Navigation – Plan du site
Néolibéralisme et gouvernementalité

Le néolibéralisme et l’étatisme autoritaire en temps de crise : la pandémie du Covid-19 et la force de la confiance et de la solidarité

José Manuel Mendes
Traduction de Isabel Silva

Résumés

La pandémie de Covid-19 se déroule dans les hypothèses du capitalisme actuel, adaptées à la fois au néolibéralisme féroce et à l’étatisme dictatorial. En régnant sur le néolibéralisme, l’État maintient son importance et, surtout, est essentiel pour la pleine mise en œuvre des politiques néolibérales. L’État est le dernier recours pour maintenir le système économique en fonctionnement dans les situations de crise et pour récupérer, sans frais à la charge des entreprises, des banques ou des agents économiques, les pertes potentielles d’activité et de bénéfices. De plus, le capitalisme, dans son incarnation néolibérale, profitera de la crise, des morts, des souffrances, des quarantaines pour s’instruire et se restructurer, comme l’illustre la couverture infâme de l’édition du 7 mars 2020 de The Economist, avec le titre Le bon médicament pour l’économie mondiale

Haut de page

Texte intégral

« C’est pourquoi encore cette épidémie ne m’apprend rien, sinon qu’il faut la combattre à vos côtés. Je sais de science certaine (…) que chacun la porte en soi, la peste, parce que personne, non, personne au monde n’en est indemne. (…) Ce qui est naturel, c’est le microbe. Le reste, la santé, l’intégrité, la pureté, si vous voulez, c’est un effet de la volonté et d’une volonté qui ne doit jamais s’arrêter. »

1Voici un extrait de La Peste, d’Albert Camus. Celui-ci met en évidence qu’en dernier ressort, dans une situation extrême de crise et d’urgence, ce sont la solidarité et la confiance qui comptent, et non le concept abstrait et vide de capital social, mais la force de la volonté et la cohésion du collectif.
La pandémie du Covid-19 se déroule dans les conditions du capitalisme actuel, adapté aussi bien à un néolibéralisme féroce qu’à un étatisme dictatorial. Dans le néolibéralisme qui règne, l’État maintient son importance et il reste, par-dessus tout, essentiel au plein accomplissement des politiques néolibérales. L’État est le dernier recours pour maintenir en place le système économique lors de situations de crise et pour récupérer, sans le moindre coût pour les entreprises, les banques ou les agents économiques, les pertes éventuelles d’affaires et de bénéfices. En outre, le capitalisme, dans son incarnation néolibérale, va tirer profit de la crise, des morts, de la souffrance, des quarantaines, pour apprendre et se restructurer, comme le montre si bien l’infâme couverture de l’édition de The Economist, du 7 mars 2020, intitulée The right medicine for the world economy. Le tout, bien entendu, fondé sur la notion de « destruction créative » de Schumpeter (p. 60 de l’édition respective).
L’étatisme dictatorial qui domine dans le régime chinois a suivi le scénario qui avait déjà été mobilisé auparavant, lors de la crise du Sras en 2003, bien qu’uniquement aujourd’hui durant la phase initiale. Il a maintenu le secret, sanctionné les médecins qui signalaient des cas de pneumonie sans causes apparentes et a mis en place des mécanismes de contention de manière tardive et diffuse. Ultérieurement, et cela a mérité des compliments du monde entier, y compris de l’Organisation mondiale de la Santé, la Chine a instauré des mesures draconiennes, avec la mise en quarantaine de millions de personnes, la limitation des libertés et l’activation d’une surveillance féroce de chaque citoyen et citoyenne dans les zones touchées, en ayant recours aux téléphones portables et aux réseaux sociaux, en étiquetant les personnes concernées par un système de couleurs, selon leur niveau de contact avec le Covid-19, et en alertant toutes les personnes sur la proximité d’un malade infecté. L’article de Roger Clarke, en 1988, a été prémonitoire, quand il a créé la notion de « dataveillance » pour caractériser les infrastructures émergentes de contrôle et de surveillance ayant recours aux technologies de l’information (voir à ce propos l’intéressant article de Deborah Lupton, publié sur son blog, sur la quarantaine numérique1.
Les pandémies du XXe et du XXIe siècles sont l’effet direct des processus d’urbanisation effrénés, avec la création de gigantesques conurbations qui pénètrent, occupent et essaient d’apprivoiser des espaces ruraux ou vides, en accueillant des millions de personnes forcées à se déplacer et concentrées dans des logements insalubres, constituant ainsi de la main-d’œuvre accessible pour tout type de production, comme, par exemple, à Wuhan, le centre de la pandémie Covid-19, connue comme la nouvelle Detroit chinoise, en raison de son rôle prépondérant dans le secteur de la construction automobile au niveau mondial (à cet égard, voir l’article de Keil, Connolly et Ali disponible sur https://theconversation.com/​outbreaks-like-coronavirus-start-in-and-spread-from-the-edges-of-cities-130666).
Au
niveau de la régulation des risques, l’Organisation mondiale de la Santé, en refusant de déclarer le Covid-19 comme une pandémie, suite aux déclarations catastrophistes de sa précédente responsable, Margaret Chan, lors de l’éclosion de la grippe A en 2009, a induit chez les citoyens et citoyennes une perception de fausse sécurité et de sous-estimation des mesures actives de protection. C’est le cas au Portugal, malgré le travail efficace de communication de risque de la directrice générale de la Santé, Graça Freitas, avec des prises de position fermes et indiquant des scénarios plus pessimistes. Cependant, l’expérience vécue par la population lors de la grippe A et la constatation de son impact mitigé ont donné lieu en pratique à une plus faible proactivité des mesures de protection quant au Covid-19, ce qui est visible dans la presque inexistence de produits de désinfection des mains dans les espaces commerciaux et les établissements publics et dans les normes quotidiennes d’interaction sociale et de rituels de salutations, en plus de l’activation tardive, et souvent de façon mitigée ou timide, des plans d’urgence.
La possibilité de réponse à une pandémie dépend de la force et de la qualité des relations sociales, de la solidité des institutions et d’une politique d’information basée sur la transparence et l’actualisation constante. Comme le dit si bien Howard Merkel, dans son article du magazine Wired, et je cite : « Les cas historiques des plus grands succès au niveau de la santé publique ont toujours inclus confiance, rapports de coopération entre les autorités sanitaires, les dirigeants des gouvernements et les citoyens. Lors d’un contrôle épidémique, la communication ouverte et constante, le soutien psychologique, de la nourriture, de l’eau, du confort, des loisirs et des installations confortables et socialement connectées pour tous ceux qui se trouvent en quarantaine sont aussi essentiels » (https://www.wired.com/​story/​opinion-with-covid-19-tech-is-making-history-repeat-itself/​).
La pandémie du Covid-19 est un test à la qualité des institutions démocratiques, à la qualité des services médicaux et sanitaires et à la force des liens sociaux et de la solidarité. Il n’y a qu’une politique de vérité et de transparence qui puisse vaincre ce défi, ainsi qu’une participation informée de tous et de toutes sur ce parcours qui exige de la pondération, de la sensibilité et de la proactivité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José Manuel Mendes, « Le néolibéralisme et l’étatisme autoritaire en temps de crise : la pandémie du Covid-19 et la force de la confiance et de la solidarité », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9233

Haut de page

Auteur

José Manuel Mendes

University of Coimbra

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals