Navigation – Plan du site
Archives Binet

La photographie à travers corps opaques et la télépathie

Alfred Binet

Texte intégral

  • 1 Inventé au début des années 1870 par le physicien britannique William Crookes (1832-1919), ce ballo (...)
  • 2 Joseph Niépce (1765-1833) et Louis Daguerre (1787-1851) sont les inventeurs de la photographie (pro (...)
  • 3 Le 22 janvier 1896, Le Temps publie un long compte rendu de la communication de Poincaré à l’Académ (...)
  • 4 Fondée en 1882 par les physiciens Frederic William Henry Myers (1843-0901) et William Fletcher Barr (...)
  • 5 Son inventeur, William Mumler en avait rapidement fait un business lucratif, avant de subir un proc (...)
  • 6 Membre de la Society for Psychical Research (et son président entre 1896 et 1899), William Crookes (...)
  • 7 Katie King était un esprit célèbre parmi les spiritualistes de la fin du XIXe siècle. Elle apparut (...)
  • 8 Binet parle ici probablement de la commission mise en place par l’Académie de médecine en 1837 suit (...)
  • 9 Il s’agit en fait de l’Académie de médecine qui confia en 1837 à Frédéric Dubois d’Amiens (1797-187 (...)
  • 10 Claude Burdin dit Burdin jeune, né à Lyon en 1777, était un médecin militaire, membre de l’Académie (...)
  • 11 Il s’agit peut-être d’Alphonse Teste (1814-1888), auteur, notamment du Manuel pratique du magnétism (...)
  • 12 Francois-Joseph Double (1776-1842).
  • 13 C’est en fait l’Académie royale des sciences qui avait en 1775 frappé d’interdit la question de la (...)
  • 14 Georges Pouchet (1833-1894), naturaliste et anatomiste français, professeur au Musée d’histoire nat (...)

1On a bien voulu me demander mon opinion sur la très belle découverte de la photographie à travers corps opaques, dont on parle tant en ce moment. À la première nouvelle des résultats qui ont été obtenus à l’étranger et en France, le clan des télépathistes, des spirites et des voyants de toutes sortes s’est ému ; on a été séduit par le côté un peu mystérieux des faits nouveaux, et quelques personnes sérieuses ont pu se demander si dans ces propriétés nouvellement découvertes de l’électricité et de la fluorescence on ne pourrait pas trouver un exemple et une explication de l’action de la pensée à distance, de la vision à travers un bandeau épais, ou de la photographie des spectres. C’est sur ce point spécial que je suis appelé à donner mon opinion, et je serai très heureux si je parviens à mettre le public en garde contre des généralisations hâtives, tout en insistant sur ce que les recherches en question nous apportent de nouveau.

Mais il faut d’abord décrire rapidement l’expérience physique. J’ai eu le plaisir d’y assister, grâce à l’obligeance très grande de mes deux confrères, MM. Barthélemy et Oudin, qui ont repris en France, il y a une semaine à peine, les curieuses recherches de M. Rœntgen et ont eu la bonne fortune d’obtenir presque tout de suite les résultats les plus nets. Voici l’expérience très simple à laquelle j’ai assisté hier, avec un de mes collaborateurs habituels, M. Courtier, chef adjoint des travaux de mon laboratoire : On place sur une petite table un ballon de Crookes1, que l’on met en rapport avec un fort accumulateur électrique ; le ballon se remplit aussitôt d’une lumière douce, jaune-verdâtre à la périphérie, plus rosée vers le centre du ballon ; en face d’un des pôles du ballon, un des opérateurs, M. Oudin, pose sa main, présentant la face dorsale de sa main tournée vers le ballon ; la face palmaire de la main est appliquée contre la plaque photographique, qui est mise à l’abri de la lumière par quatre à huit épaisseurs de papier noir qui l’enveloppent complètement ; la distance de la main au ballon est de 5 centimètres environ ; la main est posée dans un plan vertical, et la plaque est soutenue par une pile de livres ; le côté rudimentaire et tout à fait primitif de cette petite installation ne manque pas de charmes : elle rappelle les premiers tâtonnements de Daguerre et de Niepce2. On note l’heure, et l’expérience commence. MM. Oudin et Barthélémy ont trouvé que dans les conditions spéciales où ils se placent, et en se servant de plaques instantanées, un temps de pose de vingt minutes est favorable. Pendant ce temps la main ressent, légèrement pour certains individus, un peu plus fortement pour certains autres, des effets tactiles comparables à ceux de l’effluve électrique. Les vingt minutes écoulées, on emporte la plaque dans un cabinet noir, on développe selon les méthodes ordinaires (la difficulté n’est pas du tout d’ordre photographique), et nous entendons l’appel joyeux de l’opérateur, qui nous crie : « Ça y est ! ». Nous n’avons pas à décrire le résultat, puisque le Temps en a déjà donné un dessin3 ; disons simplement que nous admirons une fois de plus, sur le cliché négatif, une photographie de main, qui a l’aspect d’une ombre, et dans laquelle on aperçoit nettement le squelette interne des métacarpiens et des doigts, la forme de ces os, les interlignes osseuses, etc.

On me dispensera d’insister sur la partie physique de cette belle expérience ; et je n’ai pas à chercher si ce sont les rayons cathodiques ou les rayons X qui traversent la main ou les épaisseurs de carton, si c’est la face palmaire de la main qui est photographiée ou la face dorsale, s’il y a une mise au point nécessaire, etc. Ce qu’il importe surtout de mettre en relief, c’est que dans l’expérience il se produit des rayons (peu lumineux pour notre œil), qui traversent des corps opaques comme la main et quatre épaisseurs de carton noir. On pourrait dire, en employant une métaphore qui n’a d’autre avantage du reste que de bien faire comprendre la marche générale de l’expérience, – on pourrait dire que cette lumière spéciale engendrée dans le ballon de Crookes a une telle force de pénétration que les corps opaques pour les rayons ordinaires deviennent translucides et les corps translucides deviennent transparents. Ainsi, la main dont on nous montre l’épreuve est une photographie par transparence, dans laquelle les parties plus denses, c’est-à-dire le squelette osseux, font une ombre noire, tandis que les parties molles, le tégument, les muscles, les vaisseaux et les nerfs font une ombre claire.

Pour merveilleuses qu’elles soient, ces expériences sont positives, parce qu’elles peuvent se répéter à volonté, et qu’on est toujours sûr d’obtenir le même résultat, à part, bien entendu, les quelques tâtonnements qui sont inévitables dans une recherche aussi nouvelle, et nous comprenons parfaitement le grand mouvement d’enthousiasme qui se produit en ce moment un peu dans tous les pays : cette expérience, dont nous ne voyons que le point de départ, et qui va se développer très rapidement – on sait quels progrès a faits [sic] la photographie dans l’espace de ces vingt dernières années – deviendra certainement une des plus belles découvertes physiques de notre fin de siècle.

Nous avons maintenant à nous demander quel rapport elle peut offrir avec la télépathie, ou du moins avec l’ensemble de phénomènes psychiques de nature très disparate qu’on désigne sous ce nom. Il a été souvent question dans ce journal des efforts tentés par un grand nombre de personnes pour résoudre par la méthode scientifique des questions qui jusqu’ici sont restées dans le domaine de l’occultisme. La recherche la plus sérieuse certainement est faite en ce moment en Angleterre, sous les auspices d’une société nombreuse et zélée, qui porte le nom de Society for Psychical Research4, et qui compte parmi ses membres des noms très honorables et même éminents dans les sciences. Cette société a étudié jusqu’ici – je n’ose dire avec succès, disons simplement avec conscience – presque toutes les formes du surnaturel, depuis les maisons hantées jusqu’à la prévision de l’avenir. La question est de savoir si parmi tous les phénomènes psychiques extraordinaires, il en est quelques-uns qui puissent se rapprocher de ceux de MM. Oudin et Barthélemy.

Il faut évidemment, avant de répondre, circonscrire un peu le sujet. Nous jugeons bien inutile de parler de suggestion à distance. Qu’une personne ait le pouvoir de donner à une autre personne, qui ne s’en doute pas, et qui est actuellement à un ou deux kilomètres de distance, l’ordre de dormir – c’est là une expérience qui ne présente pas suffisamment d’analogie avec la photographie à travers un corps opaque pour qu’il soit nécessaire de la discuter en ce moment. Je pense aussi devoir écarter, pour le même motif, la prévision de l’avenir, la lévitation, etc., pour ne conserver en somme que deux phénomènes principaux : la vision à travers des corps opaques et la photographie des spectres.

Pour la photographie des spectres, on en fait depuis longtemps, et on en fait d’autant plus que cette photographie donne lieu à un véritable commerce, qui se poursuit activement en Amérique5 ; c’est ce qu’on appelle la photographie spirite. J’ai eu sous les yeux un certain nombre de ces photographies ; on y voit en général une figure peu distincte, enveloppée de voiles, costume toujours à la mode chez les esprits ; ces portraits ressemblent peut-être d’une manière vague aux photographies de mains déjà obtenues par MM. Oudin et Barthélémy ; c’est le flou des contours qui fait la ressemblance ; mais on n’y distingue pas le squelette interne, et les parties denses ne sont pas mieux venues que les autres parties. Il faut faire une mention spéciale des photographies spirites obtenues par Crookes lui-même6, parce qu’il est très curieux de voir le nom de cet éminent physicien revenir en ces matières. Le même homme qui a étudié la matière radiante et fait construire les ballons servant aujourd’hui à la photographie à travers les corps opaques, – ce même homme a pratiqué assidument la photographie des fantômes ; il a photographié un grand nombre de fois l’esprit de miss Katie King7, alors, paraît-il qu’aucune personne visible ne posait devant l’objectif de l’appareil ; nous devons cependant ajouter que ces photographies ont été prises avec la collaboration constante et sine quâ non d’une personne bien vivante, en chair et en os, qui ressemble beaucoup physiquement à miss Katie ; les différences ne portaient même que sur quelques détails insignifiants de taille et de nuance de cheveux. A part cette coïncidence assez curieuse du nom de Crookes, nous ne voyons guère d’analogie sérieuse entre la photographie des spectres et la photographie à travers les corps opaques.

La prétendue vision à travers corps opaques présente certainement quelque analogie plus apparente ; il s’agit en effet de la propriété que posséderaient certains yeux de voir à travers un bandeau. Les observateurs sérieux, des hypnotiseurs de profession, des prestidigitateurs et de vrais charlatans se sont occupés de cette question, et on a largement exploité la crédulité humaine. Il serait trop long de faire l’historique complet de tout ce qu’on a écrit et inventé dans ce sens. L’expérience se faisait d’ordinaire de la manière suivante : un épais bandeau de taffetas ou de velours était posé sur les yeux de l’opérateur, et celui-ci devait deviner la carte qu’on plaçait devant ses yeux ou l’écrit qu’on posait sur son front, ou même lire à livre ouvert une page imprimée. Lorsqu’on parcourt attentivement les observations publiées – et quelques-unes ont été prises avec la solennité et la précision d’un procès-verbal par les commissaires de l’Académie des sciences8 – on a le sentiment qu’on est simplement en présence d’un ensemble de tricheries ; l’homme aux yeux bandés triche en regardant en dessous du bandeau, en déplaçant le bandeau par des mouvements d’impatience, ou tout simplement en se servant de communications conventionnelles avec un compère, qui voit tout et lui donne des indications précieuses par des gestes, des contacts, des mots convenus d’avance ; ce système de communications a été profondément travaillé, je le sais, par les hypnotiseurs et prestidigitateurs, et poussé à un degré de perfectionnement remarquable ; il constitue aujourd’hui un secret professionnel, que les initiés se communiquent à l’oreille. La plupart des tours de ce genre qui s’exécutent en ce moment dans les spectacles payants sont fondés sur ce système.

Quand l’Académie des sciences, en 1837, s’occupa du magnétisme animal9, un des membres de l’Académie, Burdin jeune10, voulut en finir avec cette question, et il proposa de décerner sur sa fortune personnelle un prix de 3,000 francs à la personne qui pourrait lire, sans le secours des yeux et sans lumière, un écrit quelconque, placé hors de la portée des yeux. L’Académie accepta cette proposition. Divers essais furent tentés. Deux magnétiseurs se présentèrent. L’un, le docteur Pigeaire, de Montpellier, avait une fille de dix à onze ans, qui, devant Lordat, professeur de physiologie à la faculté de médecine de Montpellier, avait lu de l’écriture avec les yeux bandés par un appareil de soie. On amena l’enfant à Paris ; mais au moment de faire l’expérience, une discussion s’éleva entre Pigeaire et les commissaires de l’Académie ; Pigeaire apportait un bandeau, les commissaires en voulaient un autre, plus épais ; on ne put pas s’entendre et l’expérience ne fut même pas tentée. Quelque temps après, un autre magnétiseur, Teste11, se présenta avec une somnambule extralucide, qui se vantait de pouvoir lire de l’écriture renfermée dans une boite ; mais l’échec fut complet et on a su depuis que Teste, qui était de bonne foi et d’esprit un peu lourd, avait été trompé par sa somnambule. Le prix Burdin ne fut pas décerné et, comme conclusion, M. Double12 proposa à l’Académie d’écarter à l’avenir toute question relative au magnétisme animal, comme elle écarte les propositions relatives au mouvement perpétuel et à la quadrature du cercle13.

J’ignore si Pouchet14 avait gardé le souvenir de ces événements ; toujours est-il que, peu de temps avant sa mort, ce charmant homme, impatienté par le bruit que faisaient les télépathistes et hypnotiseurs, renouvela la proposition de Burdin. Les Annales des sciences physiques (mai 1893, p. 178) ont publié son défi dans les termes suivants :

« M. George Pouchet, - 10, rue de l’Eperon, - accompagné de deux personnes désignées par lui, présentera une carte sou enveloppe opaque, scellée, qui ne sortira pas de sa vue. Cette carte pourra être examinée, touchée, palpée pendant une heure, devant lui. Elle contiendra, en caractères majuscules, un mot ou un ensemble de mots compris entre dix et quinze lettres, connu de lui. Si le mot ou l’ensemble est lu, M. Pouchet versera sur l’heure la somme de mille francs, dont il sera porteur, à la personne ayant lu l’écrit.
En cas d’insuccès vingt-cinq francs seront immédiatement versés, au profit des pauvres du 6e arrondissement, entre les mains de M. Pouchet, qui en fournira le reçu du bureau de bienfaisance, le lendemain avant midi. » G. Pouchet

  • 15 Don qui permettrait de voir l’avenir.

2On voit que Pouchet a remplacé la boîte par une simple enveloppe opaque. Personne ne s’est présenté.
Les recherches nouvelles de Rœntgen nous font apparaître ces expériences cruciales sous un jour quelque peu nouveau, et, en principe, la vision à travers des corps opaques ne peut plus aujourd’hui être traitée d’absurdité, bien qu’on doive rester très sceptique sur les prétendus faits de double vue15 rapportés jusqu’ici. Voici une expérience que MM. Barthélémy et Oudin ont bien voulu faire hier soir sur notre demande et qui ressemble par certains côtés à celle de Pouchet : Nous leur apportons une plaque de carton très opaque, ayant un millimètre d’épaisseur ; sur ce carton sont fixés avec de la colle des chiffres et des dessins en métal, et le tout est enveloppé de plusieurs épaisseurs de papier noir. Ce carton est posé pendant vingt minutes contre la plaque photographique, également enveloppé de papier noir, et exposée à l’influence du ballon de Crookes ; au bout de ce temps, on développe et on obtient un superbe négatif dans lequel les chiffres et dessins se lisent avec la netteté d’une bonne photographie.
Ce n’est point là, à proprement parler, une réponse directe au défi de Pouchet, car Pouchet, et avant lui Burdin jeune, ont posé comme condition que l’opérateur, pour découvrir l’inscription cachée derrière le corps opaque, se servirait uniquement de ses yeux et de la lumière ordinaire ; mais il est évident que la question de la transmission de l’image d’un objet à travers un corps opaque se pose dès aujourd’hui dans des termes nouveaux et qu’il serait très intéressant de savoir, si, dans des conditions plus perfectionnées d’expérience, on remplaçait la plaque photographique par un œil, ce que cet œil percevrait.

3ALFRED BINET

Haut de page

Notes

1 Inventé au début des années 1870 par le physicien britannique William Crookes (1832-1919), ce ballon, également appelé tube de Crookes, est un tube en verre sous vide partiel permettant de visualiser les rayons cathodiques par le passage d’un courant électrique entre l’anode et la cathode qu’il contient.

2 Joseph Niépce (1765-1833) et Louis Daguerre (1787-1851) sont les inventeurs de la photographie (procédé héliographique, puis daguerréotype).

3 Le 22 janvier 1896, Le Temps publie un long compte rendu de la communication de Poincaré à l’Académie des sciences et présente une photographie d’une main sous rayon X réalisée par Röntgen.

4 Fondée en 1882 par les physiciens Frederic William Henry Myers (1843-0901) et William Fletcher Barrett (1844-1925), le psychologue Edmund Gurney (1847-1888), le journaliste Edmund Rogers (1823-1910) et le professeur de philosophie Henry Sidgwick qui en fut le premier président, cette société avait (et a toujours) pour objectif d’étudier les phénomènes dits paranormaux.

5 Son inventeur, William Mumler en avait rapidement fait un business lucratif, avant de subir un procès retentissant pour fraude en avril 1869. Voir à ce propos, Louis Kaplan, 2008, The Strange Case of William Mumler, Spirit Photographer, Minneapolis, University of Minnesota Press.

6 Membre de la Society for Psychical Research (et son président entre 1896 et 1899), William Crookes s’est intéressé à la fin de sa vie aux phénomènes paranormaux, pratiquant notamment la photographie spirite et étudiant certains médiums.

7 Katie King était un esprit célèbre parmi les spiritualistes de la fin du XIXe siècle. Elle apparut pour la première fois à Londres dans des séances organisées par la médium Florence Cook (1856-1904) entre 1871 et 1874. Crookes fut témoin de ces apparitions et rédigea un même rapport à ce propos (Crookes, W., 1874, « Notes of an Enquiry into the Phenomena called Spiritual during the Years 1870-1873 », Quarterly Journal of Science. January 1874) dans lequel apparaissent des photographies de l’esprit.

8 Binet parle ici probablement de la commission mise en place par l’Académie de médecine en 1837 suite à la requête du Dr Burdin pour la création d’un prix récompensant la personne qui pourrait lire sans le recours des yeux, du toucher ou de la lumière, et sur laquelle il revient plus loin dans l’article.

9 Il s’agit en fait de l’Académie de médecine qui confia en 1837 à Frédéric Dubois d’Amiens (1797-1873) la rédaction d’un rapport sur le magnétisme animal. Voir à ce propos, Burdin Jeune, C. et Dubois d’Amiens, F., 1841, Histoire académique du magnétisme animal, Paris, J.-B. Baillière.

10 Claude Burdin dit Burdin jeune, né à Lyon en 1777, était un médecin militaire, membre de l’Académie de médecine et de la Légion d’Honneur. Il est mort en 1858.

11 Il s’agit peut-être d’Alphonse Teste (1814-1888), auteur, notamment du Manuel pratique du magnétisme animal, (Paris, Libraire de l’Académie Royale de Médecine, 1840).

12 Francois-Joseph Double (1776-1842).

13 C’est en fait l’Académie royale des sciences qui avait en 1775 frappé d’interdit la question de la quadrature du cercle et celle du mouvement perpétuel.

14 Georges Pouchet (1833-1894), naturaliste et anatomiste français, professeur au Musée d’histoire naturelle.

15 Don qui permettrait de voir l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le temps, 27 janvier 1896, p. 2-3

Référence électronique

Alfred Binet, « La photographie à travers corps opaques et la télépathie », Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le 16 janvier 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/4302

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals