Skip to navigation – Site map

HomeRecherches & Éducations18RecensionsLa vie scolaire. Une étude philos...

Recensions

La vie scolaire. Une étude philosophique

Xavier Riondet
Bibliographical reference

La vie scolaire. Une étude philosophique.
Jean-François Dupeyron
Nancy : Presses Universitaires de Lorraine / Editions de Lorraine, 210 p.
2017

Full text

  • 1 Nous renvoyons le lecteur à un article en particulier : Riondet, X. (2017). Vers une philosophie no (...)

1Beaucoup de réflexions portent actuellement sur la vie scolaire. En France, cette question est en lien avec un champ d’action d’un professionnel en particulier, le Conseiller Principal d’Education. La vie scolaire, qui correspond souvent dans les faits à la vie dans les établissements (mais hors la classe) constitue une notion centrale dans les cursus de formation en lien avec cette profession (le diplôme MEEF Encadrement Educatif dans les ESPE) et une composante de l’identité professionnelle des CPE (qui en ont la responsabilité). Néanmoins, cette effervescence quotidienne a lieu en dehors de questionnements pourtant essentiels1, et de nature philosophique : qu’est-ce qu’une (bonne) École ? A cet endroit, les praticiens, les usagers mais également les politiques, ont congédié la réflexion philosophique du réel et des pratiques comme si la philosophie ne pouvait être qu’idéaliste et coupée du monde. Il ne serait pourtant pas illégitime de réfléchir à la question suivante : que devrait être une vie proprement scolaire si l’on a une haute idée de l’École ? La vie scolaire n’est pas encore une notion, ou un concept, alors qu’elle devrait être pensée dans sa spécificité : une vie proprement spécifique par rapport à un espace singulier, l’École, qui se caractérise par des attributions et des missions parfaitement identifiables. La vie scolaire, grande oubliée de la philosophie de l’éducation, comme l’explique Eirick Prairat en préface de l’ouvrage, est abordée ici en tant que problème. Figure bien connue du réseau francophone des philosophes de l’éducation (SOFPHIED), Jean-François Dupeyron signe un ouvrage fort éclairant sur la vie scolaire qui ne manquera donc pas d’interpeller les praticiens et les chercheurs.

2
L’ambition de l’ouvrage en présence est d’explorer trois principes : a) « l’École est un lieu où les élèves, accompagnés d’adultes, apprennent à vivre en s’exerçant et en s’instruisant à travers leurs expériences » ; b) « l’École constitue une forme de vie particulière, dont la qualité est essentielle au bon fonctionnement de la dynamique éducative, c) « l’éducation scolaire n’a pas pour fonction principale de gouverner les enfants, mais d’accompagner et d’enrichir leurs expériences en prenant soin de celles-ci et de la qualité de la vie scolaire » (p.7). En substance, les élèves font l’apprentissage à l’École d’une vie proprement scolaire (car ils « apprennent à vivre au sein d’une forme de vie spécifique ») et il revient aux éducateurs que cette forme de vie soit « compatible avec la visée d’une éducation radicalement démocratique » (p.7). Éducation « radicalement démocratique » car l’auteur ne résume pas la démocratie au terme très flou en vogue actuellement dans l’idée de « citoyenneté » (citoyenneté européenne et néolibérale en dernière instance) ; pour lui, « il s’agit bien de revenir au radical, à la racine de la démocratie, à savoir l’expérience d’une vie collective assise sur l’égalité des personnes […] et sur la pleine liberté de chacun à développer sa propre destinée selon son projet de vie » (p.8). En cela il trace clairement une ligne de démarcation en distinguant une « Ecole gouvernementale » en exercice et une « Ecole pour la vie démocratique » qui doit surgir de cette réflexion philosophique (p.9).

3
La première partie de l’ouvrage pose la question suivante : en quoi peut consister une approche philosophique de l’École ? L’auteur introduit cette question en faisant un retour instructif sur le champ spécifique de la philosophie de l’éducation en présentant son histoire et son actualité. Délimitant les liens entre philosophie, éducation et démocratie, l’auteur sous-entend qu’il n’y a de philosophie de l’éducation que politique. Il annonce ce qui sera la question transversale de toutes les parties qui suivront : « comment doit-on vivre à l’École ? » Les chapitres suivants vont permettre à leur auteur de déminer le terrain, de suspendre ces évidences nous empêchant de penser la notion de vie scolaire, en la reliant progressivement à des enjeux précis, comme le développement des élèves, qu’il soit corporel, affectif, émotionnel et social.

4
La deuxième partie porte précisément sur le concept de vie scolaire. Dupeyron fait la généalogie d’un concept présent dans l’Éducation Nouvelle et dans les plans qui y étaient liés, et met en relief la polysémie effective en jeu. Derrière les divers usages de l’expression « vie scolaire » résident des sens différents qui restent emmêlés dans nos usages contemporains. C’est au prisme de la notion de « forme scolaire » que l’auteur essaie de clarifier le sens de cette socialisation particulière en s’appuyant sur les travaux de Guy Vincent. La singularité de la forme scolaire requiert quatre éléments distincts : « altérité hétérotopique », « abstraction formelle », « régulation disciplinaire », « organisation centrée sur des curricula d’enseignement » (p.42). Seulement, gare à la méprise, la vie scolaire n’est pas que du scolaire et d’autres formes de vie peuvent influer sur la forme scolaire. C’est le dialogue entre vie, normes et formes sociales qui est introduit ici.

5
La vie scolaire n’est pas que scolaire, l’enfant n’est pas qu’un élève, l’activité de classe ne se résout pas à l’apprentissage mécanique, parfait et exclusif des programmes d’enseignement ; tels sont les postulats de départ de la troisième partie. Dupeyron introduit la question du vital, à la fois comme ce qui est en jeu de manière effective dans ce que nous appelons la vie scolaire et dans ce qui justement pourrait se nouer avec la dimension scolaire. L’idée de forme de vie biologique renvoie aux corps, aux rythmes de vie, aux besoins vitaux, et il s’agit bien du grand déni de l’institution scolaire qui ne voit pas que ses élèves sont avant tout des corps et des organismes. Ce qui est remarquable dans le travail de Dupeyron, c’est à la fois son choix de penser la vie scolaire à partir de l’élucidation philosophique du concept de normes, et son recours à des auteurs comme Canguilhem, Nietzsche, Bergson ou Teilhard de Chardin. Aux débats sur la précédence des normes sur les valeurs (ou inversement), l’auteur introduit en amont la question de la vie, en précisant à juste titre que la vie scolaire ne peut être la projection mécanique de la vie biologique.

6
En s’appuyant sur les travaux de Foucault dans la quatrième partie, Dupeyron délimite l’idée de gouvernement des enfants, en jeu dans l’histoire de la scolarisation des enfants. La gouvernementalité produit des subjectivités, y compris par la scolarisation. Par ce détour conceptuel, c’est la double question de l’État et du néolibéralisme qui devient visible dans le regard que l’on peut porter sur la vie scolaire au quotidien. L’auteur n’en reste pas ce que Foucault écrit de l’École, mais se sert de l’œuvre foucaldienne pour penser comment l’émergence de résistances dans l’École (sachant que toute conduite induit son envers, une contre-conduite). S’il y aurait une histoire des résistances juvéniles à faire, il rejoint Stiegler lorsque ce dernier explique que les techniques en jeu dans la scolarisation ne sont pas que des techniques de dominations et qu’elles peuvent contribuer à l’émergence d’une attention et d’un majeur, en tant qu’être libre, usant de sa propre raison, sans recours à une tutelle. Faisant cela, Dupeyron laisse une possibilité pour penser une vie scolaire autre, car l’École ne peut être réduite à une institution de domination ou à un appareil idéologique d’État.

7
La vie scolaire est abordée dans la cinquième partie à partir de la vie éthique car elle rend possible l’émergence d’un ethos. En cela, elle occupe une position centrale dans la recherche d’une vie philosophique et d’« une vie digne d’être vécue » (p.103). Pour l’auteur, « la vie éthique est traversée par l’interrogation du sujet sur le sens et sur la cohérence de sa vie » (p.104). En explicitant avec précision le concept de « forme de vie » chez Wittengenstein, Dupeyron montre, d’une part, l’inadéquation entre ce que nous annonçons et nos pratiques, et d’autre part, comment envisager philosophiquement de relier des enjeux clairs et des projets concrets. Après ces passionnants développements, l’auteur s’intéresse à des formes alternatives de vies scolaires, comme par exemple la pensée éducative de Grundtvig et l’expérience de la Folke Skole au Danemark centrée sur « l’expérience heureuse de l’épanouissement de l’enfant » (p.142). Ces alternatives contrastent avec une vie scolaire institutionnelle qui peine justement à édifier sa propre vie éthique (p.144).

8
Dans la sixième partie, Dupeyron se demande « ce que pourraient être des vies scolaires hérétiques » (p.145). Rappelant à cet égard que l’hérésie renvoie étymologiquement à une école philosophique, un style, il pose en réalité la question suivante : « si nous choisissons une société radicalement démocratique » (p.145), quelle forme de vie cohérente pouvons-nous proposer ? La vie scolaire devient l’enjeu d’une expérience démocratique, mais également d’une expérience de subjectivation de l’enfant et d’habitabilité du lieu scolaire. Avec beaucoup de lucidité, Dupeyron aborde d’ailleurs le problème de l’architecture scolaire – thème emblématique de notre manque d’imagination, et pourtant thème concret pour initier des changements dans l’École. Qui dit école hospitalière, bienveillante, dit école habitable. Les termes institutionnels (le bien-être, la bienveillance) ne doivent plus être que de vains mots.

9
La conclusion se singularise par la délimitation de trois engagements éducatifs, centrés sur la vie scolaire comme forme de vie démocratique, sur l’expérience de subjectivation de l’enfant et sur l’ « habitabilité » du monde moderne tout en proposant une problématisation de l’actualité : une École prise dans le maillage du néolibéralisme engendrant l’impossibilité de penser la spécificité de l’institution scolaire.

  • 2 Citons à cet égard l’ouvrage collectif, A l’école de Foucault (2014), coordonné par Eirick Prairat, (...)

10
Loin des sempiternelles références foucaldiennes restreintes à l’analyse du pouvoir disciplinaire en jeu dans l’ouvrage Surveiller et punir, Dupeyron suit à la lettre le conseil de Foucault qui souhaitait qu’on utilise son travail comme une boite à outils. Il mobilise ainsi une kyrielle de concepts (hétérotopie, gouvernementalité) et de problématisations (néolibéralisme, normes, valeurs) issus de l’œuvre de ce philosophe maintes fois citée depuis plusieurs années, mais parfois peu utilisée en lien avec le champ scolaire2. La référence à Foucault ainsi que les innombrables auteurs et œuvres mobilisés (Canguilhem, Dewey, Husserl, Laval, Prairat, Wittgenstein) permettent à l’auteur de prendre le contre-pied d’une conception idéaliste de la vie scolaire. L’auteur ne nous dit pas simplement ce que devrait être, en théorie, la vie scolaire depuis son magistère philosophique, car, toute proportion gardée, il semble davantage jouer au médecin de culture, en critiquant nos abus de langage et notre pauvreté intellectuelle tout en orientant la lumière sur les marges et la périphérie de notre culture pédagogique actuelle. « Au cœur de la vie scolaire, la lutte continue », conclut-il (p.182). Avec cet ouvrage, Dupeyron donne en quelque sorte un statut atypique à la philosophie : si, globalement, la philosophie de l’éducation continue de penser ce que doit être une bonne École, elle se double d’une pratique de la philosophie comme une intervention dans le domaine théorique des recherches sur l’éducation. En cela, ce livre majeur (dont les futurs CPE ne pourront faire l’économie), exigeant mais accessible par la clarté du propos et de l’argumentation, manque peut-être d’une partie programmatique et prospective, car il ouvre pourtant clairement une brèche pour envisager comment la recherche sur le champ éducatif pourrait être autre chose qu’un instrument de gouvernement, mais au contraire une critique construite et créatrice d’alternatives. A cet égard, ce propos pourrait se connecter à différents groupes de chercheurs travaillant, dans leurs champs spécifiques (que ce soit dans le champ de l’histoire des pratiques éducatives alternatives, de la philosophie critique, de la sociologie anti-utilitariste, de la sociologie critique ou d’autres), à ces perspectives. Toute la question resterait donc maintenir de réunir ces synergies dans des aventures communes.

Top of page

Notes

1 Nous renvoyons le lecteur à un article en particulier : Riondet, X. (2017). Vers une philosophie normative de la vie scolaire. Carrefours de l’éducation, 43, 88-104.

2 Citons à cet égard l’ouvrage collectif, A l’école de Foucault (2014), coordonné par Eirick Prairat, et dans lequel Dupeyron avait livré une contribution stimulante intitulée « Foucault et la forme scolaire ».

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Riondet, « La vie scolaire. Une étude philosophique », Recherches & éducations [Online], 18 | octobre 2017, Online since , connection on 25 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/5259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.5259

Top of page

About the author

Xavier Riondet

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search