Navigation – Plan du site

Stéphane Pahud (2019).
Chairissons-nous ! Nos corps nous parlent.

Camille Roelens
Référence(s) :

Chairissons-nous ! Nos corps nous parlent.
Stéphane Pahud
2019
Lausanne : Éditions Favre SA, 224p.

Texte intégral

  • 1 Molinier, P., Laugier, S. et Paperman, P. (dir.) (2009). Qu'est-ce que le care ? Souci des autres, (...)
  • 2 Bézy, O. (2009). Quelques commentaires à propos de la célèbre formule de René Labiche : "La santé c (...)
  • 3 Voir le hors-série éponyme de la présente revue (2017).

1Stéphanie Pahud, linguiste, spécialiste de l’analyse de discours et de la didactique du Français Langue Étrangère, propose dans son dernier ouvrage, qu’elle qualifie d’« essai choral » (p. 16), une solution originale à la difficulté de traduire de façon satisfaisante en français le terme de care (p. 22)1 et ce que ce concept recouvre dans les éthiques qui lui sont liées. Le néologisme « chairir », d’abord succinctement éclairé quant à ses soubassements linguistiques (p. 23-26), fait ensuite l’objet d’une dense conceptualisation dans le « chapitre central [du livre], "Nos corps nous parlent" [qui] a pour pierre angulaire l’analogie corps-langue ».
L’auteure commence par soutenir que les corps ont longtemps été excessivement « silenciés » (p. 39), un corps « sensuré » (p. 40), en bonne santé en cas de silence des organes2, bien éduqué lorsqu’il se tait en société. « À nous de les (re)parler créativement » (p. 44).
Il peut aussi arriver que le corps dise ou fasse dire à celui qui l’habite des choses blessantes, or l’autonomie du sujet humain est vulnérable à la maladie comme au mépris. C’est à cette aune que Pahud donne crédit aux mouvements de « body positivité » (p. 45) pour les brèches qu’ils opèrent dans la « hiérarchie moralo-esthéthique » (p. 52-53) du rapport au corps, mais qu’elle invite aussi à la prudence : s’ils poussent jusqu’à la volonté d’imposer de nouvelles normes ou à l’apologie de pratiques invalidantes, une telle démarche ne soutient pas l’autonomie de ceux qui la pratiquent. L’anorexie est ainsi analysée par Pahud comme une tentative critique de soustraire radicalement le corps aux dépendances extérieures, aux normes, au dialogue avec soi et avec les autres, une « body négativité » (p. 59), un « refus de s’a-corps-der » (p. 64).
Pahud traite ensuite de ce qu’elle appelle la « nouvelle sémiotique féministe [qui] émerge en ce début de XXIème siècle » (p. 66). Le corps n’est plus seulement ce dont les féministes parlent, pour revendiquer, par exemple, que leur corps leur appartient, mais bien le « médium » (p. 67) via lequel certaines choses peuvent être dites. À nouveau, Pahud souligne la puissance dudit médium mais aussi les risques d’incompréhension du message auxquels il peut exposer : le corps comme « lieu de négociation politique du monde » (p. 69) et langage pose lui aussi la question de la réception du discours, laquelle dépend de variables plurielles, allant de l’environnemental (p. 71) au neuro-biologique (p. 77). Citant Bernard Andrieu, Pahud voit dans sa proposition d’émersiologie (p. 74) une manière pour l’individu d’apprendre à « "se réparer"- reparler [son] corps » (p. 75), investir son corps capacitaire3.
En effet, si pour Pahud le « corps est le plus riche moyen d’intégration des données du monde qui nous entoure » (p.99) en même temps qu’un « organe de présentation de soi » (ibid.), parler, entendre et lire par et avec son corps s’apprend, de même que la capacité à gérer l’image que notre corps peut, parfois à notre insu, renvoyer aux autres ou faire naître chez eux. Pahud analyse par exemple le selfie comme une expérience de maîtrise de cette présentation (p. 101), qui implique une part de « négociation » (p. 107).
Outre l’objectivation d’un certain nombre d’influences socio-culturelles, l’autonomie et le respect de celle d’autrui passent également par une « mobilisation de notre énergie pour comprendre la source de nos vulnérabilités et traquer, sans complaisance, nos propres attitudes/représentations […] pour parler nos corps au plus près de qui nous voulons être dans chaque situation » (p. 106). La pratique du tatouage est ainsi, selon Pahud, une manière d’« exprimer cette polyphonie constitutive » (p. 116) du sujet humain, qui est autonome dans la mesure où il s’approprie de manière singulière et critique ses influences. À ce titre, « tricher le corps » (p. 138) et « tricher la langue » (ibid.) seraient deux manières de progresser vers ce qu’Andrieu, cité à nouveau par Pahud, appelle l’ « écologisation de soi » (ibid.), à progresser vers une authenticité non soluble dans la vérité ou le naturel, mais prenant acte de la complexité de l’expérience humaine et des difficultés de grandir, comme l’Alice de Lewis Carrol dont l’ombre plane sur l’ouvrage et s’y pose parfois (p. 150-155). L’auteure conclut sur un appel à ce que « nos corps "recommencés" s’offrent aux autres comme une double ouverture, à la fois incarnation de nouveaux possibles et source de joie » (p. 191).

  • 4 Voir aussi : Roelens, C. (2019). Bienveillance. Le Télémaque, 55, 21-34.
  • 5 L’artiste tatoueuse Sunny Buick approfondit cette question du point de vue du medium de ce « récit (...)
  • 6 L’auteure elle-même et les photographes Raphael Pasquini et Charles Moraz assurant, eux, la dimensi (...)
  • 7 Ricoeur, P. (1986). Du texte à l'action. Paris : Seuil, 114-115.
  • 8 Foray, P. (2001). Hannah Arendt, l'éducation et la question du monde. Le Télémaque, 19, 84.
  • 9 Voir Bruckner, P. (2000). L'Euphorie perpétuelle. Essai sur le devoir de bonheur. Paris : Grasset (...)
  • 10 Foray, P. (2016). La description de l'expérience comme objet et méthode de la philosophie de l'éduc (...)
  • 11 Blais M.C., Gauchet M. et Ottavi D. (2014/2016). Transmettre, apprendre. Paris : Arthème Fayard / P (...)
  • 12 Prairat, E. (2012). « L'autorité éducative au risque de la modernité ». Recherche & Formation, 71, (...)

2La polyphonie du chœur que Pahud réunit autour du déploiement de sa proposition conceptuelle participe assurément de la richesse foisonnante de ce livre.
L’ambition interdisciplinaire d’une proposition que Pahud veut largement appropriable vit à travers quatre contributions de ce qu’elle désigne elle-même comme des « spécialistes » (p. 27) d’autres disciplines et/ou objets que les siens. Enseignante FLE, linguiste et spécialiste de poésie suisse romande, Myriam Moraz-Détraz souligne l’importance de la distinction entre complaisance et bienveillance4, la seconde seule assumant avec lucidité les vulnérabilités de l’autonomie et de la responsabilité humaine sans y renoncer (p. 55-57). Le neuroscientifique Albert Moukheiber pointe le double écueil que serait soit de méconnaître les effets les plus directement biologiques de l’environnement sur notre individualité, soit de penser qu’une compréhension accrue du corps et du cerveau pourrait permettre une forme d’authenticité naturellement induite (p. 84-85). Le sociologue Philippe Liotard, spécialiste des modifications corporelles, propose à la fois une réflexion épistémologique sur la posture du chercheur « pris à contre-corps » (p. 119) du fait de son objet d’étude ne correspondant pas à ses propres pratiques et à l’appropriation de ces modifications par leurs pratiquants comme « écriture de soi »5(p. 125) et non plus comme conformité à des rites traditionnels. Pascal Singy, professeur de sociolinguistique et spécialiste de la prise en charge et de la prévention médicales auprès des populations les plus vulnérables, montre que la mise en œuvre de la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles ne peut se passer d’une profonde prise en compte des diverses manières de dire le corps et ses maux.
Les écrivains Frédéric Beigbeder et David Foenkinos sont successivement invités à réagir au « néologisme "chairir" » (p. 29, p. 33). Le premier souligne, étant en cela en congruence avec le journaliste Fred Valet, préfacier de l’ouvrage, l’actualité l’« injonction Chairissons-nous !, dans le contexte (socio-économico-politique) actuel » (p. 30). Le second y voit une « ode à la bienveillance absolument nécessaire dans une époque brutale » (p. 34).
Les auteures Dunia Miralles et Nys Vanessa offrent enfin deux nouvelles, esquisses littéraires de la manière dont il est possible de « parler créativement nos corps » (quatrième de couverture), et que soutiennent les illustrations crayonnées6 de l’artiste Artgod Father.
Ces incursions rythment la lecture de l’ouvrage, mais sont aussi autant de propositions de mondes7 au contact desquels « notre rapport au monde […] "s’éduque", de même que nous nous éduquons » (p. 183), manière d’illustrer que « l’autonomie subjective de l’être humain ne peut être que l’autonomie d’un "être-au-monde" »8, un rapport à la dimension culturelle de l’existence.
Le premier mérite de cet ouvrage vivant est de parvenir à se tenir à égale distance du volontarisme abstrait (que l’impératif du titre aurait pu laisser craindre) et de l’injonction moralisatrice du « feel good book » reprochant à son lecteur de ne pas s’efforcer suffisamment d’être bien dans son corps et son cœur9. « Si la philosophie de l’éducation veut être quelque chose de substantiel, elle doit refuser l’assignation aux seuls discours éthérés sur les valeurs ; elle doit aussi prétendre penser la réalité́ »10, et à ce titre Pahud déploie une pensée substantielle quant à la manière dont chairir et se chairir peut s’apprendre.
Le second est que, si face à l’ampleur potentiellement paralysante de ce que représente pour un individu l’entrée dans un monde (qui passe par l’éducation), la « tâche de la pédagogie est de renverser ce facteur d’inhibition en facteur d’appel, grâce à des cheminements bien conçus, qui savent donner l’idée du but à quelque échelle modeste que ce soit »11, Chairissons-nous est assurément un ouvrage (d’une) pédagogue, qui assume une posture d’autorité, au sens bien précis d’« action indirecte, […] activité qui vise à susciter, en l’autre, une activité »12.

Haut de page

Notes

1 Molinier, P., Laugier, S. et Paperman, P. (dir.) (2009). Qu'est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité. Paris : Payot & Rivages, 7.

2 Bézy, O. (2009). Quelques commentaires à propos de la célèbre formule de René Labiche : "La santé c'est la vie dans le silence des organes". La revue Lacanienne, 3, 47-50.

3 Voir le hors-série éponyme de la présente revue (2017).

4 Voir aussi : Roelens, C. (2019). Bienveillance. Le Télémaque, 55, 21-34.

5 L’artiste tatoueuse Sunny Buick approfondit cette question du point de vue du medium de ce « récit de soi-même pour soi-même » (p. 123), et souligne la dimension intersubjective qu’il conserve.

6 L’auteure elle-même et les photographes Raphael Pasquini et Charles Moraz assurant, eux, la dimension photographique de l’ouvrage.

7 Ricoeur, P. (1986). Du texte à l'action. Paris : Seuil, 114-115.

8 Foray, P. (2001). Hannah Arendt, l'éducation et la question du monde. Le Télémaque, 19, 84.

9 Voir Bruckner, P. (2000). L'Euphorie perpétuelle. Essai sur le devoir de bonheur. Paris : Grasset & Fasquelle. Cet auteur a soutenu en 1975, sous la direction de Roland Barthes, une thèse intitulée « Lecture de Charles Fourrier : le corps de chacun est accessible à tous ».

10 Foray, P. (2016). La description de l'expérience comme objet et méthode de la philosophie de l'éducation. Le Télémaque, 50, 70.

11 Blais M.C., Gauchet M. et Ottavi D. (2014/2016). Transmettre, apprendre. Paris : Arthème Fayard / Pluriel, 206.

12 Prairat, E. (2012). « L'autorité éducative au risque de la modernité ». Recherche & Formation, 71, 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Roelens, « Stéphane Pahud (2019).
Chairissons-nous ! Nos corps nous parlent. », Recherches & éducations [En ligne],  | 2020, mis en ligne le , consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8746

Haut de page

Auteur

Camille Roelens

Recherche en Éducation Compétences Interactions Formation Éthique Savoirs (RECIFES)
INSPE de Lille Nord de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals