Navigation – Plan du site
Dossier
Les fractures telles qu'elles émergent du terrain: représentations d'acteurs

Un triangle impossible ? Les syndicats enseignants, la laïcité scolaire et l’islam en France, 1968-2004 

Ismail Ferhat

Résumés

Le syndicalisme enseignant (entendu ici comme l’ensemble des syndicats d’enseignants du secteur scolaire public) est historiquement en France l’un des champs organisationnels les plus en faveur de la laïcité scolaire. L’attachement revendiqué à cette valeur a constitué un des rares points de ralliement de ce champ par ailleurs divisé. Cette situation a cependant connu des changements de 1968 à la loi du 15 mars 2004. Durant cette période, une mutation décisive a eu lieu pour la laïcité scolaire, appréhendée de manière croissante par le biais de l’islam (entendu comme l’ensemble des populations et des pratiques s’en réclamant). Cette montée de la question musulmane n’est pas allée sans créer de forts débats et tensions au sein du syndicalisme enseignant. La manière d’appréhender cette mutation a tout à la fois fragmenté et modifié le rapport à la laïcité scolaire de ce secteur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lorcerie, F. (Ed.). (2005). La politisation du voile en France, en Europe et dans le monde arabe. P (...)
  • 2 Sur le syndicalisme de l’enseignement privé, cf. Poucet, B. (2012). L’enseignement privé en France. (...)
  • 3 Les archives utilisées ont été consultées aux archives de la CFDT, aux Archives nationales du monde (...)

1Les débats structurant la laïcité scolaire ont connu de profondes mutations, et ce sur une période de temps relativement brève. Jusqu’à la crise suscitée par la loi Savary en 1984, celle-ci était largement orientée par la question du catholicisme et des écoles privées. La loi du 15 mars 2004 a symbolisé une autre focalisation, cette fois-ci sur l’islam, et plus encore sur le foulard islamique1. Aussi bien dans les objets abordés que dans les champs religieux concernés, les débats sur la laïcité scolaire ont radicalement mué dans la France contemporaine. Ce n’est pas le moindre paradoxe de ce sujet, qui est souvent présenté comme une des spécificités pérennes du modèle scolaire français.
Le syndicalisme enseignant, circonscrit ici aux syndicats enseignants du secteur public, n’a pas échappé à ces mutations de la laïcité scolaire, du fait de plusieurs raisons2. La première est structurelle : il regroupe des personnels professionnellement concernés par le sujet. La seconde est culturelle : le syndicalisme enseignant français a été un des champs militants les plus actifs en faveur de la laïcité scolaire. La troisième raison est interne : du fait de sa diversité idéologique, corporative et organisationnelle, ce secteur est loin d’être monolithique dans son rapport à cette dernière. De ce fait, de 1968, avec l’intérêt croissant des organisations militantes pour les minorités ethnoculturelles, à la loi de 2004, les rapports entre la laïcité scolaire, l’islam et le syndicalisme enseignant ont été marqués par de nombreuses transformations. Néanmoins, quelles sont les lignes de force qui organisent ce triple rapport sur la période ? Par-delà l’analyse évènementielle, quelles sont les éventuelles continuités qui apparaissent ? L’article se propose une analyse en trois temps. Le premier concerne la période allant de 1968 à la fin des années 1970, marquée par une certaine invisibilité de l’islam dans le militantisme et la réflexion laïques du syndicalisme enseignant français. Le second temps, de 1979 à l’affaire du foulard de 1989, voit la construction d’un triangle sous tension, dont les trois pôles sont le genre, la laïcité scolaire et l’islam. Enfin, une troisième période, des années 1990 à 2004, confirme l’insolubilité de cette relation triangulaire pour le syndicalisme enseignant.
Cet article fait le choix, dans un souci de continuité chronologique et de représentativité numérique, de privilégier les quatre principales organisations syndicales des enseignants du secteur public sur la période. Celles-ci sont la FEN (et les organisations qui en sont issues, l’UNSA Éducation et la FSU), le SGEN-CFDT et le SNALC. Il s’appuie sur le dépouillement des archives et des publications de ces organisations, ainsi que sur une approche méthodologique résolument interdisciplinaire (histoire, sciences de l’éducation)3. Il tire enfin profit des échanges et travaux du Standing Working Group on laïc education, constitué au sein de l’association internationale d’histoire de l’éducation (ISCHE) devant lequel une première version de ce travail a été exposée en août 2017.

L’islam derrière l’immigré ? La priorité du paradigme antiraciste dans le syndicalisme enseignant (1968-1979).

2Les années 1970 sont pour le syndicalisme enseignant un moment d’intérêt accru pour la question de l’immigration. Celle-ci oriente durant la décennie l’appréhension de l’islam par ce champ organisationnel.

D’abord des étrangers ? Le syndicalisme enseignant et « le travailleur immigré ».

  • 4 Cf. le Courrier confédéral de la CGT n° 331, 22 décembre 1978.
  • 5 Document SGEN, « Note à la commission nationale des immigrés sur les problèmes scolaires », datable (...)
  • 6 Commission socio-pédagogique du SGEN, « préparation du CN », octobre 1971 (8H1755, Archives CFDT).
  • 7 Bongrand, M. (2009), La scolarisation des mœurs : socio-histoire de deux politiques de scolarisatio (...)
  • 8 Les Cahiers de la FEN n° 5, supplément à l'Enseignement public, mars 1972.
  • 9 Compte-rendu tapuscrit, « Immigration : rencontre internationale », Paris, 29-30 mars 1979 (1JJbis3 (...)
  • 10 Note de François Malcourant aux Secrétaires départementaux de la FEN, 2 mars 1978 (1JJbis359, ANMT)
  • 11 Maurice Mauviel, « Plaidoyer pour une éducation transculturelle », Centre académique de formation c (...)
  • 12 Quinzaine universitaire (revue du SNALC) n° 865, 1er juin 1981.

3Dans la période suivant mai 1968, le syndicalisme français apporte une attention accrue à la situation des travailleurs immigrés4. Il les appréhende moins par une caractérisation religieuse que par l’étiquette de « migrant ». Les pouvoirs publics se saisissent parallèlement de la question des populations immigrées et de leur formation. La création des classes d’initiation (CLIN) pour les enfants nouvellement arrivés en France, le 13 janvier 1970, le colloque de l’Éducation nationale du 21 avril 1972, et la fondation des centres de formation et d’information pour la scolarisation des enfants de migrants (CEFISEM, aujourd’hui CASNAV) au sein des rectorats à partir de 1975 en témoignent.
Certains syndicats enseignants participent à ce mouvement plus global, non sans une forme de concurrence entre eux pour se saisir du sujet5. En 1971, le SGEN, rattaché à une confédération ouvrière (la CFDT) elle-même très active sur la question, établit un groupe de travail sur les enfants de migrants6. Ce groupe est animé par un militant du syndicat, Alain Bourgarel, enseignant à Gennevilliers et inspirateur en France du projet de zones d’éducation prioritaire (ZEP)7. Il participe à une première conférence de presse syndicale, le 3 mars 1972, sur la scolarisation des migrants, puis au colloque de sa confédération, le 19 mai 1973, sur le même thème. Le groupe qu’il anime travaille en effet en étroite relation avec la « commission nationale immigrés » de la CFDT, qui constitue une structure syndicale pionnière dans les années 1970 dans le militantisme en faveur des migrants et de leurs enfants. La FEN s’intéresse au sujet à partir de cette même période, y consacrant en 1972 un cahier d’études8. La direction de celle-ci bénéficie, pour traiter du sujet, de ses contacts syndicaux internationaux tant dans les pays d’émigration que ceux d’immigration9. Cependant, étant une organisation syndiquant essentiellement dans le service public éducatif, la fédération n’était pas présente dans le secteur privé de formation, impliqué auprès des travailleurs étrangers. La CFDT et la CGT y étaient par contre plus implantées10. De plus, la FEN était hétérogène : ses courants communisant (Unité et Action) et d’extrême gauche (École émancipée) pouvaient paraître plus impliqués dans la réflexion et le militantisme en faveur de la scolarisation des enfants d’immigrés que la majorité réformiste. C’est ce que montre par exemple l’action d’un militant de tendance Unité et Action, Maurice Mauviel, en faveur de la scolarisation des immigrés11.
Le SNALC se caractérise enfin par un très faible intérêt pour le sujet durant les années 1970, sa revue ne le mentionnant qu’en 1981, au détour d’une revue de presse12. Une double hypothèse peut être formulée. D’une part, ses champs de syndicalisation traditionnels (collèges d’enseignement secondaire ou CES, lycées) étaient probablement moins concernés par la présence d’enfants d’immigrés. D’autre part ses positions idéologiques ne conduisaient pas à accorder une attention particulière à ceux-ci.

Antiracisme, laïcité… et absence d’islam ?

  • 13 Gordon, D. (2012). Immigrants and Intellectuals. May '68 and the Rise of Anti-Racism in France. Pon (...)
  • 14 Note d’Alain Bourgarel à Pierre Evain, « Racisme et école », 17 septembre 1973 (8H1755, Archives CF (...)
  • 15 Intervention d’André Henry, « Conférence nationale sur la formation des immigrés algériens en Franc (...)

4L’islam, durant les années 1970, était abordé préférentiellement par le syndicalisme enseignant français au travers de l’immigration. Il en était de même pour les préconisations ou les revendications qu’il développait pour les migrants. Sur ce point, le syndicalisme enseignant n’était pas spécifique. Comme le relève Daniel Gordon, les années 1970 correspondent à un fort développement du militantisme antiraciste en France au sein des organisations politiques, associatives et syndicales13. C’est celui-ci qui oriente les perceptions de l’islam dans le syndicalisme enseignant en France dès le début de la décennie. En 1973, dans une note envoyée au responsable « immigrés » de la CFDT, le militant du SGEN Alain Bourgarel relie scolarisation des immigrés et antiracisme14. Cette dernière revendication est explicitement reliée à la question de la laïcité, comme en témoigne un communiqué de ce syndicat daté du 25 septembre 1973. Ce lien entre positions laïques traditionnelles et combat antiraciste se retrouve à la FEN. Il est explicité par son secrétaire général André Henry15 :

« La lutte pour la laïcité a toujours été une lutte contre les privilèges, c’est-à-dire contre l’injustice. Mais elle ne peut être dissociée de la lutte plus générale pour la liberté et pour les droits de l’homme. La laïcité n’est jamais neutre. Puisqu’elle est respect de l’homme, elle est antiraciste ».

  • 16 Note d’Alain Bourgarel du 3 mars 1972 (8H1755, Archives CFDT).
  • 17 Supplément, « Scolarité des enfants de travailleurs immigrés », Syndicalisme universitaire (revue d (...)
  • 18 Groupe de travail « Enfants de travailleurs immigrés », compte-rendu de la réunion du 25 octobre 19 (...)
  • 19 Rapports des trois commissions de travail, « Conférence nationale sur la formation des immigrés alg (...)
  • 20 Liliane Crombet (Secrétaire nationale à la pédagogie du SNALC), « Réflexions, l’actualité ou la vie (...)

5Ce lien similaire entre antiracisme, laïcité et scolarisation des populations immigrées n’empêche pas une certaine différenciation des orientations entre FEN et SGEN, comme le montre une entrevue de 1972 entre militants des deux organisations. Les militants de la seconde soulignaient plus volontiers l’importance de respecter les « valeurs culturelles propres » des migrants16. La majorité de la FEN était plus attachée à un cadre culturel commun au sein de l’école. Radicalisant le paradigme antiraciste, le SGEN poussait celui-ci jusqu’à interroger les pratiques scolaires elles-mêmes, une position alors assez audacieuse dans le syndicalisme enseignant : « Le fait que la culture familiale ne soit pas reconnue à l’école n’est-il pas déjà vécu comme une attitude raciste par l’enfant ? »17. Néanmoins, même pour ce syndicat, l’islam n’est pas abordé explicitement durant les années 1970. De manière révélatrice, sa seule mention repérée dans les archives du groupe de travail sur les enfants immigrés du SGEN est effectuée pour un cas extérieur à la France, celui de l’Algérie de Houari Boumediene, combinant socialisme et références islamiques18. La conférence co-organisée par la FEN, l’UGTA (syndicat algérien) et l’Association des Algériens en Europe sur la formation des migrants venus d’Algérie, les 7 et 8 janvier 1978, offre un exemple encore plus saisissant de cette invisibilité de l’islam pour et dans le syndicalisme enseignant français. Durant cette rencontre, les militants de la FEN ne le mentionnent nullement. En revanche, notamment lors d’une table ronde sur les femmes - thème omniprésent, à partir de la décennie suivante, dans certains discours du syndicalisme enseignant sur l’islam-, les militants des organisations algériennes y font aisément référence19. Quant au SNALC, il se montre résolument hostile à la présence de l’antiracisme à l’école, celui-ci étant perçu comme une idéologie violant la neutralité de l’institution scolaire20.

Un nouveau triangle pour le syndicalisme enseignant ? Islam, laïcité scolaire et genre (1979-1994).

6A partir de la fin des années 1970, la figure de l’immigré tend progressivement à décliner comme paradigme de perception dominant de l’islam par le syndicalisme enseignant. Elle est remplacée par une configuration triangulaire dans une partie du syndicalisme enseignant, dont les trois pôles sont le genre, la laïcité scolaire et le religieux.

Sous l’immigration, les musulmans ?

  • 21 Selon l’analyse de Ferruh, Y. (2016). How the Workers Became Muslims. Immigration, Culture, and Heg (...)
  • 22 Secrétariat national aux travailleurs immigrés de la CFDT, « La 2ème génération », Note préparatoir (...)
  • 23 Chetucci, C, & Hatzfeld N. (2007). L’administration du Travail et les conflits collectifs : Citroën (...)
  • 24 Cf. Kepel, G. & Leveau, R. (1988). Les musulmans dans la société française, Paris : Presses de la F (...)
  • 25 Dossier « Congrès SGEN des 24-28 mai 1983 », Syndicalisme universitaire n° 836, mai 1983.
  • 26 Circulaire de Guy Le Néouannic aux Secrétaires nationaux et membres de la majorité du Bureau fédéra (...)
  • 27 « L’école et l’immigration. A propos du rapport Berque », Quinzaine universitaire n° 932, 1er janvi (...)

7A partir de la fin des années 1970, la perception de l’islam par le syndicalisme enseignant change. Deux facteurs interviennent. Le premier est la montée de ce qu’un rapport du Conseil de l’Europe de novembre 1978 nomme la « deuxième génération », c’est-à-dire les enfants de migrants nés dans les pays d’accueil. Comme dans d’autres pays européens, l’opinion et les pouvoirs publics transforment progressivement, en partie de ce fait, le « travailleur immigré » de culture musulmane en « musulman »21. En 1979, cette notion de « deuxième génération » apparaît dans une note de la commission immigrés de la CFDT22. L’autre facteur est l’irruption internationale de l’islam politique cette même année. La révolution islamique iranienne, puis l’invasion soviétique de l’Afghanistan, mettent en avant les mouvements islamistes. Cette visibilité internationale accrue – et souvent négative – affecte de manière multiforme les débats sur l’islam en France. Certains responsables publics agitent, ainsi lors du conflit social dans l’usine Talbot à Poissy en 1983, le spectre d’une influence politico-religieuse parmi les travailleurs maghrébins, voire un lien avec la révolution islamique iranienne23.
Les années 1980 confirment cette attention croissante vis-à-vis des musulmans en France, y compris dans les sciences sociales24. La question de la scolarisation apparaît comme un des axes de cet intérêt. L’universitaire Jacques Berque se voit par exemple confier un rapport ministériel sur « L’immigration à l’école » en 1985. Le choix de ce spécialiste de l’islam pour cette mission est en soi révélateur de ce glissement de l’immigré au musulman. Les organisations enseignantes participent de cette réflexion multiforme, tout en confirmant leurs différences de sensibilité présentes durant les années 1970. Le SGEN se montre le plus ouvert à une approche interculturelle au sein de l’institution scolaire25. Le responsable des questions de libertés et laïcité – et futur dirigeant – de la FEN, Guy le Néouannic, initie une réflexion au sein de son organisation sur les possibilités, mais aussi « les limites », de la scolarisation d’une société diverse26. Le SNALC se révèle être le plus hostile à une approche interculturelle, présentée comme « une réponse inadaptée au déracinement des jeunes immigrés ». Ce syndicat continue ainsi à percevoir les musulmans de France comme étant d’abord des étrangers27.

Une nouvelle lecture de la laïcité pour le syndicalisme enseignant ?

  • 28 Martin, J.-P. (2016). La ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016). Rennes : Pres (...)
  • 29 « Intégrisme ou laïcité », Enseignement Public (revue de la FEN) n° 60, octobre 1989.
  • 30 Cf. Astre L. (Ed.). (1988). Le Féminisme et ses enjeux : vingt-sept femmes parlent. Paris : Centre (...)
  • 31 Ferhat I. (2015). Le syndicalisme enseignant face au genre : du non-objet syndical à la conversion  (...)
  • 32 CNAL, Circulaire n° 3568, « Rencontre CNAL-MFPF », 3 mars 1989 (19980112ED98, ANMT). Le CNAL est un (...)
  • 33 Michel Roussel, « De jeunes musulmanes parmi nous. », Syndicalisme Universitaire n° 862, 12 juin 19 (...)

8Cette réflexion pédagogique de la première moitié des années 1980 intervient dans un contexte changeant pour le syndicalisme enseignant comme pour la laïcité scolaire. Entre 1981 et 1984, le ministre Alain Savary avait tenté de modifier les rapports entre écoles privées sous contrat et État. Son retrait en 1984 ferme un long cycle d’affrontements entre organisations laïques et enseignement catholique. Dès lors, les premières ont cherché à réorienter leur réflexion sur de nouveaux objets, comme les mutations économiques, informationnelles et culturelles de la société française28.
Néanmoins, c’est l’islam qui remplace, au moins partiellement, la question de l’école sous contrat après 1984. C’est plus précisément la figure de la musulmane qui offre un nouveau point de cristallisation des perceptions syndicales de la laïcité scolaire. Cette mutation est due à deux facteurs principaux. D’une part, la crainte de l’islam politique se développe dans une partie du syndicalisme enseignant (comme d’ailleurs dans une partie des organisations laïques)29. D’autre part, de larges pans de celui-ci (FEN, SGEN) s’étaient activement rapprochés depuis les années 1970 du mouvement féministe30. Cette proximité conduit, la décennie suivante, à interpréter le combat laïque comme étant à la fois consubstantiellement et stratégiquement lié au droit des femmes31. Ce tournant est affiché à l’occasion d’une rencontre le 3 mars 1989 entre le Comité national d’action laïque (CNAL), dont la FEN est un des piliers, et le mouvement du Planning familial32. Or, cette mutation a des effets cruciaux : elle met en place un triangle conflictuel entre genre et laïcité scolaire d’une part, et islam d’autre part. Ceci est illustré en 1984 par un article de la revue du SGEN se focalisant sur la situation des jeunes musulmanes qui subiraient, selon la publication, un « manque de liberté »33. Dans une interview accordée à la revue Réforme du 7 juin 1986, le secrétaire général de la FEN, Jacques Pommatau, explicite plus nettement encore ce nouveau triangle de conflictualité :

« La société civile française, parce qu’elle est de tradition laïque, même si tout n’y est pas parfait, offre un espace de liberté qui tranche avec l’esclavage où cherchent à les (NDLR : les jeunes femmes musulmanes) maintenir les sociétés théocratiques, a fortiori celles où se développent l’intégrisme. Il est important d’aider ces jeunes femmes qui ont goûté au lait de la liberté, à poursuivre leur émancipation. Si elles le font, c’est toute la communauté musulmane qui évoluera. »

9Le cadre discursif et cognitif sur les femmes, l’islam et la laïcité est donc déjà largement posé lorsqu’intervient la première affaire médiatisée de foulard à l’école. Celle-ci débute avec l’exclusion de trois collégiennes voilées du collège Gabriel Havez à Creil, peu après la rentrée scolaire de 1989. Elle suscite à la fois une forte mobilisation et une division profonde du syndicalisme enseignant, comme le montre le tableau suivant :

Tableau 1- Positions des syndicats enseignants quant à l’affaire du foulard à Creil

Communiqué de presse du SNES, « Pour une pratique souple et tolérante de la laïcité, 5 octobre 1989 (extraits).

Communiqué du SGEN-CFDT, Syndicalisme universitaire n° 905, décembre 1989 (extraits).

Communiqué du CNAL/FEN du 25 octobre 1989 (extraits).

Éditorial, Quinzaine universitaire n° 988, 15 novembre 1989 (extraits)

« Certaines facilités peuvent être offertes aux élèves pour l’exercice de leurs croyances ou de leurs pratiques religieuses, dans le respect du principe de neutralité et dans la limite des contraintes matérielles ».

« Il n’est pas question d’exclure qui que ce soit en raison de ses croyances. Mais quand un père retire ses filles de l’école, faute d’obtenir que cette école se conforme strictement à ses vœux, il prend une lourde responsabilité, quelle que soit sa religion. C’est de cette décision qu’il faut le dissuader, grâce au dialogue »

« Chargée de contribuer à garantir l’égalité entre les filles et les garçons, elle (NDLR : l’école) ne saurait admettre des marques ou des exigences de discrimination qui viseraient à perpétuer des ségrégations fondées par les religions, le sexe, les cultures, ou des idéologies quelles qu’elles soient ».

« A partir du moment où des étrangers ont fait le choix personnel de vivre en France, d’envoyer leurs enfants dans l’école publique de la ville où ils habitent, ils ont le devoir de respecter les règles fondamentales de l’État français et de l’école française

  • 34 Lettre de Jean-Claude Barbarant (Secrétaire général du SNI-PEGC) à Lionel Jospin, 27 octobre 1989 ( (...)
  • 35 Frédéric Eleuche (Vice-Président du SNALC), « La neutralité de l’école publique est-elle à géométri (...)

10Si les organisations sont parfois fracturées en leur sein, l’affaire de Creil révèle des clivages appelés à perdurer par la suite. Le SNES – annonçant en cela les positions de la FSU à partir de 1993 – se révèle hostile à l’exclusion des collégiennes voilées, comme le SGEN avec plus de nuances. La majorité de la FEN, en particulier le syndicat des instituteurs (SNI-PEGC), se montre par contre beaucoup plus offensive, demandant dès l’époque un durcissement légal sur les signes religieux des élèves à l’école publique34. Le SNALC exprime une position intermédiaire, refusant une surenchère sur la seule question du foulard35. Il se distingue aussi en continuant à présenter les musulmans de France avant tout comme des immigrés. Le 27 novembre 1989, le Conseil d’État, sollicité par le ministre de l’Éducation nationale, rend un avis refusant toute exclusion systématique. La circulaire ministérielle du 12 décembre 1989 suit cette position, apaisant provisoirement les tensions.

Trancher le nœud gordien, mais comment ? (1989-2004).

11Après l’affaire de Creil, les syndicats enseignants français confirment le triangle conflictuel né dans les années 1980. Ils font dès lors preuve d’ambivalence lors des débats menant au vote de la loi du 15 mars 2004.

Une complexification des positions syndicales ?

12Le début des années 1990 bouleverse le syndicalisme français. L’éclatement de la FEN, en 1992, donne naissance l’année suivante à la FSU, fondée par les démissionnaires ou exclus de la précédente fédération. Ceux-ci étaient souvent porteurs d’un discours moins hostile au foulard à l’école. Dès les élections professionnelles de fin 1993, la FSU devient la première organisation des enseignants. La FEN, affaiblie, devient progressivement l’UNSA Éducation, maintenant un discours laïque plus dur.

  • 36 Stora, B. (2001). La guerre invisible, Algérie années 90. Paris : Sciences-po.
  • 37 « La laïcité n’est plus une denrée franco-française », Bulletin UID n° 23, septembre-octobre 1991 ( (...)
  • 38 Document tapuscrit, « islam et laïcité » (1S134, Archives CFDT).
  • 39 Éditorial, Profession Education n° 44, novembre 1994.
  • 40 Agnès Lambert, « Il faut un message clair », Enseignement public n° 49, 20 mai 1995.

13Sur ces mutations syndicales vient se greffer le contexte international, qui sert à nouveau de prisme pour lire l’islam de France. La guerre civile d’Algérie des années 1990 a un fort retentissement dans la société française comme le note Benjamin Stora36. Dès 1991, le bulletin de la majorité de la FEN appelle à soutenir les forces laïques et les femmes dans ce pays37. La présence du foulard à l’école en France est dès lors reliée aux extrémistes islamistes à l’œuvre dans le conflit algérien38. L’allusion est parfois implicite, par exemple dans la revue du SNALC du 14 décembre 1992. Le lien est quelquefois ouvertement établi, le SGEN affirmant ainsi qu’en « ce qui concerne le voile islamique, céder sur ce sujet reviendrait à abandonner celles et ceux qui luttent contre l’intégrisme » et ajoutant que « dans certains pays, ce combat est risque de mort »39. Une telle dramatisation de l’enjeu du foulard à l’école rendait difficile son refroidissement, mais aussi la possibilité de le circonscrire au seul territoire national. Le long de la guerre civile outre-Méditerranée est réaffirmé qu’il « serait criminel de laisser penser que nous sommes à l’abri de dangers tels que ceux qui se font jour (…) en Algérie »40.

14Dans un syndicalisme enseignant français déjà traversé de tensions, la circulaire du 20 septembre 1994, sous le ministère de François Bayrou, ravive le débat sur le foulard à l’école publique. En effet, elle encourage l’exclusion des élèves portant des signes religieux ostentatoires. La circulaire contribue à la fois à durcir et à complexifier les positions syndicales sur le sujet, comme le montre le tableau suivant :

Tableau 2. Les réactions syndicales à la circulaire Bayrou (1994)

« Laïcité », Pour (revue FSU) n° 10, septembre 1994 (extraits).

Rapport du SGEN-CFDT, congrès de Caen, 12-16 juin 1995 (extraits).

Rapport d’activité du congrès de la FEN à Rennes, 10-14 mars 1997 (extraits).

« La circulaire Bayrou : une décision de bon sens, mais quel avenir ? », Quinzaine universitaire n° 1063, 17 octobre 1994 (extraits).

« Ce sont les foulards islamiques qui sont visés, personne ne s’y est trompé. Les collègues qui sont confrontés à ces problèmes et qui, dans la majorité des cas, ont pu les résoudre par le dialogue avec les jeunes et les familles sont légitiment inquiets. (…)».

La fédération SGEN-CFDT refuse toute loi qui se contenterait d’interdire purement et simplement les signes d’appartenance religieuse. Elle refuse également la généralisation de la modification des règlements intérieurs suivant le modèle standard ».

« Nous avons rappelé systématiquement notre condamnation de toute port d’insigne religieux dans l’enceinte de l’école (…). Nous avons souligné à ce propos l’effort de clarification apporté par la circulaire Bayrou mais nous avons aussi pu constater les limites d’un texte sans fondement législatif ».

« La liberté de manœuvre du ministre est très étroite (…). En attendant, ce nouveau texte peut très mettre progressivement fin à une situation de plus en plus inquiétante, comme il peut au contraire donner le départ à des conflits sans fin. »

  • 41 Projet de texte sur les foulards islamiques, FSU de Metz, 13 décembre 1994 ; Motion laïcité, FSU du (...)

15La circulaire Bayrou tend à radicaliser les clivages. Des organisations comme la FEN et le SNALC sont désormais clairement en faveur d’une interdiction législative des signes religieux ostentatoires à l’école. D’autres, comme le SGEN et la FSU, refusent cette possibilité. Les divisions se retrouvent au sein même des organisations : la section départementale de la FSU du Val d’Oise se déclare favorable à la circulaire Bayrou, pendant que celle de Metz la condamne41.

Un triangle désormais insoluble ?

  • 42 Lettre de Monique Vuaillat à une militante SNES d’Aulnay-sous-Bois, 22 décembre 1994 (2009040028, A (...)
  • 43 Rapport préparatoire au congrès fondateur de la FSU à Mâcon, 28-31 mars 1994 (IRHSES-SNES).
  • 44 « Foulard : le gouvernement aura-t-il le courage de modifier la loi ? », Quinzaine universitaire n° (...)
  • 45 Déclaration du comité « Education laïque pour tous », Profession éducation n° 65, février 1997.
  • 46 Dalibert M. (2013). Authentification et légitimation d’un problème de société par les journalistes  (...)
  • 47 Pour une analyse critique, cf. Baubérot J. (2014). La laïcité falsifiée. Paris : La Découverte
  • 48 Bernard Kuntz (président du SNALC), « Tartufferies », Quinzaine universitaire n °1217, 2 février 20 (...)
  • 49 Intervention du SGEN, séance du Conseil supérieur de l’éducation, 15 janvier 2004 (Archives CFDT).

16La période allant de la circulaire de 1994 au vote de la loi du 15 mars 2004 confirme le caractère insoluble du triangle formé entre genre, laïcité scolaire et islam pour le syndicalisme enseignant français. Paradoxalement, même les opposants à une exclusion systématique des élèves voilées le font au nom d’une dimension genrée. Dans un courrier personnel, la secrétaire générale du SNES Monique Vuaillat distingue sa position en tant que « femme » (défavorable à ces exclusions) et celle en tant que syndicaliste (prenant en compte les débats dans son organisation)42. Cette difficulté à sortir de la contradiction est d’autant plus prégnante à la FSU que l’organisation avait statutairement placé le droit des femmes au cœur de son militantisme43.
La fin des années 1990 voit un double mouvement, apparemment contradictoire. D’une part, les conflits autour des foulards à l’école, qui avaient été à la fois publicisés et (relativement) nombreux entre 1989 et 1994, semblent se raréfier au moins médiatiquement. L’attention quant au sujet tend à refluer dans une partie du syndicalisme enseignant. Il est absent des congrès de la FSU à Toulouse, les 8-12 décembre 1997, et à la Rochelle, les 22-26 janvier 2001. Ce désintérêt relatif apparaît aussi au travers des publications syndicales des quatre organisations. Cependant, l’opposition entre partisans d’une loi d’interdiction du foulard et ceux qui s’y opposent se confirme lors de la seconde moitié des années 1990. Le SNALC se déclare pour une interdiction législative en 199744. La FEN, devenue UNSA- Éducation, partage cette position lors de son congrès à Pau, les 12-14 décembre 2000. Les opposants à une telle loi se manifestent, parfois au travers de structures locales. C’est le cas du comité « éducation laïque pour tous », en 1997, auquel participent les sections savoyardes de la FSU, du SGEN et de la Ligue des droits de l’homme45.
La triangulation entre genre, islam et laïcité scolaire ressurgit brutalement au début des années 2000. Les attentats islamistes, la seconde intifada et les interventions militaires occidentales constituent un contexte international à nouveau très présent dans le débat hexagonal. Illustration du poids de cet agenda international, de nombreuses organisations liées à l’école (dont la FSU, l’UNSA Éducation et le SGEN) participent fin 2001 à une campagne intitulée « Libérer le savoir » ! » en faveur de la scolarisation des femmes afghanes. Outre la crainte d’une menace intégriste, la « femme de banlieue » apparaît désormais dans une partie de l’opinion comme symbole des inégalités genrées. Ceci est cristallisé, entre autres, par la forte médiatisation du mouvement « Ni putes ni soumises » à partir de mars 200346. Ce contexte conduit à l’émergence d’un discours se réclamant de la laïcité et marqué par une certaine hostilité à l’islam47. Dès lors, le débat sur l’interdiction législative des foulards à l’école publique revient avec force à partir de juin 2003 (commission parlementaire, commission dite « Stasi »). Elle ravive et confirme tout à la fois les lignes de fracture apparues depuis les années 1980 dans le syndicalisme enseignant. Le conseil fédéral national de l’UNSA éducation des 17-18 septembre 2003 approuve le principe d’une loi d’interdiction. C’est aussi le cas du SNALC, qui confirme l’abandon de sa position temporisatrice durant l’affaire de Creil48. En sens inverse, la FSU dénonce ce projet de législation lors de son congrès de Perpignan, les 2-6 février 2004. La déclaration qu’elle établit à ce moment affirme qu’une telle loi sortirait du domaine historique de la laïcité, puisqu’elle viserait avant tout des usagers du service public. Le SGEN dénonce une « croisade » peu ou prou dirigée contre l’islam, une idée déjà évoquée par le dirigeant de la FSU, Gérard Aschiéri, lors de son audition le 24 octobre 2003 par la commission Stasi49.

Conclusion

17Le vote sur l’interdiction des signes ostensibles, lors du Conseil supérieur de l’éducation (CSE, organisme consultatif auprès du Ministère de l’Éducation nationale), le 15 janvier 2004, révèle à la fois les fractures entre syndicats enseignants et l’impossibilité pour nombre de ceux-ci de sortir du nœud gordien né dans les années 1980. Seul le SNALC, parmi eux, vote à cette occasion pour le projet de loi. Mais aucun syndicat enseignant représenté ne vote contre : les choix se répartissent entre le refus de vote et l’abstention. Ultime paradoxe, sur un sujet concernant les personnels qu’elles représentent, ces organisations préfèrent ne pas choisir. Pourtant, la FSU et le SGEN avaient signé une tribune hostile à la loi, « Pour un débat laïque », présentée lors de cette séance du CSE. Ce dénouement paradoxal résulte des évolutions de la perception croisée entre islam et laïcité scolaire au sein du syndicalisme enseignant français entre 1968 et 2004. Jusqu’aux années 1980, la question religieuse paraissait marginale (notamment au regard du paradigme antiraciste). L’irruption de la question du genre a contribué, dans le contexte de réorientation du militantisme laïque après 1984, à constituer un triangle entre islam, laïcité scolaire et droits des femmes. Or, cette triangulation pouvait difficilement connaître une issue apaisée : en mobilisant plusieurs piliers identitaires du débat politique français, le syndicalisme enseignant a peut-être contribué, ultime contradiction, à en déscolariser la solution.

Haut de page

Bibliographie

Brucy, G. (2003). Histoire de la FEN. Paris : Belin.

Chetucci, C, & Hatzfeld N. (2007). L’administration du Travail et les conflits collectifs : Citroën et Talbot (1982-1983). Travail et Emploi, 111, 31-38.

Delphy, C. (2005). La manipulation du genre dans les pratiques discriminatoires. Journal des anthropologues, 100-101, 265-283.

Ferruh, Y. (2016). How the Workers Became Muslims. Immigration, Culture, and Hegemonic Transformation in Europe. Ann Arbor: Michigan University Press.

Geay, B. (2005). Le syndicalisme enseignant. Paris : La Découverte.

Gordon, D. (2012). Immigrants and Intellectuals. May ‘68 and the Rise of Anti-Racism in France. Pontypool : Merlin Press.

Le Fiblec H. (2017). La Laïcité : un principe progressiste ? Évolution du débat laïque de Creil au Palais du Latran (1989-2007). Points de repères, 38.

Lorcerie, F. (Ed.). (2005). La politisation du voile en France, en Europe et dans le monde arabe. Paris : L’Harmattan.

Martin, J.-P. (2016). La ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016). Rennes : PUR.

Meunier O., (2008). Les approches interculturelles dans le système scolaire français : vers une ouverture de la forme scolaire à la pluralité culturelle ?. Socio-logos, 3.

Moussa, N.S. (2017). La fabrique du musulman, Paris : Libertalia

Singer, M. (1993). Le SGEN de 1937 à mai 1986 : Paris, Cerf.

Weil, P., (Ed.). (2007). Politiques de la laïcité au XXe siècle. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 Lorcerie, F. (Ed.). (2005). La politisation du voile en France, en Europe et dans le monde arabe. Paris : L’Harmattan.

2 Sur le syndicalisme de l’enseignement privé, cf. Poucet, B. (2012). L’enseignement privé en France. Paris : PUF.

3 Les archives utilisées ont été consultées aux archives de la CFDT, aux Archives nationales du monde du travail de Roubaix, et à l’ancienne librairie Sudel. Des documents et publications ont été consultés à la Bibliothèque nationale de France (BNF), ainsi qu’à l’Institut de Recherches Historiques sur le Syndicalisme dans les Enseignements du Second Degré (IRSHES). Que le centre d’archives de la CFDT soit vivement remercié pour avoir permis l’accès à des fonds très récents.

4 Cf. le Courrier confédéral de la CGT n° 331, 22 décembre 1978.

5 Document SGEN, « Note à la commission nationale des immigrés sur les problèmes scolaires », datable de début 1972 (8H1755, Archives CFDT).

6 Commission socio-pédagogique du SGEN, « préparation du CN », octobre 1971 (8H1755, Archives CFDT).

7 Bongrand, M. (2009), La scolarisation des mœurs : socio-histoire de deux politiques de scolarisation, en France, depuis la libération. Thèse de science politique, Université de Picardie Jules Verne.

8 Les Cahiers de la FEN n° 5, supplément à l'Enseignement public, mars 1972.

9 Compte-rendu tapuscrit, « Immigration : rencontre internationale », Paris, 29-30 mars 1979 (1JJbis359, Archives nationales du monde du travail).

10 Note de François Malcourant aux Secrétaires départementaux de la FEN, 2 mars 1978 (1JJbis359, ANMT).

11 Maurice Mauviel, « Plaidoyer pour une éducation transculturelle », Centre académique de formation continue, 15 novembre 1978 (ANMT, 1JJbis358).

12 Quinzaine universitaire (revue du SNALC) n° 865, 1er juin 1981.

13 Gordon, D. (2012). Immigrants and Intellectuals. May '68 and the Rise of Anti-Racism in France. Pontypool : Merlin Press.

14 Note d’Alain Bourgarel à Pierre Evain, « Racisme et école », 17 septembre 1973 (8H1755, Archives CFDT).

15 Intervention d’André Henry, « Conférence nationale sur la formation des immigrés algériens en France », 7-8 janvier 1978 (1JJbis357, ANMT).

16 Note d’Alain Bourgarel du 3 mars 1972 (8H1755, Archives CFDT).

17 Supplément, « Scolarité des enfants de travailleurs immigrés », Syndicalisme universitaire (revue du SGEN) n° 679, 17 mai 1976.

18 Groupe de travail « Enfants de travailleurs immigrés », compte-rendu de la réunion du 25 octobre 1975 (8H1755, Archives CFDT).

19 Rapports des trois commissions de travail, « Conférence nationale sur la formation des immigrés algériens en France », 7-8 janvier 1978 (1JJbis357, ANMT).

20 Liliane Crombet (Secrétaire nationale à la pédagogie du SNALC), « Réflexions, l’actualité ou la vie ? », Quinzaine universitaire n° 852, 15 novembre 1980.

21 Selon l’analyse de Ferruh, Y. (2016). How the Workers Became Muslims. Immigration, Culture, and Hegemonic Transformation in Europe. Ann Arbor: Michigan University Press. Pour une étude critique sur le cas français, Cf Moussa, N.S. (2017). La fabrique du musulman. Paris : Libertalia.

22 Secrétariat national aux travailleurs immigrés de la CFDT, « La 2ème génération », Note préparatoire, 5 janvier 1979 (8H1755, Archives CFDT)

23 Chetucci, C, & Hatzfeld N. (2007). L’administration du Travail et les conflits collectifs : Citroën et Talbot (1982-1983). Travail et Emploi, 111, 31-38.

24 Cf. Kepel, G. & Leveau, R. (1988). Les musulmans dans la société française, Paris : Presses de la FNSP.

25 Dossier « Congrès SGEN des 24-28 mai 1983 », Syndicalisme universitaire n° 836, mai 1983.

26 Circulaire de Guy Le Néouannic aux Secrétaires nationaux et membres de la majorité du Bureau fédéral national, 12 novembre 1985 (1998012ED98, ANMT).

27 « L’école et l’immigration. A propos du rapport Berque », Quinzaine universitaire n° 932, 1er janvier 1986.

28 Martin, J.-P. (2016). La ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 391-425.

29 « Intégrisme ou laïcité », Enseignement Public (revue de la FEN) n° 60, octobre 1989.

30 Cf. Astre L. (Ed.). (1988). Le Féminisme et ses enjeux : vingt-sept femmes parlent. Paris : Centre fédéral FEN/Edilig.

31 Ferhat I. (2015). Le syndicalisme enseignant face au genre : du non-objet syndical à la conversion ?. Revue internationale d'ethnographie, 4. 98-110.

32 CNAL, Circulaire n° 3568, « Rencontre CNAL-MFPF », 3 mars 1989 (19980112ED98, ANMT). Le CNAL est une organisation née sous ce nom en 1953, regroupant cinq organisations en faveur de la laïcité scolaire.

33 Michel Roussel, « De jeunes musulmanes parmi nous. », Syndicalisme Universitaire n° 862, 12 juin 1984.

34 Lettre de Jean-Claude Barbarant (Secrétaire général du SNI-PEGC) à Lionel Jospin, 27 octobre 1989 (Fonds non classé, Archives SE-UNSA).

35 Frédéric Eleuche (Vice-Président du SNALC), « La neutralité de l’école publique est-elle à géométrie variable ? », Quinzaine universitaire n° 999, 15 janvier 1990.

36 Stora, B. (2001). La guerre invisible, Algérie années 90. Paris : Sciences-po.

37 « La laïcité n’est plus une denrée franco-française », Bulletin UID n° 23, septembre-octobre 1991 (Fonds UID, archives SE-UNSA).

38 Document tapuscrit, « islam et laïcité » (1S134, Archives CFDT).

39 Éditorial, Profession Education n° 44, novembre 1994.

40 Agnès Lambert, « Il faut un message clair », Enseignement public n° 49, 20 mai 1995.

41 Projet de texte sur les foulards islamiques, FSU de Metz, 13 décembre 1994 ; Motion laïcité, FSU du Val d’Oise, 24 janvier 1995 (2009040028, ANMT).

42 Lettre de Monique Vuaillat à une militante SNES d’Aulnay-sous-Bois, 22 décembre 1994 (2009040028, ANMT).

43 Rapport préparatoire au congrès fondateur de la FSU à Mâcon, 28-31 mars 1994 (IRHSES-SNES).

44 « Foulard : le gouvernement aura-t-il le courage de modifier la loi ? », Quinzaine universitaire n° 1097, 6 janvier 1997.

45 Déclaration du comité « Education laïque pour tous », Profession éducation n° 65, février 1997.

46 Dalibert M. (2013). Authentification et légitimation d’un problème de société par les journalistes : les violences de genre en banlieue dans la médiatisation de Ni putes ni soumises. Études de communication, 40, 167-180.

47 Pour une analyse critique, cf. Baubérot J. (2014). La laïcité falsifiée. Paris : La Découverte

48 Bernard Kuntz (président du SNALC), « Tartufferies », Quinzaine universitaire n °1217, 2 février 2004.

49 Intervention du SGEN, séance du Conseil supérieur de l’éducation, 15 janvier 2004 (Archives CFDT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Un triangle impossible ? Les syndicats enseignants, la laïcité scolaire et l’islam en France, 1968-2004  », Recherches & éducations [En ligne], 21 | Février 2020, mis en ligne le , consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8407

Haut de page

Auteur

Ismail Ferhat

Université de Picardie Jules Verne, Laboratoire CAREF

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals