Skip to navigation – Site map

HomeRecherches & ÉducationsHSBiopolitique du (dé)confinementL’expérience du confinement lié a...

Biopolitique du (dé)confinement

L’expérience du confinement lié au Covid19 et ses résistances, un analyseur de nos modes de vie ?

Petites méditations en regardant par la fenêtre entre deux lectures
Xavier Riondet

Abstracts

This article proposes to consider the unprecedented containment experience imposed by the context of Covid19 as an analyzer of our lifestyles. This contribution develops hypotheses that may explain certain practices and paradoxes related to this containment experiment. Then this contribution reflects on the traces that this experience could leave and which could determine the aftermath of this experience.

Top of page

Full text

  • 1 Travaillant davantage, d’ordinaire, sur des questions d’histoire de l’éducation, je ne chercherai p (...)
  • 2 Sauf celles et ceux continuant à travailler en dehors de leur domicile.

1L’auteur de cette contribution ne cherche pas à entretenir et diffuser la maladie emblématique des intellectuels, à savoir l’essayisme (Bourdieu, 2002, p.73), mais à saisir ce qu’il se passe en ce moment. Comme le rappelait Pierre Bourdieu, les universitaires font partie de « […] ceux qui ont la chance de pouvoir consacrer leur vie à l’étude du monde social, ne peuvent rester, neutres et indifférents, à l’écart de luttes dont ce monde est l’enjeu » (Bourdieu, 2001, p.7). En mars 2020, les universitaires sont confinés comme le reste de la population et se retrouvent à leur fenêtre en compagnie de leurs outils de travail, les livres. Les réseaux sociaux ont vu émerger plusieurs photos de bibliothèques personnelles prises et diffusées par des universitaires, soit pour proposer des clichés d’ouvrages afin de compenser la fermeture des bibliothèques, soit pour mettre en scène leur capital culturel. Quoi qu’il en soit, l’universitaire se retrouve dans une position matérielle où, plus qu’en toutes autres périodes, il peut penser ce monde social à partir de sa bibliothèque personnelle et ses compétences disciplinaires spécifiques en regardant par le fenêtre, et en cumulant les observations qu’il recueille jour après jours les rares fois où il sort et en scrutant les réactions sur les réseaux sociaux.
De fait, de nombreux États ont connu à partir de mars 2020 une crise sanitaire, mais en de nombreux lieux celle-ci semble s’être doublée d’une crise culturelle. C’est en tout cas la piste que je vais suivre dans ce texte en développant l’idée que l’expérience du confinement constitue un analyseur de nos modes de vies et de la société française1. Cette notion d’analyseur est issue d’un courant majeur de l’histoire des sciences de l’éducation, à savoir l’analyse institutionnelle, et s’imposa, il y a plusieurs décennies, « comme une nécessité pour comprendre les événements sociaux » (Lapassade, 1971a, p.14). Les postulats en jeu dans cette notion renvoient au contexte des années 1960 et reposaient sur l’idée que « c’est l’institution qui produit toujours ses déviants » (ibid., p.25). Pour Lapassade et ses collaborateurs, non seulement, « les déviants des institutions scolaires et universitaires dévoilent les limites et les impasses de ces institutions », mais ceux-ci jouent même un rôle « dans l’invention de nouvelles institutions », les contre-institutions produites constituant en réalité « l’image renversée et négative de la société existante » (id.).
Dans de multiples pays du globe, le confinement fut décidé pour permettre à chaque Etat de pouvoir supporter la prise en charge de l’épidémie sans mettre en crise l’ensemble du système de soin. En France, c’est le 16 mars 2020 que le Président de la République décida de prendre des mesures de confinement. L’interdiction de déplacement devenait la règle, et la population pouvait y déroger de manière exceptionnelle pour différents motifs prévus par un arrêté. En quelques jours, les Français sont passés de leur mode de vie ordinaire au confinement à leur domicile2.

Retour sur quelques résistances

  • 3 En vue de l’activité et de l’utilité il en faut le plus possible. « La force d’un État dépend du no (...)
  • 4 Il faut des hommes, certes ; il en faut beaucoup, mais ils doivent pouvoir vivre. Cet élément justi (...)
  • 5 Car celle-ci est « une des conditions nécessaires pour que les hommes nombreux et qui subsistent gr (...)
  • 6 Il s’agit de mettre au travail ceux qui sont valides et de ne subvenir aux besoins que de ceux qui (...)
  • 7 Qu’il s’agisse des marchandises, des hommes, et de manière générale, « l’ensemble des règlements, c (...)

2Ce confinement apparaît comme une épreuve redoutable, car nous elle nous fait basculer dans une situation inédite. C’est effectivement à court terme une expérience délicate pour l’Etat, et à moyen et long terme pour les individus gérés par cet Etat. Dans Sécurité, territoire, population, Michel Foucault (2004) s’était penché sur la question de l’Etat et avait mis en exergue deux ensembles technologiques et stratégiques qui caractérisait son développement : l’équilibre entre États tout en permettant leur croissance respective (la balance européenne) ; le bon ordre dans l’État tout en permettant l’accroissement de ses forces (la police). Les conséquences directes et indirects d’un confinement de plusieurs semaines sont donc très importantes pour ces logiques de fonctionnement. Pour Foucault, la police se caractérise par cinq attributions : se soucier du nombre des hommes3, se préoccuper des nécessités de la vie4, gérer la question de la santé5, veiller à l’activité de ces hommes, nombreux, en bonne santé6, s’occuper de la circulation7. Dans le contexte du confinement en France et dans les pays voisins, la gestion d’une épidémie et d’une pandémie vienne à l’évidence bousculer ce plan de travail. A la fois, le confinement entraîne l’affaiblissement des flux circulatoires et la diminution de l’activité, mais en même temps, le confinement apparaît comme le moyen le plus sûr de préserver le système de soin et de minimiser les pertes. Ce dilemme stratégique est redoutable, et chaque individu en fait l’expérience dans ses activités sociales, culturelles, éducatives, familiales et professionnelles : arrêt des cours, arrêt des entreprises, arrêt de l’activité, etc.
Cette modeste contribution souhaite se concentrer sur la question du quotidien. Car le confinement, dès la première heure, c’est, pour beaucoup, faire l’expérience d’un enfermement à domicile, sans anticipations et avec les moyens du bord, un saut dans l’inconnu sans possibilité de pouvoir s’équiper à l’avance. Ce n’est pourtant pas la seule caractéristique de ce que les gens vivent depuis la mi-mars. Il faut ajouter à cette première description le fait de ne plus pouvoir fréquenter ces innombrables « autres » lieux, ces hétérotopies qui structurent notre quotidien (aller au café, au restaurant, à la bibliothèque, à la salle de sports, au musée, au cinéma, dans un local associatif, aller chez son kinésithérapeute ou son acupuncteur, chez des amis, chez sa maîtresse ou son amant, etc.) et qui ne sont pas strictement, notre lieu de résidence, notre logement, ou notre lieu d’activité professionnelle. Enfin, dernier trait spécifique, le confinement restreint nos liens avec le monde extérieur. Nous pouvons garder le contact par la téléphonie, les réseaux sociaux, les messageries et la télévision, et notamment ses chaînes d’information continue. Cette dernière forme de relation sociale et de lien avec le monde extérieur est d’ailleurs très singulière puisqu’on y entend des individus pouvant sortir de chez eux vilipendant des auditeurs qui pour la plupart ne peuvent pas sortir, ce qui n’est pas sans paradoxe : celles et ceux qui sortent travailler maximisent le risque d’être contaminés par le Covid19 car ils cumulent les contacts sociaux en sortant du périmètre de leur logement alors que celles et ceux restant confinés maximisent le risque d’être atteint par d’autres pathologies liés au stress, à la sédentarité, au manque de lumière, à l’isolement.

Confinement et résistances : hypothèses

3Suite à la décision du confinement et sa mise en œuvre, une première difficulté que chacun-e a pu très vite constater a consisté à (faire) respecter le confinement. Les journaux télévisés, les réseaux sociaux et les observations que les individus ont pu faire par eux-mêmes ont mis en exergue une pluralité de situations : des individus qui ne respectaient pas les consignes, qui dérogeaient à de nouvelles règles (soit car ils n’en reconnaissaient pas la légitimité, soit qu’ils ne rendaient même pas compte qu’ils étaient dans la transgression), des individus non informés (qui découvraient à contre temps les nouvelles consignes éditées la veille), ou encore des individus qui étaient dans le respect des règles, mais pas dans l’esprit des règles (ils ne dérogeaient véritablement aux règles, mais en cherchant à éviter le confinement, ils ne respectaient pas ce qui était réellement en jeu). Plusieurs raisons furent évoquées.
Une première explication renvoyait au déni de la réalité à l’œuvre dans la diffusion du virus et du processus épidémique. On peut y voir ici le poids de l’ethnocentrisme (« nous, on s’en sortira mieux »), mais également un mauvais tour joué par la spécificité du virus présenté originellement comme une « sorte de grippe » qui ne toucherait que certains profils spécifiques de la population, ou encore la résurgence du syndrome Tchnernobyl (« le phénomène s’arrêtera à la frontière »). Au bout de quelques jours, et après qu’un certain nombre d’informations aient pu être communiquées.
Une deuxième série d’explications attribuait aux personnes ne respectant pas le confinement un défaut de responsabilité. Ces personnes auraient été irresponsables, en ne respectant pas une consigne, un ordre, une obligation, et en mettant en danger, dans la bonne conscience, les autres personnes sous prétexte de se croire en bonne santé (alors que, semble-t-il, les individus peuvent être contagieux avant les symptômes et même sans développer des symptômes). Après plusieurs jours de confinement, plusieurs autres explications peuvent être envisagés et donner lieu à une série de remarques, ces réactions s’estompèrent progressivement, mais dans le même temps, la crise s’était malheureusement amplifiée.

De la difficulté de ralentir et de s’arrêter

  • 8 « Le simple geste de servir du thé et de l’accepter avec reconnaissance constitue le fondement d’un (...)

4Initialement, le confinement fut installé en France à la mi-mars pour une durée de quinze jours, mais avant cela, il fut assez curieux d’observer comment le fait de s’arrêter professionnellement et de rester chez soi ne fut pas envisagé plus tôt, en tout cas dans certains secteurs. Sans doute, en plusieurs circonstances, un arrêt des activités aurait pu être possible plus tôt. C’est ce qu’ont pensé certains universitaires, par exemple. Cette réticence est en fait plus atypique qu’il n’y paraît, car la longueur de l’arrêt de l‘activité pouvait correspondre en fait à la durée de certains arrêts maladie ou de jours de congés. Cette peur de s’arrêter ou de ralentir me semble un des phénomènes les moins analysés à l’heure actuelle, alors même que la critique de la vitesse et de l’accélération du monde contemporain est au cœur de nombreuses publications récentes.
Ce phénomène n’est pourtant pas récent. Dans le petit ouvrage Eloge de l’oisiveté initialement paru en 1932, Bertrand Russell s’interrogeait déjà sur le poids du travail dans nos vies. Véritable vertu aux yeux du monde, le philosophe estimait au contraire qu’il s’agissait de « la cause des plus grands maux dans le monde moderne » et préférait faire l’éloge de l’oisiveté (2019, p.11). Indéniablement, cette addiction à la vitesse et à l’accélération est culturelle au sens où elle nous détermine de longue date au sein de certains de nos sociétés occidentales. On pourra songer ici au magnifique livre de Laurent Vidal : Les hommes lents. Résister à la modernité XVe-XXe siècle (2020). Avec cet ouvrage, l’auteur livre aux lecteurs la généalogie de « l’attribution à certains individus ou groupes sociaux, dès l’aube de la modernité, d’une qualité discriminante – la lenteur » (ibid., p.19). Dans l’émergence et le développement de notre modernité, mais également la mise en place de ses rythmes et de sa production, se joua la stigmatisation de toutes ces personnes, colonisés comme exploités, qui restèrent des « indolents » et des « lents ». En conclusion, Vidal faisait remarquer que la domination dorénavant s’exercent sans doute sur les « hommes inutiles » et les « gens qui ne sont rien » (ibid., p.205). Cette domination de la vitesse sur la lenteur est certes une vieille histoire toujours d’actualité, mais le très grand paradoxe que nous vivons durant le confinement est non seulement la découverte d’une incompétence presque généralisée à la lenteur, mais surtout le fait que ceux qui estiment avoir réussi et être utile se retrouvent dorénavant inutiles.
S’initier à la lenteur, c’est peut-être se réapproprier des choses et des actes simples mais chargés de sens. Boire du thé peut paraître insignifiant dans nos cultures occidentales mais cette situation peut donner lieu à un moment très spirituel dans d’autres cultures8. Cette redécouverte de la lenteur est d’autant plus compliquée à mener que notre quotidienneté s’est trouvée chamboulée. En principe, si l’on s’inspire d’Henri Lefebvre, « la quotidienneté comporte la scission de la vie « réelle » en secteurs séparés, fonctionnels, organisés (structurés comme tels) : le travail (dans l’entreprise ou le bureau) – la vie privée (dans la famille, dans le lieu d’habitation) – les loisirs » (Deulceux et Hess, 2009, p.110). Avec le confinement, une systématisation déterminée de notre quotidienneté a été largement remise en cause en quelques jours. Les maisons et les appartements deviennent tout à tour, ou parfois simultanément, des salles de classes, des ateliers de peinture, des bureaux, des standards téléphoniques, des salles de sport miniatures. Cette fracture dans le quotidien est à la fois un traumatisme mais également une occasion possible de reconstruire une autre quotidienneté.

De la difficulté d’habiter et le constat des inégalités

5Certains livres récents traitèrent justement de ce rapport à son « chez-soi », presque de manière prophétique, à l’image d’un des dernières publications de Mona Chollet :

« Parler du chez-soi, de ce que nos maisons représentent dans nos vies, de ce qu’elles rendent possible, de nos aspirations en matière d’habitat : quand ce sujet ne semble pas dénué du moindre intérêt, il suscite une certaine défiance, comme si le simple fait de s’en préoccuper nous menaçait d’un embourgeoisement fatal » (Chollet, 2016).
« […] dans une époque aussi dure et désorientée, il me semble au contraire qu’il peut y avoir du sens à repartir de nos conditions concrètes d’existence ; à repartir de ces actions – à peine des actions en réalité – et de ces plaisirs élémentaires qui nous maintiennent en contact avec notre énergie vitale : à traîner, dormir, rêvasser, lire, réfléchir, créer, jouer, jouir de sa solitude ou de la compagnie de ses proches, jouir tout court, préparer et manger des plats que l’on aime » (Chollet, 2016).

6Notre « chez-soi » nous renvoie à nos conditions matérielles d’existence et à nos habitudes. Si, comme le rappelle Paquot « l’habitation, dans un ensemble collectif ou une maison individuelle, en location ou en propriété, correspond à tant de mètres carrés » (2005, p.52), l’habitation a un périmètre précis et clos, avec peu marge de manœuvres. Au contraire, Paquot précise que « l’habitat, dans le sens commun, comprend l’habitation et tous les itinéraires du quotidien » (id.), et cela peut comprendre l’habitation et un périmètre plus large. Or, dans la situation actuelle, notre habitat est restreint, faute d’itinéraires à suivre et par manque de temps. On a pu observer des personnes âgées sortir régulièrement de chez elles pour se rendre à l’épicerie ou à la boulangerie : certains crièrent à l’irresponsabilité, mais c’était minorer tant le besoin d’humanité et de relations sociales que l’attachement à ces itinéraires dans leur rapport au quotidien. Au fur et à mesure de l’avancée dans l’épidémie et dans le durcissement du confinement, la conséquence est donc bien la suivante : il ne nous reste plus que notre habitation et la manière de l’habiter pour délimiter notre conception du quotidien. En cela, si nos manières d’habiter peuvent diverger, il est pourtant indéniable qu’à l’heure du confinement chacun fait avec les moyens du bord. On sous-estime la violence symbolique, voire la violence de classe, qui est à l’œuvre lorsqu’une partie de la population qui bénéficie d’un jardin blâme la partie de la population qui n’en a pas et cherche à sortir la tête dehors pour pouvoir (sur)vivre au quotidien.
Certes, les inégalités ne datent pas d’hier, c’est un fait. Cependant, la conjoncture dont nous avons héritée avec la Covid19 a mis en évidence des écarts considérables de conditions de vie au sein de la population française. Là où certains avaient de la place dans leur maison ou leur appartement, pour se divertir et stocker de la nourriture, et pouvaient bénéficier d’un jardin conséquent, d’autres devaient tenir à plusieurs dans des petits appartements sans possibilité matérielle ou financière de faire des courses conséquentes à l’avance. Tout le monde a t-il la possibilité de choisir sa nutrition, le climat qu’il affectionne, son mode de récréation, comme le faisait Nietzsche (2008) en étant attentif à ces « petites choses » apparemment insignifiantes mais en réalité primordiales ?

Quelques symptômes et quelques réflexions sur l’avenir

7Qu’est-ce que la pandémie nous apprend de nous ? Les chercheurs en philosophie morale ont parfois procédé à des expériences de pensée ; plutôt que d’y réfléchir de manière abstraite, certains ont envisagé arrivé de faire pratiquer ces expériences, qui souvent consistent en des petits dilemmes moraux, par des groupes d’individus pour réfléchir concrètement à partir d’une empirie sur les convictions morales des humains. La situation actuelle est parfaitement inédite, puisqu’au fur et à mesure que le virus se propage, les Etats décident les uns après les autres du confinement de la population. Fait assez inédit pour nous, contemporains : bientôt une majorité d’individus dans le monde vivra, en direct, la même expérience de vie, faisant des réseaux sociaux des couches d’archives d’un nouveau genre, que les historiens du futur peut-être se réapproprieront. Dans l’attente, qu’y a-t-il à observer et à dire ? De quoi certaines réactions sont-elles le symptôme ? A quoi pourront ressembler les lendemains de cette expérience complexe ?

Un rapport contradictoire à la santé et à son corps

  • 9 Cf. Go et Riondet, 2020.
  • 10 « Mais que le milieu idéal vienne à se modifier malencontreusement dans ses données climatiques, gé (...)
  • 11 Cf. par exemple le numéro consacré par Recherches & Educations sur la thématique « Santé et éducati (...)
  • 12 Ce texte est évidemment incomplet, car il faudrait parler du cas des Sans Domicile Fixe (SDF), mais (...)

8Pendant plusieurs semaines, chacun-e- a pu se confronter à différents énoncés et des réactions atypiques. Au début des événements, on a pu entendre chez certains que le fait de ne pas avoir de symptôme signifiait que les organismes étaient sains et non concernés par le virus (alors que le fait d’être a-symptomatique ne signifie pas strictement être sain, non porteur et non contagieux). Ensuite, on a pu apprendre que des personnes se soignaient du virus en consommant des anti-inflammatoires. Lorsque des médecines envisagèrent que cette consommation pouvait aggraver l’état des personnes atteintes par le virus, une communication conseilla l’usage éventuelle du paracétamol. Plusieurs pharmacies furent prises d’assaut, si bien qu’on envisagea de restreindre l’achat du paracétamol (tant nombre de boîte par personnes). Par la suite, il fallut communiquer, une fois de plus, pour informer les gens que le paracétamol n’était pas un traitement contre le virus en question, et encore moins un médicament préventif. Plusieurs médecins précisaient d’ailleurs que le paracétamol était utile dans les cas de fièvre, mais que la fièvre n’est pas la maladie, amis l’action de l’organisme face à la maladie. Pour boucler la boucle, une fois que la population s’est globalement faite au confinement, d’innombrables voix s’élevèrent contre les joggeurs et en faveur d’un confinement plus ferme, voire total. Pour autant, tous ces phénomènes ne sont que la résultante des travers de notre propre société.
Bien que n’étant pas médecin, mais ayant travaillé sur les liens entre le naturisme et l’Education nouvelle, ces phénomènes dont chacun-e a pu observer m’ont fait rappelé certaines mobilisations au sujet du corps et de la santé. Dans un petit livre paru il y a peu, L’expérience Vrocho à Nice, j’avais notamment évoqué l’action de différentes personnes issues des réseaux naturistes pendant l’Entre-deux-guerres (Riondet, 2019). A cette occasion, j’avais pu consacrer quelques pages à ces luttes menées par ces individus pour se réapproprier leur corps et leur santé. Dans les mouvements naturistes de cette époque, il y avait l’idée que les modes de vie produisent la maladie via l’écart entre ce dont a besoin un corps et un organisme et ce que l’on fait pourtant endurer à ce même corps et à ce même organisme. Un autre aspect à l’œuvre dans ces mouvements était la critique de certaines pratiques médicales officielles et le recours à des substances chimiques. A l’image de Vrocho, thérapeute naturiste qui intrigua certaines pédagogues de l’Education nouvelle pendant l’Entre-deux-guerres, certaines figures du naturisme dénonçaient le fait que la disparition de la douleur, de la fièvre ou du point de côté ne signifient pas la guérison mais parfois un soulagement de courte durée, susceptible de revenir sous des formes plus complexes. Célestin Freinet et Elise Freinet, deux grandes figures de la pédagogie française9, avaient été sensible saux discours et pratiques développées au sein de ces réseaux dans lesquels on s’essaie de vivre autrement, de consommer d’une autre manière et d’avoir un rapport à soi, à son corps, à santé, plus assumé. Ils distinguaient la santé naturelle de la santé artificielle. La première témoigne de l’équilibre d’un organisme, formant un ensemble résistant, lorsque la seconde est le prolongement d’un état fragilisé par une dépendance à toute une série de procédés inefficaces car fragmentés. Le couple militait pour que les milieux éducatifs privilégient la première : « si dans un milieu propice, riche de sève naturelle, la santé va de soi, dans un milieu dénaturé, perverti, la santé est un compromis qui exige connaissance et expérience », explique Élise Freinet (Freinet, É., 1964, p. 26). Ces idées s'appuyaient sur le postulat théorique suivant : « La maladie reste affaire du médecin. Ce qui nous regarde, c’est la santé », avait écrit Élise Freinet (ibid., p. 26). Pour cela, la question du milieu était fondamentale. Selon elle, « pour toute créature vivant dans un milieu propice qui répond à ses instincts et à ses besoins, la santé est un phénomène naturel » (ibid., p. 25). A l’inverse, prolongeant son raisonnement, elle explique qu’au moment du bouleversement du milieu, la maladie peut apparaître et faire des dégâts10.
Pourquoi les observations empiriques du contexte actuel m’ont fait penser à ce passé méconnu ? Première raison : parce que l’actualité montre à l’évidence le rapport complexe qu’entretient une partie de la population à la santé en pensant recourir à des médicaments et en estimant qu’il s’agit de la solution pour être ou rester en bonne santé, ou pour retrouver la santé. Il ne s’agit pas de propos extrémistes contre la médecine ou les médicaments, bien au contraire, mais de soulever un rapport à la santé et à son corps très particulier qui est à l’œuvre dans certains comportements observables en ce moment. Dans un très beau livre intitulé L’autosanté, Andrieu (2012) a brillamment montré comment « le sujet contemporain veut être non plus un patient mais un agent de santé » (Andrieu, 2012, p.9). Malheureusement, l’actualité montre qu’il reste à faire pour qu’une éducation au corps, en tant que « développement d’un rapport sain de soi à soi (et donc de soi aux autres) du sujet corporel » soit une réalité partagée par tous. Une hypothèse probable et qu’il conviendra de garder à l’esprit pour plus tard : l’éducation à la santé et en santé reste des chantiers à développer alors même que les recherches sur les questions liant éducation et santé n’ont cessé de se développer ces dernières années11. A l’avenir, il faudra se rappeler de ces amorces et veiller à ce que les milieux éducatifs accueillant les jeunes générations rendent pleinement possible ce type d’éducation et ne résument la question de la santé à un modeste créneau d’informations préventives.
Deuxième raison : on ne peut que constater l’écart entre les consignes légitimement communiquées sur les gestes barrières, sur le fait de rester chez soi (« Reste chez toi », « Stay at home », « Rété a bo kay zot », etc.), et les consignes sur la manière de vivre chez soi et de rester en bonne santé. Pour des raisons de santé publique, la population doit rester à son domicile, mais comment cette même population peut-elle aborder cette nouvelle vie et comment peut-elle prendre soin d’elle-même dans un milieu de vie dont l’agencement n’a pas toujours pu être anticipé ? Il ne s’agit pas de demander que l’Etat légifère sur les pratiques « chez-soi », mais de relever des paradoxes et des contradictions. A cet égard, le mécontentement croissant à l’égard des joggeurs et des promeneurs et les appels au confinement le plus total possible interrogent. En effet, nombre de français ne bénéficient pas d’un logement spacieux, bien agencé, habitable 24 heures sur 24, avec un jardin. Pensons aux derniers étudiants restés dans des cités universitaires dépeuplées et isolées, ou aux individus se retrouvant des situations de promiscuité sans possibilité d’intimité12. Il n’est pas illégitime de percevoir dans ses sorties extérieures un besoin d’avoir une pratique physique mais aussi de rentrer en relation avec d’autres individus par un regard, d’être au contact de la nature, et de veiller à garder un équilibre malgré la situation, qui, s’il est déployé de manière responsable et dans le cadre des dérogations possibles, peut apparaître légitime. Il faut rappeler à cet égard que certains Etats n’ont pas fait le choix, par exemple, de proscrire l’usage du vélo dans ce cadre des activités physiques.
Il est indéniable que la question est en effet particulièrement délicate et montre toute la complexité de la situation : comment concevoir le confinement sur la longue durée et prendre en compte la situation de certains français dont l’expérience de l’enfermement laissera sans doute des traces ? Comment confiner, tout en maintenant un peu de liberté ? Comment laisser une marge de manœuvre tout en faisant en sorte que l’attention aux gestes barrières et l’isolement puisse permettre de manière effective la régulation de l’épidémie ? Néanmoins, par-delà ces interrogations et ces dilemmes, on peut s’interroger sur le peu de réflexions sur les risques psychologiques et physiques que le confinement peut faire courir aux individus tout en étant objectivement la meilleure solution à un moment donné pour lutter contre l’épidémie.

Les jours d’après

9Une question habite sans doute l’esprit des philosophes, qu’ils soient des professionnels de la philosophie ou des gens lambda méditant en fin de journée : à quoi vont pouvoir ressembler les jours d’après ? Dans les premières pages de L’homme sans horizon, Joël Garaud compare ce que peut voir un enfant dans une ville et à la campagne :

« Regardez un enfant des villes. Il suit l’ourlet gris des trottoirs, il s’arrête au passage protégé, les yeux fixés sir el piéton rouge en attendant qu’il passe au vert et lui indique qu’il peut traverser sans danger […]
Emmenez maintenant l’enfant à la campagne […]. L’espace est devenu paysage. L’enfant y promène son regard, du plus proche au plus lointain, et, au fond du tableau, découvre la muette suture qui coud le ciel à la plaine, à la colline ou à l’océan » (2019, p.9)

10Enfants comme adultes, nous sommes devenus pour la plupart des êtres sans horizons ni paysages. Il y a quelques mois, l’historien Romain Bertrand écrivait ces lignes émouvantes :

« Je suis devenu – par mégarde – cet adulte inattentif au monde, portant sur les choses un regard distrait et distant. Puis j’ai appris comme tout un chacun, un matin qui était loin d’être beau, la disparition des abeilles et des papillons, et qu’il n’était plus de martres ni d’alouettes. Quelque chose en moi, le petit garçon d’autrefois peut-être, s’est mis alors à sangloter : apeuré, oui, honteux aussi » (Bertrand, 2019, pp.11-12).

11Qui aurait cru que ces petits garçons et filles qui sommeillent en nous feraient une expérience collective aussi improbable qui laissera indéniablement des traces ? Pendant cette période, certains d’entre nous auront peut-être trouvé des parades dans la lecture et dans les voyages qu’offre virtuellement cette pratique. On songera ici à Rousseau expliquant que le seul livre à garder pour Emile n’est pas Aristote, Pline ou Buffon, mais Robinson Crusoé, de Daniel Defoe, dans lequel évolue « Robinson Crusoé dans son isle, seul, dépourvu de l’assistance de ses semblables et des instruments de tous les arts, pourvoyant cependant à sa subsistance, à sa conservation, et se procurant même une sorte de bien-être » (Rousseau, 1969, pp.290-291). Peut-être nos contemporains n’auront gardé auprès d’eux que le Walden de Thoreau, récit atypique dans lequel Thoreau racontait comment il était parti vivre dans une cabane pendant deux années (2017). Cependant, la réalité est la suivante : pour beaucoup d’individus, la conception du temps s’est modifiée et le le rapport à l’espace s’est réduit. Faute d’horizon, de paysage et de choses à contempler pendant le confinement, quelles leçons tirer de cette expérience complexe pour l’avenir ?
Nul doute que les relations sociales connaîtront des évolutions. Peut-être serons-nous moins proches et moins tactiles. Sans doute serons-nous plus attentifs à l’hygiène. Il sera également difficile pour certains soignants de se réconcilier avec ces voisins qui leur demandèrent de déménager sur le champ. A l’inverse, d’autres réseaux de solidarité se développeront peut-être localement à la suite de nouvelles relations de voisinage qui se sont ébauchées durant le confinement autour de valeurs comme la solidarité et le partage. Pour Lapassade, un analyseur est « tout ce qui fait surgir la vérité de ce qui est caché ; tout, c’est-à-dire, groupe, individu, situation, événement, scandale… » (1971b, p .23). L’expérience du confinement nous plonge dans une situation où nous pouvons faire le bilan de notre vie quotidienne, vie nue, délestée de nos obligations professionnelles et relationnelles. Nous pouvons le faire, car, pour la plupart, non seulement nous avons maintenant le temps de la regarder en face, mais nous ne pouvons y déroger. C’est à partir de cette nouvelle vue sur nous-mêmes qu’une pluralité de constats pourra sans doute émerger, sur nous-mêmes, nos relations avec ce qui nous entoure, avec celles et ceux que nous côtoyons, et sur nos rapports avec une société en crise. Par-delà les déviances qu’a produit notre société, peut-être que certaines traces et certains sillons qui se joue en ce moment permettront de nouveaux horizons. Révélateur de nos contradictions autour de nos modes de vie, peut-être que le confinement laissera place à des synergies nouvelles.
Il n’est pas illégitime de penser que c’est par la mise à distance, le ralentissement que l’on peut prendre conscience de situations que nous ne pouvons voir dans le feu de l’action de nos vies accélérées. J’ai moi-même défendu cette idée pour proposer modestement quelques hypothèses expliquant pourquoi certains objets et acteurs en lien avec l’écologie et le naturisme en jeu dans l’histoire de l’Education Nouvelle n’avaient pas été davantage pris au sérieux auparavant : 

  • 13 « […] Le mot d’ordre : ralentir. Ce qui est merveilleux c’est qu’en ralentissant on parvient enfin (...)
  • 14 « C’est dans ces moments spécifiques, à la fois codifiés et pleins de liberté, où l’on prend le thé (...)

« Il manquait peut-être à certains collègues la maîtrise de ce que l’écrivain Dany Laferrière appelle « l’art de ne rien faire » (Laferrière, 2014). Grâce à l’art du ralentissement et de l’effacement13 et grâce à la multitude de gestes du quotidien le rendant possible14, l’homme bénéficie d’un temps et d’un angle de vue pour avoir la lucidité, l’imagination, la créativité, pour s’autoriser à observer ce que Laferrière appelle « la vie nue » : ce qu’il reste quand il n’y a plus « [ni] cinéma ni télévision, ni théâtre, ni danse contemporaine, ni festival de littérature, ni voyage, ni révolution » (ibid., p. 23). Il reste alors l’homme, comme être vivant, inséré dans des paysages et des écosystèmes. À partir de cette même situation de départ, s’observent dès lors des scenarii différents : certains dont nous sommes issus, d’autres plus ou moins oubliés. De ces manières singulières de concevoir les relations entre l’homme et la nature, il reste beaucoup de choses à dire et à écrire. Tout cela n’est pas sans enseignement pour nos contemporains » (Riondet, 2019, p.222).

  • 15 Selon un proverbe mauricien : « Ça qui touyé son lecorps travaille pour levéres » [Celui qui tue so (...)

12Ce ralentissement qui s’est imposé à nous, cette épreuve de l’inutilité, nous incitera peut-être à d’autres modes de vie. Peut-être des modes de vie incitant à être davantage responsable de son propre corps et de sa santé pour éviter de travailler à sa propre perte ou celle des autres15, incitant à d’autres relations avec la nature et l’environnement, notamment au sein des grands centres urbains, et mettant en œuvre d’autres formes de consommation. Dans l’attente, entre cette horizon espéré et nos vieilles habitudes s’est tissé un monde imprévu, sans liberté de circulation et avec moins de contraintes liées au travail, dans lequel le traçage des individus commence à être envisagé et qui se caractérise par un accompagnement des individus par les chaînes d’information continue et une télévision « éducatrice ».
En parallèles à ces introspections et aux leçons individuelles que chacun choisira ou non de retenir, l’ampleur de la crise en jeu nécessitera évidemment de faire le bilan global de la situation. Les experts en tout genre pourront alors revenir sur les éventuelles zones d’ombre qu’il restera à clarifier et es nombreuses questions qu’il faudra dorénavant prendre en compte. La mise en place de ce bilan global prendra indéniablement du temps : il faudra revenir sur le manque de masques, sur les stratégies adoptées (immunité collective, confinement, tests, traitement, etc.), ou encore sur les relations entre Etats durant cette crise. Néanmoins, cette opération pourra difficilement éviter la conjoncture dans laquelle la crise sanitaire s’est développée. Depuis plusieurs mois, la France avait été le théâtre de nombreux mouvements sociaux et les grèves s’étaient multipliés. Il ne s’agit pas simplement de reprendre là où l’on en était, c’est en fait bien plus complexe, mais un certain nombre de ces mouvements ont porté sur la détérioration des conditions de travail dans des institutions de soin, d’éducation et de recherche, qui se sont retrouvées souvent aux premières loges de la situation. Qui pourra sérieusement prétendre après un tel épisode que le néo-libéralisme n’est qu’un mot utilisé par quelques syndicalistes isolés ?

Top of page

Bibliography

Andrieu, B. (2012). L’autosanté. Vers une médecine réflexive. Paris : Armand Colin.

Bourdieu, P. (2001). Contre-feux 2. Paris : Raisons d’agir.

Bourdieu, P. (2002). Questions de sociologie. Paris : Éditions de Minuit.

Chollet, M. (2016). Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique. Paris : La Découverte

Deulceux, S. et Hess, R. (2009). Henri Lefebvre. Vie, œuvres, concepts. Paris : Ellipses.

Freinet, E. (1964). La santé de l’enfant. Techniques de Vie, 29, 25-28.

Gayraud, J. (2019). L’homme sans horizon. Matériaux sur l’utopie. Paris : Libertalia.

Go, H. L. et Riondet, X. (2020). A côté de Freinet. Tome I et Tome II. Nancy : PUN-EDULOR.

Hearn, L. (1998). Gombo Zhèbes. Petit dictionnaire des proverbes créoles. Caret : Le Gosier.

Hess, R. (2009). Henri Lefebvre et la pensée du possible, théorie des moments et construction de la personne. Paris : Anthropos.

Klein, A. (2011). De l’éducation du corps à l’éducation au corps : genèse et critique de l’éducation en santé. Carrefours de l’éducation, 32, 31-47.

Lafferière, D. (2014). L’art presque perdu de ne rien faire. Paris : Grasset.

Lapassade, G. (1971a). L’analyseur et l’analyste. Paris : Gauthiers-Villars.

Lapassade, G. (1971b). L’arpenteur. Paris s: Éditons de l’Epi.

Nietzsche, F. (2008). Pourquoi je suis si malin. Paris : Manucius.

Paquot, T. (2005). Habitat, habitation, habiter. Ce que parler veut dire…. Informations sociales, 3/123, 48-54.

Riondet, X. (2013). Élise Freinet : des pratiques naturistes aux pratiques de l’École Freinet. Recherches & Éducations, 8, 133-146.

Riondet, X. (2016).  Une expérience d'éducation régénératrice : l'École Freinet à Vence (1934-1939). Les Etudes Sociales, 163, 151-171.

Riondet, X. (2019). L’expérience Vrocho à Nice. Controverses et résistances du quotidien au coeur de l’évolution des normes. Rouen : Presses Universitaires de Rouen - Le Havre. Collection "Ecologies corporelles et environnements sportifs".

Riondet, X. et Go, H. L. (2017). Le corps chez les éducateurs marxo-naturistes pendant l’Entre-deux-guerres. Une écologie corporelle et une politique de l’ordinaire ? Corps, 15, 45-56.

Rousseau, J.-J. (1969). Emile ou De l’éducation. Paris : Gallimard.

Russell, B. (2019). Éloge de l’oisiveté. Paris : Allia

Soshitsu Sen (2013). Vie du thé. Esprit du thé. Paris : Arléa.

Thoreau, H. L. (1854/2017). Walden. Paris : Gallmeister.

Vidal, L. (2020). Les hommes lents. Résister à la modernité XVe-XXe siècle. Paris : Flammarion.

Top of page

Notes

1 Travaillant davantage, d’ordinaire, sur des questions d’histoire de l’éducation, je ne chercherai pas à m’accorder « le droit usurpé de légiféré en toutes choses au nom d’une compétence sociale » (Bourdieu, 2002, p. 73), j’en resterai dans ce texte à des questions philosophiques liées au corps, à la santé et au mode de vie en lien avec quelques-unes de mes recherches (Riondet et Go, 2017 ; Riondet, 2019).

2 Sauf celles et ceux continuant à travailler en dehors de leur domicile.

3 En vue de l’activité et de l’utilité il en faut le plus possible. « La force d’un État dépend du nombre de ses habitants » (Foucault, 2004, p. 330).

4 Il faut des hommes, certes ; il en faut beaucoup, mais ils doivent pouvoir vivre. Cet élément justifie la mise en place de politique agricole, écrit Foucault, mais également « un contrôle exact de la commercialisation des denrées, de leur circulation, des provisions qui sont faites pour les moments de disette » (ibid., p. 331).

5 Car celle-ci est « une des conditions nécessaires pour que les hommes nombreux et qui subsistent grâce aux vivres et aux éléments de première nécessité qu’on leur fournit, ces individus puissent de plus travailler, s’activer, s’occuper » (ibid., p. 332). Il ne s’agit pas simplement de gérer les situations extrêmes d’épidémie mais de gérer la santé quotidienne en l’optimisant par l’équipement, l’aération, la ventilation, etc. Gestion de masse mais également des détails du quotidien.

6 Il s’agit de mettre au travail ceux qui sont valides et de ne subvenir aux besoins que de ceux qui ne le sont pas. Il s’agit plus précisément de « veiller aux différents types d’activité dont les hommes sont susceptibles, veiller à ce que, effectivement, les différents métiers dont on a besoin, soient effectivement pratiquées, veiller à ce que les produits soient fabriqués selon un modèle qui soit tel que le pays puisse en bénéficier » (id.).

7 Qu’il s’agisse des marchandises, des hommes, et de manière générale, « l’ensemble des règlements, contraintes, limites ou au contraire facilitations et encouragements qui vont permettre de faire circuler les hommes dans le royaume et éventuellement hors des frontières » (ibid., p. 333).

8 « Le simple geste de servir du thé et de l’accepter avec reconnaissance constitue le fondement d’une manière de vivre, appelé chadô, la Voie du thé » (Soshitsu Sen, 2013, p. 9).

9 Cf. Go et Riondet, 2020.

10 « Mais que le milieu idéal vienne à se modifier malencontreusement dans ses données climatiques, géographiques, dans sa faune dans les réserves biologiques du sol, l’équilibre des organismes est progressivement rompu et la maladie décime la horde, le troupeau ou la peuplade dépendante des ressources du milieu » (id.).

11 Cf. par exemple le numéro consacré par Recherches & Educations sur la thématique « Santé et éducation », sous la direction de Jacquelines Descarpentries, Alexandre Klein et Séverine Parayre (2010).

12 Ce texte est évidemment incomplet, car il faudrait parler du cas des Sans Domicile Fixe (SDF), mais également du cas de ces femmes cloîtrées au contact d’un concubin violent.

13 « […] Le mot d’ordre : ralentir. Ce qui est merveilleux c’est qu’en ralentissant on parvient enfin à mieux apprécier le paysage, et à s’intéresser à autre chose qu’à nous-mêmes. Jusqu’à se faire avaler par le grand spectacle du monde avec les arbres, les gens, les sentiments, tout ce qui vibre en ce moment autour de nous. Mais pour mesurer pareille ardeur, il faut ralentir […] » (Lafferière, 2014, pp. 22-23).

14 « C’est dans ces moments spécifiques, à la fois codifiés et pleins de liberté, où l’on prend le thé, le café ou le rhum, que le réel et l’imagination dépassent notre raison et viennent suspendre nos évidences, nos identités et nos subjectivités. Alors que notre corps rencontre des arômes, parfois dans des ambiances particulières (au contact des rayons du soleil, de l’air ou de l’eau), nous nous mettons à percevoir ce que nous ne prenions pas le temps de voir, nous commençons à chercher à comprendre des situations délestées progressivement d’a priori et de préjugés ». (Riondet, 2019, p. 222)

15 Selon un proverbe mauricien : « Ça qui touyé son lecorps travaille pour levéres » [Celui qui tue son propre corps travaille pour les vers] (Hearn, 1998, p. 21)

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Riondet, « L’expérience du confinement lié au Covid19 et ses résistances, un analyseur de nos modes de vie ? », Recherches & éducations [Online], HS | Juillet 2020, Online since , connection on 19 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/8998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.8998

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search