Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations21EDITORIALEditorial

Texte intégral

1« La laïcité est devenue une question de vie et de mort, au sens propre. Elle constitue, et ce n’est pas un hasard, la question cruciale de la démocratie. Même si nous l’avions oublié, en croyant que la laïcité était un acquis définitif », déclare l’un des contributeurs de la revue Le Débat (n° 185, p. 95) à propos des attentats de janvier 2015. Si le propos, au-delà de la caractérisation a posteriori de l’événement, mérite d’être discuté, il témoigne sans doute de l’acuité tragique qui est associée aujourd’hui au principe de laïcité, et des mutations en cours dans l’approche du concept, de sa polysémie et de son intelligibilité. Il ouvre par la même occasion sur les crispations que cet état de fait ne manque pas d’engendrer en retour.
Dans cette même période, il y a un lieu qui a été particulièrement réinvesti par la mission fondamentale de former à la laïcité et aux valeurs de la République, avec l’objectif très clair de pallier les insuffisances ou reculs supposés du terrain en la matière : l’école. Quelques jours après les attentats, la ministre de l’Education nationale, dans la foulée de l’intervention solennelle du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, annonçait le 22 janvier 2015, comme la première de ses « onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République », la nécessité de « renforcer la transmission des valeurs de la République » pour « mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation de l’école ».
Ce dossier s’attache à interroger et documenter ce réinvestissement de la laïcité comme question primordiale d’éducation, de formation et de pédagogie, et la pertinence de cette évolution comme son caractère discutable. Dans ce but, la réflexion s’inscrit dans un cadre plus large, celui des fractures françaises, pour tenter de comprendre comment la laïcité, de principe politique fédérateur, peut, selon les circonstances et les usages, se muer en analyseur des clivages les plus profonds de notre société. En cela, ce dossier s’inscrit dans le cadre ouvert par une autre de ces mesures, la dixième, pour mieux comprendre, par retour réflexif, ce que nous sommes toujours en train de vivre : « mobiliser l’Enseignement supérieur et la Recherche pour éclairer la société dans son ensemble sur les fractures qui la traversent et sur les facteurs de radicalisation ».
La problématique de la radicalisation a certes été fortement interrogée depuis 2015. Elle était au cœur de l’urgence première. Mais la compréhension plus précise des fractures, complexes, qui traversent notre société et ne se limitent pas au fait de la radicalisation, mérite d’être très fortement approfondie. La question de la jeunesse et de son éducation est en effet placée au premier plan des réponses politiques à la crise de 2015, à partir d’une grille de lecture interprétant la fracture sociale des années 90 comme une fracture également démocratique, culturelle, morale, voire spirituelle, qui se décline en autant de maux frappant d’abord les jeunes, où l’on retrouve processus de radicalisation, jihadisme, antisémitisme et complotisme.
L’hypothèse d’une requalification pédagogique des fractures françaises est ici mise à l’épreuve à travers l’analyse critique de plusieurs dispositifs auxquels s’intéressent les recherches pluridisciplinaires en éducation dans le contexte national sur lequel se focalise le dossier : enseignement moral et civique, enseignement des faits religieux, mobilisation de l’École, mobilisation des « partenaires de l’école », formation des enseignants, création des référents laïcité (Éducation nationale, ESPE, PJJ, Préfecture, Justice), charte de la laïcité, mobilisation contre le racisme et l’antisémitisme, prévention de la radicalisation, du complotisme, etc.
Il apparaît ainsi au cours de ces articles une première amorce de fil directeur, qui pourra sans doute être ultérieurement à nouveau creusée par d’autres recherches : la fracturation ne concerne pas tant l’appréhension de l’école républicaine laïque dans son rôle primordial de formation du citoyen, et notamment de transmission du principe de laïcité, qui se trouve reconfirmé de manière récurrente, que l’émergence dans la communauté éducative d’une importante capacité de réinterrogation incessante des modalités de mise en œuvre de cette finalité, tant du point de vue empirique que du point de vue conceptuel. Sans toutefois conduire au sentiment d’être démuni face au principe fondamental de l’école républicaine, la difficulté de faire explicitement culture commune, dans le premier comme dans le second degré, dans la formation initiale comme continue, se pose intensément et témoigne notamment d’une perte d’évidence des repères en milieu scolaire, et de la nécessité de refaçonner, de mettre à l’œuvre à nouveau les conditions de possibilité de cette forme de vie laïque commune que garantit l’école.
Face à des usages, des instrumentalisations ou des mises en cause de la laïcité qui ont divisé, et qui rappellent le chantier complexe que constitue l’appropriation collective effective d’un principe commun, au-delà des dispositifs juridiques qui permettent d’en cerner globalement les conditions d’application concrète, il s‘agit donc de retrouver un langage qui unit. Dans cette perspective, l’urgente priorité, que la recherche poursuit en lien direct avec les attentes sociales, est de revenir au cœur du terrain, pris dans sa complexité, et d’examiner rigoureusement les tensions et les mutations qui émergent dans l’espace de la classe, de l’établissement, au plus près du corps enseignant, des partenaires de l’école, de la formation et de l’institution scolaire elle-même, aussi bien celles qui peuvent relever de malentendus sur la question et qui doivent donner lieu à des régulations collectives basées sur une approche déontologique et un souci éthique, que celles qui relèvent d’une ligne de fracture plus profonde.
Il y a donc un intérêt spéculatif, mais également éminemment pratique, à revenir sur la conflictualité du sens et des interprétations qui est donné à ce concept de laïcité, et notamment à la manière dont elle peut déterminer en partie les fractures inhérentes aux pratiques. Dans cette perspective, rappelons que les sciences humaines et sociales ne se préoccupent pas de produire des normes morales ou sociales, encore moins un catéchisme aussi républicain soit-il. Ce n’est pas là simplement le mot de Condorcet, refusant tous les catéchismes d’où qu’ils proviennent, qui compte en ce domaine et qui doit animer la démarche scientifique. À la suite de Spinoza, il s’agit surtout ici de s’efforcer de comprendre, plutôt que de rire ou maudire. L’importance des polémiques qui ne cessent d’envahir le débat public et d’introduire des tensions dans l’approche du principe de laïcité oblige à être clair sur l’enjeu crucial qui consiste à interroger, à analyser, à comprendre les choses telles qu’elles sont et non telles qu’on voudrait qu’elles soient.
Dès lors, l’enjeu majeur reste les conditions de possibilité de la constitution et du partage de l’esprit critique, seul à même de faire des concitoyens non des sujets dociles d’une communauté en voie de fracturation, mais bien des citoyens autonomes et solidaires, capables de discuter les conditions mêmes de leur forme de vie collective afin d’en mettre à l’épreuve la pérennité. Pacifier la société par l’échange rationnel, si tel ne cesse au fond d’être le leitmotiv qui revient toujours sur le devant de la scène républicaine, n’est-ce pas toujours déjà le résultat d’une tentative de réduire l’écart entre les principes de la république et la réalité de leur mise en œuvre ?

2Que soit remerciés ici toutes celles et ceux qui ont rendu possible ce numéro, en premier lieu les auteurs et la structure de recherche qui ont accompagné le travail – l’EA 4574 SPH (Bordeaux) – ainsi que l’ensemble des experts qui ont évalué les articles : Alexandre Chévremont, Guy Coq, Jean-François Dupeyron, Benoît Falaize, Laurent Husson, Florence Legendre, Christian Martinez-Perez, Pierre Ognier, Alain Policar, Stéphanie Péraud-Puigségur, André Robert, Patrice Rolland, Frédéric Roux, Mathias Roux, Nicolas Sembel, Pierre-André Taguieff, Pascal Wagner-Egger, Paul Zawadzki et Valentine Zuber.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle de Mecquenem et Christophe Miqueu, « Editorial », Recherches & éducations [En ligne], 21 | Février 2020, mis en ligne le , consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.8114

Haut de page

Auteurs

Isabelle de Mecquenem

Professeur agrégé de philosophie
Chargée de mission laïcité de l'Université de Reims et de l'INSPÉ de
l'académie de Champagne Ardenne
Membre du Conseil des sages de la laïcité du ministère de l'éducation
nationale

Christophe Miqueu

Maître de conférences HDR en philosophie
Université de Bordeaux (Inspe - SPH)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search