Navigation – Plan du site
Savoirs et expériences de nature

Le chemin tracé de la COVID-19 : d’hier à aujourd’hui.
Qui blâmer ?

Jules K. Mitashi

Résumés

Le rapport humain et animal existe depuis des millénaires. Cependant, le regard contemporain face à l’animal est remis en question et soulève depuis de longues années des mouvements des activistes environnementaux. Alors que d’aucun s’organise en réseaux pour croitre leur capital au détriment de démunis, le développement du contact humain-animal devient une courroie de réservoir épidémique et pandémique et complexifie la santé publique et par y cocher fragilise l’économie mondiale. Cette problématique s’amplifie et est d’actualité depuis l’apparition du Coronavirus (COVID-19). Ce travail, s’inscrivant dans le courant de critique sociétale, tente de démontrer au fil du temps la dégradation du rapport homme-animal et soulève l’élément organisationnel de ce bris de considération.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« On ne récolte pas les champignons
d’un arbre tombé le jour même ».
Marguerite Yepe Akituna

  • 1 1. https://seenthis.net/sites/1569343

1Acteur direct, indirect et celui qui a choisi la solution facile, se taire pour être tranquille (Pavloff, 1998), nous portons tous la responsabilité du désastre actuel et futur. Mais en mettant le curseur sur l’individu, on oublie de questionner radicalement notre système de production(Whatelet, 2019)1 et notre flair à renflouer à tout prix notre compte bancaire et assouvir notre hégémonie sur l’autre sans vergogne sur le vivre ensemble et le bien commun. Voilà qui nous conduit vers le « corocène », une ère courte dira-t-on, mais marquée par un arrêt brusque et total de tout système fonctionnel notamment la roue économique contemporaine et qui jette les bases de nouvelles conceptions et habitudes sociétales.
Alors qu’elle avait commencé à peine quelques jours en Chine, l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) n’a pas tardé à être déclarée « urgence de santé publique de portée internationale » par l’OMS. Elle touche désormais de nombreux pays et territoires de la planète. A la lecture des bouleversements qu’elle entraine et de défis sanitaires et préventifs qu’elle suscite, plusieurs questionnements se posent dont les principaux sont d’où vient-il ? Comment en sommes-nous arrivés-là ?
Nombres des scientifiques s’accordent pour répondre qu’il proviendrait d’un animal (Andersen, 2020 ; Guo et al., 2020). Est-ce que la réponse est si simple que ça ? Quels rapports l’humain a avec l‘animal pour qu’il soit le responsable de la transmission de ce virus ? Est-ce un cas récent et isolé ? Quel autre lot de problème s’associe à l’animal dans le registre des rapports que l’humain entretien avec lui ?

Ce que révèle le rapport d’apprivoisement des animaux

2Depuis le temps immémoriaux, l’animal a toujours existé dans la vie de l’humain. On en recense les traces relictuelles depuis la néolithique en Afrique (Aumassip, 2006 ; Ballouche et Marinval 2003 ; Daugas et al. 2008 ; Ouchaou, 2000), en Amérique du sud (Lavallée, 2005) et en Europe (Méniel, 1984). La sédentarisation de l’homo sapiens a conduit à une réorganisation de son mode de vie. Son alimentation n’est pas restée en reste à cette révision. Du chasseur-cueilleur, il est passé progressivement à l’agriculteur-éleveur, pour la simple raison d’avoir à la portée des mains ce dont il a besoin pour se nourrir. La viande issue de l’élevage, autant de la chasse, était consommée sur place ou boucanée afin d’être conservée (Digard, 1992) pour une consommation ultérieure. Le cobaye (Cavia porcellus), par exemple, fit, par son caractère attachant, l’un des premiers à être domestiqué et élevé en liberté. Devenu commensal, il constituait à la fois un éboueur peu encombrant et une réserve permanente de viande (Gade, 1967 ; Huss, 1982 in Digard 1992 ; Lavallée, 2005). Cependant, toutes les espèces ne faisaient pas l’objet de domestication. Certaines étaient vénérée compte tenu de leur rapport social avec l’humain ; d’autres parce qu’elles subissaient des modifications non appréciables telles la toison (Digard, 1992), goût de la viande, etc. ; d’autres encore n’étaient pas du tout apprivoisées parce que considérées comme parents, alliés ou ennemis comme leurs partenaires humains (Descola, 1986 in Digard, 1992).
Ces rapports d’égards à l’autre être ont longtemps équilibrés les interactions entre ces deux espèces capables de mouvoir. L’association symbiotique que eurent les andins et les cervidés produisit des effets bénéfiques sur le tri des animaux à abattre, protection des femelles, contrôle des accouplements et surveillance des naissances (Lavallée, 2005). Par ailleurs cette complicité humain-cervidés évoluera peu à peu en services essentiels. Ils intégreront la cour immédiate de l’homme compte tenu de leur force de traction. En tant que bêtes de trait, ils soutiendront leur complice dans l’agriculture, l’accommoder dans le déplacement d’un point à un autre. Mais cette approche de respect, de considération et de recours ponctuel à l’animal souffrira d’indifférence à l’émergence de la zootechnie, une discipline scientifique de l’élevage des animaux (toute espèce sauf aucune), de leur reproduction, de leur adaptation et utilisation à des besoins déterminés. La trame de ce domaine est la performance de l’animal qui aboutira à la manipulation génétique des individus pour maximiser la production afin d’optimiser ou de croitre l’économie. L’élevage à moindre coût et isolé, de subsistance et des espèces locales, laissera la place à un élevage dispendieux, de rente et de performance visant l’homogénéité et la constance des caractères et qui appelle à l’extension (en espèces et en nombre) pour faire davantage de bénéfice. Cette approche eu le soutien politique qui émet l’idée de sélection des races qui conduisit à l’élimination des races locales au profit de quelques-unes plus performantes (Pellegrini, 1999). Le regard porté sur les animaux comme être à part entier au même niveau que l’humain trouvera l’expression d’animisme et va être relégué au rang des caractéristiques des peuples non civilisés, primitifs voir « animal » dont la croyance, les faits et gestes sont à proscrire. Que nous réserve ce changement survenu dans le domaine de l’élevage ? À quoi s’attendre à cette vision de production performante, d’exigence et d’intérêt commercial ?

Les attributs de l’élargissement de l’élevage

3La vague de la zootechnie a conduit à une sélection régressive et extinctive de la biodiversité d’une part et d’autre part à un accroissement en besoin financier pour développer l’élevage, l’équiper, subvenir au besoin en denrées alimentaires et en soins médicaux de son cheptel, embaucher une main d’œuvre qualifiée, etc. Pour abaisser le prix de revient de production, l’éleveur se voit obligé d’opter pour un élevage des ruminants (bœuf, chèvre, mouton) repartis sur une étendue grande et de porcs souvent en enclos/bâtiment ou en semi-liberté. Dans cette lancée l’éleveur peut, par inadvertance ou consciemment, reprendre des étendues ayant fait objet de contamination de certaines maladies épidémiologiques dont le charbon (Vaissaire, 1997). Ce choix d’élevage intensif oblige des sacrifices dans certains aspects du cortège de l’agriculture dont la diminution des espaces de culture et conversion des sols arables, déforestation d’espace vert en enclos, étables ou terrain de pâture. Ces sacrifices se sont révélés au fil des années être des assises du changement climatique planétaire et du plongeon, maintien et augmentation à la sous-alimentation, malnutrition et à la pauvreté de certaines contrées du monde.
Les dommages imputables à l’exploitation intensive de l’élevage sont avérés et documentés sur la dégradation et la pollution des terres, du sol par le (sur)pâturage (Steinfeld et al., 2009) ; de même que son empreinte désastreuse sur l’alimentation est révélée par beaucoup d’auteurs (Steinfeld et al., 2006). Il mobilise de quantité énorme des denrées alimentaires pour qu’elle soit économiquement rentable laissant plus de la moitié de la population mondiale affamée et malnutrie (ETC, 2017). Il est aussi pointé du doigt dans la pollution de l’air et le rejet des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Yude Pan et al. (2011) estiment, pour la période de 1990-2007, l’émission résultant du changement de l’utilisation des terres tropicales à 1.3 ± 0.7 Pg C yr-1 et 2.9 ± 0.5 Pg C yr-1 en provenance de la déforestation causée par l’élevage à grande échelle. Les émissions de GES particulières en provenance de l’élevage représente plus de 50 %, sur un total de 70 % pour tout le secteur agricole, (Giraud et al., 2012) résultant du processus de digestion entérique des ruminant, transport de leurs aliments et produits ainsi que de la gestion de leurs déjections.
L’élevage des cervidés, et autres, devenu industriel, mobilise beaucoup de concentration, d’effort, d’énergie, de main d’œuvre qualifiée : éleveur qui s’occupe au quotidien des bêtes, zootechnicien veillant, entre autres, au suivi par l’éleveur de l’orientation donnée à la race (plus de lait moins gras, facilité à vêler, docilité...), vétérinaire qui soigne les animaux mais aussi règle les accouplements et autorisent la commercialisation, ingénieur agronome qui s’emploient à l’amélioration de la race, biologiste intéressé par l’adaptation des animaux au milieu (Pellegrini, 1999). Son accaparement, autant en espace, en ressource du personnel qu’en argent, laisse libre cours à d’autres formes d’exploitation des autres animaux envahies par les moins fortunés, les laissés- pour-compte afin de répondre à leur besoin financier : le commerce illégal des espèces sauvages. Aussi l’attrait des groupes criminels organisés qui profitent des faibles risques et des gros profits qu’ils en retirent (Lin, 2005 in Bernard, 2016), ce commerce est organisé en réseaux clandestins nationaux et internationaux. Pourtant connus et déplorés, ces méfaits n’ont aucunement des mesures rigoureuses pour être stopper parce qu’ils permettent à leur chaîne de profiteur un climat d’affaire propice. A l’opposé des jouisseurs de cet organisation criminel pour l’environnement, ce marché clandestin livre, à la merci de ces opulents mafieux, les indigents qui pillent, massacrent, compromettent et dévastent, malgré eux, la richesse biologique animale sauvage. On y trouve des organismes entiers (vivants ou morts) aux parties et/ou dérivés de ces derniers. Dans le secteur organisé et formel, les petits producteurs sont marginalisés.
Les produits convoités par les contrebandiers sont aussi nombreux que variés : os de tigre ou vésicules biliaires d’ours utilisés à des fins médicinales, reptiles et oiseaux vivants destinés aux animaleries, caviar destiné au secteur de la gastronomie, fourrures et laines rares vendues à l’industrie du vêtement, ivoire d’éléphant pour le secteur des bijoux et objets de décoration (Commission de coopération environnementale, 2005). A l’inverse de ce commerce illégal, les animaux vertébrés de petite taille comme les oiseaux, les pangolins, les rongeurs, les singes, etc. et les invertébrés sont élevés ou gardés temporairement dans des cages facilement amovibles ou transportables d’un point à un autre et vendus selon la réalité rentable du marché pour une vente légale. Cet élevage de proximité occasionne des contacts avec les humains ou les animaux domestiques, sources des maux socio-environnementaux présents et futurs.

Sources rapprochées de Covid-19

4Les mouvements d’animaux et de produits d’origine animale dans le cadre du commerce national et international d’espèces exotiques (Maillot et al., 2010) que locales favorisent une multiplication de contacts sans précédent dans l’histoire entre les animaux sauvages, les animaux domestiques et l’homme. Ce qui heurte les services de santé publique à de sérieuses difficultés car, de ces contacts, émergent et se propagent des maladies qui sont liées à divers facteurs sociaux et environnementaux. Le rôle joué par la faune sauvage dans la situation épidémiologique mondiale n’est pas en marge de ces échanges et est maintenant largement démontré et l’on sait aussi que les animaux sauvages sont à la fois la cible et le réservoir d’agents pathogènes pour les animaux domestiques comme pour l’homme (Vallat, 2008).
Parmi les grandes épidémies qui nous ont frappés depuis la fin du XXe siècle, plusieurs proviennent de la faune sauvage et de l’exploitation d’animaux dans les élevages (Espinosa et al., 2020). En effet, environ 60 % des agents pathogènes pouvant affecter l’homme et plus de 75 % de ceux qui sont apparus au cours des vingt dernières années ont une origine animale (vallat, 2008). On en dénombre quelques-unes dont les conditions de contamination sont les manipulations d’ordre professionnel (berger, boucher, vétérinaire, etc.), les manipulations dans la chaîne commerciale, réglementé et clandestine, (importation/exportation des cuirs, peaux, poils, os, cornes, etc.), l’évolution d’abattages et la reprise clandestins des animaux infectés (faute de mieux). La grippe espagnole, fut signalée pour la première fois en Espagne en 1918, est une autre pandémie ayant fait beaucoup de morts. Elle aurait atteint la moitié de la population mondiale et tué vingt à quarante million de personnes (Mordant, 2005, Zylberman, 2006).
L’influenza aviaire (aussi appelée grippe aviaire) hautement pathogène (IAHP) est une des plus récentes maladies épidémiques avec une portée à l’échelle mondiale. Apparu en 1997 en Chine (OMS, 2006), la souche hautement pathogène H5N1 du virus de l’influenza aviaire (IA) a beaucoup fait parler d’elle en raison de l’apparition de foyers importants chez les oiseaux domestiques et les oiseaux sauvages au niveau mondial (Steinfeld et al., 2006). Elle présentait une virulence non seulement chez les volailles mais également chez les oiseaux sauvages et une capacité forte de s’étendre aux mammifères dont l’humain (Leeflang et al., 2008).
Le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est aussi un cas d’épidémie mondiale ayant apparue pour la première fois en Chine en 2002 dans la Province de Guangdong (OMS, 2003), dont les premiers malades sont parmi les vendeurs d’animaux sauvages et les manipulateurs d’aliments de viandes. Cette pandémie présentait un pouvoir de contagiosité remarquable ayant conduit à la mort de plus de 7 000 personnes (Tratner, 2003).
La liste de ces maladies d’origines animales et transmissibles à l’humain est assez bien documentée. Il est à remarquer qu’au fil des ans, elles évoluent, émergent, se complexifient et touchent les populations avec une sévérité variable sur des territoires de plus en plus vastes.

La marque singulière du Coronavirus

5Le monde est horriblement frappé par un virus virulent, au mode de propagation vertigineuse et sans précédent. A son apparition dans un territoire quelconque, il stagne tout brutalement sans mesure d’alerte. Il coalise dirigeants au pouvoir et opposant, politiciens de gauche et de droite, libéraux et conservateurs, démocrates et républicains à faire front commun contre lui. L’intention des riches s’harmonise à celle des pauvres pour le combattre. Les intellectuels et les laissés- pour-compte sont tous unanimes que la vie humaine est danger.
Alors que la Covide-19 s’installe dans la vie quotidienne de l’humain, sa routine journalière et son agenda se trouve réorganisé. On peut, malheureusement ou heureusement selon l’approche individuelle, écouter les oiseaux chanter en lieu et place des vrombissements des moteurs. La production massive industrielle, le transport individuel et en commun ont beaucoup baissé avec d’autres effets collatéraux tels la réduction des gaz à effet de serre. L’instinct de survie naturel à s’adapter au contexte refait surface. La livraison à domicile des aliments est préconisée pour autant répondre aux besoins des familles mais aussi limiter la contamination communautaire de la maladie. La consommation locale est encouragée pour soutenir les producteurs locaux. Le télétravail est retenu comme alternatif au travail présentiel au bureau pour les administratifs afin de protéger la santé publique. Certaines industries à produits non essentiels dans la circonstance actuelle sont converties d’une part parce qu’elle risque de fermer et d’autre part pour répondre au besoin local, etc. Autant d’accommodations instaurées qui dans un passé très proche étaient impensables. Pourtant cet arrêt était pressenti, et les organisations civiles et les mouvements sociaux à travers le monde n’avaient pas ménagé leurs efforts pour interpeller les dirigeants politiques à une crise environnementale imminente pour qu’une réorganisation sociétale, tant souhaitée pour tous, soit faite dans une transition paisible. Cependant, la croissance économique étant au cœur de ces politiques ne laissait aucune place au cri d’alarme de ces mouvements militantistes.
Alors que la COVID-19 nous plonge, contre le gré de tous, à une réflexion obligatoire, cette crise ne doit pas être une parenthèse. Les efforts d’équilibre écologique qui naissent tels la production et la consommation locale, alternative à une mitigation d’émission des gaz à effet de serre par la réduction de transport international que régional pour l’échange des marchandises, la production des produits essentiels, etc. devraient être consolidés et étendus dans le temps pour le bien vivre de tous.
Cette crise de Coronavirus révèle de l’autre côté que les mouvements des mobilisations citoyens ne devraient pas baisser la garde car leurs visions et orientations des problématiques environnementales attestent que penser en sens de décroissance économique et placer la question environnementale au cœur de débat est une voie de sortie aux problèmes contemporains.

Conclusion

6Le néolithique est l’ère préhistorique qui a marqué le début de contact entre l’humain est l’animal. Considérant ce dernier dans la dimension humaine, le rapport entre ces deux êtres était établi sur le respect mutuel et la considération. Il offrait des services partagés. L’homme assistait l’animal dans sa maternité sans aucune idée commerciale. L’animal, devenu commensal, constituait un éboueur peu encombrant.
Au fil des années, animé par la volonté hégémonique et le capitalisme, l’humain brise le lien de bien vivre qu’il entretenait avec l’animal. Au nom de la civilisation l’homme relègue son semblable au rang du primitif et l’animal devient un bien de rentabilité pour asseoir et accroitre son économie. Cette dernière devient le socle de tout échange, de tout engagement et entreprise.
L’idée de croissance économique conquit le secteur de l’élevage. La domestication familiale prend de l’essor, s’industrialise et le produit qui en résulte est commercialisé. La poursuite effrénée du gain économique fait d’autre marché commercial illicite des animaux sauvages. Les échanges commerciaux abondent dans tous les sens et foisonnent les contacts entre humain, animaux domestiques et animaux sauvages, parfois sans aucun respect des règles morales et d’hygiènes. Ces multiples échanges régis par la croissance de bénéfices vont amplifier les épidémies connues en pandémies et devenir le point d’éclosions d’autres épidémies inconnues.
Si par le passé le contemporain avait réussi à maîtriser certaines épidémies sans qu’elles bloquent la roue économique, celle de Coronavirus marque son ère, « corocène », différemment. Avec elle se confirme les inquiétudes des militants environnementaux et ouvre une nouvelle page de l’histoire contemporaine et véhicule le message selon lequel il est possible de réinventer la roue économique qui mine le rapport homme-société-environnement.

Haut de page

Bibliographie

Andersen, K.G., Rambaut, A., Lipkin, W.I., Holmes. E. C., & Garry, R. F. (2020). The proximal origin of SARS-CoV-2. Nat Med (2020). https://doi.org/10.1038/s41591-020-0820-9

Aumassip G. (2006). Interventions humaines sur les plantes et les animaux dans le Sahara central. C.R. Palevol, vol. 5, p. 421–427.

Ballouche A. & Marinval P. (2003). Données palynologiques et carpologiques sur la domestication des plantes et l’agriculture dans le Néolithique ancien du Maroc septentrional. Le site de Kaf Taht el-Ghar. Revue d’Archéométrie, vol. 27, p. 49-54.

Bernard, T. (2016). La lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages.

Criminologie, 49 (2), 71–93. https://doi.org/10.7202/1038417ar

Commission de coopération environnementale. (2005). Le commerce illégal d’espèces sauvages. La perspective de l’Amérique du Nord.

http://www3.cec.org/islandora/fr/item/2226-illegal-trade-in-wildlife-north-american-perspective-fr.pdf

Daugas, J.-P., El Idrissi, A., Ballouche, A., Marinval, P. & Ouchaou, B. (2008). Le Néolithique ancien au Maroc septentrional : données documentaires, sériation typochronologique et hypotheses génétiques. Bulletin de la société préhistorique française, 105 (4), 787-812.

Espinsa, R., Gaidet, N. & Treich, N. (2020). « Il faut prendre en considération le rôle de la consommation de viande et l’élevage intensif dans ces nouvelles épidémies ».

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/31/coronavirus-il-faut-prendre-en-consideration-le-role-de-la-consommation-de-viande-et-de-l-elevage-intensif-dans-ces-nouvelles-epidemies_6035036_3232.html

Giraud A., K. Roesch. (2012). Agricultures paysannes et atténuation du changement climatique : quelques éléments de compréhension. Coordination sud. http://www. coordinationsud.org/document-ressource/agricultures-paysannes-et-attenuation-du-changement-climatique-quelques-elements-de-comprehension/

Lavallée, D. (2005). Néolithisations en Amérique Des prédateurs semi-nomades aux sociétés complexes. Annales. Histoire, Sciences Sociales. P 1035 – 1067.

https://www.cairn.info/revue-annales-2005-5-page-1035.htm

Digard Jean-Pierre (1992). Un Aspect méconnu de l’histoire de l’Amérique : la domestication des animaux. In : L’Homme, 1992, tome 32 n° 122-124. La Redécouverte de l’Amérique. pp. 253-270 ; doi : https://doi.org/10.3406/hom.1992.369535

https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1992_num122_369535

Guo, Y-R., Cao, Q-D., Hong, Z-S., Tan, Y-Y., Chen, S_D., Tan, K-S., Wang, D-Y. & Yan, Y. (2020). The origin, transmission and clinical therapies on coronavirus disease 2019 (COVID-19) outbreak – an update on the status. Military Medical Research. https://doi.org/10.1186/s40779-020-00240-0

HCSP (2013). Vaccination antirabique préventive, traitement post-exposition et suivi sérologique des personnes régulièrement exposées au virus de la rage (voyageurs, professionnels, chiroptérologues). Avis et rapport.

Leeflang, M., Wanyama, J., Pagani, P. Hooft, K.-V, & de Balogh, K. (2008). Les zoonoses. Les maladies transmissibles de l’animal à l’homme. Agrodoc n º 46

Maillot, E., Bavard, D. & Guth, M.-O. (2010). Conditions d’accueil des animaux d’espèces non domestiques saisis ou recueillis. Faune sauvage exotique.

Méniel Patrice. (1984). Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie. Du néolithique à la fin de l’Âge du Fer. In : Revue archéologique de Picardie. Numéro spécial 3, pp. 1-56 ; doi : https://doi.org/10.3406/pica.1984.3126

Mordant, P. (2005). La grippe espagnole, 1918-1919. La plus grande pandémie du XXe siècle. Info respiratoire, nº 69.

OMS (2006). Épidémiologie de la grippe aviaire A(H5N1) chez l’homme : cas confirmés par l’OMS. Relevé épidémiologique hebdomadaire, n° 26, 249-260.

OMS (2003). Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) : Statut de la flambée et leçons pour l’avenir. https://www.who.int/csr/media/sars_whafr.pdf

Patricia Pellegrini, « De l’idée de race animale et de son évolution dans le milieu de l’élevage », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005. URL : http://ruralia.revues.org/112

Pavloff, F. (1998). Martin brun. Édition Cheyne. http://www.alexandrie.org

Steinfeld, H. & Chilonda, P. (2006). Anciens et nouveaux acteurs. Dans A. McLeod, éd., Rapport sur l’élevage 2006, pp. 3-15, FAO, Rome (édition française 2008) (disponible à l’adresse ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/010/a0255f/a0255f00.pdf).

Tratner, I. (2003). SRAS : Le virus. Médecine/Sciences n° 8-9, vol. 19 : 885-91

Vaissaire, J. (1997). Le charbon bactéridien : accident professionnel d’hier, et toujours présent. Bulletin de l’académie vétérinaire de France. No 70, 93-100.

Vallat, B. (2008). Animaux sauvages.

https://www.oie.int/fileadmin/Home/fr/Publications_ %20&_Documentation/docs/pdf/bulletin/Bull_2008-3-FRA.pdf

Yude Pan, Richard A. Birdsey, Jingyun Fang, Richard Houghton, Pekka E. Kauppi, Werner A. Kurz, Oliver L. Phillips, Anatoly Shvidenko, Simon L. Lewis, Josep G. Canadell, Philippe Ciais, Robert B. Jackson, Stephen Pacala, A. David McGuire, Shilong Piao, Aapo Rautiainen, Stephen Sitch & Daniel Hayes (2011). A Large and Persistent Carbon Sink in the World’s Forests, 1990-2007. Science epress. Research article, p. 12.

Zylberman, P. (2006). Comme en 1918 ! La grippe « espagnole » et nous. M/S :médecine sciences, 22 (8-9), 767–770

Haut de page

Notes

1 1. https://seenthis.net/sites/1569343

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules K. Mitashi, « Le chemin tracé de la COVID-19 : d’hier à aujourd’hui.
Qui blâmer ? », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9043

Haut de page

Auteur

Jules K. Mitashi

Université du Québec à Montréal
Université de Kikwit, Fac. Sc. Agro
julesmitashi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals