Navigation – Plan du site
Biopolitique du (dé)confinement

Epidémie de Covid-19 en France :
Logiques biopolitiques d’un confinement

Enguerran Maci et Priscilla Duboz

Résumés

La pandémie de Covid-19 peut être considérée comme une image grossie du « pouvoir sur la vie » qui s’est développé, selon les analyses de Michel Foucault sur la France, depuis le XVIIe siècle. Inscrit dans ce cadre théorique, cet article se propose de comprendre quel intérêt, ou quelle légitimité, peut tirer le pouvoir gouvernemental des mesures de confinement mises en place. Pour cela, nous analyserons deux discours du Président français, celui du 12 mars et celui du 16 mars.

Haut de page

Texte intégral

  • 1
  • 2 Du 16 mars au 26 avril, deux enfants de moins de 14 ans sont décédés en France du Covid-19 selon le (...)
  • 3 Pour lecteur n’ayant pas lu Michel Foucault : ce changement de paradigme dans l’exercice du pouvoir (...)
  • 4 Cet article a été rédigé avant l’allocution du 13 avril annonçant un déconfinement progressif à par (...)

1Comme pour le Sras ou Ebola, le virus SARS-CoV-2, responsable de la maladie Covid-19 (Lipsitch et al., 2020), est vraisemblablement issu du règne animal et plus précisément de la chauve-souris, qui en constitue le réservoir naturel (Rio et Malani, 2020). Son passage vers l’espèce humaine aurait été possible par l’intermédiaire du pangolin (Rio et Malani, 2020), espèce protégée mais braconnée et vendue à des fins alimentaires et sanitaires (dans le cadre de la médecine chinoise) sur le marché de Wuhan. L’épidémie de Covid-19 aurait débuté fin décembre 2019 dans la province de Hubei, au centre de la Chine, avant de se propager très rapidement sur l’ensemble de la planète. Comme pour le Sras, les patients meurent de détresse respiratoire (Xu et al., 2020).
Les premières études épidémiologiques démontrent que tous les individus n’encourent pas les mêmes risques face au SARS-CoV-2 : les enfants de moins de 14 ne meurent que très exceptionnellement de la1maladie (e.g. Santé Publique France, rapport du 7 mai 20202) ; en revanche, nos aînés en sont les principales victimes. En Italie, au 11 mars 2020, la moyenne d’âge des personnes ayant succombé au Covid-19 était de 81 ans ; et environ 90 % des décès concernaient des personnes âgées 70 ans ou plus (Remuzzi et Remuzzi, 2020). Dans l’hexagone, selon Santé Publique France, l’âge médian des personnes décédées entre le 1er mars au 4 mai du Covid-19 était de 84 ans ; les plus de 65 ans représentant 92 % des décès sur le territoire. Avec l’âge, les maladies chroniques non-transmissibles telles que les maladies cardiaques, le diabète de type 2 ou les cancers, constituent les principaux les facteurs de risques de mortalité associée au Covid-19 (Remuzzi et Remuzzi, 2020). En somme, ce virus tue très majoritairement les personnes âgées et/ou « fragiles ».
Face à cette pandémie, des mesures exceptionnelles ont été prises dans plusieurs pays dont la France : fermeture des crèches, écoles et universités dans un premier temps ; puis fermeture des magasins « non-indispensables » ; et enfin, confinement de la population (à partir du 17 mars en France). De telles mesures n’ont pas été prise en Corée, ni en Suède, et bien plus tardivement en Angleterre par exemple (Alwan et al., 2020).
Quelles que soient les mesures adoptées par les différents gouvernements, la crise du Covid-19 peut être considérée comme une image grossie du « pouvoir sur la vie »3 qui s’est développé, selon les analyses de Michel Foucault sur la France, depuis le XVIIe siècle (1976). Au sein de ce cadre analytique, l’objectif de cet article est d’analyser les liens contemporains entre pouvoir gouvernemental, santé des populations, et ce que nous appelons aujourd’hui économie, en France et au travers de la pandémie de Covid-19. Pour cela, nous analyserons deux discours du Président français, Emmanuel Macron : celui du 12 mars concernant la fermeture des écoles, crèches, universités et lieux « non indispensables » ; et celui du 16 mars, annonçant le confinement de la population française4.

Covid-19 et biopouvoir en France

2La pandémie de Covid-19 illustre sous un jour particulier les liens entre le pouvoir de l’Etat, le pouvoir biomédical, et le pouvoir économique. Au centre de ces relations se trouve bien entendu la « population ».
Dans le cadre des relations entre pouvoir gouvernemental et pouvoir économique, les mesures prises par l’Etat français semblent, au premier abord, paradoxales. En effet, le Covid-19 tue en très grande majorité des personnes âgées de 70 ans et plus, soit des individus qui « coûtent » à l’Etat, tant par leurs pensions de retraite que par les soucis médicaux qui les frappent plus souvent que les autres catégories d’âge. Pour autant, Emmanuel Macron, Président français à la politique libérale assumée, a énoncé un discours tout à fait l’opposé d’une subordination du pouvoir de l’Etat au pouvoir économique. Adepte des anaphores – celle du 12 mars fut « quoi qu’il en coûte » –, il annonça : « La santé n’a pas de prix. Le Gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies quoi qu’il en coûte ».
Tout au long du discours du 12 mars, le Président français affirme que les liens qui unissent le pouvoir gouvernemental et le pouvoir biomédical priment sur ceux qui l’unissent au pouvoir économique. Dès les premières secondes, il établit l’ordre des priorités en insistant sur la santé de la population, et plus particulièrement celle des plus fragiles : « l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables. L’urgence est de freiner l’épidémie afin de protéger nos hôpitaux, nos services d’urgence et de réanimation, nos soignants qui vont avoir à traiter, comme je viens de vous l’expliquer, de plus en plus de patients atteints ». La santé de la population comme enjeu primordial du pouvoir gouvernemental amènera le Président français à évoquer, en fin d’allocution, de possibles transformations du modèle de « développement » (soit un modèle libéral) actuellement dominant à l’échelle du globe : « Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour […] Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ». Ce discours coupe, au moins dans sa forme, l’exercice du pouvoir gouvernemental des enjeux économiques qui le sous-tendent depuis le XVIIe siècle.
La question qu’il s’agit désormais de se poser est donc la suivante : pourquoi le chef de l’Etat français a-t-il énoncé un tel discours et mis en place de telles mesures, entrant apparemment en contradiction avec la sphère économique ? Quel intérêt, ou quelle légitimité, peut tirer le pouvoir gouvernemental de ce discours et de ces actions ?

Opinion publique et pouvoir biomédical

3Tout d’abord, il est indispensable de remarquer que les mesures annoncées par le Président français les 12 et 16 mars 2020, sont largement approuvées par la population du pays. Le 18 mars, un sondage réalisé par Internet indique par exemple que 93 % des Français sont favorables ou très favorables au confinement5. L’inquiétude a progressivement grandi au sein de la population puisque ce même jour plus de 80 % des répondants disent être inquiets ou très inquiets à l’idée de prendre les transports en commun alors qu’ils n’étaient que 60 % dans ce cas cinq jours plus tôt. Au 17 mars, 175 personnes étaient mortes de l’épidémie en France. Ce fossé entre le nombre de décès et la prévalence de « l’inquiétude » est révélatrice de la mise à l’écart de la mort dans les sociétés occidentales (Foucault, 1976). Quoi qu’il en soit, Emmanuel Macron a choisi de composer avec l’opinion du peuple pour, au moins en partie, ne pas être sévèrement sanctionné par ce dernier lors des prochaines élections. Face à l’inquiétude sanitaire de la population, le Président français a donc renégocié les relations entre pouvoir gouvernemental et pouvoir biomédical, c’est-à-dire avec les soignants et notamment ceux qui exercent dans les structures publiques, en première ligne face aux cas les plus graves de covid-19.
Il s’agit là d’une question sensible pour l’Etat car il entretient de bien mauvaises relations avec le pouvoir biomédical depuis des mois. Les prémices de ces relations tendues se situent en mars 2019, lorsque les services d’urgence ont commencé à protester – sous la forme de grèves – contre leurs conditions de travail à Paris, avant d’être rapidement rejoints par l’ensemble des services d’urgence français, puis par l’ensemble du personnel hospitalier. Malgré des efforts financiers consentis par le gouvernement en novembre 2019, plus de 1000 chefs de services démissionnaient de leurs fonctions administratives le 14 janvier 2020, avec l’espoir de se faire entendre du gouvernement et d’obtenir des investissements à la hauteur de leurs besoins.
C’est dans ce contexte conflictuel avec le pouvoir biomédical qu’Emmanuel Macron parlera, dans son discours du 12 mars, des soignants en des termes élogieux : « ces héros en blouse blanche », « nos soignants sont formidables d’innovation et de mobilisation », allant même jusqu’à évoquer une véritable prise en compte de leurs revendications : « nous en tirerons toutes les leçons et sortirons avec un système de santé encore plus fort ».

La puissance de l’Etat

4Si le pouvoir gouvernemental tente donc de resserrer ses liens avec le pouvoir biomédical, il n’est pas pour autant question pour lui de revenir sur l’impact des décisions prises quant à la baisse des crédits alloués aux hôpitaux publics ou à la recherche (voir par exemple le Crédit d’Impôt Recherche6), décisions élaborées dans le cadre de ses relations privilégiées avec le pouvoir économique. Au contraire, il va utiliser cette crise pour démontrer sa puissance. Comment va-t-il procéder ?
Tout d’abord en annonçant des mesures restrictives d’une rare ampleur. Le 16 mars, lors d’une deuxième allocution télévisée, Emmanuel Macron décrétera le confinement de toute la population française : « je pose des règles nouvelles, nous posons des interdits, il y aura des contrôles ». La police et l’armée, en ville comme dans les campagnes, sont chargées de ces contrôles. Par ces mesures restrictives, annoncées par le Président et mises en œuvre par les dispositifs propres au pouvoir gouvernemental, l’Etat démontre son pouvoir sur les corps-sujets qui constituent sa population. Quel autre pouvoir pourrait s’exercer sur une telle échelle et avec une telle efficience ?
Rappelons, dans une perspective socio-historique, que la mise en quarantaine, ou le confinement, des populations ne constituent pas des faits nouveaux en contexte épidémique. Depuis la fin du Moyen-Âge, il existait en France un plan d’urgence permettant de répondre à ces crises sanitaires, qui prévoyait notamment le confinement des familles dans leur foyer, un système de surveillance généralisé qui compartimentait et contrôlait la ville, un système de rapport quotidien du respect du confinement, une mise à jour du nombre de cas et une désinfection générale des foyers (Foucault, 2001 [1977]). Il s’agissait typiquement du schéma médical de réaction contre la peste dans les centres urbains, observé dans le cadre du développement de la médecine sociale, et urbaine, française7.
Bien évidemment, le confinement associé à la peste au XVIIIe et celui, actuel, résultant de la pandémie de Covid-19, n’ont rien de semblable. Ces deux maladies ne sont pas comparables en termes de mortalité : le taux de létalité de la peste bubonique est d’environ 50 % (e.g. Galy et al., 2018) alors que celui du Covid-19 se situe autour de 2 % à 3 % (Wu et McGoogan, 20208). De plus, le confinement associé à la peste n’a jamais été appliqué sur l’ensemble du territoire national. Parallèlement, les rapports au corps – de l’hygiène aux affects – et à la santé se sont considérablement transformés au cours des derniers siècles (e.g. Andrieu, 2012 ; Le Breton, 1990 ; Vigarello, 1985). Pourtant, si tout semble distinguer ces événements épidémiques, le confinement est resté la réponse privilégiée du pouvoir gouvernemental. Dans le cas contemporain de la pandémie de Covid-19, l’efficacité de ce dispositif de confinement pose d’ailleurs question : la Corée du Sud, pour ne prendre qu’un exemple, a su contenir l’épidémie sans avoir recours à une telle mesure (JAMA Network, 2020 ; WHO Situation Report du 13 mai 20209). Si l’efficacité réelle du dispositif de confinement semble donc encore en suspens à l’heure actuelle, sa mise en œuvre semble cependant aller au-delà de la simple protection des populations et de la réduction du nombre de morts : elle permet – peut-être avant tout – de démontrer la puissance du pouvoir gouvernemental.

L’évitement du blâme

5En 2020, en France, si la protection de la population saine ou fragile est d’actualité, le but premier et avoué des mesures de confinement et de fermeture d’établissements est d’éviter à tout prix la saturation des services hospitaliers. Cette stratégie a pour objectif immédiat d’apaiser les relations tendues entre pouvoir gouvernemental et pouvoir biomédical. Le 12 comme le 16 mars, le Président français ira jusqu’à se transformer en agent de santé publique en répétant aux français les comportements de protection face au virus, les enjoignant à se laver les mains, à respecter une distance d’au moins un mètre entre eux, ou encore à n’appeler les services d’urgence « qu’en cas de forte fièvre, de difficulté à respirer ». Cette stratégie lui permet de s’associer au pouvoir biomédical et même de s’approprier une partie de sa légitimité pour asseoir le pouvoir gouvernemental. Ces mesures permettent au pouvoir gouvernemental d’éviter tout procès de délaissement du pouvoir biomédical. Main dans la main donc, avec un intérêt certain pour le pouvoir gouvernemental car si les hôpitaux ne peuvent prendre en charge l’ensemble des cas, alors l’Etat, dont l’un des rôles est de prendre en charge l’aménagement de la société comme milieu de bien-être physique, de santé optimale et de longévité (Foucault, 2004 [1978]), faillit.
La saturation des hôpitaux semble concrètement possible compte tenu des évolutions récentes de l’aide accordée à ce secteur en France et le délai ayant existé entre le premier cas importé (24 janvier) et la prise de mesures visant à réduire le contact entre les individus (12 mars). Mais depuis la mise en place du confinement et la fermeture de certains établissements, ce risque de saturation des services de soins intensifs et de réanimation peut indirectement être imputée aux personnes adoptant des comportements irresponsables (regroupements familiaux en période de confinement, sorties non nécessaires, etc.). Les individus qui, bien qu’avertis, adoptent des comportements irresponsables, concourent ainsi directement au dysfonctionnement grave de l’institution sanitaire centrale de l’Etat : l’hôpital public. Ainsi, la seule façon de préserver le pouvoir et la légitimité de l’Etat, tout en renforçant son autorité, consiste en la prise de mesures de confinement. Le pouvoir gouvernemental se dédouane alors de la responsabilité de la propagation du virus en la rejetant sur la population, tout en minimisant l’impact de son temps de réaction face à l’épidémie et de sa politique d’affaiblissement de l’hôpital public. Cet effet de la prise de décision gouvernementale pourrait être rapproché de la stratégie d’ « évitement du blâme » utilisée par les politistes (Caune, 2010 ; Ferrié et Omary, 2019).

L’opportunité d’un rééquilibrage des relations de pouvoir ?

6Nous voyons donc que les discours et les mesures prises par le pouvoir gouvernemental ont deux objectifs majeurs : démontrer la puissance de l’Etat en temps de crise sanitaire et attribuer la responsabilité de la propagation de l’épidémie aux comportements irresponsables de la population. Doit-on penser malgré tout que cette pandémie est en mesure de rebattre les cartes des relations entre pouvoir gouvernemental, pouvoir biomédical et pouvoir économique ? A la suite ou durant l’épidémie de Covid 19, le gouvernement va-t-il réellement « interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour » ? Il conviendra dans les semaines et les mois qui viennent d’analyser ces possibles « décisions de ruptures ».

Haut de page

Bibliographie

Alwan, N.A., Bhopal, R., Burgess, R.A. et al. (2020). Evidence informing the UK’s COVID-19 public health response must be transparent. Lancet, doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30667-X

Andrieu B. (2012). L’auto-santé. Vers une médecine reflexive. Paris : Amand Colin.

Caune, H. (2010). Blame avoidance (Evitement du blâme). In L. Boussaguet, S. Jacquot, P. Ravinet (Eds), Dictionnaire des Politiques Publiques (pp. 114-123). Paris : Presses de Sciences Pô.

Del Rio, C., & Malani, P.N. (2020). COVID-19—New Insights on a Rapidly Changing Epidemic. JAMA, doi :10.1001/jama.2020.3072

Ferrié, J-N., & Omary, Z. (2019). La trappe des décisions irréfléchies : le régime d’assistance médicale au Maroc (RAMED) et le plan Sésame au Sénégal. Mondes en Développement, 187, 15-28.

Foucault, M. (2004 [1978]). Sécurité, Territoire, Population. Paris : EHESS-Gallimard-Seuil.

Foucault, M. (2001 [1977]). La naissance de la médecine sociale. In D. Defert D., F. Ewald (Eds), Dits et Ecrits II (pp. 207-228). Paris: Gallimard.

Foucault, M. (1976). La volonté de savoir. Paris : Gallimard.

Galy, A., Loubet, P., Peiffer-Smadja, N., & Yazdanpanah, Y. (2018). La peste : mise au point et actualités. La Revue de Médecine Interne, 39, 863-868.

JAMA Network. (2020). Coronavirus disease 2019 (COVID-19). https://jamanetwork.com/journals/jama/pages/coronavirus-alert

Le Breton, D. (1990). Anthropologie du corps et modernité. Paris : Presses Universitaires de France.

Lipsitch, M., Swerdlow, D.L., & Finelli, L. (2020). Defining the Epidemiology of Covid-19 - Studies Needed. BMJ, doi: 10.1056/NEJMp2002125.

Remuzzi, A., & Remuzzi, G. (2020). COVID-19 and Italy: what next? Lancet, doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30627-9

Vigarello, G. (1985). Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen-Age. Paris: Seuil.

Wu, Z., & McGoogan, J.M. (2020). Characteristics of and Important Lessons From the Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) Outbreak in China. Summary of a Report of 72 314 Cases From the Chinese Center for Disease Control and Prevention. JAMA, doi :10.1001/jama.2020.2648

Xu, Z., Shi, L., Wang, Y., et al. (2020). Pathological findings of COVID-19 associated with acute respiratory distress syndrome. Lancet, doi.org/10.1016/S2213-2600(20)30076-X

Haut de page

Notes

1

2 Du 16 mars au 26 avril, deux enfants de moins de 14 ans sont décédés en France du Covid-19 selon le rapport du 7 mai publié par Santé Publique France. Document accessible ici : https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-7-mai-2020

3 Pour lecteur n’ayant pas lu Michel Foucault : ce changement de paradigme dans l’exercice du pouvoir correspond au fait que le pouvoir cesse alors de ne s’exercer que dans et par la mort – faire mourir ou laisser vivre – pour s’exercer principalement sur la vie par le contrôle de la population et des individus – faire vivre ou rejeter dans la mort (Foucault, 1976, p. 181).

4 Cet article a été rédigé avant l’allocution du 13 avril annonçant un déconfinement progressif à partir du 11 mai 2020.

5 https://www.bfmtv.com/societe/sondage-bfmtv-93percent-des-francais-approuvent-la-mise-en-place-du-confinement-limitant-les-deplacements-1876782.html

6 L’exemple le plus frappant de cette politique réside dans le « Crédit d’Impôt Recherche », représentant environ six milliards de réduction d’impôt pour la « recherche et développement » des entreprises ; soit l’équivalent de 75 % du budget alloué à la recherche publique.

7 La lèpre, quant à elle, était associée à un autre schéma médical : celui de l’exclusion, les lépreux étant immédiatement exclus de l’espace commun.

8 Ces résultats sont contestés et seront certainement revus à la baisse en fin de pandémie. Il ne s’agit ici que de de donner un ordre d’idée du taux de létalité de la maladie.

9 Accessible ici : https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200513-covid-19-sitrep-114.pdf ?sfvrsn =17ebbbe_4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enguerran Maci et Priscilla Duboz, « Epidémie de Covid-19 en France :
Logiques biopolitiques d’un confinement », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8806

Haut de page

Auteurs

Enguerran Maci

UMI 3189 Environnement, Santé, Sociétés

Priscilla Duboz

UMI 3189 Environnement, Santé, Sociétés

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals