Navigation – Plan du site
Archives Binet

Alfred Binet, les rayons X et les spirites.

À propos d’un article oublié dans les pages du Temps.
Alexandre Klein
Référence(s) :

Le temps, 27 janvier 1896, p. 2-3

Texte intégral

  • 1 Générateur électrique permettant d’obtenir des tensions très élevées inventé par le mécanicien alle (...)
  • 2 Samueli, J.-J., 2009, « La découverte des rayons X par Röntgen », Bibnum [en ligne] http://www.bibn (...)
  • 3  Röntgen, W. C., « Über eine neue Art von Strahlen », Sitzungsberichte der Physikalisch-Medicinsich (...)
  • 4 Ils publieront ensuite : Applications de la méthode Röntgen aux sciences médicales, communications (...)
  • 5 « MM. Oudin et Barthélémy communiquent une photographie des os de la main, obtenue à l’aide des « X (...)
  • 6 Alfred Binet et Jacques Passy, « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Victorien Sardou (I) », Le (...)
  • 7 C’est ce que confirme Jean Finot (1858-1922), le directeur de la Revue des revues, dans un article (...)
  • 8 Burdin Jeune, C. et Dubois d’Amiens, F., 1841, Histoire académique du magnétisme animal, Paris, J.- (...)
  • 9 À Paris, où elle est arrivée au début des années 1870, la photographie spirite est représentée par (...)
  • 10 Binet, A, Féré, C., 1887, Le magnétisme animal, Paris, Alcan.
  • 11 Les archives d’Alfred Binet conservées à la Bibliothèque Nationale de France (fonds Alfred Binet, N (...)
  • 12 Comme celle qu’il a menée en 1894 sur les prestidigitateurs en vue de comprendre les mécanismes à l (...)
  • 13 En octobre 1894, il a fait paraître dans Le Temps un compte rendu des travaux de la Society for Psy (...)
  • 14 Il n’apparait en effet dans aucun des corpus établis de l’œuvre du psychologue, que ce soit celui p (...)

1Le 8 novembre 1895, Wilhelm Conrad Röntgen (1845-1923), professeur de physique à l’université de Würzburg en Allemagne, prépare dans son laboratoire un nouveau dispositif expérimental pour l’étude de ces rayons cathodiques récemment mis en évidence par son compatriote Johan Wilhelm Hittorf (1824-1914). Il recouvre son tube de Crookes - une ampoule remplie d’un gaz à basse pression - d’un carton noir et active la bobine de Ruhmkorf1 qui y est raccordée pour y faire passer un fort courant électrique. Dans le noir, l’écran de papier placé à quelques décimètres du dispositif s’éclaire. Le platinocyanure de baryum qui le recouvre vient d’être frappé par des photons et réagit donc par sa fluorescence naturelle. Même quand l’écran est recouvert d’un carton noir, la fluorescence se poursuit. Röntgen comprend alors qu’un rayonnement invisible et jusqu’alors inconnu est produit par son dispositif. Il vient de découvrir les rayons X2.
Dans les jours qui suivent, il poursuit les expériences et s’aperçoit que ces rayonnements impriment également les plaques photographiques. Le soir du 22 décembre, il invite son épouse, Anna Bertha, à glisser sa main gauche entre l’anode du tube et une plaque, créant ainsi la première photographie à rayons X de l’Histoire. Le 28 décembre, le physicien publie dans le bulletin de la Société physico-chimique de Würzburg un article intitulé « Über eine neue Art von Strahlen » (À propos d’une nouvelle sorte de rayons)3. Rapidement, la nouvelle de cette découverte se répand dans le monde scientifique. À Paris, les médecins Paul Oudin (1851-1923) et Toussaint Barthélémy (1850-1906) sont les premiers à s’en emparer, réalisant dès le début de 1896 la toute première radiographie française de la main4, qui est présentée à l’Académie des sciences le 20 janvier 1896 par le mathématicien Henri Poincaré (1854-1912) 5. Dans les jours qui suivent, le quotidien Le Temps demande au psychologue Alfred Binet (1857-1911) son avis sur cette incroyable découverte.
Avocat de formation, ayant ensuite effectué des études de médecine pour finir docteur en sciences naturelles et directeur du Laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, Binet est loin d’être un spécialiste de ces questions physiques. Mais il est alors un collaborateur régulier du quotidien, dans lequel il a notamment publié, quelques années auparavant, une série de portraits psychologiques de dramaturges avec son ami Jacques Passy (1864-1896)6. Qui plus est, la question qui lui est alors posée ne relève pas tant de la physique, que des sciences de l’esprit dont il est effectivement un spécialiste reconnu. La découverte de ces rayons qui laissent voir à travers les corps opaques a en effet réactivé d’anciens débats médicaux, devenus avec le temps le domaine des sciences psychologiques, pour certains, et des sciences psychiques, voire occultes7, pour d’autres. C’est en particulier le cas de la vision à travers un bandeau, qui fut au cœur des débats sur le magnétisme animal dans la première moitié du XIXe siècle8, et de la photographie spirite qui connait, depuis son invention par l’américain William H. Mumler (1832-1884) dans les années 1860, un certain engouement9. Binet, qui fut parmi les acteurs du retour en grâce scientifique du magnétisme animal, auquel il consacra en 1887 un livre avec son ami le médecin Charles Féré (1852-1907)10, est donc un interlocuteur de choix. D’autant qu’il s’intéresse beaucoup à la photographie, qu’il utilise tant pour son loisir11 que dans le cadre de ses études psychologiques12, et qu’il se penche régulièrement sur les travaux menés dans le domaine des sciences psychiques13. Rien d’étonnant donc à ce qu’Adrien Hébrard (1833-1914), le directeur du Temps, s’adresse à lui pour écrire un article sur le possible impact de cette découverte sur trois phénomènes spirites, somme toute assez classiques, que sont l’action de la pensée à distance (le télépathie), le phénomène de vision à travers un bandeau épais et la photographie des spectres.
Le 27 janvier 1896 parait donc sur deux pages du quotidien, un article de deux colonnes intitulé « La photographie à travers corps opaque et la télépathie ». Dans ce texte, jusque-là ignoré des spécialistes des études binetiennes14, et que nous reproduisons ci-dessous dans son intégralité (en y ajoutant simplement un appareil de notes), Binet apparait d’emblée assez méfiant à l’égard des procédés spirites sur lesquels il doit se prononcer. Il annonce en effet dès le départ qu’il entend prévenir le public des « généralisations hâtives », tout en parlant, avec un ton légèrement péjoratif, du « clan des télépathistes, des spirites et des voyants ». Il s’attache ensuite à décrire dans le détail le dispositif mis en place par Oudin et Barthélémy pour reproduire l’expérience de Röntgen au cours d’une séance à laquelle il a pu assister. Puis, Binet commence son analyse en écartant tout de suite la question de la télépathie (qui reste néanmoins, de manière assez surprenante ou volontairement commerçante, dans le titre de l’article), comme la lévitation ou la prévision de l’avenir, sous le simple prétexte que ces phénomènes ont peu à voir avec ceux mis en évidence par Röntgen, Oudin et Barthélémy. Il s’attarde ensuite sur le problème de la vision à travers des corps opaques et la photographie des spectres. Concernant cette dernière, il trouve peu de ressemblances entre les photographies spirites, notamment américaines qu’il a pu observer et celles produites par le dispositif à rayons X. Il note seulement - « coïncidence assez curieuse » - que le très sérieux physicien britannique William Crookes (1832-1919) qui a inventé le ballon (ou tube) qui permet de générer des rayons X, a également réalisé des photographies spirites. Concernant la vision à travers des corps opaques, qui présente « quelque analogie plus apparente » avec les rayons X, il rappelle le fiasco des expériences menées dans le cadre du prix Burdin mis au concours en 1837 par l’Académie de médecine (Binet par lui, à tort, de l’Académie des sciences) à ce sujet, ainsi que l’absence de tout candidat au récent concours lancé par Georges Pouchet (1833-1894) sur le même problème. Il revient pour finir sur les apports du travail de Röntgen et sur une expérience annexe, proche du concours de Pouchet, réalisée à sa demande par Oudin et Barthélémy. Binet conclut finalement en affirmant que les résultats sont peu probants, relativement à la problématique de la vision à travers un bandeau, et en signalant que la question de la transmission de l’image d’un objet à travers un corps opaque se pose désormais néanmoins en termes nouveaux. Enfin, paraissant ignorer l’invisibilité à l’œil nu du rayonnement mis en évidence par Röntgen, le psychologue achève son texte sur une étrange incitation à réaliser une autre expérience où la plaque photographique serait remplacée par un œil, afin de voir ce qu’il percevrait de ces rayons.
In fine, Binet semble surtout mal à l’aise avec la question qui lui est posée et qu’il n’aborde d’ailleurs que très indirectement, préférant s’abriter derrière des éléments historiques ou contextuels et n’apportant finalement que peu d’éléments de réponses concrets. Il faut dire qu’en tant que fervent défenseur de l’approche expérimentale, le savant se trouve bien dépourvu face à cette question qu’il n’a pas pu expérimenter et qui semble surtout dépasser ses compétences de psychologue. Il est donc contraint de s’en référer à la littérature, elle-même très pauvre sur le sujet, et de s’en tenir à ce qui a fait l’objet de démonstrations indubitables, c’est-à-dire avant tout la réalité des rayons X. Binet tourne ainsi autour du pot, se contenant de disserter sur la question posée plus que d’y répondre.
Les lecteurs du quotidien n’ont d’ailleurs pas été dupes du manège du psychologue. Le jour même, un certain M. Chabert, ingénieur des ponts et chaussées, adresse ainsi au journal la lettre suivante :

  • 15 Philipp Eduard Anton von Lenard (1862-1947) est un physicien d’origine austro-hongroise qui a trava (...)
  • 16 Le Temps, 28 janvier 1896, p. 2.

L’article de votre collaborateur, M. Alfred Binet, ne répond pas à la question posée : est-il possible d’expliquer par la transmission des rayons cathodiques à travers des corps opaques les prétendus phénomènes de vision à travers un bandeau, dont se targuent certains spirites ? Permettez-moi de vous faire observer que les connaissances acquises sur les rayons cathodiques et les faits les plus élémentaires d’anatomie permettent de répondre : Non.
En effet, le docteur Lenard15 a prouvé que ces rayons sont absorbés par les corps phosphorescents et fluorescents. Tout le monde sait que le cristallin est fluorescent.
Donc aucun œil muni de cristallin ne pourra jamais recevoir sur sa rétine aucun rayon cathodique.
Veuillez, etc.
M. Chabert
Ingénieur des ponts et chaussées.16

2Binet répond immédiatement à cette attaque (les deux lettres sont publiées l’une après l’autre dans le numéro du Temps du 28 janvier 1896) par un courrier pour le moins confus :

Je crois que M. Chabert n’a pas nettement saisi ma pensée ; peut-être me suis-je mal exprimé. J’ai simplement voulu dire que cette question de vision à travers des corps opaques, qu’on a si longtemps traitée d’absurdité, apparaît aujourd’hui sous un jour tant soit peu nouveau, et on ne peut plus la repousser pour des raisons a priori ; la question, au lieu d’être livrée aux hypnotiseurs, est en ce moment entre les mains des physiciens, et je ne crois pas qu’elle perde au change. Il faut maintenant attendre avec un peu de patience ce que les recherches nouvelles nous apprendront.
Alfred Binet

  • 17 Organe de la Société magnétique de France fondé en 1845 par le baron du Potet (1796-1881) et dirigé (...)
  • 18 Journal du magnétisme et du psychisme expérimental, 51e année, volume 26, numéro 10, février 1896, (...)
  • 19 Ibid., p. 173.
  • 20 Créée en 1888 par Papus (1865-1916), cette revue mensuelle est l’organe officiel du Groupe Indépend (...)
  • 21 Lermina, J., 1896, « Note sur les rayons X », L’Initiation, 30e volume 9e année, 5 février 1896, p. (...)
  • 22 Ibid., p. 105.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 104.
  • 25 La dimension encyclopédique que prendra sa revue L’Année psychologique témoigne de cet intérêt auss (...)
  • 26 Dans un compte rendu qu’il fait du travail d’Henry Sidgwick (1838-1900) sur les hallucinations pour (...)
  • 27 Binet, A., 1895, « Contribution à l’étude de la soi disant télépathie », art. cit., p. 199.
  • 28  Binet, A., 1901, « Est-il possible de mesurer la sensibilité tactile d’une personne avec la méthod (...)
  • 29 Sur l’histoire de l’IPI, voir Evrard, R., 2015, La légende de l'esprit - Enquête sur 150 ans de par (...)

3Tout réaffirmant sa position de scientifique qui se réjouit de voir une question passer du champ des soi-disant recherches psychiques à celui de la science physique officielle, Binet témoigne à nouveau ici de son peu de compétences à l’égard de la question posée, en renvoyant le problème aux futurs recherches scientifiques qui pourront y être consacrées. Binet est définitivement mal à l’aise avec cette thématique et se voit donc critiquer de tout bord. Car son article ne va pas susciter des réactions que du côté des scientifiques et des ingénieurs, mais également dans le monde des sciences psychiques et occultes qui s’en fait rapidement l’écho.
Dans son numéro de février 1896, le Journal du magnétisme et du psychisme expérimental17 reproduit ainsi intégralement le texte de Binet18, accompagné d’une introduction donnant des détails sur la récente découverte de Röntgen. Son auteur anonyme s’interroge alors sur la pertinence de demander son avis au psychologue, « qui n’a pourtant pas du tout l’air de croire à la réalité de cette vision, pourtant bien réelle, de certains somnambules »19. Le 5 février 1896, dans la revue ésotérique L’Initiation20, le journaliste et romancier Jules Lermina (1839-1915) commente également le texte de Binet21, trouvant son approche particulièrement réductrice : « La question posée par les expériences Lénard et Rœntgen est infiniment plus haute qu’un tour de prestidigitation spirite, et c’est singulièrement méconnaître ses conséquences logiques que de les circonscrire à un champ aussi étroit »22. Lermina y voit lui une preuve de ce qu’il appelle « l’unité de la substance, l’universalité du mouvement et par conséquent la pénétrabilité de toute substance par le mouvement dont elle n’est qu’une modalité et qu’elle possède déjà en elle-même », bref, des « faits familiers à tous les occultistes »23.
Si Binet peut être exempté de cette critique, qui s’adresse en fait davantage au journal qui a choisi l’angle d’attaque du lien entre rayons X et phénomènes spirites, force est de constater que le psychologue, contrairement à son habitude, ne brille pas ici par la finesse de ses analyses ou la pertinence de ses arguments. On peut même s’étonner qu’il ait accepté la demande du quotidien. Est-ce que parce que le tout récent directeur du Laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne cherche alors, encore, à se faire un nom ? Cela semble peu probable, puisque, comme l’admet, avec peut-être une pointe d’ironie, Lermina, Binet est déjà alors reconnu comme « un savant fort autorisé »24. C’est plus probablement une véritable curiosité pour cette découverte qui conduit Binet à accepter la demande d’Hébrard. Binet est en effet un homme que les sciences, dans toutes leurs dimensions, intéressent profondément. Il est passionné par les dispositifs expérimentaux comme par les travaux réalisés dans les autres domaines scientifiques que le sien25. Or, cet article est pour lui une occasion d’assister à des présentations d’Oudin et Barthélémy et même de mettre en place avec eux des expérimentations originales. De plus, le champ des sciences psychiques est en marge certes, mais à la bordure néanmoins de son domaine de spécialisation. Et si Binet s’attache à bien marquer la distinction entre ses travaux et les études psychiques26, il s’intéresse néanmoins régulièrement à ces dernières.
Son article sur la télépathie, paru en 1895 dans les Annales des sciences psychiques, témoigne de cette curiosité à l’égard des phénomènes spirites ou occultes, comme de sa difficulté à leur égard. Binet, qui y retranscrit des courriers qu’il a reçus d’un homme ayant fait une expérience de télépathie, prend soin, dans le titre comme dans le texte, de rappeler son « attitude de bienveillant scepticisme » à l’égard de ces phénomènes de « soi-disant télépathie » » pourtant, il souhaite quand même communiquer ces documents qui lui sont « tombés entre les mains par le plus grand des hasards » à ceux « que ces questions peuvent intéresser »27. Binet est donc ambivalent face à ces travaux qui, s’ils doivent à ses yeux être définitivement exclus du champ de la psychologie scientifique, n’en sont pas moins pour certains passionnants et enrichissants pour les sciences de l’esprit en formation. Cette ambivalence de Binet à l’égard des recherches spirites ne sera que de courte durée. En 1901, dans la seule allocution28 qu’il donnera à la Société de psychologie alors nouvellement créée, Binet marquera avec rigueur sa distance et celle de la nouvelle institution avec les recherches psychiques qui se développent alors au sein de l’Institut Psychologique International qui l’accueille29. Dans un compte rendu de cette séance, paru en novembre de la même année dans la Revue des études psychiques, son rédacteur César de Vesme (1862-1938) n’hésite d’ailleurs pas à qualifier le psychologue de fossoyeur des sciences psychiques :

  • 30 De Vesme, C., 1901, « L’institut psychologique international », Revue des études psychiques, 11, no (...)

[…] on crée au sein de l’Institut une « Société de Psychologie » – une institution fermée, composée de tout ce qu’il y a de plus officiel, de plus anti-psychique à Paris. Et l’on ne trouve pas mieux à faire que d’inaugurer les travaux de cette Société par une communication de M. Alfred Binet – ce qui est comme la pierre que l’on laisse tomber lourdement sur l’orifice d’une fosse après qu’un mort y a été enseveli, et après que le prêtre a déjà dit le : Requiem æternam !30

  • 31 Si la psychologie scientifique était alors en pleine essor, elle n’avait pas encore effectué ce tra (...)
  • 32 Henri Piéron, « Grandeur et décadence des rayons N », L’Année psychologique, vol. 13,‎ 1906, p. 143 (...)

4En 1896, Binet n’en était pas encore là. Les résultats de sa très courte enquête sur les rayons X en lien avec les phénomènes spirites sont bien décevants et Binet ne parvient pas, comme le note justement l’ingénieur Chabert, à apporter quelques éléments de réponse que ce soit à la question posée. Pire, son ambition de ne valoriser que les résultats issus de l’expérimentation et de réaffirmer ainsi la distinction entre cette psychologie scientifique qu’il pratique et les recherches psychiques qui sont encore légion, même parmi les psychologues31, semble mise à mal tant par l’objet même de son article que par le terrain qu’il semble, honnêtement, concéder aux recherches spirites de Crookes ou de la Society for Psychical Research. Ainsi, ni les rationalistes ni les occultistes ne sont convaincus de l’intérêt du rapprochement effectué dans l’article et tous s’interrogent sur la pertinence d’avoir demandé à Binet son avis sur ces questions. On est en effet loin du travail d’enquête approfondi qu’Henri Piéron mènera en 1904 autour des rayons N32, ce rayonnement hypothétique découvert l’année précédente par le physicien nancéien René Blondlot (1849-1930). Une chose est sûre, Binet ne se laissera plus piéger par ce type de proposition. On ne retrouve pas d’autres chroniques journalistiques commandées et commentant l’actualité dans sa bibliographie. Ce qui donne à ce texte oublié encore plus de valeur.

Haut de page

Notes

1 Générateur électrique permettant d’obtenir des tensions très élevées inventé par le mécanicien allemand Heinrich Daniel Ruhmkorff (1803-1877).

2 Samueli, J.-J., 2009, « La découverte des rayons X par Röntgen », Bibnum [en ligne] http://www.bibnum.education.fr/sites/default/files/RONTGEN-ANALYSE.pdf

3  Röntgen, W. C., « Über eine neue Art von Strahlen », Sitzungsberichte der Physikalisch-Medicinsichen Gesellschaft zu Würzburg, Jahrg. 1895, 9, p. 132-141.

4 Ils publieront ensuite : Applications de la méthode Röntgen aux sciences médicales, communications aux congrès de Nancy et de Londres (août 1896), Paris, impr. de Alcan-Lévy, 26 p.

5 « MM. Oudin et Barthélémy communiquent une photographie des os de la main, obtenue à l’aide des « X Strahlen » de M. Röntgen », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, Tome 122, Janvier-Juin 1896, Paris, Gauthier-Villars et fils, p. 150.

6 Alfred Binet et Jacques Passy, « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Victorien Sardou (I) », Le Temps, n°11812 (27 septembre1893), p. 3 ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Victorien Sardou (II) », Le Temps, n°11813 (28 septembre 1893), p. 3 ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Alexandre Dumas ». Le Temps, n°11815 (30 septembre 1893) ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Alphonse Daudet (I) », Le Temps, n°11881 (5 décembre 1893) ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Alphonse Daudet (II) », Le Temps, n°11883 (7 décembre 1893) ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Henry Meilhac », Le Temps, n°11917 (11 janvier 1894), p. 3 ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Édouard Pailleron », Le Temps, n°11996 (31 mars 1894), p. 3 ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. Edmond de Goncourt », Le Temps, n°12119 (2 août 1894), p. 3 ; « Psychologie des auteurs dramatiques. M. François Coppée », Le Temps, 12147 (30 août 1894), p. 2.

7 C’est ce que confirme Jean Finot (1858-1922), le directeur de la Revue des revues, dans un article publié en avril 1896 : « La photographie de l’invisible et les rayons X viennent de donner un regain d’actualité aux sciences occultes en général et à la photographie des esprits en particulier » Finot, J., « La photographie transcendantale », La Revue des revues, volume XVII, 1er avril 1896, p. 33-44, ici, p. 33.

8 Burdin Jeune, C. et Dubois d’Amiens, F., 1841, Histoire académique du magnétisme animal, Paris, J.-B. Baillière.

9 À Paris, où elle est arrivée au début des années 1870, la photographie spirite est représentée par le médium Édouard Isidore Buguet (1840-1901). Mais après une période d’engouement pour cette pratique mystérieuse, une descente de police, réalisée en juin 1875, révèle que les plaques photographiques de Buguet ont été pré-exposées. À l’instar de Mumler qui subit un procès retentissant en 1869, Buguet est alors contraint d’admettre sa fraude devant un tribunal. Dans un compte rendu d’un article de Marcel Mangin (1852-1915) sur la photographie spirite en Angleterre qu’il publie en 1896 dans L’Année psychologique, Binet rappelle que la fraude est « constamment à craindre dans ces sortes de recherche » (Binet, A., 1896, « Compte rendu de Marcel Mangin, La photographie spirite en Angleterre. Annales des sciences psychiques, juillet 1895, p. 234-242 », L’année psychologique, 2, p. 856).

10 Binet, A, Féré, C., 1887, Le magnétisme animal, Paris, Alcan.

11 Les archives d’Alfred Binet conservées à la Bibliothèque Nationale de France (fonds Alfred Binet, NAF 28884) abritent une collection de photographies prises par Binet qui témoignent de cette passion.

12 Comme celle qu’il a menée en 1894 sur les prestidigitateurs en vue de comprendre les mécanismes à l’œuvre derrière le mystère de leurs tours (Binet, A., 1894, « La psychologie de la prestidigitation », Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 37, mars, 346-348).

13 En octobre 1894, il a fait paraître dans Le Temps un compte rendu des travaux de la Society for Psychical Research sur les hallucinations chez les sujets sains (Binet, A., 1894, « Le recensement des hallucinations chez les individus sains », Le Temps, n° 12197,19 octobre, p. 3) et en 1895 un article sur la télépathie dans les Annales des sciences psychiques (Binet, A., 1895, « Contribution à l’étude de la soi disant télépathie », Annales des Sciences Psychiques, 5, 193-199).

14 Il n’apparait en effet dans aucun des corpus établis de l’œuvre du psychologue, que ce soit celui paru en 2009 dans le volume collectif Alfred Binet. De la suggestion à la cognition (1857-1911), dirigé par Bernard Andrieu (Lyon, Chronique sociale), ni dans celui, aujourd’hui de référence mis en ligne par Serge Nicolas : https://sites.google.com/site/alfredbinet18571911/home/oeuvre.

15 Philipp Eduard Anton von Lenard (1862-1947) est un physicien d’origine austro-hongroise qui a travaillé sur les rayons cathodiques. Récipiendaire en 1905 du Prix Nobel pour ces travaux, il accusera publiquement Röntgen de s’être approprié une partie de ses recherches.

16 Le Temps, 28 janvier 1896, p. 2.

17 Organe de la Société magnétique de France fondé en 1845 par le baron du Potet (1796-1881) et dirigé alors par l’occultiste Hector Durville (1849-1923).

18 Journal du magnétisme et du psychisme expérimental, 51e année, volume 26, numéro 10, février 1896, p. 173-176.

19 Ibid., p. 173.

20 Créée en 1888 par Papus (1865-1916), cette revue mensuelle est l’organe officiel du Groupe Indépendant d’Études Ésotériques.

21 Lermina, J., 1896, « Note sur les rayons X », L’Initiation, 30e volume 9e année, 5 février 1896, p. 104-112.

22 Ibid., p. 105.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 104.

25 La dimension encyclopédique que prendra sa revue L’Année psychologique témoigne de cet intérêt aussi vaste que marqué.

26 Dans un compte rendu qu’il fait du travail d’Henry Sidgwick (1838-1900) sur les hallucinations pour le premier numéro de l’Année psychologique paru en 1895, il s’insurge ainsi contre le fait qu’on qualifie de recherches psychiques des travaux sur la télépathie alors qu’elles n’ont rien à voir avec la psychologie, la physiologie ou la physique, tandis que le mot « psychique » renvoie, lui, au domaine de la psychologie (Binet, A, 1895, « Sidgwick. Recensement des hallucinations. (Proceedings of Soc. Psych. Research, août 1894, vol. X, partie XXVI, 398 p. », L’année psychologique, 1, p. 494-500, ici, p., 495, note 1).

27 Binet, A., 1895, « Contribution à l’étude de la soi disant télépathie », art. cit., p. 199.

28  Binet, A., 1901, « Est-il possible de mesurer la sensibilité tactile d’une personne avec la méthode de Weber ? (Communication du vendredi 29 mars à la Société de Psychologie) », Bulletin de l'Institut Psychologique International, 1, n° 3, mai, p. 145-150.

29 Sur l’histoire de l’IPI, voir Evrard, R., 2015, La légende de l'esprit - Enquête sur 150 ans de parapsychologie en France, Paris, Trajectoires.

30 De Vesme, C., 1901, « L’institut psychologique international », Revue des études psychiques, 11, novembre 1901, p. 322-330, ici, p. 324. Je remercie Renaud Evrard pour m’avoir signalé cette publication.

31 Si la psychologie scientifique était alors en pleine essor, elle n’avait pas encore effectué ce travail de distinction d’avec les sciences psychiques qui lui vaudra de s’affirmer comme discipline scientifique à part entière. Plas, R., 2000, Naissance d’une science humaine, la psychologie : les psychologues et le « merveilleux psychique », Rennes, Presses universitaires de Rennes.

32 Henri Piéron, « Grandeur et décadence des rayons N », L’Année psychologique, vol. 13,‎ 1906, p. 143-169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Alfred Binet, les rayons X et les spirites.  », Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/4293

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals