Skip to navigation – Site map

HomeRecherches & ÉducationsHSUne nouvelle conscienceLe huis clos pendant la pandémie ...

Une nouvelle conscience

Le huis clos pendant la pandémie du coronavirus. Du vécu en première personne à la relecture de Sartre

Isabelle Joly

Abstracts

The purpose of this article is to examine how the writer Sartre can explain what we live now with the coronavirus pandemic. The method we use is the “intertextuality” between some of major books of Sartre. We show how the third person method (literature of Sartre) can explain the first person method (our point of view on the situation).

Top of page

Full text

1Nous voudrions, dans ce qui suit, raconter notre expérience personnelle, belge, en première personne de la pandémie du coronavirus et ensuite, considérer celle-ci au travers le prisme de la littérature, en nous fondant essentiellement sur les textes de Jean-Paul Sartre. De cette manière, nous souhaitons prendre un point de vue en troisième personne sur notre propre vécu, en mettant en évidence les thématiques du huis clos, d’autrui et du rapport au monde.

L’expérience en première personne

2Je ne pouvais pas croire que ce que je vivais était bien réel. Les portes sont fermées. En mars 2020, la Belgique a construit un mur certes invisible, mais infranchissable, entre les habitants à l’intérieur du royaume et à l’extérieur de celui-ci. D’un seul coup, j’étais séparée de mes proches qui ne vivent pas sous le même toit que moi et de ceux qui ne demeurent pas dans le même pays que moi. Le 4 février 2020, la pandémie de coronavirus débute en Belgique de manière insidieuse, par l’arrivée sur le sol belge d’une personne rapatriée de Hubei. Le 1er mars, un deuxième cas est avéré, une dame revenant de France. Ensuite, c’est l’explosion, plusieurs cas sont détectés en quelques jours, des personnes ayant séjourné dans des zones à risques, en Italie du nord, principalement. Je ne suis plus résidente de l’Europe, je suis enfermée sur le territoire de la Belgique et plus spécifiquement, dans le quartier où je vis et à l’intérieur de ces quartiers, je suis claquemurée dans quelques mètres carrés de surface de vie.
Le conseil national de sécurité ordonne le confinement du 14 mars jusqu’au 5 avril inclus, mais je devine déjà que cela va durer plus longtemps, des semaines voire des mois. Toutes les activités non « essentielles », sportives, culturelles, relevant du secteur de l’horeca sont annulées. Les commerces sont fermés à l’exception des magasins « essentiels ». Seuls restent ouverts les magasins alimentaires, les pharmacies et les librairies de quartier (qui vendent principalement les journaux et les revues), les bureaux de poste. Les distributeurs de billets sont approvisionnés, les banques continuent à fonctionner virtuellement. Les écoles et la plupart des sociétés publiques et privées sont fermées. Ces activités pourtant fondamentales se poursuivent mais en ligne, en télétravail, en vidéoconférences. Le 20 mars, la Belgique interdit, sauf exception individuelle, toute sortie et toute entrée sur le territoire belge.
Le gouvernement impose, par ailleurs, une mesure de « distance sociale » d’un mètre cinquante entre les personnes dans tous les lieux du royaume, y compris les parcs. La police fédérale fait respecter ces mesures et peut infliger des amendes aux contrevenants allant jusqu’à 500 euros. Une peine d’emprisonnement est aussi prévue dans certains cas. Les sorties sont autorisées uniquement si celles-ci sont justifiées pour des raisons professionnelles, médicales, alimentaires ou pour aider un proche en difficulté. Les activités de plein air sont autorisées à condition que celles-ci n’impliquent que des personnes vivant sous le même toit ou se fassent entre amis, excepté les groupes et que ce soit dans le respect de la distance sociale.
Pour moi, le confinement a commencé avant le 14 mars. Un cas de coronavirus a été détecté dans la société dans laquelle je travaille début mars 2020. Dès ce moment, je préviens mes proches qu’il vaut mieux ne plus se voir d’autant que je suis enrhumée. J’informe d’emblée l’école de danse que je cesse les cours, car je suis dans l’incertitude. C’est la panique autour de moi. Une amie et mère de famille me signale qu’elle ne trouve plus de désinfectant. Je sais qu’il en reste à la pharmacie de mon quartier. Je m’y rends et règle un flacon que l’on met de côté pour mon amie. Je ne prends pas de risques. Ma voisine de 83 ans n’arrive pas à joindre son médecin. On finit par lui trouver un autre praticien. Je règle tout par téléphone. Une amie doit déclarer la faillite de sa société, car son activité a cessé à cause de la crise du coronavirus. En attendant de recevoir les allocations de chômage pour cas de force majeure, elle n’a plus rien pour vivre. Je lui donne de quoi faire des courses et rester chez elle jusqu’au 5 avril.
J’ai le nez qui coule et j’ai une toux grasse, mais je n’ai pas de fièvre. Selon les consignes en vigueur à ce moment-là, mon médecin devait me mettre en arrêt de travail avec interdiction de sortie pour sept jours, une « quarantaine ». Normalement, mon médecin ne devait pas me recevoir. Un simple appel suffisait. Néanmoins, à l’encontre des instructions données aux médecins généralistes, il m’a reçue à son cabinet à l’heure du déjeuner sans aucun autre patient dans la salle d’attente. Il m’a demandé de m’asseoir. Son bureau était placé sur la longueur, de telle manière que je me trouvais à au moins un mètre cinquante de lui. Quand il a vu mon air un peu effrayé, il m’a dit que c’était la procédure actuelle. Il y avait une très forte odeur d’eau de javel qui m’irritait le nez. Le médecin a déposé un thermomètre sur le bureau et il m’a demandé de prendre moi-même ma température. Le thermomètre indiquait 36,5. Il m’a délivré un certificat sans même avoir touché mon corps. J’avais moi-même posé sur moi le seul geste médical lors de cette consultation.
A cet instant, j’ai vraiment compris ce que le concept d’autosanté définit par Bernard Andrieu signifiait ou plutôt j’expérimentais ce concept, j’exemplifiais celui-ci. Comme le philosophe le résume en conclusion de son très beau texte L’autosanté. Vers une médecine réflexive (Andrieu, 2012, p. 214) : « l’autosanté place d’abord la réflexivité du sujet humain dans son corps vivant au centre du dispositif de soin. » J’avais le sentiment d’avoir un simple rhume, mais il valait mieux, malgré l’absence de fièvre, rester chez moi pour protéger les autres. Pendant ces sept jours, j’ai moi-même pris ma température deux fois par jour, surveillant une éventuelle émergence du coronavirus. Tout allait bien. J’étais peut-être une porteuse saine. Chaque jour, je désinfecte les poignées de portes et les interrupteurs chez moi et aussi dans les parties communes de mon immeuble que j’utilise. Je descends les poubelles en enfilant des gants jetables. Je me lave les mains autant de fois que cela est possible. Elles ont vieilli de cinq ans en une semaine. J’ai une autre image de ce que je suis.
Rappelons rapidement ce qu’est l’image de soi. Toutes les indications passées (le fait de pouvoir plier le bras, de le tendre devant soi, de pouvoir saisir un objet,…) sont intériorisées et « schématisées » globalement sous la forme d’une « représentation » de mon corps dans l’espace et de ses attitudes de posture. Je sais que je peux saisir le verre en tendant le bras, ce bras que je sais assez long pour porter ce verre devant moi à ma bouche. C’est ce que les chercheurs, en sciences humaines, nomment généralement le schéma corporel. L’image du corps, par contre, implique une dimension plus subjective (imaginaire ?) de mon corps que la seule intériorisation du corps dans l’espace et de ses attitudes de posture. L’image corporelle renvoie à la représentation vécue que le sujet se fait de son propre corps. L’image du corps signifie en ce sens ma représentation corporelle vécue en première personne.
Les mains qui me semblent plus vieilles témoignent d’une modification de l’image de mon corps, mais cela me semble pourtant bien superficiel à côté de la chance que j’ai de ne pas être (trop) malade. J’ai décidé de garder le même agenda « qu’avant », mais à l’intérieur. J’ai repris mon activité professionnelle après sept jours, mais en télétravail comme préconisé par notre gouvernement. Etude, travail ou lectures diverses entre 7 :30 et 16 :30. Je prends une pause déjeuner d’une heure à midi. Tôt le matin et en fin d’après-midi, je suis virtuellement des cours en alternance de yoga, de qi gong, de pilates et de danse. Je commande toutes mes courses alimentaires sur le site d’un supermarché. Je prépare chaque jour des repas équilibrés avec des légumes frais. Je prends soin de mon corps par la nourriture et en faisant du sport pour sauvegarder mon système immunitaire.
En étant confinée, je suis privée des autres êtres vivants. Les contacts sont journaliers, mais indirects. On se téléphone, on s’écrit des mails, des sms. Je vois les autres uniquement en photographies ou en souvenirs. Je n’ai accès qu’à des images des autres, des lettres, des sons. Ils sont vivants, mais inaccessibles à la vue, au toucher, à l’odorat, au goût. Chaque jour, on se demande si les autres que l’on ne voit pas vivent encore. Il me reste également peu de contact avec les éléments naturels excepté avec l’eau. J’y reviendrai. Il y a la bouffée d’air dominicale. L’envie de sortir, de « prendre l’air » n’a en effet jamais été aussi grande. Comme l’écrit Bernard Andrieu (Andrieu, 2009, p. 52) : « Se retirer dans les bois […] a pu apparaître comme une attitude d’aération physique, sociale et mentale. La solitude dans la nature serait une immersion dans l’air vivant et vivifiant. » Je veux me sentir vivante en me revivifiant.
Je m’autorise une sortie par semaine pour faire un jogging à sept heures du matin quand il n’y a personne et je reste dans un périmètre restreint. J’ai la chance de vivre juste à côté d’un jardin botanique. Discrètement, à l’abris des regards, j’enlace mon arbre préféré. Je me ressource. Là, il est permis de toucher. J’avais presque oublié cette sensation de toucher à mains nues, sans gants, presque sans crainte. Mais la raison reprend le dessus. Une fois cette micro séance de sylvothérapie terminée, je me désinfecte les mains au gel hydro-alcoolique que je conserve sur moi en permanence désormais. C’est la seule occasion aussi de croiser une personne à distance qui a aussi ce besoin de ressourcement. Je sens les bienfaits de cette séance durant quelques heures.
Il me reste le lien avec l’eau, un lien avec l’hydrothérapie sous toutes ses formes, celui de l’hygiène corporelle et de l’habitat entre autres. Je bois beaucoup d’eau. Je prends des bains quotidiennement. Je nettoie le corps intérieurement et extérieurement. Je désinfecte mon appartement chaque jour, en insistant sur les interrupteurs, les poignées de porte et la robinetterie. Ce besoin d’immersion dans l’eau est incessant. Se laver et nettoyer, pour éliminer les bactéries et autre virus. Plonger les mains dans l’eau javellisée, désinfectante, décapante. L’eau et le gel hydro-alcoolique sont devenus des moyens de se protéger et de protéger les autres. Tout ce qui vient de l’extérieur est aseptisé. Dès que je reçois mon colis de courses alimentaires, j’ôte les emballages, je m’en débarrasse et je désinfecte chaque article, pièce par pièce. Ensuite, je mets ces objets venus de l’extérieur en quarantaine quelques heures pour enfin les ranger dans les armoires et le réfrigérateur.
Nous sommes le 24 mars, le rhume ne me quitte pas comme si mon corps s’auto-protégeais du coronavirus en gardant de manière presque chronique une autre forme de coronavirus, celle bénigne du simple rhume. Cette semaine, on prend conscience dans le pays d’une pénurie de masques et dans le même temps, la presse révèle que le gouvernement a fait détruire en 2019 un stock de six millions de masques FFP2 sans les remplacer. Parallèlement, on constate que de plus en plus de soignants sont touchés par le virus. Le 22 mars, on apprend que le médiatique docteur Philippe Devos, chef de service des soins intensifs au CHC de Liège est infecté. De la malchance selon lui. Il s’agit du médecin qui a évalué l’épidémie en Belgique à 850.000 personnes et 50.000 décès.
Le jeudi 26 mars vers 20:30, je me sens souffrante. Mon ventre me fait mal, j’ai la nausée. Impossible de respirer, totalement impossible. Mon cœur s’emballe, je l’entends s’agiter à l’intérieur de mon corps. J’ouvre les fenêtres par réflexe. Je ne respire que péniblement et mon cœur s’accélère toujours. Je prends mon téléphone et j’appelle les urgences. Une infirmière transfère la communication à un médecin. Par chance, c’est mon médecin traitant qui est de garde cette nuit-là pour mon quartier. Il écoute la liste de mes symptômes et me dit qu’il arrive dès que possible. Je pense à laisser la porte d’entrée entrouverte « au cas où ». On sonne à la porte d’entrée de l’immeuble. C’est le médecin. Il porte un masque, met des gants jetables, sort son matériel et le désinfecte. Il m’ausculte. Il écoute le cœur, prend ma tension et ma température, et mesure le taux d’oxygène à l’aide de ses appareils. Il m’explique qu’il est venu, car il pensait que je faisais une crise cardiaque, mais c’était « juste » une crise d’hypertension, probablement due à la sédentarité. « Il faut bouger » me dit-il.
Depuis mon malaise, j’essaie de m’activer davantage à l’intérieur, en faisant plus de séances de yoga, de qi gong, de danse,… Jusqu’ici, je suis enrhumée, encore un peu assommée par cette crise surprenante, légèrement malade, mais je suis toujours vivante pour paraphraser le titre d’un livre de Bernard Andrieu. Le philosophe français écrit ceci (Andrieu, 2015, p. 10) : « Le patient est ainsi devenu un expert de sa santé (Klein, 2012), partenaire des soignants […]. » Dès le début du texte Malade encore vivant, Bernard Andrieu affirmait (Andrieu, 2015, p. 7) : « De mon vivant, depuis mon vivant, tant que je suis vivant ! Ces trois sens participent à l’écriture de ma maladie. » J’écris ces lignes, la gorge encombrée, mais « de mon vivant », « depuis mon vivant ». C’est mon vécu actuel. Je songe « tant que mes proches sont vivants et que je suis vivante », c’est l’essentiel.

Le point de vue de Jean-Paul Sartre

3Nous allons nous fonder sur trois livres de Sartre, La nausée, son premier roman, Le mur, un recueil de nouvelles et Huis clos, une pièce de théâtre. La nausée est le premier roman de Jean-Paul Sartre rédigé en 1938. Ce texte raconte l’histoire d’Antoine Roquentin, un historien qui vit à Bouville et qui tient un journal en première personne de son vécu. Le mur est un autre texte fondamental de Jean-Paul Sartre écrit en 1939. Il s’agit d’un recueil de cinq nouvelles, Le mur, La chambre, Erostrate, Intimité, L’enfance d’un chef. Le mur et La chambre nous intéressent particulièrement. Ces nouvelles abordent, notamment, le thème de l’enfermement, du huis clos. Le mur raconte le vécu de Pablo Ibbieta, un prisonnier condamné à être fusillé tandis que La chambre relate l’histoire de Pierre, le compagnon d’Eve, qui reste alité toute la journée.
Enfin, envisageons Huis clos. Sartre décrit dans cette pièce de théâtre en un seul acte la cohabitation difficile entre trois personnages qui se retrouvent en enfer, Garcin, Inès et Estelle. Cette pièce est surtout connue pour une citation citée abondamment, l’une des répliques de Garcin « l’enfer, c’est les Autres ». Citons le texte (Sartre, 1947, p. 92) : « Ha ! Vous n’êtes que deux ? Je vous croyais beaucoup plus nombreuses. (Il rit). Alors, c’est ça l’enfer. Je n’aurais jamais cru… Vous vous rappelez le soufre, le bûcher, le gril… Ah ! quelle plaisanterie. Pas besoin de gril : l’enfer, c’est les Autres. » Chaque personnage juge l’autre, chacun se fait le bourreau de l’autre (Sartre, 1947, p. 41) : « Le bourreau, c’est chacun de nous pour les deux autres » dit Inès. Sartre exprime par cette phrase sa conception philosophique de la conscience de soi. Nous sommes d’abord ce que nous sommes pour-autrui. La citation « l’enfer, c’est les Autres » n’a donc rien de dépréciatif puisqu’il s’agit à l’inverse de montrer combien l’autre est constitutif de ce que nous sommes fondamentalement.
Nous voudrions faire, dans ce qui suit, une lecture littéral de ces différents écrits de Sartre, qu’il s’agisse d’un roman philosophique autofictionnel (La nausée), d’une pièce de théâtre (Huis clos) ou d’une nouvelle (Le mur, La chambre). Nous souhaitons laisser entre parenthèses l’ancrage ontologico-phénoménologique de ces textes, pour nous concentrer sur le texte lui-même. Ces textes pris « au pied de la lettre », nous permettent d’éclairer, selon nous, cette expérience extraordinaire du confinement lié au coronavirus. Nous nous bornerons aux seules thématiques du huis clos, d’autrui et du rapport au monde. Par ailleurs, nous souscrivons ici à la méthode intertextuelle. Nous tâcherons, en effet, de tisser des liens entre les différentes œuvres de Sartre.

Le huis clos

4Tout d’abord, examinons le titre. Huis signifie, selon l’étymologie, « porte » (ustium). Au moment du confinement en raison du coronavirus, toutes les portes se sont fermées dans mon pays. Les portes matérielles des entreprises, des commerces « non essentiels », des écoles, des bars, des cafés, des maisons, mais aussi les portes des frontières. Garcin signale à Inès qu’il est impossible de sortir de l’enfer, car « la porte est verrouillée » (Sartre, 1947, p. 25). Au début du livre, le garçon qui accueille Garcin lui explique que « le jour de sortie », il va « chez son oncle, qui est le chef des garçons, au troisième étage » (Sartre, 1947, p. 19). L’extérieur, pour les personnages du texte de Sartre comme pour moi, n’existe plus. Nous allons examiner le huis clos entre soi et soi-même et le huis clos au sens de confinement au sein d’un groupe restreint.

Huis clos entre soi et soi-même

5Je vis seule dans un espace clos où l’extérieur reste inaccessible. Je dois rester au maximum dans mon appartement et je ne peux sortir qu’occasionnellement pour des déplacements « essentiels ». Cependant, mon vécu fonctionne à l’inverse du vécu des personnages de la pièce de Sartre. La vie, pour moi, est à l’intérieur, dans mon espace fermé et le danger, l’enfer, est en dehors de mon appartement. Chaque sortie représente un danger potentiel d’attraper le virus au contact de personnes infectées. A l’inverse, dans la pièce de Sartre, les personnages dans Huis clos sont morts, en enfer à l’intérieur et la vie est en dehors de l’espace confiné dans lequel ils se trouvent.
Mon vécu en première personne ressemble mutatis mutandis à celui de Pablo dans Le mur (Sartre, 1939, p. 29) :

« Je ne tenais plus à rien, en un sens, j’étais calme. Mais c’est un calme horrible – à cause de mon corps : mon corps, je le voyais avec ses yeux, j’entendais avec ses oreilles, mais ça n’était plus moi ; il suait et tremblait tout seul, et je ne le reconnaissais plus. J’étais obligé de le toucher et de le regarder pour savoir ce qu’il devenait, comme si ça avait été le corps d’un autre. Par moments, je le sentais encore, je sentais des glissements, des espèces de dégringolades, comme lorsqu’on est dans un avion qui pique du nez, ou bien je sentais battre mon cœur. Mais ça ne me rassurait pas : tout ce qui venait de mon corps avait un sale air louche. La plupart du temps, il se taisait, il se tenait coi, et je ne sentais plus rien qu’une espèce de pesanteur, une présence immonde contre moi ; j’avais l’impression d’être lié à une vermine énorme. »

6Comme Pablo, je dois me toucher moi-même pour vérifier qui je suis, car il n’y a plus personne pour attester de ce que je suis, de ce qu’est mon corps et tout comme lui, j’ai peur de mon corps. Je me demande parfois si je suis en période d’incubation et je soupçonne mon propre corps d’être infecté au moindre signe évoquant le virus.

A huis clos

7« A huis clos » signifie « entre soi », c’est-à-dire entre personnes d’un groupe restreint. Il y a dans les écrits de Sartre des indications pour éclairer le vécu de ceux qui vivent le confinement à plusieurs, « à huis clos ». Garcin rappelle qu’il souhaite que le vivre ensemble se passe le mieux possible (Sartre, 1947, p. 25) : « Je comprends très bien que ma présence vous importune. Et personnellement, je préférerais rester seul : il faut que je mette ma vie en ordre et j’ai besoin de me recueillir. Mais je suis sûr que nous pourrons nous accommoder l’un de l’autre : je ne parle pas, je ne remue guère et je fais peu de bruit. Seulement, si je peux me permettre un conseil, il faudra conserver entre nous une extrême politesse. Ce sera notre meilleure défense. » Par ouï-dire, mes amis qui vivent le confinement à plusieurs estiment qu’il s’agit d’une épreuve parfois difficilement supportable.
Le vivre ensemble forcé sans interruption pourrait pousser certains de mes semblables à crier comme le personnage de Garcin (Sartre, 1947, p. 85) :

« Ouvrez ! ouvrez donc ! J’accepte tout : les brodequins, les tenailles, le plomb fondu, les pincettes, le garrot, tout ce qui brûle, tout ce qui déchire, je veux souffrir pour de bon. Plutôt cent morsures, plutôt le fouet, le vitriol, que cette souffrance de tête, ce fantôme de souffrance, qui frôle, qui caresse et qui ne fait jamais assez mal. (Il saisit le bouton de la porte et le secoue.) Ouvrirez-vous ? (La porte s’ouvre brusquement, et il manque de tomber.) Ha ! Un long silence. »

8Vivre ensemble dans un milieu restreint de manière ininterrompue peut, je l’imagine, exacerber les personnalités. Seule ou « à huis clos », nous vivons une expérience réservée habituellement à certains groupe d’individus qui sont dans l’obligation de vivre enfermés, nous pensons essentiellement au milieu carcéral. Souvenez-vous de ce film Das Experiment réalisé par Oliver Hirschbiegel. En deux mots, ce film raconte une étude menée par des chercheurs qui désignent un groupe de prisonniers et un groupe de gardiens. Ce film se fonde sur l’étude comportementale, l’expérience de Stanford, qui en 1971 avait pour but de mesurer les effets de la situation carcérale. Même s’il s’agit d’une fiction, Das Experiment permet d’entrevoir comment l’enfermement peut conduire à des dérives psychologiques chez certaines personnes et de souligner les problèmes physiques chez d’autres. Par exemple, Joe souhaitera sortir de cette expérience, car elle devient insoutenable pour lui et Tarek Fahd souffre d’une crise d’angoisse liée au stress de l’enfermement. Pour paraphraser Thomas Nagel (Nagel, 1974, 435-450), savons-nous à présent l’effet que cela fait d’être un détenu ? La question reste ouverte, car chacun a sa propre conscience phénoménale du confinement. Dans le film Das Experiment, la situation va vite se détériorer et pour les prisonniers, comme pour nous actuellement, le seul but de l’expérience sera de rester vivants.

L’autre

9Dans Huis clos, Inès et Florence sont mortes ensemble, mais Florence n’est pas là (Sartre, 1947, p. 23) :

« - Inès :
Où est Florence ? (Silence de Garcin.) Je vous demande où est Florence ?
- Garcin :
Je n’en sais rien
- Inès :
C’est tout ce que vous avez trouvé ? La torture par l’absence ? Eh bien, c’est manqué. Florence était une petite sotte et je la regrette pas. »

10Les autres en dehors des personnages impliqués dans le huis clos sont absents. La torture par l’absence ne fonctionne pas chez Inès. A l’inverse de ce personnage, l’absence des autres, de mes proches me ronge chaque jour. J’aimerais les voir, pouvoir les enlacer, les embrasser.
L’autre est fondamental. Sartre utilise la métaphore du miroir pour évoquer la présence d’autrui chez le personnage d’Estelle. Elle ne peut plus se voir faute de miroirs (Sartre,1947, p. 44) :

« Ah ! oui, de l’intérieur… Tout ce qui se passe dans les têtes est si vague, ça m’endort. (Un temps.) Il y a six grandes glaces dans ma chambre à coucher. Je les vois. Mais elles ne me voient pas. Elles reflètent la causeuse, le tapis, la fenêtre… Comme c’est vide, une glace où je ne suis pas. Quand je parlais, je m’arrangeais pour qu’il y en ait une où je puisse me regarder. Je parlais, je me voyais parler. Je me voyais comme les gens me voyaient, ça me tenait éveillée. (Avec désespoir.) Mon rouge ! Je suis sûre que je l’ai mis de travers. Je ne peux pourtant pas rester sans glace toute l’éternité. » Inès lui propose alors de servir de miroir.

11Comme Estelle, c’est grâce à autrui que j’existe et tout comme elle (Sartre, 1947, p. 44) : « […] quand je ne me vois pas, j’ai beau me tâter, je me demande si j’existe pour de vrai. » Je n’ai plus sur moi que mon seul point de vue. L’absence des autres est pesante. Comme les personnages de Sartre dans cette pièce, j’ai ce sentiment que nous sommes fondamentalement liés. Garcin constate ceci (Sartre, 1947, p. 63) : « Inès, ils ont embrouillé tous les fils. Si vous faites le moindre geste, si vous levez la main pour vous éventer, Estelle et moi nous sentons la secousse. Aucun de nous ne peut se sauver seul : il faut que nous perdions ensemble ou que nous nous tirions d’affaire ensemble. Choisissez. » Nous sommes tous interdépendants.
Le vivre ensemble a quelque chose de rassurant. Comme le souligne Eve, dans La chambre (Sartre, 1939, p. 59) : « Dans ces rues ensoleillées, parmi les hommes, on se sentait en sécurité comme au milieu d’une grande famille. » Nous ne pouvons exister sans les autres. Pour paraphraser Roquentin dans La nausée (Sartre, 1938, p. 21), il faut se mettre à plusieurs pour exister. Et toujours dans ce texte, comme le souligne Anny à son ex petit ami Roquentin (Sartre, 1938, pp. 195-196) : « […] Tu sais, tu n’as rien de réjouissant pour les yeux. J’ai besoin que tu existes et que tu ne changes pas. Tu es comme ce mètre de platine qu’on observe quelque part à Paris ou aux environs. » Nous avons ce besoin que l’autre existe et existe pour nous. Nous vérifions quotidiennement pendant le confinement que les personnes auxquelles nous tenons existent toujours.

Le rapport au monde

12Depuis le début du confinement, je ressens un changement en moi difficile à formuler. Comme le dit l’expression consacrée, plus rien ne sera comme avant. En relisant La nausée de Sartre, j’éprouve une certaine similitude entre mon vécu et celui du personnage principal, Roquentin. Dès le début du roman, Roquentin décrit son ressenti (Sartre, 1938, p. 18) :

« Je crois que c’est moi qui ai changé : c’est la solution la plus simple. La plus désagréable aussi. Mais enfin je dois reconnaître que je suis sujet à ces transformations soudaines. Ce qu’il y a, c’est que je pense très rarement ; alors une foule de petites métamorphoses s’accumulent en moi sans que j’y prenne garde et puis, un beau jour, il se produit une véritable révolution. C’est ce qui a donné à ma vie cet aspect heurté, incohérent. »

13Roquentin ajoute par ailleurs (Sartre, 1938, p. 84) : « Rien n’a changé et pourtant tout existe d’une autre façon. Je ne peux pas décrire ; c’est comme la Nausée et pourtant c’est juste le contraire : enfin une aventure m’arrive et quand je m’interroge, je vois qu’il m’arrive que je suis moi et que je suis ici ; c’est moi qui fends la nuit, je suis heureux comme un héros de roman. » Le changement est sans doute en moi, mais il est aussi hors de moi. Le monde me semble différent et je vis les événements comme si j’étais un personnage. J’espère que cette histoire, cette pièce dans laquelle je joue se terminera bien.
Comme le personnage de Roquentin, mon rapport aux objets à quelque chose d’étrange à présent. J’ai cette crainte de toucher les objets qui m’entourent comme s’ils pouvaient m’infecter du virus, comme s’ils étaient devenus vivants en étant potentiellement porteurs du coronavirus. Roquentin, dans La nausée, nous révèle cette sorte de vie des objets (Sartre, 1938, p. 26) : « Les objets, cela ne devrait pas toucher, puisque cela ne vit pas. On s’en sert, on les remet en place, on vit au milieu d’eux : ils sont utiles, rien de plus. Et moi, ils me touchent, c’est insupportable. J’ai peur d’entrer en contact avec eux tout comme s’ils étaient des bêtes vivantes. » J’ai, comme Roquentin, cette peur de manipuler les objets, car ils sont potentiellement contaminés par le virus. Ils sont semblables à des animaux vivants qui pourraient atteindre mon intégrité corporelle.
Un peu plus loin dans le texte, Roquentin s’interroge de nouveau sur le vivant des objets (Sartre, 1938, p. 179) :

« J’appuie ma main sur la banquette, mais je la retire précipitamment : ça existe. Cette chose sur quoi je suis assis, sur quoi j’appuyais ma main s’appelle une banquette. Ils l’ont faite tout exprès pour qu’on puisse s’asseoir, ils ont pris du cuir, des ressorts, de l’étoffe, ils se sont mis au travail, avec l’idée de faire un siège et quand ils ont eu fini, c’était ça qu’ils avaient fait. »

14Roquentin s’exprime au sujet des objets manufacturés de la même façon qu’il disserte sur sa propre main (Sartre, 1938, p. 143) : « Je vois ma main, qui s’épanouit sur la table. Elle vit – c’est moi. Elle s’ouvre, les doigts se déploient et pointent. Elle est sur le dos. Elle me montre son ventre gras. Elle a l’air d’une bête à la renverse. Les doigts, ce sont des pattes. » Les objets manufacturés sont semblables à la main, ils vivent.
Nous voulions, dans ce qui précède, évoquer notre point de vue en première personne sur la pandémie du coronavirus, pour ensuite élargir celui-ci en le repensant à la lumière de la littérature, en prenant pour point d’appui les textes de Jean-Paul Sartre. De cette manière, nous souhaitions prendre dans un second temps un point de vue en troisième personne sur notre vécu singulier, en mettant en évidence les thématiques du huis clos, d’autrui et du rapport au monde. Cependant, une question a surgi de notre réflexion et subsiste : mon/notre monde extérieur a-t-il changé ou bien est-ce mon/notre monde intérieur qui s’est altéré ?

Top of page

Bibliography

Andrieu, B. (2015). Malade encore vivant. Neuilly-lès-Dijon : Le murmure.

Andrieu, B. (2012). L’autosanté. Vers une médecine réflexive. Paris : Armand Colin.

Andrieu, B. (2009). Prendre l’air. Vers l’écologie corporelle. Biarritz : Atlantica.

Nagel, T. (1974), What is like to be a Bat ?, The Philosophical Review. 83 (4): 435-450.

Sartre, J-P. (1947). Huis clos. Paris : Gallimard (éd. 1972).

Sartre, J-P. (1939). Le mur. Paris : Gallimard (éd. 1986).

Sartre, J-P. (1938). La nausée. Paris : Gallimard (éd. 1994).

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Joly, « Le huis clos pendant la pandémie du coronavirus. Du vécu en première personne à la relecture de Sartre », Recherches & éducations [Online], HS | Juillet 2020, Online since , connection on 30 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.9473

Top of page

About the author

Isabelle Joly

Titulaire d’une licence en Philosophie, d’un DEA en sciences cognitives et d’un DEA en philosophie

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search