Navigation – Plan du site
Néolibéralisme et gouvernementalité

La pandemie 'Corona Virus': Une leçon pour la politique de la RD Congo

Jean B. Murhega

Résumé

À cause de son système éducatif, sanitaire, sécuritaire, alimentaire défaillant, de ses laboratoires de recherche quasi inexistants, de ses économies faibles ou en faillite, la R.D. Congo fait partie des pays moins avancés. La nécessité de sa réorganisation s’impose pour faire face aux difficultés sociales et aux catastrophes naturelles auxquelles elle est exposée. Il revient à sa politique d’investir dans les ressources humaines en vue d’une formation solide procurant les savoirs, les compétences, les aptitudes, la capacité d’innovation et de créativité indispensables à la promotion d’un développement durable. Caractérisée par un patriotisme tenace, un nationalisme ombrageux, une impunité et une absence de bonne gouvernance, la politique congolaise, dépourvue du sens de l’intérêt général, développe le sous-développement dans ses contrées. Cela sert de prétexte aux grandes puissances et aux structures internationales pour imposer des actions caritatives, philanthropiques, conformes à ce que « recommanderait la générosité chrétienne » (Charles Onana, 2012, p. 22), mais voilant le surendettement et une logique de protection de leurs intérêts stratégiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Devenue une pandémie qui préoccupe tous les États en ce qui concerne la population mondiale, la maladie du Covid-19, avec des ravages partout où elle est arrivée, avec une capacité de propagation rapide liée à la facilité des moyens de communication, résistant à la riposte des pays avancés, instille la phobie, la désolation, et décime à son gré la population. Son expansion dans les pays moins avancés, et particulièrement en RD Congo où le manque de sécurité sociale est manifeste, panique la population. Celle-ci déplore les pandémies de ce monde dont elle fait partie, et surtout le fait que la progression du nouveau corona virus soit plus rapide que la capacité de relever le défi de santé. Caractérisée par un individualisme élevé, la politique congolaise ne met pas sa population à l’abri de l’insécurité sociale, faute de moderniser, de renforcer et de diversifier les structures sanitaires. En ces moments la pandémie montre « combien les soins de la santé sont fondamentaux et stratégiques » (Michael Czerny, SJ, Préface à Pape François, 2020, p. 12). Curieusement, ce secteur est ignoré, les salaires y sont insignifiants et les hôpitaux bondés manquent de médicaments. Les dirigeants congolais sont pris au piège de leur aisance matérielle et de l’illusion d’accéder facilement aux soins adéquats. Ils devraient agir rationnellement, avec énergie et efficacité aussi, pour subvenir à leurs besoins, tout en veillant au bien commun. La pandémie invite au changement, à la créativité en proposant de nouvelles solutions au défi sanitaire.
Je ne prétends pas relever le défi de santé auquel la politique congolaise est confrontée. Mais je voudrais souligner l’importance d’une politique congolaise responsable impulsant un « collectif de pensée », un « style de pensée » non seulement dans la tragédie du Covid-19 qui trouble la tranquillité de l’âme, l’harmonie, l’équilibre social d’une population qui veut « obtenir un nouvel équilibre » (G. Canguilhem, 2018, p. 15), mais aussi dans toutes les difficultés auxquelles la RD Congo est confrontée dans divers secteurs vitaux (éducatif, sanitaire, économique, sécuritaire, social, politique, écologique, technologique, etc.), puisqu’il est nécessaire de « mieux connaître afin de mieux agir. » (Ibid., p. 16-17.) Défiant les professionnels de santé, le corona virus a son épicentre dans des pays avancés où les systèmes de santé sont solides. La population a les yeux rivés sur ses dirigeants et ses professionnels de santé, ces « êtres les plus instruits et les plus capables […] d’exercer leur instruction et leur capacité librement pour le bien du peuple […] et non [pour] quelque fin privée qu’ils poursuivent. » (P. Bouretz, Préface à J. S. Mill, 1990, p. 27.)
Paradoxe ! quand le corona virus s’est manifesté en RD Congo, une petite partie des membres du personnel soignant, dont le devoir est de lutter contre ce fléau, faute de primes de risque et de moyen de protection approprié et efficace, a abandonné les patients, craignant d’être contaminée. L’efficacité des agents du système sanitaire dépend de l’amélioration de leurs conditions de travail (infrastructures, matériels adéquats, motivations, etc.) par les dirigeants, puisque « gouverner c’est prévoir. » Voilà qui assurerait la véritable indépendance et l’émergence des pays moins avancés ; car la construction d’une Nation ne suit toujours pas une longue rivière tranquille. Cette pandémie, résistant à la riposte des Etats aux systèmes de santé efficaces, réduirait-elle les clivages réguliers des pays avancés versus les pays moins avancés ? Les premiers, quoique secoués par le corona virus, sont préoccupés par la situation des seconds (surtout les Africains). Ceux-ci sont conscients d’avoir été conditionnés par un environnement médiatique ou des réseaux sociaux stéréotypés, et d’avoir partagé la vision selon laquelle ils ne peuvent pas contenir cette pandémie au regard de divers défis auxquels ils sont confrontés. Raison pour laquelle les grandes puissances interviennent en apportant de l’aide de tout genre, qui devrait être le fruit de la solidarité et non un facteur de surendettement, voilé sous couvert de la charité.

La riposte contre les épidémies

  • 1 A des moments différents, diverses flambées de la maladie à virus Ebola avaient été déclarées dans (...)

2L’humanité a de temps en temps fait triomphalement face à des épidémies continentales, régionales ou nationales. Le succès des scientifiques débouche sur de nouvelles disciplines et un ‘paradigme’ nouveau. Une fois les épidémies déclarées, les structures en charge de la santé et les humanitaires s’organisent pour la riposte contre leur propagation et éventuellement leur éradication. Ainsi, au début du XXe siècle, certains agents causaux de terribles fléaux passés ont-ils été découverts par des pionniers de la bactériologie et de la microbiologie comme Casimir Davaine, Louis Pasteur, Ferdinand Cohn, Robert Koch, etc. Il s’ensuivit le développement de la vaccination contre ces fléaux mortels. S’agissant des maladies infantiles, il est fréquent de vacciner, par anticipation, contre la tuberculose, le tétanos, la coqueluche, la diphtérie, la poliomyélite, la rougeole, la fièvre jaune, la méningite, etc. La campagne de vaccination s’impose pour prévenir et/ou contenir l’épidémie et lutter contre sa propagation et sa contagion.
L’histoire des épidémies retient la peste (vaincue à Marseille grâce au confinement) comme une pandémie dangereuse qui a marqué l’humanité au même titre que le choléra, la gangrène, la variole, le typhus, la rage, la grippe espagnole, etc. L’énigmatique infection à (pandémie de) VIH/SIDA demeure redoutable et invincible jusqu’à ce jour. La maladie du virus Ebola, une autre épidémie grave, a décimé la population dans certains pays d’Afrique de l’ouest et dans quelques régions de la R.D. Congo1. Luttant contre sa propagation, les personnels de santé et les humanitaires fournissent d’énormes efforts pour l’éradiquer et la riposte semble être efficiente et efficace.
Déclaré en Asie à partir de la Chine, précisément à Wuhan, son berceau, le Sars-Cov-2 s’est rapidement propagé dans la plupart des pays avancés, et récemment dans ceux moins avancés. Comment est-il possible qu’au cours d’un trimestre l’épidémie se répande dans le monde entier ? Qu’est-ce qui explique sa forte résistance et sa propagation rapide ? Sa propagation rapide serait favorisée par l’imprudence et la négligence des dirigeants chinois -s’ils ignorent son origine- qui n’ont pas averti leurs homologues ni de sa dangerosité ni de leur incapacité de le contenir. Ils ont une lourde responsabilité dans cette tragédie mondiale. Doté de capacités dévastatrices, le nouveau corona virus est à l’origine d’une pandémie par laquelle la population est convaincue de sa mortalité, de sa finitude et de sa fragilité, etc. Il dépasse les capacités humaines en leur opposant une résistance farouche. C’est grave puisque le ‘luxe biologique’, (G. Canguilhem) consiste à montrer qu’« être en bonne santé, c’est pouvoir tomber malade et s’en relever. » (G. Canguilhem, 2018, p. 173.)
Le taux de mortalité que cause la maladie Covid-19 et son invincibilité attirent l’attention de tout le monde et les Chefs d’Etats arrêtent des mesures préventives contre sa dissémination : l’hygiène consistant au lavage des mains au savon ordinaire, à la distanciation sociale de 1 à 2 mètres, à la mise en quarantaine des suspects pendant 14 jours, à l’usage de désinfectant ou des gants, au port des masques de protection (nécessaires quand la personne est testée positive ou quand on se rend en public), etc. et le dépistage quand on a été en contact avec un porteur du virus ou lors des entrées sur le territoire national des personnes provenant des pays à risque, et surtout le confinement.
A partir d’examens et de tests différents, il est difficile de distinguer les symptômes du paludisme de ceux du Covid-19. Figurent dans l’énumération des symptômes (sémiologie, symptomatologie) du nouveau corona virus : fièvre, grippe, toux sèche, perte du goût et de l’odorat, complications respiratoires et céphalées, etc., symptômes auxquels la population congolaise est confrontée selon les saisons (sèche ou pluvieuse). Le corona virus ne doit pas faire perdre aux personnels de santé leur lucidité face aux autres maladies dangereuses (le cancer, la malaria, la tuberculose, la malnutrition, les autres maladies infectieuses, etc.). Les dirigeants congolais, à cause de la promiscuité dans laquelle vit leur population, son mouvement incontrôlé, l’insalubrité criante et la solidarité qui la caractérise en diverses circonstances (deuil, mariage, etc.), devraient procéder à son dépistage pour lutter contre la propagation de cette pandémie, dont la gravité est déconcertante à cause de la coagulation sanguine disséminée et du défaut d’air oxygéné qui prive le poumon et le cœur de leur excitant normal.

La résonance du corona virus en R.D. Congo

3Révoltée par l’inefficacité de la prise en charge du nouveau corona virus, impuissante à limiter son expansion, la population congolaise constate que les soins accordés aux patients ne résorbent pas le virus, elle s’agite et développe un traumatisme complexe. En réponse à son inquiétude suivie d’une psychose, dans certaines contrées des pays moins avancés, quand la pandémie n’y était pas encore déclarée, quelques personnes ont fait circuler des arguments selon lesquels le virus de cette dangereuse pandémie ne résisterait pas à une température d’au-delà de 27 degrés C. Pis encore, dotés des anticorps efficaces, à la suite des antipaludéens, les Africains en général, et les Congolais, en particulier, auraient un système immunitaire résistant, si bien que cette maladie ne toucherait que les “caucasiens” pour employer un terme encore en vogue dans la littérature biomédicale. La progression facile et rapide de la pandémie d’un continent à un autre suffit pour détruire cette idéologie, cette théorie du complot possible. Ces considérations sur le Covid-19 sont des propos triviaux, qui ont convaincu des personnes susceptibles de réfléchir, mais demeurant au « degré zéro de la pensée » (B. Stiegler, 2008, p. 45.)
L’être humain est substantiellement le même, malgré sa diversité. Toutes les personnes naissent égales en droit et en dignité et d’ailleurs « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » (R. Descartes, 1943, p. 59.) Aucune raison ne justifie que le nouveau corona virus soit moins grave dans les pays moins avancés où la population est confrontée à plusieurs défis (alimentaire, sanitaire, éducationnel, financier, sécuritaire, etc.), bref à une précarité manifeste, à une insécurité sociale. Cette population accuse un déficit déplorable qui la rend fragile et vulnérable. Si les pratiques d’hygiène et le confinement n’y sont pas rigoureusement respectés, la situation y sera très grave à cause de son système de santé défaillant, de son marasme économique, n’en déplaise à sa surchristianisation, renforcée par des « églises de réveil », qui détourne l’attention de la population en prétendant que la prière contiendrait la pandémie. D’autres confessions religieuses ne minimisent pas les effets de la prière dans le cas d’espèce, faisant leur part, semant « l’espérance au milieu de tant de souffrances et de perplexités » (Michael Czerny, SJ, Préface à Pape François, 2020, p. 3), et laissant Dieu agir.
Paradoxe, et contre toute attente de la population, des cas de patients souffrant du Covid-19 sont signalés dans les pays moins avancés en général et en RD Congo en particulier. Les tous premiers cas enregistrés venaient des pays à risque. Ce qui est surprenant et déroutant, même les contrées où il fait chaud (les pays désertiques) sont atteintes. La désillusion s’installant, les Chefs d’Etats ont annoncé judicieusement la présence du corona virus sur leurs territoires nationaux respectifs : action saluée par tout le monde, en attendant les mesures humanitaires d’accompagnement des pratiques préventives. Voilà qui nécessite une éducation sanitaire pour apprendre à la population les facteurs nécessaires à la promotion de la santé. La vulgarisation des mesures barrières est relayée par les messageries téléphoniques, télévisées, et les musiciens les scandent en tons divers.
Il est curieux qu’en RD Congo, les dirigeants, sans procurer les masques de protection à leur population, en exigent le port, les contrevenants étant rançonnés par les agents de l’ordre. Caractérisée par une dépendance généralisée, l’absence de bonne gouvernance et du sens de l’intérêt général, la politique congolaise n’applique vraiment pas les pratiques d’accompagnement des mesures barrières. La sollicitude des structures extérieures -pour aider la politique congolaise à faire face à cette pandémie- réussirait avec succès si la gestion et l’exécution du programme leur revenaient intégralement. Leur geste caritatif, philanthropique renforce le surendettement et la logique de protection de leurs intérêts stratégiques pour conserver leur propension à aider la politique congolaise comme « le recommanderait la générosité chrétienne » (Ch. Onana, 2012, p. 22.) Soucieuses d’assainir les pays du sud, elles y circuleront de manière bénigne pour des raisons politiques, économiques, sécuritaires, etc.

Leçon du Covid-19 pour la politique congolaise

  • 2 Les inciviques lourdement armés, en complicité avec les agents de l’ordre, intensifient leurs strat (...)

4Le nouveau corona virus a des conséquences sociales (la perte énorme en vies humaines), sécuritaires, économiques et politiques réelles. Ces implications dramatiques doivent servir de leçon aux pays mondiaux en général, et à la politique congolaise en particulier. Parmi les mesures préventives arrêtées par la politique congolaise, le confinement a été la plus difficile à observer scrupuleusement, car non seulement il restreint la liberté humaine mais il impose aussi une nouvelle forme de vie. Quoiqu’il soit une des mesures préventives efficientes, le confinement favorise, d’une part, la communion, l’harmonie des familles restreintes, d’autre part, l’agressivité, la violence qui peut dégénérer en homicide, féminicide, infanticide, suicide, parricide ; les grossesses indésirables, les violences sexuelles, etc. Il renforce le surchômage et la crise dans tous les secteurs vitaux qui alimentent la criminalité technologique2 à laquelle la politique congolaise assiste avec impuissance.
Si, dans des pays avancés, la population déplore la crise économique et les morts à répétition causées par le corona virus, que dire des pays moins avancés, à économie faible, au système de santé fragile et aux morts gratuites dues aux catastrophes naturelles, aux accidents de circulation, à l’insécurité généralisée, aux autres dangereuses maladies et autres tares, etc. ? Contrée dépendante majoritairement de l’extérieur, la RD Congo subit profondément les conséquences économiques de cette pandémie. Parmi celles-ci, la baisse des salaires des fonctionnaires, la montée des prix des denrées alimentaires de première nécessité affole la population, dont les économies de disette sont incapables de faciliter le stock des provisions. Son mode de vie étant fondé essentiellement sur l’économie informelle, la population est appelée à vivre au jour le jour. Elle est ballottée entre la faim (considérée comme une pandémie) et le respect strict de la prévention contre le corona virus (surtout le confinement). Ces deux attitudes contradictoires (sortir ou rester à la maison) conduisent au dilemme suivant : d’une part, respecter scrupuleusement le confinement pour éviter la progression du corona virus implique la faim suivie de conséquences dramatiques sur la santé ; d’autre part, y désobéir pour trouver de quoi manger dans une contrée où la promiscuité, l’insalubrité et l’agglomération sont courantes, implique le risque de contamination, la propagation de la pandémie et ses conséquences néfastes. La population est appelée à adopter une de ces deux attitudes, car « l’homme peut savoir, donc il peut être libre » (K. Popper cité par J. Monod, Préface à K. Popper, 1973, p. 6) d’opérer un choix ; en effet, « l’être humain est […] doté du pouvoir de reconnaître le vrai, de le distinguer du faux » (D. Pimbé, 2018).
Puisqu’il faut une solidarité solitaire pendant cette pandémie, opter pour le respect du confinement s’impose. Il s’agit, pour certains, d’une autre forme de vie, d’une rupture avec les habitudes, les us et coutumes, une nouvelle culture. Ce changement brusque du mode de vie traditionnel favorise le développement du stress, de l’anxiété, de l’angoisse, de phobie, et l’avènement d’une « société close » (K. Popper). La politique congolaise devra inscrire à son programme l’intérêt général pour qu’à une situation qui exigerait le confinement, la population s’adapte sans traumatisme complexe. Il est donc important de « suggérer une direction, des clés et des orientations pour reconstruire un monde meilleur qui pourrait naître de cette crise de l’humanité. » (Michael Czerny, SJ, Préface à Pape François, 2020, p. 3).
La pandémie de Covid-19 a provoqué des perturbations socio-économiques considérables (par exemple, à la suite de certaines mesures préventives relatives à la fermeture des bars, des Eglises, diverses personnes sont devenues sans abri et les recettes ont fortement baissé ; la suppression des contacts humains, des rituels mortuaires, etc.) Face à cette situation déplorable, quelle leçon cette pandémie recommande-t-elle à la politique congolaise ? Cette dernière doit proscrire l’iniquité sociale et le mépris de la science. La politique congolaise devrait éviter la loi de la ‘paupérisation croissante’ (Karl Marx) selon laquelle les fonctionnaires seraient toujours pauvres et s’inféoderaient aux riches dirigeants, ce qui les plonge dans une situation où ils vont véritablement mal. Elle devrait se remettre en question puisqu’elle œuvre dans un contexte social où la précarité et les conditions sociales, politiques et économiques contribuent à une anomie généralisée. Voilà une occasion de la repenser pour contribuer à la refondation d’une société juste, d’un Etat de droit. Son plan d’action sociale se fixerait des priorités altruistes : la justice distributive, l’intérêt général, l’investissement dans les ressources humaines, dans les systèmes sanitaires, éducatifs, agricoles, écologiques ; la lutte contre les inégalités sociales et l’instauration de la liberté de pensée en créant des « institutions chargées de défendre le droit à la critique » (K. Popper, 1979, tome 2, p. 155.) Ceci conduirait à une cohésion nationale, régionale, continentale pour faire face à des situations graves.
Pour endiguer la pandémie, tous les pays devraient collaborer à l’unisson pour prévenir le danger. La R.D. Congo devrait se convaincre que la science est son affaire, et totalement sous son contrôle, car, à la suite de la demande sociale la science est incontestablement le déclencheur de l’innovation, du progrès. Il revient à la politique congolaise de créer des structures de recherche aux subventions permanentes. Elle est donc appelée à un sens des responsabilités, condition nécessaire pour définir les orientations, les priorités et les budgets de l’effort national de recherche. Le corona virus enseigne à la politique congolaise que la science joue un rôle important pour l’organisation de la riposte contre les pandémies qui perturbent la société : à elle de jouer son rôle stratégique dans la poursuite de science. Elle doit soutenir et réguler la recherche, en conséquence de quoi les chercheurs creuseront davantage dans le mystère du savoir afin de publier leurs résultats sous le contrôle de leurs pairs. La mobilisation des chercheurs doit déboucher, grâce à leur collaboration « codisciplinaire », sur l’innovation et l’inventivité. La politique congolaise devrait doter son système éducatif des laboratoires permanents, y laisser les chercheurs et les financer gracieusement afin d’obtenir les résultats espérés puisque « la science est désormais un levier de la prospérité et de la sécurité d’une nation, » (B. Bensaude-Vincent, 2009, p. 27) elle est une activité créatrice.
Tout cela sonne curieusement quand on connaît l’absence notoire des bourses d’études au programme de la politique congolaise. L’intégration de la science dans la politique congolaise susciterait une compétition et une mise en place d’experts, de conseillers en politique scientifique, couplée à la réorganisation de la recherche : voilà qui dissiperait le clivage Nord versus Sud dans les secteurs éducatifs, sanitaires, sécuritaires, politiques, économiques, technologiques, etc. La politique congolaise, à la suite de son patriotisme tenace et de son nationalisme ombrageux, favorise ce clivage qui n’en serait pas un si elle se pratiquait comme ailleurs, là où la justice distributive, l’intérêt général, la bonne gouvernance, l’impunité, la liberté de pensée, etc. sont mis à contribution pour le progrès de la société.

Conclusion

5Ses structures de santé étant à réhabiliter de fond en comble, la R. D. Congo est dans l’incapacité d’aborder n’importe quelle pandémie sans appui extérieur. La population se sent en insécurité sanitaire. Comme tentative de solution, se conformer aux mesures préventives dont l’efficience est attestée ailleurs s’avère être un devoir et une obligation. Ainsi, « les techniques d’hygiène collective qui tendent à prolonger la vie humaine » (G. Canguilhem, 2018, p. 137) sont-elles fonction de l’importance accordée à la vie. Inversement, les attitudes « de négligence qui ont pour résultat » (Ibid.) de raccourcir la vie sont à proscrire et ne doivent pas rester impunies. Il est donc urgent d’améliorer les structures sanitaires pour relever le défi de l’insécurité sociale à laquelle la population fait face. La pandémie de Covid-19, phénomène déroutant, défie les chercheurs et change les habitudes, les us et coutumes, les traditions, les pratiques hospitalières, et impose à la population un confinement, l’instauration d’un modus vivendi différent. Le mode de vie interrelationnel, interactif, exubérant, renforcé par le chômage, etc. est à abandonner au même titre que les attroupements dus à l’oisiveté, la promiscuité et l’insalubrité, sources avérées de la contamination.
Puisque nul n’est invincible face à cette pandémie, la libre circulation des personnes est interdite. La liberté individuelle est donc atteinte momentanément puisque la population doit être recluse en vue de sa protection. Préserver la vie est nécessaire : en conséquence il est important de se dessaisir de sa liberté individuelle en cet état d’urgence sanitaire. Cela ne devrait causer de tort à personne. En revanche, tout le monde est invité à prendre conscience du danger, à cultiver un civisme collectif, en considérant ces restrictions comme un moyen préventif, afin de lutter contre la propagation de la pandémie. Le civisme social (respect et application des mesures préventives) s’avère être une garantie dans cette lutte, en attendant de la recherche scientifique des solutions définitives ou temporaires rassurantes.
Œuvrant sur autorisation de la politique congolaise, la surchristianisation, qui fleurit en R.D. Congo, illustrée par les « églises de réveil », actualise la thèse de K. Marx : « la religion est l’opium du peuple ». Faisant miroiter les miracles onéreux et les prétendues révélations divines que leurs animateurs se targuent d’opérer, elles prétendent que cette pandémie, loin d’être fortuite, est la réalisation des Ecritures saintes. Certains pasteurs, considérant les calamités passées comme des signes avant-coureurs et usant de la rhétorique, se réfèrent à certains passages bibliques annonçant la fin du monde et l’avènement du royaume des ténèbres. Intéressés par l’argent, ils intensifient la « théorie sociologique du complot » (K. Popper, 2006, p. 187-188), la « croyance en des dieux qui gouvernent toutes choses selon leur arbitraire. » (Ibid. p. 188.) A défaut d’une solution sanitaire satisfaisante, la population s’abandonne à Dieu et qualifie le corona virus de pandémie satanique que seule la prière pourra contenir. Les interprétations superstitieuses foisonnent et ont tendance à gagner les esprits des masses. Hippocrate, pourtant, est « le premier médecin à avoir rejeté la superstition et les croyances qui attribuaient la cause des maladies à des forces surnaturelles ou divines. » (O. Nkulu Kabamba, 2011, p. 68.) Les saisons sont caractérisées par diverses maladies qui naissent ou s’aggravent.
On pourrait se demander, comme Bernard Vitrac l’a fait, quels sont les rapports à établir entre ‘la médecine des temples’ et ‘la médecine laïque’ (moderne). La première est-elle un recours désespéré en cas d’échec de la seconde ? Faut-il parler d’une alternative pour les pauvres, pour ceux qui, faute d’argent, sont incapables de recourir à la médecine moderne ? Les médicaments prescrits dans les deux cas sont-ils identiques ou différents ? (B. Vitrac cité par Ibid., p. 159.) Pandémie dispersant tout le monde, le Covid-19 donne surtout à penser par son âpreté : certains musiciens africains le considèrent comme source d’inspiration et composent des chants pour divulguer sa dangerosité. Il est un véritable chant au soliste d’Extrême-oriental, au soprano occidental, au ténor américain, à l’alto océanien, à la basse africaine et au baryton groenlandais. C’est vraiment un chant entonné en Extrême-Orient, aux résonnances mondiales.

Haut de page

Bibliographie

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome. Paris : Editions La Découverte.

Canguilhem, G. (2018). Le normal et le pathologique. Paris, Editions Quadrige.

François, P. (2020). La vie après la pandémie, Città del Vaticano : Libreria Editrice Vaticana.

La Boétie, E. De. (2016). Discours de la servitude volontaire. Paris : Editions Flammarion.

Mill, J.S. (1990). De la liberté. Paris : Editions Gallimard.

Nkuli Kabamba, O. (2011). La philosophie de la médecine. Essai pédagogique. Louvain-La-Neuve : Editions de L’Harmattan-Académia.

Onana, Ch. (2012). Europe, crimes et censure au Congo. Les documents qui accusent. Paris : Editions Duboiris.

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Editions Payot.

Popper, K. (1979). La société ouverte et ses ennemis. Hegel et Marx. Paris : Editions du Seuil.

Popper, K. (2006). Conjectures et réfutations. La croissance du savoir scientifique. Paris : Editions Payot & Rivages.

Stiegler, B. (2008). La télécratie contre la démocratie. Lettre ouverte aux représentants politiques. Paris : Editions Flammarion.

« On s’était bien trompé sur le traitement du Covid-19 » : itinéraire d’un post Facebook qui sème la confusion », in Journal-Le Monde du 14 mai 2020.

Haut de page

Notes

1 A des moments différents, diverses flambées de la maladie à virus Ebola avaient été déclarées dans diverses provinces en R.D. Congo. Une flambée a été enregistrée en 1976 et 1977 respectivement à Yambuku et à Tandala dans la province de l’Equateur : 318 cas confirmés dont 280 décès ; et 1 décès sur 1 cas confirmé soit 100 % ; en 1995, une autre flambée dans la province du Bandundu, faisant 254 décès sur 315 cas confirmés soit 81 % ; en 2007 ; une flambée à Kaluamba dans la province du Kasaï central avec 264 cas confirmés, 187 décès soit 71 % ; en 2008, une autre flambée dans la même province, dans le territoire de Mweka, a fait 14 décès sur 32 cas confirmés soit 44 % ; une autre flambée, en 2012, à Isiro dans la province orientale avec 77 cas confirmés et 56 décès soit 73 % ; en 2014, une flambée dans la province de l’Equateur à Boende/Djera, avec 69 cas, 49 soit 71 % ; en 2017, une flambée a été déclarée à Likati-Buta dans la province de l’Equateur ; la neuvième, en 2018, dans le territoire de Bikoro dans la province de l’Equateur ; en 2018, une récente flambée dans la province d’Ituri et à Beni dans la province du Nord-Kivu. Pour certaines provinces affectées les statistiques ne sont pas disponibles, j’ai indiqué celles auxquelles j’ai eu un accès facile.

2 Les inciviques lourdement armés, en complicité avec les agents de l’ordre, intensifient leurs stratagèmes et procèdent aux tueries, vols, viols, pratiques auxquelles la politique congolaise assiste impuissamment. Le mode opératoire de ces inciviques déguisés consiste à faire irruption dans des maisons des pauvres citoyens détruisant portes, fenêtres, semant la panique, emportant les biens, exigeant de l’argent, violant des filles et femmes ou exigeant cette pratique entre le père et sa fille ou la mère et son fils, jetant les bébés dans des congélateurs, etc. Les enquêtes ne sont toujours pas concluantes. Au traumatisme complexe, la population congolaise est abandonnée à elle-même et appelée à se confiner, à vivre les conséquences drastiques de la pandémie mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean B. Murhega, « La pandemie 'Corona Virus': Une leçon pour la politique de la RD Congo », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9318

Haut de page

Auteur

Jean B. Murhega

Université de Lubumbashi

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals