. L’année 1780, avec 62 élèves, est la plus faste. Ce sont ces chiffres modestes qui lui confèrent son aspect expérimental. La plupart des jeunes pensionnaires sont des garçons âgés de six à dix-huit ans, avec une majorité d’enfants de neuf ans, allemands en majorité, mais aussi de toute l’Europe dont un grand nombre des pays baltes6, issus de familles nobles, de familles de bourgeois fortunés (commerçants, professions libérales) et quelques enfants orphelins ou issus des catégories sociales les plus modestes. La population scolaire mêle ainsi noblesse et bourgeoisie d’affaires, jeunes enfants et jeunes adultes de confession protestante ou catholique.

La notion de bien-être

4Le but de l’éducation donnée dans cet établissement était « de former des Européens, des citoyens du monde, et de les préparer à une existence aussi utile, aussi heureuse, et satisfaisante que possible » :

  • 7 Philanthropisches Archiv, n° 1, p. 16.

Der Zweck der Erziehung muß also seyn, einen Europäer zu bilden, dessen Leben so unschädlich, so gemeinnützig, und so zufrieden seyn möge, als es durch Erziehung veranstaltet werden kann.7

  • 8 J.H. CAMPE, Wörterbuch der Deutschen Sprache, In der Schulbuchhandlung, 1807-1811.

5La recherche du bonheur est pour les philanthropistes une fin en soi, en outre elle est intrinsèque à la nature humaine. Le bonheur est lié à un état de bien-être mental, physique et social. Dans son Dictionnaire de la langue allemande, Campe, directeur et professeur de Dessau en 1777, partage la même définition lorsqu’il écrit que la « recherche de la félicité est innée à l’homme » (Das Streben nach Glückseligkeit ist uns angeboren8 ). Il serait sans doute anachronique de chercher le terme « bien‑être » dans les textes, nous constatons l’usage de synonymes, de mots composés pour refléter une notion encore en cours de définition.
Comment toutefois mettre sur pied une éducation au bonheur ? Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les professeurs en sciences camérales, proches des théories philanthropistes, comme J.P. Frank (Frank, 1745) ont permis l’essor d’un courant de pensée rationaliste qui passe du « souci perfectionniste » (faire baisser le taux de mortalité par des réformes agraires, sanitaires, éducatives) au « bonheur des populations » (Foucault, 1975). Ce souci de lier le bien-être à la sécurité de l’individu est à mettre en parallèle avec le « développement d’une politique providentielle » (Laborier, 1999 : p. 7-35) à l’œuvre tout au long du XVIIIe siècle. Nous pouvons déceler l’influence du piétisme dans ce projet de civiliser, cultiver et moraliser les individus. En effet, les enseignants philanthropistes sont des piétistes – l’influence de Francke est centrale (Benner & Kemper, 2000 ; Schmitt, 2007) – qui partent du présupposé que les individus ne disposent pas encore eux-mêmes des conditions de leur bonheur et qu’il relève de l’éducation et donc de la puissance publique de les y conduire. Pour y parvenir, les États vont s’appuyer sur les sciences camérales à l’intérieur desquelles les philanthropistes sont bien représentés. Celles-ci ambitionnent de dépasser le système seigneurial et proposent une rupture d’avec une conception du pouvoir aux mains d’une autorité centralisée pour proposer une série d’appareils spécifiques de gouvernements, de savoirs, de systèmes de connaissances appliqués à la population (Laborier, 2011 : p. 43). L’instrument principal institué par les sciences camérales est la « bonne police »
Cette « bonne police » était destinée non seulement à maintenir l’ordre public, garantir la tranquillité de tous, mais aussi à promouvoir le bien commun, ce qui revenait à régir la moralité et la vie culturelle, à surveiller d’en haut l’ensemble de la vie sociale :

La police est soit le bien-commun, la république ou une forme de gouvernement mais aussi les lois, institutions et ordonnances donnés ou prescrits à une ville ou un pays que chaque individu doit respecter dans ses faits et gestes pour vivre ensemble en paix et dans l’ordre et pour que la société humaine puisse rester en bon état de marche. (Zedler, 1731, t. 28 : p. 615)

6La Policey, terme allemand, concerne l’administration, l’économie, l’ensemble des lois et décrets, le maintien de la paix et de l’ordre publics :

  • 9 « Unter Polizey versteht der Verfasser die Bemühungen der obersten Gewalt im Staate, die Wohlfahrt (...)

Par police, le commentateur entend les efforts des plus hautes instances de l’Etat afin de combiner ses intérêts avec le bien-être de chaque famille pour que règne la sécurité intérieure, le calme et l’ordre par le biais d’institutions et de règlements d’utilité générale.9

7S’accompagnant d’une tendance à centraliser les institutions du territoire, les polices servaient à conforter les monarchies en place et à consolider le statu quo (Stolleis, 1988 : p. 371). Mais elles puisaient leur légitimité dans la défense du bien‑être collectif : c’était un élément primordial de ce qu’enseignaient les caméralistes, juristes et politologues spécialistes des « sciences de la police » (Policeywissenschaft) comme par exemple l’analyse qu’en faisait Johann Gottlob Gottlob von Justi (1717-1771) en 1756. Il conseillait au gouvernement de la duchesse de Saxe-Eisenach de prendre soin de l’éducation de ses sujets, s’il voulait qu’ils se rendent utiles à la société. Pour y parvenir, il développa une police de l’éducation, garante de l’ordre moral et matériel, idée que l’on retrouve dans les ouvrages du penseur anglais Adam Smith auquel les philanthropistes se réfèrent (Garber, 2008, p. 366). Peu à peu, et précisément de plus en plus nettement après 1763, des fissures apparurent dans la mesure où, dans un esprit proto-libéral, le bien-être individuel était davantage pris en compte et où les théoriciens précédents, Justi y compris, estimaient que des pans de la vie sociale devaient être dissociés de ces tendances centralisatrices (fiscalité, religion, liberté d’expression). C’est précisément cette collision entre libertés individuelles et rationalisation de l’autorité scolaire que nous croyons retrouver à Dessau, notamment dans les dispositifs mis en place pour que les élèves se sentent bien. Dispositifs qui se traduisent par l’importance accordée aux méthodes ludiques et à l’introduction massive des activités physiques.

Bien-être dans l’école

8La prise en compte du bien-être de l’enfant au sein du Philanthropinum est appréhendée du point de vue des enseignants. Il s’agit certes que l’élève ait envie d’apprendre, fasse confiance aux enseignants, soit prêt à collaborer avec ses pairs mais on ne lui demande pas son avis, son ressenti sur ce qui est proposé. Les enseignants sont prisonniers de leurs conceptions et se remettent peu en question. Un de leur premier postulat est, d’une part, que pour être bien, un enfant doit être occupé à tout instant de la journée. C’est la raison pour laquelle, ils prirent tout d’abord soin de composer un emploi du temps sans temps mort qui alternait temps de réflexion, temps de jeu et temps d’éducation corporelle. D’autre part, un enfant heureux est un enfant qui n’est pas obligé de rester enfermé sans bouger en classe, ainsi pour que l’énergie de l’enfant s’exprime, il faut libérer le corps. C’est pourquoi ils proposèrent des uniformes simples et pratiques et supprimèrent le port de la perruque. Afin que ce corps reste en bonne santé, selon les prescriptions des polices médicales et scolaires, il faut le fortifier, ainsi mirent-ils en place un plan de formation qui organisait de nouvelle manière le temps scolaire, qui offrait de nouvelles disciplines scolaires et brisait la hiérarchie entre le maître et ses élèves (Hammerstein & Hermann, 2005 : p. 265).

Prise en compte du rythme de l’élève

  • 10 La correspondance de Campe avec des anciens élèves le prouve in (Schmitt, 2002)
  • 11 Landeshauptarchiv Sachsen-Anhalt, Abteilung Dessau, Z 44 Ab .

9Une des priorités pour les philanthropistes est de traiter tous les enfants à la même enseigne quelle que soit leur croyance. La tendance irénique du piétisme est ici manifeste. Par ailleurs, il leur semblait que les jeunes élèves se sentiraient moins soumis aux pressions des plus âgés et ne seraient pas victimes d’éventuelles violences, s’ils distinguaient deux âges : la classe des plus jeunes et celle des plus âgés. En proposant aux enseignants de faire des activités ensemble (écriture d’un journal, atelier théâtre, sorties pédagogiques, expérimentations scientifiques), ils tissaient des liens affectifs entre élèves et maîtres qui, pour certains durèrent bien après la scolarité10.
En étudiant les documents relatifs à la vie scolaire tels que des emplois du temps11 et des notes prises par des enseignants, nous constatons que les élèves étaient occupés du lever au coucher par de nombreuses activités : ils avaient cours six jours sur sept de sept heures à dix-neuf heures avec une pause méridienne de deux heures. Les cours, d’une durée d’une heure, commençaient par du français. Il y avait ensuite des cours d’arithmétique, calligraphie, mécanique, physique, histoire moderne ou explications latines. Après le déjeuner, les élèves enchaînaient avec des activités artistiques (musique, dessin) et physiques. En fin d’après-midi, ils avaient des exercices de calligraphie, puis les cours de religion et des travaux de lecture. De nouvelles matières « scientifiques-expérimentales » (Realien) sont mises en avant. Le découpage de la journée en prévoyant l’alternance d’activités intellectuelles et physiques est en accord avec les observations des philanthropistes qui considéraient l’énergie enfantine comme une force positive à canaliser et répond à leurs réflexions théoriques qui préconisaient un lien plus fort entre l’esprit et le corps. A ce propos, les activités physiques – libres ou régulées – proposées sur les temps libres sont nombreuses : jeux de balles, natation, escrime, danse, gymnastique, cerfs‑volants, bataille de boules de neige, patinage, marche à pieds, comme on peut l’observer sur une gravure du dessinateur Chodowiecki qui avait imaginé, avant son ouverture, à quoi pourrait ressembler le Philanthropinum (Schmitt, 2016 : p. 283)

Idealentwurf des Dessauer Philanthropins, von D.N. Chodowiecki (1771)

Idealentwurf des Dessauer Philanthropins, von D.N. Chodowiecki (1771)

Proposer une méthode ludique

  • 12 Les arts sont plus considérés dans leur aspect physique (danser, chanter) que comme des matières.

10En observant la nature des enfants, ils avaient conclu à l’exigence de lier le corps, l’expérimentation et la connaissance, et ils avaient développé une « méthode pédagogique ludique ». Lors de l’Examen du 13 et 15 mai 1776, cela fut mis en pratique par Wolke qui montra en quoi le « jeu du commandement » (das Kommandierspiel), équivalent de notre jeu du « Jacques à a dit », pouvait être efficace afin d’apprendre une langue vivante étrangère. Ce genre d’exercice s’apparente à un jeu, et de la sorte, les élèves auraient la possibilité d’apprendre sans efforts ni contrainte, au moment où ils en auraient envie. En outre, les enseignants de Dessau avaient inventé un système de bonifications pour récompenser les efforts des élèves. Cela s’appelait le « registre des mérites » dans lequel les professeurs distribuaient des quarts, des moitiés ou des « billets » entiers pour une bonne réponse ou un comportement adéquat. La comptabilité des billets était faite chaque dimanche ; si un pensionnaire atteignait cinquante billets, il recevait alors une épingle dorée. Deux tableaux ont été conçus : un pour l’effort (Arbeitsamkeit) et l’autre pour la vertu. L’éthique du travail est considérée comme un moyen et non comme un but pour développer, par-delà l’économie, le bien-être dans la société.
En définitive, les différentes activités manuelles (travaux de menuiserie, ébénisterie, ferronnerie, reliure), artistiques (chants, danse, théâtre, calligraphie, dessin12) ou scientifiques (botanique, jardinage, astronomie, physique et chimie) confirment ce que Basedow avait conçu au sujet de cet institut dans son livre Vorstellung an Menschenfreude de 1768. De fait, le point de départ de Basedow dans cet ouvrage est son plaidoyer pour une instruction publique concernée par le bien‑être de ses sujets et dont le but serait de les mener au bonheur. Cela ne serait possible qu’en développant un plan de formation où la notion de bien-être de l’enfant est centrale.
Les philanthropistes voulaient que les enfants soient dans des situations d’apprentissage dans lesquelles ils se sentent bien et pour lesquelles ils aient envie de s’impliquer. Le jeu, très présent dans les enseignements, était conçu, par les enseignants, comme un moyen, une ruse pour donner aux jeunes enfants, qui n’ont pas encore intégré les raisons d’apprendre, l’envie de travailler. Le jeu allège la surcharge cognitive requise pour un travail fastidieux comme l’apprentissage de connaissances primaires. Le professeur Salzmann l’applique par exemple, dans le contexte de l’apprentissage du lexique d’une langue étrangère, en apportant en classe des animaux vivants, cachés sous des tissus (Wagner, 1890 : p. 182), et les élèves doivent deviner en posant des questions en langue étrangère de quel animal il s’agit. Lorsque la réponse est correcte, ils reçoivent une petite friandise et des encouragements de l’enseignant. Un autre enseignant, GutsMuths, suggère de motiver les élèves en leur montrant pourquoi ils doivent apprendre des éléments grammaticaux, il oriente son cours vers une situation dans laquelle les élèves vont être actifs, autrement dit, il veut qu’ils s’investissent dans la tâche, qu’ils persévèrent.
En définitive, le jeu change le cheminement pour parvenir aux objectifs que l’enseignant s’est fixé, il permet de mettre l’élève en confiance, il respecte la nature de l’enfant qui aime jouer. Toutefois il ne modifie pas le but en soi. Le jeu ne change en rien le fond, juste la forme (Trapp, 1780 : p. 254).

Les activités physiques

11Une des caractéristiques bien connue du Philanthropinum de Dessau est l’importance accordée aux exercices physiques. Le professeur J.C.F. Gutsmuths en est le principal penseur. Il applique ses théories dans une école annexe de Dessau, à Schnepfenthal, en 1786, où il est en charge de la géographie, des travaux manuels et de la gymnastique. Cette dernière est conçue comme un travail sur le corps, une « gymnastique » (Gymnastik-Arbeit) qui se distingue des activités comme la danse, l’équitation et l’escrime réservées à la noblesse et aux catégories sociales supérieures, mais également des travaux de force attribués aux catégories laborieuses. Le fait de se référer à des modèles antiques prouve que l’éducation physique en soi, avec ou sans agrès, n’est pas une nouveauté mais avec GutsMuths, on assiste à une « systématisation faite d’éclectisme et d’universalisme des exercices déjà connus » (Defrance, 1987 : p. 20). Il s’efforce d’harmoniser un travail réflexif et physique pour mettre sur pied une éducation, une instruction complète, de développer un programme de formation qui placerait l’enfant dans une situation d’apprentissage dans laquelle il est à l’aise et heureux de la faire. Elle contribuait, selon lui, à lui donner un physique sain et agréable. Par ailleurs, il avait comme objectif de préparer les élèves à poursuivre après ses études une activité économique. GutsMuths appréhende sous le même angle l’éducation physique et l’instruction intellectuelle, autrement dit la mobilité du corps et des idées, conditions nécessaires pour être un individu épanoui. Pour éduquer les élèves dans des conditions optimales, les philanthropistes conseillent de créer une relation fondée sur la confiance et la bienveillance. Ils évaluent les élèves de différentes manières au cours de situations dans lesquelles ils doivent faire preuve d’autonomie. GutsMuths et ses confrères ont pris conscience que la motivation des élèves est un élément important, c’est un préalable à tout cours. Elle repose sur plusieurs éléments : la confiance, l’attention, l’affection.
La méthode d’éducation physique et morale que les philanthropistes développent n’est donc pas vraiment une invention en soi. Les modalités d’exercice sont en revanche novatrices dans la mesure où « la méthode prescriptive est en réalité constitutive du projet d’édification d’un citoyen vertueux, obéissant, utile et productif car raisonnable et autonome » (Arnal, 2008). En effet, à partir de différents types d’exercices, ils font de leur technique un moyen pour améliorer tant les capacités cérébrales des élèves que leur faculté de raisonnement. Il s’invente ainsi une véritable gymnastique du cerveau, dont le fondement repose sur le pouvoir des exercices physiques à agir sur l’expression individuelle de la volonté.

Conclusion

  • 13 J.H. Campe (1786), Über einige verkannte, wenigstens ungenützte Mittel zur Beförderung der Industri (...)
  • 14 Terme employé dans une lettre du professeur Du Toit au sujet des méthodes ludiques à Dessau in : II (...)

12Dans une perspective historique (Lempa, 1993 : p. 171), il était devenu plus facile, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, pour les dirigeants d’États de petite taille de se lancer dans des réformes institutionnelles car le Saint-Empire avait délaissé ces questions d’instruction publique et n’était pas une entité efficacement organisée (Wehler, 1996). Le temps des guerres de territoire entre princes étant pour un temps passé au second plan, ils peuvent se défier sur le plan culturel, économique et éducatif (Pinloche, 1889 : p. 85). Si Basedow et les philanthropistes s’adressent aux princes et veulent les convaincre de l’importance à accorder à l’éducation, c’est parce qu’elle est la meilleure arme selon eux pour développer un État garantissant un bien-être physique et moral à l’individu. Pour y parvenir, un consensus s’élabore entre la puissance publique et les philanthropistes qui proposent des techniques à appliquer dans les écoles. Par le biais de rencontres, d’échanges entre les enseignants qui convergeaient vers Dessau, les idées circulaient et les expérimentations étaient analysées. Les philanthropistes ont tenté d’organiser la classe et l’architecture de l’école afin que les élèves se sentent en sécurité, puissent participer aux activités et avoir confiance en leurs camarades et maitres. Ils ont pris en compte des facteurs qui peuvent être déterminants pour mesurer le bien-être à l’école (Fouquet-Chauprade, 2014 : p. 424). Ils n’ont cependant jamais demandé leurs avis aux élèves. Il resterait à entreprendre un travail de recherche sur la correspondance des pensionnaires des écoles philanthropistes.
Toutefois la mise en place d’une méthode ludique, d’une organisation particulière du temps scolaire et du temps libre au sein de l’école combinés à la généralisation des exercices physiques découla sur la mise en place d’un système complexe de surveillance : les enseignants devaient observer les élèves au quotidien, ils avaient également à s’observer mutuellement, les élèves devaient eux-aussi se surveiller entre eux et faire acte d’introspection. L’influence du piétisme est à ce point de vue évidente. Il s’agissait de surveiller ses actes, ses affects afin de mieux les modeler, les façonner pour qu’ils répondent aux attentes dont les philanthropistes pensaient qu’elles étaient indispensables pour arriver au bonheur de la société et de l’individu. En cela, ils étaient en accord avec les objectifs de l’État influencé par les sciences camérales qui jugeait nécessaire de développer l’économie « afin d’accroitre le bien-être et le bonheur des gens13 » (um mehr Zufriedenheit und Glückseligkeit zu verbreiten). Rénover le système éducatif dans lequel l’enfant serait considéré comme un individu qui a besoin d’être « aiguillonné14 » par le biais de jeux ou des bonifications tout en étant soumis à un strict contrôle est un des fondements du philanthropisme.
Quant aux méthodes employées pour l’acquisition des connaissances, elles reposaient sur une méthode qui entendait rendre l’étude attrayante, supprimer la fatigue et l’ennui ; introduire l’éducation physique, les exercices du corps ; substituer à la discipline fondée sur la crainte et sur les châtiments celle de l’émulation et des récompenses. Tous ces principes paraissaient alors des nouveautés hardies : prétendre les appliquer, c’était, si ce n’est révolutionner, tout du moins réformer l’instruction. Aussi le philanthropisme rencontra-t-il de nombreux adversaires. Des théologiens se défiaient des tendances religieuses de Basedow, et le soupçonnaient de fragiliser le christianisme ; les philologues, qui régnaient alors en maîtres dans les gymnases allemands, lui reprochaient de compromettre la solidité des études classiques et implicitement de redéfinir la relation entre enseignants et apprenants.
En cherchant à s’adapter aux évolutions sociales, économiques de cette période, en voulant éduquer au bonheur par le bien-être, les philanthropistes questionnent tout autant le contenu des connaissances à dispenser et conjointement leur transmission qui n’entend plus être uniquement centrée sur une tradition encyclopédique fondée sur le rationalisme mais également sur des principes humanistes et cosmopolites.

Haut de page

Bibliographie

Landeshauptarchiv Sachsen-Anhalt (LHASA), Abteilung Dessau, Z 44, C18b, Nr 34, Bandd I, Band II.Wissenschaftliche Bibliothek Dessau, Nachlaß Philanthropinum Dessau, Reliquiae Philanthropini.

Arnal, T. (2008). « Discipline de la raison et rationalité des actes : genèse et usages d’une gymnastique du cerveau dans la méthode d’éducation physique et morale d’Amoros (1815-1848) », Staps 2/2008 (n° 80) , p. 85-97

Basedow, B. (1974). « Die Entwickung des philanthropischen Erziehungsinstituts zu Dessau im Spiegel der Lehr- und Schülerbewegung », in Jahrbuch für Erziehungs- und Schulgeschichte, Berlin : Volk und Wissen, vol. 14, pp. 219-238.

Basedow, J.B. (1774). Das in Dessau errichtete Philanthropinum. Eine Schule der Menschenfreundschaft und guter Kenntnisse für Lernende und junge Lehrer, arme und reiche. Ein Fidei-Commiß des Publicums zur Vervollkommnung des Erziehungswesens aller Orten nach dem Plane des Elementarwerks, Leipzig : Crusius.(1774). Manuel élémentaire d’éducation : ouvrage utile à tout ordre de lecteurs, en particulier aux parens et aux maîtres pour l’éducation des enfans & des adolescents & qui renferme une suite de toutes les connoissances nécessaires, Leipzig : Crusius.

Benner, D.& Kemper, H. (2000). Quellentexte zur Theorie und Geschichte der Reformpädagogik. Teil 1 : Die pädagogische Bewegung von der Aufklärung bis zum Neuhumanismus. Deutscher Studien Verlag : Weinheim.

Bru, M. (2006). Les méthodes en pédagogie, Paris : PUF.

Campe, J.H. (1786), Über einige verkannte, wenigstens ungenützte Mittel zur Beförderung der Industrie, der Bevölkerung und des öffentlichen Wohlstandes. Zwei Fragmente. Wolfenbüttel.

Chalmel, L. (2001), « Jean-Frédéric Simon et la pédagogie philanthropiniste » in Penser l’éducation. Philosophie de l’éducation et histoire des idées pédagogiques, n° 10, p. 5-29.---, (2004). Les réseaux philanthropinistes et pédagogie au dix-huitième siècle.Bern : Peter Lang.

Defrance, J. (1987). L’excellence corporelle, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Fouquet-Chauprade, B. (2014) « Bien-être et ressenti des discriminations à l’école. une étude empirique en contexte ségrégué », L’Année sociologique 2014/2 (Vol. 64), p. 421-444.

Frank, J.P. (1745-1819). System einer vollständigen medicinischen Polizey.

Garber, J. (2008). « Die Stammutter aller guten Schulen » das Dessauer Philanthropinum und der deutsche Philanthropismus 1774-1793. Tübingen : Niemeyer.

Hammerstein, N. & Herrmann, (2005). Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte. München: Beck.

Kersting, C. (1992). Die Genese der Pädagogik im 18. Jahrhundert : Campes « Allgemeine Revision » im Kontext der neuzeitlichen Wissenschaft. Weinheim : Deutsche StudienVerlag.

Krüger, M. (2010). J. C. F. GutsMuths, Deutsche Vereinigung für Sportwissenschaft Sektion Sportgeschichte., « Johann Christoph Friedrich GutsMuths (1759 - 1839) und die philantropische Bewegung in Deutschland Jahrestagung der dvs-Sektion Sportgeschichte aus Anlass des 250. Geburtstages von GutsMuths vom 16. - 18. April 2009 in Quedlinburg », Hamburg, Feldhaus: Ed. Czwalina.

Laborier, P. (2011). Les Sciences camérales, activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Presses Universitaires de France : Paris, 2011

Lempa, A. (1993). Bildung der Triebe : der deutsche Philanthropismus (1768-1788).Turku : Turunyliopisto.

Reil, F. (1845). Leopold Friedrich Franz, Herzog und Fürst von Anhalt-Dessau, ältestregierender Fürst in Anhalt, nach seinem Wirken und Wesen, Dessau : Aue.

Schmitt, H. (1996-2007).Vernunft und Menschlichkeit. Bad Heilbrunn: Klinkhardt. (2002) Briefe von und an Joachim Heinrich Campe, Wiesbaden: Harrassowitz.

Stolleis, M. (1988). Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland, München: Beck. Trapp, E.C. (1780). Versuch einer Pädagogik, Berlin : Nicolai.

Vierhaus, R. (1987). Deutschland im 18. Jahrhundert: politische Verfassung, soziales Gefüge, geistige Bewegungen. Göttingen: Vandenhoeck und Ruprecht.

Wagner, E. (1890). C.G. Salzmanns Pädagogische Schriften, Braunschweig: Schulbuchhandlung.

Wehler, H.-U. (1996). Deutsche Gesellschaftsgeschichte, München: C.H. Beck.

Zedler, JH. (1731-1754). Grosses vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschaften und Künste.

Haut de page

Notes

1 Lettre de J. H. Campe à Iselin du 17 mars 1777 : « Dessau est une matrice qui diffusera peu à peu à travers tous les pays des méthodes pour apprendre et faire apprendre toujours mieux » ([Dessau ist] eine Mutterschule, aus welcher verbesserte Unterrichts- und Erziehungsmethoden sich nach und nach durch alle Länder verbreiteten ») in (Schmitt, 2002 : p. 148).

2 « Der Hauptzweck der Erziehung soll sein, die Kinder zu einem gemeinnützigen, patriotischen und glückseligen Leben vorzubereiten » (Le but principal de l'éducation est de préparer les enfants à une vie utile, patriotique et heureuse), in J. B. BASEDOW, Das Methodenbuch für Väter und Mütter, in : Johann Bernhard Basedow. Ausgewählte pädagogische Schriften, p. 81.

3 « Le but de l'éducation est de faire des enfants des hommes heureux et de parvenir à ce qu'ils arrivent à pouvoir assurer eux-mêmes leur bonheur. » In (Höppfner, 1783 : p. 863).

4 Depuis la signature des traités de paix de Westphalie en 1648, le pouvoir des princes territoriaux s’était accru dans le Saint-Empire de sorte que, dans certains États, des modernisations politiques, juridiques et culturelles s’étaient effectuées dans l’esprit de l’absolutisme. Ce processus s’accéléra après la signature du traité de Hubertusburg, qui avait mis un terme à la guerre de Sept Ans en 1763, des réformes étant dorénavant entreprises dans l’esprit de l’absolutisme éclairé. C’était le cas dans la principauté d’Anhalt-Dessau où

Leopold III de Saxe-Anhalt

François Léopold III avait engagé un vaste programme de réformes agricoles, économiques, sociales et scolaires (Reil, 1845).

5 I, 2 (Nachlaß : Fiche 7 - 11) Meritenbuch mit Register. - [Dessau], o. D. - [238] Bl. 238 gez. Bl., Bl. 151 als Bl. 152 gez., Bl. 155 zweimal gez. ; 227 beschr., 229 leere S. Bl. 1 r. : Die Einrichtung der Meritentafel. Bl. 2r. - 3 r. : Register.

6 Pädagogische Unterhandlungen de 1779 (vol. III, p. 140)

7 Philanthropisches Archiv, n° 1, p. 16.

8 J.H. CAMPE, Wörterbuch der Deutschen Sprache, In der Schulbuchhandlung, 1807-1811.

9 « Unter Polizey versteht der Verfasser die Bemühungen der obersten Gewalt im Staate, die Wohlfahrt der einzelnen Familien mit dem Staatsinteresse zu verbinden, damit durch gemeinnützige Anstalten und Verordnungen die innere öffentliche Sicherheit, Ruhe und Ordnung erhalten wird » in : Allgemeine Deutsche Bibliothek, 1790, vol. 94 , n° 1, p. 229-231.

10 La correspondance de Campe avec des anciens élèves le prouve in (Schmitt, 2002)

11 Landeshauptarchiv Sachsen-Anhalt, Abteilung Dessau, Z 44 Ab .

12 Les arts sont plus considérés dans leur aspect physique (danser, chanter) que comme des matières.

13 J.H. Campe (1786), Über einige verkannte, wenigstens ungenützte Mittel zur Beförderung der Industrie, der Bevölkerung und des öffentlichen Wohlstandes. Zwei Fragmente. Wolfenbüttel.

14 Terme employé dans une lettre du professeur Du Toit au sujet des méthodes ludiques à Dessau in : III, 3, 5, Bl. 14 - 15 (Nachlaß : Fiche 39) Bericht über den Unterricht. En français dans le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Idealentwurf des Dessauer Philanthropins, von D.N. Chodowiecki (1771)
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/3999/img-1.png
Fichier image/png, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Craïs Alexa, « Penser le bien-être à l’école en Allemagne au temps de l’Aufklärung », Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le 09 janvier 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/3999

Haut de page

Auteur

Craïs Alexa

ESPE de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals