Navigation – Plan du site
Savoirs et expériences de nature

Reconsidérer les relations avec les espaces de nature en période de pandémie

Jean Corneloup

Résumés

Cette période de confinement pourrait s’envisager comme une immersion dans un ailleurs de proximité à côté de chez soi. Pas décalés, lenteur, regard divergeant et observation du détail d’une nature et d’un environnement périurbain qui nous invitent à composer avec elle. Mais est-ce réalisable actuellement ? Comment définir la limite acceptable entre trop et pas assez de nature ? Et avec les écosystèmes qui composent notre quotidien ? Et si l’enjeu du temps présent consistait, justement, à redéfinir le contrat écologique avec notre habitat et les espaces de nature à proximité de chez soi ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette période de confinement pourrait s’envisager comme une immersion dans un ailleurs de proximité à côté de chez soi. Pas décalés, lenteur, regard divergeant et observation du détail d’une nature et d’un environnement périurbain qui nous invitent à composer avec elle. Mais est-ce réalisable actuellement ? Comment définir la limite acceptable entre trop et pas assez de nature ? Et avec les écosystèmes qui composent notre quotidien ? Et si l’enjeu du temps présent consistait, justement, à redéfinir le contrat écologique avec notre habitat et les espaces de nature à proximité de chez soi ?

Les échappatoires récréatives possibles

2Sans aucun doute s’observent intramuros des pratiques d’échappatoires récréatives en lien avec les supports communicationnels dans l’air du temps. Les moments télévisuels, numériques et virtuels ont amplifié leur présence pour permettre à chaque confiné d’avoir un espace de divertissement mais aussi de réalisation via la pratique de jeux vidéos, de jeux en ligne et d’immersions virtuelles. De même, faut-il aussi noter la nécessité de donner de la présence aux corps vivants dans les habitats de vie via la pratique d’home-trainers, vélos d’appartement, yoga ou crossfit. A cela, ajoutons la présence de pratiques websociales comme invitation à dialoguer avec des amis ou/et la famille. Les webapéros se sont amplifiés comme les intimités e-sexuelles entre partenaires distants…
La prolifération de pratiques créatives, qui n’existaient pas ou modérément dans le monde social d’avant, semble marquer les usages sociaux des confinés. Que ce soit par les sketches, les mises en scène humoristiques, les compositions théâtrales et les animations sur les balcons, nombreuses sont les initiatives qui permettent d’inventer d’autres registres culturels pour exprimer un potentiel récréatif. Les scènes présentées illustrent les ambiguïtés du confinement dans ces relations entre les mondes professionnel et personnel, les dérapages politiques et les expériences récréatives innovantes que les personnes réalisent au sein de leur habitat, dans leur jardin, en lien avec des amis ou par la diffusion de vidéos sexuelles, dystopiques, décalées, fictionnelles ou critiques.
Cette créativité culturelle évoque le titre récent d’un numéro spécial de Socialter (mars 2020, sur le réveil des imaginaires, qui pourrait constituer une piste d’investigation pour repenser les liens entre la sphère marchande des loisirs et la créativité sociale et culturelle des personnes confinées. Ces compétences et expressions esthétiques qui façonnent les mondes-vie des habitats et des habitants sont-elles passagères le temps du confinement ou seront-elles un réservoir de ressources récréatives pour impulser d’autres modes d’existence ?

Les échappatoires récréatives impossibles

3Cependant, tout n’évoque pas le temps d’un confinement heureux et radieux. Une amplification des tensions familiales et une augmentation des consommations d’alcool, de nourritures et de sucreries sont observables. La restriction des relations sociales et professionnelles se traduirait par une plus forte négligence corporelle et esthétique. Même si certains ont investi le domicile pour effectuer différences exercices physiques, d’autres amplifient leur mal-être, dépriment et augmentent la prise de psychotropes, déjà fortement importante en France. Une passivité des pratiques de loisir serait observable qui se traduit par une forte consommation de pratiques télévisuelles, des jeux vidéos et de vision de films sur des sites spécialisés comme Netflix. A lire certains écrits médicaux, ces situations de confinement auraient pour effet de diminuer l’immunité biologique des personnes provoquée par le stress, l’absence d’exercice physique et de relations à la nature, en particulier avec le rayonnement solaire, fournisseur de vitamine D.
A cela, il faut ajouter la sur-présence de la pandémie dans les grands centres urbains, dans les lieux à forte pollution atmosphérique et dans les espaces publics marqués par de fortes concentrations humaines. La règle de respiration d’un km autour de son domicile ne participe pas à changer la situation sanitaire d’autant plus lorsque la fréquentation des espaces de nature est interdite dans les villes (forêt, parc, jardins) et de courte distance à proximité des habitats. La limitation pendant un temps à Paris de la pratique du footing avant 10 h du matin et après 19 h ne pouvait qu’amplifier la proximité humaine. Le croisement des personnes sur des espaces restreints lors de courses pédestres, intenses et brèves, de zumbas collectives dans la rue et de marches actives ne peut qu’accentuer la circulation des micro-particules entre les personnes qui se doublent, se croisent et respirent fortement pour ingurgiter de l’air et l’expulser de leurs poumons.

Dissidence civile

4La perspective consiste à penser que l’hyper-confinement directif et uniforme qui impose aux personnes de rester dans des habitats plus ou moins spacieux, enfermés 24h sur 24, n’est pas la seule réponse sanitaire à cette pandémie. Les disparités sociales et géographiques sont nombreuses entre les milieux supérieurs et populaires, entre les villes et des campagnes. Entre ceux qui restent à Paris et ceux qui prennent la clé des champs. Entre ceux qui disposent d’une terrasse, d’un grand appartement, d’une maison avec jardin et d’espaces verts à proximité de leur chez eux et les autres enfermés dans leurs petits appartements urbains. Tout le monde ne vit pas de la même façon ce temps et cet espace d’enfermement domiciliaire.
Dans les villes, l’instauration de circuits (à sens unique), dans les quartiers, dans les parcs, sur les plages ou le long des berges, avec limitation des arrêts et des stationnements, serait une pratique plus adaptée à la situation. D’autres pays, comme l’Allemagne, n’ont pas interdit la fréquentation des parcs, sans que cela se traduise pas une amplification des contaminations. Contre cette mesure discutable quant à sa place dans le processus d’éradication virale, bien des personnes adaptent cette règle, en la contournement ou en modifiant leur autorisation tout en ayant le sentiment de « jouer aux gendarmes et aux voleurs ». Ces dissidents, qui écornent la règle stricte imposée par l’Etat, sont-ils des inconscients, des irresponsables ou des résistants civiques qui questionnent la pertinence d’une règle quant à son principe sanitaire imposé ?
On peut s’interroger sur l’instauration de ce principe structurel concernant ce rayon d’un km autour de son habitat dans toute la France, aussi bien en ville que dans la grande campagne. N’oublions pas que la diffusion de la pandémie est la plus faible dans les zones géographiques que certains ont qualifié d’hyper-ruralité, ancrée dans la diagonale du vide. La ruralité du massif central, à l’exemple de la Lozère, pourrait être un territoire de dé-confinement avancé, inversant les processus habituels de changement et de modernisation. Bref, de la campagne à la ville... De même, on peut s’interroger sur la nécessité de verbaliser les personnes qui se promènent dans la campagne, respirent le bon air de la plage et font du vélo sur les chemins de randonnée, en toute tranquillité, sans engagement corporel extrême ! Si l’enjeu est de maintenir la pression sociale sur tous les publics pour s’inscrire dans une démarche civique et collective partagée, évitant de différencier ceux qui sont en « première ligne » de ceux qui prennent du bon temps dans la nature, cela peut se concevoir dans une vision républicaine de ce principe. Mais est-ce la seule façon de procéder et pour quelle finalité à long terme ?

Divergence civile et transition récréative

5Comment alors repenser la place et les liens entre l’écologie des champs et des villes dans la façon de concevoir la santé des personnes en ce début de XXIème siècle ? Nous vivons une époque où la logique aménagiste et urbaine a consisté à multiplier les lieux de loisir et touristiques massifiés : centres aqualudiques, stations touristiques, espaces indoor de pratique, évènementiels effervescents, mégacamping, parcs de loisirs gigantesques…
La divergence civile consiste à renforcer la culture récréative en nature autour de pratiques en liberté, en itinérance, en immersion dans la nature et en découverte patrimoniale, en dehors de toutes pratiques concentrées dans des espaces de loisir massifiés. Elle consiste à développer des scènes et des médiations fictionnelles attractives pour donner le goût aux pratiques récréatives déconfinées, présentes dans les multiples lieux de la ruralité des profondeurs.
N’est-ce pas une revanche de la culture sur la logique aménagiste dès lors que cette rencontre avec ces espaces de loisir induit la possession d’un capital culturel ? N’est-ce pas un capital plus important que celui octroyé habituellement au capital financier comme passeport pour profiter des prestations ludiques, festives et vertigineuses, bon marché ?
Plutôt que d’instaurer ce biopouvoir écologique qui limite l’espace des respiration des personnes confinées, n’avons-nous pas perdu une occasion d’envisager la transition sociétale que de nombreuses personnes imaginent à la sortie de la pandémie via l’invitation qui aurait pu être faite à chacun d’exprimer un potentiel de vie et d’expression récréative dans la nature de proximité ? Comment envisager une transition récréative sans faciliter le développement d’éco-interactions sociales avec et dans la nature comme disposition à investir des modes d’existence post-pandémie ?
La divergence civile consistait justement à contourner les schèmes consommatoires actuels du temps libre qui, pour bien d’entre eux sont renforcés durant cette période, pour prendre le temps de se promener dans la nature et donner de la présence une habitabilité récréative proche d’une nature émersive. Celle qui donne toute sa présence à une écologie relationnelle avec la nature vécue. Alors que ce temps du confinement renforce petit à petit la présence de l’autre monde, celui du transhumanisme, via l’amplification des sphères numériques et des cyberjeux qui nous invitent à investir le monde virtuel de demain, sans virus humain.

Perspectives théoriques

6Scientifiquement, une critique est adressée à la lecture républicaine et institutionnelle des faits sociaux qui, historiquement, privilégie le détour par une sociologie structurelle, en référence à Durkheim (un fait social a une cause sociale). L’environnement, socialement construit, n’étant pas interrogé pour étudier les facteurs épidémiologiques d’un déficit sanitaire. L’ouvrage de Kalaora (2017) sur la sociologie de l’environnement analyse la façon dont les institutions publiques et l’Etat sous-estiment la place des pratiques environnementales (industrie, agriculture, villes, gestion des forêts,…) dans la gestion des troubles sanitaires. L’ancrage dans une sociologie pragmatique et systémique permettrait d’analyser autrement les pratiques à risque et les réponses à apporter pour éradiquer les dangers activés. Concernant les espaces de nature, l’Etat n’a pas intégré les différences environnementales pouvant contribuer à sortir d’une approche structurelle de la pandémie. Les espaces de nature sont considérés comme ayant les mêmes conditions environnementales que les espaces urbains. Cette catégorisation commune ne relève pas d’une méconnaissance des caractéristiques épidémiologiques des environnements, mais de représentations sociale et symbolique négatives de la nature dans sa capacité à contribuer à gérer la pandémie, et plus globalement, les vulnérabilités contemporaines. Seules, la science, la médecine, le progrès et la technologie sont légitimes dans ce processus d’éradication, conformément à la vision cartésienne du monde, de la santé et de la nature (Larrère, Godin, Fleury, Le Breton) qui continuent à alimenter la politique française, dans une approche très centralisée, étatique et autoritaire.
Peux-t-on considérer, cependant, que les outils d’expertise restent toujours les mêmes pour accompagner les processus décisionnels des politiques publiques ? Bien sûr que non. La référence aux logiciels et aux applications numériques introduit de nouveaux objets techniques pour numériser la distribution spatiale et sociale de la pandémie (et des problèmes sanitaires). Aujourd’hui, la structure des interactions sociales, développée par la sociologie des réseaux sociaux, s’impose pour limiter toutes les formes d’interactions sociales entre personnes. Mais toujours en référence à un paradigme structurel, en lien avec les algorithmes qui modélisent les structures moyennes et globales des interactions sociales. Alors que la sociologie de l’environnement, des natures (Descola, 2018) et des milieux sociaux permet d’affiner la lecture des formes sociales de pratiques induisant le dépassement du paradigme structurel pour introduire le paradigme éco-socio-interactionniste dans la déclinaison des processus d’émergence de perturbateurs socio-sanitaires. Des lors, la référence à une écologie des milieux (Berque, 2014) active d’autres registres d’expertise pour catégoriser et qualifier les lieux prophylactiques. Les éco-socio-systèmes s’inscrivent dans des configurations organisationnelles et sociales singulières qui nécessitent de prendre en compte les singularités de fonctionnement de ceux-ci et la manière dont les acteurs et les publics co-construisent en commun les conditions interactionnelles satisfaisantes.
Accepter de différencier les espaces de nature des autres lieux, et la capacité des collectifs à co-gérer en commun la bonne prophylactie de ceux-ci, cela induit d’activer un autre référentiel politique. Pour engager ce renouveau paradigmatique, faut-il repenser la façon de penser le politique et la place de l’individu et du citoyen dans ce processus de gestion. Les pratiques autoritaires, directives et coercitives ne sont pas les seules façons de penser la place des publics dans la gestion des risques et de situations à problème (Soulé, Corneloup, 2007). Une part de responsabilité, d’individualisation et d’implications sociales est à prendre en considération. Elle invite les personnes et les collectifs à être co-acteurs dans la définition des « bonnes pratiques sanitaires ». On sort alors d’une gestion républicaine de la pandémie pour une gestion pragmatique au sein de systèmes organisés où chacun a intérêt à tendre vers une gestion optimale de ceux-ci. La référence à une sociologie individuelle, telle que l’évoque Ehrenberg (2008) invite à considérer l’existence de cognitions sociales chez les personnes pour définir en commun les modes de gestion adaptés aux contextes de pratique. Le déconfinement induit, de toute façon, la nécessité d’intégrer ce processus participatif, introduisant d’autres conceptions de transmission des principes à appliquer et de gestion collective des espaces publics et professionnels.
Cependant, la question de la pratique sociale et culturelle des espaces de nature ne relève pas que du politique, mais aussi de la capacité à s’ancrer dans une transition récréative. Si l’on considère que cette pandémie ne relève pas seulement d’un dysfonctionnement sanitaire de la société mondialisée que les organisations sanitaires peuvent résoudre, mais caractérise la fin ou la limite d’un modèle de développement, alors se pose la question de la façon d’envisager cette transition. Dans cette perspective, interdire la fréquentation des espaces de nature contribue à reproduire le modèle et le fonctionnement existant alors que justement cette période de confinement était propice à réenchanter l’écologie relationnelle de proximité avec la nature. En activant une habitabilité récréative dans les espaces de vie (Falaix, Corneloup, 2017), l’attachement à d’autres modes de vie et préoccupations environnementales était envisageable. Introduire l’individu capacitaire et créatif dans l’invention d’autres rhétoriques récréatives dans la nature participent au développement d’une démocratie de proximité tout en invitant les personnes à développer des milieux récréatifs au sein desquels l’environnement de vie et les personnes sont invités à en définir le contenu. De ce fait, aucune transition récréative et sociétale n’est possible sans la participation sociale et locale des individus à la fabrique du commun récréatif localisé (Corneloup, 2020). D’où le décalage avec la vision républicaine de gestion de la pandémie qui n’invite pas à sortir des cadres de pensée et des référentiels qui ont nourri les politiques publiques et la conception de l’économie et de la santé durant toute la modernité du XXème siècle.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu, B. (2017). Se fondre dans la nature. Montréal : Liber.

Bouron, J. P., Georges, P. M. (2015). Les territoires ruraux en France. Paris : Ellipses.

Berque, A. (2014). Natura, natura semper, un point de vue mésologique. Revue Nature & Récréation, 1, 11-19.

Corneloup, J. (2020). Transition récréative. Rouen : Presses universitaires de Rouen et du Havre

Descola, Ph. (2018). Les natures en question. Paris : O. Jacob.

Ehrenberg, A. (2018). La mécanique des passions. Paris : Odile Jacob.

Falaix, L., & Corneloup, J. (2017). Habitabilité et renouveau paradigmatique de l’action

territoriale : L’exemple des laboratoires récréatifs. L’information géographique, 81, 78-102.

Godin, C. (2012). La haine de la nature. Seyssel : Champ Vallon.

Kalaora, B., & Vlassopoulos C. (2013). Pour une sociologie de l’environnement. Seyssel : Champ Vallon.

Larrère, C. et R. (2015). Penser et agir avec la nature : une enquête philosophique. Paris : La Découverte.

Le Breton, D. (2013). Anthropologie du corps et modernité. Paris : Presses universitaires de France.

Soulé, B., & Corneloup J. (2017). Sociologie de l’engagement corporel. Paris : Armand-Colin.

Thoreau, H. D. (1997). La désobéissance civile. Paris : Ed. Mille et une nuits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Corneloup, « Reconsidérer les relations avec les espaces de nature en période de pandémie », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9101

Haut de page

Auteur

Jean Corneloup

UMR PACTE, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals