Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce Tome 2 prolonge le numéro 17 du Tome 1 de la Revue Recherches&Educations en reprenant les mêmes questions fondamentales posées en introduction de ce 1er. Les axes traités sont également les mêmes, ils viennent en complémentarité apporter un regard plus centré sur le bien de l’être ou le mal de l’être. Le Tome 1 est donc indissociable du Tome 2.
Nous le redisons ici, l’attractivité de ce thème a donné lieu à une quarantaine de communications proposées ouvrant sur tous les champs scientifiques et de la formation. Pour le tome 1, nous en avons retenu 9 dans le registre dossier et 2 dans le registre varia et pour le Tome 2, 8 sont classés en dossier et 1 en varia. Les auteurs exposent leurs savoirs et recherches nationales et internationales pluridisciplinaires ouvrant sur l’innovation de la pensée et de l’action.
Tout comme le Tome 1, ce Tome 2 a été mené par Alix Garnier coordinatrice scientifique de la Revue et coordinatrice scientifique du projet et par Laurence Bergugnat, Eric Dugas et Régis Malet co-responsables scientifiques du projet et porteurs du projet.
Ce sujet proposé par l’équipe Bordelaise à expertise auprès de la Revue a trouvé un soutien sans faille dans sa coordination scientifique interne tant le sujet fait un pont représentant les réflexions sociales du 19 e siècle que défendaient Binet dans ses expérimentations scientifiques et implications presque militantes, créatrices de lieux d’apprentissage adaptés, avec celles, en mutation dans notre ère postmoderne voire hypermoderne.
Entre les premières préoccupations de Binet sur le bien de l’être (élève) et les découvertes des chercheurs actuels sur ces concepts définissant le sujet et répondant aux politiques, aux secteurs éducatif, médical, pédagogique etc. nous assurons deux choses : la pérennité de l’encrage scientifique des travaux engagés par Binet, et l’exploration innovante de ceux des chercheurs d’aujourd’hui et de demain.
Pour introduire ce deuxième numéro sur le bien-être à l’école, nous partirons des argumentations de Philippe Sarremajane d’une part et de Ghislain Leroy d’autre part, auteurs publiés dans le Tome 1 de ce n°17 sur le sujet « Bien – être à l’école : vers une production du bien-être ? » : le premier interroge le paradoxe de tenir ensemble l’effort et la joie, d’articuler bien-être et mal-être, désormais quotidien de l’école. Quant au second, il démontre que « la notion de « travail », très présente dans les classes maternelles (Leroy, 2016a) lie souvent consubstantiellement apprentissage et labeur » et que « des pratiques non respectueuses du bien être psycho-affectif de l'enfant ne sont pas exceptionnelles : stress des enfants, dévalorisations ou mêmes violences verbales de la part des enseignants » (Leroy, 2016b).
Les injonctions au bien-être cacherait-il alors un prétexte, voire une illusion à pallier les maux de notre Ecole relevés dernièrement dans l’enquête TALIS (2013) ou dans l’étude de Jégo & Guillo (2016) sur l’exposition des enseignants aux risques psychosociaux ? Aborder les problèmes de l’Ecole sous un angle plus positif que le burnout, la souffrance ou encore le décrochage serait-il suffisant pour résoudre les difficultés de l’école « confrontée à l’aggravation de la détresse sociale des enfants et adolescents » ? (Delahay, 2015). 
C’est peut-être le texte de Ricoeur « Souffrance et douleur », publié en 1992 dans la revue Psychiatrie française, qui pourrait nous aider à penser le bien-être, en contrepoint du souffrir, dont le sens premier est « endurer, c’est-à-dire persévérer dans le désir d’être, et l’effort pour exister en dépit de … » (p. 33). Le bien-être ne pourrait-il pas être un avatar de la souffrance, une transcendance, une transformation d’un rapport à soi, à autrui, et au sens du monde ? Ainsi, faudrait-il donc dépasser la souffrance pour connaître le bien-être ? Ne pourrait-on pas d’entrée de jeu être bien ? Bien avec soi-même, avec les autres, trouvant du sens partout et pour tout ? Pourtant, le bien-être à la lumière de nos sociétés de la modernité, dominées par le modèle consumériste, où les plaisirs prévalent, pourrait bien apparaître comme un cache-misère de réalités douloureuses : que penser par exemple de certains élèves qu’il est impossible de faire entrer dans les cases d’un livret de compétences parce qu’inadapté à leurs singularités, ou bien même parce que devenu numérique il en exclut les plus pauvres ?
Poursuivons plus avant avec Ricoeur qui rappelle le conseil du Coryphée (Eschyle, 458 av. JC) « Par le souffrir, apprendre », mais apprendre quoi ? C’est alors que le livre de Cyrulnik « L’ensorcellement du monde » paru en 1997, peut nous aider à trouver une réponse : nous souffrons et pour qu’il y ait bien-être, ou plaisir pourrions-nous dire, nous devons ressentir la douleur du manque : « les lieux du système nerveux où sont traités les sensations du plaisir sont les mêmes structures qui contrôlent les voies de la douleur […] L’organisme, dès le niveau neurologique, balance entre la souffrance de l’excès et la souffrance du manque. Entre les deux, sur la crête étroite de l’harmonie, s’éprouve le plaisir ! » (p. 201). Le plaisir d’apprendre va donc de pair avec l’expérience de la souffrance du manque. Et Cyrulnik de poursuivre : « dès l’instant où l’on éprouve du bonheur, en risquant de le perdre, on s’ouvre au malheur et dès qu’on éprouve du malheur, on ne peut qu’espérer le bonheur » (p. 202). En fin de compte, que ce soit le bonheur ou le malheur, la souffrance ou le bien-être, quand on les éprouve, ils sont déjà passés !
Ainsi, parler du bien-être à l’école sans le relier au souffrir pourrait bien devenir un leurre, une chimère conduisant vers des frustrations et déceptions douloureuses : l’école d’aujourd’hui peut-elle soutenir ce défi de tenir ensemble les deux faces d’un même problème qui est au fond et en toute lucidité, celui de la difficulté à vivre ?
Les textes de ce deuxième volume sur le bien-être à l’école présentent différentes déclinaisons du concept, en explorant ses deux pendants, l’être bien et l’être mal : tout d’abord Gwénola Réto propose une mise en abîme du bien-être par le prisme de la bienveillance induisant un changement de paradigme dans la vision de l’Ecole. Elle analyse la relation pédagogique sous l’angle des quatre dimensions de la bienveillance, à l’appui de l’éthique du care, allant jusqu’à proposer un modèle de « communautés éducatives bienveillantes ». Pour Halim Bennacer son étude porte sur la performance scolaire. Elle déterminerait le bien-être et la satisfaction envers le maître. Il cherche à dresser le profil de l’élève qui a une bonne performance ou manifeste des réactions positives envers la classe.
Les trois textes suivant explorent la face cachée du bien-être dans ses opposés ou au contraire sa complémentarité avec le stress de l’évaluation scolaire pour Victoria Prokofieva et ses collègues, avec le burnout pour Benjamin Castets-Fontaine et Audrey Tuaillon Demésy, et avec la souffrance des enseignants pour Nicolas Burel.
Les deux autres articles suivants exposent l’intérêt et les effets de dispositifs de promotion du bien-être l’un par la Communication non violente (Sophie Javerlhiac et al.), et l’autre par le programme « Aller bien pour mieux apprendre » (Sandrine Broussouloux et Dominique berger). Enfin, deux textes centrés spécifiquement sur les professeurs d’EPS et leur défi à durer dans le métier (Dominique Cau-Bareille), et sur les conseillers principaux d’éducation et leur rôle à jouer dans le bien-être de l’élève (Nathalie, Mikaïloff) clôturent ce registre dossier.
Poursuivant en varia, le texte de Sandra Safourcade aborde en complémentarité ce sujet et le conclue dans une dynamique positive par les théories socio – cognitives sur les sentiments de compétences et sentiments d’efficacité personnelle des enseignants et des apprenants vecteurs de production du bien-être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Bergugnat et Alix Garnier, « Editorial », Recherches & éducations [En ligne], 18 | octobre 2017, mis en ligne le 09 janvier 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/4333

Haut de page

Auteurs

Laurence Bergugnat

Maître de Conférences Sciences de l’Education ESPE Bordeaux. Laboratoire Cultures Éducations Sociétés, Université de Bordeaux
Co-Responsable scientifique du projet

Articles du même auteur

Alix Garnier

Maître de Conférences Sciences de l’Education. Laboratoire Cirel-Profeor EA4354
Université Charles de Gaulle Lille3
Membre du comité de rédaction Recherches & Educations
Coordinatrice Scientifique de la Revue Recherches & Educations et du projet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals