Navigation – Plan du site
Biopolitique du (dé)confinement

Sécurité sanitaire, processus éducatifs et illusion du contrôle des corps:
La crise du covid-19 comme analyseur

Sylvain Ferez et Sébastien Ruffié

Résumés

Cet article interroge la place accordée à l’activité physique et sportive à des fins de santé dans la gestion politique de la crise du covid-19. Comment saisir l’incitation à continuer à faire « un peu d’activité physique » durant la période du confinement ? La crise apparaît finalement comme un analyseur de la place prise par le « sport-santé » dans les dispositifs de gouvernement des corps. La tension entre sport-santé et sport-danger éclaire l’importance acquise par la dimension du risque et les questions liées à sa gestion individuelle et collective. En arrière-plan, une vision éducative s’esquisse de manière sous-jacente, associée à un double dessein de contrôle des populations et de maîtrise du vivant. Mais n’est-ce précisément l’illusion de cette vision éducative – inscrite dans le projet de contrôle et de domination de la « modernité tardive » – que l’irruption du « monstrueux » virus a brutalement mise

Haut de page

Texte intégral

1La crise sanitaire dite du « covid-19 » s’est déclarée en pleine période de discussion sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Malgré les protestations du monde académique1, les réponses qu’elle a suscitées de la part des pouvoirs publics ont confirmé la volonté de renforcer la politique de financement de la recherche par projets. D’importants moyens ont ainsi été débloqués pour financer des appels à projets ciblés sur l’épidémie du nouveau coronavirus, publiés en urgence (certains sous l’appellation flash), notamment par l’Agence nationale de la recherche (ANR), l’Agence Nationale de la recherche sur le sida et les hépatites (ANRS) et l’Institut de recherche en santé publique. Il était attendu des chercheur·e·s qu’ils apportent des solutions, notamment thérapeutiques et technologiques, susceptibles d’accompagner la gestion de la crise et de renforcer l’efficience des dispositions prises. Le covid-19 a ainsi rapidement été construit comme un objet de concurrence et de convoitise, alors même que la recherche au long cours sur les coronavirus avait, durant la dernière décennie, été progressivement privée des moyens qui auraient permis de disposer de connaissances sans doute très précieuses pour gérer la pandémie.
Cette logique d’une recherche accélérée, afin de pouvoir être appliquée au besoin de l’actualité, répond à une volonté de contrôle propre à la « moderne tardive » (Rosa, 2012) dont il s’agit ici de questionner les effets dans le domaine de l’éducation physique. Il n’est donc pas question de constituer le covid-19 en objet d’analyse, mais d’en faire un analyseur – au sens de Lapassade (1971) – des mutations de l’éducation physique, du sport et de la discipline qui leur sert de cadre de référence universitaire depuis les années 1970, les Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Car si la crise impose une indéniable urgence à mener des études cliniques dans le domaine de la recherche médicale (ou en vue de mieux identifier et comprendre les situations de détresse sociale qu’elle a engendrées), l’empressement à trouver des « solutions » liées au sport et à l’activité physique (AP) nous semble avant tout révélatrice de forces culturelles, que représente le désir de contrôle et de domination qui est au cœur du rapport entre sport-santé et éducation physique qu’il s’agit ici d’éclairer.
Les tensions entre approches centrées sur le social et celles centrées sur le vital traversent l’histoire de l’éducation physique et sportive depuis le 18ème siècle (Pociello et Denis, 2004). Le covid-19 offre selon nous un précieux analyseur de la volonté de contrôle des corps et des populations qui, par-delà ces tensions, hante les évolutions de cette dernière depuis un demi-siècle. Il est ainsi révélateur des failles et des impensés d’une idéologie éducative qui en définitive, en se fondant sur l’illusion du contrôle, refuse l’expérience de l’incertitude, de l’aléa et de la crise, en d’autres termes de l’indisponible (Rosa, 2020b).

À l’heure du confinement, continuez à faire « un peu d’activité physique » !

2Lors de son allocution télévisuelle du 16 mars 2020, le président Macron annonce la mise en place de moyens inédits en vue de faire face à l’épidémie de covid-19. La décision du « confinement » massif de la population française constitue sans doute la mesure de prévention la plus marquante du dispositif de sécurité évolutif déployé pendant plusieurs mois (dispositif qui enjoint par ailleurs au respect des « gestes barrières »). Si depuis les années 1970, les Français·e·s étaient habitué·e·s aux messages de santé publique, et à la diffusion de recommandations par les outils de communication à grande échelle (Berlivet, 2004), la remise en cause de la liberté de déplacement sur l’ensemble territoire national, de surcroit pour des raisons sanitaires, constitue une première depuis l’après-guerre. La référence à une situation de « guerre » sert de justification. Le Président de la République signale toutefois dès le 16 mars un certain nombre d’exceptions :

« Partout sur le territoire français, en métropole comme Outre-mer, seuls doivent demeurer les trajets nécessaires, nécessaires pour aller faire ses courses avec de la discipline et en mettant les distances d’au moins un mètre, en ne serrant pas la main, en ne s'embrassant pas, les trajets nécessaires pour se soigner, évidemment, les trajets nécessaires pour aller travailler si le travail à distance n’est pas possible et les trajets nécessaires pour faire un peu d’activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches »2.

3Il n’existe donc aucune contradiction, du point de vue de la puissance publique, entre la décision du confinement et l’incitation à « faire un peu d’activité physique mais sans retrouver (…) des amis ou des proches ». Le sport-santé fait d’emblée partie des rares motifs autorisant à se déplacer hors de chez soi. Attention, il s’agit d’une pratique à stricte rationalité médicale, qui ne s’inscrit pas dans l’échange et le partage d’une signification socioculturelle. En fait, seule la légitimité sanitaire que cette pratique a acquise au cours de la dernière décennie explique ce qui pourrait apparaître, au premier regard, comme un paradoxe. Car loin de s’opposer, sport-santé et confinement s’inscrivent dans une même perspective du gouvernement des corps. Il s’agit bien de « bouger pour être sain », tout comme il s’agit de rester confiné et d’appliquer les gestes barrière pour préserver sa santé et celle de la population nationale. Derrière le pilotage scientifique des politiques publiques, conçu à grand renfort d’expertise épidémiologique, demeure finalement l’empreinte d’une vision morale du salut par le sport (Vieille-Marchiset, 2019).
C’est dans ce contexte que la période de confinement a été l’occasion, notamment sur les réseaux sociaux, d’une prolifération des initiatives plus ou moins sérieuses pour pratiquer en intérieur, dans l’espace exigüe d’un appartement, alors que certains experts s’attachaient par ailleurs à prodiguer leurs recommandations sur les « bonnes pratiques » en la matière3. Dans le même temps, le marché des outils numériques de « tracking » et de « monitoring » a connu un essor sans précédent, venant étayer les démarches spontanées d’auto-quantification [self quantified] comme les dispositifs de suivi et d’accompagnement des personnes soumises à des incitations biomédicales en matière d’AP parce qu’elles vivent avec une maladie chronique.
Il n’existe pas de données fiables concernant les usages en matière d’AP durant la période de confinement. Pour certain·e·s, cette dernière marque sans doute une rupture ou un coup d’arrêt dans les habitudes. Pour d’autres, elle offre l’occasion et le temps d’une pratique sportive accrue, parfois même au-delà du raisonnable. Nombre de témoignages attestent ainsi de la mise en place d’activités plus ou moins addictives afin de faire face à l’épreuve du confinement, un peu à l’image de que l’on peut observer dans l’univers carcéral. Ici, on observe un surinvestissement sportif masculin, notamment dans les pratiques de musculation, qui s’inscrit dans une logique de sur-virilisation (Solini et Neyrand, 2011). Le sentiment de contrôle de son propre corps engendré par l’engagement maniaque dans l’entretien de soi apparaît finalement comme une manière de faire écran aux difficultés liées à l’absence de maîtrise du temps et de l’espace (Bessin et Lechien, 2002 ; Trouillard Perrot, 2007).

Gouverner et contrôler les corps... face à l’incontrôlable

  • 4 . Charte d’Ottawa de la promotion de la santé, 1986.
  • 5 . « Il s’agit de faire du marché, de la concurrence, et par conséquent de l’entreprise, ce qu’on po (...)

4En matière d’APS comme ailleurs, la crise sanitaire a finalement conduit à un double mouvement paradoxal de mise en question du paradigme du contrôle, et de renforcement de ce paradigme pour lutter contre sa remise en question. Ce double mouvement a été vécu dans l’intimité comme au plan collectif. À l’heure de la crise, on comprend bien les efforts déployés par chacun pour tenter de maintenir, coûte que coûte, un sentiment de maîtrise et de contrôle. Si ces efforts doivent donc être pensés comme une défense logique, ils constituent aussi, selon Rosa (2020a), une expression des forces culturelles, c’est-à-dire d’un « désir de contrôle et de domination », mises à mal par le réel rendu indisponible. Ce sont ces forces culturelles qu’il conviendrait de questionner.
Au plan collectif, le confinement correspond à un choix délibéré : celui de stopper momentanément une dynamique de mouvement et d’accélération qui paraissait jusqu’alors impossible à arrêter. Nos logements se sont ainsi brusquement transformés en « oasis de décélération » (Rosa, 2012). Loin d’avoir été provoqué par le virus, le sociologue insiste sur le fait que l’arrêt résulte d’une décision qui marque le triomphe de la volonté collective. Il constitue une preuve de notre auto-efficacité (Rosa, 2020a). Subsiste un paradoxe : nous nous sommes in fine servis des forces culturelles qui produisent la dynamique d’accélération pour faire le choix de l’interrompre.
En fait, ces forces qui renvoient à un désir de contrôle et de domination se sont trouvées confrontées à un virus « monstrueusement incontrôlable ». Le covid-19 signale ainsi « le retour de l’indisponibilité sous la forme d’un monstre » (Rosa, 2020a). Il s’apparente à un cauchemar pour la modernité dans la mesure où, avec lui, « le monde se rend indisponible » (Rosa, 2020b). D’un côté, face à l’incontrôlable, le souci de « garder » ou de « reprendre » le contrôle figure sans doute une étape indispensable et légitime dans laquelle les APS peuvent avoir un rôle à jouer pour lutter contre le monstre. De l’autre, Rosa (2020a) appelle à un changement de paradigme, cette première étape devant être dépassée pour permettre une prise de conscience : celle de la vulnérabilité et du caractère imprévisible de la vie humaine (Butler, 2005, 2010).
À quelle vision de l’éducation physique ou de la promotion de la santé par les APS ce nouveau paradigme pourrait-il correspondre ? Il s’agirait avant tout d’échapper au rapport de contrôle et de domination associé à une perspective de prescription ou de quasi-prescription médicale qui, au nom d’une « mission de sauvetage » (Rail, 2016), produit une entreprise de normalisation culturelle peu attentive au sens – ou au non-sens – de l’engagement dans la pratique des publics ciblés (Perrin et al., 2002). Bref, de construire une vision de la promotion de la santé par le sport attentive aux significations de cet engagement, à son ancrage socioculturel, mais aussi aux inégalités sociales de santé et aux vulnérabilités des populations concernées (Ferez et al., soumis). Cette vision est généralement associée à la notion d’empowerment, comme processus visant à conférer « aux populations le moyen d’exercer un plus grand contrôle sur leur propre santé »4.
La référence à cette notion permet-elle d’échapper à la perspective du contrôle et du gouvernement des corps ou en figure-t-elle un ultime avatar ? Forgée aux États-Unis dans les années 1890, à l’époque de la « première vague » féministe et des prémices du Black Power (Levy, 1994), elle semble devenue l’un des leitmotiv des politiques sanitaires et sociales menées dans le cadre d’un modèle néolibéral qui vise, depuis le tournant des années 1970, un projet d’autonomisation des individus. Ici, l’empowerment « implique une capacité de conduire rationnellement son existence, de faire des choix, mais la question de l’émancipation et de la justice sociale n’est pas posée ; tout au plus est évoquée celle de l’accès aux opportunités, sans remise en cause des inégalités sociales » (Bacqué et Biewener, 2013, p. 29).
Avec elle, le gouvernement des corps par les APS semble aujourd’hui s’immiscer au cœur de l’intimité et du processus d’individuation décrit par Norbert Elias. La crise du covid-19 éclaire ainsi, à sa manière, le processus d’incorporation des contrôles parfaitement décrit par les travaux de Georges Vigarello. Face au monstre, il convient plus que jamais de garder le contrôle sur son corps, quand bien même l’entreprise est illusoire face à un virus mal connu, tout comme il convient par ailleurs de contrôler son poids ou sa silhouette. Depuis longtemps déjà, la perte de maitrise de cette dernière vient dire « l’échec possible d’une forme, autant que celui d’une identité » (Vigarello, 2012, p. 100). En dehors de toute dimension pathologique, la gestion active de la silhouette s’est ainsi imposée comme le signe d’une « amélioration » possible de soi. Son contrôle, par les moyens du régime, de la gymnastique et d’autres techniques d’amincissement, étant promu au rang d’exigence et de défi individuel.
Dans sa leçon au Collège de France du 24 janvier 1979, Foucault résume la formule directrice du libéralisme : « je vais te produire de quoi être libre » (2004, p. 65). Loin de se réduire à un une simple injonction à être libre (du type « sois libre »), l’énoncé vise, précise-t-il plus tard, la production d’une culture politique libérale de la prise de risque (c’est-à-dire de l’acceptation du danger) au sein d’un jeu de liberté et de sécurité encadré par un système de contraintes et de procédures de contrôle. Le 14 février, sa leçon rappelle que l’enjeu d’une politique néolibérale est en partie lié à la démultiplication et à la différenciation de la forme « entreprise » au sein du corps social5. Un mois plus tard, Foucault analyse la théorie du capital humain comme une manière d’assimiler le travailleur à une entreprise, et de promouvoir un homo œconomicus apparenté à « un entrepreneur de lui-même » (Id., p. 232).

Entre sport-danger et sport-santé : l’expérience du VIH

5Dans ce cadre, les dispositifs de sécurité et autres systèmes de contraintes visent donc avant tout à définir les marges du contrôlable et de l’incontrôlable, qu’elles soient liées à des situations critiques (susceptibles d’échapper) et/ou à des individus défaillants face aux exigences sociales en matière de gestion et de contrôle de soi. Dans le cas du « covid-19 », c’est le risque de perte de contrôle de la situation qui appelle le déploiement de dispositifs de sécurité inédits. Pour justifier les décisions adoptées, l’allocution présidentielle du 16 mars martèle ainsi régulièrement : « Nous sommes en guerre ».
Cette rhétorique grégaire est bien connue. Elle affleure rapidement dès lors qu’il s’agit de justifier le déploiement de politiques publiques agressives pour lutter contre des épidémies, comme celle sur l’obésité (Rail et al., 2010). Si la métaphore fonctionne, c’est parce qu’elle fait aisément écho à une peur qui s’incarne jusque dans l’expérience intime des individus, y compris des « malades ». Dreuilhe, dans l’un des premiers témoignages sur l’expérience du sida publié en France, propose ainsi un journal intime qui épouse la forme d’un journal de guerre :

« Le corps est une patrie dans laquelle on a grandi, dont on peut voir les verrues, les insuffisances, mais un attachement est né, spontanément. La patrie nous a toutefois déçus, pourtant je suis prêt à tout, comme les résistants, pour ne pas accepter le joug étranger du virus. Le tout est de prendre l’esprit de la guérilla et de renverser les rôles. Considérer que les imposteurs ont pris le pouvoir dans mon corps, que l’autorité du virus est illégitime et partir à la conquête de mon moral et du terrain biologique lui-même. Je suis chez moi, dans mon propre corps, et c’est au SIDA de déloger » (1987, p. 16-17).

6Plus globalement, pour prolonger sa réflexion sur La maladie comme métaphore (1977), Sontag (1989) montre combien, au début des années 1980, l’irruption du sida réactive la métaphore militaire-grégaire. Le virus est avant tout représenté comme un ennemi qui envahit ou assiège le corps-forteresse. Face au monstre, il s’agit de reprendre le contrôle. Mais si l’état de guerre constitue l’arrière-plan affectif qui justifie les mesures à prendre, avec le covid-19 c’est l’expertise épidémiologique qui oriente la mise en place des dispositifs de surveillance et de sécurité. En quelques décennies, cette dernière s’est imposée comme un indiscutable outil d’aide à la décision politique, servant à la fois à légitimer les décisions adoptées et à piloter l’action publique. Le covid-19 apparait ainsi comme un formidable analyseur de la place progressivement acquise par les modèles et les catégories de la veille sanitaire et de l’intelligence épidémiologique importés d’Amérique du nord à partir de la fin des années 1980 (Buton, 2006, 2008 ; Buton et Pierru, 2014).
Cette place se matérialise notamment par le poids symbolique et médiatique pris par le conseil scientifique Covid-19 constitué par Matignon en vue de gérer la crise, et par la surexposition de son président, Jean-François Delfraissy, ancien directeur de l’ANRS de 2005 à 2017. Le 18 mars, dans le journal de 20h de France 2, ce dernier intervient pour préciser que la logique du confinement ne s’oppose pas, mais au contraire s’articule, sur la montée en puissance de la stratégie connu en santé publique sous la notion de test and treat. C’est cette stratégie venue d’outre-Atlantique qui, dans le domaine du VIH, a conduit l’ANRS à miser sur le développement des Tests de rapide d’orientation diagnostique et à la mise sous traitement immédiate des personnes diagnostiquées séropositives afin de réduire leur charge virale au point de les rendre « indétectables » (Race, 2001), et donc non contaminants (Perez et al., 2017 ; Rosengarten, 2009).
Au final, du VIH au covid-19, la métaphore grégaire demeure d’actualité pour justifier l’action publique, et on note un réinvestissement des modalités et outils de santé publique de gestion des épidémies expérimentés au cours des deux dernières décennies, notamment par l’ANRS6. Par ailleurs, après avoir été initialement envisagée comme une pratique de santé dont il fallait encourager le maintien en période de confinement, l’AP apparait dans certains cas comme porteuse de risque. En quelques semaines, la gestion du covid-19 voit ainsi se réinstaller une tension entre sport-danger et sport-santé qui a été au cœur de la gestion collective du VIH durant de nombreuses années.
Le 7 avril 2020, constatant l’afflux de pratiquants sportifs dans l’espace public, le Professeur Delfraissy annonce ainsi que toute AP individuelle en extérieur sera interdite à Paris entre 10h et 19h à partir du lendemain7. Peu après, les distances à respecter pour éviter la contamination sont redéfinies dans le cadre de la pratique sportive, en étant portées à 10 mètres minimum entre deux pratiquants de course à pied ou de vélo. On retrouve ici les prémisses d’un jeu de règles qui rappelle celui auquel les fédérations sportives s’étaient prêtées à partir de la fin des années 1980 – et tout au long des années 1990 – pour éradiquer « l’exposition aux risques faibles » (Boutaric et Lascoumes, 2008, p. 8) d’infection au VIH et sécuriser l’espace sportive par l’hygiène. Les modes de gestion des risques propres à la santé publique avaient alors pour la première fois été appliqués au sport, en élaborant des catégories du risque fondés sur une rationalisation du potentiel contaminant des pratiques à partir de la représentation probabiliste qui prévaut en épidémiologie (Ferez, 2020).
Au-delà de la période de confinement – comme entrave à la liberté de circulation –, en interdisant d’un côté les pratiques sportives fédérales et tout autre rassemblement sportif, et en édictant de l’autre des règles de sécurité selon lesquelles l’AP à visée sanitaire doit être maintenue ou encouragée, l’action publique franchit un seuil jamais atteint dans le gouvernement des corps par l’AP. Ce seuil s’inscrit toutefois dans une dynamique bien identifiée dont la crise n’est qu’un analyseur, celle du développement des pratiques dites de sport-santé.
Dans le domaine du VIH, la bascule du sport-danger au sport-santé s’opère définitivement en 1996-1997 avec la diffusion de traitements efficaces et la requalification de l’infection comme une maladie chronique. Le sport n’est alors progressivement plus pensé à partir de la catégorie du risque de transmission du virus, mais comme un devoir qui s’impose aux personnes vivant avec le VIH comme à l’ensemble des malades chroniques (Perez et Ferez, 2017). Aujourd’hui, la figure du patient VIH idéal est non seulement celle d’un individu responsable qui se « prend en charge », notamment en ayant à une AP régulière, mais aussi celle d’un patient « sous contrôle » car sa mise sous traitement rapide a permis de rendre sa charge virale indétectable et de la rendre non-contaminant (Perez et al., 2017).

L’éducation physique peut-elle se fonder sur des sciences du contrôle moteur ?

  • 8 . Ici, précise Boltanski et Chiapello (1999, p. 157), le projet est avant tout défini comme un bout (...)

7En quoi notre vision de l’éducation par l’activité physique, et notamment de sa contribution à des enjeux de santé, pourrait-elle échapper aux logiques de contrôle et de gouvernement des corps dont la crise du covid-19 a révélé la force ? En quoi est-elle en mesure de participer au changement de paradigme que Rosa (2020a) appelle de ses vœux pour le monde d’après ? Lorsque le souvenir de la crise s’effacera, que le mouvement aura repris, que le sentiment de contrôle et l’illusion rétrospective d’avoir toujours tout maîtrisé reprendront le dessus, quel rôle joueront les APS ? Parviendront-elles à être envisagées autrement que comme des techniques-technologies de prévention et de contrôle de soi ou des autres ? Parviendra-t-on à les penser comme des espaces culturels pour construire et éprouver nos liens de dépendance et nos solidarités vivantes, y compris dans l’expérience de la maladie, du vieillissement, en d’autres termes de la déprise ?
La crise épidémique, et les multiples angoisses de contagion qui habitent nos existences – notamment par des virus informatiques –, sont révélatrice des peurs qui hantent la « cité par projets » qui, selon Boltanski et Chiapello (1999), s’est mise en place à partir des années 1970. C’est par exemple le cas de la crise de la lourdeur et de la perte du contrôle des formes corporelles qu’incarne l’épidémie d’obésité, qui est également une crise de projection typique du monde connexionniste et de l’idéal fourni par le paradigme du réseau8. Avec la création des STAPS, l’éducation physique acquiert dans ces mêmes années 1970 une reconnaissance universitaire. Si cette reconnaissance l’ancre a priori du côté d’une pluridisciplinarité appréhendée à partir du prisme des sciences humaines et sociales, elle tourne toutefois très vite le dos aux réflexions sur l’inconscient, l’imaginaire et l’expressivité du corps (Ferez, 2005 ; Ferez et al., 2019 ; Moralès et al., 2019), et se structure principalement autour de la psychologie cognitive dans le sillon des travaux de Jean-Pierre Famose.
Dès leur naissance, on peut finalement adresser aux STAPS un conseil d’orientation similaire à celui que le philosophe des sciences Georges Canguilhem adressait au psychologue en 1958 :

« Quand on sort de la Sorbonne par la rue Saint-Jacques, on peut monter ou descendre ; si l’on va en montant, on se rapproche du Panthéon qui est le Conservatoire de quelques grands hommes, mais si on va en descendant on se dirige sûrement vers la Préfecture de Police » (1966, p. 91).

8Depuis le début des années 2000, ces sciences et techniques, parfois rebaptisées « sciences du mouvement humain », donnent une place grandissante aux théories dites du « contrôle moteur », très en lien avec le champ des neurosciences et les approches cognitivo-comportementales. Cela facilite les connexions avec le domaine de la « réparation » physique et psychique, où les neurosciences sont dominantes, tout comme avec celui de la santé publique, dominées par ces mêmes approches. Cela contribue aussi à véhiculer des représentations et à construire des dispositifs qui servent de cadres aux expériences, notamment via les pratiques dites « éducatives ».
C’est l’illusion du contrôle, tout comme l’impouvoir qui se trouve au fondement de tout discours éducatif (Bernard, 1989), que la crise du covid-19 a finalement brièvement révélé. Pourtant, dans le domaine de l’éducation physique et de l’action publique par le sport, loin de nous inciter à explorer le pouvoir fictionnaire (infini) de la sensori-motricité (Bernard, 2011), cette crise a contribué à renforcer l’emprise des dispositifs de contrôle et de gouvernement des corps. La tension entre le vital et le social qui traverse le champ de STAPS (Pociello et Denis, 2004) apparaît ainsi sous un nouveau jour, celui d’une double volonté de « maîtrise du vivant » – selon l’expression de Dagonet (1998) – et de contrôle des populations qui s’imposent comme des perspectives de recherche au service de l’action publique. Comment échapper à la (non-)vision éducative associée ?

Haut de page

Bibliographie

Bacqué, M.H., & Biewener, C. (2013). L’empowerment, un nouveau vocabulaire pour parler de participation ?. Idées économiques et sociales, 173(3), 25-32.

Berlivet, L. (2004). Une biopolitique de l’éducation pour la santé. La fabrique des campagnes de prévention. In D. Fassin et D. Memmi (Ed.), Le Gouvernement de corps (pp. 37-75). Paris : Éd. de l’EHESS.

Bernard, M. (1989). Critique des fondements de l’éducation. Généalogie du pouvoir et/ou de l’impouvoir d’un discours. Paris : Chiron.

Bernard, M. (2011). Généalogie du jugement artistique. Paris : Beauchesne.

Bessin, M., & Lechien, M.H. (2002). Hommes détenus et femmes soignantes : l’intimité des soins en prison Ethnologie française, 32, 69-80.

Boltanski, L., & Chiapello, E. (1999). Le Nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Boutaric, F., & Lascoumes, P. (2008). L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphérique en France. Sciences Sociales et Santé, 26(4), 5-38.

Butler, J. (2005). Vie précaire. Les Pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001. Paris : Éd. Amsterdam.

Butler, J. (2010). Ce qui fait une vie, Paris : Zone/La Découverte.

Buton, F. (2006). De l’expertise scientifique à l’intelligence épidémiologique : l’activité de veille sanitaire. Genèses, 4(65), 71-91.

Buton, F. (2008). Sous l’emprise des risques sanitaires : les métamorphoses de la santé publique. Savoir/agir, 65, 75-82

Buton, F., & Pierru, F. (2012). Instituer la police des risques sanitaires. Mise en circulation de l’épidémiologie appliquée et agencification de l’État sanitaire. Gouvernement et action publique, 4(4), 67-90.

Canguilhem, G. (1966), Qu’est-ce que la psychologie ?, Cahiers pour l’Analyse, 2,‎ 77-91.

Dagonet, F. (1998). La Maîtrise du vivant, Paris : Éd. Hachette Littératures.

Dreuilhe, A.R. (1987). Corps à corps. Journal de sida. Paris : Gallimard.

Ferez, S. (2005). Mensonge et vérité des corps en mouvement. L’œuvre de Claude Pujade-Renaud. Paris : L’Harmattan.

Ferez, S., Moralès, Y., & Erard, C. (2019). Naissance d’une approche critique du sport et du corps. Le rôle de Michel Bernard (1927-2015) dans le « moment 68 » de l’éducation physique. STAPS, 126(4), 9-30.

Ferez, S. (2020). L’irruption du VIH/sida dans l’espace sportif (1987-1997). Enjeux socio-imaginaires d’une sécurisation par l’hygiène. Corps, 17, 301-310.

Ferez, S., Perrin, C., Dalla Pria, Y., & Vieille-Marchiset, G. (Soumis). Promotion de la santé par le sport et l’activité physique au temps du covid-19. Santé publique.

Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979). Paris : Seuil/Gallimard.

Lapassade, G. (1971). L’analyseur et l’analyste. Paris : Gauthier Villars.

Levy, S.B. (1994). The Empowerment Tradition in American Social Work, Columbia: University Press.

Moralès, Y., Travaillot, Y., & Ferez, S. (2019). Le GREC (1968-1976), une contestation « par corps » de la formation des enseignants d’éducation physique et sportive. Sciences Sociales et Sport, 13, 57-84.

Perez, M., & Ferez, S. (2017). Sport et VIH-sida : de l’exclusion des séropositifs à l’accompagnement des « malades ». Sciences de la société, 101, 92-111.

Perez M., Ferez S. & Héas, S. (2017). Séropositivités et (em)prises biotechnologiques. Les homosexuels masculins récemment diagnostiqués. SociologieS, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 29 novembre 2017. URL : http:// sociologies.revues.org/6371

Perrin, C., Ferron, C., Gueguen, R., & Deschamps, J.P. (2002). Lifestyle patterns concerning sports and physical activity, and perceptions of health. Social and Preventive Medicine, 47(3), 162-171.

Pociello, C., & Denis, D. (Eds). (2004). Entre le social et le vital. L’éducation physique et sportive sous tensions (XVIIIe-XXe siècle). Grenoble : PUG.

Race, K. (2001). The Undetectable Crisis: Changing Technologies of Risk. Sexualities, 4, 167-189.

Rail, G., Holmes, D., & Murray, S.J. (2010). The politics of evidence on ‘domestic terrorists’: Obesity discourses and their effects. Social Theory & Health, 8(3), 259-279.

Rail, G. (2016). La violence de l’impératif du bien-être. Bio-Autres, missions de sauvetage et justice sociale. STAPS, 112(2), 17-31.

Rosa, H. (2012). Aliénation et accélération. Vers une théorique critique de la modernité tardive. Paris : La Découverte.

Rosa, H. (2020a). Le miracle et le monstre - un regard sociologique sur le Coronavirus. AOC, le 08/04/2020. URL : https://aoc.media/analyse/2020/04/07/le-miracle-et-le-monstre-un-regard-sociologique-sur-le-coronavirus/

Rosa, H. (2020b). Rendre le monde indisponible, Paris : La Découverte.

Rosengarten, M. (2009). HIV Interventions: Biomedicine and the Traffic between Information and Flesh. Washington: University of Washington Press.

Solini, L., & Neyrand, G. (2011). Survirilisation des pratiques sportives en établissement pénitentiaire pour mineurs. La remise en cause du principe de mixité. Agora débats /Jeunesse, 59(3), 107-119.

Sontag, S. (1977). Illness as Metaphor. New York: Farrar, Straus and Giroux.

Sontag, S. (1989). Aids and its Metaphors. New York: Farrar, Straus and Giroux.

Trouillard Perrot, M. (2007). La santé "carcéralisé" : gestion de soi et chronicité pénitentiaire. Nouvelle revue de psychosociologie, 4, 41-57.

Vieille-Marchiset, G. (2019). La Conversion des corps. Bouger pour être sain, Paris : L’Harmattan.

Vigarello, G. (2012). La Silhouette du 18e siècle à nos jours. Naissance d’un défi. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 . https://academia.hypotheses.org/category/politique-de-la-recherche/lppr-notre-avenir

2 . https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/16/adresse-aux-francais-covid19

3 . Cf. https://theconversation.com/alimentation-activite-physique-les-bons-reflexes-en-periode-de-confinement-134430

4 . Charte d’Ottawa de la promotion de la santé, 1986.

5 . « Il s’agit de faire du marché, de la concurrence, et par conséquent de l’entreprise, ce qu’on pourrait appeler la puissance informante de la société » (Foucault, 2004b : 154).

6 . Outre la décision du confinement et de l’isolement des malades, l’enjeu des recherches financées devient vite de créer les moyens de mise en œuvre d’une stratégie de santé publique fondée sur la vaccination, le test and treat ou la prophylaxie pré-exposition (le recours à cette dernière constituant l’innovation majeure soutenue par l’ANRS au cours de la dernière décennie).

7 . https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-president-du-conseil-scientifique-sur-le-covid-19-juge-necessaire-l-interdiction-de-toute-activite-physique-en-journee-a-paris-1237121.html

8 . Ici, précise Boltanski et Chiapello (1999, p. 157), le projet est avant tout défini comme un bout de réseau fortement activé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Ferez et Sébastien Ruffié, « Sécurité sanitaire, processus éducatifs et illusion du contrôle des corps:
La crise du covid-19 comme analyseur », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8848

Haut de page

Auteurs

Sylvain Ferez

LC2S, UMR-CNRS 8053 / SANTESIH, EA 4614, Université de Montpellier

Sébastien Ruffié

ACTES, EA 3596, Université des Antilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals