Navigation – Plan du site

Béatrice Finet (2019).
La Shoah racontée aux enfants, une éducation littéraire.

Eric Dubreucq
Référence(s) :

La Shoah racontée aux enfants, une éducation littéraire
Béatrice Finet
2019
Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 187 p.

Texte intégral

1Le livre de Béatrice Finet est un travail de sciences de l’éducation. Entendons ici qu’il assume avec sérieux le pluriel scientifique : c’est un travail de critique littéraire et de didactique de l’enseignement du français, mais également, et peut-être plus, une approche de la question historique, qui gratifie son lecteur d’aperçus philosophiques. Le titre : La Shoah racontée aux enfants indique d’emblée la difficulté à affronter, le sous-titre : Une éducation littéraire, des voies à emprunter. Ce volume se caractérise ainsi par son objet, sa démarche et sa teneur.
L’objet. C’est qu’il s’agit d’enseigner, à des enfants, et même à de très jeunes enfants (ceux qui, dans le cycle 3 de l’école élémentaire, ont une dizaine d’années) l’un des événements les plus terribles et les plus énigmatiques, voire le plus catastrophique sur les plans politique et moral, métaphysique et humain : raconter la Shoah, tel est le propos de la large bibliothèque dont Béatrice Finet interroge la nature et le statut. À commencer par le terme même de Shoah, dont l’introduction souligne l’historicité et le caractère problématique : employé dans les programmes de l’école primaire, son usage remonte aux années 80 (le film de Lanzmann) et succède à celui d’Holocauste (la série télévisée américaine). Il concurrence l’expression de Hilberg : « la destruction des Juifs d’Europe » (cf. p. 16-17), voire celle de Friedlander, qui a intitulé le tome 2 de son grand livre sur le sujet : « Les années d’extermination » (cf. p. 153). Le mot renvoie ainsi à la volonté – la promesse, le « serment » (p. 17) – de survivants de ce long massacre, de témoigner contre le crime hitlérien et nazi : l’annihilation (Vernichtung) de millions de personnes désignées, au nom d’une idéologie raciste et meurtrière, comme des “ennemis” à abattre. Car le nombre des victimes, on le sait, passe les limites de l’imagination d’un esprit normalement constitué : plus de cinq millions de morts, selon Hilberg et Poliakov ; presque six millions, d’après Barnavi et Robinson — dont trois millions de personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards, assassinés en masse dans les camps. La question, on le voit, n’est donc pas mince : le devoir d’enseigner cet événement et cette histoire à de jeunes enfants vient buter sur une exigence éthique, celle de ne pas heurter, voire terroriser un âge encore fragile (p. 17-18), tout en en donnant une connaissance à la fois établie et suffisamment précise. La littérature – littérature écrite pour les enfants – prête, Béatrice Finet le montre, sa créativité à cette délicate entreprise. La démarche. Cinq chapitres composent le corps de l’ouvrage. Le premier analyse la « naissance » de ce phénomène éditorial : dans l’ensemble – dont on sait le foisonnement – des livres pour la jeunesse, les œuvres portant sur la Shoah se sont multipliées au fil d’une histoire éducative et curriculaire, mais aussi politique et sociale, dont l’auteur retrace les étapes (cf. sp. p. 19-30). Cette histoire récente, histoire du présent, détermine, dans leur structure intime, des ouvrages soigneusement élaborés par des adultes et pour des enfants, à des fins pédagogiques, didactiques et éducatives. Il n’en demeure pas moins – le chapitre 2 le prouve d’abondance –, qu’il s’agit ici d’œuvres : l’étude des illustrations et des images – parfois de véritables tableaux (cf. les illustrations 10 et 11 parmi celles proposées) – montre qu’elles ne sont pas, pas toujours, pas seulement destinées à frapper l’imagination. Béatrice Finet en examine l’oscillation entre le document historique – documents d’archives, de particuliers – et la représentation, la figuration d’une réalité. Il s’agit bien là d’un processus esthétique, qui présente l’histoire, en la métaphorisant, en retravaillant et en transfigurant dans l’image l’inimaginable, non pour l’exposer crûment, mais pour le donner à penser. Les livres sur la Shoah pour les enfants, le chapitre suivant le montre, font ainsi œuvre, non en reprenant platement des stéréotypes fort connus : figures animales anthropomorphisées, enfants victimes, enfants enquêteurs, orphelins, enfants dans l’ascendance est rompue, adultes survivants, témoins ou frappés de mutisme, assurant une transmission difficile, voire impossible –, ces stéréotypes sont ici renouvelés et comme redéployés. Ils délimitent un espace à mi-chemin d’une mémoire (cf. p. 61-66) parfois brisée, toujours douloureuse – celle d’une expérience (cf. p. 92-95), peut-être le plus grand traumatisme dans l’histoire de l’Occident – et un imaginaire s’efforçant, par la puissance de la création graphique, de retrouver le fil du passé, de restituer l’ordre d’une réalité fragmentée et dispersée par l’histoire. Le concept central de « pacte testimonial » qu’expose le chapitre 4 permet de comprendre la nature littéraire de ces livres. Car il ne s’est pas seulement agi, jusqu’à ce moment du livre, de se référer à ce que les études littéraires et esthétiques désormais classiques ont produit de meilleur dans le dernier demi-siècle (Barthes, Genette, Benjamin, en particulier) pour des raisons de commodité. L’intention est aussi, et surtout de conceptualiser avec précision la nature spécifique de ces œuvres littéraires, et la façon dont elles saisissent leurs lecteurs. Béatrice Finet montre ainsi que leur écriture obéit à un « pacte testimonial », une structure dans laquelle les personnages mis en scène occupent une position de témoins chargés d’attester – par leur force et leur fragilité – la réalité d’une histoire, tout en permettant, par le jeu de l’identification du lecteur à leurs figures, le surgissement d’une expérience esthétique. Celle-ci, en sécrétant des émotions et en provoquant l’empathie, le reconnecte à la chair même de l’histoire : « la tension entre les deux dimensions du témoignage – objectivité et empathie » – conduit simultanément à placer le « témoignage au service de l’histoire » et, par la présence d’un « “je” du narrateur autodiégétique », à agir « comme un miroir sur le lecteur » enfantin, à lui communiquer, en même temps que les faits historiques, l’expérience et les sentiments des victimes (p. 114) : « dans ce dispositif textuel […], le témoin […] a pour fonction de garantir la véracité des faits » et d’assurer « la transmission de l’expérience de l’événement » (p. 120).
La teneur. Et c’est aussi pourquoi le cinquième et dernier chapitre du livre interroge la puissance éducative de cette littérature : l’analyse littéraire porte certes sur des livres pour enfants – ainsi les diverses variations autour du Journal d’Anne Franck –, mais elle vaudrait également, toutes choses égales par ailleurs, pour des chefs-d’œuvre écrits, ceux-là, pour des adultes (on songerait alors à David Rousset, Primo Levi, Jorge Semprún, Aharon Appelfeld, et tant d’autres encore). L’étude approfondie de la catégorie actuellement à la mode d’“éducation à…” s’inscrit ici dans une liaison problématique entre l’usage de la littérature à des fins éducatives et le recours à l’émotion : s’agit-il, comme pour l’un des auteurs avec lesquels Béatrice Finet s’est ainsi entretenue, Y. Hassan, de produire une expérience littéraire de l’émotion à l’état pur, au risque d’y enfermer le jeune lecteur sous couvert de le moraliser ? S’agit-il de créer, pour lui, une œuvre littéraire capable de restituer un monde, une histoire et des personnages, tout en lui ménageant la possibilité d’une distance, d’une réflexion et d’une connaissance ? L’ouvrage se referme sur deux très belles méditations. La première est une méditation philosophique qui, à partir des travaux de Martha Nussbaum consacrés à la littéraire et à l’usage des humanités à des fins d’éducation démocratique, suggère de promouvoir une culture des sentiments doux et humains, en même temps que d’initier les plus jeunes à l’exercice d’un jugement éclairé (p. 151-153). La seconde est une méditation historique, qui emprunte les chemins parcourus par S. Friedlander, dans L’Allemagne nazie et les Juifs, pour attirer l’attention sur la spécificité d’une approche historique reconnaissant l’ampleur d’une histoire collective engloutissant les individus dans son anonymat, tout en restituant aux destins personnels des témoins et des victimes – par les innombrables documents retrouvés – pour les préserver d’une dimension interne du crime nazi qui en fait la monstruosité : l’oubli issu de la volonté d’une annihilation cherchant à effacer ses propres traces. Certes, on pourra estimer rester sur sa faim, sur la question à laquelle le livre de Béatrice Finet élève ses lecteurs : comment unir et conjoindre, dans l’enseignement primaire, l’enseignement littéraire, l’enseignement de l’histoire, la formation morale des enfants, voire une éducation comprenant en elle une dimension philosophique ? Mais c’est que ce problème est d’une grande ampleur, et que ce travail a du moins le mérite de le poser clairement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Dubreucq, « Béatrice Finet (2019).
La Shoah racontée aux enfants, une éducation littéraire. », Recherches & éducations [En ligne],  | 2020, mis en ligne le , consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8739

Haut de page

Auteur

Eric Dubreucq

INSPE de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals