Navigation – Plan du site
Une nouvelle conscience

Le temps confinée m'est compté (Ode ô Corona)

Natacha Guiller

Texte intégral

1Compte à rebours
Aimer, aimer, aimer
en temps limité Sus qui Love
Je veux pas mourir sans avoir embrassé
mon pan de la planète
Je veux pas ne pas enlacer toi et toi embarrasser
d’aucun compatriote Le temps se gâte
on guette la langue faucheuse Fraudule
lèche
tombées de masques Tomber comme
des mouches, les abeilles avant le strike
Je veux pas battre retraite sans avoir étreint
toutes les aspérités de personnes qui me manquent
droit de retrait
J’ai pas le temps de le perdre
en besogne les mecs
j’peux pas demeurer cloîtrée dans ma piaule
attendre que les autres se délitent en huis-clos
j’ai promis quelques embrassades
des parties de piscine
de baisers rares
des proses en slam de scène noires ouvertes avenir
des prêches de situation indéfendables en asile
de la danse putain
des passes graciles en pagaille

2Au Père Lachaise le dimanche sous le soleil inouï les gens se baladent jusqu’aux urnes en short et cagoule petites grappes humaines, les rais plus lumineux de l’année sur ces dalles qui clopinent mon micro et trop de foulards à l’ombre, j’éparpille mes sens en travées sermonnées l’alarme extinction nous filâmes à la brocante.

Confinement & attestation de déplacement dérogatoire

3Jour #3 Plan B dessiné à main levée, l’excitation de la rencontre des inconnu.es te saluent souriant genre le rencart projeté sur google maps dans une impasse en joggant l’heure bien précise sans montre, sans boussole, sans GPS, le risque de se louper à l’œil, la minute presse la sueur de courir et le suspens de se faire prendre, les amendes grimpantes, la carte avalée dans le distributeur, tout service dématérialisé en gants et masque non tissé sauf ta feuille manuscrite ou polycopiée à foison, la cavale mouvance circonscrite, l’élan prétexte en dehors, un si beau soleil et déjà les pollens, le printemps des poètes se fait attendre dans les ruelles sans police covid19, typo dense, les virages pandémiques.

4Jour #6 La course au contrôle s’exténue, se méprendre de l’endurance gambade sur papier sans téléphone pour compter les miles et la durée de cross, pas le temps de se frotter aux arbres, aux fissures murales et rais du crépuscule, tu fuis qu’avec des domicilié.es semblables., sprint au quart d’heure quartier de saison printemps, le pâté de maison en manège balise par képis et poursuite des zinzins sifflent et parquent les athlètes claustro’ extasié.es des pistes cyclables hors du ghetto des appart’ de bonne.

5J’ai chanté pour te retrouver, j’étais en retard dans les rues de paname, je fais plusieurs fois le tour, ma voix comme guide « tu la reconnaîtrais, n’est-ce pas » ma pendule débloque, j’ai raté l’heure, tu n’apparais pas, je tourne encore, longe les rues du point défini sur la carte en vain, j’ai peur de te manquer, tu me manques et ces quelques secondes, vives embrassades sous les balcons de voyeurs oisifs, ennuyés, attractive scène illicite d’amoureux fous séparés par la quarantaine de maisons distinctes, ma jupe de joggeuse du dimanche et des collants opaques de printemps neuf, j’aperçois en haut d’une butte ton pyjama de coureur chiné et le bonnet survolant tes yeux des bras, tu me fais signe.

6Back tracking ou la course à la montre, t’attestes sortir pour tes courses, pour courir un peu autour des carrefours des bagnoles stagnent et stationnent, tu penses pouvoir te faire courser par les keufs, rejoins l’autre en coursive, bilan des courses par kilomètres de distanciation, sacs et cabas de shopping, la queue en file des listes de courses à trous, comme les rayons sur le périmètre de contrôle.

7Toujours porter une attestation vierge sur soi, pré-remplie de mes trois prénoms, ma ville d’éclosion, celle où je crèche présentement, le site de signature, la suite pas complètement sûre, le délai d’élaboration d’un plan B, notre projet confiné des semaines, mensuel bientôt, notre utopie de réserve à tendresse en cas d’inattention des instances de police, sinon le manque de masques qui les protègent peut-être allégera notre stratégie tracée sur des cartons d’emballage et morceaux de liège, de clichés téléphoniques en plans redessinés pour parfaire aux dispositions inédites de la ville, sa circonférence jalonnée par les forces de l’ordre en cette ère clin d’œil aux bottins d’Orwell, dans lesquels sans même m’y replonger, je rame en cloaque désanticipé.

8Brouiller les pistes, les oisifs aux balcons et télétravailleurs lézards auront tantôt repéré ces batifoleurs qui en fin d’aprem se rencardent en pyjama de compèt’, des aimants magnétiques sèment la petite ourse, déceinturent, trépignent en ruelles la toux vive de tristesse, insensé, Paris est à nous, pas chassés des gouttelettes fines de joie tendue par le raid d’exposition incertaine aux contrôleurs civils d’amants impromptus à cette adresse, du reste, je n’apparais pas assez sportive pour les flics.

9Je suis lente aux caisses d’après les clients, les caissières et même les vigiles, encore plus en cette ère contaminée, je me déclare parfois autiste pour que les gens me laissent le temps, deux secondes de moindre faux mouvement et « bam », contaminée de manière invisible. Tu me tues en pressant le pas de mes mains malhabiles, la caissière a bondi quand je rangeais mes trucs, avec son masque et ses gants au seuil du Casino, pour taper dans ses mains en évaluant les balcons, il est pile 20 heures, je paye, rentre en slam saoule les gens.

Verbaliser

10Jour #14 On entame la semaine #3 comme un fromage se corse, ça grouille de vers luisants reluisant, reluquent les passants sous des réverbères, les passages couverts et les marchés à présent déserts de gens en tablier de primeurs. La ville de prime abord calme minée de cameramen, en caisse à vitres bombées de grave, le bilan des dernières semaines en cadavres et manque de lits en réa de toute urgence, la course à la crampe s’arrondit en manège infernal point de côté à croiser au plus flou l’ombre jogging de printemps, l’œil pique de froid l’évitement, les vêtements, taches au loin contournant les flash mob de police, j’effleure des larmes de détresse.

11Je continue de remplir en soucoupes trois petits pots sur les radiateurs qui n’arrêtent pas face au soleil, tu les avais laissés comme tels, ça cogne mais grand est le froid.

Il n’y aura pas de déconfinement général

12Il régnait dans cet immense loft un silence de sidération débordé d’émoi en claquettes. Des corps affinés des épaules, arrondis des hanches, s’aimantaient discrètement par paires. La jetée des regards timides, limite angoissés au faisceau de vents sur l’estrade, parés de sombre, de circonstance, hélas. Des mouvements lents indiquaient le trépignement contenu par l’effroi et inédit rassemblement des gestes qui sauvent. Avec pour inquiétudes l’effacement de routines bien ancrées, la défaillance musculaire, jusqu’au cataclysmique dégoût printanier des ondes jazz ou du bounce larmoyant en blues. Quelques premiers accords signent l’entrée en contact conjoint de deux allures en silhouettes échauffées par le temps, l’époque incertaine, trop peu pour s’égarer en figures souples. La musique prend de la vitesse et s’enfonce dans les meubles juste époussetés de la veille, se reflète au parquet qui brille, à présent noyé de passes plus vives et adroites. Les gens se délient, visages blancs devenus roses, ocre, brun et ébène fumants hygromètres d’humilité et de miracle, le sourire à la taille du mouvement d’édifice après ces mois rivés aux chevilles stagnantes. Le bal swing bat son plein, des chevelures métissées de tons volant au cou et coudes scellés de danseurs qui s’enlacent ivres, en réveillant leur ballet au rythme de ces instruments dans lesquels on respire, dépassée la tourmente.

13Jour #18 J’ai franchi la porte vitrée vers la cour intérieure de l’immeuble après des mois. La première chose que j’ai vue est un chat écaille de tortue. J’en n’attendais pas moins. Ni plus d’ailleurs, je n’ai pas croisé l’once d’un être humain. Je traverse l’allée en pyjama tout noir et ce félin me suit en pénétrant les arbres. L’allée bordeaux bordée d’herbe à pâquerettes si silencieuse. Je me souviens mes derniers vagabondages dans ce jardin en 2018, je rédigeais mon mémoire et descendais les 12 étages quelques minutes pour souffler des 8 à 10 heures de rédaction quotidienne en période caniculaire. Il y avait un gros chat avec qui je dialoguais sur l’herbe grillée, et c’était bien.

14Rendez-vous manqué : la multiplicité des réseaux nous tue, nous perd et l’information broyée, je n’arrive plus à respirer, ce n’est pas covid, force d’insomnies, beaucoup de stress, électrique avec la CAF, mes différents toubibs, j’aurais voulu, j’espérais, attendant le soir, merde, je sors seule avec la musique en jogging et baskets, je m’étire dans l’ascenseur, il fait déjà nuit, l’hôpital me demande si je trouve long le temps, confiné « ah non », je ramasse des bouchons de liège dans la nuit, dépasse le périmètre entendu en conscience, traverses ta rue en chantant entre les bennes et une citerne, Paris est calme hors des frontières et déserte, je rentre chez moi passer un coup de fil.

15notre sas
nmm
tag
passage

16J’aurais pu porter chez toi des bouchons de liège et des interrupteurs de lampes dénichés dans les bennes et aux angles morts de ruelles, à niveau des encombrants, digresser le périmètre établi par les cartes que j’étudie la nuit dans le cloud. Surtout laisser son portable chez soi pour pas laisser une traînée d’ondes dans les calculateurs des inspecteurs de privation de liberté, je circule les mains dans les poches.

17Le masque même bricolé devient la règle ; qui sème les vis que nous ramassons à l’œil des bouchons en plastique, le liège s’éclate au pop, se confond aux crottes sèches, nous errons dans les zones sales et défrayons les ivrognes qui s’affichent une bouteille en verre de vin à la main.

18Je ne serai peut-être pas joignable dans les prochaines 12 heures. Je pars courir sans tel en noir code sous le coude ; prépare le gel hydroalcoolique.

19Jour #21 Semaine #4 de quarantaine, le jasmin pousse en lianes en salle d’eau, ses fourmis sur barquette de peinture de maçon, les mains frottées de citron, de la soupe de riz au vinaigre balsamique, le plancher bleu, blanc, jaune, peint à la main, on partage nos butins, bouchon, latte, bac acrylique, la nuit, je somnole gauche sans dormir, tu dyspepsites.

20Plan tofu (bis) : le médecin a pas signé le déconfinement, ce serait commettre un impair, « tiens, il pleut » (tout premier jour confiné de pluie), pas de blouse, la fraude s’assume en dévalant les étages décontracté.e et suant les joggings de routine, un café italien pour la route, ça craint mais nécessaire pour la répartie d’une altercation présumée des flics, je suis déconfinée.

21« Que devient Paris ? », dixit les exilés bretons et dans les Alpes. Paris est une poubelle-ambulance, ville fantôme et ses éboueurs malades, jamais autant de déchets n’ont jonché les bosquets de fleurs naissantes, printemps, pollens, masques et gants à la cime des arbres citadins, attestations mouillées qui tapissent les baies des trottoirs comme des bennes extimes de land art.

22Je pars avec une ombrella plus large qu’un trottoir à recoudre, vert hippique, nos parapluies se percutent, pas nous, mon pyjama de jogging toujours flottant, je vois large, le pull-over par-dessus légué pour la course encore plus vaste, mes membres peuvent s’élancer dans le vent gris des gouttelettes de pluie fine, m’attarde sous un manège désaffecté pour noter l’heure zappée de départ dont j’ignore tout, marcher sans musique aux oreilles, pas de combiné dans le plan, je slame discret et scrute le paysage, traverse à distance de véhicules habités qui ne sont pas des trafics, contourne la tanière policière dans des petites rues, j’arrive à destination avec des anglaises, avale un comprimé de fer, le parapluie large dans la baignoire, une quinzaine de mails en attente, seul bémol à la clé, si même on connaît la musique − nmm − sait-on si nous persistons indemne ou porteur(se) sain(e)1, contaminé.e dès lors au contact d’autrui, le doute demeure, chacun.e crèche et crache chez soi de coutume.

23Dispositif numérique d’attestation de déplacement dérogatoire (par lecture d’un QR code)

24jour #25 Tant de témoins pendus à leur fenêtre nous auront vu.es décompter l’étreinte maladroite entre un bout de ferraille, affiché.es au milieu de masques échoués sous des applaudissements clopes au bec d’oiseaux en cage étagère, tant d’inconnues à cette adresse malhabiles zieutant le moindre événement de trottoir, l’élan des corps qui se crashent en fausse route, des faux sportifs ou ceux plus étroitement programmés aux rituels appoints d’appui sans assistanat à l’embrouille de police, l’assassinat des mœurs et l’ennui moribond.

25(j’ai aussi enlevé pas mal de virgules parce que je respire mal, en vrai.)

26jour #27 01h29 − Bruits de coups de feu, depuis Charlie, on sait jamais s’il s’agit de pétards d’artifices genre proches de fêtes religieuses ou d’attentats terroristes à motif religieux itou, les gens comme moi pliés aux fenêtres et balcons, j’arrive trop tard pour faire un diagnostic, appendrai dans quelques heures aux infos si quelqu’un.e s’est fait.e exploser en proférant des trucs ou en ratant ses pirouettes pyrotechniques de Pâques. On dirait l’éclatement des places de l’Opéra, paname vu du 12, j’ai la place la moins chère, la plus haute et la plus panoramique.

27Toutes les 30 secondes, tu me rappelles de m’éloigner, ce que je fais, comme une espèce de papillon indécent, tu cours tandis que je marche, nous ne devrions pas croiser nos routes si fréquemment, tu cours je marche, nos rythmes se frottent, entrechats de ton corps prompt à suer sa course, le mien à sommeiller une année de plus.

28Apprends-moi à respirer dans ta langue
à rester dormir quand le corps crisse
et ses nattes qui s’arrachent
au moindre accroc
Apprends-moi à caresser l’idée de la peau
enveloppant l’os
saillante de soif au passage de paumes d’autres silences
sérénade d’airain vinaigre en faïence de
cuisine
Récite-moi les roulis des méandres de ton
siffle et sa fermeté quand j’assieds
écrasée dos au soupir et à la hâte
et baille...
Entraîne-moi astronaute en nage de
tabouret tripode
que tiède divine coule la sève pistache
de saint festin de broutilles
scansion de la chine du
monde en doué brocanteman
de paysages accidentels

29jour #28 Crois-tu qu’elle te reconnaît d’une heure à l’autre, d’un jour à la semaine suivante, toi-même as-tu vu son visage derrière le masque si elle en portait, sait-elle comme je dépasse la zone et l’espace d’une heure, est-ce qu’en courant le temps passe plus vite, je ralentis mon train alignée au centre du trottoir et complète à nouveau une attestation pré-remplie pour gagner quelques lueurs de soirée, que fait la police ?

30Déambule un aspirateur d’abandon sur le dos, l’attestation dépassée de zone et de temps, si on me chope, je joue la carte handicap perchée, c’est le plan golden tofu qui s’improvise au meilleur moment choisi, le discours du président, les rues désengorgées de police qui matent la toile politique et la voie est libre, je grimpe des étages essoufflée, un butin de planches, flipbook et quelques poignées de bouchons enlacés dans nos poches.

Annonce d’un déconfinement potentiel dès le 11 mai

31Tout est roulement, le cycle des attestations ramassées au sol, recopier les suivantes, des provisions de la veille arrachées à leur carton, manger les briques du jour d’avant, troquer ses gants pour ceux décontaminés et ranger les bouchons gonflés à la casserole, après 20 heures de tapage quotidien, passer vomir aux toilettes et vérifier son compte bancaire, porter des vêtements couvrant la bouche, retirer ses chaussettes avant le saut du lit, laver les cheveux secs et foncés par l’internement, rire et récupérer 4 câlins quotidiens dès que c’est possible.

32Jour #31 0h15 − J’avais tellement mal au ventre que même les règles se sont mises en quarantaine pour plus ramener leur fraise un temps, pliée, je vomissais tout en me caressant (inédit) frénétique, essayer de calmer ce corps convulsant à moitié convaincu, nu, au fur et à mesure que la douleur montait en fièvre, je m’étais mise à poil, j’avais trouvé une nouvelle technique en position suspendue à la porte pour tout étirer et soulager le mal puis déplissais distordue en danse chelou et rotant tel un tigre dans un silence hypoglycémique sinon total, je m’observais souffrir tout en me disant que j’expériençais bel et bien la solitude profonde d’être confinée à soi. C’est l’une des rares occasions dans ma vie où je m’observe nue sans aucun malaise sinon celui dans mes organes, à chercher dans la danse le mouvement pour tuer la douleur, à découvrir son unité en le frottant pour l’apaiser, et constatant la fermeté des plis limités de douleur, la pudeur laisse place à la science auto-thérapeutique ou comment me sauver dans le confinement ou ailleurs. Comme un bilboquet, tu trouves au hasard de vrilles souffreteuses l’unique position où la douleur disparaît d’un coup net, ne pas bouger, juste trouver un bic à portée de main pour délayer l’instant de répit sur un bloc, attendre en faisant mine d’oublier l’heure depuis laquelle je me bats avec la crampe indiscernable, je bave en respirant ma fatigue en lutte, j’espère d’avenir bref ne pas vieillir dans des maladies trop douloureuses. Je finis par lécher un tramadol car ça s’éternise, yeux ouverts, amorphe, je m’autorise secrètement à recommencer, réprimant la scène tout juste éprouvée. Un peu plus tard concrètement shootée, le médoc, j’imagine, agit, les crampes reprennent moins intenses comme un rappel du thème principal, des éruptions instantanées m’assaillent, j’ai des crises de raclage de peau diabétique, me fais rougir de partout, je m’inflamme, le temps passe, je me détends, droguée, je n’aime pas ça, je refuse d’aller dormir, sale en nage, tremblotant le cœur alerte, les boutons de nuit m’envahissent en compagnons épidermiques.

33Hier soir je dis au téléphone : « je pense que je vais mourir » j’ai peur d’aller dormir pour plus me réveiller alors on me rassure que c’est la façon la plus douce, finalement, c’est vrai mon cœur me fait mal, je respire très brièvement, mon ventre déraille grave après deux nuits successives de spasmes interminaux, je mets en branle mes dernières cartouches et continue de faire n’importe quoi, j’enregistre ma voix, peut-être mes dernières paroles basses et graves, je n’ai pas arrêté de trembler, je suis dans mon lit, je prends deux notes d’agenda de sommeil, même pas la force de dessiner, l’angoisse de sombrer dans un somme éternel, alors je me ménage, j’essaie d’organiser une entrée en rêve pas trop mal fichue pour partir au moins sur une touche dépaysante ou agréable aux sens. Je me réveille quelques heures plus tard, les douleurs, l’angoisse, les tremblements, les difficultés respiratoires et mon taux de dépression débarquent direct en kit pour le week-end. Je ne suis pas décédée. Je m’inscris au slam national, envoie un mail à mon dentiste et continue mes BD et scan de tickets d’ins[is]tance sur les chiottes.

34Les gens boivent de quel côté du trottoir ? Tu restes chez toi à surveiller ton grain de sable en pupille de cristal, la fatigue et quelques scies de matériaux, le jasmin prolifère et les lentilles de contact amélioré pour rassasier une assise droite dans l’obscurité du mal solitaire bascule une chaise dont il manque une latte que tu tailles d’époque, regardes pour t’endormir des épisodes documentaires Arte TV de la deuxième guerre sur fond de musique swing qui me rend malade. Viendrais-tu quelques jours à la maison, je suis blanche comme un linge mais c’est bien rangé et j’arrose mes bacs.

35j’ai peur de respirer
j’ai peur de manger, de vomir et de crever
alors j’attends

36jour #39 Ça semble le ramadan. Des lattes jaillissent les cafards de nos nuits à demi couchés par la remontée de souvenirs au bide, l’acidité de tout ce qu’on désinfecte au jour le jour, avec cette immunité qui taraude, de mon fait, je me sens passée la vacille invincible, préserve les vieux de mon masque turquoise et chante avec ampli dans les rues sous le soleil de 20h, les voisins me repèrent comme égarée au corps swing, j’ai même dansé chez moi à en tremper mes pyjamas d’été, le grand mal semble dépassé vers l’arrêt de courbatures et une respiration régulière qui satisfait mon actif. Mourad, mon ami SDF a reçu ma carte postale chez Lidl, m’a téléphoné grâce à untel dans la rue, c’était énorme, j’ai aussi appelé la chouette qui confine ses poumons chez elle, en bonne forme.

37(à mon éditeur) Ce geste, c’est très important, voyez ce qui se joue de la plus grande ampleur, ce que je produis, c’est dément, à ce jour, rien n’a fait l’objet de publication dédiée. Avec cette angoisse justifiée ou non après tout de mourir demain, comprenez ma hantise et mon malaise face aux écritures en cours. Parce je pense bien que ce que je fais, c’est de la poésie, de ce que j’ai pu lire, peu m’intéresse, me plaît encore moins. Aussi, je n’ai jamais croisé du proche, ce que je fais n’existe pas, personne ne s’en approche vraiment, en ce sens, j’ai la prétention et l’orgueil à placer au plus haut de mon existence pour que ça filtre et que transparaisse l’once de ma pâte d’écriture, parce que mes collègues d’ère me dépriment et me désabusent, parce que je pense pas faire long feu et que ce qui sort de moi me dépasse. Je l’ai pressenti chez d’autres avant, je n’étais pas née, hélas, si je suis seule sur cette forme de podium insolite, soit, j’ai l’habitude de la réclusion mais dans quelques années après le grand saut du plongeoir, des grappes de personnes pourront y retourner pêcher quelques lignes de ma pensée. J’ai déjà honte du devenir de ce que l’on nomme poésie, et chose rarissime, ce que je ponds me plaît environ dans son ensemble, en cela, je ne vais pas me déranger ailleurs que dans ma folie pour étaler des couches de verbe et déblatérer à voix haute ce qui me maintient debout voire assise, couchée, bref, le langage, ma parole est donnée, je tiens le flambeau de ce que littérature signifie suivant les canaux dérivés poétiques, je surnage et emmerde les orateurs du week-end, les bouffons des centres culturels et les animateurs de buffets à prose, je déchirer tout, t’façon je lis plus rien, et ça me laisse du temps d’errance et de tenue au bic.

38tu as une pince de crabe dans la gorge
tu as du mal à respirer
tu tiens à peine debout là
tu trembles
tu es morte de fatigue
tu pleures toute la journée
tu as des crampes subites au ventre
tu tombes en hypoglycémie
tu as des règles foudroyantes
tu vomis
tu as des nages de sueur
tu suffoques
tu penses que tu vas crever
tu as peur de dormir
tu as peur de respirer
tu as des courbatures
tu as le cœur qui s’accélère dès le moindre effort
tu ne supportes plus les bruits
tu es essoufflée en parlant
tu as du mal à monter les escaliers et à les descendre
en fait
tu n’as envie de rien
tu ne dors plus
tu n’as plus faim
tu as peur de mourir
tu as peur de demander de l’aide
tu as un pic énergétique bref
tu es déshydratée
tu es très triste
tu oublies ce que tu viens de faire ou de vivre
tu cherches l’autre en vain
tu transpires d’angoisse
- ce n’est pas le covid ?
- ha non

Plan de déconfinement

39Nous discutons du futur et du souhait de quitter la capitale vers une vie différente moins sous l’emprise de la course parisienne en rassemblant nos ressources et un désir de changer le monde en biais, il y a moyen de fabriquer une micro-société autogérée ou quelque chose comme ça. À l’heure où nous perdons des vies, des libertés, des cartouches, des années et des clés de portillons, il convient de se poser quelques instants confinés pour penser l’avenir, ce que nous voulons vraiment comme vie. Je ne peux pas partir si aisément, il y a le swing.

40Ça m’est arrivé plusieurs fois d’être malade comme un chien sans raison apparente et j’apprenais en même temps presque qu’il y avait eu des drames de fin de vie... Même les étoiles et les stars meurent. Penser cette histoire déroulante, l’observer d’en dehors est encore plus émouvant que la vivre en temps réel, je suis bouleversée par ce qui m’arrive, touchée comme jamais.

41l’attente mortelle
été dune éther
n’élance pis rationne participe
ulcères aux yeux
possède au crépitement bêle
toi le confiné hymne
or téléphonique

42Jour #52 La situation parisienne est au dévergondage total, nous observons ahuris des regroupements normaux à peu près partout les bars vendent à emporter, des jeunes habillés pour un gala et des feux d’artifice pètent en plusieurs endroits de la nuit depuis ma tour, la vie reprend son cours, pas même amorcé le déconfinement, la relâche et le plus curieux est la disparition massive des flics et des clochards, s’il n’y a pas lieu de lien entre ces deux communautés dissoutes en l’espace de quelques discours d’Édouard...

43Au-delà d’un regard qui veille assister aux maladresse heureuses timides assauts du corps malhabile naturel ou intègre dans sa mouvance défaite de mimiques, c’est justement la dramatique capacité à tenir la route qui attrait toute mon affectation à mobiliser l’encadrement d’unité de corps aussi la sensation confortée en l’abordage de quelque chose du télescopage carambolé et paillet pépite d’excessivement vivant en gage d’ingéniosité dans l’aménagement d’un rêve d’espace euphonique, par-dessus tout l’accent minima zozoté des racines au lexique mélomane du timbre qui siffle chuchotant douce prélude la respiration exemplaire à calquer bée d’ébaubie synergique, je frémis d’en discourir à papier dépeint en l’absence dite de babil tant le délice ne se somme ni ne s’entrepose dans l’embarrassée déception d’ouïr l’éloignement durée aura vite fesse d’empêtrer la pénurie d’émaux d’évidence entendre étreindre ecco et croisée des regards agités taquins aux quatre-cents coups, sésame frémissant dompte des épopées trop peu soufflées agitant ma passion d’entendre ressusciter en gestes les narrations de ton crû.

44La danse me manque tellement que le simple fait de poser un couvercle sur une surface, de faire se mouvoir une porte non autiste me laisse percevoir l’amorce d’une détonation de musique swing, mon oreille s’est aiguisée par la carence à reconnaître les premières notes de ces bals perdus, lesquels j’espère régénérer dès l’instauration d’un déconfinement prochainement annoncé incertain, au plus haut grade de leur clandestinité d’exister, m’en fous. Je cuisine en prenant ma douche une anthologie des légumes en dons déposés par semaine sur le palier. Pour toi, je raccorde volontiers les lames à ma harpe laissées en jachère soit dissonantes en soliloque. En retard, le quatrième emballage plastique qui pète dans ta vie et ce quatrième mur que nous franchissons mi-sérieux, mi-pensifs d’explorer une cabane refuge de nos trésors partagés en périphérie des grands axes, un protocole au long cours, une parcelle de survie sa rambarde de cuivre distingue les pans d’affection du périple alimentaire, en soi, une grande connaissance de l’autre et la droiture de la morale.

45Jour #54 4h13 − De déclarations officielles à brindilles soufflées je suis chamboulée mais cordialement vorace depuis la ruelle secrète, j’ai pigé que cette piste faisait partie de tes plans, trop peu du temps écoulé justifiant une appréhension avérée de l’une-l’autre mais la motivation de course-poursuite. Plus le temps passe, plus il m’apparaît dur d’envisager le futur sans convoquer la concomitance de nos états d’êtres, viens démanteler le rideau de ses barres métalliques et broder la suite des événements.

46Je recouds mes chaussettes en appelant le service technique d’SFR Chaque fois que je les contacte, ils me font bricoler des angles morts bourrés de poussière de l’appartement, style derrière le modem et je deviens très désagréable au combiné car je manipule cette saleté pour faire des tests, en général à demi-accroupie au sol avec deux trois autres activités en parallèle, et aujourd’hui une douleur aiguë sur le flanc gauche en plus, mais le type est patient et repère des erreurs sur une de mes lignes.

47Mes boulettes aux caisses automatiques sont de plus en plus grosses, déjà à la pesée des fruits et légumes, je m’amuse à travestir les denrées que j’emporte, le contrôle à distance permet des fantaisies et surtout d’éviter que la banque ne m’appelle, je suis en double file d’attente de la zone rouge et ne supporte pas ces robots à flash-code qui ne détectent même pas les produits soldés à date courte.

48Jour #55 C’est la nuit, l’orage pète de tous les côtés et inonde le ciel d’éclairs sur les tours décalcomaniées, quelques balcons en lumières. Je voudrais sortir et courir droit sur le boulevard sous les cascades de gouttelettes, l’attestation carton pâte qui glisse au caniveau et l’encre qui se tréfonde aux néons écologiques. Le confinement et les mesures exceptionnelles qui lui sont associées auront généré chez moi ces derniers temps une routine fort surprenante, à nos réclusions, cette présence pensée de l’attente et la continuation nécessaire de s’entretenir pour pas crever sous covid, de solitude, de dépression, d’une orgie tapissée par des rouleaux de PQ devenus rares.

49En temps « normal », j’arrive à me mettre au boulot en me persuadant qu’au soir j’irai danser. En temps confiné, j’arrive à me faire manger en me persuadant que dans la journée, je toucherai un être humain.

50On rince des vêtements délaissés par les gitans qui déteignent un bleu de pluie. Il est 00h01 en attendant la déflagration de liberté alentours. Je dors mal et préfère regarder les autres. Quant à l’avenir, tu m’édites, il faudra se la jouer finaude et prévenir les dérives environnementales. Défendre son art, sa vie, sa liberté, à raison.

51Jour #56 Rentrer chez soi sans attestation, les mains dans les poches du pyjama d’un hôte sans nécessairement consulter l’heure sur son téléphone intello ni reconnaître des défroqueurs en civils, le grand luxe du déconfinement s’étrenne par une petite danse éventée.

5223h57 − Première sortie officielle hors du périmètre de 1 km le jour du déconfinement, je me perds, soit 2 mois de confinement auront renforcé mes problèmes d’orientation. La promenade dure 3h45 [...] avec un masque, des baskets, une tenue sportive factice, des bic et tickets d’ins[is]tance sur les chiottes dans les poches, de la musique répétitive et un débit de parole intarissable, je trouve dans le noir quelques bouchons et une BD, néanmoins, je vais devoir me tatouer les plans du pâté de maison et autres focus du guide Michelin sur les rotules.

53Paris déconfinée, le 11 mai 2020

Haut de page

Bibliographie

Visuels -photographies et dessins- : NiNa®

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Guiller, « Le temps confinée m'est compté (Ode ô Corona) », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9572

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals