Navigation – Plan du site
Dossier

Binet et la prestidigitation : comprendre les outils psychologiques des magiciens avec les outils méthodologiques du 19ème siècle

Cyril Thomas, André Didierjean et Serge Nicolas

Résumés

Alors qu’il est directeur adjoint au laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, Alfred Binet (1857-1911) décide, en 1894, d’étudier une nouvelle population de sujets : les prestidigitateurs. Pour réaliser cette étude, il a recours à des magiciens professionnels de renom, notamment Gustave Arnould (1850-1920) et Edouard-Joseph Raynaly (1842-1918). Mais surtout il décide d’utiliser avec l’aide d’un ancien collaborateur d’Etienne-Jules Marey (1830-1904), Georges Demenÿ (1850-1917), un appareil nouveau : le chronophotographe. En effet, pour réaliser cette étude, Binet se sert de la chronophotographie qui permet de décomposer les mouvements rapides et imperceptibles à l’œil nu. L’utilisation de cette technique lui permet de souligner l’implication de certains mécanismes psychologiques dans les tours de magie ; mécanismes qui sont encore étudiés dans les recherches actuelles, comme le détournement d’attention, mais aussi le boniment ou le recours à des écrans. Dans cet article, nous mettons en perspective certaines conclusions de Binet avec les travaux actuels sur la psychologie de la prestidigitation. Nous présentons ensuite le cheminement ayant conduit Binet à l’utilisation de la chronophotographie pour étudier la magie.

Haut de page

Texte intégral

1En octobre 1894 paraît dans la « Revue des Deux Mondes » un article de Binet (1894b) sur une thématique peu commune : la psychologie de la prestidigitation. Binet avait déjà publié quelques articles dans cette revue prestigieuse, notamment une étude sur les calculateurs mentaux (Binet, 1892a), sur l’audition colorée (Binet, 1892b) ou sur les grands joueurs d’échecs (Binet, 1893). Il est dans une période de sa vie scientifique où il est attiré par la psychologie des sujets exceptionnels dans différents domaines, parce qu’il pense que leur étude est susceptible d’éclairer le fonctionnement psychique des sujets normaux (Binet, 1894a). Selon cette approche, si la pathologie peut apporter des informations sur le fonctionnement mental des individus normaux, il en est sans doute de même de l’étude des sujets extraordinaires. Après avoir étudié la mémoire, le calcul, ou la créativité, l’étude des prestidigitateurs lui permet d’étendre ses recherches à de nouvelles thématiques en psychologie telles que l’attention, la perception et les mouvements volontaires.

2
Les techniques de prestidigitation se font à une vitesse très élevée et pour pouvoir les étudier il fait appel à Georges Demenÿ (1850-1917), le collaborateur d’Etienne-Jules Marey (1830-1904). En effet, à la même époque Marey (1894) parvient à analyser au moyen de la chronophotographie la chute d’un chat en portant la cadence de son appareil à 60 images par seconde. Grâce à ce nouveau chronophotographe, Binet pense être capable de « décortiquer » les mouvements de ses prestidigitateurs lors de leurs tours et montrer que les illusions disparaissent lorsque les mouvements sont ralentis. Dans cet article, nous allons dans un premier temps présenter succinctement la méthode employée par Binet pour étudier les processus psychologiques en jeu dans la prestidigitation (pour une présentation plus détaillée, voir Thomas, Didierjean & Nicolas, 2016). Dans un second temps, nous nous intéresserons à trois facteurs psychologiques mis en avant et répertoriés par Binet pour expliquer les performances des prestidigitateurs : le détournement d’attention, le boniment et le recours à des écrans. Nous nous proposons dans cette partie de mettre en perspective certaines conclusions de Binet et les travaux actuels sur ce thème. Dans un troisième temps, nous présenterons comment Binet a eu recours à la chronophotographie et nous expliquerons le cheminement ayant conduit à l’élaboration de cette nouvelle technique, jusqu’à son utilisation par Binet pour étudier en laboratoire la magie.

L’étude des cas exceptionnels et la psychologie individuelle de Binet

3A partir du début des années 1880, Théodule Ribot (1881), l’un des représentants de la nouvelle psychologie française, élabore le projet d’une psychologie scientifique basée sur l’anormalité (troubles pathologiques et neurologiques) comme modèle d’étude du sujet « normal ». Selon cette approche, aussi appelée « méthode pathologique », la pathologie présente l’intérêt de défaire les mécanismes d’une ou plusieurs fonctions mentales particulières, laissant apparaître certains éléments qui sinon restent cachés lors du fonctionnement normal. C’est dans cette optique comparative que Binet va d’abord poursuivre des travaux à l’hôpital de la Salpêtrière dans le service de Jean-Martin Charcot (1825-1893) auprès de sujets hystériques. Au début des années 1890, il intègre le tout nouveau laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne (cf. Nicolas & Sanitioso, 2012). Ce changement de lieu de travail est l’occasion pour Binet d’un changement de paradigme de recherche. Il décide de s’appuyer sur les méthodes de la physiologie expérimentale et de mettre en place une véritable science psycho-physiologique afin d’étudier les différences individuelles, la psychologie des enfants et celle des experts. A la méthode expérimentale il adjoint alors parfois la méthode « descriptive », c’est-à-dire le recours à des méthodes d’observation et d’enquête. Dans certaines situations, il considère que cette approche est même meilleure que le recours à l’expérimentation. C’est ainsi muni de ces deux « outils », expérimentation et observation, qu’il va recruter pour son étude sur la prestidigitation plusieurs experts qui travaillaient à l’époque au théâtre Robert-Houdin : Gustave Arnould (1850-1920), Pr Dicksonn [le comte Paul-Alfred de St. Genies du Grand-Breucq] (1857-1939), Clovis Pierre, Georges Méliès (1861-1938), et Edouard-Joseph Raynaly (1842-1918). Il va tenter d’étudier en détail les ressorts psychologiques mis en jeu par ces magiciens. Pendant ces visites, les magiciens, et plus particulièrement Arnould et Raynaly, exécutent gratuitement des tours, en décomposant les mouvements, ralentissant ou précipitant les passes et laissant voir avec complaisance ce qu’ils avaient l’habitude de cacher (Binet, 1894c ; pour une réflexion sur les motivations poussant ces magiciens à venir dévoiler leurs trucs devant Binet, voir Lachapelle, 2008). En note de son article, Binet (1894b) écrit qu’il a puisé les premiers éléments de son étude psychologique des prestidigitateurs dans plusieurs écrits, notamment ceux de Robert Houdin (1868), James Sully (1881, 1883) et Max Dessoir (1893). Mais, comme mentionné précédemment, il a surtout travaillé « d’après nature », s’appuyant surtout sur la méthode de l’interrogatoire et des questionnaires.

Quels outils psychologiques dans la besace du magicien ?

4Selon les mots d’Alfred Binet (1894a) : « La prestidigitation est un art qui s’est proposé un but singulier : celui de rechercher et de développer toutes les influences qui peuvent nous induire en erreur et nous tromper sur ce que nous voyons » (p. 903). Pour parvenir à « tromper » le spectateur, la prestidigitation va s’appuyer sur les « failles » de nos processus cognitifs. Dans son étude, Binet s’attache ainsi à comprendre certains des mécanismes psychologiques qu’utilisent les magiciens. Et tout d’abord, le détournement d’attention.

Le détournement d’attention

  • 1 Pour des recherches récentes menées sur le détournement d’attention, voir : Kuhn & Tatler, 2011 ; K (...)

5Le but de cet outil commun de la prestidigitation est d’attirer l’attention des spectateurs sur un objet ou un mouvement saillant afin de les rendre « aveugles » à une manipulation secrète que le magicien effectue hors de cette zone d’intérêt1 . Ce principe de détournement est bien connu des magiciens, et ce depuis longtemps. Robert Houdin (1868), dont l’ouvrage va inspirer Binet, en parle ainsi :

  • 2 En prestidigitation le terme « prestige » désigne l’effet magique.

« Certains gestes, certaines actions ont uniquement pour but de faciliter ce qu’en prestidigitation on appelle un temps. Un temps, c’est le moment opportun d’exécuter un escamotage à l’insu des spectateurs. Dans ce cas, le geste ou le fait qui constitue le temps a pour but d’attirer l’attention du public vers un point éloigné de l’endroit où s’opère le prestige2. On déposera, par exemple, avec une certaine affectation un objet sur un coin de la table sur laquelle on opère, tandis que la main gauche, se dirigeant derrière cette table, se saisira d’un objet caché pour le faire apparaitre. » (p. 88)

6Pourquoi nos mécanismes attentionnels nous rendent-ils donc aveugles à des éléments importants de notre environnement ? La plupart des travaux actuels sur l’attention se réfèrent aux travaux pionnier de Broadbent (1958 ; voir Lachter, Forster & Ruthruff, 2004). Selon le modèle de l’attention sélective de Broadbent (1958), il existerait un certain nombre de filtres précoces permettant de sélectionner et de traiter en profondeur les informations sensorielles évaluées comme étant pertinentes et d’ignorer les informations non pertinentes. Il est probable qu’en créant une zone d’intérêt élevée sur sa main en mouvement, le magicien active les filtres précoces des spectateurs et sollicite un traitement plus approfondi en faveur de cette zone d’intérêt ainsi qu’une atténuation du traitement des informations sensorielles périphériques. Cette attention sélective serait responsable d’un phénomène proche du détournement d’attention et connu depuis une vingtaine d’années sous le nom d’« inattentional blindness ». (e.g., Simon & Chabris, 1999). Cette cécité d’inattention peut être définie comme l’incapacité d’un individu à percevoir un évènement saillant et potentiellement pertinent lorsque son attention est capturée par un autre évènement saillant. (e.g., Simon & Chabris, 1999).

7
Binet (1894a) dans son article sur la prestidigitation réalise une analyse assez fine des mécanismes responsables des phénomènes de détournement d’attention, en des termes qui ne sont pas sans rappeler la notion de filtre attentionnel ou de cécité d’inattention des psychologues contemporains. Il observe que :

« Toute perception est un choix, un triage ; des sensations innombrables font vibrer sans relâche nos organes des sens ; nous négligeons la plupart parce qu’elles n’offrent aucun intérêt ; notre attention se fixe seulement sur quelques-unes, les sensations significatives ; celles-là seules franchissent le seuil de la conscience claire, deviennent l’objet de nos raisonnements, nous suggèrent des souvenirs et jouent un rôle dans notre vie intérieure. » (p. 913).

8Le détournement d’attention se base parfois non pas sur des mouvements, mais sur des attentes que crée le magicien, soit par son discours, soit très souvent par son regard (Kuhn, Amlani & Rensink, 2008). Le prestidigitateur va « guider » l’attention du spectateur en regardant lui-même un point précis de son environnement, par exemple sa main en déplacement. Le phénomène selon lequel nous avons tendance à regarder l’endroit qui est fixé par notre interlocuteur a beaucoup été étudié ces dernières années (e.g., Driver, Davis, Kidd, Maxwell, Ricciardelli & Baron-Cohen, 1999 ; Friesen & Kingstone, 1998 ; Mansfield, Farroni & Johnson, 2003 ; Ricciardelli et Driver, 2002). L’orientation automatique de l’attention par le regard d’autrui est par exemple bien montrée dans une recherche de Friesen et Kingstone (1998). Dans une tâche classique d’indiçage à partir du paradigme de Posner (1980), les auteurs présentent pendant quelques centaines de millisecondes à des participants un indice constituée par un dessin simple représentant un ovale contenant deux yeux qui regardent à droite, à gauche ou tout droit. Une lettre apparaît ensuite à gauche ou à droite de l’indice, et les sujets doivent donner le plus rapidement possible la localisation ou l’identité de la lettre. Les sujets savent que la direction du regard du personnage n’est pas prédictive de la position de la cible. Les auteurs montrent que lorsque la direction du regard est congruente avec la position de la cible à venir, les sujets sont plus rapides pour détecter la lettre et traiter son identité. L’attention est automatiquement dirigée dans la direction où regarde autrui. Les magiciens se servent depuis longtemps de ce principe pour orienter l’attention et le regard des spectateurs.

9
Binet, dans les analyses qu’il fait de la technique des prestidigitateurs, perçoit bien la grande importance du regard. Il observe que le magicien doit tout d’abord « capturer » les regards, obtenir que le spectateur prête attention à son regard (1884a) :

« La condition première de toutes les opérations est la prise de l’attention. L’opérateur, avant de faire le moindre de ses tours, doit commencer par prendre, par capter les regards de tous les assistants, de manière que chaque conscience entre en relation avec la sienne. C’est ce que les hypnotiseurs appellent entrer en rapport, donnant un nom commode à un phénomène dont l’existence est certaine, mais dont la nature serait bien difficile à décrire » (p. 908).

10Cette opération effectuée, il va orienter, grâce à son regard, ce que l’on nomme aujourd’hui leur « focus attentionnel » loin de la zone où va s’opérer la manipulation : « Quand tous les yeux des spectateurs sont fixés sur l’artiste, celui-ci peut déplacer tous les regards vers un point, en regardant lui-même ce point sans affectation ; s’il se tourne vers la droite, tous les spectateurs regarderont docilement dans ce sens » (p. 914).

Le rôle du boniment

11L’une des autres armes dont dispose le magicien pour « tromper » le spectateur est son discours, ce qu’on nomme le boniment. C’est ce que confirme le magicien Robert Houdin (1868), grand inspirateur des travaux de Binet :

« L’opérateur en magie simulée est un profond dissimulateur dans ses paroles et dans ses actions : il dit ce qu’il ne fait pas, ne fait pas ce qu’il dit, et fait ce qu’il se garde bien de dire. En prestidigitation, la parole prend le nom de Boniment. Le boniment, c’est la fable, le discours, le speech, le débit de paroles, le boniment, enfin, dont on habille un tour d’escamotage pour lui donner une apparence de réalité » (p. 92).

12Dans une recherche récente, Wiseman et Greening (2005) ont étudié l’impact de la suggestion verbale du magicien sur la perception que les spectateurs ont du tour de magie. Dans cette expérience, ces auteurs présentent à des participants la vidéo d’un magicien donnant l’illusion qu’il plie une clé par le pouvoir de sa pensée (en réalité, il utilise un tour de passe-passe). Après cette première phase, le magicien pose la clé pliée sur une table, et celle-ci reste alors statique jusqu’à la fin de la vidéo. La moitié des participants voit la vidéo sans aucun son, l’autre moitié voit la vidéo en entendant le magicien suggérer le fait que la clé est encore en train de se plier sur la table (alors même qu’en réalité elle ne bouge plus). Les résultats montrent que les sujets ayant été exposés à la suggestion verbale sont significativement plus nombreux (40 %) à dire qu’ils voient la clé continuer à se plier que ceux qui n’ont pas été exposés à la suggestion verbale (4 %). Les magiciens peuvent donc parer leur boniment de suggestions verbales afin d’amplifier l’effet magique. Binet (1884a), même s’il ne creuse pas cette question, a bien conscience de l’importance du boniment : « Il existe un autre artifice qui décuple l’effet du tour, c’est le boniment, petit discours plaisant grâce auquel on oriente l’esprit du spectateur dans le sens le plus favorable à l’illusion » (p. 912). Il étudiera cette question quelques années plus tard dans un livre sur la suggestibilité (Binet, 1900).

Le recours à un « écran »

13Une des techniques utilisées par les prestidigitateurs consiste à dissimuler momentanément aux yeux du spectateur un objet ou une manipulation nécessaire au tour. Nos mécanismes perceptifs ont une tendance naturelle à compléter ce que nous ne voyons pas et à enrichir notre trace perceptive avec des éléments présents en dehors de ce que nous voyons. Ce type de phénomène a été étudié dans de nombreux domaines en psychologie, tel que celui de la Boundary Extension (pour des revues de question, voir Intraub & Richardson, 1989 ; Menetrier, Didierjean & Marmèche, 2011). Les travaux dans ce champ montrent que l’exposition à une photographie, même très brève, conduit à compléter la trace perceptive d’éléments non présents sur la photographie mais probables à l’extérieur du cadre (voir par exemple Intraub & Dickinson, 2008). Dans le cadre de la magie, l’enrichissement de ce que nous voyons par nos connaissances a par exemple été étudié par Barnhart (2010).

14
Binet (1884a), dans son analyse des outils du prestidigitateur, propose une analyse un peu similaire aux travaux actuels du rôle des écrans :

« Il existe un nombre indéfini de tours où, pour rendre un objet invisible, on le cache entièrement, absolument, en le plaçant derrière un autre objet qui forme écran. A première vue, il semble incroyable que les spectateurs ne se doutent pas de l’artifice. Ils ne s’en doutent pas parce qu’à chaque moment de la vie usuelle, nous avons l’habitude de perdre de vue l’objet que nous regardons, et que nous suppléons par un raisonnement rapide à ces courtes éclipses de l’objet. Si par exemple nous regardons un enfant qui joue à la balle, il arrive des moments très courts où nous cessons de voir une main de l’enfant ; nous croirions cependant ridicule d’en conclure que cet enfant est devenu brusquement manchot ; une image mentale détaillée qui reste constamment en éveil complète la sensation et empêche d’en remarquer les lacunes » (p. 918).

15Avec quels outils Binet a-t-il pu apporter ces éclairages sur les mécanismes en jeu dans la magie ? Les recherches d’aujourd’hui en psychologie cognitive ont recours à de nombreuses avancées techniques pour tenter d’analyser les processus en jeu dans la magie. Ainsi, la plupart des recherches de Kuhn sur ce thème, par exemple, ont recours à des techniques permettant d’enregistrer les mouvements oculaires (e.g. Barnhart & Goldinger, 2014 ; Kuhn & Land, 2006). Il y a plus d’un siècle de cela, Binet s’était également déjà saisi des outils optiques les plus récents pour tenter d’analyser les mécanismes qu’utilisent les magiciens.

La nouvelle technique adoptée par Binet : la chronophotographie de Marey

16Afin de prouver que dans la magie, c’est notre esprit qui est trompé (et non nos sens), Binet (1894b) utilise une série de photographies qu’il a prise lors de l’exécution de plusieurs tours de magie, comme par exemple « le saut de coupe à deux mains » durant lequel le magicien fait rapidement passer la moitié inférieure du paquet de cartes au-dessus du jeu. Ceci fut réalisé au moyen d’une technique novatrice : la « chronophotographie », par un collaborateur de Marey, pionnier de la photographie et un précurseur du cinéma actuel.

Marey inventeur du chronophotographe

17Successeur de Pierre Flourens (1794-1867) à la chaire de physiologie du Collège de France, Etienne-Jules Marey (1830-1904) était alors le représentant le plus éminent de la nouvelle physiologie française. Pour lui, « La plupart des progrès réalisés dans les sciences expérimentales comme dans les sciences d’observation pure sont dus aux perfectionnements des méthodes et des instruments employés » (Marey, 1868, p. 3). Dans ce sens il va promouvoir la « méthode graphique » dans les sciences expérimentales (cf., Marey, 1897) et mettre au point pour cela au cours des années 1850-1860 de nombreux instruments enregistreurs de l’activité physique (mouvements du cœur, de la respiration, etc.). L’une des limitations de la méthode graphique est qu’elle impose une liaison matérielle entre l’animal ou l’humain soumis à l’étude et l’appareil enregistreur. Or Marey développe très tôt un intérêt marqué pour l’étude des mouvements et de la locomotion chez les êtres animés, que l’œil est impuissant à analyser.

18
En 1873, il fait paraître son ouvrage La Machine animale, où l’on trouve notamment représenté les dessins d’un cheval au trot et au galop (Marey, 1873). La lecture de cet ouvrage sur le mécanisme animal va inspirer au photographe américain Eadweard Muybridge [Edward James Muggeridge] (1830-1904) l’idée de résoudre le problème de la locomotion du cheval à l’aide de la photographie. C’est dans le journal « La Nature » du 14 décembre 1878 que paraît un article intitulé « Les allures du cheval représentées par la photographie instantanée » (Tissandier, 1878 ; voir aussi Muybridge, 1879) où sont présentés les photographies prises par Muybridge (voir Figure 1). Marey va être d’emblée séduit par la méthode, mais la technique de ce dernier reposait sur le déclenchement successif de douze appareils photographiques disposés le long d’une piste d’une dizaine de mètres de longueur. Pour Marey, la méthode nouvelle qu’il souhaite développer doit s’affranchir de l’emploi de plusieurs objectifs, et permettre de prendre d’un point de vue unique les images de l’objet en mouvement. Avec les années, il va réussir à réaliser ces conditions avec des appareils donnant des successions d’images de plus en plus nombreuses (de 10 à 60 par seconde). Pour Marey, cette méthode « chronophotographique » qu’il parvient à mettre au point permet la mesure de la durée des étapes du phénomène étudié grâce au déplacement régulier de la plaque sensible. Elle est en cela assez comparable à la méthode graphique qui enregistre le temps en déplaçant sous l’influence d’un mouvement d’horlogerie la surface noircie d’un tambour enregistreur et la complète avantageusement (Marey, 1893).

19
Dès décembre 1878, Marey pense à construire un fusil photographique qui permet de résoudre des questions difficiles comme par exemple celle des phases successives du mouvement des ailes lors du vol des oiseaux (voir Figure 2).

Figure 1. Douze photographies successives obtenues par Muybridge sur un cheval au grand galop. A la dernière figure, le cheval est représenté au repos. La vitesse au galop était de 1,142 mètre à la minute

(d’après Tissandier, 1878, p. 25)

(d’après Tissandier, 1878, p. 25)

Figure 2. Le fusil chronophotographique (Marey, 1882b, p. 329). 1. Vue d’ensemble de l’appareil. – 2. Vue de l’obturateur et du disque à fenêtre. – 3. Boîte contenant vingt-cinq plaques sensibles.

Figure 2. Le fusil chronophotographique (Marey, 1882b, p. 329). 1. Vue d’ensemble de l’appareil. – 2. Vue de l’obturateur et du disque à fenêtre. – 3. Boîte contenant vingt-cinq plaques sensibles.

20Ce n’est que trois ans plus tard, entre janvier et février 1882, que Marey (1882) met au point une version satisfaisante de cet appareil qu’il présente à l’Académie des sciences de Paris. Mais les clichés donnés par le fusil photographique ne sont pas satisfaisants et les problèmes techniques de son appareil sont également fréquents et difficiles à résoudre. C’est pour cela qu’il met au point une caméra chronophotographique à plaque fixe (voir Figure 3), présentée à l’Académie des sciences de Paris le 3 juillet 1882.

Figure 3. Chronophotographe de 1882 à plaque fixe (d’après Marey, 1891, p. 691)

Figure 3. Chronophotographe de 1882 à plaque fixe (d’après Marey, 1891, p. 691)

21C’est le 3 novembre 1890 que Marey présente à l’Académie des Sciences un nouvel appareil, le photochronographe, dont nous parle Binet (1894b) dans son article. Cet appareil (voir Figure 4) donne jusqu’à 60 épreuves par seconde, chacune séparée de la précédente par un intervalle de temps constant (1/10e de seconde), de sorte que la chronophotographie donne à la fois la forme et le temps de manière exacte.

Figure 4. Chronophotographe complet ou Photochronographe de 1890 (d’après Marey, 1891, p. 693)

Figure 4. Chronophotographe complet ou Photochronographe de 1890 (d’après Marey, 1891, p. 693)

Apport du chronophotographe de Marey à l’étude de la prestidigitation

22Binet fera chronophotographier par Demenÿ les mouvements des mains des deux prestidigitateurs, Arnould et Raynaly, qui ont exécuté le saut de coupe avec une ou deux mains, le filage, l’escamotage d’une muscade, etc. Si l’on examine la collection photographique qui se trouve encore à l’Institut de psychologie de Paris (voir Figure 5), on est frappé, comme Binet à son époque, de ne pas retrouver l’illusion qui apparaît si facilement lorsque le tour est effectué devant les yeux. Binet (1894a). Si l’épreuve photographique détruit si complètement les illusions, c’est parce qu’elle supprime tous les facteurs psychologiques qui les expliquent. « L’illusion ne tient pas seulement à la perfection du mouvement, mais à sa vitesse, au « boniment » qui l’accompagne et qui détourne l’attention et encore à plusieurs autres causes psychologiques » (Binet, 1894c).

Figure 5. Représentation d’une série de 12 photographies réalisées par Demenÿ à l’aide du chronophotographe de Marey et permettant de décomposer les mouvements du prestidigitateur Arnould lors de l’escamotage d’une muscade.

Figure 5. Représentation d’une série de 12 photographies réalisées par Demenÿ à l’aide du chronophotographe de Marey et permettant de décomposer les mouvements du prestidigitateur Arnould lors de l’escamotage d’une muscade.

Conclusion

23Alfred Binet a toujours aimé travailler avec des sujets d’exception afin de percer les mystères de leurs aptitudes remarquables. Son objectif était de mettre à nu les mécanismes mentaux à la base de leur expertise afin de comprendre le fonctionnement psychologique des individus dit « normaux ». L’étude approfondie de ces différents sujets d’élite place Binet comme un précurseur dans le domaine de l’étude scientifique de l’expertise pour différents domaines (calcul, raisonnement, écriture, peinture, etc.). Cet intérêt pour les sujets d’exception s’inscrit dans une démarche scientifique originale qui va au-delà de la méthode pathologique prônée par la psychologie française de l’époque. En effet, Binet fut le promoteur de la méthode « des cas exceptionnels » qui, jusqu’à ces dernières années, au-delà du merveilleux à laquelle son nom est souvent attaché, a apporté de nombreux éléments à la compréhension du fonctionnement du sujet normal (e.g., Didierjean & Gobet, 2008, pour une revue de question).

24
Au-delà de l’intérêt historique et théorique du travail de Binet, il faut souligner son intérêt méthodologique. En effet, Binet considère que la psychologie doit utiliser l’instrumentation afin de résoudre les questions psychologiques. Il n’a d’ailleurs jamais hésité à inventer, à perfectionner (cf. Nicolas, 2016) ou à employer certains appareils spécifiques (par exemple, le stylo électrique) pour résoudre des questions spécifiques (par exemple, les mouvements de l’écriture, cf. Nicolas & Sanitioso, 2012). Marey fut le maître à penser de Binet pour l’application de l’instrumentation technique appliquée aux questions psychologiques. Grâce à Marey et à Demenÿ, la chronophotographie lui a fourni de nouvelles possibilités d’études.

25
En étudiant scientifiquement la psychologie de la prestidigitation, Binet (1894b) sut ainsi lever le voile sur certains processus psychologiques maitrisés par les magiciens mais peu connus de la psychologie à l’époque (e.g. le détournement d’attention, le boniment…). Il est frappant de voir avec quelle précision certains de ces processus psychologiques sont fidèles à ceux « re » découverts depuis seulement une dizaine d’année par les chercheurs en psychologie cognitive et en neurosciences. Il faudra ensuite attendre près d’un siècle en psychologie pour prolonger ce travail et avancer dans une compréhension plus fine de ces mécanismes que décrit Binet (voir Rensink & Kuhn, 2014, 2015 ; Thomas, Didierjean, Maquestiaux, & Gygax, 2015, pour des synthèses). En précurseur d’une nouvelle discipline, Binet a offert à la psychologie un terrain de recherche original et fertile : la psychologie de la prestidigitation.

Haut de page

Bibliographie

Barnhart, A. S. (2010). The exploitation of Gestalt principles by magicians. Perception, 39, 1286-1289.

Barnhart, A. S., & Goldinger, S. D. (2014). Blinded By Magic: Eye-Movements Reveal the Misdirection of Attention. Frontiers in Psychology, 5. doi : 10.3389/fpsyg.2014.01461.

Binet, A. (1892a). Les altérations de la personnalité [Alterations of personality]. Paris : Alcan.

Binet, A. (1892b). Le calculateur Jacques Inaudi. Revue des Deux Mondes, 111, 905-924.

Binet, A. (1893). Les grandes mémoires : Résumé d’une enquête sur les joueurs d’échecs. Revue des Deux Mondes, 117, 826-859.

Binet, A. (1894a). Introduction à la psychologie expérimentale. Paris : F. Alcan.

Binet, A. (1894b). La psychologie de la prestidigitation. Revue des Deux Mondes, 125, 903-922.

Binet, A. (1894c). La psychologie de la prestidigitation. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 37, 346-348.

Binet, A. (1900). La suggestibilité. Paris : Schleicher.

Broadbent, D.E. (1958). The effects of noise on behaviour. In. Elmsford, NY: Pergamon Press, Inc

Dessoir, M. (1893). The psychology of legerdemain. The Open Court, 7, n° 291, 3599-3601; n° 292, 3608-3611; n° 293, 3616-3619; n° 294, 3626-3627; n° 295, 3633-3634.

Didierjean, A., & Gobet, F. (2008). Sherlock Holmes - An Expert’s View of Expertise. British Journal of Psychology, 99, 109-125.

Driver, J., Davis, G., Kidd, P., Maxwell, E., Ricciardelli, P., & Baron-Cohen, S. (1999). Gaze perception triggers reflexive visuospatial orienting. Visual Cognition, 6, 509-541.

Friesen, C. K., & Kingstone, A. (1998). The eyes have it! Reflexive orienting is triggered by nonpredictive gaze. Psychonomic Bulletin and Review, 5, 490-495.

Intraub, H., & Dickinson, C. A. (2008). False memory 1/20th of a second later: What the early onset of boundary extension reveals about perception. Psychological Science, 19, 1007-1014.

Intraub, H., & Richardson, M. (1989). Wide-angle memories of close-up scenes. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory and Cognition, 15, 179-196.

Kuhn, G., Amlani, A. A., & Rensink R. A. (2008). Towards as science of magic. Trends in Cognitive Science. 12, 349-35.

Kuhn, G., Caffaratti, H.A., Teszka, R., & Rensink, R. A. (2014). A Psychologically-based taxonomy of misdirection. Frontiers in Psychology, 5. doi: 10.3389/fpsyg.2014.01392.

Kuhn, G., & Findlay, J. M. (2010). Misdirection, attention and awareness: Inattentional blindness reveals temporal relationship between eye movements and visual awareness. The Quarterly Journal of Experimental Psychology, 63, 136-146.

Kuhn, G., & Martinez, L. M. (2011). Misdirection - past, present, and the future. Frontiers in Human Neuroscience, 5, 172. 

Kuhn, G. & Land, M. F. (2006). There’s more to magic than meets the eye! Current Biology. 16, R950.

Kuhn, G., & Tatler, B. W. (2011). Misdirected by the gap. The relationship between inattentional blindness and attentional misdirection. Consciousness and Cognition. 20, 432-436.

Lachapelle, S. (2008). From the Stage to the Laboratory: Magicians, Psychologists, and the Science of Illusion. Journal of the History of the Behavioral Sciences, 44, 319-334.

Lachter, J., Forster, K. I., & Ruthruff, E. (2004). Forty years after Broadbent: Still no identification without attention. Psychological Review, 111, 880-913.

Mansfield, E., Farroni, T., & Johnson, M.H. (2003). Does gaze perception facilitate overt orienting? Visual Cognition, 10, 7-14.

Marey, E. J. (1868). Titres de M.Marey. Paris : E. Martinet.

Marey, E. J. (1873). La machine animale. Locomotion terrestre et aérienne. Paris : Germer Baillière. 

Marey, E. J. (1882a). Emploi de la photographie instantanée pour l’analyse des mouvements chez les animaux [Instant photography used to analyse the movements of animals]. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, 94, 1013-1020.

Marey, E. J. (1882b). Le fusil photographique. La Nature, 10e année, 1er semestre, 22 avril, n° 464, 326-330.

Marey, E. J. (1890). Appareil photochronographique applicable à l’analyse de toutes sortes de mouvements. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, 111, 626-629.

Marey, E. J. (1891). La chronophotographie. Nouvelle méthode pour analyser le mouvement dans les sciences physiques et naturelles [Chronophotography, a new method for analysing movement in physical and natural sciences]. Revue Générale des Sciences Pures et Appliquées, 2, 689-719.

Marey, E. J. (1893). Les applications de la chronophotographie à la physiologie expérimentale. Revue Scientifique, 51, n° 11, 18 mars

Marey, E. J. (1894). Des mouvements que certains animaux exécutent pour retomber sur leurs pieds, lorsqu’ils sont précipités d’un lieu élevé [Mechanical movements certain animals perform to land on their feet when they are thrown from a high place]. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, 119, 714-717.

Marey, E. J. (1897). La méthode graphique dans les sciences expérimentales. Revue Scientifique, 8, 4e série, n° 6, 7 août, 161-166.

Menetrier, E., Didierjean, A., & Marmèche, E. (2011). Le système visuel traite-t-il les photographies comme des fenêtres ouvertes sur le monde ? L’Année Psychologique, 111, 753-773.

Muybridge, E. (1879). Correspondance. La Nature, 7e année, 1er semestre, n° 303, 22 mars, 246.

Nicolas, S. (2016). The importance of instrument makers for the development of experimental psychology: The case of Alfred Binet at the Sorbonne laboratory. Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 52(2), 231-257.

Nicolas, S., & Sanitioso, R. B. (2012). Alfred Binet and experimental psychology at the Sorbonne laboratory. History of Psychology15, 328-363.

Posner, M. I. (1980). Orienting of attention. The Quarterly Journal of Experimental Psychology, 32, 3-25.

Rensink, R. A., & Kuhn, G. (2014). A framework for using magic to study the mind. Frontiers in Psychology, 5, 1508.

Rensink, R. A., & Kuhn, G. (2015). The Possibility of a Science of Magic. Frontiers in Psychology, 6. doi : 10.3389/fpsyg.2015.01576

Ribot, T. (1881). Les maladies de la mémoire. Paris : G. Baillière.

Ricciardelli, P., Ro, T., & Driver, J. (2002). A left visual field advantage in perception of gaze direction. Neuropsychologia, 40, 769-777.

Robert-Houdin, J.-E. (1868). Les secrets de la prestidigitation et de la magie. Paris : Michel Lévy Frères.

Simons, D. J., & Chabris, C. F. (1999). Gorillas in our midst: Sustained inattentional blindness for dynamic events. Perception, 28, 1059-1074.

Sully, J. (1881). Illusions. A psychological study. London: Kegan Paul.

Sully, J. (1883). Les illusions des sens et de l’esprit (H. Bergson, trans.). Paris : G. Baillière

Taine, H. (1870). De l’intelligence. Paris : Hachette.

Thomas, C., Didierjean, A., Maquestiaux, F., & Gygax, P. (2015). Does Magic Offer a Cryptozoology Ground for Psychology? Review of General Psychology, 19, 117-128.

Thomas, C., Didierjean, A., & Nicolas, S. (2016). Scientific study of magic: Binet’s pioneering approach based on observations and chronophotography. American Journal of Psychology, 129, 313-326. doi : 10.5406/amerjpsyc.129.3.0313.

Tissandier, G. (1878). Les allures du cheval représentées par la photographie instantanée. La Nature, n° 289, 14 décembre, 23-26.

Wiseman, R., & Greening, E. (2005). "It’s still bending": Verbal suggestion and alleged psychokinetic ability. British Journal of Psychology, 96, 115-128.3

Haut de page

Notes

1 Pour des recherches récentes menées sur le détournement d’attention, voir : Kuhn & Tatler, 2011 ; Kuhn & Land, 2006 ; Kuhn & Findley, 2010 ; Kuhn & Martinez, 2011 ; pour une revue de question voir Kuhn, Caffaratti, Teszka & Rensink, 2014

2 En prestidigitation le terme « prestige » désigne l’effet magique.

3

Haut de page

Table des illustrations

Titre (d’après Tissandier, 1878, p. 25)
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 2. Le fusil chronophotographique (Marey, 1882b, p. 329). 1. Vue d’ensemble de l’appareil. – 2. Vue de l’obturateur et du disque à fenêtre. – 3. Boîte contenant vingt-cinq plaques sensibles.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 3. Chronophotographe de 1882 à plaque fixe (d’après Marey, 1891, p. 691)
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4. Chronophotographe complet ou Photochronographe de 1890 (d’après Marey, 1891, p. 693)
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 5. Représentation d’une série de 12 photographies réalisées par Demenÿ à l’aide du chronophotographe de Marey et permettant de décomposer les mouvements du prestidigitateur Arnould lors de l’escamotage d’une muscade.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/6488/img-5.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Thomas, André Didierjean et Serge Nicolas, « Binet et la prestidigitation : comprendre les outils psychologiques des magiciens avec les outils méthodologiques du 19ème siècle », Recherches & éducations [En ligne], HS | 2019, mis en ligne le , consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/6488

Haut de page

Auteurs

Cyril Thomas

Université de Franche-Comté

André Didierjean

Université de Franche-Comté

Serge Nicolas

Université Paris Descartes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals