Navigation – Plan du site

Bernadette Fleury, Michel Fabre (2017). Peut-on enseigner autrement ? Une expérience de formation d’enseignants

Henri Louis Go
Référence(s) :

Peut-on enseigner autrement ? Une expérience de formation d’enseignants
Bernadette Fleury
Michel Fabre
2017
Paris : L’Harmattan, 230 p.

Texte intégral

  • 1 Qui connaît encore le père Girard, le pasteur Oberlin, Pestalozzi, et tous les pédagogues du XXe si (...)

1Dans un livre qui se présente comme leur testament pédagogique, la thèse polémique de Bernadette Fleury et de Michel Fabre est celle-ci : il est possible d’amener des enseignants à changer leurs pratiques pédagogiques. Polémique, car sous les auspices d’une référence au Bachelard de La formation de l’esprit scientifique (p. 19) on s’attendrait d’emblée à l’idée inverse : « je n’ai jamais vu un éducateur changer de méthode d’éducation ». Or, selon les deux auteurs  proches en cela de la position d’un Stanley Cavell  c’est l’existence même qui est formation.
Comment les auteurs en sont-ils venus à s’intéresser à la question des changements par la formation et à ce que l’on peut appeler une « pédagogie du problème » ? C’est ce qu’ils expliquent dans une première partie de leur ouvrage (pp. 15-52). Toute la deuxième partie de cet opus (pp. 95-130) est consacrée à l’analyse de deux corpus emblématiques de la façon dont s’incarne dans des programmes officiels l’idée de problématisation. Enfin dans une troisième partie (pp. 131-212), les auteurs s’appuient sur le cadre théorique de la psychanalyse de la connaissance pour analyser les conditions de possibilité d’une évolution des pratiques pédagogiques des enseignants « de bonne volonté » en formation continue.
Tout au long du livre, le propos se situe dans une double perspective : « une perspective normative : qu’est-ce qu’une véritable pédagogie du problème ? Et une perspective descriptive : comment analyser les pratiques en termes de problématisation ? » (p. 58). Ces perspectives, et ces questions, sont outillées de façon très solide au plan théorique par les auteurs qui sont des spécialistes de la problématologie, et réfléchissent avec ce que Fabre a appelé le paradigme de la problématisation  selon lequel apprendre a forcément quelque chose à voir avec penser.
C’est pourquoi l’appui sur la psychanalyse de la connaissance s’avère intéressant au plus haut point, dans une époque où l’on a sans doute un peu trop oublié l’œuvre majeure de Bachelard et son utilité pour ce qui concerne la formation de l’esprit dans ses relations au monde. Il s’agit en effet de prendre au sérieux le rapport d’un sujet au savoir qu’il est en train d’apprendre ou de produire ; mais également le rapport à soi du sujet en ce que le cognitif est mêlé à de l’affectif ; en outre, l’épaisseur psychologique des représentations doit être articulée à des normes épistémologiques, à l’aide d’un référentiel typologique ; tout ce travail, enfin, produit un procès cathartique dans la vie de l’esprit. L’apprentissage, au final, doit être vu comme une série de continuités et de ruptures, « en mettant au premier plan l’idée d’obstacle » (p. 56) qui peut désigner des situations de résistance intellectuelle, c’est-à-dire de fixation sur une idée ou sur une habitude mentale. Ainsi, ce qui rend l’enseignement ou la formation difficiles, ce n’est pas ce que les personnes ignorent mais c’est ce qu’elles pensent savoir. D’où la centration des auteurs sur la longue marche qui peut conduire les enseignants eux-mêmes vers une pédagogie du problème, en s’efforçant de cerner, par des études empiriques, les obstacles susceptibles de bloquer leurs avancées : en effet, « apprendre, c’est désapprendre et réapprendre » (p. 71).
L’idée maîtresse du livre est de promouvoir une démarche de connaissance : tout prétendu savoir doit d’abord être questionné, et « problématiser c’est bien souvent contredire une pensée première qui croit savoir ou savoir-faire » (p. 69). Cette démarche dynamique est essentielle en formation des enseignants, puisque l’on a affaire à des personnes qui savent déjà beaucoup de choses. L’invitation à la question est donc un luxe nécessaire qu’il faut s’autoriser en formation, et si analyser la pratique suppose de la concevoir comme une solution ayant été choisie, la voie royale pour l’analyser est de « remonter à la problématique qui la fonde » (p. 63).
Ce qui entrave souvent l’action des enseignants, c’est leur croyance selon laquelle il manque des connaissances aux élèves. Les auteurs s’attaquent à cette croyance à partir d’une lucidité assez semblable à celle d’un MacDermott (1976) médité par Bernard Sarrazy : Kids make sense. Les élèves ne sont pas en manque de connaissance, ils produisent du sens en fonction de l’état de leur expérience. L’enseignant le comprendra d’autant mieux qu’il aura lui-même procédé à son auto-analyse, en interrogeant son épistémologie pratique. Pour y parvenir, l’ouvrage propose une démarche d’analyse de pratiques professionnelles (pp. 79-93) dont « la méthodologie a été progressivement mise au point dans une confrontation permanente entre ces référents théoriques et les incidents critiques qui ont émaillé les premières expériences d’analyse de pratiques » (p. 79), dont des exemples précis sont donnés au chapitre XI du livre (pp. 195-212).
Grâce à son appui sur une confrontation entre les ambiguïtés des programmes officiels, les petits arrangements des manuels scolaires et leurs mises en œuvre pédagogiques, nous voyons à quel point il s’avère difficile de produire en classe des activités de problématisation. Le cas de l’enseignement du développement durable qui développerait des activités de problématisation permet de comprendre toute l’importance d’une démarche de psychanalyse de la connaissance (pp. 117-130), qui « s’attache à analyser les tensions, les contradictions, les résistances au changement propres aux enseignants qui affichent pourtant leur volonté de de se distancier de la pédagogie traditionnelle » (p. 133).
Pour cela, les auteurs livrent une intéressante étude empirique consistant notamment à dresser un “portrait pédagogique“ portant sur « le rapport de l’enseignant à la pédagogie » (p. 134). Car la question de savoir comment faire accéder les enseignants à la problématique du pédagogique est bien l’enjeu du livre. Cette question nous importe d’autant plus qu’aujourd’hui l’enseignement de l’histoire des grands courants pédagogiques1 a tout à fait disparu de la formation universitaire et professionnelle. Ainsi, les enseignants auront à s’engager dans un travail cathartique passant par une véritable prise de conscience s’ils veulent vaincre les obstacles épistémologiques bloquant leurs pratiques, et accéder enfin réellement aux conditions du problème. La morale convaincante de l’ouvrage est que la problématisation dans l’activité d’apprentissage des élèves passe donc par une problématisation de l’activité d’enseignement du professeur, qui nécessite une problématisation de l’activité de formation.
En prolongement des passionnantes questions que soulèvent Bernadette Fleury et Michel Fabre, dans la mesure même où ils se réfèrent au champ psychanalytique, il serait intéressant de réfléchir sur la distinction que l’on peut faire entre enseigner, qui est du côté de la maîtrise, et éduquer, qui est du côté de ce qui échappe, c’est-à-dire plus radicalement inscrit dans les contraintes de l’inconscient. La question d’une pédagogie psychanalytique, évoquée par Bachelard ainsi que le signalent les auteurs (p. 72), a beaucoup intéressé les analystes depuis Ferenczi en particulier dans l’entre-deux-Guerres. Mais le syntagme désigne probablement une illusion de maîtrise, dans le domaine de ce que Freud qualifia, ne serait-ce que par boutade, l’impossible. Il en reste qu’éduquer nous impose un renoncement à la maîtrise de ce que pourtant nous tentons.

Haut de page

Notes

1 Qui connaît encore le père Girard, le pasteur Oberlin, Pestalozzi, et tous les pédagogues du XXe siècle jusqu'à Élise et Célestin Freinet ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Louis Go, « Bernadette Fleury, Michel Fabre (2017). Peut-on enseigner autrement ? Une expérience de formation d’enseignants », Recherches & éducations [En ligne],  | 2019, mis en ligne le , consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/7965

Haut de page

Auteur

Henri Louis Go

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals