Navigation – Plan du site
Dossier

L’héroïcomanie hypermoderne : le cas Trump

Olivier Fournout

Résumés

En s’appuyant sur les succès de librairie de Donald Trump dans le champ du « self help » (développement personnel) et sur l’actualité, et en les passant au crible de la « matrice du héros-leader » qui décrit un modèle comportemental partagé par les héros de cinéma américains et les conseils de vie issus du management (Fournout, 2017), cet article s’emploie à montrer que le phénomène Trump est représentatif d’un large pan de la culture contemporaine, et nullement une aberration ; qu’il participe d’un potentiel d’héroïsation pour tous et de victimisation pour tous, au cœur de l’hypermodernité ; et que l’éducation aux médias y trouve un objet à la fois de réflexion critique et de mise en perspective structurelle.

Haut de page

Texte intégral

1Donald Trump, que le monde expérimente au poste de président U.S., se situe à la croisée d’une hypermodernité exponentielle et d’une spirale vertigineuse de la logique du bouc émissaire. C’est ce que cet article va s’efforcer de montrer, en partant des écrits de Donald Trump sur le management de soi et des autres (notamment Think Big, 2007), en s’appuyant sur quelques éléments d’actualité, et en les confrontant au modèle de la « matrice du héros-leader », issu d’une recherche sur les caractéristiques comportementales communes, d’un côté, aux discours de leadership, de management et de développement personnel aux U.S.A. et, d’un autre côté, aux héros de cinéma américains (Fournout, 2012, 2013, 2014, 2017). Ces études (notamment la dernière, 2017) se fondent sur un corpus de 50 traités de management et de développement personnel et de 200 films de fiction grand public, principalement américains, de 1930 à aujourd’hui. Elles procèdent par analyse de contenu transverse, comparative et inductive. Elles mettent à jour six critères décrivant des routines d’action et d’interaction relevant à la fois des mondes fictionnels et des prescriptions en circulation dans la vie des organisations. Ces six critères seront détaillés pour le cas Trump dans la suite de l’article.
Il ne s’agira ni de s’enquiller dans un quelconque panégyrique de la politique de Trump, ni de crier à la maladie mentale. Il s’agira bien plutôt de repérer en quoi Trump est de son temps – notre temps – celui de l’hypermodernité qui, d’un seul geste, appelle à l’héroïsme de tous et à la victimisation potentielle de tous ; que si chimère il y a, c’est une chimère ordinaire ; que, pour un regard porté sur la longue durée, Trump est un rejeton incontestable de notre modernité.
Dans le cadre de cet article, nous entendons par hyper-modernité le passage à la puissance de caractéristiques structurelles de la modernité. L’usage de ce néologisme s’offre en alternative à celui de post-modernité ou de toute autre hypothèse d’une rupture avec l’horizon de la modernité. Par exemple – et pour en rester au champ de l’héroïcomanie contemporaine – l’« homme-dieu » prophétisé par Yuval Noah Harari (2016) s’annonce comme un dépassement de l’humanisme et de la modernité, alors même que l’« homme-dieu » est une vieille figure humaniste et moderne (Luc Ferry, 1996). Il nourrit un best-seller à diffusion mondialisée, donc gagne en intensité, mais se trouve parfaitement ancré dans des schèmes ressassés. Toujours dans le fil de l’héroïsation des discours et images contemporaines, des messages circulent qui affirment la tendance à devenir tous P-DG (Joseph-Dezaize, 2017), tous industriels (Rifkin, 2012), tous artistes (Menger, 2002). Ces visages du moderne sont évidemment porteurs d’outrance, d’invraisemblance, de montée en puissance d’un imaginaire de l’exception s’appliquant d’un seul coup à tous. Ils justifient le préfixe d’hyper-modernité, mais, d’un autre côté, ils se situent clairement dans la lignée de l’autonomie structurelle telle que diagnostiquée par Marcel Gauchet dans la modernité (2017). L’histoire moderne reproduit le même, conduisant à des « bourrages » autant qu’à des échappées vers des ailleurs, et notamment plus à un « bourrage » du temps qu’à une accélération (Bouilloud, Fournout, 2018).
Du point de vue de la matrice du héros, Trump offre un paradigme d’hypermodernité – nullement un saut dans un inconnu, un aberrant, un autre monde, une folie individuelle. Il rend explicite et prolonge un modèle familier, déjà sous tension.
Dans la Déclaration de Grünwald, qui a posé les jalons de l’éducation aux médias au niveau international, il est dit que

« plutôt que de condamner ou d’approuver l’incontestable pouvoir des médias, force est d’accepter comme un fait établi l’impact significatif qui est le leur et leur propagation à travers le monde et de reconnaître en même temps qu’ils constituent un élément important de la culture dans le monde contemporain » (Unesco, 1984).

2Il en est tiré la conséquence que « les systèmes politiques et éducatifs doivent assumer les obligations qui leur reviennent pour promouvoir chez les citoyens une compréhension critique des phénomènes de communication ». La tâche de l’éducation aux médias est immense, surtout quand, en cours de route, le système politique, qui aurait la charge de la promouvoir, est lui-même emporté par le cyclone médiatique. C’est pourquoi le 45ème président des Etats-Unis, omniprésent sur les réseaux et à la télévision, se vendant dès avant l’élection comme un produit d’édition et un conférencier-discoureur, est un défi pour l’éducation aux médias abordée comme « une activité critique et une activité citoyenne étayée par des fondements éthiques » (McGonagle, 2011, p. 11). Pour qui se fixe pour mission d’« apprendre à analyser l’actualité et la publicité (…), faire la distinction entre propagande, opinion et information, analyser la représentation des sexes, des races et des classes dans les médias de divertissement et d’information, comprendre l’économie et le contrôle des médias, et explorer la façon dont sont représentées la violence et la sexualité dans la communication des médias » (Hobbs, Jensen, 2009, p. 9), Trump ouvre un réservoir inépuisable et redoutable d’interrogations : comment démêler le vrai du faux, sur tout et en permanence ? Comment décrire le pouvoir de l’image médiatique, son fonctionnement ? Comment s’en distancier sans s’en couper comme d’une folle anomalie ? Comment le recontextualiser pour donner du sens, l’inscrire dans une civilisation, une modernité, sans pour autant le justifier ?

La chimère ordinaire

3Dans le sondage Le Figaro/France Info du 03/11/2017, il apparaît que 90 % des Français et 86 % des Européens ont une opinion défavorable de Donald Trump, quand, respectivement, ils sont 78 % et 75 % à trouver Vladimir Poutine peu recommandable. Ce résultat a quelque chose de sidérant au regard de l’hypothèse défendue ici, non pas que celle-ci prenne la défense de Trump sur le fond, mais à travers la lunette d’observation qui est la sienne, Trump est typique du bain médiatique dans lequel nos sociétés se complaisent. Il est conforme à un moule comportemental, largement partagé et diffusé. Il s’inscrit dans l’héroïsation d’une posture libérale, démocratique, capitaliste, véhiculée à très large échelle, tant par l’idéologie managériale que la littérature de développement personnel, tant par le cinéma populaire hollywoodien que l’entrepreneuriat pour tous qui serait l’avenir du travail, tant par la publicité que par la presse grand public et le story-telling des grandes négociations internationales, des rachats de grandes entreprises, des portraits de grands patrons.
Et donc, constater qu’il recueille une aussi mauvaise opinion, avec un consensus aussi tranché (du moins, en Europe, puisqu’aux Etats-Unis, c’est moins flagrant pour la première année du mandat), ne peut qu’interroger, au choix, soit notre propre mauvaise conscience, soit une bonne conscience achetée à vil prix, soit encore une inconscience de nos propres défauts en tant que société (un peu comme se plaindre moralement du salaire des joueurs de football, tout en passant plusieurs heures quotidiennes à regarder le foot à la télé, en ignorant que les deux facteurs sont corrélés).
L’injonction héroïque de la modernité n’est pas que pour Trump. Elle se révèle un ferment actif pour tout un chacun dans la société. Elle est pour tous – petit ou grand, ordinaire ou extraordinaire, de gauche ou de droite, manager des autres ou, a minima, manager de soi. Quiconque poursuit un projet d’empowerment personnel en dépend à sa mesure.
Pour Marcel Gauchet, le libéralisme moderne, ou ce qu’il appelle l’« autonomie structurelle », ou « axiomatique néo-libérale », est un « projet révolutionnaire », qui, « à la différence des grandioses projets révolutionnaires du passé, (…) opère dans la plus entière discrétion, fondu qu’il est dans les populations et leurs activités ordinaires ». Ce projet, écrit-il, « nous mène à l’assaut d’un impossible qui, pour n’avoir rien de commun avec ceux que nous avons pu connaître dans le genre, n’en illustre pas moins la capacité d’inhumanité qui distingue notre espèce » (2017, p. 680). La philosophie politique dévoile ainsi une forme d’héroïsation au cœur de la modernité, qui s’installe dans une dramaturgie : mener un assaut est une image plus appropriée à un chevalier du Moyen-Âge qu’à un conducteur de voiture ou un électeur à un bureau de vote ; l’idée d’impossible renvoie plus à une tradition métaphysique qu’à un matérialisme de société de consommation ou à la protection civile et juridique des individus. Le penseur de la modernité voit les modernes, en masse, engagés dans une quête structurellement ardue, voire sans issue. Il met ainsi en évidence une projection imaginaire par où n’importe quel citoyen lambda peut s’assimiler à un héros de cinéma populaire qui, lui aussi, quête un impossible, avec pertes et fracas, branché sur son intériorité, en équipe avec les autres et en lutte avec eux.
René Girard, quant à lui, décèle dans la modernité une logique du surhomme. Il évoque une « surhumanité guerrière » (2007, p. 173) et note que « l’individu est pris dans une montée aux extrêmes à laquelle il participe, comme s’il avait toujours une revanche à prendre sur quelqu’un, ou sur quelque chose » (2007, p. 153). De ce point de vue, le phénomène Trump et sa course aux boucs émissaires dans tous les domaines auraient intéressé Girard ; il y aurait, sans doute, trouvé un symptôme dont le grand mérite est de ne pas se cacher : « On n’échappe pas au mimétisme, on y participe toujours, d’une certaine manière, et ceux qui le reconnaissent m’intéressent toujours plus que ceux qui cherchent à le dissimuler ». Et c’est là que, pour Girard (1961, 1990), les fictions, le roman et le théâtre se montrent habiles à mettre en relief ces principes mimétiques des vies en société. C’est que la violence, les engrenages psychologiques, les jeux en miroir, le spectacle dans le spectacle, sont leurs domaines de prédilection. Et quand, aujourd’hui, il est demandé à des étudiants, dans des contextes pédagogiques, de transposer leur vécu des dynamiques de groupe et du management dans des fictions théâtrales qu’ils écrivent, mettent en scène et jouent eux-mêmes, en création collective, il n’est pas rare que la logique du bouc émissaire remonte. Ce fut le cas en 2009 et 2010 auprès d’étudiants ingénieurs dont les pré-conceptions ou idées spontanées étaient qu’« il est naturel qu’il y ait dans les groupes un bouc émissaire, et cela peut même aider à forger le groupe » (Corten, Fournout, et al., 2011, p. 66) ; de même, en 2014, auprès d’étudiants d’un executive MBA de l’Université Paris Dauphine dont une des réalisations théâtrales était centrée sur un cas de burn out où « le bouc émissaire ne se rebelle pas mais accepte l’isolement et la violence qu’on lui impose » (Bouchet, Fournout, 2016, p. 51).

L’archi-héroïsme de l’hypermodernité

4La matrice héroïsante fonctionne pour le manager ordinaire, et tout aussi bien pour les formes boursoufflées d’exercice du pouvoir, dont Trump est un excellent exemple – et dont Emmanuel Macron, à sa façon, suit la tendance, avec, notamment, son « nous devons renouer avec l’héroïsme politique » qui fait la une du Point le 31/08/2017. L’homme ordinaire et le milliardaire-entrepreneur, le citoyen lambda et le président élu démocratiquement, tous sont redevables de cette matrice héroïsante pour agencer – agentifier – leur manière d’être et de paraître, de se surpasser, croître et innover en continu.
Examinons maintenant de plus près le cas de Donald Trump, que la doxa présente dans un halo d’extravagance, alors que du point de vue de l’extension du domaine du héros moderne, il n’est qu’une illustration parmi une multitude d’autres, poussant dans ses retranchements une logique générale dont il hérite.
Donald Trump est le paroxysme d’une reproduction fractale se déclinant dans les sphères à la fois de la vie personnelle, de l’organisation capitaliste, du gouvernement étatique et de la gouvernance globale du monde. Son mode privilégié de relation vaut pour le plus infime comme le plus vaste cercle du pouvoir, depuis le niveau de la vie propre (il est l’auteur de best sellers de développement personnel) à celui du management des organisations (il est milliardaire et à la tête de nombreuses entreprises), de la présence sur les médias de masse (il fut animateur vedette de télévision, à gros succès) jusqu’à la présidence de l’exécutif politique de la première puissance mondiale (il gagne l’élection aux Etats-Unis en 2016).
Alors, étonnant, Trump ? Ou pas si étonnant ?
Trump renvoie le directeur du FBI. Dénonce l’accord international sur le climat. Glisse un « So amazing » dans le livre d’or du mémorial de la Shoah à Jérusalem. Promet un déluge de feu nucléaire sur la Corée du Nord. Déclare qu’il y a des gens bien chez les suprématistes blancs américains. Qualifie de « pays de merde » (« shithole countries ») certains membres des Nations Unies…
A chaque fois, la machine médiatique s’emballe, dénonce, se récrie. Elle pointe la mauvaise image et les dangers pour la démocratie et la paix. Trump est étiqueté comme un fou dangereux, un délirant, une aberration, une fake news à lui tout seul. Mais, est-il si atypique ? N’est-il pas le « héros » d’une moitié de l’Amérique (Bernard Guetta, dans une chronique sur France Inter, 3/11/2016) ? Est-il si éloigné, au plan structurel, de l’autre moitié ? Est-il si différent de l’ethos dominant de nos sociétés hyper-modernes, démocratiques, libérales, capitalistes, dont l’horizon n’est pas si facile à dépasser (Gauchet, 2017) ?
Le Trump auteur de best-sellers sur la manière de conduire ses affaires et sa vie (The art of the deal, 1987 ; Think Big, 2007) annonce la couleur, et le Trump Président met en œuvre les recettes, à sa manière, extrême – mais l’extrême est dans l’air du temps, indépendamment de Trump : l’eXtreme execution n’est-elle une recommandation centrale d’un très sérieux manuel de management (Ancona, Bresman, 2007) ?
La technique Trump est limpide, presque naïve, exposée avec précision et appliquée à la lettre. L’offre se réduit à quelques grands conseils, qui eux-mêmes se déclinent en une multitude et une variété de comportements triviaux. Ces recommandations se retrouvent identiques sous la plume de beaucoup d’autres conseillers en comportements efficaces, à presque chaque image du cinéma populaire américain contemporain, au détour des récits d’actualité et du story telling publicitaire. Sans doute Trump pousse-t-il à saturation les injonctions, mais c’est une question de curseur, qui peut toujours gagner un cran. Pour l’essentiel, Trump est le reflet d’une éthique plus large, qui le dépasse.

La matrice du héros-leader version Trump

5Saturés en même temps, les comportements vantés, attendus et pratiqués par Trump peuvent entrer en contradiction entre eux, mais le paradoxe fait partie du système, il en est le moteur, il donne le tempo. Voici ces conseils, résumés en six points ci-dessous, qui font système, forment un tout, se répondent.

Développe des attitudes de supériorité

6Va au conflit, n’aie pas peur du rapport de force, rien ne s’obtient sans bagarre, sans duel1. « Les gens sont gentils en face à face, et par en-dessous ils sont là pour vous tuer », écrit Trump. Et voilà, dès cette citation, toute la logique de la guerre en miroir, généralisée, qui s’installe. Trump est à la fois bourreau (pas besoin d’épiloguer sur ses sorties violentes) et victime (c’est toujours lui qui est agressé – par les médias, par les ennemis des Etats-Unis, par le FBI, par les intellectuels de gauche, par la justice, etc.). Dans ses traités de développement personnel, il étend ce diagnostic à tout un chacun dans le monde moderne. « Le monde est cruel », répète-t-il, « c’est dur et des gens sont blessés, n’aie confiance en personne », etc. D’où la parade, permanente, de menaces, invectives, prétentions, démonstrations de puissance, accusations, procès, contrôles, fâcheries avec ses plus proches collaborateurs. D’où aussi une approche ultra-dure du « deal » : d’abord tordre la main de ses interlocuteurs, s’imposer, exiger le maximum, au-delà du raisonnable, car il n’y a pas de limite, du moment qu’on y croie, qu’on attaque le premier. Dès 2007, il écrit « Je pense que nos ennemis meurent d’envie de négocier. Est-ce que vous aimeriez être l’Iran en ce moment et ne pas savoir si les Etats-Unis sont sur le point d’attaquer ? » Ceci rappelé pour ceux qui imagineraient que Trump n’a que le business comme culture. D’où, à l’extrême, la guerre totale, nucléaire, annoncée au dictateur coréen, puis la rencontre avec celui-ci, le 12 Juin 2018 à Singapour, au cours de laquelle, dans un spot vidéo produit par les services de communication de la présidence américaine, Kim Jong-un est qualifié de « héros » pour son peuple s’il saisit la chance de l’entente avec l’Amérique2. L’art du « deal » à la dure vaut pour le matrimonial, l’état, les taxes, la justice, les relations internationales. C’est une philosophie globale de gouvernance, sinon de gouvernement, où les combats s’enchaînent : l’accord de Paris sur le climat est rompu, bienvenue à la lutte sur le suivant, à négocier ! Les pourparlers israélo-palestiniens sont au point mort depuis plus de 15 ans, que fait Trump ? il applique une technique de négociation, dont il n’a pas l’exclusivité, qui consiste à annoncer des demandes maximalistes, et le voilà qui reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël (6/12/2017). On peut, bien sûr, discuter la méthode – car il en existe d’autres – on peut aussi contester que les Etats-Unis soient dans leur rôle, mais ce qui manquerait singulièrement de lucidité, ce serait de traiter cette méthode comme un égarement idiotique, alors que ce type d’approches est parfaitement décrit dans des manuels de négociation ayant pignon sur rue, et pas seulement ceux signés de Trump. D’où, effectivement, dans le sondage du Figaro/France Info, un 87 % de Français qui trouvent Trump agressif. L’inverse serait surprenant. Mais, l’agressivité dans le business, dans la politique, dans la société, dans les médias, n’est pas l’apanage du seul Trump, elle est un marqueur de l’époque, jusqu’à la grossièreté et l’injure qui n’ont pas cours que sur les réseaux sociaux.

Prends des rôles

  • 3 C’est le critère [ROL] de la matrice du héros-leader : Le héros prend des rôles. Il a une grande ha (...)

7Sois un grand acteur dans le grand spectacle du monde3. « Je fulmine et m’extasie comme un dément, et plus je suis fou, plus l’Audimat grimpe », s’auto-pitche Trump pour son émission de téléréalité, The Apprentice, à l’image de beaucoup d’autres animateurs télé. D’où la bête de scène que Trump, à l’évidence, donne à voir, mais aussi, plus subtilement, une grande flexibilité dans les positions, selon les interlocuteurs, les situations, les contextes, les buts. L’acteur est grand de s’adapter au rôle qu’il incarne, sur de nouvelles scènes, avec de nouveaux masques, de nouvelles répliques – toujours le même et toujours un autre. Et quand quelqu’un ne lui plaît pas, candidat à la télé, patron du FBI ou conseiller stratégique, c’est du pareil au même, la réplique cingle : « you’re fired ! » « tu es viré ! », qui est une manière d’enjoindre de dégager la scène. Trump est une célébrité qui se permet toutes les formules chocs. Rien ne l’arrête. Quoi qu’il dise, il est repris, cité, devient culte sur les réseaux. Le reality show est viral, qu’il parle de la sexualité de sa fille, des mexicains violeurs ou de son opposante politique à la Présidentielle qu’il menace de mettre en prison. D’où l’afflux de tweets et le jeu de coudes devant les caméras, pour ne jamais quitter le devant de la scène. Trump est le roi des staged events, du biais médiatique assumé, des filter bubbles érigées en méthode de gestion du monde. La chimère se rassure elle-même : « Je m’adresse aux fantasmes et aux rêves des gens ».

Manifeste une intériorité

  • 4 C’est le critère [INT] de la matrice du héros-leader : Le héros est mÛ par son intériorité. Il révè (...)

8Mets tes tripes sur la table, jouis d’une vive intériorité, engage-toi à fond, mouille ta chemise4. « Passion, passion, passion », est un slogan de Trump. Le gut instincts, la voie des entrailles, couvre des dizaines de pages dans ses livres. D’où, le Trump qui pousse, sans ambages sur les estrades et sur les écrans, le registre de l’émotionnel, de la sueur, de la conviction intime, de la vision qui le possède. Les « Amazing ! » « Great ! » « Best ! » en cascade appartiennent à ce registre. Et quand la vision qui le possède dépasse l’entendement, confine à l’exagération, la réponse est toute prête : « I call it truthful hyperbole » – « j’appelle ça une hyperbole véridique ».

Inscris-toi dans le cadre d’une mission

  • 5 C’est le critère [MIS] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS EST EN MISSION. Il accepte ou se do (...)

9Amplifie tes objectifs, puis tiens-y toi5. Pour le cadre à donner à la mission, le mot d’ordre est « Think big »« Vise grand » – car si tu es bon, fort, génial, la réalité se plie à tes désirs. La méthode de vente de Trump consiste à tout amplifier – ses ancrages, ses demandes, son image, sa marque. Tout grossir, c’est, par exemple, ne pas répondre à un démarcheur tant qu’il propose 10 000 $ ou 100 000 $ pour une conférence de l’homme d’affaires gourou du développement personnel. A partir d’un million, il prend l’appel (l’anecdote est racontée dans Think big). « Vise grand », ce fut, pour Trump, à un moment, tenter la Maison Blanche, contre tous les pronostics. Et plus c’est gros, plus ça a de chance de passer : c’est l’idée. Et après, travaille dur, sans dévier, fixé sur l’objectif, donne-toi les moyens, tous les moyens qu’il faut pour y arriver. La Russie prête-t-elle son concours ? Aucun problème si ça aide à passer un cap, une étape après l’autre, on gèrera les problèmes après, quand ils frapperont à la porte (problèmes judiciaires, par exemple, qui se dessinent). Autrement dit, concentre-toi sur le premier jalon sur ta route, sur ta tâche prioritaire (l’élection), puis prends les difficultés quand elles viennent, les unes après les autres (le congrès, les journalistes, le FBI, la justice…). Dans les affaires, c’est : d’abord, décroche le marché, et après, s’il y a contestation, va au tribunal. Et clé ultime, mantra des mantras : « distribue les coups de pieds aux culs dans le business et dans la vie », « Kick Ass in Business and Life ».

Assume des divergences

  • 6 C’est le critère [DIV] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS CULTIVE LA DIVERGENCE. Il se distin (...)

10Sois un grand déviant, diffère des routines, brise les cadres, bouscule, dérange les habitudes, crée la crise et apporte la solution, ta solution6. « Quittez vos zones de confort », ordonne le Trump conseiller en réussite. D’où ce positionnement de rebelle, contre les élites, qui lui a valu la victoire des urnes et qu’il continue d’afficher comme Président, testant les points de rupture sur tous les sujets – le commerce, le climat, les livraisons d’armement, les médias, les services secrets, le FBI, la co-existence inter-raciale, les relations internationales, etc. D’où la ligne de défense pro-Trump sur les médias, qui répète à l’envi que Trump ne sera jamais comme les autres, politiquement lissé, poli, correct, qu’il se présentera toujours avec des rugosités, de la provocation, de l’imperfection, différemment des autres, et que c’est pour ça que ses partisans l’aiment (ainsi, par exemple, sur CNN, le 17 août 2017, lors d’un plateau d’actualité, à propos de la conférence de presse de Trump renvoyant dos à dos les manifestants anti-racistes et les suprématistes blancs). Chaque provocation de Trump résulte d’une stratégie, et nullement d’un faux pas. Dire tout haut ce que les autres pensent tout bas, assumer ce qui ne plaît pas – quoi qu’on pense sur le fond – lui rapporte une large part de sa popularité, fondée sur une promesse : être vrai, même si tout est faux. Les réactions outrées des médias le servent. Les journalistes se liguent contre lui : c’est tout bénéfice, car Trump tire avantage d’être bouc-émissarisé, ne serait-ce que parce qu’ainsi, il peut encore plus bouc-émissariser les autres, selon une logique de la montée aux extrêmes, sans fin, en spirale. Le Trump-bashing devient du Trump-serving, du Trump-booming, et il serait bien surprenant que Trump n’en soit pas conscient, n’en soit pas le stratège. C’est 99 % de gesticulation, de parade communicationnelle, certes, mais ainsi l’atypique devient typique, l’amazing banal. Toute limite est à transgresser, juste pour voir, même si, parfois, on butte sur un mur. Le mur est aussi pour Trump. Il y est prêt, il s’y attend : « D’abord, vous sortez et vous cognez contre un mur en cherchant des deals », écrit-il. Donc, face au blocage de l’abrogation de l’Obamacare, il est furieux mais s’incline, au moins dans un premier temps ; et, bien sûr, le Mexique ne paiera pas le mur, si celui-ci, un jour, s’élève sur les 3000 kilomètres de frontière. Dévier de soi, c’est aussi ne pas avoir peur de l’auto-contradiction. Aucun problème à affirmer d’un seul souffle : « Yes. There is a team. Well, there is not a team » … « Oui, il y a une équipe. Enfin non, il n’y a pas d’équipe ». Ou comme l’exprime un tag récent sur un blockhaus de la Côte Atlantique, en commentaire de la peinture d’un Donald Trump tout sourire (cf. figure 1 ci-dessous) : « déso pas déso » – et en effet, « déso pas déso » est une réplique parfaite pour Trump, sauf que là encore, ce que capte la jeune sagesse populaire sur les murs, en son vocabulaire propre, est un trait essentiel de l’air du temps, et non une incongruité du seul président U.S.

Figure 1. Tag sur un bunker désaffecté, côte Atlantique, près de Saint-Nazaire, sur un terrain militaire libre d’accès, Octobre 2017, photo O. Fournout.

Figure 1. Tag sur un bunker désaffecté, côte Atlantique, près de Saint-Nazaire, sur un terrain militaire libre d’accès, Octobre 2017, photo O. Fournout.

Lire « déso pas déso » en jaune clair, à droite de la bouche.

Affiche une capacité de coopération

  • 7 C’est le critère [COP] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS PRATIQUE LA COOPÉRATION. Il privilé (...)

11Certes, Donald Trump, le chantre de « l’attitude ne-faites-pas-de-prisonniers » (« take-no-prisoners attitude »), de « même vos amis sont là pour vous casser » (« even your friends are out to get you »), de « vous êtes seuls » (« you are on your own »), ne va pas jusqu’à écrire un chapitre dans ses livres sur les vertus de la coopération, de l’écoute de l’autre, des stratégies intégratives, gagnant-gagnant, de négociation – à la mode de la Harvard Law School, dont Obama est diplômé, et développée dans Getting to yes, de Fisher et Ury (1983)7. Cependant, en préface à l’un de ses livres sur le leadership, il laisse à un tiers le soin de nous dire qu’il n’est pas si méchant. Il donne la parole à Bill Zanker, qui nous dit de Donald Trump que « étonnamment, il est le gars le plus facile du monde avec qui travailler », « il donne toujours plus que promis », « il est un des gars les plus loyaux du monde » (« surprisingly, he is the easiest guy in the world to work with », « he always overdelivers », « he is one of the most loyal guys in the world »). Bref, le profil du héros moderne ne saurait se résumer aux dimensions guerrières, histrionnesques et déviantes, même quand celles-ci semblent prendre le premier plan, et même quand on s’appelle Donald Trump. Le héros moderne est un héros complexe, paradoxal, à plusieurs tiroirs. Trump loyal, qui donne plus que promis, avec qui il est facile de travailler : et voilà le héros moderne qui atteint sa complétude ! Cachant son bon fond (si bien caché qu’on en doute). En bref : sois stratégique, pousse le curseur de la coopération quand tu peux, mais ne l’annonce pas comme un principe, car les autres pourraient en profiter.

Bouc & Dieu, Goat & God

12Trump est le représentant d’un modèle général des relations humaines, qui est familier à l’hyper-modernité, qui n’a rien d’incroyable, rien d’extraordinaire, qui ne fait qu’intensifier une forme d’héroïsme du quotidien dont nous sommes tous, peu ou prou, les complices passifs ou les pratiquants, et dont les hommes et les femmes politiques de tous bords, eux, sont beaucoup, passionnément, les complices et les pratiquants. Trump est un concentré d’archi-héroïsme. La chimère qu’il incarne et théorise est le cœur du tournant archi-héroïque de l’hyper-modernité, dont l’horizon s’impose à tous, devenu ordinaire au fil d’un afflux de formes médiatiquement prosaïques, quoiqu’extrêmes. Le danger de se retrouver la victime est le revers de la médaille, car qui dit que l’héroïsme est pour tous implique aussitôt que le héros d’à côté, le voisin de bureau, le conseiller ami, peut trahir, faire défection, se transformer en ennemi. Là encore, le parallèle avec l’univers des films hollywoodiens s’impose, qui, quelques jours seulement après les attentats meurtriers du 13 Novembre 2015 à Paris, fait fleurir un drôle de slogan sur les murs du métro parisien, affiché en gros : « Kill your friends ». C’est sur une affiche de film (figure 2 ci-dessous), certes, mais c’est aussi une maxime pratique, un adage qui trouve à se dire au beugloir de l’espace public, à l’impératif, brut de décoffrage, manifestant un état d’esprit, une vision du monde. C’est un écho du Wolf of Wall Street de Martin Scorsese, d’accord, mais c’est une formule plus large, qui trouve ailleurs, en d’autres lieux que la fiction, des théorisations et des mises en pratique, fussent-elles métaphoriques.

Figure 2. Kill your friends, Tuez vos amis, affichage lumineux, métro parisien, 30/11/2015, photo O. Fournout.

Figure 2. Kill your friends, Tuez vos amis, affichage lumineux, métro parisien, 30/11/2015, photo O. Fournout.

13Kill your friends est une version hard des dilemmes étudiés par la théorie des jeux et par les méthodes de négociation (Axelrod, 1984 ; Lax, Sebenius, 1986). Avec le stress qui gagne même les relations amicales, l’injonction paradoxale sous-jacente est la suivante : fais-toi, en permanence des amis ET méfie-toi en permanence de tes amis. Cette injonction reformule sur le plan amical l’alternative plus générale du dilemme du prisonnier et du dilemme du négociateur, entre, d’un côté, coopérer, maximiser les gains communs, gagner avec les autres, avoir confiance, et d’un autre côté, entériner la pure compétition, revendiquer pour soi, gagner contre les autres, se méfier toujours, cultiver la paranoïa comme garantie. Il n’est quasiment pas un seul film américain populaire qui ne mette en scène, à un moment, une situation de dilemme du prisonnier. La recommandation pour se sortir du dilemme vient avec les études empiriques de la théorie des jeux (Axelrod, 1984) : sois dans le donnant-donnant, c’est-à-dire à chaque tour de jeu sois coopératif si l’autre est coopératif, compétitif si l’autre est compétitif, et reviens vite à la coopération dès que possible. Dans le cas de Trump, l’ultra-compétition est difficile à éviter. Le piège est que pour faire plier Trump, il faudrait entrer dans un rapport de force équivalent. Elever des murs là où il élève des murs, etc., c’est-à-dire faire du Trump en miroir, et l’obliger à réviser ses prétentions (c’est ainsi que s’organisent les multiples batailles contre Trump, jusqu’à la perspective, fumeuse, d’une destitution pour maladie mentale). La spirale de la violence, perdant-perdant, menace alors à tout moment de s’enclencher, où chaque entité en lutte est à la fois, ou alternativement, Bouc & Dieu, Goat & God – bouc sacrifié et dieu sacrificateur, en toute modernité ! – s’entraînant à des joutes pour écraser l’autre autant que pour paraître le plus victime d’oppression (oppression olympics).
Et si, à l’horizon, à force d’injonctions paradoxales, entre violence et déni de violence, folie il y a, nous pourrions nous demander si ce n’est pas une folie qui pave la normalité, selon la compréhension moderne que « la structuration de l’expérience normale passe par ce qu’il y a de folie virtuelle en nous » (Gauchet, 1998-II, p. 191) et que « de l’homme à l’homme vrai, le chemin passe par l’homme fou » (Foucault, 1972, p. 544).

De la contradiction interne comme une banalité de l’héroïsation

  • 8 Exemple : Thomas Legrand, France Inter, 10/09/2018, conclut son éditorial politique par « c’est bie (...)
  • 9 The Young Pope, réalisation Paolo Sorrentino, production Sky Atlantic, HBO, Canal +, 2016.
  • 10 Menée dans le cadre du programme de recherche en pédagogie FORCCAST (Formation par la Cartographie (...)

14Selon la prospective de Harari (Homo deus, a brief history of tomorrow, 2016), l’archi-héroïsme de l’homme-dieu est d’être à la fois moderne et anti-moderne, humaniste et anti-humaniste, hyper-technologique et hyper-humain, Dieu Grec et « dataïste » avec un « t », etc., tant et si bien que le collage des inconciliables, le bourrage des catégories antinomiques, devient l’unique proposition d’ensemble. L’archi-héros hyper-moderne intensifie les conduites paradoxales. Il parvient à mener de front l’ensemble des prescriptions héroïques de la modernité en les décuplant, en reculant les limites de l’intensité soutenable, en dépassant les bornes, sur des voies de plus en plus radicales. Il les pousse toujours plus loin, ensemble, vers l’extrême paradoxe, inscrit comme une valeur ou une activité cultivée pour elle-même, vers laquelle le héros occidental, libéral, démocratique guide la marche du monde.
Au-delà du cas Trump et de l’homme-dieu, le paradoxe au cœur des problématiques les plus actuelles est le sentiment de reproduction de schémas anciens, de continuité au sein de la modernité, tout en donnant l’impression de se jeter dans un péril inédit, ou, pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet, de partir à l’assaut d’un impossible. D’où la montée dans l’imaginaire populaire, dans les fictions comme dans les discours médiatiques et politiques, du thème de la contradiction interne, figure parmi d’autres de l’impossible-possible : c’est le leitmotiv de la démission de Nicolas Hulot du poste de Ministre de la transition écologique (27/08/2018) ; c’est central dans le en même temps d’Emmanuel Macron ; c’est devenu un commentaire journalistique courant8 ; et c’est le trait essentiel du Young Pope, dans la série télévisée du même nom, internationale et à gros succès9. Le héros (qui démissionne par conviction, qui gouverne, qui prend le devant de la scène fictionnelle) est celui ou celle qui assume, dépasse ou dénonce, et si possible les trois en même temps, les contradictions du monde.
Trump accepte d’être complice ou bénéficiaire de fake news sans même prendre la peine d’essayer de démontrer, factualiser, argumenter. Rien de plus banal quand tout et son contraire est en quelque sorte génériquement inscrit dans la matrice de l’action collective, des discours et des personnalités.
Comment traiter ce problème par l’éducation aux médias ? Bien évidemment, en critiquant le faux et en informant sur le vrai. Mais les médias le font déjà largement, pour qui les lit, les écoute ou les regarde. Si la contradiction interne devient un caractère majeur de l’héroïcomanie hyper-moderne, on voit bien qu’il en résulte que dénoncer ou rectifier ne suffit plus, puisque le faux, le contraire de l’évidence, s’imposent par une sorte de valorisation transcendante de l’esprit de contradiction : Trump est dénoncé, rectifié, critiqué publiquement, et demain, peut-être, condamné par la justice, mais rien n’y fait. Il en résulte pour l’éducation aux médias qu’il faudrait voir en face la force de l’imagination, la déplier en tant que telle, théoriser l’imaginaire, plutôt que vouloir s’y opposer à toute force. L’approche par l’imaginaire hyper-moderne n’est pas d’une altérité étrange, mais plutôt le ferment de représentations et praxis dominantes, parfaitement banales. L’éducation aux médias devrait, dès lors, mettre au centre de ses préoccupations le symbolique et l’imaginaire, et leurs effets de métaphore et de jeu avec le réel, dans leurs dimensions positives comme négatives. Cet entremêlement des organisations sociales, du pouvoir politique et de l’imaginaire, que les anthropologues comprennent comme fondateur des sociétés (Morin, 1956, 1977 ; Godelier, 2015), nous empêche de pouvoir nous contenter naïvement de redresser des torts, rectifier des faits, dénoncer le faux ; ce qu’il faut faire, mais cela ne suffit pas.
La violence assumée par certains traités de développement personnel et de leadership comme ceux de Trump appelle à des études sur la transversalité des boucles d’oppression, en essayant de montrer – ce qui est loin d’être facile – qu’elle joue dans l’ordinaire, fondue dans le quotidien, et pas seulement dans des cas emblématiques, exceptionnels : se poser en victimes d’insultes, de menées stratégiques, d’ennuis venant de la bureaucratie, de règlements qui paralysent, permet à Trump et ses semblables de s’héroïser eux-mêmes. De là, faut-il renoncer, par principe, à critiquer les insultes, les menées stratégiques, les bureaucraties qui paralysent ?, faut-il se taire devant la misogynie ou la grossièreté de Trump ? non, bien évidemment, et certainement pas dans le cadre de la modernité qui tente d’assurer une justice, un progrès, mais sans doute faut-il y mettre du concret et de la discussion autour de situations précises, en revenir aux discours et aux faits, à des pépites de réalité, en reconnaître la dimension d’affect, d’imaginaire, de symbolique, et passer par des processus d’interprétation croisée, de dialogue : tout un programme qui, pour sembler nécessaire, reste à construire. Qui demande du temps. Qui nous confronte au « paradoxe de notre monde » (Girard, 2007, p. 98), sur un chemin de crête, entre la « loi indépassable de l’action réciproque » (ibid., p. 93) et « la critique interne de la réciprocité » (p.94). Qui reconnaisse enfin que « la polarisation d’un groupe sur sa victime émissaire (…) ne peut plus être aujourd’hui qu’une très sinistre comédie » (ibid.).
Dans une expérimentation récente, du 30 Juin-1er Juillet 201810, qui a consisté à réunir deux groupes de professionnels (agriculteurs, associatifs, entrepreneurs, experts...) engagés dans deux controverses majeures de notre temps, l’une sur l’usage du glyphosate dans l’agriculture, l’autre sur le réchauffement climatique, et à leur demander de transposer leurs débats dans des pièces de théâtre, produites et jouées par eux, en création collective, l’un des participants note après-coup :

  • 11 Etude en cours, menée par Sylvie Bouchet, sous la direction d’Olivier Fournout. Pour plus sur cette (...)

« En jouant un rôle qui ne représente pas forcément en totalité notre réelle opinion, je pense que la fictionnalisation permet de faire des concessions ou de ne représenter qu’une partie de notre point de vue, ce qui permet finalement d’aboutir à la réalisation d’un travail commun – la pièce de théâtre – qui puisse être accepté par tous les protagonistes ; tandis que dans un débat d’experts, chacun reste le plus souvent campé sur ses positions, et le débat avance finalement peu. »11

15Le détour par l’imaginaire et la fictionnalisation collective se révèle alors, non pas comme la racine du faux qu’il convient de combattre, mais comme ce qui permet de sortir des blocages stériles et faire évoluer, en commun, les positions s’affrontant. Par où les héros d’histoires racontées par tous, à tous, devant un public, ne débouchent pas nécessairement sur un surcroît d’héroïcomanie, mais à l’inverse, sur de discrets mais disruptifs changements de mentalités, par la mise en dialogue, en co-création, des conflictualités sociétales.

Haut de page

Bibliographie

Ancona, D., Bresman, H. (2007). X-teams : how to build teams that lead, innovate, and succeed. Harvard Business School Press.

Axelrod, R. (1984). The evolution of Cooperation. Basic Books, New York.

Bouchet, S., & Fournout, O. (2016). La mise en théâtre de problématiques managériales. Economie & Management, Canopé.

Bouilloud, J.-P., Fournout, O. (2018). Accélération et bourrage du temps : les enjeux de la perception du temps dans la modernité. in N. Aubert, ed., @ la recherche du temps, Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations, Toulouse : Erès.

Corten-Gualtieri, P. & Fournout, O. et al. (2011). Des étudiants réalisent un sketch théâtral ou un clip vidéo pour faire évoluer leurs préconceptions. Questions de Pédagogie dans l’Enseignement Supérieur.

Ferry, L. (1996). L’homme-dieu. Grasset.

Fisher, R. & Ury, W. (1983). Getting to yes. Penguin Books.

Foucault, M. (1972). Histoire de la folie à l’âge classique. Gallimard.

Fournout, O. (2012). La fabrique du héros hollywoodien. L’acteur et l’intériorité. Communication & Langages, n° 172.

Fournout, O. (2013). Société, cinéma et ingéniérie relationnelle. L’action du héros et du leader. Communication (Canada), vol. 32/1.

Fournout, O. (2014). Héros. Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma. Presses des Mines.

Fournout, O. (2017). The Hero-Leader Matrix in Business and Cinema. Journal of Business Ethics, March 2017, vol. 141/1, accessible en ligne à http://link.springer.com/article/10.1007/s10551-016-3063-4

Gauchet, M. (1998-I, II). Essai de psychologie contemporaine, I, Un nouvel âge de la personnalité ; & II, L’inconscient en redéfinition. Gallimard, Le débat, n° 99 et n° 100.

Gauchet, M. (2017). L’avènement de la démocratie IV, Le nouveau monde. Gallimard.

Girard, R. (1961). Mensonge romantique et vérité romanesque. Grasset.

Girard, R. (1990). Shakespeare, les feux de l’envie. Grasset.

Girard, R. (2007). Achever Clausewitz. Carnets Nord.

Godelier, M. (2015). L’imaginé, l’imaginaire & le symbolique. CNRS Editions.

Harari, Y. N. (2016). Homo deus, A brief history of tomorrow. Harville Secker.

Hobbs, R. & Jensen, A. (2009). The past, present, and future of media literacy education. Journal of Media Literacy Education.

Joseph-Dezaize, G. (2017). Devenez le P-DG de votre vie ! éditorial du hors-série « Le must du management », Havard Business Review France.

Lax, D. A. & Sebenius J. K. (1986). The Manager as Negotiator. The Free Press.

McGonale, T. (2011). L’éducation aux médias : cesse-t-elle enfin d’être le parent pauvre de la réglementation européenne des médias audiovisuels ? Observatoire européen de l’audiovisuel, IRIS plus.

Menger, P.-M. (2002). Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme. Seuil.

Morin, E. (1956, 1977). Le cinéma ou l’homme imaginaire. Editions de Minuit ; et « Préface à la nouvelle édition », 1977.

Rifkin, J. (2012). La troisième révolution industrielle. Les liens qui libèrent.

Trump, D. (1987). The art of the deal. Random House.

Trump, D. (2007). Think Big. Harper.

Unesco (1984). Déclaration de Grünwald, in L’éducation aux médias. Avancées, obstacles, orientations nouvelles depuis Grünwald : vers un changement d’échelle ? Commission nationale française pour l’UNESCO, 2007, p. 38-40.

Haut de page

Notes

1 Cet aspect correspond au critère [SUP] de la matrice du héros-leader, telle qu’exposée dans Fournout, 2017. Pour chacun des critères appliqués au cas Trump, nous donnerons en notes de bas de pages une courte description des types de comportements correspondants. Pour mémoire, ces critères ressortent d’une analyse de contenu de 50 traités de management et de 200 films, américains pour la plupart, sur la longue durée. Ici, le critère [SUP] : LE HÉROS EST DANS UNE ATTITUDE DE SUPÉRIORITÉ. Il force le destin dans des jeux gagnant-perdant où il ne rechigne pas à la violence. Il risque sa vie. D’où, souvent attaché au héros, un appel à une résistance affective, mentale, corporelle, parfois armée des technologies les plus avancées, procurant un avantage décisif contre les autres, dans une compétition sans merci. Le danger est pour tous, d’où l’attention à la prévention des comportements suicidaires, addictifs, pouvant conduire au burn-out, à la dépression, à la psychopathologie.

2 Le mot « héros » est employé en 3.30 du spot visible sur https://www.youtube.com/watch?v=MdvjDyHR6DU, consulté le 10/09/2018.

3 C’est le critère [ROL] de la matrice du héros-leader : Le héros prend des rôles. Il a une grande habileté à se couler dans des mises en scène. Dans les organisations réelles comme dans celles présentées dans les films, le héros se lance dans le monde comme un acteur prenant un rôle, acceptant de nouvelles responsabilités, dans des environnements qu’il découvre. Il se déguise, change d’apparence, à l’aise dans les jeux de masques de la société et la mise en scène de soi. Il joue de ses multiples identités et valeurs en conflit entre elles.

4 C’est le critère [INT] de la matrice du héros-leader : Le héros est mÛ par son intériorité. Il révèle une authenticité et un puissant sentiment de soi inspirant ses actions. Il est branché sur ses sentiments, sensations, intuitions, convictions, inspirations, dilemmes, jusqu’à l’égocentrisme le plus affirmé. Il ressent fortement le monde, au plan intellectuel, mais aussi corporel, émotionnel, spirituel. Il s’engage corps et âme. Il paye de sa personne.

5 C’est le critère [MIS] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS EST EN MISSION. Il accepte ou se donne des objectifs. Il est dans un cadre. Il agit sous commande. Il organise des tâches en fonction de finalités, en contact avec les autres – équipiers, concurrents, indifférents, empêcheurs, jaloux, amis, alliés. Il se mobilise et mobilise les autres sur une certaine ligne de conduite, selon des règles, selon une certaine éthique, défendant des principes, respectant des mandats. Il est sur des rails, dans une quête, fût-elle exagérée, boursoufflée, survalorisée, comme dans le cas de Trump.

6 C’est le critère [DIV] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS CULTIVE LA DIVERGENCE. Il se distingue des autres. Il passe hors cadre, soit par son ingéniosité, soit par sa rébellion. Il est un outsider, un innovateur, un créatif. Il apporte le changement, la rupture avec le passé. Il n’est jamais un exécutant neutre et obéissant. Il prend des initiatives, de manière autonome. Il s’oppose aux cadres trop rigides, notamment bureaucratiques, privés comme publics. Il aime l’écart. Il pratique le pas de côté. Il se défie des normes et des routines. Il est un provocateur, voire un déviant ou un mutant.

7 C’est le critère [COP] de la matrice du héros-leader : LE HÉROS PRATIQUE LA COOPÉRATION. Il privilégie des formes de négociation donnant-donnant ou gagnant-gagnant avec les autres. Il se confronte aux autres par le dialogue, la discussion, le marchandage, la co-élaboration. Les rapports se nouent entre des individus différenciés, autonomes, ayant leur libre-arbitre, avec qui le héros compose. Chacun développe une stratégie propre en interaction avec les autres, ce qui oblige à des formes de coopération langagière et des actions réciproques pour s’ajuster mutuellement, parfois dans le conflit.

8 Exemple : Thomas Legrand, France Inter, 10/09/2018, conclut son éditorial politique par « c’est bien connu, la politique, c’est l’art de gérer ses contradictions ».

9 The Young Pope, réalisation Paolo Sorrentino, production Sky Atlantic, HBO, Canal +, 2016.

10 Menée dans le cadre du programme de recherche en pédagogie FORCCAST (Formation par la Cartographie de Controverses à l’Analyse des Sciences et Techniques), financement IDEFI (Initiative d’Excellence en Formation Innovante, Agence Nationale de la Recherche-11-IDEX-0005-02 2013-2019), à l’initiative de Bruno Latour à Science Po Paris, direction exécutive Nicolas Benvegnu depuis 2015, partenariat réunissant Science Po Paris, MinesParistech, TelecomParistech, l’Université Paris Diderot, le CNRS, le micro-lycée du Bourget...

11 Etude en cours, menée par Sylvie Bouchet, sous la direction d’Olivier Fournout. Pour plus sur cette expérimentation de mise en théâtre des controverses : https://blogrecherche.wp.imt.fr/2018/06/27/lever-de-rideau-sur-les-controverses-scientifiques/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tag sur un bunker désaffecté, côte Atlantique, près de Saint-Nazaire, sur un terrain militaire libre d’accès, Octobre 2017, photo O. Fournout.
Légende Lire « déso pas déso » en jaune clair, à droite de la bouche.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/7542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2. Kill your friends, Tuez vos amis, affichage lumineux, métro parisien, 30/11/2015, photo O. Fournout.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/7542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Fournout, « L’héroïcomanie hypermoderne : le cas Trump », Recherches & éducations [En ligne], 20 | octobre 2019, mis en ligne le , consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/7542

Haut de page

Auteur

Olivier Fournout

Institut Interdisciplinaire de l’Innovation, UMR du CNRS, Polytechnique
Mines Paristech/Telecom Paristech, http://i3.cnrs.fr/presentation/

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals