Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & ÉducationsHSSavoirs et expériences de natureLes savoirs oubliés : corps, trad...

Savoirs et expériences de nature

Les savoirs oubliés : corps, tradition et l’environnement dans les communautés brésiliennes et latino-américaines

Ana Christina Zimmermann et Soraia Chung-Saura

Résumés

Il semble y avoir une compréhension que la pandémie met en évidence et renforce les problèmes qui existent déjà dans notre société, en particulier sur la façon dont nous percevons et nous rapportons à l’environnement et aux autres. COVID-19 déclenche une crise qui suggère un moment d’écoute et de réflexion dans lequel on peut identifier un éventuel pouvoir pédagogique. Le but de cet article est de mettre en évidence certaines connaissances, quelque peu négligées, qui pourraient peut-être nous aider à repenser les problèmes urgents de notre société. Dans ce scénario, nous avons l’intention de mettre l’accent, sur la base de l’expérience des communautés brésiliennes et latino-américaines, notre relation avec la nature, avec notre propre corps et avec les connaissances traditionnelles. Nous soulignons avant tout la capacité d’apprendre dans les relations avec les autres, avec l’environnement et avec les connaissances produites afin de repenser les humanités existantes, dans la perspective d’une éthique des soins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Commentaire sur les épisodes politiques dans le contexte brésilien en 2018, avec de graves conséque (...)

“Comment les peuples indigènes feront-ils cela ?
J’ai dit : les peuples indigènes résistent depuis cinq cents ans. Je m’inquiète pour les blancs, comment vont-ils y échapper ? " (Krenak, 2019, 15)1

Introduction

  • 2 Les enregistrements de cette infection commencent en décembre 2019, avec une épidémie de pneumonie (...)

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la COVID-19 pandémie. Cette classification indique la propagation d’une maladie infectieuse dans différentes parties du monde tout en affectant un grand nombre de personnes et souligne la nécessité d’une action urgente (WHO, 2020). À cette époque, 114 pays ont signalé des cas de cette infection, dont 90 % étaient concentrés dans quatre pays. En mai de la même année, la contamination a atteint 188 pays et on estime que plus de la moitié de la population mondiale était dans des conditions strictes de détachement social (WHO, 2020 ; Institut Pasteur, 2020 ; Universidade John Hopkins, 2020)2. La contagion de COVID-19 a son premier épicentre en Chine, se déplace en Europe et dans d’autres régions de la planète, présentant les effets dévastateurs plus tard aux États-Unis et dans certains pays d’Amérique du Sud, en particulier au Brésil.
Selon le Secrétaire général des Nations Unies (UN, 2020), la combinaison de la menace de contamination et de décès causée par la maladie, associée à l’impact économique et aux possibilités de conflit, suggère qu’il s’agit de la crise la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour l’Organisation des Nations Unies, la réponse doit être forte et efficace, et elle n’est possible que par solidarité et avec la compréhension que l’humanité est en jeu.
Les appels à la réflexion sur l’humanité se sont multipliés au cours de la pandémie, renforcés par les conséquences des différentes formes d’isolement mises en œuvre. Les données numériques, les courbes d’évolution et les graphiques de répartition géographique ne fournissent pas tous les détails de ce scénario, en particulier sur la façon dont les différentes communautés sont affectées et cherchent des moyens de faire face à la crise. Comme le souligne Furedi (2020), tant l’impact que l’héritage d’une catastrophe sont liés à la manière dont la société fait face aux défis imposés. Le sociologue rappelle les arguments de Lowell Juilliard Carr pour justifier qu’une catastrophe est définie par les êtres humains et pas nécessairement par la nature, soulignant ainsi le rôle de la culture, des nouveaux leaderships qui émergent dans ce scénario, des institutions et de la prise de décision à la fois dans faire face et la prévention des crises comme ça. Pour l’écologiste et leader indigène brésilien de l’ethnie Krenak, Ailton Krenak (2020), « si cette tragédie sert à quelque chose, c’est pour montrer qui nous sommes. C’est à nous de réfléchir et de prêter attention au sens de ce qui vient vraiment de l’être humain. Et je ne sais pas si nous allons laisser cette expérience comme nous l’avons fait. J’espère que non ».
Il semble y avoir un accord sur la compréhension que la pandémie potentialise les innombrables problèmes qui existent dans notre société, en particulier sur la façon dont nous percevons et nous nous rapportons à l’environnement et aux autres. Cette situation nous amène à questionner notre mode de vie et les aliénations quotidiennes (Morin, 2020). Lilia Schwarcz (2020a) souligne également le potentiel de réflexion et d’apprentissage généré par la crise actuelle qui, pour elle, marque la fin du XXe siècle, faisant référence aux études d’Eric Hobsbawn sur le XIXe siècle. C’est un siècle déterminé par le développement technologique, qui a cependant révélé ses limites face à une pandémie. L’historien suggère une plus grande attention à la solidarité, à l’humanisation des agendas, à la nécessité d’actualiser les routines avec une autre temporalité afin de repenser les usages des espaces humains et des agglomérations. Le scientiste politique Bertrand Badie (2020) déclare que la crise déclenchée par Covid-19 met en évidence le vrai visage de la mondialisation et « doit nous ouvrir les yeux sur l’importance de la dimension sociale de la mondialisation».

  • 3 “Longtemps un acte de foi, la croyance en un progrès matériel et moral voué à ne jamais s’interromp (...)
  • 4 Groupe d'études socioculturelles de l'École d'éducation physique et sportive et de la Faculté d'édu (...)

1Alors, que pouvons-nous apprendre de la pandémie ? La question elle-même signale la recherche d’un possible pouvoir pédagogique dans les tragédies. La façon dont nous relevons ce défi indique comment nous reconfigurons l’humanité et comment nous envisageons les différentes possibilités pour l’avenir. Cependant, sous l’œil plus attentif, le discours surpris de certains médiatiques et administratifs, provoque étonnement. Des alertes sur l’épuisement de cette forme de vie sociale se sont produites sur plusieurs fronts. Le corps a montré des signes d’épuisement, les communautés traditionnelles aussi, ainsi que l’environnement, enregistrés à la fois par la littérature et par la science. Pourquoi n’écoutons-nous pas ou ne prenons-nous pas au sérieux les leçons que l’histoire, la science et la culture nous ont présentées ? Le fait est que la propagation d’une forme de vérité civilisatrice occidentale a guidé nos choix en faveur d’une notion d’humanité, de vérité et de justice qui a été remise en question par différents domaines de la science et qui, maintenant, trouve un point clé dans cette pandémie. Lévi-Strauss (2011), dans une de ses conférences, a réfléchi sur la perte de référence dont souffre la « civilisation de type occidental », suggérant ensuite d’élargir nos vues à d’autres modèles sociaux existants3. C’est avant tout un temps d’écoute et de réflexion pour identifier le défi qui se présente dans sa complexité. Ainsi, l’objectif de cet article est de mettre en évidence certaines savoirs et connaissances présentes dans l’humanité, recherchées par ce groupe brésilien4 avant et pendant la pandémie, et qui pourraient peut-être nous aider à repenser des questions qui ont été négligées d’une certaine manière. Dans ce scénario, nous avons l’intention de mettre l’accent, sur la base de l’expérience des communautés brésiliennes et latino-américaines, notre relation avec la nature, avec notre propre corps et avec les connaissances traditionnelles. Nous soulignons avant tout la capacité d’apprendre dans les relations avec les autres, avec l’environnement et avec les connaissances produites afin de repenser les humanités existantes, dans la perspective d’une éthique des soins.

Corps : la lutte pour la respiration et les gestes d’écoute

2Covid-19 attaque principalement les voies respiratoires. Les personnes gravement touchées ont besoin d’une aide artificielle pour continuer à respirer jusqu’à ce que le corps puisse réagir. La propagation rapide et la nécessité d’un équipement à long terme pour traiter les cas graves sont les principaux facteurs qui, combinés, nécessitent la prise de mesures d’isolement drastiques. Des milliers de personnes dans différents pays sont mises en quarantaine. Cette mesure déclenche une série d’autres problèmes de santé et beaucoup réalisent à quel point nous sommes corps et relation. Les personnes vivant dans de petits espaces, sans contact avec aucun espace vert, le soleil, l’air frais, perçoivent plus fortement le manque de ces relations organiques. Des stratégies sont recherchées pour maintenir la mobilité et d’éventuelles pratiques corporelles : le corps a besoin de respirer, le sang de circuler, les muscles d’exercer leurs forces.
Cependant, cela ne suffit pas, il faut encore trouver des moyens de rester en relation avec les autres. Les façons dont les plateformes virtuelles sont utilisées se multiplient, mais les diverses formes de communication qui recherchent la proximité corporelle sont à noter. Dans différents pays, les gens chantent sur leurs balcons, applaudissent collectivement les services de santé, discutent à distance, laissent des messages à leurs fenêtres, socialisent à distance au son musical. Regarder, c’est toucher à distance (Merleau-Ponty, 1945), chanter et écouter, c’est partager des ondes sonores chargées de sens. Les petits gestes de solidarité amplifient la dimension corporelle mais révèlent aussi l’appartenance à un monde de contacts, à une communauté.
Le philosophe Merleau-Ponty (1945) décrit la dimension corporelle comme la première source de sens, le point de référence de l’être dans le monde. La perception est donnée par l’exercice, ce n’est pas une compétence génétiquement déterminée. Dans nos relations quotidiennes, nous exerçons une manière d’écouter, de regarder et surtout de nous sentir comme un monde. Un changement de perspective nécessite donc de l’exercice. Cette compréhension est proche de ce que les communautés traditionnelles ont eu du mal à préserver : le temps de l’expérience sensible, nécessaire à toute relation d’altérité. Cette perspective n’est donc pas une nouveauté découverte par la philosophie occidentale, comme le souligne Irobi (2012, 275).

Nous devons prendre en considération que toute la tradition de la représentation rituelle et cérémonielle africaine, avec toute sa musique, danse, langage des percussions, architecture, chansons, spectacles, configurations spatiales, chorégraphies et masques, a toujours été transmise de génération en génération. Avant et après l’esclavage, ces transmissions se transmettaient par l’intelligence du corps humain au lieu de vidéos, films ou alphabétisation typographiques.

  • 5 Dans ce contexte, les meurtres par asphyxie dus à des violences policières racistes semblent emblém (...)

3La corporéité a été au cœur de nombreuses cultures, y compris les communautés afro-brésiliennes, autochtones et autres communautés traditionnelles auxquelles nous avons accès. Par communauté traditionnelle, nous entendons « des groupes humains culturellement différenciés qui reproduisent historiquement leur mode de vie, de manière plus ou moins isolée, sur la base de modes de coopération sociale et de formes spécifiques de relations avec la nature, traditionnellement caractérisées par la gestion durable de l’environnement » (Diegues, 2000, 22). Cette notion faite référence à la fois aux populations autochtones et à d’autres personnes en relation intense avec l’environnement. Dans le cas du Brésil en particulier, c’est un pays aux dimensions continentales, de nature exubérante et encore préservé. En raison de ces caractéristiques, il existe une diversité de communautés traditionnelles, plus ou moins isolées, qui maintient leur mode de vie malgré les impositions du système capitaliste occidental. Il existe actuellement 206 groupes autochtones, répartis sur tout le territoire national. En plus des peuples autochtones, il existe plus de 15 types de populations traditionnelles (réparties dans de nombreuses communautés) identifiées dans différents biomes brésiliens. La protection de l’environnement que ces populations exercent sur l’environnement est remarquable, du fait de leur complète interdépendance.
Pour comprendre l’interdépendance, il est essentiel de prêter attention à une dimension corporelle que beaucoup ont négligée dans la civilisation occidentale. Dans cette perspective, Andrieu, Nóbrega et Sirost (2018) ont attiré l’attention sur une écologie corporelle, comme une pratique qui implique notre responsabilité quotidienne à travers une réflexion sur nos gestes, nos choix de vie et leurs conséquences pour les autres et pour la nature. Cette perspective suggère que l’immersion dans la nature nous aide à écologiser notre corps à travers une interaction profonde avec l’environnement, soutenue par les notions développées par l’émersiologie, une science réflexive née de l’émergence des sensible vivants dans la conscience du corps vécu, proposée par Andrieu (2008-2011 ; 2016). La relation plus intense et directe du corps vivant avec la nature provoque un sentiment d’appartenance à l’environnement. Ainsi, les praticiens de l’immersion en milieu naturel commencent à modifier leur compréhension de l’écosystème et des modes d’action du corps à partir de ces expériences, questionnant leurs interactions avec l’environnement (Andrieu, 2008-2011). La vitalité de la nature s’éveille à de nouvelles perceptions corporelles qui permettent une autre perspective par rapport au mode de vie, aux modes de production et de consommation (Andrieu, Nóbrega et Sirost, 2018), pointant vers des modes de vie plus harmonieux.
Prendre soin de soi, des autres et de l’environnement est une éthique concrète, prenant comme paramètre les valeurs fondamentales pratiquées par les communautés qui n’adhèrent pas au système productif des grands centres urbains. Écouter les appels du corps, ouvrir les yeux sur les problèmes environnementaux, se rendre compte des difficultés d’une humanité qui ne voit plus la nature, se sensibiliser à la douleur de l’autre sont des appels dirigés vers les pouvoirs corporels qui se développent dans une situation globale, surtout à la façon dont nous nous mettons en relation. Dans cette dimension plus large, nous accompagnons actuellement des personnes en situation de vulnérabilité, dans lesquelles des conditions de routine telles que se laver à l’eau et au savon, et éviter le contact avec de nombreuses personnes - les principaux moyens d’éviter la contagion par COVID-19 - deviennent si plus difficile. L’eau potable et l’air respirable sont déjà rares.
Le philosophe et historien Mbembe (2020), réfléchit sur l’asphyxie qui s’impose à la planète et attire l’attention sur la violence et la toxicité, qui s’expriment de manière moléculaire, chimique, radioactive et attaque les corps vivants exposés à l’épuisement du système productif. Compte tenu des taux d’empoisonnement et d’épuisement humains et environnementaux, la difficulté à respirer causée par Covid-19 ne serait-elle qu’une indication de ce qui se passe sur la planète plus largement ? Mbembe (2020) parle d’un droit universel à la respiration, qui s’étend en direct dans son intégralité. Pour cela, il faut comprendre la respiration, en plus des aspects purement biologiques. Il place ensuite le problème dans une autre dimension, élargissant le regard à tout ce qui « confinait des segments entiers de populations et des races entières à une vie difficile, haletante et lourde» (Mbembe, 2020)5. Les conditions de négligence de la vie sont identifiées dans différentes régions de la planète et remettent en question nos notions d’humanité. Par conséquent, écouter le corps, l’autre et l’environnement était déjà urgent avant l’avènement de cette pandémie.

Relations avec l’environnement et les savoirs traditionnels et les pratiques corporelles

  • 6 Recherche en cours sur jouer dans les villes, en partenariat avec le projet Território do Brincar, (...)

4Suivant le raisonnement de Lévi-Strauss, Krenak (2019) questionne le projet de colonisation basé sur les prémisses d’une humanité éclairée qui rencontre une humanité obscurcie pour transmettre sa lumière. Cette rationalité a soutenu l’aliénation de la nature, du passé, des collectifs. « Il supprime la diversité, il nie la pluralité des formes de vie, de l’existence et des habitudes» (Krenak, 2019, 12). Krenak parle pour défendre une vision du monde des peuples originaux dans laquelle la diversité et l’intégration entre les différents êtres de la nature donnent un sens à la vie. D’autre part, à partir du moment où nous commençons à comprendre la nature uniquement comme une ressource à utiliser, nous transformons la vie en un objet de consommation, guidant les désirs et les imaginations collectives. Ceux qui maintiennent une autre vision du monde et rejettent cette proposition de civilisation, de technique et de contrôle, sont constamment menacés par les épidémies, la faim, la pauvreté et d’autres formes de violence.
Pour Krenak (2019, 33), une rupture est nécessaire dans la perspective anthropocentrique : « Ce contact avec une autre possibilité implique d’écouter, de ressentir, de sentir, d’inhaler, d’exhaler ces couches de ce qui nous a été laissé comme ‘nature’, mais qui pour une raison encore confondez-vous avec elle ». En ce sens, l’altérité est un concept qui vise à être dans le monde de manière critique et consciente, à pouvoir éprouver le plaisir d’être vivant et à retrouver le sens de vivre en société. Krenak (2018) met en avant le mouvement « florestania» (la citoyenneté de la forêt), opposant l’idée de citoyenneté liée à la structure des villes dans la régulation des espaces et des relations. Il s’agit d’étendre l’exercice de la citoyenneté afin de réaliser l’idée inventive des peuples de la forêt, pour la défense des territoires et de la biodiversité. Il évoque ainsi le pouvoir du sujet collectif à récupérer et à construire d’autres modes de vie en communauté, reproduisant la vie et la culture.
Il est essentiel de reconnaître que les éléments naturels et culturels sont interconnectés et notre vulnérabilité, ainsi que notre force, correspond à la façon dont nous vivons dans la société. La recherche sur le changement climatique, par exemple, a soulevé ce problème de manière intensive au cours des dernières décennies (Patz et al 2003). Les scientifiques mettent également en garde contre les possibilités de pandémie causées par de nouveaux virus depuis de nombreuses décennies (Lederberg, 1993 ; Henig, 1994 ; Garrett, 1995 ; Patz et al 2003). Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous présentons une réponse collective si lente à ces différents avertissements, y compris les crises avant cette pandémie. En particulier, il y a un sentiment d’échec avec l’autre que nous ne pensons pas si proche étant donné que les récentes épidémies ont principalement touché des régions plus éloignées des puissances hégémoniques occidentales (Henig, 2020).
C’est le cas des populations indigènes d’Amérique du Sud, par exemple, constamment dévastées par les maladies infectieuses provoquées par les non-autochtones (Amigo 2020 ; Serva 2020), qui, cependant, utilisent depuis des siècles des stratégies de distanciation sociale pour la survie de leurs populations. Ce qui est le plus évident dans la situation actuelle de vulnérabilité à COVID-19, ce sont les lacunes de nos sciences humaines : inégalités sociales, systèmes de santé publique médiocres, conditions sanitaires inadéquates, réalité insoutenable de la production et de la consommation, négligence écologique, manque de respect pour les communautés et connaissances traditionnelles.
Le mouvement de décolonisation des savoirs au profit de savoirs multiples vise précisément à récupérer ces savoirs, issus d’humanités négligées, mais avec une production élevée de technologies durables, en les replaçant sur la scène des savoirs à partager. Ainsi, les épistémologies du Sud (Santos, 2019) pointent vers les savoirs traditionnels, oraux, perceptifs, et vers la primauté des sens dans la production des savoirs.
Dans le cadre des pratiques corporelles, il existe de nombreuses possibilités d’étude qui signalent une connaissance sensible du corps pour d’autres temporalités et spatialités (Nóbrega, 2018 ; Andrieu, 2020). Dans les recherches menées sur le jeu des enfants lors de l’isolement de la pandémie à l’intérieur de leurs foyers, l’hypothèse tournait autour d’une situation plus douloureuse de la part des enfants6. Mais ce qui a été observé, même dans leur diversité socio-économique et culturelle, c’est que les enfants, eux aussi, avaient besoin de respirer dans leurs agendas, aussi occupés que ceux des adultes. Nous avons vu à quel point ils sont heureux de pouvoir être avec leurs mères, leurs pères, leurs sœurs et leurs frères pendant longtemps, même si cela implique d’être loin de leurs amis et de l’école. En outre, en possession de ces relations familiales, on observe comment ils ont produit un jeu créatif, uniquement possible face à un temps prolongé. Dès les moments de loisir, ils utilisent les matériaux et les espaces possibles, créant leurs jouets et jeux et s’informant sur les choses du monde. Les attitudes oubliées comme avoir les trois repas quotidiens avec la famille étaient également surprenantes pour les enfants, ainsi que la perception accrue du temps, de l’espace, du corps et des événements naturels autour, même s’ils sont de petites proportions, comme regarder une plante pousser dans un petit vase. De ces jeux et perceptions corporelles se posent des questions ontologiques sur l’existence. Souvent dans leurs répertoires, ils jouent sur de nouvelles formes de vie possibles sur cette planète et sur d’autres, montrant la résilience des jeunes générations. Pas étonnant, pour les communautés traditionnelles, les enfants sont intégrés dans les activités quotidiennes, à la fois apprendre des gestes et écouter, pour apporter le nouveau.
Dans nos recherches sur les jeux traditionnels des communautés traditionnelles, nous avons également réalisé que les valeurs fondamentales des soins sont mises en évidence dans ces pratiques corporelles (Zimmermann et Saura, 2014 ; Saura, Matta et Zimmermann, 2018). Au lieu de renforcer le mérite individuel et les autres valeurs de l’homme bourgeois si présentes dans le sport moderne, les jeux traditionnels fonctionnent avec les principes de la collectivité, l’approche entre les générations, la valorisation de la diversité et l’intégration et le respect de l’environnement. Ces perspectives montrent différentes possibilités d’être avec les autres.

Considérations éthiques : soin et respect

  • 7 L'intersectionnalité révèle des données plus tristes lorsque nous croisons des informations entre l (...)

5 Nous reconnaissons alors que nous n’avons toujours pas accès aux connaissances disponibles et aux connaissances avec l’attention nécessaire pour assumer la responsabilité de nos actions, en relation avec l’environnement et, finalement, la vie sur la planète. La crise générée par une pandémie expose notre vulnérabilité corporelle mais surtout sociale, amplifiant les inégalités au sein des pays et entre eux (Kluth, 2020 ; Santos, 2020). L’isolement et l’exil que la plupart des gens éprouvent pendant l’isolement de la quarantaine pandémique reflètent le sentiment de nombreux groupes vulnérables à un abandon constant. La situation de négligence sociale et environnementale montre à quel point nous avons échoué en tant qu’humanité et annonce la nécessité d’un changement radical dans la sphère des relations.
Dans ce contexte, est-il possible d’extraire un potentiel pédagogique de cette pandémie ? Certains penseurs affirment que les dimensions de cette crise sont des signes clairs que nous avons besoin d’une action mondiale urgente et que la crise actuelle aurait ce pouvoir de coup d’État (Zizek, 2020). D’autres ne sont pas aussi optimistes, l’état d’exception qui est en train de s’établir peut devenir la règle, ouvrant un espace aux gouvernements totalitaires et à des processus d’exclusion et de contrôle encore plus puissants, soutenus par la biopolitique. Le philosophe sud-coréen Byung-Chul Han (2020) souligne que le virus n’est pas assez fort pour générer une révolution, et qu’un changement de comportement devrait se produire à partir de la réflexion humaine face aux conséquences du capitalisme destructeur. Dans le même sens, Mbembe (2020) souligne que l’interruption générée par Covid-19 n’est pas volontaire, et que nous avons besoin d’une pause consciente et pleinement autorisée, fruit d’une imagination radicale. Dans le scénario de pandémie, il est possible d’identifier des groupes plus privilégiés capables de réfléchir et d’explorer de nouvelles possibilités dans les relations de soins, et d’autres dans des situations de vulnérabilité et de souffrance sans aucune condition pour avoir un retour positif de cette crise (Schwarcz, 2020b), et d’autres bien qu’ils n’attendent que d’aller au même rythme.
Le sentiment d’impuissance généré lors de la pandémie déplace l’attention vers l’importance des soins et la question de ce que nous comprenons par l’humanité. L’être humain générique n’existe pas du point de vue de la culture et l’idée qu’en face de crises comme celle-ci "nous sommes tous dans le même bateau" est, en ce sens, remise en cause. Pour les raisons énumérées ci-dessus, nous sommes des humanités qui se maintiennent différemment les unes des autres. À partir des paradigmes générés par les communautés traditionnelles durables, nous avons l’isolement social comme stratégie ancestrale pour la survie des groupes ethniques et des populations entières (Pontes, 2020). La notion de soins et de bien commun est largement développée dans ces cultures - et on peut citer ici, par exemple, le respect sans restriction des personnes âgées, qui dans ces communautés sont les véritables gardiens et gardiens du savoir accumulé génération après génération, dépositaires de la mémoire de ces populations, reliant les enseignements du passé aux prédictions futures. En eux, à peine le jeune aurait la priorité sur les personnes âgées, car il s’est répandu sans restriction dans le cas de cette pandémie et dans notre modèle social. En ce qui concerne la culture académique, les notions d’éthique des soins ont surtout été soulevées par les études féministes. Pour l’anthropologue Débora Diniz (2020), le monde post-pandémique pourrait avoir des valeurs féministes plus présentes dans la vie quotidienne et les négociations politiques, à la recherche de mécanismes de soutien collectif. En ce sens, les femmes ont toujours su que la survie dépend de l’interdépendance et la sphère de soins a été principalement occupée par les femmes tout au long de l’histoire. Pendant la pandémie, cela devient encore plus évident (Pisani, 2020). En plus des soins dans la sphère familiale dans tous les domaines, les femmes représentent environ 70 % du personnel de santé, y compris les médecins, les infirmières, les techniciens infirmiers et les agents de santé, à l’échelle mondiale (Gupta, 2020). Les femmes assument non seulement ce rôle de soins, mais elles sont également plus exposées aux risques.7
L’éthique des soins offre une approche puissante pour réfléchir à ce changement de perspective. Cette approche a été entendue comme une « voix différente », selon l’une de ses prédécesseurs Carol Gilligan, principalement parce qu’elle unissait la pensée et l’émotion, le « soi» aux relations, car il s’agit d’une proposition incorporée, située dans le temps et l’espace (Gilligan , 2014, 89). Selon Held (2006), les principales caractéristiques de cette éthique sont : l’attention aux besoins des personnes dont nous assumons la responsabilité ; valoriser les émotions telles que la sympathie, l’empathie, la sensibilité et la réactivité ; remettre en question les limites d’applicabilité des règles universelles et abstraites des théories morales dominantes ; problématiser les notions traditionnelles du public et du privé ; s’attaquer aux problèmes moraux qui se posent dans la relation entre inégaux et personnes à charge ; et la conception des personnes comme relationnelles et interdépendantes moralement et épistémologiquement, et non comme des individus indépendants et autosuffisants. C’est une éthique fortement influencée par le féminisme et qui ne rentre pas dans les catégories traditionnelles de la philosophie, car elle remet en question la notion d’universalité et élargit les frontières conventionnelles de la discussion (DesAutels et Waugh, 2001). L’éthique des soins n’exclut pas l’éthique de la justice et agit en communion avec elle. Mais en plus des principes d’égalité et d’individualité, leurs décisions sont basées sur le bien commun, comme dans les communautés traditionnelles qui inspirent ce texte.
Un danger éthique dans une pandémie est d’oublier la nature unique des individus et de les considérer uniquement comme faisant partie d’un système. La pandémie de COVID-19 a entraîné un nombre important d’infections, d’hospitalisations et de décès dans le monde (Johns Hopkins University, 2020). Cependant, les gens ne sont pas seulement des statistiques et la vie humaine ne doit pas être mesurée dans des tableaux ou des graphiques. La spéculation sur un bilan acceptable de personnes perdues à cause de la pandémie n’a aucun sens lorsque nous pensons à ces personnes, à leur place dans la vie d’une communauté et à ce que nous aurions pu faire pour éviter ces pertes. L’éthique des soins valorise les liens que nous avons avec les autres et les vraies relations qui contribuent à notre identité.
Au cours de la pandémie, nous avons observé de nombreux gestes de soins qui montrent que la distance physique ne signifie pas nécessairement l’isolement social, car les individus étendent leur corporéité lorsqu’ils atteignent l’autre (Merleau-Ponty, 1945). L’espoir se concrétise par des gestes de solidarité dans les initiatives de soins dans différentes parties du monde (Broom, 2020) et, surtout, dans les communautés brésiliennes (Amparo, 2020). En l’absence de politiques publiques pour les communautés urbaines, constituées de poches de travailleurs informels à structure précaire, elles se sont organisées, reproduisant le modèle des communautés traditionnelles. Paraisópolis, l’une des plus grandes favelas de la ville de São Paulo, avec 100 000 personnes coincées dans des cabanes, a créé, à partir de son Association des femmes, des responsables chargés de surveiller 50 familles et leurs symptômes, par des actions éducatives, pour lutter contre la faim, des soins aux personnes âgées et aux enfants.
Cette éthique des soins se concentre sur l’attention, la confiance, la réactivité aux besoins, la solidarité, la préoccupation mutuelle, les nuances narratives et la culture des relations de soins (Held, 2006). Le débat sur les droits de l’homme universels dans les organisations internationales telles que les Nations Unies ou ses agences comme l’UNESCO (UNESCO, 2015 ; Have, 2006) doit certainement être respecté et amélioré. Cependant, cette discussion, pour être vraiment éthique, doit impliquer des personnes et des groupes dans différentes sphères, en ce qui concerne les différentes connaissances et modes de vie. Nous devons donc élargir le dialogue éthique, de manière inclusive, sensible et respectueuse, afin de pouvoir construire collectivement des possibilités d’action au-delà de l’institutionnalisation des procédures.

Considérations finales

6 Il est essentiel que nous acceptions notre responsabilité de prendre soin des autres et de l’environnement, de comprendre notre appartenance à ce système organique d’interrelations. Nous comprenons avec la pandémie la nécessité d’une réflexion engagée qui intègre différentes notions d’humanité pour l’élaboration de protocoles plus centrés sur une éthique des soins, qui incluent les féminismes, la « florestania », les relations d’altérité, le respect de la temporalité de la vie, la reconnaissance des petits groupes, écoute du corps et des valeurs fondamentales des peuples de forêts et des populations traditionnelles. Toutes les formes de soins se nourrissent les unes des autres.
L’apprentissage que nous proposons n’est donc pas nécessairement dans l’ordre du contenu, mais dans les façons d’être avec les autres, avec l’environnement, de reconnaître et d’intégrer des connaissances qui approchent la sphère des soins. Il s’agit d’un changement radical de perspective à un moment où les métaphores belliqueuses ou apocalyptiques marquent fortement le discours face à la crise et indiquent une manière hégémonique de faire face aux problèmes. Peut-être pourrions-nous alors mettre l’accent sur l’écologie corporelle, les actions basées sur les connaissances scientifiques interdisciplinaires et les connaissances traditionnelles.
Le dialogue attentif entre la connaissance du corps, les communautés traditionnelles et la connaissance de la science peuvent nous aider à repositionner notre perspective face aux défis auxquels nous sommes confrontés. Cet apprentissage se déroule dans le dialogue lui-même, en écoutant et en réfléchissant. C’est avant tout un mouvement sensible, en faveur de la vie, comme la respiration elle-même.

Haut de page

Bibliographie

Amigo, I. (2020). “For Brazil’s Indigenous communities, pandemic revives memories of earlier plagues.” Science, 15 avril. https://www.sciencemag.org/news/2020/04/brazil-s-indigenous-communities-pandemic-revives-memories-earlier-plagues ?utm_campaign =news_daily_2020-04-15&et_rid =650565291&et_cid =3287295#. Accessed 20 April 2020. doi :10.1126/science.abc2772

Amparo, T. (2020). “Do que é feita a esperança em tempo de pandemia.” Folha de São Paulo, 04 mai. https://www1.folha.uol.com.br/colunas/thiago-amparo/2020/05/do-que-e-feita-a-esperanca-na-pandemia.shtml.

Andrieu, B. (2008–2011). L’écologie corporelle (4 tomes). Biarritz: Atlantica.

Andrieu, B. (ed.) (2020). Manuel d’émersiologie. Apprends le langage du corps. Paris : Éditions Mimésis.

Andrieu, B. (2016). Sentir son corps vivant. Emersiologie 1. Paris: Vrin.

Andrieu, B., T.P. Nóbrega and O. Sirost. 2018. Body Ecology: a new philosophy through cosmotic emersiology. Acta Universitatis Carolinae Kinanthropologica, 54 (1): 17-24. doi:https://10.14712/23366052.2018.2

Badie, B. (2020). “Os profetas do neoliberalismo viraram promotores da economia social. É preciso voltar aos imperativos sociais.” El País. 06 avril 2020.https://brasil.elpais.com/ideas/2020-04-06/bertrand-badie-cientista-politico-a-acao-da-oms-se-reduz-a-ler-um-comunicado-todas-as-noites.html.

Broom, D. (2020). “A pandemic of solidarity? This is how people are supporting one another as coronavirus spreads.” World Economic Forum. 16 mars. https://www.weforum.org/agenda/2020/03/covid-19-coronavirus-solidarity-help-pandemic/

DesAutels, P; Waugh, J. eds. (2001). Feminists Doing Ethics. Lanham, Md.: Rowman and Littlefield.

Diegues, A.C. (Org.) (2000). Os Saberes Tradicionais e a Biodiversidade no Brasil. São Paulo: NUPAUB, PROBIO-MMA.

Diniz, D. (2020). Mundo pós-pandemia terá valores feministas no vocabulário comum. Folha de São Paulo. Entretien réalisé par Ursula Passos. 6 avril 2020. https://www1.folha.uol.com.br/equilibrioesaude/2020/04/mundo-pos-pandemia-tera-valores-feministas-no-vocabulario-comum-diz-antropologa-debora-diniz.shtml ?fbclid =IwAR3xgGAHpVniQTA8wmDnszhK-jcDDmIkgx9e_OKFizGeW_DIbyJZ4Y82POE

Diniz, D. ; Carino, G. (2020). “Patroas, empregadas e coronavírus.” El País. 21 Mars. https://brasil.elpais.com/opiniao/2020-03-21/patroas-empregadas-e-coronavirus.html

Furedi, F. (2020). “A disaster without precedent: Covid-19 is a huge blow to humanity, but it need not break the human spirit.” 20 Mars 2020. Spiked. https://www.spiked-online.com/2020/03/20/a-disaster-without-precedent/

Garrett, L. (1995). The Coming Plague: Newly Emerging Diseases in a World Out of Balance. New York: Penguin Books.

Gilligan, C. (2014). “Moral Injury and the Ethic of Care: Reframing the Conversation about Differences.” Journal of Social Philosophy, 45 (1) 89–106.

Gupta, A.H. (2020). “Why Women May Face a Greater Risk of Catching Coronavirus.” The New York Times. 12 mars. https://www.nytimes.com/2020/03/12/us/women-coronavirus-greater-risk.html?mc_cid=719f7558b4&mc_eid=6bbf508b86

Han, B-C. (2020). “O coronavírus de hoje e o mundo de amanhã, segundo o filósofo Byung-Chul Han.” El País. 23 mars. https://brasil.elpais.com/ideas/2020-03-22/o-coronavirus-de-hoje-e-o-mundo-de-amanha-segundo-o-filosofo-byung-chul-han.html

Have, H. ten. (2006). “The Activities of UNESCO in the Area of Ethics.” Kennedy Institute of Ethics Journal 16 (4): 333–351.

Held, V. (2006). The ethics of care. In Copp, C. (Ed.), The Oxford handbook of ethical theory (pp. 537-567). Oxford: Oxford University Press.

Henig, R. M. (1994). A dancing matrix: how science confronts emerging viroses. New York: Vintage.

Henig, R. M. (2020). “Experts warned of a pandemic decades ago. Why weren’t we ready?” National Geographic, 8 avril. https://www.nationalgeographic.com/science/2020/04/experts-warned-pandemic-decades-ago-why-not-ready-for-coronavirus/

Institut Pasteur. (2020). “Covid-19 Disease (Novel Coronavirus).” https://www.pasteur.fr/en/medical-center/disease-sheets/covid-19-disease-novel-coronavirus

Irobi, E. (2012). “O que eles trouxeram consigo: carnaval e persistência da performance estética africana na diáspora.” Projeto História, São Paulo, 44, pp. 273-293. https://revistas.pucsp.br/revph/article/view/9857/9824

Johns Hopkins University. “Coronavirus (COVID-19) information and updates.” https://www.hopkinsmedicine.org/coronavirus. 21 April 2020. (Accessed April 20).

Kluth, A. (2020). “This pandemic will lead to social revolutions.” Bloomblerg Opinion. 11 avril. https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2020-04-11/coronavirus-this-pandemic-will-lead-to-social-revolutions

Krenak, A. (2018). “La Puissance du Sujet Collectif - Partie II.” Entretien réalisé par Jailson de Souza e Silva. Revue Periferias. v.1, n.1, 2018. Le Paradigme de la Puissance. https://revistaperiferias.org/fr/materia/ailton-krenak-la-puissance-du-sujet-collectif-partie-ii/ ?ided =2224

Krenak, A. (2019). Ideias para adiar o fim do mundo. São Paulo: Companhia da Letras.

Krenak, A. (2020). "O modo de funcionamento da humanidade entrou em crise". Entrevista realizada por Berta Maakaroun. O Estado de Minas. 03 avril. https://www.em.com.br/app/noticia/pensar/2020/04/03/interna_pensar,1135082/funcionamento-da-humanidade-entrou-em-crise-opina-ailton-krenak.shtml

Lederberg, J. (1993). Viruses and humankind: intracellular symbiosis and evolutionary competition. In Morse, S.S (Ed.), Emerging Viruses (pp. 3-7). Oxford: Oxford University Press.

Levi-Strauss, C. (2011). L’anthropologie face aux problèmes du monde moderne. Paris : Seuil, coll. La librairie du xxie siècle.

Mbembe, A. 2020. Le droit universel à la respiration. AOC. 06 avril. https://aoc.media/opinion/2020/04/05/le-droit-universel-a-la-respiration/.

Merleau-Ponty, M. (1945). Phénoménologie de la Perception. London : Routledge.

Morin, E. (2020). Cette crise nous pousse à nous interroger sur notre mode de vie, sur nos vrais besoins masqués dans les aliénations du quotidien. Le monde. 19 avril 2020. https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/19/edgar-morin-la-crise-due-au-coronavirus-devrait-ouvrir-nos-esprits-depuis-longtemps-confines-sur-l-immediat_6037066_3232.html

Nations Unies (UN). (2020a). Transcript of UN Secretary-General’s virtual press encounter to launch the Report on the Socio-Economic Impacts of COVID-19. 31 mars. https://www.un.org/sg/en/content/sg/press-encounter/2020-03-31/transcript-of-un-secretary-general %E2 %80 %99s-virtual-press-encounter-launch-the-report-the-socio-economic-impacts-of-covid-19

Nóbrega, T. P. (ed.) (2018). Estesia: corpo, fenomenologia e movimento. São Paulo : LiberArs, 2018.

Pontes, F. (2020). “Indígenas reforçam modo de vida tradicional para combater pandemia da covid-19.” 24 mai. Mídia Ninja. https://midianinja.org/news/indigenas-reforcam-modo-de-vida-tradicional-para-combater-pandemia-da-covid-19/

Patz, J. A.; Githeko, A. K.; McCarty, J. P.; Hussein, S.; Confalonieri, U; and N. de Wet. (2003). Climate change and infectious diseases. In McMichael A. J. et al. (Ed.), Climate change and human health: risks and responses (103-127). Geneva: World Health Organization,.

Pisani, M.S. (2020). “O enfrentamento e a sobrevivência ao Coronavírus também precisa ser uma questão feminista!” Portal das ciências sociais brasileiras. Boletim n.12. http://www.anpocs.com/index.php/ciencias-sociais/destaques/2323-boletim-n-12-o-enfrentamento-e-a-sobrevivencia-ao-coronavirus-tambem-precisa-ser-uma-questao-feminista

Santos, B. de S. (2019) O fim do império cognitivo, a afirmação das epistemologias do Sul. Belo Horizonte: Autêntica.

Santos, B. de S. (2020).
A Cruel Pedagogia do Vírus. Coimbra: Edições Almedina.

Saura, S.C., Matta P., Zimmermann A.C. (2018). Os jogos tradicionais e o lazer : apontamentos para uma cultura da paz a partir da perspectiva da fenomenologia da imagem e do imaginário. In: Almeida, R. and Hernando Pérez T. (eds) Cultura da paz e educação latino-americana. São Paulo: FEUSP, pp. 163-179.

Schwarcz, L. (2020a). “Cem dias que mudaram o mundo. Entrevista realizada por Camila Brandalise e Andressa Rovani.” Universa. https://www.uol.com.br/universa/reportagens-especiais/coronavirus-100-dias-que-mudaram-o-mundo/#tematico-3

Schwarcz, L. (2020b) “Combinação de pandemia e governos autoritários no mundo é preocupante.” BBC Brasil. Entretien réalisé par Ligia Guimarães. 19 mai. https://www.bbc.com/portuguese/brasil-52682049

Serva, L. (2020). “Xingu fecha fronteiras para evitar chegada do coronavírus.” El País. 18 avril. Available in https://arte.folha.uol.com.br/ilustrada/2017/sebastiao-salgado/alto-do-xingu/xingu-fecha-fronteiras-para-evitar-chegada-do-coronavirus/.

UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization). 2015. Rethinking Education: Towards a Global Common Good. Paris: UNESCO. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000232555.

WHO (World Health Organization) 2020. “Coronavirus disease (COVID-2019) situation reports.” https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports.

Zimmermann, AC, Saura, SC (2014). Jogos Tradicionais. São Paulo: Editora Laços.

Zizek, S. (2020). Um golpe como “Kill Bill” no capitalism. In Davis, Mike, et al (Ed.), Coronavírus e a luta de classes (43-47). Terra sem Amos : Brasil.

Haut de page

Notes

1 Commentaire sur les épisodes politiques dans le contexte brésilien en 2018, avec de graves conséquences pour la survie des groupes minoritaires, la liberté et l'environnement.

2 Les enregistrements de cette infection commencent en décembre 2019, avec une épidémie de pneumonie détectée à Wuhan, en Chine. Le 9 janvier 2020, l'OMS a officiellement annoncé la découverte d'un nouveau coronavirus, appelé SARS-CoV-2. Ce nouveau virus est responsable d'une maladie respiratoire infectieuse appelée Covid-19. Les données sur le nombre de personnes infectées, récupérées ou décédées dans chaque pays ont été mises à jour quotidiennement (Johns Hopkins University, 2020) et révèlent également ses aspects économiques et sociaux.

3 “Longtemps un acte de foi, la croyance en un progrès matériel et moral voué à ne jamais s’interrompe subit ainsi sa crise plus grave. La civilisation de type occidental a perdu le modèle qu’elle s’était donné à elle-même, et elle n’ose plus offrir ce modèle aux autres. Ne convient-il donc pas de regarder ailleurs, d’élargir les cadres traditionnels où s’enfermaient nos réflexions sur la condition humaine ? Ne devons-nous pas y intégrer des expériences sociales plus variées et plus différentes des nôtres que celles dans l’horizon étroit desquelles on s’était longtemps confiné ? Dès lors que la civilisation de type occidental ne trouve plus dans son propre fonds de quoi se régénérer et prendre un nouvel essor, peut-elle apprendre quelque chose sur l’homme en général, et sur elle-même en particulier, dans ces sociétés humbles et longtemps méprisées que, jusqu’à une époque relativement récente, avaient échappé à son influence ? » (Lévi-Strauss, 2011, 16) Conférence donnée en 1986.

4 Groupe d'études socioculturelles de l'École d'éducation physique et sportive et de la Faculté d'éducation de l'Université de São Paulo / Brésil. Ses thèmes de recherche sont les phénomènes du corps humain et du mouvement dans une perspective anthropo-philosophique. Les thèmes partent de domaines tels que la philosophie du sport et l'anthropologie de l'imaginaire pour discuter de sujets tels que les loisirs, les jeux traditionnels, les sports d'aventure, la danse, l'art, le corps dans l'éducation, le jeu, entre autres. https://www.pulaeefeusp.com.br/

5 Dans ce contexte, les meurtres par asphyxie dus à des violences policières racistes semblent emblématiques. « Je ne peux pas respirer» : les propos de George Floyd assassiné le 25 mai 2020 (Minnesota, USA) dénoncent un modus operandi enregistré dans des vidéos, dans tant d'autres cas comme celui d'Eric Garner, qui a répété 11 fois la même phrase en 2014 avant sa mort (BBC Brasil, 2020, disponible sur https://www.bbc.com/portuguese/internacional-52832621) et le Brésilien Pedro Gonzaga, également tué par suffocation, par un agent de sécurité d'un supermarché en 2019, à Rio de Janeiro (Agência Brasil, 2019. Disponible sur : https://agenciabrasil.ebc.com.br/geral/noticia/2019-02/vigilante-de-supermercado-mata-jovem-por-sufocamento-no-rio ). “I can’t breathe” est devenu un emblème des manifestations contre la brutalité policière contre les personnes d’ascendance africaine.

6 Recherche en cours sur jouer dans les villes, en partenariat avec le projet Território do Brincar, Brésil. Disponible sur https://territoriodobrincar.com.br/

7 L'intersectionnalité révèle des données plus tristes lorsque nous croisons des informations entre la race et la classe. Le premier cas officiel de décès par Covid-19 au Brésil a été celui d'une employée de maison qui a pris soin de son employeur en quarantaine, diagnostiquée avec Covid-19 après son retour d'un voyage en Italie. Cas emblématique de l'impuissance d'un grand groupe de travailleurs en Amérique latine qui effectuent des travaux domestiques ou informels (Diniz et Carino, 2020)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Christina Zimmermann et Soraia Chung-Saura, « Les savoirs oubliés : corps, tradition et l’environnement dans les communautés brésiliennes et latino-américaines », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.9147

Haut de page

Auteurs

Ana Christina Zimmermann

École d’éducation physique et sport, Université de São Paulo

Soraia Chung-Saura

École d’éducation physique et sport, Université de São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search