Navigation – Plan du site

Le Front national et l’école de la République

Un idéologue de la décadence
Jean-Michel Barreau

Résumé

Désormais solidement installé dans l’espace médiatique et politique français, le Front national est un parti qui a un long parcours de critiques idéologiques radicales envers l’école de la République. Ces dénonciations récurrentes s’organisent autour du réquisitoire central de la décadence scolaire, déclinée en quatre pôles essentiels : le laxisme, la débauche, la barbarie, l’illettrisme. Le laxisme, c’est la décadence de l’autorité. La débauche, c’est la décadence de la morale. La barbarie, c’est la décadence de l’ordre. L’illettrisme, c’est la décadence du niveau. Touchée par ces anathèmes, l’école de la République doit être attentive à les prendre pour ce qu’ils sont : des imprécations qui veulent la discréditer de la façon la plus extrême qui soit, pour mieux la combattre.

Haut de page

Texte intégral

1Le Front National est désormais solidement installé dans l’espace médiatique et politique français. Selon un sondage réalisé par l’institut TNS Sofres, Marine le Pen serait assurée de participer au second tour de l’élection présidentielle de 2017 quels que soient les candidats en face d’elle1. Sans pouvoir préjuger des résultats de ce second tour, l’époque est loin où le FN ne faisait que 0,75 % des voix exprimées aux élections présidentielles de 19742. Si de nombreux ouvrages se sont penchés sur l’histoire de ce parti politique3, son système4, son programme5 ou les rapports qu’il entretient avec les ouvriers6 et les jeunes7, il y a relativement peu d’études qui prennent en compte les relations qui sont les siennes avec l’école de la République8. Pourtant, nous montrerons que depuis sa création le FN est un idéologue qui a un très long parcours de considérations radicalement critiques à son égard. Sur la base d’une lecture précise de ses différents supports médiatiques, tels que La lettre de Jean-Marie Le Pen, Français d’abord !9 et les sites internet de Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen, cette recherche met en évidence les caractéristiques essentielles que le FN entretient avec cette école républicaine depuis les années 70. A savoir, celles de la dénonciation récurrente d’une décadence scolaire générale déclinée en quatre pôles essentiels : le laxisme, la débauche, la barbarie, l’illettrisme.

Décadence 

2La décadence où tout ne serait que désastres est le grand socle idéologique qui chapeaute la vision du monde politique du FN depuis près d’une cinquantaine d’années. Dans un discours télévisé qu’il tenait le19 avril 1974 alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle de cette même année, Jean-Marie Le Pen s’en prenait aux hommes qui dirigeaient la France depuis quinze ans en ces termes :

  • 10 19 avril 1974, Campagne électorale officielle de Jean-Marie Le Pen, candidat du Front national à l' (...)

« Vous sentez bien que la décadence qui mine nos institutions, nos lois, nos mœurs, que le désordre dans la rue, à l’école, au travail nous affaiblissent »10 .

  • 11 Rivarol, « Le Pen à la Mutualité. Comme à Courchevel, Giscard descend schuss vers la décadence ». J (...)
  • 12 La Lettre de Jean-Marie Le Pen, « La France existera-t-elle encore en l’an 2000 ? », Jean-Marie Le (...)
  • 13 Le blog de Jean-Marie Le Pen, « Suite à la prise de position de Nicolas Sarkozy dans le débat europ (...)
  • 14 LeFigaro.fr, “Le Pen ironise sur les <charlots> responsables de la décadence de la France ». 11/01/2015.

3C’est Charles de Gaulle et Georges Pompidou qui étaient visés. Puis ce fut Valéry Giscard d’Estaing qui fut sur le banc des accusés, après qu’il ait été élu à la présidence de la République en mai 1974. Dans le journal Rivarol du 27 février 1975, celui que Jean-Marie Le Pen appelait « ce dandy kennedien », était accusé de vouloir « briser les structures de la société actuelle ». Le président du Front national énonçait la liste de tous les forfaits politiques dont il le disait coupable : « l’avortement officialisé », le « divorce banalisé », la défense nationale « allant à vau–l’eau », l’université « livrée à l’anarchie, quand ce n’est pas à la pornographie » et la « criminalité qui atteint des sommets qu’on n’aurait pu imaginer ». Jean-Marie Le Pen finissait sa diatribe par cette dernière attaque : « D’abandon en démissions, de faiblesse en lâcheté, Giscard va comme à Courchevel, dans le sens de la plus grande pente de la décadence, préparant ainsi le triomphe du communisme, et l’ordre inhumain qui règne dans l’Archipel du Goulag »11. En 1988 dans le cadre des semaines qui devaient préparer l’élection à laquelle il était candidat d’un président de la République, Jean-Marie Le Pen reprochait au septennat de François Mitterrand d’avoir précipité la gravité « du déclin français, de la décadence française » ainsi que le risque de voir la France « pratiquement rayée de la carte des nations »12. Un peu plus tard, c’est Nicolas Sarkozy qui était accusé être un des « principaux responsables de la décadence de la France » parce qu’il avait été ministre de l’Intérieur de 2002 à 2007 et président de la République de 2007 à 201213. Lors de la marche républicaine du 11 janvier 2015 qui défilait pour dire son indignation devant les assassinats du journal Charlie Hebdo, Jean-Marie Le Pen ironisait : « Tous ces gens marchent avec la pancarte <Je suis Charlie> alors qu’en fait ce sont des <charlots>qui sont responsables de la décadence de la France»14. L’école à toujours été au cœur de ces anathèmes. A un déjeuner patriotique qui se tenait en novembre 2009 à Marseille en vue des élections régionales de 2010 en PACA, il s’en prenait aux professeurs en ces termes :

  • 15 Déjeuner patriotique du 15/11/2009 à Marseille : Elections régionales PACA 2010.

« La responsabilité des enseignants dans la dégradation et dans la décadence du sentiment national ne sont pas minces »15.

  • 16 Lemonde.fr, « Mythologie du discours frontiste », Cécile Alduy, 06.07.2013.
  • 17 Le Collectif Racine est un groupe d’enseignants du primaire, du secondaire, du supérieur et de l’en (...)

4Marine le Pen a mis de côté ce vocable de décadence, sans doute pour donner au parti qu’elle dirige une identité plus moderniste. Mais elle n’est pas moins compulsive que son père dans l’utilisation de purs synonymes du terme. Les mots « dégradation », « disparition », « destruction » et les verbes « casser », « saper », « violer » font massivement partie de son discours16. Plus particulièrement sur l’école, ce mimétisme rhétorique entre la fille et le père est particulièrement remarquable. A la conférence du Collectif Racine17 qu’elle présidait 12 octobre 2013, Marine Le Pen disait en une phrase ce que Jean-Marie Le Pen répétait déjà depuis plusieurs décennies :

  • 18 Collectif Racine. Les enseignants patriotes. Discours de clôture de Marine Le Pen, 12 octobre 2013.

« Je ne reviendrai pas sur la situation de l’école en France, après un quasi demi-siècle de démantèlement continu sous l’emprise d’une l’idéologie pédagogiste mortifère qui veut faire de l’Ecole un lieu de vie ludique et festif dont l’élève serait le centre »18.

5Quant à Marion Maréchal-Le Pen, sa jeunesse ne l’empêche pas d’avoir un palmarès déjà fourni en anathèmes. Son intervention en mars 2013 à l’Assemblée nationale dénonçait durement l’écart entre les valeurs proclamées de cette école et la misérabilité de ses résultats :

  • 19 Assemblée nationale XIVe législature Session ordinaire de 2012-2013. Première séance du lundi 11 ma (...)

« Vous répétez à l’envi les mots de République, de laïcité, de démocratie pour parler de l’école, mais ce sont sur ses résultats qu’on la juge. Or, si jadis elle intégrait et émancipait, désormais, elle n’est plus qu’une machine à exacerber les particularismes, un laboratoire pour pédagogisme et une usine à chômeurs »19.

Laxisme

  • 20 Dans une intervention dans le cadre de la campagne électorale officielle télévisée à l'élection pré (...)
  • 21 Meeting de Marine Le Pen à Marseille, 4 mars 2012. Site internet : http://www.frontnational.com/vid (...)
  • 22 Le Figaro.fr « Attentats : Marion Maréchal-Le Pen dénonce un <laxisme d’état> »
  • 23 Clio. Femmes, genre, histoire, « L’extrême-droite et <Mai 68>. Une obsession d’Algérie et de virilité », To</Mai> (...)
  • 24 La lettre de Jean-Marie le Pen, « Sur le pavé », Jean-Marie le Pen. N° 175, avril 1993 2ème quinzai (...)
  • 25 La Lettre de Jean-Marie Le Pen, « Faillite de l’éducation nationale. L’avenir de nos enfants est co (...)
  • 26 Français d’abord !, « Enseignement. L’école, otage de la gauche », E.D. 2ème quinzaine octobre 1999 (...)

6Pour le FN, le grand pourvoyeur de cette chute abyssale dans les profondeurs de la déchéance nationale, c’est le laxisme. Une dénonciation de la ruine de l’autorité que la famille Le Pen colporte en une sorte d’écho intrafamilial, de père en fille et en petite-fille. Dans le cadre de la campagne électorale officielle télévisée à l’élection présidentielle de 1988 à laquelle il se présentait, Jean Marie Le Pen parlait de « France affaiblie par des décennies de laxisme moral et civique »20. A un meeting qu’elle tenait à Marseille en 2012 sur l’autorité de l’état et l’insécurité Marine Le Pen demandait, en parlant des gouvernants : « Pourquoi toujours tant de laxisme ? »21. Et sa nièce affirmait en 2015 que si « l’Islam radical pullule sur notre territoire » c’était parce que les auteurs des attentats de Paris étaient « le fruit du laxisme d’état »22. Mai 68 est l’incarnation suprême de tous ces laxismes. D’hier à aujourd’hui, le FN a toujours été violemment en révolte contre cette révolution. Elle n’était pas seulement un « théâtre anarchique de clowneries politiques » comme disait à l’époque Minute23 mais surtout un mouvement de « destruction des fondements de notre société » dont on payait encore le prix, écrivait Jean-Marie Le Pen en 199124.
L’Education nationale serait le lieu par excellence de cette totale incurie. Un tract du FN expliquait en septembre 1991 que les maîtres n’enseignaient plus les vertus du travail, de l’effort, de la discipline, de la morale. Les enfants n’apprenaient plus rien, ne savaient plus discerner le bien du mal et l’autorité des professeurs était éternellement bafouée25. En 1999, alors que les lycéens descendaient dans la rue pour demander à Claude Allègre des professeurs en plus grand nombre des locaux rénovés et la gratuité des livres scolaires, Français d’abord ! expliquait que si ces désordres existaient, c’est parce que les élèves étaient rebelles à toute notion d’autorité et de discipline. La leçon qu’il fallait tirer de ces évènements était que trente années après la révolution de 1968, la gauche ne faisait que recueillir les « fruits pourris de sa politique de <libéralisation> de l’école »26. En 2012, Marine Le Pen expliquera que s’il y avait dans la France d’aujourd’hui des enfants sauvages sans tuteur, des parents qui démissionnent, de la délinquance et de la drogue omniprésente, cela était dû au désastre dont était coupable cette révolution. Presque cinquante ans après les évènements, la relation de cause à effet était encore évidente pour la présidente du FN. C’est non seulement du point de vue de la morale mais du point de ses propres valeurs que l’Education nationale en payait les conséquences :

  • 27 Discours de Marine Le Pen lors de son meeting à Marseille, le 4 mars 2012.

« Parce c’est bien depuis mai 1968 que l’école de la République, l’école de l’égalité des chances, l’école de l’ascenseur social a été systématiquement et méthodiquement démantelée »27.

Débauche

  • 28 Français d’abord !, « L’école de la débauche », 1ère quinzaine décembre 1999 – N° 310.
  • 29 À ses débuts ce journal s’appelait National hebdo. Le journal de Jean-Marie le Pen, puis il est dev (...)
  • 30 National hebdo, « Les bons maîtres », Serge Dalens, 17 mai 1984.
  • 31 Présent, « Des manuels de biologie pour les <quatrièmes> ou des brochures à se passer sous le manteau. La grand</quatri> (...)
  • 32 Français d’abord !, « Face aux pédophiles et aux laxistes. Le caractère sacré de l’enfant », Bruno (...)
  • 33 Français d’abord !, « Drogue, pornographie, adoption pour les couples gays. Décadence : l’insolente (...)

7En 1999, Français d’abord ! titrait : « L’école de la débauche ». L’auteur de l’article s’indignait que le gouvernement « socialo-communiste » de l’époque veuille faciliter l’accès à la « pilule du lendemain » aux lycéennes. Cela devait être la preuve formelle que l’école était devenue un lieu où absence de morale et laisser-faire sexuel étaient désormais dans ses murs. L’auteur s’offusquait encore que la « scandaleuse démarche » de l’Education nationale soit confortée par le ministère de la Santé et sa distribution d’un Guide de poche de la contraception aux collégiens de 14 ans28.
Mais pour être hautement scandalisé, ce réquisitoire n’était pas neuf. Les gouvernements successifs de la 5ème République ont été successivement accusés d’avoir laissé perdre son école dans une trilogie infernale où perversité, pornographie et pédophilie auraient régné en maître. En 1984, National hebdo29 était très en colère contre la « petite ordure officielle » qui venait d’être publiée par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Il s’agissait de la brochure J’aime, je m’informe destinée à la jeunesse dans le cadre d’une campagne d’information sur la contraception et l’éducation sexuelle. Le journal estimait qu’il n’était question dans ce document que de relations sexuelles et d’accouplement en tous genres, sans qu’il n’y soit question jamais d’amour, d’affection et d’amitié. De telles lectures ne pouvaient qu’inciter la jeunesse à tous les débordements d’une sexualité incontrôlée.30 Un peu plus tard, c’était le journal ami du Front national Présent qui revenait sur le thème de la dépravation sexuelle. Il faisait état de groupes de parents d’élèves de plusieurs établissements scolaires qui s’émouvaient du contenu de livres de biologie qui sous prétexte d’étudier la sexualité humaine et la transmission de la vie donnaient dans « le complaisant, le graveleux et, à la limite, le porno ». Dans ces ouvrages, il était reproché de voir des photos d’un chancre syphilitique sur une verge, des textes sur la stérilisation et l’IVG, des croquis des organes génitaux externes de la femme, une relation sexuelle, la pose d’un préservatif en bandes dessinées ou la définition de l’homosexualité. A travers ces manuels, l’Education nationale était accusée d’inciter à la permissivité sexuelle dès l’adolescence, de développer en long et en large la contraception et de rabaisser « la sexualité humaine au niveau animal »31.
Français d’abord ! s’inscrira régulièrement dans cette dénonciation d’une société qui se meurt de sa permissivité éducative pour ne recevoir en retour que la perversité sexuelle qu’elle a semée. Dans le contexte des affaires de pédophilie Dutroux et Derochette en Belgique et d’Outreau en France en 1997, Bruno Gollnisch s’en prenait aux « pédophiles et aux laxistes » qui détruisaient le caractère sacré de l’enfant. Selon lui, cela était d’autant plus urgent de le dénoncer que la pédophilie était devenue un phénomène de grande ampleur. Le personnel politique était directement responsable de ce climat de pédophilie avec ses « lois tordues » qui n’empêchaient en rien que « les détraqués sexuels de venir roder autour des écoles avant d’avoir purgé leur peine ». Bruno Gollnish rajoutait que la protection des plus faibles n’intéressait guère ces hommes politiques qui ne n’adressaient leur compassion que du côté « des marginaux, des délinquants, des immigrés sans papiers »32. En juillet 2000, un dossier très accusateur était ouvert sur cette thématique de la décadence, en général, et de la décadence scolaire, en particulier. Sur fond d’image lugubre où l’on voyait un jeune adolescent se faire une intraveineuse d’héroïne, son rédacteur Eric Domard posait cette question : « Où va la France ? ». En réponse, il énumérait les nombreux ravages qui détruisaient notre pays : banalisation des drogues, dépravation sexuelle, escalade des revendications homosexuelles, apologie de la pornographie et oppressante dictature des minorités qui à travers « le mythe » des discriminations voulait remettre en cause les fondements sur lesquels repose depuis des siècles la société française33. Deux années plus tard, le magazine disait à nouveau l’impérieuse nécessité de « stopper la déferlante pédophile » qui s’abattait sur l’école. Il faisait allusion à un procès qui s’était achevé devant le tribunal correctionnel de Nice sur l’existence d’un vaste réseau de cassettes pédophiles tout en portant plusieurs accusations plus larges envers ses adversaires politiques :

  • 34 Français d’abord !, « Stopper la déferlante pédophile », 2e quinzaine février 2002 – N° 359.

« Tout d’abord que le laxisme moral, l’affaissement des valeurs qui ont fondé notre civilisation, la montée parallèle de la barbarie, l’omniprésence d’une pornographie qui nie toute dignité et réduit la femme à l’état d’objet, sont avant tout de la responsabilité des politiciens qui se succèdent au pouvoir depuis trente ans »34.

  • 35 Manifestation du 13 janvier. Communiqué de presse de Marine Le Pen, présidente du Front national.

8La polémique sur l’ABCD de l’égalité au début de janvier 2013, retraduite par ses contradicteurs en « théorie du genre », n’a pas manquée d’être interprétée sous l’angle du désordre sexuel scolaire. Marie le Pen affirmait que « …si la famille a toujours été considérée comme l’ennemi à abattre par les socialistes, c’est sous le mandat de Nicolas Sarkozy et grâce au ministre Luc Chatel que les portes des écoles ont été ouvertes au micro-lobby LGBT afin d’y diffuser auprès de nos enfants la délirante théorie du « « <genre> »35.

Barbarie

  • 36 La lettre de Jean-Marie Le Pen,  « Les nouveaux barbares », Martial Bild. Directeur national du FNJ (...)
  • 37 La lettre de Jean-Marie Le Pen,  « Lycées : l’impasse socialiste », Bruno Mégret. Délégué général d (...)

9Martial Bild, le directeur national du Front National Jeunesse (FNJ) écrivait dans La lettre de Jean-Marie Le Pen de décembre 1990 un article sur ce qu’il appelait « les nouveaux barbares ». Il montrait qu’une certaine jeunesse n’avait pas d’autres références que celle des bandes ou tribus auxquelles elle s’identifiait. Le temps de ces nouveaux barbares était venu dans les banlieues comme Vaulx-en-Velin ou Paris. Il racontait l’histoire de militants du FN sauvagement agressés par une bande de jeunes « originaires d’Afrique noire ». A son avis, ce grave incident faisait toucher du doigt la véritable « crise intellectuelle et morale » que traversait notre pays qui donnait naissance à une jeunesse résignée dans une société sans avenir36.
Bruno Mégret amenait sa caution à ce réquisitoire dans ce même numéro en rajoutant que la politique d’intégration menée dans les quartiers à forte population immigrée par la gauche socialiste ne débouchait pas sur l’assimilation annoncée, mais sur la haine et l’anarchie. Il résumait son point de vue par ce slogan : « intégration = désintégration »37. Il reviendra dans un autre numéro sur cette « montée de la barbarie » à l’école. Mai 68 était à nouveau sur le banc des accusés avec la sauvagerie que cette révolution aurait engendrée dans le système éducatif. En exigeant que l’école soit ouverte sur le monde, que les enfants se livrent à des activités d’éveil et que les classes soient en prise avec la société, elle y avait fait pénétrer ce qu’il y avait de pire : le vice, la haine et la violence. Partout, à Marseille, Pantin, Colombes, Le Mans, Rouen, Montreuil ce n’était qu’une multiplication spectaculaire d’exactions que le monde politique semblait découvrir, stupéfait et impuissant. Les utopistes soixante-huitards avaient prolongé leurs chimères en considérant l’école comme l’instrument de l’intégration des jeunes immigrés et en exaltant les vertus du mondialisme, de l’antiracisme et de la société multiculturelle. Mais c’est le contraire qui s’était produit car c’est la présence de plus en plus massive d’étrangers sur notre sol qui avait détruit progressivement toutes nos institutions nationales. Pour Bruno Mégret, il fallait pourtant admettre cette vérité :

« L’école n’intègre pas les immigrés, ce sont les jeunes issus de l’immigration qui désintègrent l’école ».

  • 38 Français d’abord !, « Insécurité. La barbarie à l’école » - 2ème quinzaine avril 2001 – N° 341.
  • 39 Français d’abord !, « L’école, foyer d’insécurité », 2ème quinzaine février 2001 – N° 337.
  • 40 Français d’abord ! « Education. Les lycées, foyers insurrectionnels ». E.D. 2e quinzaine février 19 (...)
  • 41 Français d’abord !, « Violences scolaires. Les lycées en état de sièges », 1ère quinzaine décembre (...)
  • 42 Français d’abord !, « Insécurité. L’école de la violence », 2ème quinzaine janvier 2002 – N° 357.
  • 43 Français d’abord !, « Violences scolaires. A quoi sert Luc Ferry ? », Eric Domard. Décembre 2002 – (...)
  • 44 NationsPresse.info Provence-Alpes-Côte d'Azur, « La Seyne-sur-Mer (83) : lorsque les salles de clas (...)
  • 45 NationsPresse.info, « La violence scolaire se généralise ». François Dereims, 28 septembre 2012.

10A partir du milieu des années 2000, c’est avec une récurrence presque méticuleuse que le Front national fera la démonstration de ce désordre scolaire total. Au fil de ses articles Français d’abord ! s’appliquera à montrer que les salles de classes sont devenues des « laboratoires de la délinquance juvénile » et que le collège unique n’a fait que secréter cette « barbarie à l’école ». En contraignant des élèves à suivre une voie qui ne leur convenait pas et en les condamnant à l’échec, il les obligeait à s’exprimer par le violence38. On lisait aussi que l’école était un « foyer d’insécurité »39, les lycées des « foyers insurrectionnels »40 éternellement en « état de siège »41 et que les cours de récréations étaient des « cours des supplices »42. L’école en général était devenue « une faune »43. Dans ces articles, les exemples tombaient à foison en guise de preuve de cette brutalité infernale qui se répand partout en France. A Toulouse, c’est un enseignant du lycée polyvalent qui était roué de coups par deux jeunes qui s’étaient immiscés dans l’établissement. A Mulhouse c’est un proviseur de lycée professionnel qui fut agressé par une élève qu’il venait de menacer d’une expulsion temporaire parce qu’il avait insulté le Conseiller principal d’éduction. En Alsace, c’est un collégien de 14 ans qui avait violemment frappé son professeur d’éducation physique parce qu’il lui avait adressé simplement une réprimande.
Les Frontistes de Marine Le Pen ne sont pas moins appliqués que ceux de Jean-Marie Le Pen pour raconter cette saga de la violence scolaire. En septembre 2012, Frédéric Boccaletti, le secrétaire départemental du FN du Var et conseiller régional de PACA expliquait que les classes devenaient des « salles de boxe ». Il relatait l’agression d’un élève sur un enseignant dans le collège Wallon de La Seyne, dans le Var. Cela devait être la preuve formelle que cette violence désormais banalisée n’était que le fruit de la démission des pouvoirs publics qui livrent en pâture les enseignants et les élèves aux agressions de délinquants qui n’ont rien à faire dans une classe44. Un autre militant expliquait que ces faits de violences étaient de plus en plus nombreux partout en France. En Vendée, un élève de 13 ans, scolarisé en 6ème au collège Jean-Rostand des Herbiers, a infligé des coups de poing à sa principale.45.

Illettrisme

  • 46 Dans leur livre Le niveau monte. Réfutation d’une vieille idée concernant la prétendue décadence de (...)
  • 47 Dominique Glasman, Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Crd (...)
  • 48 Le livre de Paul Guth, Lettre ouverte aux futurs illettrés (Albin Michel, 1980) fut assez caractéri (...)
  • 49 Jean-Michel Barreau, L’extrême-droite, l’école et la République. Petits détours par l’histoire, Syl (...)
  • 50 Rivarol, « La démocratie est-elle allergique à l’orthographe ? », Jean Denipierre.
  • 51 Minute, « Les vrais dangers de la réforme Haby », Jean Eimbold, N° 679, 16-22 avril 1975.
  • 52 Présent, « L’apprentissage de l’ignorance », Robert Poulet, 14 janvier 1982.
  • 53 Itinéraires, « Le rapport Martinez sur le désastre culturel de <l’éducation nationale> », N° 308, décembre 1986.

11La dénonciation de l’illettrisme et de la baisse de niveau fait partie intégrante de l’histoire de l’école46. Ne serait-ce que des années 70 à nos jours, ce flot de critiques a été aussi régulier que massif47. Mais dans ce panel de réquisitoires à vocation souvent pamphlétaire48 l’extrême-droite a été toujours été en pointe pour faire l’inventaire scandalisé de ces désastres supposés49.
René Haby, le ministre de l’éducation de Valéry Giscard d’Estaing, avait déjà eu à subir les foudres du journal Rivarol qui s’en prenait à ses méthodes pédagogiques. Le journal lui reprochait d’instituer l’apprentissage de l’orthographe « dans la joie ». Il considérait que c’était toujours l’éternel drame des démocrates que de se heurter aux réalités en voulant faire de l’orthographe, sans se soumettre aux contraintes qu’elle exigeait. La « décadence de l’orthographe » qu’il constatait dans la société de son époque n’était autre chose qu’une manifestation de la « décadence de la société libérale avancée dernier stade de décomposition du système démocratique »50. Le journal Minute adressait les mêmes critiques au ministre et se demandait comment en quelques années le niveau des élèves ait pu baisser de façon aussi catastrophique. Il en voulait pour preuve les grossières fautes de français que l’on trouvait dans les classes de 5ème et de 4ème : « Il disi. Il disa. Il se battu. Il obéissa… »51. Lorsque la gauche fut au pouvoir, Présent déroulait une longue diatribe contre cette perte de la culture générale de son temps dont étaient responsables ses représentants. Ces ignorances n’avaient d’égal que l’aplomb avec lesquels elles étaient énoncées par les élèves : « Des bacheliers diplômés vous diront froidement que Pétrone était une reine du Portugal et que Bolivar a découvert la synthèse de l’aluminium »52.
Le FN s’est inscrit tout naturellement dans ce qui faisait partie de son patrimoine argumentaire sur l’école. La virulence du rapport qu’avait écrit Jean-Claude Martinez en 1986 était significative à cet égard53. Le député du FN de l’Hérault s’indignait de la « pleine déroute », du « désastre » et du « génocide culturel » de l’enseignement français. C’est en tant que rapporteur du budget de l’Education nationale qu’il s’exprimait. C’est au ministre de l’Education nationale de l’époque Jean-Pierre Chevènement qu’il s’adressait en se disant scandalisé qu’après un siècle d’école gratuite et obligatoire il y ait encore 20 % d’illettrés en 6ème, 12 % en 3ème et 7 % parmi les conscrits. Prenant appui sur des témoignages vécus qui se voulaient poignants, il faisait état de la lettre qu’un proviseur de lycée de Sète lui avait envoyée qui attestait de cet effondrement dramatique du niveau de ses élèves de Terminale :

  • 54 La lettre de Jean-Marie Le Pen, « Rapporteur du budget de l’éducation nationale, Jean-Claude Martin (...)

« Les élèves, même en Terminale, remplissent une enveloppe à la manière de quasi-analphabètes. S’ils apprennent à remplir une enveloppe, aucun d’entre eux n’aura complètement perdu le temps de sa scolarité »54.

  • 55 Français d’abord !, « Le procès de l’éducation nationale », Eric Domard. 2e quinzaine avril 2001 – (...)
  • 56 Français d’abord !, « L’école toujours à la dérive », septembre 2007, N° 430.
  • 57 Marine Le Pen, Discours du 1er mai 2011.
  • 58 NationalPresse.info, « Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo soutiennent le bricolage de Vincent Peillon (...)
  • 59 , « Pétition : il faut redresser l’école et non rabaisser la langue ! ». 9 février 2016.
  • 60 « Les savoirs fondamentaux, secondaires à l’école de Mme. Vallaud Belkacem ». 8 septembre 2015.

12Ces critiques radicales faisaient des comparaisons historiques rapides et expéditives pour mieux enfoncer le clou de ce désastre supposé. Jean-Claude Marinez écrivait dans son rapport : « Ce sont les mêmes chiffres que ceux de la génération de Sedan et de Victor Hugo ».
Français d’abord ! ouvrait en avril 2001 un très épais dossier où il faisait le procès de l’Education nationale. Il dénonçait la brutalité idéologique d’une institution « sectaire », devenue depuis des années « le laboratoire de toutes les expérimentations des sociologues marxistes » et l’accusait de nier les principes traditionnels qui avaient fait la « richesse » de l’enseignement français, avec la « sélection » et le « respect de la hiérarchie ». Le bilan de cette institution était « désastreux » et les chiffres « effrayants ». Cette catastrophe allait toujours en s’accélérant avec, en 1999, 20 % des élèves entrant en 6ème qui ne maitrisaient pas du tout la lecture, contre 15 % trois ans plus tôt55. Un peu plus tard, Xavier Darcos fera les frais de ce catastrophisme. Il lui était reproché d’avoir renoncé à lancer toute réforme d’envergure depuis sa nomination en tant que ministre de l’Education nationale de Nicolas Sarkozy. Selon le journal, il y avait pourtant de quoi s’alarmer avec des chiffres qui avaient « de quoi faire frémir ». Autour de 40 % des élèves étaient en difficulté à la fin du CM2, dont 15 % étaient à la dérive56. Une fois à la tête du Front national, Marine Le Pen et son équipe adressera aux ministres successifs de l’Education nationale - ces « experts de l’illettrisme qui s’accroît »57 – une série d’anathèmes sur la « faillite » de l’éducation58, « l’abaissement »59 de l’orthographe et la « dégradation » de la maîtrise du français60.

Le FN, la guerre des valeurs scolaires et le concept de décadence

  • 61 Jean-Michel Barreau, Le Front national. Une identité antirépublicaine, Editions du Croquant. A para (...)
  • 62 Olivier Reboul dans son livre Les valeurs en éducation (PUF, 1992), en particulier dans son chapitr (...)
  • 63 Dans son chapitre « Les valeurs en débats » (in Michel Fabre, Brigitte Frelat-Kahn, André Pachod (s (...)
  • 64 Dans son livre L’essence du politique (Paris, Sirey, 1965), Julien Freund parle de l’idéologie comm (...)
  • 65 Dans Qu’est-ce-que l’idéologie ? (Paris, Gallimard, 1976), Jean-Baechler explique l’idéologie comme (...)
  • 66 Dominique Glasman, Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Crd (...)

13Bien qu’il soit plutôt en mauvaise posture pour donner des leçons de morale républicaine61, le FN mène depuis plus d’une quarantaine d’années une véritable guerre des valeurs contre ses adversaires politiques de droite et de gauche sur ce versant de l’école. Si la philosophie considère habituellement que les valeurs éducatives renvoient à quelque chose de « très précieux » qui « vaut la peine » qu’on leur consacre du temps, de l’énergie, de la passion et des sacrifices62, le Front national juge que celles de l’école de la République sont dilapidées par ceux qui sont au pouvoir. Avec ce parti politique, ces valeurs scolaires ne sont pas en « débats philosophiques »63 mais en accusations idéologiques. Ces réquisitoires veulent faire la démonstration qu’avec son laxisme, sa débauche, sa barbarie, son illettrisme, cette école ne vaut rien et que ceux qui sont à ses commandes méritent d’être chassés du pouvoir qu’ils exercent sur elle.
Le concept de « décadence » décliné en une quadrilogie catastrophiste laxisme / barbarie / débauche / illettrisme, est l’argument central de cette guerre des valeurs scolaires. Le laxisme, c’est la décadence de l’autorité. La débauche, c’est la décadence de la morale. La barbarie, c’est la décadence de l’ordre. L’illettrisme, c’est la décadence du niveau. Une telle obstination répétée à dénoncer cette décadence dans le temps doit amener à considérer le Front national comme un pur idéologue.
C’est-à-dire comme un penseur non pas tourné vers la connaissance et l’explication du monde64 mais occupé essentiellement à construire sa propre argumentation d’attaque politique65. Cela passe par le discrédit total de ses adversaires et la dénonciation des pires maux dont il est possible de les rendre responsables : l’incurie, la violence, la perversité, l’inefficacité. Dans son livre Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Dominique Glasman remarquait déjà en 1984 que l’argument de la baisse de niveau est un « discours de lutte »66 contre une politique scolaire passée ou à venir de la part de conservateurs qui en sont les ennemis. Dans le prolongement de cette analyse, nous rajoutons que l’argument de la « décadence » utilisé par le FN est une véritable arme idéologique – un concept guerrier – qui est pratique, au demeurant. Il permet de dramatiser l’argumentation et de regarder de haut l’adversaire en le plaçant résolument dans le camp de la perdition définitive. Il permet ainsi de se faire passer à peu de frais pour le conquérant de l’ordre et de la renaissance à venir quand les autres n’en sont que les dilapidateurs. Mais ces harangues combatives hautement récurrentes sont aussi hautement périssables car elles s’usent à la hauteur même de l’utilisation qui en est faite. A force de toujours crier que l’école se meurt, celle-ci devrait être morte depuis longtemps.
Touchée par ces discours de fin du monde proférés par le Front national, l’école de la République doit être attentive à les prendre pour ce qu’ils sont : des imprécations qui veulent la discréditer de la façon la plus extrême qui soit, pour mieux la combattre.

Haut de page

Bibliographie

Cécile Alduy, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste, Le Seuil, 2015.

Dominique Andolfatto, Sylvain Crépon, Le Front national et les ouvriers. Longue histoire ou basculement ?, Fondation Jean-Jaurès ; Édition : Radicalités, septembre 2016.

Jean-Baechler, Qu’est-ce-que l’idéologie ?, Paris, Gallimard, 1976.

Jean-Michel Barreau, Le Front national. Une identité antirépublicaine, Editions du Croquant. A paraitre en mai 2017.

Jean-Michel Barreau, « Le Front national, la norme et l’école » in Henri-Louis Go (sous la dir. de), Normes pour apprendre. Presses universitaires de Lorraine, 2015.

Jean-Michel Barreau, « Que la décadence soit ! De l’argument sécuritaire dans les discours d’extrême droite sous la Cinquième République ». Eduquer. Psychologie et Sciences de l’éducation, n° 7 « Sécuriser », Paris, L’harmattan, Paris, 2004.

Jean-Michel Barreau, L’extrême droite, l’école et la République. Petits détours par l’histoire, Paris, Syllepses, septembre 2003, 127 pages.

Jean-Michel Barreau, « Charles Maurras, les conservateurs et le refus de l’Etat-éducateur », Savoir - Education - Formation, n° 2, avril-juin 1997, pages 173 à 180.

Jean-Michel Barreau, Vichy, contre l’école de la République. Théoriciens et théories scolaires de la Révolution nationale, Paris, Flammarion, 2000, 335 pages.

Christian Baudelot, Roger Establet, Le niveau monte. Réfutation d’une vieille idée concernant la prétendue décadence de nos écoles, Seuil, 1989.

Magali Boumaza, « La martyrologie de l’extrême-droite française depuis 1945 : mise en ordre des émotions et réécriture de l’histoire », Signes, discours, sociétés, 25 juin 2015.

Grégory Chambat, L’école de réac-publicains. La pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016.

Camus Jean-Yves, René Monzat, Les Droites radicales et nationales en France, Presses universitaires de Lyon, 1992.

Camus Jean-Yves, Le Front national, Les essentiels Milan, 1998.

Christiane Chombeau, Le Pen, fille et père. Editions du Panama, 2007.

Corbière Alexis, Henri Pena-Ruiz, Le parti de l’étrangère : Marine Le Pen contre l’histoire républicaine de la France, Editions Tribord, 2012.

Pierre Laurent, Alexis Corbière, Le temps des cerises, octobre 2015.

Crépon Sylvain, Dézé Alexandre, Mayer Nonna, Les faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique. SciencesPo les Presses, 2015.

Dely Renaud, Histoire secrète du Front national, Grasset, 1999.

Duprat François, Les mouvements d’extrême-droite en France depuis 1944, Editions Albatros, 1972.

Anne-Marie Duranton-Crabol, L’Europe de l’extrême droite. De 1945 à nos jours, Editions Complexe, 1991.

Michel Fabre, Brigitte Frelat-Kahn, André Pachod (sous la dir. De), Les valeurs en éducation. Sens, usages, pertinence., Hermann éditeurs, 2016.

Julien Freund, L’essence du politique, Paris, Sirey, 1965.

Dominique Glasman, Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Crdp Rhône Alpes/Grenoble, 1984.

Paul Guth, Lettre ouverte aux futurs illettrés, Albin Michel, 1980.

Igounet Valérie, Le Front national. De 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Seuil, 2014.

Lebourg Nicolas, Preda Jonathan, Beauregard Joseph, Aux racines du FN. L’histoire du mouvement Ordre Nouveau. Fondation Jean Jaurès, 2014.

Jacques Leclercq, Droites conservatrices, nationales et ultras : Dictionnaire 2005-2010, L’Harmattan, avril 2010.

Lecoeur Erwan (sous la dir. de), Dictionnaire de l’extrême-droite, Larousse, 2007.

Maël de Calan, La vérité sur le programme du Front national, Plon mai 2016.

Marianne-L’Histoire, « L’extrême-droite. Une politique de la haine ». Hors série juillet-août 2010.

Abel Mestre, Caroline Monnot, Le système Le Pen. Enquête sur les réseaux du Front national. Editions Denoël, 2011.

Pierre Milza, L’Europe en chemise noire. Les extrêmes-droites en Europe, de 1945 à aujourd’hui, Editions Flammarion, 1987.

Pascal Perrineau, La France au Front. Fayard. 2014.

Edwy Plenel, Alain Rollat , L’effet Le Pen, Editions La découverte et journal Le Monde, Paris, 1984.

Eirick Prairat, Bernard Andrieu (sous la dir. De), Les valeurs. Savoir et éducation à l’école., Presses universitaires de Nancy, 2003.

Proust Sarah, Le Front national : le hussard brun contre la République, Le bord de l’eau, 2013.

Reberioux Madeleine (sous la dir. de), L’extrême-droite en questions, EDI (Etudes et Documentations internationales), Paris, 1991.

Olivier Reboul , Les valeurs en éducation, PUF, 1992.

Alain Rollat, Les hommes de l’extrême-droite. Le pen, Marie, Ortiz et les autres, Calmann-Levy, 1985.

Charlotte Rotman, 20 ans et au Front. Les nouveaux visages du FN. Robert Laffont, 2014.

Michel Soudais, Le Front national en face. Flammarion, 1995.

Jean-Christophe Torres, L’école et les valeurs. Variations sur la difficulté éducative, L’Harmattan, 2015.67

Haut de page

Notes

1 LCI.fr, « Présidentielle 2017 : Marine Le Pen au second tour dans tous les cas de figure », 07 septembre 2016.

2 France-politique.fr, « Résultats électoraux du Front national (FN) ».

3 Igounet Valérie, Le Front national. De 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Seuil, 2014.

4 Mestre Abel, Monnot Caroline, Le système Le Pen. Enquête sur les réseaux du Front national. Editions Denoël, 2011.

5 Maël de Calan, La vérité sur le programme du Front national, Plon mai 2016.

6 Dominique Andolfatto, Sylvain Crépon, Le Front national et les ouvriers. Longue histoire ou basculement ? Fondation Jean-Jaurès; Édition : Radicalités, septembre 2016.

7 Pierre Laurent, Alexis Corbière, Pour le peuple, contre le Front national, Le temps des cerises, octobre 2015.

8 Jean-Michel Barreau, L’extrême-droite, l’école et la République. Petits détours par l’histoire, Syllepse, 2003 et « Que la décadence soit ! De l’argument scolaire sécuritaire dans les discours d’extrême-droite sous la Cinquième République », Recherches et éducations, N°7/1er trimestre 2004. Egalement : Grégory Chambat, L’école de réac-publicains. La pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016.

9 La lettre de Jean-Marie Le Pen. Bimensuel d’informations politiques et économiques est un modeste bulletin d’information de quatre pages en noir et blanc dont le numéro 1 paraît le 1er février 1985. Il deviendra à partir de novembre 1997 un magazine de trente six pages intitulé Français d’abord ! - La lettre de Jean-Marie Le Pen, tout en couleurs imprimé sur papier glacé.

10 19 avril 1974, Campagne électorale officielle de Jean-Marie Le Pen, candidat du Front national à l'élection présidentielle. - Institut National de l’Audiovisuel.

11 Rivarol, « Le Pen à la Mutualité. Comme à Courchevel, Giscard descend schuss vers la décadence ». J.L. 27 février 1975.

12 La Lettre de Jean-Marie Le Pen, « La France existera-t-elle encore en l’an 2000 ? », Jean-Marie Le Pen. N° 66, 15 janvier 1988.

13 Le blog de Jean-Marie Le Pen, « Suite à la prise de position de Nicolas Sarkozy dans le débat européen », 2014/05.

14 LeFigaro.fr, “Le Pen ironise sur les <charlots> responsables de la décadence de la France ». 11/01/2015.

15 Déjeuner patriotique du 15/11/2009 à Marseille : Elections régionales PACA 2010.

16 Lemonde.fr, « Mythologie du discours frontiste », Cécile Alduy, 06.07.2013.

17 Le Collectif Racine est un groupe d’enseignants du primaire, du secondaire, du supérieur et de l’enseignement technique général et technologique qui, dans le cadre du Rassemblement bleu marine, s’engagent pour le redressement de l’école de la République.

18 Collectif Racine. Les enseignants patriotes. Discours de clôture de Marine Le Pen, 12 octobre 2013.

19 Assemblée nationale XIVe législature Session ordinaire de 2012-2013. Première séance du lundi 11 mars 2013. Refondation de l’école de la République. Discussion d’un projet de loi d’orientation et de programmation.

20 Dans une intervention dans le cadre de la campagne électorale officielle télévisée à l'élection présidentielle de 1988, Jean Marie Le Pen parlait de « France affaiblie par des décennies de laxisme moral et civique ». Site internet : https://m.ina.fr/video/CAB88014338/jean-marie-le-pen-video.html

21 Meeting de Marine Le Pen à Marseille, 4 mars 2012. Site internet : http://www.frontnational.com/videos/meeting-de-marine-le-pen-a-marseille/

22 Le Figaro.fr « Attentats : Marion Maréchal-Le Pen dénonce un <laxisme d’état> »

23 Clio. Femmes, genre, histoire, « L’extrême-droite et <Mai 68>. Une obsession d’Algérie et de virilité », Todd Shepard, 29/2009.

24 La lettre de Jean-Marie le Pen, « Sur le pavé », Jean-Marie le Pen. N° 175, avril 1993 2ème quinzaine, Mai 1993 1ère quinzaine.

25 La Lettre de Jean-Marie Le Pen, « Faillite de l’éducation nationale. L’avenir de nos enfants est compromis ». N° 141, 1er septembre 1991.

26 Français d’abord !, « Enseignement. L’école, otage de la gauche », E.D. 2ème quinzaine octobre 1999 - n° 307.

27 Discours de Marine Le Pen lors de son meeting à Marseille, le 4 mars 2012.

28 Français d’abord !, « L’école de la débauche », 1ère quinzaine décembre 1999 – N° 310.

29 À ses débuts ce journal s’appelait National hebdo. Le journal de Jean-Marie le Pen, puis il est devenu National hebdo, le journal du front national 1985.

30 National hebdo, « Les bons maîtres », Serge Dalens, 17 mai 1984.

31 Présent, « Des manuels de biologie pour les <quatrièmes> ou des brochures à se passer sous le manteau. La grande colère des parents d’élèves ». Alain Sanders. 20-21 mars 1989.

32 Français d’abord !, « Face aux pédophiles et aux laxistes. Le caractère sacré de l’enfant », Bruno Gollnisch. Secrétaire général du FN. Député européen - 2e quinzaine - mars 1997 - N° 254.

33 Français d’abord !, « Drogue, pornographie, adoption pour les couples gays. Décadence : l’insolente. ». Dans ce numéro, le dossier ouvert par Eric Domard « Où va la France ? » - 1ère quinzaine juillet 2000 - N°324.

34 Français d’abord !, « Stopper la déferlante pédophile », 2e quinzaine février 2002 – N° 359.

35 Manifestation du 13 janvier. Communiqué de presse de Marine Le Pen, présidente du Front national.

36 La lettre de Jean-Marie Le Pen,  « Les nouveaux barbares », Martial Bild. Directeur national du FNJ. Membre politique du FN 1er décembre 1990/N°126.

37 La lettre de Jean-Marie Le Pen,  « Lycées : l’impasse socialiste », Bruno Mégret. Délégué général du FN. Député européen, 1er décembre 1990/N°126.

38 Français d’abord !, « Insécurité. La barbarie à l’école » - 2ème quinzaine avril 2001 – N° 341.

39 Français d’abord !, « L’école, foyer d’insécurité », 2ème quinzaine février 2001 – N° 337.

40 Français d’abord ! « Education. Les lycées, foyers insurrectionnels ». E.D. 2e quinzaine février 1999 - N° 294.

41 Français d’abord !, « Violences scolaires. Les lycées en état de sièges », 1ère quinzaine décembre 1999 - N° 310. E.D.

42 Français d’abord !, « Insécurité. L’école de la violence », 2ème quinzaine janvier 2002 – N° 357.

43 Français d’abord !, « Violences scolaires. A quoi sert Luc Ferry ? », Eric Domard. Décembre 2002 – N° 373.

44 NationsPresse.info Provence-Alpes-Côte d'Azur, « La Seyne-sur-Mer (83) : lorsque les salles de classe deviennent des salles de boxe ». Frédéric Boccaletti, 30 septembre 2012.

45 NationsPresse.info, « La violence scolaire se généralise ». François Dereims, 28 septembre 2012.

46 Dans leur livre Le niveau monte. Réfutation d’une vieille idée concernant la prétendue décadence de nos écoles (Seuil, 1989) Christian Baudelot et Roger Establet ont posé les jalons d’une histoire d discours de la baisse du niveau scolaire. En particulier dans leur chapitre « Depuis quatre mille ans ils tombaient dans l’abîme ».

47 Dominique Glasman, Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Crdp Rhône Alpes/Grenoble, 1984.

48 Le livre de Paul Guth, Lettre ouverte aux futurs illettrés (Albin Michel, 1980) fut assez caractéristique de ce type de littérature.

49 Jean-Michel Barreau, L’extrême-droite, l’école et la République. Petits détours par l’histoire, Syllepse, 2003.

50 Rivarol, « La démocratie est-elle allergique à l’orthographe ? », Jean Denipierre.

51 Minute, « Les vrais dangers de la réforme Haby », Jean Eimbold, N° 679, 16-22 avril 1975.

52 Présent, « L’apprentissage de l’ignorance », Robert Poulet, 14 janvier 1982.

53 Itinéraires, « Le rapport Martinez sur le désastre culturel de <l’éducation nationale> », N° 308, décembre 1986.

54 La lettre de Jean-Marie Le Pen, « Rapporteur du budget de l’éducation nationale, Jean-Claude Martinez « scandalise » l’intelligentsia de gauche ». 15 novembre 1986.

55 Français d’abord !, « Le procès de l’éducation nationale », Eric Domard. 2e quinzaine avril 2001 – N° 341.

56 Français d’abord !, « L’école toujours à la dérive », septembre 2007, N° 430.

57 Marine Le Pen, Discours du 1er mai 2011.

58 NationalPresse.info, « Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo soutiennent le bricolage de Vincent Peillon », Communiqué de Wallerand de Saint-Just. Secrétaire départemental de la fédération du Front national de Paris.

59 , « Pétition : il faut redresser l’école et non rabaisser la langue ! ». 9 février 2016.

60 « Les savoirs fondamentaux, secondaires à l’école de Mme. Vallaud Belkacem ». 8 septembre 2015.

61 Jean-Michel Barreau, Le Front national. Une identité antirépublicaine, Editions du Croquant. A paraitre en mai 2017.

62 Olivier Reboul dans son livre Les valeurs en éducation (PUF, 1992), en particulier dans son chapitre « Education et sacrifice », donne d’instructives indications sur le sens philosophique du mot « valeur » en éducation. Pages 29 et 32 pour les citations.

63 Dans son chapitre « Les valeurs en débats » (in Michel Fabre, Brigitte Frelat-Kahn, André Pachod (sous la dir. De), Les valeurs en éducation. Sens, usages, pertinence., Hermann éditeurs, 2016) Eirick Prairat explore les grands débats philosophiques qui ont existé ces cinq dernières décennies sur la question des valeurs scolaires.

64 Dans son livre L’essence du politique (Paris, Sirey, 1965), Julien Freund parle de l’idéologie comme une « pensée d’action et non de connaissance et d’explication ». p. 424.

65 Dans Qu’est-ce-que l’idéologie ? (Paris, Gallimard, 1976), Jean-Baechler explique l’idéologie comme « les états de conscience liés à l'action politique ». p. 21.

66 Dominique Glasman, Le Niveau baisse ! : Réflexion sur les usages sociaux de la fausse évidence, Crdp Rhône Alpes/Grenoble, 1984, p. 19.

67Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Barreau, « Le Front national et l’école de la République », Recherches & éducations [En ligne],  | 2019, mis en ligne le , consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/6872

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Barreau

Université de Lorraine
Laboratoire L.I.S.E.C. EA 2310
Equipe Normes et Valeurs

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals