Navigation – Plan du site
Dossier

Genèse du parcours d’expérimentateur d’Alfred Binet
Dans le sillage de Taine, Charcot et Ribot

Loig Le Sonn

Résumés

Contemporain de Taine, Charcot et Ribot, Alfred Binet a puisé chez ces trois initiateurs de la nouvelle psychologie des ressources essentielles pour fonder une démarche expérimentale originale en psychologie. L’apport et l’originalité de la démarche expérimentale de Binet, des hypothèses de recherche jusqu’au choix des sujets d’expérience, des instruments et des épreuves, sont ici replacés au sein des relations institutionnelles et intellectuelles qu’il noua avec ces trois prédécesseurs. Elles permettent d’éclairer comment Binet s’est saisi de l’héritage de ses devanciers pour bâtir une psychologie expérimentale qui traverse la psychologie clinique, la psychologie de laboratoire et les tests sans jamais s’y réduire.

Haut de page

Texte intégral

1Féru de phénomènes hypnotiques, Joseph Delbœuf (1831-1896) lisait avec « avidité, étonnement et confiance » les travaux sur l’hypnotisme régulièrement publiés dans la Revue Philosophique. Il se rendit de sa propre initiative à la Salpêtrière en décembre 1885, après avoir lu les articles des deux disciples de Jean-Martin Charcot (1825-1893) : « le doute entra dans mon esprit le jour où MM. Féré et Binet publièrent leur fameuse découverte du transfert par l’aimant (…) Me voilà donc en route pour Paris (…) Le jour de mon arrivée, je voyais M. Ribot, qui me présentait à M. Binet, qui, le surlendemain, me présentait à M. Charcot. La Salpêtrière me fut ouverte. » (Delboeuf J., 1993, 254). Lors du deuxième jour de sa visite, Delboeuf assista aux démonstrations de Charcot en compagnie d’Hippolyte Taine (1828-1893). C’est dire les liens étroits qui nouaient H. Taine, Théodule Ribot (1839-1916) et J.-M. Charcot dans les années 1880. Dès l’introduction de son livre dédié au public anglophone, On Double Consciousness (1890a), Binet les présentait d’emblée comme les acteurs principaux du développement de la psychologie expérimentale en France.
Les trois savants s’appropriaient la « nouvelle psychologie » pour renouveler la philosophie et la neurologie de leur temps. La découverte des premiers cas de dédoublement de la personnalité (Félida X. en 1859, Louis Vivet en 1886) et de voyageur somnambule (Albert Dadas) posait la question philosophique fondamentale de la transparence de la conscience, c’est-à-dire de l’unité ou de la pluralité du moi (Hacking, 1998). Les cas pathologiques attiraient l’attention des intellectuels, philosophes, écrivains, médecins en rupture avec l’orthodoxie spiritualiste qui régnait alors dans le champ philosophique.
Binet s’inspira de cet engouement pour le positivisme, au croisement de la démarche expérimentale et de la méthode pathologique (Carroy, Plas, 1993 ; Plas, 1994), au carrefour de la biologie, de la neurologie et de la philosophie. Quel rôle les trois maîtres à penser de la psychologie française ont-il joué dans la carrière intellectuelle et institutionnelle d’Alfred Binet ? Cette étude vise à élucider l’empreinte laissée par Taine, Charcot et Ribot sur la trajectoire expérimentale d’Alfred Binet, d’un triple point de vue : les fondements épistémologiques d’une psychologie en voie d’autonomisation ; la spécificité d’une démarche expérimentale que Binet a approfondi en multipliant les sites d’expérimentation, les sujets d’expérience, les instruments de précision et, enfin, les épreuves ; sans oublier les aspects institutionnels de son positionnement universitaire. Cette étude entend ainsi démontrer combien son œuvre, aussi disparate que déroutante de prime abord, demeure illisible aujourd’hui sans la situer dans sa relation à ces trois honorables devanciers.
Taine, tout d’abord, explora les principales orientations de la psychologie naissante, tant au point de vue des thèmes retenus (états seconds, double conscience, compétences cognitives, imagerie mentale) que du choix des sujets à investiguer (littérateurs, hallucinés, aliénés, calculateurs, etc.). Il permet d’expliquer la disparité des objets de recherche retenus par Binet pour fonder sa psychologie des aptitudes et des différences individuelles. Charcot lui ouvrit les portes de sa clinique des maladies nerveuses, où il trouva un vivier illimité de femmes malades pour ses premières expériences de suggestion et d’hypnotisation. Le troisième homme, Ribot, par sa centralité dans le champ psychologique, octroya à Binet les moyens institutionnels de lancer sa carrière intellectuelle – sans toutefois le soutenir activement vers une consécration universitaire...

L’exploration des « états seconds » de conscience

2Après un parcours universitaire irrésolu en médecine et en droit, Binet s’abandonna en 1879-1880 à la lecture d’auteurs majeurs à la Salle des Imprimés de la Bibliothèque Nationale, qui décidèrent de sa vocation de psychologue (lettre à Gaston Paris d’octobre 1895, Klein, 2011, 98). John Stuart Mill (1806-1873) et Alexander Bain (1818-1903), Herbert Spencer (1820-1903) et Francis Galton (1822-1911), Hermann von Helmholtz (1821-1894) et Wilhelm Wundt (1832-1920), H. Taine et T. Ribot (Wolf, 1973, 4) ont permis à Binet de se familiariser avec une discipline aussi incertaine qu’inclassable, sans assise institutionnelle, une province de la philosophie en voie d’émancipation. Ni avocat, ni médecin, ni philosophe, il jeta donc son dévolu sur la psychologie. Territoire encore vierge aux contours flous, la psychologie lui permettait d’entrer par une porte dérobée dans la cour des grands savants de son temps.
A ses débuts, tout comme Pierre Janet (1859-1947), Binet prenait pour guide les conceptions d’Hippolyte Taine (1828-1893). Elève à l’Ecole normale supérieure à partir de 1848, celui-ci échoua à l’agrégation de philosophie en 1851. A contre-courant de l’orthodoxie régnante, l’école spiritualiste de Victor Cousin (1792-1867), Taine incarnait le pôle scientiste et positiviste de la philosophie de son époque. Dans les pas des physiologistes et des aliénistes, il recherchait « dans les rêves, dans le somnambulisme et l’hypnotisme, dans les illusions et les hallucinations maladives », les données empiriques adéquates pour explorer les phénomènes de la perception. Qu’est ce que les rêves, les hallucinations, l’hypnotisme et aussi le spiritisme avaient-ils en commun ? Toutes les monographies consacrées à ces phénomènes mettent en scène des états de conscience modifiés. Convaincu que « Plus un fait est bizarre, plus il est instructif », Taine voyait dans cet ensemble d’états seconds, étudiés de concert, une possibilité unique d’explorer l’hétérogénéité du moi à travers un effet de « grossissement ». « Le cerveau humain est alors un théâtre où se jouent à la fois plusieurs pièces différentes, sur plusieurs plans dont un seul est en lumière. Rien de plus digne d’étude que cette pluralité foncière du moi ; elle va bien plus loin qu’on ne l’imagine. » (Taine, 1892, 16). Il puisait dans la littérature médicale, notamment aliéniste, ce que la philosophie spiritualiste ne pouvait lui apporter pour approcher les phénomènes de dédoublement et de dissociation du moi : des études de cas pathologiques. La psychologie positive devait impérativement, à ses yeux, se nourrir de « monographies détaillées et précises ». Son argumentation était sans cesse illustrée d’auto-observations de lui-même ou d’observations tirées des philosophes qu’il convoquait. Son empirisme s’inspirait de « recueils de rêves » et d’hallucinations hypnagogiques (Maury, Baillarger), de « récits de mangeurs d’opium » et d’autres substances stupéfiantes ou enivrantes (Quincey, Moreau de Tours, Baudelaire), d’entretiens et de correspondances avec d’illustres créateurs. Taine s’entretenait par exemple avec G. Flaubert sur la question des hallucinations envisagée du point de vue de l’inspiration littéraire (Chevrier, 2012 ; Vouilloux, 2014).
Bien avant que Binet ne s’emparât de sujets de laboratoire d’exception, littérateurs, calculateurs prodiges et joueurs d’échecs peuplaient déjà les études de Taine (1892, 80-82). Lorsque Binet s’engagea dans une série de portraits de dramaturges contemporains, publiés dans le quotidien Le Temps, il les interrogeait à domicile et il les soumettait à diverses épreuves psychométriques à son laboratoire. Il répondait directement à une directive de Taine. Ils sondaient les procédés de création et de composition littéraires des dramaturges pour y déceler des lois générales de fonctionnement de l’esprit humain. Etudier les mécanismes de la création chez les grands artistes (romancier, peintre, musicien), tout comme se pencher sur les mécanismes de l’hallucination chez les aliénés, obéissaient à une entreprise commune consistant à élucider les conditions de possibilité de la connaissance, au croisement des phénomènes de perception, de sensation et de cognition. La thèse de Taine qui identifiait le raisonnement à un « polypier d’image » n’a cessé de stimuler les recherches entreprises par Binet.

De l’observation à l’expérimentation

3Taine ne se satisfaisait pas des comptes-rendus des médecins sur leurs patients. Il était à la recherche de documents de première main sur les aliénés. Glissant subrepticement de l’empirisme au spontanéisme, Taine succombait volontiers à l’idée que l’accès le plus immédiat au vécu subjectif des patients était l’objectif central. Il espérait que des éclaircissements conceptuels majeurs naitraient du point de vue des malades. « … Ces documents sont les seuls qui nous permettent de saisir sur le vif les nuances de l’aliénation mentale, de l’interpréter, de nous la figurer avec précision. Les aliénistes n’ont qu’à rassembler les écrits de leurs malades ou à écrire sous leur dictée pour nous fournir là-dessus tout ce qui nous manque. Telle grosse question métaphysique y trouvera sa solution » (Taine, 1892, 14). Dans la continuité de Taine, Binet écrivait à ses débuts en 1887 : « L’étude des aliénés, à cet égard, est fort curieuse et fort instructive. Nous recommandons spécialement la lecture des lettres, des mémoires, des romans, des traités scientifiques qui ont été écrits par des aliénés. » (Andrieu éd., 1995, 86). 
Non content de suivre à la lettre les conseils de Taine, Binet allait plus loin que son mentor dans cette quête inlassable de « saisir sur le vif » les sujets. Taine et Ribot, tout en promouvant une approche empirique de la psychologie, incarnaient la figure traditionnelle du philosophe, plus proche d’un critique littéraire en chambre que d’un ethnologue sur le terrain. Ils se rendaient épisodiquement dans les hôpitaux, pour assister par exemple aux leçons de Charcot sur l’hystérie ainsi qu’à des démonstrations en petit comité. Néanmoins, ils ne menaient ni enquête, ni expérience auprès de sujets dûment sélectionnés. Ils sont restés attachés à leur posture scolastique de savant travaillant sur des faits de seconde main, recueillis par d’autres. Il est significatif que Binet, à ce propos, envoya à Taine ses articles sur le fétichisme sexuel (Klein, 2011, 48-49). Cet essai littéraire nourri d’observations médicales dénote quelque peu dans le corpus des publications de Binet, essentiellement fondé sur des protocoles expérimentaux.
Binet ne pouvait en effet se satisfaire de sources purement livresques pour mener à bien ses recherches. Il a poussé la porte des hôpitaux et des asiles pour pratiquer des expériences sur des malades en chair et en os. Il ne s’est pas seulement mis à leur écoute, selon le modèle de l’interrogatoire clinique. Il a imaginé des protocoles expérimentaux standardisés et reproductibles, à travers les outils et les catégories de pensée dont il disposait. Dans cette tentative de fusion improbable de la clinique médicale et de l’expérience de laboratoire, le psychopathologue et biologiste Binet disposait de plusieurs atouts : un réservoir illimité de patientes grâce à son accès à la Salpêtrière, un dispositif pour mettre le corps et l’esprit des patients à l’épreuve, et enfin des instruments pour interagir avec eux, vérifier et contrôler leurs réactions comportementales, verbales et non-verbales.
Après la psycho-pathologie des états seconds, des femmes hystériques et des aliénés, la psychométrie des sujets d’exception, le tour d’horizon des branches de la nouvelle psychologie explorée par Taine et approfondie à sa suite par Binet ne serait évidemment pas complet sans mentionner le rôle tout aussi précurseur de l’académicien dans le domaine de la psychologie du développement de l’enfant. Avant Charles Darwin (1809-1882), Wilhelm Preyer (1841-1897) et Bernard Perez (1836-1903), Taine fut le premier à publier dès 1876, dans le premier numéro de la Revue Philosophique de Ribot, une monographie des premières années de développement de sa fille (Taine, 1876 ; Darwin, 1877 ; Perez, 1878 ; Preyer, 1887). Dans le sillage de Taine et des premiers observateurs scrupuleux de l’enfance, Binet publia en 1890, lui aussi dans la Revue Philosophique, ses premières études de psychologie du développement sur ses deux petites filles (Binet, 1890b, 1890c, 1890d).
Il prit rapidement l’initiative de s’immerger dans les écoles primaires afin de donner à son travail une empreinte expérimentale. En passant de l’observation à domicile à l’expérimentation dans les écoles, nécessitant des échantillons stabilisés d’écoliers, des protocoles standardisés de mesure, Binet rompait définitivement avec le genre des biographies d’enfants, axées sur une forte intimité entre le chercheur et son sujet ainsi qu’une analyse exclusivement diachronique et idiosyncrasique du développement des facultés de l’enfant. Il expérimenta tout d’abord à son domicile une grande variété d’exercices touchant au développement des facultés motrices et mentales, avant d’envisager la passation des épreuves les plus probantes sur une échelle plus large et de perfectionner leur mise en scène dans les écoles primaires parisiennes. Toute l’originalité de Binet réside dans ce lent et patient travail de transformation de la psychologie, autrefois basée sur des observations éparses et désormais ancrée dans une pratique de l’expérimentation.

Les débuts à la Salpêtrière

4L’ensemble du spectre des sujets d’expérience de Binet, femmes hystériques, créateurs, joueurs d’échecs, calculateurs prodiges et jeunes enfants, a été mis à profit pour renouveler la problématique des relations entre perception, sensation et idéation. « Pour achever, allez à la Salpêtrière, conseillait Taine : là, des hallucinations persistantes, d’une netteté accablante, indestructibles à la conscience la plus éclairée et à la raison la mieux avertie, vous montreront l’idée représentative dans toute sa plénitude et dans tout son ascendant » (Taine, 1857, 43-44). A la Salpêtrière, dans les années 1880, Binet baignait dans une tradition spécifiquement française, la psychopathologie, l’hypnotisme expérimental ou encore le magnétisme psychique. Dans le seul livre qu’il rédigea directement en anglais pour les États-Unis, Binet faisait part à ses lecteurs anglophones de la prégnance en France de la médecine pathologique : « A quelques exceptions près, les psychologues de mon pays ont laissé les recherches psychophysiques aux Allemands, et l’étude de la psychologie comparée aux Anglais. Ils se sont presque exclusivement consacrés à l’étude de la psychologie pathologique, c’est-à-dire à la psychologie atteinte par la maladie » (Binet, 1890a).
L’expérimentation psychologique, d’après la définition qu’en donnait Binet, consistait « essentiellement à provoquer chez l’individu qu’on étudie un phénomène mental, et à étudier ensuite en quoi consiste ce phénomène mental » (Binet, 1894). Cette définition de la psychologie expérimentale renvoyait directement aux diverses définitions données à l’époque de la pratique hypnotique par les magnétiseurs et les aliénistes spécialistes de l’hystérie. « Toutes les espèces de suggestion consistent à faire prédominer une idée dans l’esprit du sujet… » « La suggestion consiste à introduire, cultiver et renforcer dans l’esprit du sujet en expérience une idée » renchérissaient Binet et Féré (1887, 69 et 155). Pierre Janet définissait lui aussi la suggestion comme « l’influence d’un homme sur un autre qui l’exerce sans l’intermédiaire d’un consentement volontaire » (Janet, 1894, 140). Dans Névroses et idées fixes publié en 1898, Janet précisait la relation d’emprise psychique de l’opérateur sur son sujet d’expérience : « Il semble donc que le sujet se soit particulièrement préoccupé de son hypnotiseur et qu’il ait eu à son égard une préférence, une docilité, une attention, en un mot des sentiments particuliers qu’il n’a pas pour les autres personnes. » (Janet, 1898, 123) Hippolyte Bernheim (1837-1919) définissait lui aussi la suggestion, au « sens le plus large », comme « l’acte par lequel une idée est introduite dans le cerveau et acceptée par lui », phénomène qu’il reformulait sous l’appellation de « loi de l’idéo-dynamisme » : « Toute idée suggérée et acceptée tend à se faire acte, c’est-à-dire sensation, image, mouvement » (Bernheim, 1995, 35 et 47). C’est donc l’hypnose par la suggestion, et non la psychométrie à travers des instruments de mesure, qui servit en France de voie royale pour constituer une méthode expérimentale propre à la psychologie en émergence.
Outre les deux articles publiés dans la Revue philosophique sur la question des hallucinations en 1884, le mémoire intitulée Sur la perception extérieure constitue un document irremplaçable pour explorer les premiers pas de Binet en tant qu’expérimentateur. Dans son rapport consacré au mémoire de Binet, le philosophe Charles Lévêque (1818-1900) soulignait les qualités d’observateur et d’expérimentateur du jeune chercheur en psychologie, attaché à une recherche à la fois clinique et expérimentale. « C’est l’œuvre d’un esprit ouvert, curieux, chercheur. Il a non seulement l’aptitude à observer au moyen de la conscience, mais encore, l’expérience de l’homme qui a fréquenté les laboratoires, les hôpitaux, qui non content de regarder attentivement les faits, institue des expérimentations méthodiques, sur des sujets tantôt sains, tantôt malades à divers degrés. La Salpêtrière est son champ d’études » (Andrieu éd., 1995, 13).
Pourquoi Charcot accepta-t-il la présence de Binet, qui n’était ni médecin ni étudiant en médecine, dans son service, sur la recommandation de Joseph Babinski ? Celui-ci pouvait intéresser Charcot à un double titre. Tout d’abord, le physiologiste qu’était Binet se formait en histologie sous la direction de son futur beau-père, Edouard Balbiani (1823-1899), au sein du laboratoire de physiologie générale du Muséum d’histoire naturelle dirigé par Albert Dastre (1844-1917), l’un des piliers dans la transmission de l’héritage de Claude Bernard (Bange, 2012). Binet se maria avec sa fille, Laure Balbiani, en 1884. Dix ans plus tard, il obtenait son doctorat ès sciences sous la direction de son beau-père. Parlant l’espagnol, l’anglais, l’italien et aussi allemand, Charcot attendait beaucoup de l’histologie, il suivait de près les travaux de Rudolf Virchow (1821-1902) en Allemagne.
En second lieu, Binet affirmait sa vocation de psychologue et Charcot, à la suite de Ribot, espérait beaucoup de cette discipline émergente à mi-chemin entre la physiologie, la neurologie et la psychiatrie. Convaincu de l’origine neurologique de la névrose hystérique, Charcot prenait peu à peu conscience que son organicisme le conduisait dans une voie sans issue. Après autopsie, il ne découvrait aucune lésion cérébrale, aucun traumatisme du rachis susceptible d’expliquer l’hystérie. Il n’en continuait pas moins à espérer que la méthode anatomo-clinique parvienne un jour à ses fins, en faisant corresponde le signe clinique et la lésion organique. « L’hystérie a ses lois, son déterminisme, absolument comme une affection nerveuse à lésion matérielle. Sa lésion anatomique échappe encore à nos moyens d’investigation (...) J’ose espérer qu’un jour ou l’autre la méthode anatomo-clinique, en matière d’hystérie, comptera un succès de plus à son actif, en permettant de déceler l’altération, la cause anatomique dont on connaît aujourd’hui tant d’effets matériels » (Cité par Gauchet, Swain, 1997, 284).
Les travaux pionniers de Binet et de Janet en psychologie ont joué un rôle majeur dans la transformation progressive des conceptions de Charcot sur l’hystérie. Dans sa réflexion sur les intersections entre la maladie mentale et la neurologie, Charcot avait l’intuition que la psychologie expérimentale et pathologique pouvait lui donner des outils d’explication inédits là où la « psychologie à l’eau de rose » introspective, l’ancienne méthode anatomo-clinique et la nouvelle microbiologie cellulaire de Virchow montraient leurs limites (Trillat, 1986, 98). L’évolution des conceptions de Charcot sur l’hystérie, entre 1870 et 1894, témoignait de la place croissante qu’il souhaitait accorder à la psychologie dans l’étiologie et la thérapeutique médicale. Janet et Binet incarnaient cette nouvelle psychologie, empirique et positiviste, enracinée dans l’expérimentation de faits physiologiques.

Portrait du psychologue français en médecin-philosophe

5Ribot joua le rôle décisif de « principal artisan de la psychologie universitaire en France » (Muchielli, 2004, 229). Le philosophe breton originaire de Guingamp s’imposa comme le « chef de file de la psychologie française » (Nicolas 2005) grâce, tout d’abord, au réseau de collaborateurs qu’il réunit autour de la Revue Philosophique de la France et de l’étranger, fondée par lui en 1876, grâce à l’appui de son ami Gustave Germer Baillière. Il défendait une position épistémologique d’ouverture à « l’empirisme » (de tradition anglaise) et à l’expérimentation (de tradition allemande), en rupture avec la philosophie universitaire dominante en son temps en France, un spiritualisme mâtiné d’introspection. Les encouragements de Ribot stimulèrent le jeune Binet à approfondir ses talents d’analyste et d’observateur. Ribot publia ses premiers articles dans la Revue Philosophique et Binet devint au fil du temps le collaborateur le plus prolifique de la revue. Il écrivit près de 42 articles entre 1880 et 1895 (seul ou en collaboration), 59 en comptabilisant les notes et les comptes-rendus, jusqu’en 1907. Il bénéficiait de l’engouement du fondateur de la Revue philosophique pour la nouvelle psychologie, la discipline la plus présente par rapport au droit, à la linguistique, à l’histoire et à la sociologie, dans la revue.
Ribot présida le premier et le quatrième congrès international de psychologie, qui se tinrent à Paris en 1889 et en 1900 (Nicolas, Murray, 2000, 38). Il occupait une place incontournable dans le champ intellectuel français, au croisement de la médecine, de la psychologie et de la philosophie. A travers son rôle majeur parmi les vecteurs d’institutionnalisation de la psychologie française (revues, sociétés savantes, laboratoires et congrès), Ribot a marqué de son empreinte le statut et les contours du psychologue universitaire « à la française ». Binet lui est resté redevable à toutes les étapes de sa carrière intellectuelle. Ses travaux menés à la Salpêtrière puis au sein du laboratoire de la Sorbonne, furent publiés dans la Revue Philosophique.
Ribot devint en 1895 président d’honneur de L’Année Psychologique, y publia deux articles dans les deuxième et troisième volumes (Ribot, 1895, 1896). Il rendait compte régulièrement des publications de L’Année psychologique dans la Revue Philosophique. Mais le soutien de Ribot envers Binet ne prit jamais la forme d’un patronage académique direct pour l’obtention d’une chaire universitaire. De son côté, malgré tout le respect qu’il lui témoignait, Binet n’oubliait jamais de rappeler que Ribot demeurait un philosophe et un exégète qui, tout en militant pour l’autonomie de la psychologie, n’avait jamais pratiqué par lui-même les méthodes expérimentales qu’il présentait comme l’horizon indépassable de la psychologie. Dans un livre à destination du public anglophone, Binet n’hésitait pas à écrire que Ribot n’était « ni un médecin, ni un observateur. Les faits pathologiques sur lesquels il se base sont toujours empruntés à d’autres auteurs » (Binet, 1997, 131). Comment expliquer les divergences et, ensuite, les incompréhensions qui s’installèrent entre les deux hommes ? La trajectoire atypique de Binet dans la psychologie académique française explique en grande partie la défiance que lui voua peu à peu Ribot.
Le profil du psychologue dessiné par Ribot passait par des études de médecine, après celles de philosophie. Le psychologue, pour exister socialement et pour expérimenter sur un matériel humain toujours disponible, devait se faire médecin des hôpitaux. Le conseil fut suivi par Janet, qui entreprit des études de médecine après sa thèse de philosophie de 1889 et ses années d’enseignement au Havre. Ribot prodigua également à un autre normalien, Georges Dumas, le conseil de suivre des études de médecine, à défaut de pouvoir bénéficier de diplômes et de chaires spécifiquement dédiés à la psychologie dans les universités françaises. « C’est du temps qu’il était professeur à la Sorbonne que Ribot m’a engagé à faire ma médecine. Il me dit en substance à peu près ceci : « J’estime qu’à l’avenir les psychologues qui voudraient utiliser la psychologie pathologique dans leurs travaux doivent être des médecins, suivre des malades dans les hôpitaux de nerveux ou dans des asiles d’aliénés, y avoir leurs entrées et procéder à l’examen clinique de leurs sujets en même temps qu’à leur examen mental. Dès que vous serez sorti de l’Ecole, faites-vous inscrire à la Faculté de médecine » (Dumas, 1939, 45).
Devenir médecin des hôpitaux avait, aux yeux de Ribot, au moins deux avantages décisifs. Le premier enjeu, d’ordre institutionnel et financier, était de pallier à l’instabilité du statut de psychologue, encore peu reconnu par l’université et par la société civile. Il fallait donc embrasser une profession légitime et l’assortir de références universitaires indiscutables. Un double cursus de philosophie et de médecine offrait toutes les garanties de « sérieux » et d’érudition auprès des autorités consacrées. Et Ribot invoquait un deuxième avantage, d’ordre méthodologique et épistémologique, à suivre des études de médecine. La science psychologique ne pouvait se développer sans l’accès immédiat et continu à des sujets d’expérience. La clientèle pauvre des hôpitaux, des hospices et des asiles formait un public d’expérimentation privilégié et indispensable pour des chercheurs qui devaient sans cesse produire des interrogatoires et des observations. Ribot, qui ne voulait pas compléter sa chaire au Collège de France d’un laboratoire, avait néanmoins conscience de l’impérieuse nécessité dans laquelle se trouvaient les premiers psychologues d’accéder à des sujets à examiner. Avant la consécration de l’hypnose à la Salpêtrière, la découverte et le suivi médical de Félida réalisés par Eugène Azam démontraient que les médecins se situaient aux avant-postes pour découvrir des « cas cliniques » hors du commun.
Janet au Collège de France et Dumas à la Sorbonne furent élus au détriment de Binet aux deux postes clefs d’enseignement de la psychologie académique française. A l’instar de leur mentor commun Théodule Ribot, ils étaient tous les deux normaliens, titulaires d’une agrégation de philosophie tout en ayant poursuivi des études de médecine. Licencié en droit et docteur en sciences naturelles (et non en lettres ou en médecine), ni normalien, ni agrégé (malgré des études secondaires au lycée Louis-Le-Grand), ni philosophe, ni médecin, la trajectoire de Binet s’inscrivait en marge du modèle de recrutement des professeurs au sein du système universitaire français.
Lorsqu’il préparait sa campagne électorale au Collège de France, à la recherche de soutiens et d’alliés parmi l’assemblée des professeurs, Binet écrivit une lettre à l’un de ses meilleurs amis, Jacques Passy, où il exprimait le ressentiment que suscitait en lui son manque de reconnaissance institutionnelle, face à son principal collègue et concurrent, Pierre Janet. Il insistait, à juste titre d’ailleurs, sur le fait qu’il était l’unique chercheur, parmi le cercle encore très restreint des psychologues français, à pratiquer l’expérimentation, à éprouver les instruments de cette science balbutiante, et à puiser dans ces expériences des hypothèses pour sa psychologie individuelle. Ribot avait toujours recouru pour ses essais à des sources de deuxième main, tandis que Janet demeurait cantonné dans le domaine de la psychopathologie des troubles neurologiques. « Il y a plus de 20 ans que je fais de la psychologie, tu le sais ; je me suis formé tout seul, sans aucun maître ; et je suis arrivé à une situation scientifique actuelle par la seule force de mes poignets ; personne, tu m’entends bien, personne ne m’a jamais aidé. J’ai fait de la psychologie expérimentale, c’est le titre de la chaire de Ribot, je suis même le seul en France qui en ait fait ; ni Ribot ni Janet n’en ont fait, le premier est un critique et le second fait de la psychologie pathologique avec l’hypnotisme, l’hystérie, etc. » (Klein, 2011, 253). « Ribot était un systématicien d’une remarquable clairvoyance. Il n’était pas un expérimentateur » rappelle à son tour Edouard Claparède (1939, 141). Dans cette lettre à la tonalité rageuse et orageuse, tout se passe comme si Binet anticipait ses futurs échecs parmi l’élite universitaire parisienne. Il se posait en savant incompris et solitaire qui ne devait rien à personne. Ce faisant, il oubliait de mentionner l’insuffisance de ses titres académiques (il était docteur en sciences naturelles), son inexpérience en matière d’enseignement, son absence remarquée dans les congrès et les colloques - trois points faibles qui grevaient considérablement ses chances d’être nommé à une chaire ou une charge d’enseignement. Lorsque son ami Claparède l’invitait à venir exposer ses travaux dans les congrès internationaux de psychologie, à Rome en 1905 ou à Genève en 1909, il se heurtait « à son petit sourire un peu énigmatique ». Il balayait d’un revers de main les colloques qu’il assimilait un peu facilement à de « vaines parlottes » sans lendemain « qui ne résolvaient rien » (Claparède, 1939, 143).

Conclusion

6En lui ouvrant les portes de son service à la Salpêtrière, Charcot a permit à Binet de matérialiser les linéaments d’une méthode psycho-pathologique jusqu’alors laissée à l’état purement théorique par ses prédécesseurs. Au sein du laboratoire de psychologie physiologique, Binet explora l’univers des instruments de la psychologie expérimentale à travers des personnalités doués d’un talent exceptionnel pour le calcul, le jeu d’échec, la création théâtrale. Il mettait en application les préceptes méthodologiques énoncés par Taine et par Ribot.
Mais la multiplication des sujets d’expérience, des objets d’étude et des dispositifs expérimentaux a peu à peu obscurci la lisibilité d’un projet intellectuel prometteur, une psychologie de l’intelligence et des différences dans la continuité de ses prédécesseurs. Entre l’hypnose, la psychométrie, la pédagogie et la psychiatrie, Binet était un psychologue à l’image de la crise épistémologique que traversait la discipline depuis son origine. La constitution difficile d’un espace de savoir autonome entre la philosophie et la biologie (Jeannerod, 1996) se soldait par l’émiettement de la psychologie en une multitude de dispositifs et d’objets. La définition de la discipline s’en trouvait obscurcie. Le développement de la psychologie expérimentale était accompagné d’une multiplication de « recherches fragmentaires et isolées » qui nuisaient à la viabilité de cette science émergente (Kostyleff, 1911 ; Foucault, 1911 ; Van Biervliet, 1907).
A sa mort, Binet était de plus en plus marginalisé parmi les psychologues français. Rentier exerçant sa vocation de psychologue expérimentateur grâce à un héritage familial, il se contenta d’un titre honorifique sans rémunération, celui de directeur du laboratoire de psychologie physiologique. Ce statut d’autodidacte inclassable, sans attache dans les instances universitaire et hospitalière parisiennes, consacre le manque de reconnaissance que lui témoignèrent ses pairs (Pinell, 1995, 24-26). Il n’avait pas non plus l’étoffe d’un philosophe mondain, à l’instar de Taine, écrivain à succès capable de manier des genres littéraires à destination du grand public comme le récit de voyage, le roman, l’essai philosophique ou historique (Richard, 281-288). Nonobstant ces impossibilités, il façonnera une autre image du psychologue, à égale distance des universités et des mondanités, proche du terrain, en prise direct sur les problèmes sociaux de son temps, en lien étroit avec les professionnels de santé et de l’éducation, grâce à son parcours pionnier d’expérimentateur dans les écoles primaires, à l’origine de l’invention du test d’intelligence.
En s’immergeant dans les écoles primaires, Binet rompit unilatéralement avec les deux paradigmes dominants qu’étaient la psychopathologie médicale d’une part et la psychologie de laboratoire d’autre part, malgré l’incompréhension manifeste de ses pairs. Son attachement à trouver une formule expérimentale originale sur le terrain des écoles primaires n’a guère été compris par ses collègues. La correspondance de T. Ribot et de H. Piéron atteste de leur dédain commun pour les travaux « disparates » de Binet publiés dans L’Année Psychologique (Carroy, Plas, 2005) ainsi que leur désintérêt manifeste pour une psychologie scolaire dont ils ne percevaient pas les enjeux présents et futurs. Janet n’avait pas non plus saisi la portée des dispositifs expérimentaux initiés par Binet dans les écoles primaires, notamment l’apport du test d’intelligence de 1905. Quant à Henry Beaunis, qui lui céda la direction du laboratoire de la Sorbonne et conserva avec Binet des rapports cordiaux et d’estime mutuelle, il reconnaissait volontiers le regret que lui inspirait le rejet par Binet de la psychologie de laboratoire (Beaunis, 2009, 183).
Au lieu de cultiver son alliance avec une discipline solidement ancrée dans l’espace académique, la physiologie - stratégie adoptée par son rival H. Piéron (Klein, 2016)–, Binet se rapprocha d’une discipline encore mineure et sans grande visibilité universitaire, la science de l’éducation (Gautherin, 2002). Incompris par ses pairs, Binet avait soulevé avant tout le monde combien le futur de la psychologie se jouait dans le domaine de l’éducation. Dès 1892, dans un texte où il décrivait les activités du laboratoire de la Sorbonne, il précisait que « La question la plus importante pour nous est celle de la psychologie des enfants, dans ses rapports avec la pédagogie. C’est là, à notre avis la question d’avenir pour la psychologie » (Binet, 1892, 368). Sa pratique vivante de l’expérimentation dans les hôpitaux, dans les asiles, dans les laboratoires et aussi dans les écoles primaires contribua à doter le psychologue du XXème siècle d’une identité autonome, de compétences et d’un rôle spécifique au sein des institutions tant hospitalières et éducatives.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu B, éd. (1995). La perception extérieure, Mont de Marsan, Ed. InterUniversitaires (1887).

Bange C. (2012). Albert Dastre, l’héritage bernardien, et le renouvellement de la physiologie générale en France autour de 1900. In Barbara J.-G. Corvol P. (dir.). Les élèves de Claude Bernard. Les nouvelles disciplines physiologiques en France au tournant du XXe siècle. Paris : Hermann, 49-77.

Bernheim H. (1995). Hypnotisme, suggestion, psychothérapie : avec considérations nouvelles sur l’hystérie, Paris : Fayard.

Beaunis H. (1884). Recherches expérimentales sur les conditions de l’activité cérébrale et la physiologie des nerfs. Paris : J. B. Baillière et Fils.

Beaunis H. (2009). De Nancy à Paris 1872-1894. Nancy : Presses Universitaires de Nancy.

Binet A., Féré C. (1887). Le magnétisme animal. Paris : Alcan.

Binet A. (1890a). On double consciousness. Experimental Psychological Studies. Chicago. Open Court Publishing Company.

Binet A. (1890b). Recherches sur les mouvements chez quelques jeunes enfants. Revue Philosophique. vol. 29, 297-309.

Binet A. (1890c). La perception des longueurs et des nombres chez quelques petits enfants », Revue Philosophique. vol. 30. 68-81

Binet A (1890d). Perceptions d’enfants. Revue Philosophique. vol. 30. 582-611.

Binet A. (1894). Introduction à la psychologie expérimentale. Paris : Alcan.

Binet A. (1894). Contribution à l’étude du système nerveux sous-intestinal des insectes. Thèse présentée à la Faculté des Sciences de Paris pour obtenir le grade de Docteur ès Sciences. Paris : Alcan.

Binet A. (1892). Le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne (Hautes Études). Revue de l’Enseignement Secondaire et de l’Enseignement Supérieur. vol. 18. XX.

Bizub E. (2006). Proust et le moi divisé. La Recherche : creuset de la psychologie expérimentale (1874-1914). Genève : Droz.

Carroy J. Plas R. (1993). La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au XIXème, Revue Internationale de Psychopathologie, 12, 603-612.

Carroy J. Plas R. (2005). La psychologie : science naturelle et science morale ? Lettres inédites de Théodule Ribot à Henri Piéron. Revue philosophique de la France et de l’étranger. P. U. F. Tome 130/3

Chevrier J.-F. (2012). L’hallucination artistique : de William Blake à Sigmar Polke. Paris : l’Arachnéen.

Claparède E. (1939). Simples souvenirs. Centenaire de Th. Ribot : Jubilé de la psychologie scientifique française. Agen : Imprimerie Moderne, 141.

Darwin C. 1877. A Biographical Sketch of an Infant. Mind. vol. 2, 285-294.

Delboeuf J. (1993). Le sommeil et les rêves et autres textes. Paris : Fayard.

Gauchet M., & Swain G. (1997). Le vrai Charcot. Les chemins imprévus de l’inconscient, Paris : Calmann-Lévy.

Dumas G. (1939). Discours pour le Centenaire de Th. Ribot : Jubilé de la psychologie scientifique française. Agen : Imprimerie Moderne.

Foucault M. (1911). Les progrès de la psycho-physique. Paris : Alcan. 

Gautherin J. (2002). Une discipline pour la république. La science de l’éducation en France (1882-1914), Berne : Peter Lang.

Hacking I. (1998). L’âme réécrite. Étude sur la personnalité multiple et les sciences de la mémoire. Paris : Les empêcheurs de penser en rond.

Hacking I. (2002). Les fous voyageurs. Paris : Les empêcheurs de penser en rond.

Janet P. (1889). L’automatisme psychologique, essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine. Paris : Alcan.

Janet P. (1898). Névroses et idées fixes. Études expérimentales sur les troubles de la volonté, de l’attention, de la mémoire, sur les émotions, les idées obsédantes et leur traitement. Tome I. Paris : Alcan, 1898.

Jeannerod M. (1996). De la physiologie mentale. Histoire des relations entre biologie et psychologie. Paris : O. Jacob.

Klein A. (2011). Correspondance d’Alfred Binet. Volume II. L’émergence de la psychologie scientifique (1884-1911). Nancy : Presses Universitaire de Nancy.

Klein A. (2016). Henri Piéron, élève et digne successeur d’Alfred Binet ? in Gutierrez L., Martin J., Ouvrier-Bonnaz R., Henri Piéron (1881-1964). Psychologie, orientation et éducation. Toulouse : Octavès, 2016.

Kostyleff N. (1911). La crise de la psychologie expérimentale. Paris : Alcan. 1911.

Martin J. et Ouvrier-Bonnaz R. (dir.). Henri Piéron (1881-1964) Psychologie, orientation et éducation. Toulouse : Octarès, 25-38.

Muchielli L. (2004). Les débuts de la psychologie universitaire, in Mythes et histoire des sciences humaines, Paris : La Découverte.

Nicolas S. (1995). Henry Beaunis (1830-1921) Directeur-fondateur du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, L’Année Psychologique, 1995, n° 95/2, 267-291.

Nicolas S. (2000). Les débuts de la psychologie de l’enfant vue à travers les monographies : l’œuvre de Bernard Perez (1836-1903), Bulletin de psychologie, tome 53, 5/449, 2000, 553-560.

Nicolas S. Murray D. J. (2000). Le fondateur de la psychologie « scientifique » française : Théodule Ribot (1839-1616). Psychologie et Histoire. N° 1, 3-58.

Nicolas S. (2005). Théodule Ribot : Philosophe breton, fondateur de la psychologie française. Paris : L’Harmattan.

Nicolas S. Gras D. Segui J. (2011). Alfred Binet et le laboratoire de psychologie de la Sorbonne. L’Année Psychologique. vol. 111(2), 291-325.

Perez B. (1878). Les trois premières années de l’enfant. Paris : Félix Alcan.

Pinell P. L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 108. 1995, 19-35.

Plas R. (1994). La psychologie pathologique d’Alfred Binet. In Fraisse P. Segui J. Les origines de la psychologie scientifique : centième anniversaire de L’Année Psychologique (1894-1994) Paris : Presses Universitaires de France. 229-245.

Preyer W. (1887). L’Ame de l’enfant. Observations sur le développement psychique des premières années, Paris : Alcan.

Ribot T. (1895). Les caractères anormaux et morbides. L’Année psychologique. vol. 2, 1-17.

Ribot T. (1896). L’abstraction des émotions. L’Année psychologique. vol. 3, 1-9.

Richard N. (2013). Hippolyte Taine. Histoire, psychologie, littérature. Paris : Classiques Garnier.

Simon T. (1912). Alfred Binet. L’Année Psychologique. vol. 18, 1-14.

Taine H. (1857). Les philosophes français du XIXe siècle. Paris : Hachette.

Taine H. (1892). De L’intelligence, Paris : Hachette, 6ème éd.

Taine H. (1876). Note sur l’acquisition du langage chez les enfants et dans l’espèce humaine. Revue Philosophique de la France et de l’étranger. vol. 1, 5-23.

Trillat E. (1986). Histoire de l’hystérie. Paris : Editions Frison-Roche.

Van Biervliet J. J. (1907). La psychologie quantitative, Paris : Alcan.

Vouilloux B. (2014). Flaubert et Taine devant l’image. Flaubert. vol. 11. Mis en ligne le 17 octobre 2014.

Wolf T. (1973). Alfred Binet, Chicago : University of Chicago Press.1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loig Le Sonn, « Genèse du parcours d’expérimentateur d’Alfred Binet
Dans le sillage de Taine, Charcot et Ribot
 », Recherches & éducations [En ligne], 20 HS | 2019, mis en ligne le , consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/6384

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals