Navigation – Plan du site
Dossier

« La mesure de l’intelligence chez les écoliers » :
l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault

Sylvain Wagnon

Texte intégral

  • 1 Foucault M. (1933). La mesure de l’intelligence chez les écoliers. Paris : Alcan
  • 2 Laurens J-P., (2015). Les instabilités institutionnelles d’une discipline émergente. Le cas de la s (...)
  • 3 Foucault M. (1923). Observations et expériences en psychologie scolaire. Paris : Presses universita (...)
  • 4 Foucault M. (1930). Premières leçons de psychologie expérimentale à l’usage des candidats au baccal (...)

1Marcel Foucault (1865-1947), agrégé de philosophie, psychologue, professeur de sociologie à la faculté des lettres de l’université de Montpellier de 1905 à 1935, publia en 1933 un ouvrage intitulé « La mesure de l’intelligence chez les écoliers ». Ce livre est dédicacé à son professeur Armand Imbert (1850-1922) qui lui fit connaitre dès 1912 « la portée considérable de l’œuvre, alors toute récente, qu’avait accomplie Alfred Binet, en collaboration avec le docteur Simon ». Marcel Foucault précise alors son projet : « et j’ai entrepris de continuer cette œuvre ».1
Au sein de l’université de Montpellier, Marcel Foucault fut à la fois le créateur d’un des premiers laboratoires de psychologie expérimentale en 1906 et celui qui s’est engagé pour l’institutionnalisation des sciences psychologiques et sociologiques à l’université de Montpellier2. Au sein de l’école normale de garçons de Montpellier, Marcel Foucault a entrepris de mettre en pratique les idées de Binet avec les enseignants. Il relate ces expériences en 1923 dans son ouvrage « observations et expériences de psychologie scolaire »3 mais aussi en 1930 dans « premières leçons de psychologie expérimentale à l’usage des candidats au baccalauréat»4.
Quelle est l’influence réelle d’Alfred Binet, l’expérimentateur, sur les modalités de travail de Marcel Foucault ? A partir des écrits de Marcel Foucault quels sont les éléments de filiation théorique et pratique avec Alfred Binet ? Comment Foucault a-t-il compris et infléchi les méthodes d’expérimentation de Binet ?
L’action de Marcel Foucault en tant qu’artisan de l’émergence de la discipline sociologique ne nous offre-t-elle pas un autre regard sur l’influence de Binet ?
A partir de ces interrogations, nous analyserons la portée et l’influence de Binet l’expérimentateur sur les travaux de Marcel Foucault autour de trois axes.
Tout d’abord en quoi Marcel Foucault peut-il être défini comme un disciple de Binet ? A travers l’itinéraire de Marcel Foucault et l’étude de ses ouvrages comment a-t-il poursuivi les travaux de Binet ?
Ensuite nous nous intéresserons au laboratoire de psychologie expérimentale créé par Marcel Foucault en 1906. Comment conçoit-il ce laboratoire par rapport à ses travaux ? Quelles sont les axes de recherches de ce laboratoire et en quoi est-il un lieu d’expérimentation des pratiques de Binet ?
Enfin, à travers les questions de théorie des aptitudes et d’orientation professionnelle, nous établirons, comment Foucault « transpose » les idées et interrogations de Binet dans le contexte différent des années 1930.

Marcel Foucault, un disciple d’Alfred Binet ?

2Enseignant à la faculté des lettres de l’université de Montpellier pendant 30 ans, Marcel Foucault possède un itinéraire humain et professionnel atypique à la croisée des sciences psychologiques, de la sociologie et des sciences de l’éducation. Au sein de l’université, il fut à la fois le créateur d’un des premiers laboratoires de psychologie expérimentale en France et celui qui sut élargir le socle des sciences humaines et sociales. Mais ces travaux de psychologie expérimentale en font-ils un disciple d’Alfred Binet ?

Un itinéraire universitaire singulier ?

  • 5 Foucault M. (1901). La psychophysique. Paris : Alcan ; Laurens J-P., (2004). La carrière universita (...)
  • 6 Tesnière V., (2015). Le quadrige 1860-1968 : un siècle d’édition universitaire. Paris : PUF.
  • 7 Gautherin J., (2006). Une polyphonie protestante dans le concert de la « Science de l’éducation » ( (...)
  • 8 Baldy R. (2004). Marcel Foucault, un pionnier de la psychologie à la faculté des lettres de Montpel (...)
  • 9 Foucault M. (1906). Le rêve. Paris : Alcan.

3Né en 1865 à Saint-Victor-de-Buthon dans l’Eure et Loir, Marcel Foucault devient agrégé de philosophie en 1891 après des études scientifiques au lycée de Nogent-le-Rotrou puis à l’université de Bordeaux. Il enseigne dans le secondaire en Saône et Loire avant de soutenir sa thèse en 1901 sur la psychophysique5. Il dédie cette thèse au sociologue Alfred Espinas (1844-1922) puis à ses professeurs à Bordeaux Octave Hamelin (1856-1907) et Emile Durkheim (1850-1917). Il fait partie de cette « filière bordelaise » de la sociologie française6. Il participe à l’année sociologique en s’intéressant à la méthode statistique. Il collabore avec Gaston Richard (1860-1945) à la rubrique « méthodologie de la statistique morale » de la revue. Néanmoins, pour lui la sociologie reste encore à cette date une application de la philosophie.
Sa thèse sur la psychophysique montrait son intérêt pour la science psychologique naissante. Nommé maitre de conférences à l’université de Montpellier en 1905, il œuvra activement à l’affirmation institutionnelle de la sociologie, de la psychologie et des sciences de l’éducation.
Jacqueline Gautherin a bien montré la force de cette « polyphonie protestante » des sciences de l’éducation à laquelle Marcel Foucault appartient7. A Montpellier, un cours de science de l’éducation à Montpellier est initié dès 1884 avec Lionel Dauriac. Marcel Foucault le reprend en 1905. Néanmoins en 1909, il n’obtient pas la création d’une chaire de psychologie expérimentale et reste titulaire de la chaire de philosophie. Mais son travail de légitimation de la psychologie et de la science de l’éducation est visible avec la création d’une chaire de philosophie morale et d’éducation en 1913 pour Jean Devolvé (1872-1947) et une chaire de sociologie et science de l’éducation en 1929 pour Georges Poyer (1884-1958)8.
Mais si les travaux et les prises de positions de Marcel Foucault sont à la croisée de la philosophie, de la sociologie, des sciences de l’éducation, c’est la psychologie qui est son domaine de prédilection et qui structure ses travaux et ses publications.
En 1907, il centre ses leçons sur l’étude des sensations, puis de la perception de l’espace en 1913 et des émotions en 1919. Avant 1914, il s’intéresse à la psychanalyse et l’interprétation des rêves. Dans la lignée de Bergson en 1901 et de Nicolas Vaschilde en 1911, il préconise à ses étudiants, dès 1906, dans son ouvrage, le rêve : études et observations, de noter leurs rêves9.
A partir de 1912, il commence à s’intéresser à l’échelle métrique Binet-Simon. Son ouvrage le plus structuré sur la question, la mesure de l’intelligence chez les écoliers nous permet de préciser en quoi il peut être défini comme un disciple de Binet.

« Faire entrer la psychologie de l’enfant dans une période nouvelle »

  • 10 Foucault M. (1933). La mesure de l’intelligence chez les écoliers. Paris : Alcan.

4Dans la dédicace de l’ouvrage de 1933 il remercie Armand Imbert, son professeur de physique médicale à la faculté de médecine de Montpellier puis professeur de physiologie du travail, de lui avoir fait comprendre en 1912 l’importance de la psychologie expérimentale : « j’ai pu apprécié, grâce à lui, la portée considérable de l’œuvre, alors toute récente, qu’avait accomplie Alfred Binet, en collaboration avec le docteur Simon, et j’ai entrepris de continuer cette œuvre »10

5Cet ouvrage, écrit à la fin de sa carrière, n’est pas un testament intellectuel et scientifique mais un texte qui clôture toute une série de recherches et d’expérimentations entreprises plusieurs décennies auparavant.
Dans le premier chapitre, Foucault détaille les buts poursuivis par Binet et Simon, en particulier la mesure du développement intellectuel. Il marque tout l’intérêt d’une échelle métrique applicable pour les jeunes enfants :

  • 11 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan.

« Au point de vue théorique, elle substitue à l’appréciation vague des manifestations intellectuelles de l’activité enfantine la détermination précise qu’apporte le nombre, et par là elle fait entrer la psychologie de l’enfant dans une période nouvelle »11.

  • 12 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 6.
  • 13 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 7.
  • 14 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 7.

6Mais pour Foucault l’importance de l’échelle n’est non seulement théorique mais pratique car cette mesure offre la possibilité « d’adapter les méthodes d’enseignement au niveau de enfants. »12
Il conclut : « en un mot, la méthode Binet-Simon marque une date dans l’évolution de la psychologie pure et de la psychologie appliquée.»13
Mais l’ouvrage de Foucault n’est pas seulement comme il l’écrit « une attitude d’admiration béate »14 devant l’œuvre de Binet. Il définit la méthode Binet-Simon comme un « commencement ». Son ouvrage est donc un appel à poursuivre « l’œuvre fondatrice » de Binet.
Pour Marcel Foucault 3 axes de recherche sont envisageables.
Premièrement, il souhaite s’intéresser aux adolescents et pouvoir compléter les épreuves de l’échelle métrique à partir de ce nouveau panel :

  • 15 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.

« Il faut trouver des épreuves qui soient applicables aux enfants le plus âgés de nos écoles primaires, à ceux des écoles primaires supérieurs, des école normales, des écoles techniques, aux apprentis de l’industrie, aux élèves de tout âge de l’enseignement secondaire, et même aux étudiants de nos facultés.»15

  • 16 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.
  • 17 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.
  • 18 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 9.
  • 19 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 9.
  • 20 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 28.

7Pour le second axe de recherche, Foucault s’appuie sur les travaux du psychologue genevois Edouard Claparéde pour distinguer développement et aptitude. Pour Foucault, Binet s’est avant tout intéressé au développement intellectuel. Dans la lignée de Claparède, il entend compléter le travail en travaillant sur les aptitudes, ce qu’il nomme une valeur intellectuelle de comparaison.16
Le troisième axe d’étude est pour Foucault, la mesure de l’aptitude intellectuelle. Il reprend la définition de Binet « l’intelligence se marque par la meilleure adaptation possible de l’individu à son milieu. »17 Mais pour Foucault, la définition de l’intelligence de Binet est « extrêmement large »18 il entend donc préciser cette notion d’intelligence19.
L’ouvrage de 1933 est une sorte de bilan des recherches antérieures de Foucault mais aussi la description de pistes possibles pour ses successeurs puisqu’il arrête toute activité professionnelle à partir de 1935.
Dans cet ouvrage, Foucault ne pense pas seulement en psychologue mais aussi en sociologue.
D’une part, il souligne la nécessité sociale et politique de la recherche du développement de l’intelligence chez les écoliers du primaire et du secondaire. Il souhaite engager une recherche comparatiste entre des enfants de familles issus de la bourgeoisie présents dans le secondaire et des enfants de milieux plus populaires de l’école primaire. Foucault veut aborder la question du déterminisme social dans le contexte de début de gratuité du secondaire qui s’esquisse par la loi du 31 mai 1933 puis devient effectif en 1936-1937.
D’autre part, il sous-tend dans cet ouvrage, la nécessité d’une recherche du développement de l’intelligence chez les écoliers garçons et filles afin de pouvoir travailler sur une comparaison entre sexes et pas seulement entre les âges. Il souhaite aborder cette interrogation pour répondre « à la question, si débattue à notre époque, de savoir si l’intelligence masculine est supérieure à l’intelligence féminine, ou bien si les deux intelligences sont égales. »20
Foucault se définit donc plus comme un continuateur de Binet qu’un disciple et il conclut :

  • 21 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 13.

« en résumé, il est désirable que, pour mesurer l’intelligence des écoliers, nous ayons une méthode qui porte que l’intelligence d’une façon essentielle et aussi directe que possible, que d’autre part, cette méthode mesure, non pas seulement le niveau intellectuel et le développement, mais aussi l’aptitude, et enfin qu’elle soit applicable aux écoliers de tout âge, c’est-à-dire depuis le début de la vie scolaire jusqu’aux environs de la vingtième année, et même plus loin si c’est possible. »21

Marcel Foucault et le laboratoire de psychologie expérimentale de Montpellier

8Le laboratoire de psychologie expérimentale créé par Marcel Foucault en 1906 à Montpellier est dans la ligne de la psychologie de laboratoire initiée par Binet dans la première partie de sa carrière. Cet espace illustre la volonté de Foucault de créer les éléments d’étude de la psychologie expérimentale et d’insérer ce laboratoire dans l’institutionnalisation universitaire de la psychologie. L’intégration du laboratoire au sein de l’école normale de garçons souligne l’importance pour Foucault de la psychologie scolaire.

Le laboratoire, instrument de l’institutionnalisation de la psychologie à l’université.

9Attiré par la psychologie expérimentale et la psychanalyse, Foucault s’intéresse aux sensations, aux émotions, et aux rêves. Néanmoins, ces travaux visent à produire des instruments d’évaluation en vue de l’orientation des élèves et s’affirme comme des étapes de la psychologie scolaire.
Les différentes publications de Marcel Foucault indiquent cette inflexion scientifique. En 1901 sa thèse tente de définir cette psychophysique naissante, en 1906 il s’intéresse à l’étude des rêves et en 1910 il reste marqué par la psychophysique, par l’étude de l’illusion paradoxale et le seuil de Weber.22
En 1928 il publie Ses trois tomes de cours de psychologie23 mais l’inflexion vers la psychologie scolaire en lien avec les travaux du laboratoire de psychologie appliquée se retrouve dans ses ouvrages de 1923, 1930 et 1933 ainsi que ses nombreux articles publiés dans l’Année psychologique de 1924 à 193224.
En 1923, avec Observations et expériences de psychologie scolaire, il relate ses enseignements avec les normaliens de Montpellier. Le programme de psychologie des écoles normales de 1920 contient l’apprentissage de toute une série d’observations et d’expériences sur les mesures corporelles et mentales. Ces expériences seront faites avec les élèves des écoles d’application avec l’indication précise des épreuves sur le jugement et le raisonnement des enfants à partir des tests Binet-Simon.
En avertissement de cet ouvrage Foucault précise qu’il a conformément au programme développé les leçons de psychologie expérimentale qui s’adressent aux normaliens et aux étudiants de psychologie de la faculté de lettres :

  • 25 Foucault M. (1923), op.cit. p.34

« J’ai fait, en même temps, avec l’aide de mes élèves, un certain nombre d’expériences sur les enfants au laboratoire de psychologie appliquée que j’ai pu installer auprès d’un groupe scolaire dans un local mis à ma disposition par la municipalité de Montpellier.»25

10En 1930 ses premières leçons de psychologie expérimentale à l’usage des candidats au baccalauréat réaffirment l’importance des travaux de Binet et la nécessité de leur mise en pratique par les enseignants. Le laboratoire de psychologie expérimentale, lié aux ouvrages de Foucault sont donc aussi des éléments de légitimation de l’institutionnalisation de la psychologie universitaire et de la psychologie scolaire.
Comme Binet, Foucault indique sa méfiance pour le caractère artificiel du laboratoire et sa volonté de multiplier les expériences de terrain et les observations de classes. Mais quelles sont les activités du laboratoire de psychologie appliquée ?

Le laboratoire, instrument de psychologie scolaire

  • 26 Pièron H., (1944). Chronique, Année psychologique, 45-46. p.798.
  • 27 Foucault M. (1930), op. cit. p. 1.

11Créé en 1906, défini comme modeste26, le laboratoire de Marcel Foucault se situe dans la lignée des premiers laboratoires français de psychologie de la fin du XIX e siècle et en premier lieu le laboratoire de psychologie physiologique fondé en 1889 par Henry Beaunis (1830-1921) et pris en charge par Binet à partir de 1894.
En fondant ce laboratoire de psychologie expérimentale Foucault s’ancre dans cette psychologie de laboratoire centré sur l’étude des mesures et des évaluations quantitatives. Même si, comme ceux de Binet, ces travaux ne se limitent pas à des expériences en laboratoire, Foucault reste attaché à cette démarche scientifique. En 1930, il précise que le terme de psychologie expérimentale est souvent « employé pour désigner l’ensemble des recherches psychologiques qui sont faites dans des laboratoires au moyen d’appareils, et par des expériences analogues à celles des physiologistes et des physiciens »27
Il refuse d’opposer psychologie expérimentale et psychologie sans épithète :

  • 28 Ibid.

« Les problèmes sont les mêmes pour le psychologue qui travaille dans un laboratoire et pour celui qui se borne à s’observer lui-même : pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de comprendre la vie de l’âme, c’est-à-dire de classer les faits psychiques, de les décrire, de les analyser, et, dans la mesure du possible, de les expliquer par les lois qui les gouvernent. Le psychologue qui fait des expériences ne dédaigne point les informations qu’il peut obtenir par l’observation subjective : mais il cherche à les compléter, à les analyser, à les préciser, en provoquant certains faits psychiques dans des conditions artificielles, plus favorables que les conditions ordinaires à une observation fructueuse.»28

12Il n’oppose pas les deux méthodes mais fait le choix de la psychologie expérimentale :

  • 29 Ibid.

« Ainsi il n’existe aucune opposition entre les deux façons de comprendre la recherche psychologique, si ce n‘est que l’une, attachée à la tradition philosophique, rétrécit son investigation, tandis que l’autre s’efforce de l’élargir. »29

  • 30 Kovarsky V. (1949). L'œuvre scientifique de Maurice Grammont. Paris : Librairie le François.
  • 31 On retrouve dans certains textes Dora et non Véra Kovarsky.
  • 32 Kovarsky V. (1927). Le Profil psychologique de M. le professeur Rossolimo. Méthode de mesure des ca (...)
  • 33 Kovarsky V. (1930). Le rôle de la méthode du profil psychologique dans l'orthopédie psychique. Pari (...)
  • 34 Kovarsky V. (1927). La mesure des capacités psychiques chez les enfants et les adultes, normaux et (...)
  • 35 Rossolimo G., (1929). L'individualité de l'enfant. traduit du russe par Véra Kovarsky. Paris : Alca (...)
  • 36 Bertrand P-M., (2001). Histoire des gauchers. Paris : Imago.
  • 37 Kovarsky V. (1937). Les troubles psychomoteurs chez les gauchers. [S. l.] : [s. n.] ; Kovarsky V. ( (...)
  • 38 Kovarsky V. (1953). Surdité verbale et gaucherie contrariée. Lyon : Impr. Gauthier.
  • 39 Kovarsky V. (1949). Le dépistage des maladies de la voix parlée chez les élèves et les étudiants : (...)
  • 40 Kovarsky V. (1948). Le dépistage des maladies de la voix parlée chez les élèves et les étudiants, l (...)
  • 41 Kovarsky V. (1950). Dépistage des gauchers contrariés. Paris : Masson.
  • 42 Kovarsky V. (1930). L'inspection psychologique à Montpellier. Paris : F. Lanore ; Kovarsky V. (1936 (...)

13L’organisation du laboratoire nous est encore peu connue. Le laboratoire est intégrée à l’école normale de garçons de Montpellier, les archives éparses de l’école normale ne donnent pas trace d’achats de matériel. On peut penser que le laboratoire est d’une part directement rattaché à la faculté de lettres et d’autre part qu’il est localisé dans l’école annexe, école d’application, où les normaliens peuvent travailler avec les enfants.
Deux axes complémentaires sont perceptibles. Premièrement, ce laboratoire est jumelé avec le laboratoire de phonétique expérimentale fondé en 1904 par le linguiste Maurice Grammont (1866-1946) au sein de l’université de Montpellier.30 Il semble bien que les travaux sont communs entre les deux laboratoires pour les normaliens. Mais deuxièmement, le laboratoire devient pionnier dans le domaine de l’étude des gauchers et la psychologie scolaire. Ce point illustre bien l’inflexion de ce laboratoire par rapport aux recherches de Binet mais aussi leurs filiations.
L’assistante de Marcel Foucault, Véra Kovarsky personnifie cet axe majeur du laboratoire.31
En 1927, elle publie sa thèse « Le Profil psychologique de M. le professeur Rossolimo. Méthode de mesure des capacités psychiques chez les enfants et les adultes, normaux et anormaux.»32 Spécialiste des profils psychologiques3334, elle traduit en 1928, l’individualité de l’enfant, l’ouvrage-phare de Grigory Ivanovich Rossolimo (1860-1928).35 En 1929, elle souligne l’importance de la « méthode Binet-Simon » dans la compréhension des profils psychologiques de Rossolimo. Mais l’action de Véra Kovarsky se centre sur la reconnaissance des gauchers. Pendant des décennies, elle entreprend une sorte de « croisade »36 pour faire connaitre les troubles des gauchers contrariés,37les liens entre surdité verbale et gaucher contrarié38, les liens entre bégaiement et gaucher contrarié39, les maladies de voix40 et la nécessité du dépistage des gauchers.41 Elle insiste sur la nécessité d’une inspection psychologique dans les écoles et définit les objectifs d’une telle inspection42

Théories des aptitudes et orientation professionnelle

14Les travaux de Foucault au sein du laboratoire de psychologie expérimentale n’ont pas pour ambition de participer à la création d’une nouvelle science de l’enfant mais d’établir l’importance de la démarche psychométrique pour l’étude des aptitudes. Foucault n’intervient pas directement sur la question de l’acte éducatif mais par ces travaux il précise ses conceptions sur l’orientation professionnelle.

L’importance de la démarche psychométrique

  • 43 Binet. A et Simon. T., (1904). Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des ano (...)

15Pour Alfred Binet, les tests ont plusieurs bases. Tout d’abord, ce ne sont que des outils qui ne définissent aucunement des éléments permanents. Ensuite, l’échelle n’est qu’un outil au service des éducateurs pour repérer les enfants suspectés d’arriération intellectuelle et tenir compte du retard de ces enfants dans leurs études. Et enfin, à cette évaluation scolaire doit s’adjoindre un examen psychologique qui définisse le degré d’intelligence43.
Dans le même esprit pour Marcel Foucault, ce n’est pas les tests en eux-mêmes qui sont jugés suspects s’ils restent un outil scientifique, parmi d’autres, au service d’une meilleure connaissance de l’enfant mais l’usage qu’il peut en être fait.
Dans son ouvrage de 1933 sur la mesure de l’intelligence chez les écoliers, Foucault élabore une série de propositions pour les épreuves : mettre en confiance les enfants, conduire l’expérience avec indulgence mais objectivité pour pouvoir faire des comparaisons viables, maintenir l’anonymat des observations recueillies et enfin établir la fréquence de tels tests.
Il précise d’ailleurs l’évolution de son propre travail :

  • 44 Foucault M. (1933). op.cit. p. 94.

« Lorsque j’ai commencé, il y a une dizaine d’années à travailler avec les enfants de l’école maternelle, j’ai rencontré au début quelques difficultés parce qu’ils me prenaient pour un médecin »44.

  • 45 Ibid.

16Pour Foucault, la psychologie de laboratoire, dans la lignée de Binet doit développer le plus possible une méthode scientifique : « la méthode socratique n’a pas de place ici : elle est peut-être utilisable en classe, elle ne l’est pas au laboratoire. »
Foucault n’est pas dans la logique des pédologues de créer une nouvelle science de l’enfant45. Pour lui la psychologie et la sociologie sont deux sciences émergentes qu’il travaille à asseoir du point de vue institutionnel et scientifique. Mais dans cette recherche de méthodologies appropriées pour la psychologie scolaire, la psychométrie est pour lui, dans la lignée de Binet, une approche fondamentale.
Il reste fidèle à l’objectif donné, dès 1898 par Binet et Victor Henri :

  • 46 Binet Al. (1910, 2004) La Fatigue intellectuelle. Paris : Schleider, réédition Éditions L’Harmattan (...)

« La pédagogie nouvelle doit être fondée sur l’observation et sur l’expérience ; elle doit être, avant tout, expérimentale.
Nous n’entendons pas ici par expériences ce vague impressionnisme des personnes qui ont beaucoup vu. Une étude expérimentale, dans l’acception scientifique du mot, est celle qui contient des documents recueillis méthodiquement, et rapportés avec assez de détails et de précision pour qu’on puisse, avec des documents, recommencer le travail de l’auteur, le vérifier, ou en tirer des conclusions qu’il n’a pas remarquées. »46

  • 47 Binet Al. (1909). Avant-propos. Le bilan de la psychologie en 1909. L’Année psychologique, 16, p. 7 (...)

17Tout en étudiant une psychologie expérimentale, Foucault n’entre pas dans les perspectives d’une telle pédagogie expérimentale. D’ailleurs Binet lui-même avait bien précisé qu’il s’agissait de deux étapes différentes : « C’est que la pédagogie expérimentale n’est point purement et simplement une application des conséquences de la psychologie, mais une science autonome ayant ses méthodes propres. »47
Foucault n’intervient pas sur la question de l’action éducative et de la pédagogie expérimentale. Toutefois en s’intéressant aux tests mentaux, il perçoit bien que des choix politiques sont sous-tendus par de tels travaux. L’orientation professionnelle étant un axe important de cette psychologie appliquée, en phase avec les questions sociales.

L’orientation professionnelle comme nécessité sociale et politique

18Foucault pose la question :

  • 48 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

« Cela ne veut pas dire que l’accès à l’enseignement secondaire doive être déterminé, d’une façon exclusive, par le résultat d’un ou même de plusieurs mesures de l’intelligence : il ne peut l’être en équité et en raison, que par la concordance d’une pluralité d’indication ».48.

19Après la première guerre mondiale la question de l’orientation professionnelle devient une nécessité sociale et politique. En France, il faut attendre le décret sur l’orientation professionnelle du 26 septembre 1922 pour voir l’essor des offices d’orientation professionnelle, même si quelques pionniers, comme Jean Maurice Lahy, avaient mis en place des premiers bureaux pionniers en la matière. Il faut attendre novembre 1928 avec la création de l’Inop pour voir le début d’une formation de conseillers d’orientation.
À travers l’orientation professionnelle, c’est la question de la théorie des aptitudes et de l’école unique qui se pose. Et on voit bien que Foucault esquisse quelques éléments sans réellement prendre parti :

  • 49 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

« Aujourd’hui, il se fait sentir un besoin nouveau, celui de reconnaitre, parmi les enfants qui demandent à suivre l’enseignement secondaire, ceux dont on peut espérer qu’ils en tireront un profil convenable : la société a besoin d’hommes dont le travail professionnel soit principalement de nature intellectuelle, elle cherche à les recruter parmi les enfants que leurs aptitudes désignent comme capables de ce genre de travail. La mesure des aptitudes intellectuelles est propre à aider le choix indispensable »49

  • 50 Münsterberg H. (1914). Grundzüge der Psychotechnik. Leipzig : J. A. Barth.

20Cette notion de la théorie des aptitudes dans le contexte de l’époque éméne de la coexistence de deux conceptions antinomiques. Elle est liée à la question d’une rationalité et d’une efficacité du travail en particulier chez les psychologues du travail américains à partir des travaux de Hugo Münsterberg50. Au sein de la psychologie européenne et en particulier française, elle s’établit dans le milieu des psychologues progressistes et oriente leurs travaux vers des objectifs de justice sociale et d’égalité républicaine. Ainsi, pour Henri Piéron, mais aussi pour Édouard Toulouse, Jean-Maurice Lahy, psychologie scientifique et appliquée doit permettre d’orienter la théorie des aptitudes vers la valorisation des prédispositions de chacun et la cohérence de ces capacités innées et acquises avec sa place dans la société dans un esprit d’équité sociale.
Foucault clairement ne va pas aussi loin, il reste dans une observation sans réelle prise de position politique. Pour Foucault, il convient avant tout de travailler au dépistage des aptitudes. Un dépistage qui peut prendre des axes qui peuvent paraitre de traverses mais qui illustre les préoccupations réelles de cette psychologie scolaire et expérimentale. Les travaux de Véra Kovarsky sur les différents dépistages des gauchers ne sont qu’une étape vers la reconnaissance des gauchers, de leurs caractéristiques, une œuvre fondamentalement d’équité finalement très politique qui pose la question de l’école unique et du passage du primaire au secondaire :

  • 51 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

« Cela ne veut pas dire que l’accès à l’enseignement secondaire doive être déterminé, d’une façon exclusive, par le résultat d’un ou même de plusieurs mesures de l’intelligence : il ne peut l’être en équité et en raison, que par la concordance d’une pluralité d’indication ».51.

  • 1

21Avec les travaux de Marcel Foucault se dessine donc une influence forte des idées et des expériences menées par Alfred Binet.
La filiation existe entre les deux chercheurs et expérimentateurs. Avec une génération d’écart, Marcel Foucault se veut un continuateur de Binet, dans un contexte différent avec un panel d’élèves plus âgés. La création du laboratoire de psychologie expérimentale en 1906 se place dans la lignée de cette psychologie de laboratoire voulue par Binet pour rendre scientifique cette psychologie naissante. Marcel Foucault a pu avec Véra Kovarsky mettre en place une série d’expériences et de recherches sur une psychologie scolaire à la fois pionnière dans le domaine du dépistage des gauchers mais aussi élément d’un dispositif plus vaste d’institutionnalisation des sciences psychologiques et de la sociologie. Cette influence directe de Binet comme expérimentateur place Marcel Foucault comme un initiateur des sciences de l’éducation à l’interface entre les réflexions théoriques et visées praxéologiques.52

Haut de page

Notes

1 Foucault M. (1933). La mesure de l’intelligence chez les écoliers. Paris : Alcan

2 Laurens J-P., (2015). Les instabilités institutionnelles d’une discipline émergente. Le cas de la sociologie à Montpellier (1838-1922). Revue d'anthropologie des connaissances. n° 4. p. 429-448.

3 Foucault M. (1923). Observations et expériences en psychologie scolaire. Paris : Presses universitaires de France.

4 Foucault M. (1930). Premières leçons de psychologie expérimentale à l’usage des candidats au baccalauréat. Paris : Delagrave.

5 Foucault M. (1901). La psychophysique. Paris : Alcan ; Laurens J-P., (2004). La carrière universitaire de Marcel Foucault. Le Dit de L’UPV. n°73. p.3.

6 Tesnière V., (2015). Le quadrige 1860-1968 : un siècle d’édition universitaire. Paris : PUF.

7 Gautherin J., (2006). Une polyphonie protestante dans le concert de la « Science de l’éducation » (1882-1914). Histoire de l’éducation. 110

8 Baldy R. (2004). Marcel Foucault, un pionnier de la psychologie à la faculté des lettres de Montpellier, n°77, Le Dit de L’UPV, p.3. 

9 Foucault M. (1906). Le rêve. Paris : Alcan.

10 Foucault M. (1933). La mesure de l’intelligence chez les écoliers. Paris : Alcan.

11 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan.

12 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 6.

13 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 7.

14 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 7.

15 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.

16 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.

17 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 8.

18 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 9.

19 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 9.

20 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 28.

21 Foucault M. (1933). op. cit. Paris : Alcan. p. 13.

22 Foucault M. (1910). L’illusion paradoxale et le seuil de Weber. Paris : Masson.

23 Foucault M. (1926). Cours de psychologie. Tome 1 : introduction philosophique à la psychologie Paris : Alcan ; Foucault M. (1928). Cours de psychologie. Tome 2 : Les sensations élémentaires. Paris : Alcan ; Foucault M. (1928). Cours de psychologie. Tome 3 images et associations Paris : Alcan.

24 Foucault M. (1924). Le rôle du repos dans le travail mental. L'année psychologique. Vol.   25. 1. p. 18-33 ; Foucault M. (1925). L'acuité visuelle et l'acuité auditive chez les écoliers. L'année psychologique. Vol.   26. 1. p. 79-91 ; Foucault M. (1926). La qualité du travail mental et les Lois de l'exercice et de la fatigue. L'année psychologique. Vol.   27. 1. p. 23-41 ; Foucault M. (1927). La perception des longueurs par la peau. L'année psychologique. Vol.  28. 1. p. 75-97 ; Foucault M. (1928). . Les Inhibitions internes de fixation. L'année psychologique. Vol.  29. 1. p. 92-112 ; Foucault M. (1929). Les Associations locales et la loi de fixation des images. L'année psychologique. Vol.   30. 1. p. 25-39 ; Foucault M. (1931). Le travail mental sans mouvements. L'année psychologique. Vol.  32. 1. p. 30-48 ; Foucault M. (1932). La marche de la fixation d'une série de mots. L'année psychologique. Vol.   33. 1. p. 15-19 ; Foucault M. (1933). Les intervalles entre les lectures et leur influence sur la fixation. L'année psychologique. Vol.  34. 1. p. 23-40

25 Foucault M. (1923), op.cit. p.34

26 Pièron H., (1944). Chronique, Année psychologique, 45-46. p.798.

27 Foucault M. (1930), op. cit. p. 1.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Kovarsky V. (1949). L'œuvre scientifique de Maurice Grammont. Paris : Librairie le François.

31 On retrouve dans certains textes Dora et non Véra Kovarsky.

32 Kovarsky V. (1927). Le Profil psychologique de M. le professeur Rossolimo. Méthode de mesure des capacités psychiques chez les enfants et les adultes, normaux et anormaux. Thèse de doctorat. Université de Montpellier. Faculté des lettres.  ; Kovarsky V. (1929). Séance du 20 décembre 1928, la mesure des capacités psychiques : la méthode du profil psychologique. Les Études philosophiques. n° 1. Juin. p. 9-20.

33 Kovarsky V. (1930). Le rôle de la méthode du profil psychologique dans l'orthopédie psychique. Paris : Masson et Cie, éditeurs.

34 Kovarsky V. (1927). La mesure des capacités psychiques chez les enfants et les adultes, normaux et anormaux : la méthode du profil psychologique. Paris : Félix Alcan.

35 Rossolimo G., (1929). L'individualité de l'enfant. traduit du russe par Véra Kovarsky. Paris : Alcan.

36 Bertrand P-M., (2001). Histoire des gauchers. Paris : Imago.

37 Kovarsky V. (1937). Les troubles psychomoteurs chez les gauchers. [S. l.] : [s. n.] ; Kovarsky V. (1938). La gaucherie : les troubles fonctionnels d'origine psychogénique chez les gauchers contrariés. Paris : Masson ; Kovarsky V. (1955). Voix artificielle, cancer des cordes vocales et gaucherie contrariée. [S.l.] : [s.n.] ; Kovarsky V. (1949). L'étiologie et la prophylaxie du bégaiement. Paris : Masson ; Kovarsky V. (1953). Plaidoyer en faveur des gauchers. Toulouse : Société anatomo-clinique de Toulouse.

38 Kovarsky V. (1953). Surdité verbale et gaucherie contrariée. Lyon : Impr. Gauthier.

39 Kovarsky V. (1949). Le dépistage des maladies de la voix parlée chez les élèves et les étudiants : le bégaiement et la gaucherie contrariée. Paris : Masson ; Kovarsky V. (1950). Un cas peu commun de bégaiement clono-tonique d'origine psychogénique. Lyon : R. Bonnefon ; Kovarsky V. (1947). Comment apparait le bégaie ment chez un enfant contrarié. Lyon : Edit. et publ. médicales ; Kovarsky V. (1949). Mue faussée, bégaiement et gaucherie contrariée. Paris : Masson.

40 Kovarsky V. (1948). Le dépistage des maladies de la voix parlée chez les élèves et les étudiants, le bégaiement et la gaucherie contrariée. Paris : Masson.

41 Kovarsky V. (1950). Dépistage des gauchers contrariés. Paris : Masson.

42 Kovarsky V. (1930). L'inspection psychologique à Montpellier. Paris : F. Lanore ; Kovarsky V. (1936). L'inspection psychologique, sa raison d'être, ses buts. Paris : Masson.

43 Binet. A et Simon. T., (1904). Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux. Année psychologique. 11. p.191-244.

44 Foucault M. (1933). op.cit. p. 94.

45 Ibid.

46 Binet Al. (1910, 2004) La Fatigue intellectuelle. Paris : Schleider, réédition Éditions L’Harmattan. introduction de Bernard Andrieu et Serge Nicolas.

47 Binet Al. (1909). Avant-propos. Le bilan de la psychologie en 1909. L’Année psychologique, 16, p. 7-15.

48 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

49 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

50 Münsterberg H. (1914). Grundzüge der Psychotechnik. Leipzig : J. A. Barth.

51 Foucault M. (1933). op. cit. p.96.

52Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Wagnon, « « La mesure de l’intelligence chez les écoliers » :
l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault
 », Recherches & éducations [En ligne], HS | 2019, mis en ligne le , consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/6480

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals