Navigation – Plan du site
Recensions

Eduquer avec tact.

Henri Louis Go
Référence(s) :

Eduquer avec tact

Eirick Prairat

Paris : ESF, 157 p.

2017

Texte intégral

  • 1 Concernant l'œuvre d'Eirick Prairat, voir : Éthique et éducation : questions à Eirick Prairat, PURH (...)

1Éduquer avec tact est un petit livre au service d'une grande idée. Le tact est une vertu discrète, il est « une vertu de la relation » (Prairat, 2017, p. 11) se caractérisant comme sens de l’à propos et comme pertinence. C'est ce que s’applique à montrer Eirick Prairat dans ce nouvel opus très dense et plein de finesse1.

2
Le livre est organisé en trois parties : I. Le tact, vertu discrète (pp. 9-48) ; II. Vertu éthique et compétence pédagogique (pp. 49-97) ; III. Esquisse pour une formation éthique (pp. 99-139). Chacune des parties se subdivise en trois sous-parties, ce qui procure au volume une architecture classique, nous pourrions presque dire scolaire. L’ouvrage s’ouvre sur une brève introduction (pp. 5-7) qui annonce très clairement la bonne raison d’écrire sur le tact : « en tant que disposition éthique, il est attention et souci de la relation ; en tant que savoir-faire pédagogique, il est capacité à saisir avec promptitude le sens d’une situation pour agir de manière appropriée ». L’ouvrage se referme sur un court lexique (pp. 141-145) très utile pour une lecture efficace.

3
Dans une première partie, il est dit que le toucher n’est pas un sens de la distance, « il requiert le contact de sorte que le touchant est toujours touché » (p. 11). Le tact est bien en cela relation et position conjointe. S’il est une vertu « presque invisible » (p. 12), il est par excellence celle du lien. Or la question du lien entre les êtres humains est au cœur de toutes les problématiques de l’existence humaine : comment les personnes entrent-elles en relation, quelles représentations se font-elles les unes des autres, quels enjeux de reconnaissance occupent-ils le champ relationnel ? Toute relation (se) fait (en) situation : comment alors le professionnel de l’éducation peut-il faire preuve de pertinence dans l’épreuve des situations où il se trouve engagé ? Le tact serait un exercice de réglage et d’ajustement, un « art des distinctions et des individuations » (p. 13), une sorte de souplesse dans la rencontre de l’autre, là où la grammaire relationnelle vient à manquer (p. 16). Le manque d'une telle souplesse est ce qui peut conduire à “faire des manières“, à se montrer rigide et à parler de façon convenue. Le tact est ce qui permet « d’aller à l’autre » (p. 18). Dite avec tact, la « parole professorale » (pp. 19-20) comble la distance, elle produit du lien qui institue en réalité un espace possible pour la confiance. Le tact peut alors être considéré comme tentative d’une « élégance morale » (p. 23). Tentative nécessaire pour une déontologie enseignante à penser sur fond d’éclipse de l’expérience morale dans une société où dominent l’exaltation individualiste, la juridisation des rapports sociaux, et la technicisation des modes de vie (pp. 25-36). Cependant, sur cette toile de fond semble progressivement se dessiner une prise de conscience de la valeur du « lien chaud des usages partagés » (p. 40). Les manières qui nous rendent civils font de nous des êtres capables de partager un espace public et d’y mener des conversations (pp. 37-48).

4
La deuxième partie du livre présente l'enseignement comme un art. Prairat s'inscrit dans la lignée des grands professeurs qui pensent et font l’école : l’école est faite de ceux qui la font, dans les classes où la rencontre a (son) lieu. S'il s'agit d’éduquer avec tact, précisons que l’éducation a son institution majeure : l’école, où l’on enseigne. Enseigner est la responsabilité du professeur qui exerce un art pratique tourné vers une fin : faire apprendre (pp. 51-56). Mais dans cette relation où le maître enseigne, son propos est « une parole qui le traverse, qui vient de plus loin et s’origine toujours dans un au-delà » (p. 58). La parole du professeur lui vient du monde, et sa pratique est un art du temps : l’école est cet espace commun où l’on assure aux enfants nouveaux venus le loisir de découvrir un petit bout de monde (pp. 59-60). Ce bout de monde est présenté aux élèves par la présence physique du professeur, mais ce faisant le professeur montre « son propre rapport passionné à ce bout de monde » (p. 62), il veut « attirer l’attention sur ce qui mérite d’être appris » (p. 65). La première vertu du professeur, dit Prairat, est de s’efforcer à être juste dans un cadre règlementaire ; mais cela ne saurait suffire, il lui reste encore à habiter la classe, ce qui s'appelle un art de la présence (p. 70). Cette présence est offerte à ceux qui sont venus apprendre, c'est une veille, un soin que l'on prend de leur façon d'être eux-mêmes présents : « la qualité du lien, en matière d’enseignement, ne se mesure pas à un degré de proximité mais à la manière dont on fait vivre la bonne distance » (p. 75). L’art d’enseigner requiert donc ces trois vertus : « la justice car elle est souci du collectif et des équilibres, la bienveillance car elle est souci des personnes prises dans leur individualité, et le tact car il est souci de la relation elle-même » (p. 77). L’exercice de ces trois principes éthiques suffit à rendre le professeur exemplaire. Le propre du professionnalisme professoral est de privilégier « une forme de contact qui laisse l’autre intact dans son être » (p. 84). Le tact est bien une compétence pédagogique, un art de prendre sur le vif les bonnes décisions, dans la rencontre de deux libertés (pp. 85-97).

5
Dans une troisième et dernière partie, Prairat pose la question à laquelle nous nous attendons : comment former au tact ? « examiner des situations exemplaires, s'exercer à juger ou encore mettre en mot les expériences les plus ordinaires de la vie professorale » (p. 102), dans une communauté professionnelle animée par un esprit de bienveillance. L’enjeu est de permettre aux professeurs novices d’apprendre à reconnaître, apprécier et adopter un comportement moral exemplaire, car aucune formation ne peut faire l'économie de l’exemple (pp. 101-113). En effet, l'art de bien juger s’apprend par l’exercice en situation classique, et c’est le tact qui permet de s’ajuster à la situation (p. 116). Mais toute vie morale étant traversée par des dilemmes, il importe de savoir rapporter les situations concrètes problématiques à des « cas majeurs de la pratique enseignante » (p. 122). Dans les pratiques de délibération, les jeunes professeurs apprendront d’abord que ce qui apparaît souhaitable doit en même temps être possible ; ensuite que toute décision doit s’appuyer sur des informations fiables concernant la situation en jeu ; enfin que le jugement sur une situation particulière soit généralisable aux situations similaires (pp. 127-128). Dans cette formation, les jeunes professeurs gagnent à observer leurs aînés expérimentés : « être attentif à la présence du maître, à la forme qu’elle prend, savoir éprouver la densité qu’elle manifeste et l’engagement silencieux qu’elle permet » (p. 132). L’expérience éthique est une expérience complexe, et l’observation des comportements moraux dans une classe bénéficierait d’être relatée dans un récit éthique où sont exprimées des appréciations et objectivées des émotions (pp. 134-135). Mais il resterait encore, en formation, à autoriser un dialogue moral entre partenaires soucieux les uns des autres, dans l'après-coup des décisions prises : le tact est également une modalité de travail (p. 137).

  • 2 Jung, C.G. (1963). Psychologie et éducation. (Trad. Y. Le Lay). Paris : Buchet/Chastel.

6
Dans ce livre, Prairat rappelle que le psychanalyste Lœwenstein insista, dans les années 1930, sur l’importance du tact dans la pratique de l'analyste. C'est un point qu'avait signalé notamment Carl Gustav Jung dans une conférence de 1924 : « le contact personnel doit être l’objet essentiel de l’observation »2 (Jung, 1963, p. 63). En effet, sans le tact – ou le contact – la relation analytique ne peut avoir lieu, car

  • 3 Domminguez, N. (2006). Du tact. Cahiers jungiens de psychanalyse, 118, 2, 7-16. doi:10.3917/cjung.1 (...)

« le tact, et son manque, est un acte intrapsychique lié à la rencontre avec un autre. Il peut s’abstenir du toucher mais pas de la sensibilité ni de la mesure de la distance tant interpersonnelle qu’intrapsychique. Si le toucher génère des sensations et des affects immédiats primaires, le tact ouvre sur des dimensions plus complexes de la rencontre avec autrui. L’expérience de son manque et de ses incidences dans la relation de transfert me conduit à le considérer comme une condition nécessaire à la situation analytique »3 (Dominguez, 2006).

7En effet, le tact ou le “contact“ visent à maintenir suffisamment de distance dans le rapport à autrui afin de ne pas envahir son espace “intérieur“, cette dimension de l’identité qui est un territoire émotionnel.

8
Prairat soutient que le professeur ne peut faire l’économie d'une éthique de la distance. Il ne peut faire, non plus, l’économie d'une éthique du regard : comment regarder l'élève ? Le visage du professeur est porteur d'un discours sur la culture qu’il présente à l'élève. En présentant son visage à l’élève, il lui présente une culture. Le visage de celui qui a du tact est un visage qui reconnaît la vulnérabilité de celui qu'il regarde.

Haut de page

Bibliographie

Jung, C.G. (1963). Psychologie et éducation. (Trad. Y. Le Lay). Paris : Buchet/Chastel.

Domminguez, N. (2006). Du tact. Cahiers jungiens de psychanalyse, 118, 2, 7-16.

Haut de page

Notes

1 Concernant l'œuvre d'Eirick Prairat, voir : Éthique et éducation : questions à Eirick Prairat, PURH, 2018.

2 Jung, C.G. (1963). Psychologie et éducation. (Trad. Y. Le Lay). Paris : Buchet/Chastel.

3 Domminguez, N. (2006). Du tact. Cahiers jungiens de psychanalyse, 118, 2, 7-16. doi:10.3917/cjung.118.0007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Louis Go, « Eduquer avec tact. », Recherches & éducations [En ligne], 17 | Juin 2017, mis en ligne le , consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/5177

Haut de page

Auteur

Henri Louis Go

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals