Skip to navigation – Site map
Dossier

Les instruments d’Alfred Binet au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne

Serge Nicolas

Abstracts

The paper presents a list of instruments used by Binet in the physiological psychology laboratory of the Sorbonne from 1891. At that time, Binet is a laboratory psychologist who is closely interested in the functioning of the instruments. Not only did he suggests new devices to improve the functioning of certain materials, but he also invented some instruments for the purposes of his research. He developed a new esthesiometer (1901), a new ergograph (1897), and a device for measuring motor suggestion (1901). Only this latter instrument will be known to his successors.

Top of page

Full text

1Pour leurs travaux de laboratoire, les psychologues expérimentalistes ont toujours eu besoin d’adapter les instruments existants ou de développer des appareils spécifiques pour leurs propres recherches (Vobořil, Kvĕton, & Jelínek, 2014). Si l’on consulte les listes de matériels présents dans les différents laboratoires allemands ou américains de la fin du XIXe siècle, on s’aperçoit que de nombreux instruments ont été construits par les psychologues eux-mêmes et/ou leurs assistants. L’œuvre de Binet étant si vaste et si variée, qu’on oublie aujourd’hui qu’il fut également un psychologue de laboratoire au sens strict et actuel du terme (Nicolas, 2016).
Bien avant d’être reconnu pour avoir inventé le premier test d’intelligence (Binet & Simon, 1905 ; cf. Nicolas & Andrieu, 2005 ; Nicolas, Andrieu, Croizet, Sanitioso & Burman, 2013), Binet fut en effet un psychologue de laboratoire. Il intègre le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne en 1891 (cf. Nicolas, Gras, & Segui, 2011 ; Nicolas & Sanitioso, 2012) dirigé depuis deux ans par le physiologiste nancéen Henry Beaunis (1830-1921) et développe à partir de cette époque des recherches originales dans divers domaines de la psychologie scientifique (Nicolas & Levine, 2012). Binet s’est toujours intéressé à l’instrumentation en psychologie dès ses premiers travaux à la Salpêtrière (e. g. Binet, 1889a, 1889e) lorsqu’il travaillait dans le service de Jean-Martin Charcot (1825-1893) et comme en témoignent aussi ses diverses rubriques sur la présentation des nouveaux instruments de laboratoire publiées dans L’Année Psychologique (e. g. Binet, 1895, 1896b ; Binet & Henri, 1897 ; Scripture, 1897). Les archives Binet montrent également qu’il possédait personnellement un catalogue d’instruments de l’entreprise Verdin (1895), l’un des plus fameux constructeurs français de l’époque. Enfin, l’enquête récente de Loig Le Sonn (2015) souligne toute la richesse expérimentale de l’œuvre de Binet et montre la panoplie des instruments utilisés par le psychologue français. L’objectif est ici de montrer la valeur du sens critique de Binet ainsi que ses réalisations techniques dans le domaine de l’instrumentation psychologique.

Une attitude critique vis-à-vis de la qualité des instruments classiques de laboratoire

2Binet a toujours eu une posture critique, mais constructive, concernant les matériels utilisés classiquement dans les laboratoires. Dans les années 1890 le laboratoire de la Sorbonne possédait de nombreux instruments dont la liste n’a malheureusement jamais pu être définitivement et précisément établie. La première que l’on connaisse a été publiée par Beaunis (1893) dans l’introduction qu’il a donnée aux bulletins des Travaux du laboratoire de psychologie physiologique (Beaunis & Binet, 1893, 2011). L’outillage instrumental comprenait alors :
1° Les principaux appareils enregistreurs usités en physiologie, cylindre enregistreur avec chariot auto-moteur, tambours à levier, myographe, cardiographe, sphygmographe, pneumographe, dynamographe, etc., et quelques appareils nouveaux, tels que l’appareil pour l’inscription des mouvements de la parole de l’abbé Rousselot, la planchette pour l’étude des mouvements inconscients, etc. ;
2° Les appareils d’électricité, diverses espèces de piles, appareil à chariot de Dubois Reymond, excitateurs, commutateurs, interrupteurs, signal de Deprez, chronographe de Marey, diapason de 100 vibrations, lampe à incandescence, téléphone, contacts électromagnétiques, etc. ;
3° Les appareils de psychométrie : chronoscope de Hipp, chronomètre de d’Arsonval, chronoscope d’Ewald, appareil à pendule de Wundt, appareil à chute de Cattell, appareil rotatif de Wundt pour la mesure des durées, appareil de Wundt pour les recherches complexes, etc. ;
4° Les appareils pour l’étude des sensations : esthésiomètres simple et double, explorateur de Rinne pour la température, boîte de poids pour l’exploration de la sensibilité à la pression, etc. ; enfin les divers appareils pour l’étude des sensations visuelles, périmètre de Badal, optomètre du même auteur, boîte de verres pour l’exploration de la vision, appareil rotatif pour les couleurs et le contraste, etc. ;
5° Un certain nombre d’appareils spéciaux ne rentrant dans aucune des catégories précédentes : instruments d’anthropométrie, dynamomètres, rapporteur pour la mesure et la mémoire des angles, thermomètres, etc. ;
6° Une balance de précision et un grand nombre d’instruments et d’ustensiles de chimie, boîte à réactifs, étuve, alcoomètre, densimètre, verrerie, etc.
Si tout ce matériel n’a pas été conservé, les photographies (aujourd’hui retrouvées) des principaux instruments du laboratoire de la Sorbonne ont été présentées à l’exposition universelle de Chicago en 1893. Nous possédons par conséquent des traces objectives de certains matériels, dont quelques-uns sont maintenant exposés à l’Institut de psychologie ainsi qu’au Musée d’Histoire de la Médecine de l’Université Paris Descartes. Comme la psychologie de laboratoire a d’abord été appelée « psychologie physiologique » (e.g. Wundt, 1874 ; Sergi, 1888), les premiers laboratoires de psychologie ont d’abord utilisé l’instrumentation des laboratoires de physiologie, notamment les dispositifs de la méthode graphique. Le matériel de base était ainsi composé de cylindres rotatifs enregistreurs et de tambours de Marey (Figure 1) permettant grâce à des leviers l’inscription des mouvements imperceptibles à l’œil nu (plus la déformation du tambour est grande à cause de la pression d’air consécutive à un mouvement, plus grande est l’amplitude d’une courbe enregistrée). La Maison Charles Verdin était leader en France dans le domaine de l’appareillage graphique (les instruments graphiques du laboratoire de la Sorbonne proviennent d’ailleurs pour la plupart de chez ce constructeur) mais d’autres constructeurs parisiens d’instruments de précision développaient également des dispositifs spécifiques destinés à améliorer les appareillages existants. C’est ainsi que le constructeur parisien Otto Lund fut sollicité par Binet pour mettre au point un régulateur graphique (Binet & Courtier, 1895a) et d’autres petits dispositifs (Binet, 1896b) destinés à améliorer l’inscription graphique sur les cylindres enregistreurs.

Figure 1. Cylindre enregistreur avec chariot automoteur.

Figure 1. Cylindre enregistreur avec chariot automoteur.

3Même si Binet a souvent privilégié l’emploi de la méthode graphique promue par Etienne Jules Marey (1830-1904), pour ce qui concerne la mesure des temps de réaction il a également utilisé des instruments plus spécifiques comme les chronoscopes et les chronomètres (Binet, 1896a). Le chronoscope de Hipp (acheté par Beaunis dès 1889 pour le laboratoire) est l’instrument dont les psychologues se servaient habituellement pour mesurer les temps de réaction dans les laboratoires de psychologie (Schmidgen, 2005). Mais Binet (1896a) n’était pas satisfait de l’instrument. Il trouve que c’est un appareil délicat à manier qui a l’inconvénient d’être bruyant et dont le réglage est fastidieux même s’il donne des variations qui ne dépassent pas un millième de seconde. Il lui préfère le chronomètre d’Arsonval (d’Arsonval, 1886 ; Philippe, 1899) qui est portatif et d’un maniement plus commode même si sa précision est moindre (Nicolas & Thompson, 2015). Les premières publications de Binet (e. g. Binet, 1892 ; Beaunis & Binet, 1892 ; Binet & Henneguy, 1892 ; Binet & Philippe, 1892) stipulent d’ailleurs que c’est ce type d’instrument qui est préférentiellement utilisé dans les premières recherches expérimentales du laboratoire. Néanmoins Binet tendra à privilégier la méthode graphique qui permet de donner non seulement des notions sur la durée, mais également sur l’intensité et la forme des phénomènes étudiés. Ainsi, il préféra souvent substituer aux chronomètres le cylindre enregistreur qui servait d’appareil d’enregistrement pour divers appareils spéciaux.
Comme les psychologues étaient intéressés par l’étude des variations physiologiques au cours de diverses opérations mentales, ils ont adopté les appareils et techniques développés par les physiologistes. En effet, les premiers laboratoires de psychologie ont fréquemment utilisé des instruments et des appareils spéciaux des laboratoires de physiologie, tels que les pneumographes pour la mesure de la respiration, les sphygmographes pour la mesure des battements cardiaques, mais aussi divers dispositifs conçus par le physiologiste italien Angelo Mosso (1846-1910), comme le pléthysmographe (Mosso, 1874) pour la mesure de l’augmentation du volume sanguin dans les membres et le sphygmomanomètre (Mosso, 1895) pour la mesure de la pression sanguine (Figure 2). Les instruments de Mosso étaient célèbres à l’époque dans le champ de la psychologie. C’était l’entreprise de Charles Verdin (1847-1907) qui était leader dans le monde pour la vente de ces appareils physiologiques spéciaux. Il est intéressant de constater que les archives Binet montrent l’existence d’une lettre qui lui est adressée, datant du 23 avril 1895, où Charles Verdin explique en détail le fonctionnement du sphygmomanomètre de Mosso apporté au laboratoire le matin même en démonstration. Ayant utilisé cet appareil lors de ses recherches (Binet & Vaschide, 1897a), il indique néanmoins qu’il reste encore à réaliser quelques perfectionnements techniques sur l’instrument. Ce souci de l’amélioration technique est une constante dans ses travaux. Nous allons le constater dans la suite à travers quelques exemples.

Figure 2. Sphygmomanomètre de Mosso (1895) mesurant la pression sanguine (Verdin, 1895, p. 95).

Figure 2. Sphygmomanomètre de Mosso (1895) mesurant la pression sanguine (Verdin, 1895, p. 95).

Attitude critique de Binet vis-à-vis de la qualité de certains instruments classiques de laboratoire

4Comme l’ont souligné Sokal, Davis & Merzbach (1976, p. 63), bien que la chronométrie mentale ait été un domaine d’intérêt majeur pour les psychologues de laboratoire, les différents instruments utilisés pour étudier la sensibilité sensorielle ont également joué un rôle important dans les tous premiers laboratoires de psychologie. Par exemple, le premier instrument utilisé par les psychologues pour étudier les sensations tactiles fut le compas de Weber (Weber, 1834). Au cours du XIXe siècle, de nombreux types d’esthésiomètres ont ainsi été conçus par des physiologistes et des médecins (et utilisés par des psychologues) en relation avec des fabricants d’instruments de précision (Figure 3). Le plus connu fut l’esthésiomètre de Sieveking (1858) en Angleterre et celui de Brown-Sequard (1858) en France. Certains de ces esthésiomètres ont été réalisés par les fabricants eux-mêmes (voir Verdin, 1888, 1890), d’autres ont été construits par des psychologues tels que l’esthésiomètre d’Ebbinghaus vendu par Zimmermann (1903) ou le compas de Titchener (1901) vendu par le laboratoire de psychologie de l’Université de Chicago (Stoelting) ou encore l’esthésiomètre de Binet vendu par Korsten (Nicolas, 2016).

Figure 3. Différents types d’esthésiomètres vendus par divers fabricants d’instruments de précision (Verdin, Brändli, Zimmermann, Stoelting, Korsten).

Weber (1834)

Sieveking (1858)

Verdin (1888)

Verdin (1890)

Griesbach (Brändli, 1897)

Ebbinghaus (Zimmermann, 1903)

Titchener (Chicago Lab., 1901)

Binet (Korsten, 1901)

Modèle A : Type d’esthésiomètre (ou Compas de Weber) utilisé par le physiologiste allemand Ernst Heinrich Weber (1795-1878).
Modèle B : Compas glissière conçu par le médecin anglais Edward Henry Sieveking (1816-1904) en 1858.
Model C : Compas glissière avec pointes en ivoire créé par le constructeur d’instrument Charles Verdin (1888, p. 74).
Modèle D : Esthésiomètre dynamométrique spécifiquement créé par Verdin (1890, p. 65).
Modèle E : Esthésiomètre dynamométrique construit par le physiologiste allemand Hermann Griesbach (1854-1941) en 1897.
Modèle F : Le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus (1850-1909) a été à l’origine d’un célèbre esthésiomètre vendu par le constructeur allemand Ernst Zimmermann (1903).
Modèle G : Compas, avec des pointes arrondies en caoutchouc dur, utilisé par Edward Bradford Titchener (1867-1927) en 1901.
Modèle H : Esthésiomètre de Binet (1901) construit spécifiquement pour ses travaux sur la fatigue intellectuelle par Lucien Korsten (1865-1927).

5Binet s’était intéressé très tôt au problème de la sensibilité tactile dans le cadre de ses travaux de jeunesse (e. g. Binet, 1880, 1883) puis ultérieurement dans le cadre de ses travaux avec des patientes hystériques (e. g. Binet, 1889d). Mais c’est dans l’optique de son programme de travaux sur la psychologie individuelle (Binet & Henri, 1896 ; cf. Nicolas, Coubart & Lubart, 2014) que Binet va utiliser l’esthésiométrie comme mesure de l’attention et de l’intelligence, puis de la fatigue intellectuelle. Comme les compas de l’époque, qu’ils soient classiques, à glissière ou dynamométrique, (cf. Figure 3) présentaient selon lui certains inconvénients (problèmes de réglage, d’angle d’application, d’inégalité de pression, de simultanéité d’application) il décida de mettre au point un nouvel esthésiomètre (Binet, 1901a) destiné à remplacer les autres appareils existants présentant trop d’imperfections à ses yeux. Cet appareil se compose (voir Figure 3H) de deux masses cubiques indépendantes qui glissent librement sur les tiges d’un cadre qu’on tient à la main. Chacune des masses est pourvue d’une aiguille avec laquelle on fait le contact : par suite de l’indépendance des masses, la pression exercée est toujours égale pour les deux pointes, et la simultanéité de leur application peut être contrôlée. L’utilisation de cet appareil le conduira à souligner le rôle important de la cognition (interprétation, imagination, et jugement sélectif) dans les tâches mesurant la sensibilité (Nicolas, 2017). Ce type d’appareil sera également utilisé dans le cadre de ses recherches sur la question de la fatigue intellectuelle initiées par le physiologiste allemand Hermann Griesbach (1854-1941) (voir Nicolas & Makowski, 2016).

Figure 4. Dynamomètres utilisés au cours du XIXe siècle pour la mesure de la force des muscles fléchisseurs de la main.

Figure 4. Dynamomètres utilisés au cours du XIXe siècle pour la mesure de la force des muscles fléchisseurs de la main.

Regnier (1798)

Burq (1852)

Mathieu (1861)

Collin (1867)

Modèle A. Dynamomètre Regnier (1798), l’ancêtre des dynamomètres construit par l’ingénieur français Edme Regnier (1751-1825).
Modèle B. Dynamomètre de Victor Burq (1822-1884) mis sur le marché par le constructeur français Lüer dans les années 1850.
Modèle C. Dynamomètre de la maison Mathieu.
Model D. Dynamomètre de la maison Collin, le plus célèbre des dynamomètres manuels.

6Une autre classe d’instruments sur laquelle Binet s’est tout particulièrement intéressé dans le cadre de ses travaux sur la psychologie individuelle ce sont les dynamomètres. Son expérience dans ce domaine était déjà ancienne comme l’indique son association avec le médecin psychiatre Charles Féré (Binet & Féré, 1887) qui lui apprendra le maniement de nombreux appareils de laboratoire et lui permettra de développer ses premiers travaux originaux utilisant divers types de dynamomètres (e. g. Binet, 1889b, 1889c). Depuis l’invention par Regnier (1798) du dynamomètre manuel, les médecins français du XIXe siècle en avaient produit des versions plus maniables et légères (voir Figure 4), notamment Burq (1852), afin de mesurer la force et la résistance des personnes présentant des problèmes moteurs (pour un historique : Nicolas & Vobořil, 2017a). Un instrument très simple fut proposé par les fabricants français Mathieu (1861) et Collin (1867 ; cf. Soulignoux, 1868). Il s’agissait d’un ressort de forme elliptique en acier (l’ellipse servant elle-même de poignée de pression), au milieu duquel se trouve un cadran semi-circulaire indiquant la force de pression (on le prend dans la main, et on le comprime de façon à rapprocher par la pression ses deux arcs dans le sens du petit axe). Ce type d’instrument a été utilisé par les psychologues qui pensaient que la pression des mains était non seulement un indicateur de force et de fatigue physique mais également un indicateur de la force de la volonté, de l’intelligence et de la fatigue mentale. L’ami de Binet, Charles Féré (1852-1907) pensait que chaque excitation sensorielle induit d’abord une augmentation de force – une dynamogénie – mesurable sur le dynamomètre et le dynamographe (Féré, 1887). Ainsi, l’activité cérébrale serait corrélée à l’intelligence et à la force. Mais Binet pensait que ce type d’instrument était peu fiable et présentait de nombreux inconvénients (Binet & Henri, 1896 ; Binet & Vaschide, 1898e), notamment la douleur éprouvée lorsqu’on a manié cinq ou six fois de suite l’appareil (les bords de l’acier produisant sur la main des sensations très douloureuses). Ces inconvénients avaient conduit d’ailleurs Mosso à proposer un autre instrument : l’ergographe.

Figure 5. Ergographe de Mosso. La figure du haut représente le dispositif original de Mosso (1888). La figure du bas montre l’ergographe de Mosso tel qu’il est présenté dans le catalogue de Charles Verdin de 1904.

Figure 5. Ergographe de Mosso. La figure du haut représente le dispositif original de Mosso (1888). La figure du bas montre l’ergographe de Mosso tel qu’il est présenté dans le catalogue de Charles Verdin de 1904.

7C’est en 1888, que Mosso fait connaître les résultats de ses premiers travaux sur la fatigue utilisant un appareil qu’il vient d’inventer et qu’il nomme ergographe (voir Figure 5 ; pour un historique cf. Nicolas & Vobořil, 2017b). Les recherches du physiologiste italien (Mosso, 1888) vont rapidement susciter l’intérêt des chercheurs, car la fatigue ne pouvait pas être étudiée sans problèmes techniques en utilisant les dynamomètres et les dynamographes. Le but pour lequel l’ergographe était utilisé en psychologie était de découvrir comment le travail mental affecte la capacité physique, et vice versa. Les résultats ont montré que la modification de l’endurance physique est différente selon que le travail intellectuel est court ou prolongé (voir Binet & Henri, 1898). Il semble que, sous l’influence d’un travail intellectuel bref, la force musculaire augmente alors que sous l’influence d’un travail intellectuel plus long, la force diminue. N’étant pas entièrement satisfait de la qualité de l’appareil (voir Binet & Vaschide, 1898b ; 1898c) Binet a proposé des modifications à l’ergographe de Mosso. Avec l’aide de la Maison Collin, il a conçu un ergographe à ressort (voir Figure 6) pour éviter les inconvénients produits par la constance du poids à soulever (Binet & Vaschide, 1897b, 1898a, 1898d, voir Nicolas, 2016). A l’époque, l’utilisation d’un ressort au lieu d’un poids a également été recommandée aux États-Unis par d’autres chercheurs (Nicolas & Vobořil, 2017b).

Figure 6. Ergographe à ressort de Binet et Vaschide (1898d, p. 304).

Figure 6. Ergographe à ressort de Binet et Vaschide (1898d, p. 304).

Un instrument étonnant pour mesurer la suggestibilité

8Au cours de ses recherches sur la psychologie individuelle, Binet (1900) s’est intéressé à la question de la suggestibilité, notamment à la question de la suggestibilité motrice (Nicolas, 2016). Il a ainsi inventé un appareil (Binet, 1901b) qui amenait le sujet à effectuer spontanément des actes tout en croyant rester passif. L’instrument (Figure 7) était constitué de deux roues que l’on peut faire tourner avec des manivelles. L’expérimentateur fait tourner l’une d’elles, et le sujet, les yeux bandés, doit suivre passivement le mouvement en actionnant l’autre manivelle. En rompant la transmission entre les roues, on observe que le sujet soit cesse de tourner la manivelle soit continue le mouvement antérieurement imprimé. Dans ce second cas, il est considéré comme suggestible. Deux plumes permettent d’inscrire les mouvements des roues sur un cylindre et garder la trace du mouvement suggéré, ainsi que sa durée et sa vitesse, en comparaison à la vitesse initiale imprimée par l’expérimentateur. La durée du mouvement suggéré est une mesure approximative de la suggestibilité (les accélérations de vitesse sont le signe d’une suggestibilité supérieure). Contrairement aux autres instruments mis au point par Binet (esthésiomètre, ergographe, etc.), cet appareil fut commercialisé avec un certain succès (Toulouse & Piéron, 1911) et préconisé ultérieurement dans le domaine de la psychologie appliquée (Lahy, 1927).

Figure 7. Appareil à suggestion motrice de Binet

Figure 7. Appareil à suggestion motrice de Binet

Conclusion

9C’est pour les besoins de ses travaux de recherche que Binet a construit ou fait construire des appareils et instruments spécifiques. Nous n’avons pas présenté ici une liste exhaustive de ces appareils (voir aussi le critérium musical : Binet & Courtier, 1895b, 1895c ; le compas glissière anthropométrique : Binet, 1901d), mais plutôt les plus emblématiques. Il s’agit là d’un aspect du travail de Binet qui a échappé pendant longtemps à l’attention des historiens de la psychologie. Nous avons souligné par ailleurs l’activité de recherche de Binet (Nicolas, 2011 ; Nicolas & Sanitioso, 2012) et indiqué l’utilisation qu’il avait fait de certains instruments mis à sa disposition par Beaunis au sein du laboratoire de la Sorbonne notamment pour ses recherches expérimentales sur les mouvements, en utilisant le stylo électrique d’Edison (Nicolas & Sanitioso, 2012) et le chronomètre d’Arsonval pour la mesure des temps de réaction (Nicolas & Thompson, 2015). Cependant ces appareils ne furent ni conçus ni construits par des psychologues, Binet les a simplement utilisés pour ses recherches (e. g. chronomètre d’Arsonval) ou détournés (e. g. stylo électrique d’Edison) de manière ingénieuse à des fins expérimentales (pour un autre exemple : Thomas, Didierjean & Nicolas, 2016).
C’est dans le cadre du développement de sa psychologie individuelle (Binet & Henri, 1896) qu’il va développer des instruments spécifiques pour les besoins de ses recherches. C’est notamment son association avec le fabricant Lucien Korsten (1865-1927) qui lui a permis de mettre au point ces instruments novateurs, en témoignent notamment son esthésiomètre et son appareil à suggestion. On sait également que Binet a fait construire de nombreux autres instruments (métronome, etc.) par Korsten, mais il nous a été impossible jusqu’à présent d’en trouver ni les traces ni les descriptions.

Top of page

Bibliography

Beaunis, H. (1893). Introduction. In H. Beaunis & A. Binet (Eds.), Travaux du laboratoire de psychologie physiologique des Hautes Etudes (à la Sorbonne). Année 1892 (pp. 1-3). Paris : F. Alcan.

Beaunis, H. & Binet, A. (1892). Sur deux cas d’audition colorée. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 33, 448-461.

Beaunis, H., & Binet, A. (1893). Travaux du laboratoire de psychologie physiologique des Hautes Etudes (à la Sorbonne). Année 1892. Paris : F. Alcan.

Beaunis, H., & Binet, A. (2011). Travaux du laboratoire de psychologie physiologique à la Sorbonne (1892-1893). Paris : L’Harmattan.

Binet, A. (1880). De la fusion des sensations semblables. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 10, 284-294.

Binet, A. (1886). La psychologie du raisonnement. Paris : Alcan.

Binet, A. (1889a). Recherches sur les mouvements volontaires dans l’anesthésie hystérique. Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, 28, 470-500.

Binet, A. (1889b). Recherches sur les altérations de la conscience chez les hystériques. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 27, 135-170.

Binet, A. (1889c). Recherches sur les mouvements volontaires dans l’anesthésie hystérique. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 28, 470-500.

Binet, A. (1889d). Recherches sur l’anesthésie hystérique. Revue de l’Hypnotisme, 3, 210-212.

Binet, A. (1889e). The graphic method and the doubling of consciousness. The Open Court, 3, 1919-1922.

Binet, A. (1892). La perception de la durée dans les réactions simples. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 33, 650-659.

Binet, A. (1895). Appareils nouveaux. L’Année Psychologique, 1, 529-532.

Binet, A. (1896a). Psychologie médicale : Les temps de réaction. La Presse Médicale, 13, 303-304.

Binet, A. (1896b). Appareils. Nouvelles applications et modifications de la méthode graphique. L’Année Psychologique, 2, 776-782.

Binet, A. (1900). La suggestibilité. Paris : Schleicher.

Binet, A. (1901a). Un nouvel esthésiomètre. L’Année Psychologique, 7, 231-239.

Binet, A. (1901b). Un nouvel appareil pour la mesure de la suggestibilité. L’Année Psychologique, 7, 524-536.

Binet, A. (1901c). Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante. L’Année Psychologique, 7, 314-368.

Binet, A., & Courtier, J. (1895a). Un régulateur graphique. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances et Mémoires de la Société de Biologie, 47, 27 avril, 320-322.

Binet, A., & Courtier, J. (1895b). Le critérium musical. L’Année Psychologique, 1, 529-530.

Binet, A., & Courtier, J. (1895c). Recherches graphiques sur la musique. Revue Scientifique, 4, 4e série, 6 juillet, 5-15.

Binet, A., & Féré, Ch. (1887). Recherches expérimentales sur la physiologie des mouvements. Archives de Physiologie Normale et Pathologique, 10, 3e série, 320-373.

Binet, A., & Henneguy, F. (1892). Observations et expériences sur le calculateur J. Inaudi. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 33, 204-220.

Binet, A., & Henri, V. (1896). La psychologie individuelle. L’Année Psychologique, 2, 411-465.

Binet, A., & Henri, V. (1897). Instruments. L’Année Psychologique, 3, 652-658.

Binet, A., & Henri, V. (1898). La fatigue intellectuelle. Paris : Schleicher.

Binet, A., & Philippe, J. (1892). Etude sur un nouveau cas d’audition colorée. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 33, 462-464.

Binet, A., & Simon, T. (1905). Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux. L’Année Psychologique, 11, 191-244.

Binet, A., & Vaschide, N. (1897a). Influence du travail intellectuel, des émotions et du travail physique sur la pression du sang. L’Année Psychologique, 3, 127-183.

Binet, A., & Vaschide, N. (1897b). Sur un ergographe à ressort. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, 125, 27 décembre, 1161-1163.

Binet, A., & Vaschide, N. (1898a). Note sur un nouvel ergographe. L’intermédiaire des Biologistes. Organe International de Zoologie, Botanique, Physiologie et Psychologie, n° 13, 5 mai, 289-291.

Binet, A., & Vaschide, N. (1898b). Expériences de force musculaire et de fond chez les jeunes garçons. L’Année Psychologique, 4, 15-63.

Binet, A., & Vaschide, N. (1898c). Examen critique de l’ergographe de Mosso. L’Année Psychologique, 4, 253-266.

Binet, A., & Vaschide, N. (1898d). Un nouvel ergographe, dit ergographe à ressort. L’Année Psychologique, 4, 303-315.

Binet, A., & Vaschide, N. (1898e). Critique du dynamomètre ordinaire. L’Année Psychologique, 4, 245-252.

Brown-Sequard, C. E. (1858). Augmentation de la finesse du sens du lieu par suite de l’hyperesthésie. Journal de Physiologie de l’Homme et des Animaux, 1, 344-346.

Burq, V. (1852). Note sur une nouvelle doctrine des affections nerveuses et sur leur traitement par les applications de métaux, avec dessin et description du dynamomètre et des armatures qui servent à cet usage. L’Union médicale : journal des intérêts scientifiques et pratiques, moraux et professionnels du corps médical, 6, n° 141, 25 novembre, 471-472.

D’Arsonval, J. A. (1886). Chronomètre à embrayage magnétique pour la mesure directe des phénomènes de courte durée (de une à 1/500e de seconde). Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances et Mémoires de la Société de Biologie, 38, 245-246.

Féré, Ch. (1887). Sensation et mouvement. Etudes expérimentales de psycho-mécanique. Paris : F. Alcan.

Griesbach, H. (1897). Ein neues Aesthesiometer. Archiv für die Gesamte Physiologie des Menschen und der Tiere, 68, n° 1-2, 65-67.

Lahy, J.-M. (1927). La sélection psychophysiologique des travailleurs. Paris : Dunod.

Le Sonn, L. (2015). Les 108 enquêtes d’Alfred Binet : Le corpus des expérimentations menées entre 1884 et 1911. Recherches et Educations, n° 14, 167-202.

Mathieu, L. (1861). Un nouveau dynamomètre simplifié [séance du 3 décembre]. Bulletin de l’Académie Impériale de Médecine, 27, 166.

Mosso, A. (1874). Von einigen neuen Eigenschaften der Gefässwand. Bericht über die Verhandlungen die Königlich sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, 305-372. – Mosso, A. (1875). Sopra un nuovo metodo per scrivere movimenti dei sanguigni nell’uomo. Atti della Reale Accademia delle Scienze di Torino, 11, 21-81.

Mosso, A. (1888). Le leggi della fatica studiate nei muscoli dell’uomo. Atti della Reale Accademia dei Lincei – Memorie della Classe di scienze fisiche, matematiche e naturali, 4e série, vol. 5, 410-426 (trad. Les lois de la fatigue dans les muscles de l’homme, Archives italiennes de biologie, 1890, t. XIII, p. 123-186)

Mosso, A. (1895). Sphygmomanomètre pour mesurer la pression du sang chez l’homme. Archives Italiennes de Biologie, 23(1), 177-197.

Nicolas, S. (2011). Les premières recherches de Binet au laboratoire de psychologie de la Sorbonne (1891-1894). In B. Andrieu, G. Avanzini, M. Grollier & P. Rozencwajg (Eds.), Le centenaire de la mort d’Alfred Binet (pp. 37-52). Nancy: Société Binet-Simon.

Nicolas, S. (2016). The importance of instrument makers for the development of experimental psychology: The case of Alfred Binet at the Sorbonne laboratory. Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 52(2), 231-257.

Nicolas, S. (2017). Weber’s compass and the measurement of the threshold of tactile sensitivity: Alfred Binet’s critical approach to esthesiometry. L’Année Psychologique / Topics in Cognitive Psychology, 117, 41-83.

Nicolas, S., & Andrieu, B. (Eds.) (2005). La mesure de l’intelligence. Conférences à la Sorbonne à l’occasion du centenaire de l’échelle Binet-Simon (1904-2004). Paris : L’Harmattan.

Nicolas, S., Andrieu, B., Croizet, J. C., Sanitioso, R. B., & Burman, J. T. (2013). Sick? or Slow? On the origins of intelligence as a psychological object. Intelligence, 41, 699-711.

Nicolas, S., Gras, D., & Segui, J. (2011). Alfred Binet et le laboratoire de Psychologie de la Sorbonne. L’Année Psychologique, 111, 293-327.

Nicolas, S., & Levine, Z. (2012). Beyond intelligence testing: Remembering Alfred Binet after a century. European Psychologist, 17, 320-325.

Nicolas, S., & Makowski, D. (2016). Can mental fatigue be measured by Weber’s compass? Alfred Binet’s answer on the value of aesthesiometry (tactile sensitivity) as an objective measure of mental fatigue. European Yearbook of the History of Psychology, vol. 2, 11-46.

Nicolas, S., & Sanitioso, R. B. (2012). Alfred Binet and experimental psychology at the Sorbonne laboratory. History of Psychology, 15, 328-363.

Nicolas, S., & Thompson, P. B. (2015). The Hipp chronoscope vs. the d’Arsonval chronometer: Differing approaches to chronometry in early German and French psychology. History of Psychology, 18(4), 367-384.

Nicolas, S., & Vobořil, D. (2017a). The Collin dynamometer: History of the development of an instrument for measuring physical and mental strength. L’Année Psychologique / Topic in Cognitive Psychology, 117, sous presse.

Nicolas, S., & Vobořil, D. (2017b). Ergographs and dynamographs: New devices at the turn of the century for the measurement of muscular fatigue and endurance. L’Année Psychologique / Topic in Cognitive Psychology, 117, sous presse.

Nicolas, S., Coubart, A., & Lubart, T. (2014). The program of individual psychology (1895-1896) by Alfred Binet and Victor Henri. L’Année Psychologique / Topic in Cognitive Psychology, 114(1), 5-60.

Philippe, J. (1899). Technique du chronomètre de d’Arsonval pour la mesure des temps psychiques. Paris : Carré & Naud.

Regnier, E. (1798). Description et usage du dynamomètre (Prairial an VI). Journal de l’Ecole Polytechnique, 2, 5e cahier, 160-172.

Schmidgen, H. (2005). Physics, ballistics, and psychology : A history of the chronoscope in/as context, 1845-1890. History of Psychology, 8, 46-78.

Scripture, E. W. (1897). Nouveaux instruments. L’Année Psychologique, 3, 658-664.

Sergi, G. (1888). La psychologie physiologique. Paris: F. Alcan.

Sieveking, D. (1858). The aesthesiometer. British and Foreign Medico-Chirurgical Journal, 21, 215-216.

Sokal, M. M., Davis, A. B., & Merzbach, U. C. (1976). Laboratory instruments in the history of psychology. Journal of the History of the Behavioral Sciences, 12, 59-64.

Soulignoux, L. (1868). Du diagnostic médical et chirurgical par les moyens physiques. Paris : J.-B. Baillière.

Thomas, C., Didierjean, A., & Nicolas, S. (2016). Scientific study of magic: Binet’s pioneering approach based on observations and chronophotography. American Journal of Psychology, vol. 129, 315-328.

Titchener, E. B. (1901). Experimental psychology. A manual of laboratory practice. Volume I. Qualitative experiments. Part I. Student’s manual. New York: The Macmillan Company.

Toulouse, E., & Piéron, H. (1911). Technique de psychologie expérimentale (2 vol. ). Paris : O. Doin.

Verdin, Ch. (1888). Catalogue des instruments de précision. Sl : sn.

Verdin, Ch. (1890). Catalogue des instruments de précision. Sl : sn.

Verdin, Ch. (1895). Catalogue des instruments de précision. Sl : sn.

Verdin, Ch. (1904). Catalogue de clinique médicale, impressions nerveuses et psychologie. Paris : Impr. Manier.

Vobořil, D., Kvĕton, P., & Jelínek, M. (2014). Psychological machinery. Experimental devices in early psychological laboratories. Frankfurt am Main: Peter Lang.

Weber, E. H. (1834). De subtilitate tactus. In De pulsu, resorptione, auditu et tactu. Leipzig : Koehler.

Wundt, W. (1874). Grundzüge der physiologischen Psychologie. Leipzig : W. Engelmann.

Zimmermann, E. (1903). Psychologische und physiologische Apparate (Preis-Liste XVIII). Leipzig : sn.1

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Cylindre enregistreur avec chariot automoteur.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-1.jpg
File image/jpeg, 172k
Title Figure 2. Sphygmomanomètre de Mosso (1895) mesurant la pression sanguine (Verdin, 1895, p. 95).
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-2.jpg
File image/jpeg, 152k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-3.jpg
File image/jpeg, 64k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-4.jpg
File image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-5.jpg
File image/jpeg, 108k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-6.jpg
File image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-7.jpg
File image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-8.jpg
File image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-9.png
File image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-10.jpg
File image/jpeg, 20k
Caption Modèle A : Type d’esthésiomètre (ou Compas de Weber) utilisé par le physiologiste allemand Ernst Heinrich Weber (1795-1878). Modèle B : Compas glissière conçu par le médecin anglais Edward Henry Sieveking (1816-1904) en 1858. Model C : Compas glissière avec pointes en ivoire créé par le constructeur d’instrument Charles Verdin (1888, p. 74). Modèle D : Esthésiomètre dynamométrique spécifiquement créé par Verdin (1890, p. 65). Modèle E : Esthésiomètre dynamométrique construit par le physiologiste allemand Hermann Griesbach (1854-1941) en 1897. Modèle F : Le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus (1850-1909) a été à l’origine d’un célèbre esthésiomètre vendu par le constructeur allemand Ernst Zimmermann (1903). Modèle G : Compas, avec des pointes arrondies en caoutchouc dur, utilisé par Edward Bradford Titchener (1867-1927) en 1901. Modèle H : Esthésiomètre de Binet (1901) construit spécifiquement pour ses travaux sur la fatigue intellectuelle par Lucien Korsten (1865-1927).
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-11.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Figure 4. Dynamomètres utilisés au cours du XIXe siècle pour la mesure de la force des muscles fléchisseurs de la main.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-12.png
File image/png, 168k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-13.jpg
File image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-14.jpg
File image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-15.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 5. Ergographe de Mosso. La figure du haut représente le dispositif original de Mosso (1888). La figure du bas montre l’ergographe de Mosso tel qu’il est présenté dans le catalogue de Charles Verdin de 1904.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-16.png
File image/png, 421k
Title Figure 6. Ergographe à ressort de Binet et Vaschide (1898d, p. 304).
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-17.png
File image/png, 260k
Title Figure 7. Appareil à suggestion motrice de Binet
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-18.jpg
File image/jpeg, 156k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6162/img-19.jpg
File image/jpeg, 159k
Top of page

References

Electronic reference

Serge Nicolas, « Les instruments d’Alfred Binet au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne », Recherches & éducations [Online], HS | 2019, Online since , connection on 12 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/6162

Top of page

About the author

Serge Nicolas

Institut Universitaire de France
Université Paris Descartes
Laboratoire Mémoire et Cognition – Institut de Psychologie
Centre de Psychiatrie et Neurosciences, Inserm UMR U894, France

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals