Navigation – Plan du site
Recensions

Acteurs et action. Perspectives en didactiques de l’histoire et de la géographie.

Didier Cariou
Référence(s) :

Acteurs et action. Perspectives en didactiques de l’histoire et de la géographie
Jean-François Thémines
Sylvain Doussot
Caen : Presses Universitaires de Caen, 339 p.
2016

Texte intégral

1Cet ouvrage est constitué d’un ensemble de textes choisis parmi les communications données au colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté de Caen en 2014 qui portait sur les acteurs et l’action dans ces différentes didactiques. Il constitue une mise au point sur l’évolution de ces dernières, dans la continuité du dossier paru en 2001 dans le numéro 53 de Perspectives documentaires en éducation. Il permet notamment de comprendre la nature des écueils auxquels elles se sont confrontées et propose des perspectives de recherche prometteuses. Il nous montre que le fait de penser les situations d’enseignement-apprentissage à travers le prisme des acteurs permet d’envisager leurs capacités d’action et de penser leurs pratiques autrement que comme des écarts – selon un jugement dépréciatif – par rapport aux attentes de l’institution ou au texte du savoir disciplinaire.

2
L’introduction, signée des deux coordinateurs de l’ouvrage, d’une grande portée théorique, est exemplifiée par chacun des chapitres du livre. Elle montre que, jusqu’à présent, les didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté ont rarement pensé l’acteur et l’action didactique. Alors que certaines sciences sociales constituent leurs disciplines académiques de référence et qu’elles se considèrent elles-mêmes comme des sciences sociales, ces didactiques se sont tenues à l’écart des débats épistémologiques et méthodologiques qui ont agité les sciences sociales depuis les années 1980 autour de la question des acteurs. Ceux-ci sont pourtant centraux pour des didactiques qui travaillent, à différents niveaux d’analyse, sur les acteurs spatiaux, les acteurs du passé, de la classe, de l’institution, etc. Les chapitres regroupés dans la troisième partie de l’ouvrage évoquent notamment les acteurs spatiaux étudiés en classe de géographie, même s’ils sont rarement nommés et si les acteurs collectifs sont privilégiés au détriment des acteurs individuels. Cependant, au moment où, dans les années 1980-1990, l’histoire rompait avec l’objectivisme des structures et de la longue durée et où la géographie s’affirmait comme une science sociale centrée sur l’étude des acteurs, ces didactiques étaient restées dans l’impensé de dualismes opposant l’acteur et le contexte, le subjectivisme à l’objectivisme. Cet ouvrage marque donc la fin de cette parenthèse et montre comment ces dualismes tendent actuellement à être dépassés.

3
Ces didactiques s’en étaient effectivement souvent tenues à une analyse de type objectiviste du déroulement des séances de classe qui serait contraint par une « culture disciplinaire » niant toute capacité d’action autonome aux acteurs que sont les professeurs et les élèves. D’autres recherches se sont focalisées sur l’analyse des manuels – dont le texte était souvent envisagé comme un écart par rapport au discours de la discipline de référence - sans se soucier de l’usage réel qui pouvait en être fait en classe par ces mêmes acteurs. Le dualisme structurait également une distribution des rôles dans certaines recherches : les chercheurs, en position de surplomb, prendraient pour objet les pratiques et le discours des enseignants analysés essentiellement en terme d’écarts – c’est-à-dire en terme d’insuffisance – par rapport à leurs intentions premières ou par rapport au texte du savoir scientifique de référence. En effet, de nombreux travaux centrés sur la « pensée historienne » ou « géographique » se sont référés principalement à l’épistémologie des disciplines concernées, allant jusqu’à penser les pratiques de classe selon une logique applicationniste. La tentation était grande de mesurer l’écart entre les pratiques observées et leur référence disciplinaire et épistémologique tout en ignorant les choix et la logique des acteurs ainsi que la dimension sociale des pratiques de savoir dans la classe. En outre, comme le montre un chapitre de l’ouvrage, le développement des « éducations à » et l’enseignement de « questions socialement vives » détachées de toute référence universitaire ne permet plus de s’en tenir à la seule référence disciplinaire et épistémologique. De tels impensés apparaissent aujourd’hui comme autant de freins et de limites à ce champ de recherche. Mettant en lumière ces impensés, l’ouvrage répond donc à la nécessité de questionner aussi bien l’épistémologie que la méthodologie des didactiques concernées.

4
Il s’agit désormais d’examiner la notion d’acteur et les théories de l’action qui lui sont associées. Dans ce cadre, les notions de contexte et de situation, empruntées aux sciences sociales et à certaines théories didactiques, deviennent centrales en ce qu’elles permettent de répertorier tout ce qui joue un rôle dans le déroulement de l’action et qui fonctionne comme autant de contraintes ou de ressources pour les acteurs. Il s’agit de décrire la logique et le sens pratique des acteurs (Bourdieu, 1980). Selon les auteurs, c’est la référence à la situation didactique qui permettrait de dépasser le dualisme objectivisme / subjectivisme pour penser, selon une logique relationnelle, ce que l’on peut désigner également comme « la dialectique du contrat et du milieu » (Brousseau, 1998). Elle permettrait d’articuler les contraintes du contexte, selon la logique objectiviste de Durkheim, aux incertitudes ou aux choix des acteurs résultant de leur interprétation de la situation, selon une logique interprétative héritée de Max Weber. Un chapitre de l’ouvrage décrit par exemple les modalités d’action d’enseignants québécois contournant les nouvelles orientations curriculaires imposées par l’institution. Il apparaît ainsi que le caractère figé et peu efficace des situations d’enseignement-apprentissage en histoire et en géographie ne relève pas seulement d’un fait social objectif qui s’impose aux acteurs. Ces pesanteurs peuvent être le fruit des choix délibérés et des pratiques de ces derniers.

5
Deux autres chapitres montrent concrètement pourquoi le dualisme acteur / contexte – où le contexte imposerait implacablement ses choix à l’enseignant – ne tient pas, dans la mesure où le professeur produit le contexte d’apprentissage tout en étant également produit par ce dernier. Ainsi, en géographie lors d’une « sortie de terrain » visant l’appropriation sensible d’un espace par les élèves, ou bien de lycéens qui repensent l’appropriation de l’espace de leur lycée en réalisant une performance artistique s’inspirant des pratiques du Land Art. La recherche en didactique peut alors dépasser la modélisation de ce qu’il se passe habituellement en classe d’histoire et de géographie et qui s’expliquerait par la culture disciplinaire, afin d’envisager des situations de classe qui rompent avec le contrat didactique habituel dans ces disciplines. De même, deux chapitres présentent des pistes de recherche sur un autre type de situation (la visite d’un Mémorial) et un autre type d’acteurs (les intervenants extérieurs de plus en plus nombreux dans et hors les classes) qui remettent en cause la situation didactique habituelle d’un professeur enseignant à des élèves dans l’espace clos de la salle de classe. Cela contraint donc à repenser le rôle des acteurs des apprentissages et donc également celui du chercheur obligé de réorienter ses investigations. Il s’agit désormais de penser les pratiques de classe et les pratiques scientifiques de référence comme autant de pratiques sociales situées dans des contextes spécifiques. C’est ce que montre le chapitre décrivant les pratiques des élèves autour d’un ensemble documentaire portant sur les traites négrières. Ce qui guide l’action des élèves et leur lecture des documents, ce ne sont pas seulement des modes de pensée disciplinaire, c’est aussi leur sens pratique (Bourdieu, 1980) que l’on peut envisager en référence (mais pas exclusivement) aux pratiques de la communauté scientifique des historiens ou des géographes.

  • 1

6
Signalons enfin les références fréquentes à des concepts et à des cadres théoriques hérités de la didactique des mathématiques qui envisagent de penser la didacti1que et non pas les diverses didactiques disciplinaires – Théorie des situations didactiques de Brousseau (1998), Théorie anthropologique du didactique de Chevallard (2007), Théorie de l’action conjointe en didactique de Sensevy (2011) – ainsi qu’aux approches historico-culturelles héritées de Vygotski (1934) et de Bakhtine (1953). Ces références montrent-elles que le rapprochement des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté avec les sciences sociales conduirait à les intégrer dans le champ des recherches comparatistes en didactique qui permettent également de penser la question des acteurs, de l’action et des situations ? En tout cas, la convocation de grands noms des sciences sociales dans différents chapitres de cet ouvrage (Bazin, Bourdieu, Bruner, Clot, Lahire, Latour…), en sus des références disciplinaires habituelles, montre sinon une normalisation de ces didactiques réintégrées dans le giron des sciences sociales, du moins une exigence scientifique et épistémologique croissante de la part des acteurs que sont les didacticiens de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine, M. (1953). Esthétique de la création verbale. Trad. fr. Paris : Gallimard.

Bourdieu. P. (1980). Le sens pratique. Paris : Minuit.

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Grenoble : La pensée sauvage.

Chevallard, Y. (2007). Passé et présent de la théorie anthropologique du didactique. In Ruiz-Higueras, L., Estapa, A. & Javier Garcia, F. (éd.). Sociedad, escuela y mathematicas. Aportaciones de la Teoria Anthropologica del Didactico. Universidad de Jaén, 705-746.

Sensevy, G. (2011). Le sens du savoir. Éléments pour une théorie de l’action conjointe en didactique. Bruxelles : De Boeck.

Vygotski, L. (1934/1997). Pensée et langage. Trad. fr. Paris : La Dispute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Cariou, « Acteurs et action. Perspectives en didactiques de l’histoire et de la géographie. », Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le , consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/5142

Haut de page

Auteur

Didier Cariou

Centre de Recherche sur l’Éducation, les Apprentissage et la Didactique (CREAD) EA 3875
ESPE de Bretagne / Université de Bretagne Occidentale

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals