Navigation – Plan du site
Dossier

Clinique de la victime émissaire en famille.

Bernard Gaillard

Résumés

La scène violente en famille est une construction structurée qui peut se comprendre par l’analyse clinique psycho-anthropologique de la victime émissaire. Deux situations cliniques sont investiguées : l’une de maltraitance, l’autre de violence sexuelle. Emergeant dans un contexte d’anomie, de confusion des générations, d’indifférenciation de certains statuts et rôles, la figure du bouc émissaire est toujours à double face. La pertinence du modèle du bouc émissaire permet de concevoir des stratégies thérapeutiques, mais aussi éducatives et socio-anthropologiques de prévention.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

  • 1 Szabo, D. (1967). Criminologie. Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal, p.298.
  • 2 Gaillard, B. (2017). Un bouc émissaire dans votre service ou votre famille, comment agir ? Mont-Sai (...)

1La famille est un groupe traversé par l’histoire de générations, les histoires individuelles, les histoires conflictuelles, les souvenirs reconstruits d’événements contingents, les émotions et les effets de moments émotionnels forts. Les modèles d’analyse des fonctionnements familiaux sont pluriels. Les travaux anthropologiques, sociologiques et psychologiques ont conduit à élaborer plusieurs modèles structuraux, des modèles systémiques et plusieurs modèles psychopathologiques. La dimension symbolique y est souvent invoquée. Nous devons accepter que la famille soit un ensemble complexe convoquant aussi la propre subjectivité du chercheur. La nécessaire distanciation doit aussi prendre en compte les représentations sociétales qui imprègnent nos modèles de pensées autant qu’elles imprègnent les phénomènes intra-familiaux. Parmi d’autres mécanismes de défense, le déni en est un qui peut être à l’œuvre chez les membres d’une famille et obérer leur pensée, leur observation des phénomènes internes. Il peut parfois conduire au silence de quelques-uns, voire à celui de quelques professionnels peu à l’aise face à des phénomènes de bouc émissaire. Cela peut même aller jusqu’à taire ou excuser certains comportements, certains actes inappropriés, délinquants ou criminels tels les actes incestueux, les maltraitances, les abandons, sévices, violences conjugales… Ces dénis, ces refus de voir, de révéler et d’intervenir concernent tous les citoyens même si cela évolue depuis quelques années pour les atteintes intra-familiales, celles dans les entreprises et pour le harcèlement. Denis Szabo n’écrivait-il pas déjà qu’« il semble que la vivacité des réactions publiques contre les criminels sexuels soit à la mesure de l’obscure complicité que la société éprouve à l’égard de ce genre de délits »1. La scène familiale est composée de fantasmes singuliers, de scénarios inconscients visant l’accalmie de cette scène devenue violente. Au-delà des effets du contexte anthropologique et sociétal, au-delà des processus groupaux, il faut tenir compte des structures psychologiques ou psychopathologiques relatives à chaque individu constituant du groupe famille, et ainsi tenir compte des processus pathologiques sadiques, pervers, mélancoliques, narcissiques, ou paranoïaques. Ceux-ci ne sont pas indépendants du contexte dans lequel ils se développent. La scène violente en famille est une construction structurée. La personne victime émissaire est souvent un enfant, mais elle peut aussi être un adulte dans le réseau familial. Dans certaines familles confrontées à l’anomie, la confusion des générations, l’indifférenciation des statuts et des rôles tel que nous le montrons2, la violence destructrice se développe dans une dynamique de bouc émissaire, avec un processus particulier qui amène chaque membre du groupe à focaliser ses accès de violences extrêmes et de haine envers une seule et même personne que nous pouvons appeler la victime émissaire. Ce mécanisme joue le rôle de réconciliateur du groupe. Cette violence sacrificielle permet d’éradiquer la violence extrême, intra-subjective aux dépens de la victime émissaire.
Nos matériaux d’analyse s’appuient sur des situations rapportées par le prisme d’une clinique psycho-anthropologique. Les retombées possibles correspondent au développement d’une clinique éducative à instruire. Elles ouvrent aussi des perspectives de prévention, d’observation et d’intervention. Deux types de situations sont pris comme support : une de maltraitance, une de violence sexuelle en famille.

Le maltraité victime émissaire

  • 3 Gabel, M. (2005). La famille ped. VST - Vie sociale et traitements 2005/3 (no 87), pp.58-61.
  • 4 Bisson, D., De Schonen E. (1993). L’enfant derrière la porte. Paris : Grasset.
  • 5 Bisson, D., De Schonen E. (1993). Op.cit.
  • 6 Oughourlian, J-M (2008). Préface, in Girard R., Anorexie et désir mimétique. Paris : L’Herne.
  • 7 Gaillard, B. (2014). La fugue, un signifiant du lien familial en difficulté. Enfances&psy, n°62-201 (...)

2Nous trouvons ce processus de bouc émissaire dans les maltraitances intra-familiales comme le remarque aussi Gabel M.3. C’est le cas de David Bisson4 que nous allons développer ci-après. Témoignant de sa propre histoire, il a écrit dans le livre « L’enfant derrière la porte », celle d’un enfant non désiré, rejeté par sa mère puis martyrisé et enfermé par elle dans un placard. Pendant plusieurs années, il avait vécu enchaîné à un tuyau de la salle de bain, puis enfermé dans un placard. David Bisson raconte qu’il est resté huit ans hors de la vie, subissant des immobilisations forcées, contraint de supporter de véritables tortures (tête maintenue dans un bain d’eau glacée jusqu’à la suffocation, brûlures des mains au troisième degré). Il a été l’objet d’une mise à l’oubli presque complète. Il raconte : « Je ressentais une tristesse infinie. Le temps du placard était bien plus terrible, telle une nuit sans interruption, sans limites, avec le sentiment d’être oublié, abandonné du monde extérieur. [...] Elle m’oubliait au fond du cachot. Je n’existais pas. J’étais rayé. Je pouvais rester plusieurs jours sans manger et sans boire5 ». La différence de l’autre, ici celui d’être le fils d’une autre rencontre amoureuse, n’est que menace pour le lien amoureux de sa mère avec son beau-père. La différence de l’autre nous renvoie à l’énigme de son désir potentiel et à notre incertitude face à cette énigme. David représentait l’enfant non désiré par ce couple, l’enfant qui ne devait pas exister aussi parce qu’il représentait l’enfant d’une autre union que le mari actuel se refusait à penser. La relation amoureuse et sexuelle antérieure de la mère était impensable pour ce mari inquiet de la pérennité de ce lien. David représentait le mauvais, l’impur, la souffrance, les bons et mauvais côtés de toute relation. Une rivalité violente s’est instaurée entre père et beau-père, ce dernier dans un désir mimétique. Le développement psychique, affectif, familial et social de l’humain se situe originellement dans les dynamiques de rivalité mimétique. Nous pouvons ici reprendre les analyses de JM.Oughourlian pour qui « tout désir est rival et toute rivalité est désir6». David, figure de la différence menaçante, renvoie à ce mari sa toujours possible relation extra-conjugale ou son vécu de transgression ou la trahison d’un lien amoureux. Faire violence à David permet le renforcement du lien entre sa mère et son nouveau mari, et d’évincer en même temps David et son père de cette nouvelle configuration conjugale et familiale. Le bouc émissaire est comme un substitut gardé vivant représentant les caractéristiques négatives ou néfastes des autres membres de la famille, et permettant la relégation du père de David. Pour ce nouveau couple, il s’agit de mettre à distance ce porteur d’impureté, de concurrence potentielle. La violence du bouc émissaire, l’enfant David devenu tabou avec interdiction de la toucher, la souffrance de la victime émissaire permettent de rappeler en permanence à chacun ce qui serait le « délit » de naissance de David, sa dangerosité, sa faille originelle. La violence à l’encontre de la victime émissaire, pour perdurer, installe une représentation positive de l’ensemble du groupe famille, y compris chez le demi-frère de David qui garde le silence et est assigné à une place de complice de la mère. Le couple parental présente une bonne image de lui-même à l’extérieur de la famille. Les liens internes à cette famille sont traversés de sentiments ambivalents et antagoniques de bien-être ou de mal-être, de « traitance bonne » ou de maltraitance, de paix ou de menace, d’entrave ou de facilitation au développement de la personne. Le groupe familial pour survivre à la différence vécue comme violence et comme risque, a besoin du bouc émissaire. Pour apaiser les tensions de la famille et du couple amoureux, le mécanisme de bouc-émissaire isole l’élément vécu comme dangereux, l’enfermement dans un placard comme suppression physique dans l’espace familial corrobore la suppression psychique de l’existence de David. Il n’est plus mais le retour du refoulé est inévitablement à l’œuvre. Quelle issue reste-t-il à une victime émissaire pour survivre ? Plusieurs réponses sont possibles parmi lesquelles la maladie mentale, la sidération, la dépression, les troubles psychosomatiques, la fugue7, l’exil, l’identification à l’agresseur, la délinquance, le suicide.

L’œuvre du Tiers et de la Loi symbolique

  • 8 Archambault, J-C et Mormont, C. (1998). Déviances, délits et crimes, Paris : Masson.
  • 9 Oughourlian, JM. (2007). Genèse du désir, Paris : Carnets Nord.
  • 10 Laing, R.D. (1972). La Politique de la famille, Paris : Stock.
  • 11 Gaillard, B. (2017). Un bouc émissaire dans votre service ou votre famille, comment agir ? Mont-Sai (...)

3David ayant pu étonnamment s’échapper de cet enfermement dans le placard, la police saisie, la justice va pouvoir ré-instaurer le droit, ré-instaurer les valeurs de l’humain dans les relations familiales. L’œuvre de justice s’appuie sur le principe de l’intervention d’un tiers extérieur au groupe famille. Au travers de l’intervention d’institutions, elle ré-instaure le Tiers symbolique, la Loi dans les relations intra-familiales. Le Tiers éclipsé vient à nouveau s’imposer. La violence chaotique de la crise d’une famille close, soumise à la loi d’un seul, est endiguée par l’opérationnalisation d’interdits et de rites. Il impose à chacun la Loi, qui restitue à chacun une place d’existence et de développement personnel potentiel. Il contraint chacun à penser et interroger collectivement les règles de la relation entretenue avec les autres. Il amène chacun du groupe famille à se faire du souci pour chacun des membres, à pouvoir penser la souffrance des autres. C’est un Tiers symbolique qui représente l’extérieur de la famille, qui représente les institutions autres qui ne peuvent être absentes de tout lieu, même le plus intime comme la famille. L’introduction de ce Tiers qui était devenu absent a nécessairement des effets sur le fonctionnement de la famille. Celle-ci peut le vivre dans un premier temps comme destructeur. Il devient provisoirement dangereux dans cette famille puisqu’il va provoquer des réaménagements majeurs, une dynamique de crise du groupe familial, une crise de différenciation c’est-à-dire inverse de la crise d’indifférenciation présente dans la violence mimétique. La parole de la victime est toujours difficile à porter à l’extérieur de la famille car elle suppose une position subjective de la victime et implique une parole différenciatrice, c’est-à-dire de sortir d’un enfermement incestueux mis en acte ou fantasmé. La plainte en justice joue un rôle de facilitateur de réintroduction de la position subjective de la personne victime, expulsée de celle-ci par la mise en œuvre du processus incestueux. La victime peut à nouveau tenter d’advenir au statut social et affectif de personne, devenir un sujet identifié, reconnu, désiré et désirant dans un jeu relationnel institutionnalisé de personnes différentes. La plainte et son traitement permettent une renaissance, une ré-affiliation. Dans le cas de David, elle est même tentative de naissance pour sortir de ce monde familial indifférencié et mortifère.
Comprendre et intervenir sur la victime émissaire convoque cliniciens et autres intervenants dans le champ criminologique, psychocriminologique et judiciaire. Le victimaire renvoie aux facteurs complexes des phénomènes et vécus psychologiques conduisant à la situation et aux modes de résolution dont fait partie la scène judiciaire car toute atteinte physique ou psychologique à la personne humaine est de l’ordre du crime ou du délit. C.Mormont et JC Archambault8 parlent du délit comme « signe polysémique qui renvoie à celui qui l’a tracé, mais sans que l’on sache dans quelle mesure et en quoi il le révèle ». La clinique montre la pertinence de mettre en perspective dans une herméneutique de la situation, le mode opératoire, les injonctions latentes, les dimensions anthropologiques, symboliques, les vécus de l’auteur et de la victime. Les figures événementielles, les passages à l’acte correspondent à des écarts entre un état tensionnel du sujet à un moment donné de son parcours de vie, avec ses modes dynamiques habituels de régulation psychique submergés ponctuellement, et les modalités normées de relation à l’autre dans un groupe donné. A leur insu, la victime émissaire et les auteurs de violence envers le bouc émissaire participent d’une tentative de résolution de la violence du groupe. Penser les dispositifs de prise en charge d’une situation révélée de victime émissaire ne peut se faire que par la prise en compte de la structuration des éléments individuels et collectifs de la scène de violence et de son contexte socio-anthropologique. Les démêlés des acteurs de la scène émergent dans la clinique d’une recherche des points de rencontre de chacun des sujets avec ses deux axes dynamiques que sont la prise en compte de son rapport à la norme et au droit, c’est-à-dire de la place de chacun compte-tenu des rapports institutionnels, et de la prise en compte de l’autre ou de soi, de la consistance de l’autre ou de soi, de leur maintien ou de leur altération dans les relations nécessairement d’échange, c’est-à-dire de l’axe des relations d’altérité, de l’attention à l’autre, du care. Pour le premier axe, une question s’instruit en permanence pour les auteurs, c’est celle du maintien pérenne de l’atteinte destructrice à la victime émissaire pour mieux exister et faire exister le groupe dans la cohésion et la paix apparente. Pour le second axe, une question à se poser est celle d’analyser comment tout sujet peut modifier ou non les règles institutionnelles de l’échange social pour obtenir une meilleure place pour lui-même au sein de ce groupe expulsant le bouc émissaire.
L’une des caractéristiques de la figure du bouc émissaire est sa double face, son ambivalence éventuelle. Celle-ci se structure selon plusieurs principes : le manifeste/le latent, le rapport au symétrique, le rapport au contradictoire, l’actif/passif, violer/être violé, victime/coupable, l’être/le par-être. En même temps, l’émergence du bouc-émissaire dans un groupe ou en famille est à comprendre comme un processus interpsychique, interdividuel9 présentant plusieurs temporalités et dégageant plusieurs figures possibles. Tout au long du 20e siècle, les approches cliniques et thérapeutiques ont contribué à prendre en compte les dynamiques contextuelles, institutionnelles comme éléments favorisant l’existence de victimes. Pour Laing R.D., les thèses antipsychiatriques ont grandement influencé les thérapies familiales qui, sans totalement s’affranchir de la terminologie de l’hygiène mentale, abordent « la folie » sous l’angle de la victime émissaire, sorte de rôle de « fou du roi »10. Nous pourrions également le dire à propos des approches de la psychothérapie institutionnelle, et de celles liées à la théorie systémique : c’est l’exemple de l’article de P. Watzlawick et all. portant sur la désignation du bouc émissaire dans les familles pathologiques. L’approche clinique présentée par Bernard Gaillard11 permet de considérer le bouc émissaire dans une dimension pluri-axiale à quatre figures prototypiques. Celles-ci sont le rival, le chouchou, la différence étrange et menaçante, l’esseulé. La compréhension de chacune de ces figures in situ rend possible des interventions éducatives et/ou thérapeutiques ciblées, permet une intervention tierce comportant le rappel des interdits et de leur légitimation, la mise en œuvre de rites avec leur efficience, et le retour à un ordre institutionnel explicite et raisonné. La structuration de ces modalités, outre les effets d’apaisement chez les personnes concernées, à savoir victime émissaire, auteurs, témoins, autres membres du groupe, permet au clinicien, au professionnel de l’éducation d’agir dans une visée de prévention de l’anomie et du paroxysme de la violence.

L’agressé sexuellement victime émissaire

  • 12 Héritier, F., Cyrulnik B., Naouri A. (1994). De l’inceste. Paris : Odile Jacob.
  • 13 Héritier, F., Cyrulnik B., Naouri A. (1994). Op. cit.
  • 14 Girard, R. (1972). La violence et le sacré. Paris : Grasset.
  • 15 Gaillard, B. (2017). Op.cit.
  • 16 Gijseghem, H. (1975). L’inceste père-fille. Revue La vie médicale au Canada français, vol. 4, mars (...)
  • 17 Gijseghem, H. (1975). op. cit.

4Le processus du bouc émissaire se retrouve dans la clinique de la figure de certaines agressions sexuelles en famille, de l’inceste, inceste compris dans un sens large, qu’il soit, atteinte physique ou relationnelle. L’inceste correspond à des relations sexuelles prohibées entre parents très proches, y intégrant potentiellement les voisins et amis de la famille. Deux théories anthropologiques donnent des perspectives de compréhension du tabou de l’inceste. La première met l’accent sur les conséquences de cet acte et les risques auprès des structures sociales et familiales, tandis que la seconde utilisant les schèmes éthologistes, s’interroge sur les mécanismes à l’origine de l’exogamie. Dépassant l’approche de Lévi-Strauss sur la fonction sociale de la prohibition de l’inceste, F.Héritier12 a théorisé l’inceste en proposant « l’inceste du deuxième type » qui, dans sa forme paradigmatique, apparaît comme « la forme pure d’excès d’identique ». Elle affirme que « la prohibition de l’inceste n’est rien d’autre qu’une séparation du même, de l’identique… la recherche de l’inceste ne serait possible que dans une culture où ce cumul d’identique est recherché comme quelque chose de faste13». La relation sexuelle incestueuse vient s’opérer dans un contexte d’indifférenciation de l’univers familial. R.Girard avance que « l’inceste est violence, violence extrême et par conséquent destruction extrême de la différence, destruction de l’autre différence majeure au sein de la famille, la différence avec la mère14 ». L’inceste correspond ainsi à un état d’indifférenciation des personnes et de leurs positions au sein de la famille : ces personnes sont indifférenciées dans l’ordre de la filiation, dans l’ordre de la génération, dans l’ordre des liens hiérarchiques et éducatifs, confondant fille-femme, fille-amante, mère-grand-mère, père-ami, père-sœur de son épouse… Cette figure a comme caractéristiques d’avoir un cadre intimiste de la scène familiale, la réitération des actes, la scotomisation par les autres de la scène de la dimension criminelle, ou à tout le moins d’atteinte grave à l’intégrité et l’identité de la victime, le déni de la souffrance de la victime avant la révélation du phénomène, une fascination première envers l’auteur comme quelqu’un d’attentionné et de vigilant envers la victime qui ne se dit pas comme victime, dans la dynamique objectale, un bénéfice psychologique objectal tiré par les deux parties de la situation maltraitante, une dynamique identitaire problématique de l’auteur. L’enjeu de la modernité traverse les processus du bouc émissaire et de ses phénoménalités. Cette modernité intègre les évolutions sociétales, juridiques et institutionnelles servant de cadre aux émergences et à la pérennisation des possibles de bouc émissaire et de son traitement. En Occident, des évolutions majeures sont apparues récemment sur les fonctionnements, sur le statut anthropologique et juridique de la famille maintenant élargie ou nucléaire, de la conjugalité, des relations interpersonnelles notamment pour ces dernières avec la forte pression sociale et médiatique autour de la parité, des actes d’atteintes sexuelles y compris entre mineurs, des situations de discrimination ou de harcèlement dans les entreprises et les espaces publics. De plus, la modernité nous conduit à intégrer les nouvelles modalités d’interaction entre les personnes avec la généralisation du numérique, la facilitation des déplacements, la facilitation des communications, le développement des mobilités individuelles.
La situation clinique évoquée ci-après est singulière. Les matériaux recueillis l’ont été dans le cadre d’entretiens cliniques d’expertise judiciaire réalisés par nous-même. Elle ne résume pas l’ensemble des situations de victime émissaire mais elle en profile certaines caractéristiques et permet d’envisager, a posteriori, les inclinaisons judiciaires, éducatives et thérapeutiques qui auraient pu être engagées. En effet, nous prenons cette situation à un temps éloigné de l’événement ayant amené la connaissance de la situation de victime émissaire. Celle-ci a été connue lors d’expertises psychologiques dans le cadre de viol sur mineur. Lors de la reconstitution de son parcours psycho-bio-scopique, l’auteur de viol que nous appelons Pierre apparaît avoir vécu douloureusement une position de victime émissaire avec la figure de l’esseulé15.
Cinquième enfant d’une fratrie de quatorze, Pierre en évoquant son enfance, insiste beaucoup sur les contraintes éducatives sévères, sur la dureté de l’éducation reçue avec absence de jeux et de plaisirs d’enfants, l’absence de chaleur humaine dans ses relations avec ses parents et sa fratrie. Il ne peut rien dire de sa fratrie comme si celle-ci était scotomisée. Pierre évoque avec grande distance son enfance, mettant uniquement en exergue les valeurs soutenues fermement par son père : celle du travail et de l’apprentissage professionnel essentiel pour la réussite future d’un jeune. L’éducation reçue de ses parents est caractérisée par sa rudesse. Dans une vision de l’éducation des enfants, Pierre estime que la valeur de l’éducation ne se reconnaît pas dans les moments de tendresse hypothétique qu’il ne peut nullement évoquer pour lui-même, mais au travers de deux critères : la rigueur et l’importance du temps d’enfant consacré au travail. L’idée constamment soutenue par ses parents est qu’il est essentiel pour un jeune de travailler beaucoup avec méthode et ténacité. Pierre décrit son père, seule figure de son enfance ayant une tonalité positive, comme travailleur, violent, distant affectivement et rude dans l’éducation. Il remarque que son père entretenait peu de relations avec sa mère et les autres enfants. Il ne peut évoquer aucune figure d’attachement dans l’enfance autre que son père. Il évoque sa mère comme quelqu’un qui se consacre exclusivement à s’occuper de ses nombreux enfants et des travaux de l’entreprise. Pierre souligne qu’il vivait dans la solitude, avec le sentiment d’avoir été exclu du cercle familial, surtout exclu du groupe constitué de sa mère et de tous les autres enfants de sa fratrie. Il se dit en conflit ouvert avec sa mère, avec sa fratrie, et notamment l’un d’entre eux qui a succédé au père dans l’entreprise familiale.
Pierre est incapable de se souvenir du temps passé à l’école, ni de ses enseignants, ni des autres élèves. Il n’a conservé aucun ami d’école ; il évoque plutôt sa solitude à l’école. Il était peu inclus aux jeux des autres de l’école, jeux qu’il trouvait inintéressants. Pierre montre une double carence affective envers son père et sa mère, et exprime un vécu d’abandon. Il a quitté son milieu familial très tôt. Dans une approche de réassurance, il ne cesse de rationaliser son histoire par les aspects nécessairement utilitaires, économiques, par ses rapports distants aux différentes personnes de son entourage familial. N’ayant jamais eu le sentiment d’être reconnu pour ses propres qualités par ses parents, il essaie sans cesse de combler cette absence par un investissement qu’il dit effréné au travail. Cet investissement rationnalisé dans le travail lui permet de combattre un fort sentiment de dévalorisation. Il estime ne pas valoir d’être aimé. Construit sur les bases d’une identité négative, c’est-à-dire comme sans aucune valeur reconnue par les autres, un processus d’assignation à une place de victime émissaire s’est enclenché et développé dans plusieurs espaces sociaux de sa vie. Pierre et son père étaient isolés chacun dans leur famille. Nous retrouvons ici une situation que Gijseghem H.16 a remarqué dans une famille incestueuse ; il donne cet exemple : « Mon père et moi nous avons toujours été les boucs émissaires de la famille... les êtres rejetés se cherchent et se trouvent17». Des tensions intra-familiales dont il peut se souvenir, il n’y a que des rumeurs sur des relations extra conjugales de son père. Mais Pierre attribue ces rumeurs, entretenues aussi par sa fratrie, à une intervention machiavélique de sa mère, à la jalousie de celle-ci. Son père était la seule figure d’enfance pouvant soutenir un processus identificatoire, mais dans une identité négative. La mère était évoquée comme obstacle au processus identificatoire au père. Cela est allé jusqu’à l’amener à être absent à l’inhumation de son père, ni sa mère ni les autres de la fratrie ne l’ayant informé. Il ne peut faire le deuil de son père. Cet empêchement lui signifie également qu’il n’a aucun deuil à faire pour qui que ce soit dans la famille puisqu’il en avait été éloigné. La désignation de Pierre comme victime émissaire est dépendante de productions inconscientes de peurs traversant la famille, peurs qui s’appuient sur des représentations erronées et sur les figures ancestrales circulant au sein de la famille de manière transgénérationnelle.
Carencé affectivement, porté par un vécu d’abandon et d’exclusion, vivant une position de grande solitude dans la famille et à l’école du village, Pierre n’a pu se construire que par un processus de clivage de sa personnalité. Il met en avant les valeurs économiques et réprime tout ce qui est pulsionnel et toute affectivité. Cette répression de l’affectivité se retrouve à nouveau quand il évoque très difficilement sa vie amoureuse, notamment avec sa concubine éphémère. Il explique la rupture brutale d’avec sa concubine comme une nouvelle fois victime de la manipulation de sa mère avec le soutien de sa fratrie. Ces deux femmes se seraient alliées contre lui. Pierre nie toute responsabilité dans cette rupture. Pierre ne témoigne pas d’un désir d’enfant, et réprime toute dimension fantasmatique, toute émotion, préférant le repli dans un espace de solitude. Il ne peut s’engager durablement dans une relation affective ; son histoire témoigne des impossibles et des impensables pour lui. Il est empêché de construire des relations au sein d’un groupe, les remarques des autres deviennent atteinte narcissique insupportable pour lui-même et le conduit à une rupture définitive de liens. Le regard et les paroles de l’autre sont toujours vécus comme un risque pour une reconnaissance positive de ce qu’il est. Pierre se dit un grand déçu de la relation humaine. Il se dit victime des autres qu’il décrit comme des « profiteurs ». C’est également avec un sentiment de déception et de victime qu’il parle de sa vie professionnelle. Il pense n’avoir jamais pu être pleinement reconnu dans ses qualités. Ses changements d’entreprise sont toujours expliqués comme conséquences des mauvaises intentions des autres. Il affirme être toujours victime de la situation de l’entreprise ou de l’environnement, victimes des relations impossibles. Mettant à distance l’affectif, le convivial, Pierre échoue également dans ses tentatives de réussite personnelle par le travail.

Une clinique psychologique et éducative à mettre en œuvre

5Les affaires de tentative de viol, d’agression et d’atteinte sexuelles pour lesquelles il est accusé, sont insupportables à envisager pour lui, car elles mettent au grand jour la faillite de ses mécanismes psychiques de défense, le clivage, la mise à distance affective, le déni. Pierre invoque le complot, la manipulation des autres, des voisins et parents des enfants victimes. Dans son ambivalence, Pierre peut à la fois tout dénier, parler de mensonges, et se laisser par moment aller à s’interroger « je ne sais pas ce qui m’est arrivé », c’est-à-dire reconnaître les faits. La personnalité paranoïaque de Pierre se traduit par les quelques traits suivants : psychorigidité se traduisant par la froideur, l’entêtement, la rigidité des raisonnements qui sont récurrents, le manichéisme, la pensée monolithique, la surestimation de soi, la susceptibilité, la rancœur envers certaines personnes ou structures administratives, l’orgueil, le sentiment d’être incompris, l’intolérance et l’hostilité envers les autres, des interprétations faisant allusion au complot, une absence complète d’autocritique, des troubles de la relation sociale avec des conflits (avec sa fratrie, sa mère, ses lieux de travail), des intransigeances, un sentiment de persécution. Isolé, sans liens affectifs, il construit sa réalité à distance des autres groupes. Les actes d’agression sexuelle dont il est l’auteur sont une tentative pour Pierre de compenser son isolement affectif. Ne mesurant pas la gravité de ses actes ni leurs effets, il n’exprime aucune honte ni culpabilité. La commission des actes criminels par la victime émissaire agit comme renforcement, chez les autres de sa famille, de l’élaboration de la place du bouc émissaire.
Un nécessaire travail psychologique portant sur la responsabilité est à engager. Ce travail psychologique et éducatif aurait pu être engagé dès l’enfance de Pierre. Une thérapie familiale engagée très tôt, dès la naissance du second enfant de la fratrie, aurait pu mettre en œuvre les réaménagements nécessaires dans le fonctionnement inconscient de la famille et dépasser les peurs latentes portées par des représentations erronées et des figures ancestrales. Ces peurs produisent le bouc émissaire pour apaiser le reste du groupe. Un autre travail pouvait se faire sur le champ éducatif. Que ce soit en milieu scolaire ou en milieu du travail, l’intervention d’un clinicien, d’un éducateur pouvait porter sur l’analyse des expériences de relations humaines, des expériences de vie de groupe portées par les objets de la scolarité, du travail. Ce travail éducatif soutient les interrogations sur les modalités d’attention à l’autre, les modalités de partage et de solidarité, les modalités de régulation au sein d’un groupe. Cette dimension éducative se soutient sur du long terme dans une confrontation avec les différents milieux de vie du sujet, les différentes expériences de relations sociales. L’absence de repérage des difficultés relationnelles dans la famille et à l’école montre la nécessité d’une présence épisodique de tiers observateurs dans les différents milieux. Nous pouvons penser que travail éducatif et travail psychologique auraient réduit la probabilité pour Pierre de commettre ses crimes.

Conclusion

  • 18 De Becker, E. (2017). La question de la loi dans les thérapies d’enfants maltraités, in Psychothéra (...)

6La victime émissaire dans une famille est l’effet de constructions inconscientes élaborées sur un plan phylogénétique, d’une famille et d’une société en évolution, et sur le plan de l’actualité d’un groupe confronté à des difficultés conjoncturelles à résoudre au plus tôt. Les difficultés de résolution conduisent à faire porter les insuffisances par l’un des membres de la famille. La victime émissaire représente un impossible et un impensable du groupe, mais en contre-dépendance, l’offre d’un dépassement, celui du maintien d’une cohésion de la quasi-totalité du groupe. Cependant, la souffrance de la victime émissaire ne peut laisser les professionnels de l’éducation, du soin, de la prise en charge et accompagnements inactifs dans une approche globale. La victime émissaire joue sa fonction tant que les autres du groupe peuvent, consciemment, publiquement ou non, attribuer à celle-ci toutes les responsabilités de défaillances, tous les dangers, toutes les caractéristiques négatives d’une situation ponctuelle ou durable. Mais pour réguler le lien social et éradiquer la position de victime, il ne s’agit pas de mettre en place une police toute puissante des familles ou de la relation. Maltraitances et fonction de victime émissaire construisent du traumatisme chez le sujet. Nous pouvons rappeler que « le destin du traumatisme dépend du travail d’élaboration qui porte sur la lutte inconsciente qui se joue entre le désir de vie du sujet et celui de s’abandonner à l’anéantissement18 ». L’œuvre thérapeutique contribuer à permettre au sujet de se réhabiliter, de réintégrer les communautés humaines dans une approche bienveillante, protectrice et non destructrice. La prévention et des dispositifs de vigilance appropriés sont cependant à renforcer dans les espaces sociaux et les lieux éducatifs car ils peuvent s’avérer efficaces pour éviter les effets les plus nocifs du développement de ce processus de victime émissaire. Ceci peut se faire par l’intervention tierce extérieure avec des professionnels formés à l’écoute de l’autre, au care et à la compréhension des phénomènes de groupe. La fonction différenciatrice du tiers dans tous les secteurs de l’expérience humaine est essentielle pour réguler les phénomènes conflictuels dans les groupes et éviter l’apparition d’une violence destructrice, éviter sa transmission inconsciente d’une génération à l’autre. L’enjeu de la modernité ne devient-il pas le renforcement de l’approche éthique et celui de la réflexion affirmée sur les droits et la liberté de la personne humaine ?

Haut de page

Bibliographie

Archambault, J-C. et Mormont, C. (1998). Déviances, délits et crimes. Paris : Masson.

Bisson, D. et De Schonen, E. (1993). L’enfant derrière la porte. Paris : Grasset.

Chagnon, J-Y. (2004). À propos des aménagements narcissico-pervers chez certains auteurs d’agressions sexuelles. Psychologie clinique et projective 2004/1 n° 10, pp. 147-186.

Danniau, S. et Meynckens-Fourez, M. (2015). Bouc émissaire dans les institutions : pistes pour sortir de ce positionnement. Thérapie Familiale 2015/4 vol. 36.

De Becker, E. (2017). La question de la loi dans les thérapies d’enfants maltraités. Psychothérapies 2017/2 (Vol. 37) pp. 103-112.

Gabel, M. (2005). La famille ped. VST - Vie sociale et traitements 2005/3 n° 87, pp. 58-61.

Gaillard, B. (2005). Les violences en milieu scolaire et éducatif ; connaître, prévenir, intervenir. Rennes : PUR.

Gaillard, B. (2007). La médiation, Théories et pratiques. Paris : L’Harmattan.

Gaillard, B. (2017). Un bouc émissaire dans votre service ou votre famille, comment agir ? Mont-Saint-Aignan : PURH. bernard.gaillard1@aliceadsl.fr

Gaillard, B. (2014). Violences institutionnelles, analyse et interventions. Nîmes : Champ social.

Gaillard, B. (2014). La fugue, un signifiant du lien familial en difficulté. Enfances&psy, n° 62-2014, pp. 189-197.

Garnier, A. (2016). Décorporéité du bouc émissaire apsychique, désolé et désocialisé. Paris : L’Harmattan.

Gijseghem, H. (1975). L’inceste père-fille. Revue La vie médicale au Canada français, vol. 4, mars 1975, pp. 263-271.

Girard, R. (1972). La violence et le sacré. Paris : Grasset.

Girard, R. (2008). Anorexie et désir mimétique. Paris : L’Herne.

Grivois, H. (2007). Parler avec les fous. Paris : Les empêcheurs de tourner en rond.

Héritier, F., Cyrulnik, B., Naouri, A. (1994). De l’inceste. Paris : Odile Jacob.

Laing, R.D. (1972). La Politique de la famille. Paris : Stock.

Martinez, ML. (2002). L’émergence de la personne. Paris : L’Harmattan.

Oughourlian, JM. (2007). Genèse du désir. Paris : Carnets Nord.

Szabo, D. (1967). Criminologie. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

Haut de page

Notes

1 Szabo, D. (1967). Criminologie. Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal, p.298.

2 Gaillard, B. (2017). Un bouc émissaire dans votre service ou votre famille, comment agir ? Mont-Saint-Aignan : PURH.

3 Gabel, M. (2005). La famille ped. VST - Vie sociale et traitements 2005/3 (no 87), pp.58-61.

4 Bisson, D., De Schonen E. (1993). L’enfant derrière la porte. Paris : Grasset.

5 Bisson, D., De Schonen E. (1993). Op.cit.

6 Oughourlian, J-M (2008). Préface, in Girard R., Anorexie et désir mimétique. Paris : L’Herne.

7 Gaillard, B. (2014). La fugue, un signifiant du lien familial en difficulté. Enfances&psy, n°62-2014, pp.189-197.

8 Archambault, J-C et Mormont, C. (1998). Déviances, délits et crimes, Paris : Masson.

9 Oughourlian, JM. (2007). Genèse du désir, Paris : Carnets Nord.

10 Laing, R.D. (1972). La Politique de la famille, Paris : Stock.

11 Gaillard, B. (2017). Un bouc émissaire dans votre service ou votre famille, comment agir ? Mont-Saint-Aignan : PURH.

12 Héritier, F., Cyrulnik B., Naouri A. (1994). De l’inceste. Paris : Odile Jacob.

13 Héritier, F., Cyrulnik B., Naouri A. (1994). Op. cit.

14 Girard, R. (1972). La violence et le sacré. Paris : Grasset.

15 Gaillard, B. (2017). Op.cit.

16 Gijseghem, H. (1975). L’inceste père-fille. Revue La vie médicale au Canada français, vol. 4, mars 1975, pp.263-271.

17 Gijseghem, H. (1975). op. cit.

18 De Becker, E. (2017). La question de la loi dans les thérapies d’enfants maltraités, in Psychothérapies, 2017/2 (Vol. 37) pp. 103 - 112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gaillard, « Clinique de la victime émissaire en famille. », Recherches & éducations [En ligne], 20 | octobre 2019, mis en ligne le , consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/7733

Haut de page

Auteur

Bernard Gaillard

Université Rennes2, EA 4050

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals