Navigation – Plan du site
Vivre avec le vivant

Entre dystopies et utopies artistiques : la création au temps du coronavirus

Sylvie Roques

Résumés

La pandémie a provoqué ruptures et tensions dans l’espace-temps et affecté notre propre perception corporelle. Dans un contexte où l’engourdissement imposé par le confinement a primé, la position des artistes propose un contrepoint, développant des stratégies d’adaptation ou de rejet. Cet article propose d’étudier les formes artistiques éphémères qui ont émergé confrontées à la catastrophe sanitaire et à la mise en crise des rapports de l’homme à son environnement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Après la Chine, la Corée et l’Italie
  • 2 L’OMS le 11 mars 2020 a qualifié de « pandémie » l’épidémie du Covid 19 qui avait déjà contaminé al (...)
  • 3 Loi n° 2020-290 du 23 mars d’urgence pour faire face à l’épidémie du Covid 19

1Véritable séisme ou cataclysme, la pandémie générée par la Covid-19 peut être appréhendée entre autres sous le vocable d’« évènement » évoqué par Paul Ricoeur dont il importe de mesurer les effets et qu’il convient de saisir avec toute « sa puissance d’ébranlement infinie »( Ricoeur, 1957 : p. 721). Or lorsque le virus s’installe dans la cité il affecte tous les systèmes qui en font la gestion, et touche entre autres son système de soins (Anne Dujin, 2020). Il provoque alors rupture et tensions. La crise sanitaire qui a touché la France1, générée par son apparition, a eu pour effet de déstabiliser nos repères comme nos habitudes quotidiennes2. Avec l’état d’urgence sanitaire déclaré le 23 mars 20203, les pouvoirs publics ont multiplié les mesures pour tenter d’y remédier avec notamment l’annulation des rassemblements, la fermeture des écoles et des universités tout comme la fermeture des frontières. Un constat quant à nos libertés s’impose. De tels dispositifs ont modifié durablement nos façons de vivre et d’être au monde, comme tout autant nos expériences du vivre ensemble. En tout premier lieu, ces mesures ont eu pour effet immédiat de générer un bouleversement des grandes catégories anthropologiques que sont l’espace et le temps : lieux devenus interdits ou dangereux, durées devenues imprécises ou incertaines. En effet, l’assignation à résidence imposée aux citoyens a modifié notre perception de l’espace en le rendant plus restreint, plus contraignant. Mais, c’est bien déjà la menace inhérente à nos environnements immédiats qui s’est affirmée d’emblée. Nos espaces urbains, sont devenus inquiétants plus que tout autres distillant une sourde alarme, générant une ère de suspicion. De même, la temporalité s’en est trouvée profondément modifiée comme étirée et suspendue. Le temps comme l’espace se sont clos sur eux-mêmes. Indéfinis, ils sont devenus porteurs de limites et d’indétermination. La phase de déconfinement n’a pas créé de rupture. Nos incertitudes tout comme l’inquiétude face au virus, ont rendu l’avenir volontiers flou et sans projections. Les interrogations demeurent aujourd’hui encore : y aura t-il un rebond possible de cette épidémie ? Comment vivre avec ou survivre ? Est-ce que le monde d’avant fera son retour inévitable ou pas ? Comment vivre différemment et repenser le monde ?
Après l’affaiblissement de nos repères spatio-temporels, c’est aussi la perception de notre corps qui a pu être affectée. L’immobilité imposée par le confinement a semblé aller parfois jusqu’à freiner notre dynamique intérieure, induire la perte, celui du plaisir du mouvement dans l’espace et de sa danse. Nos corps semblant se raidir, se figer inexorablement. Les ressentis individuels face à cette crise majeure ont mis en avant notre impuissance et accentué notre fragilité dans l’écologie du monde, suggérant -de fait- notre dépendance. La prise de conscience de l’effondrement possible de nos systèmes nous a saisi comme celle de la prise en compte de l’alerte climatique et des ajustements nécessaires à réaliser. Les injonctions sanitaires elles-mêmes, totalement nouvelles, ont poussé à nous écouter, quêter le changement de température possible, celui de la respiration, celui du goût…
Dans un tel contexte critique où l’engourdissement a primé, la position des artistes est à interroger et nous propose un contrepoint, développant des stratégies d’adaptation ou de rejet. Les réponses inventives qu’ils ont su apporter se sont multipliées. Les modes d’action mis en place méritent notre attention. Un paradoxe ne manque pas d’être perceptible. C’est bien de la contrainte que va naître l’inventivité des praticiens. En effet, partant du constat qu’ils n’ont plus accès à leurs lieux habituels de création -si l’on pense aux théâtres et autres scènes, aux lieux investis comme peuvent l’être les galeries ou les musées et les lieux publics - ils vont se mobiliser et agir mettant en place une nouvelle énergie. Ce constat posé, de surcroît, il faut évoquer encore les inquiétudes accrues pour les artistes -comédiens, musiciens, artistes-plasticiens, performers pour qui la confrontation aux publics est devenue impossible. A cette rupture, s’ajoutent le report des résidences, celles des spectacles et des créations, comme encore celles des projets.
La stimulation a joué, l’entraide a suivi, les réseaux se sont activés. Des protocoles expérimentaux ont pu émerger. Des formes éphémères sont nées, loin de tout académisme. Des expériences ont surgi, mettant en œuvre un nouveau type de partage dans une logique souhaitée d’adaptation et de réappropriation.
Mon objectif vise à mettre en place l’étude de telles formes artistiques confrontées à la catastrophe sanitaire et à la mise en crise des rapports de l’homme à son environnement. On peut s’interroger : en quoi les dispositifs mis en place promeuvent-ils de nouveaux savoirs corporels ? Avec ce tournant, en quoi permettent- ils une nouvelle écologie comportementale et créent-ils d’autres rapports à l’égard des publics ? Que nous apprennent ces laboratoires artistiques ? Comment peuvent-ils contribuer à développer les capacités des individus et activer leur réflexion critique ?
La mise en perspective de telles créations émergeantes étudiées dans cet article s’appuie sur de nouvelles perspectives épistémologiques, ré-ouvrant la réflexion sur les pratiques. La méthodologie qui s’y applique s’apparente à une forme de « bricolage » comme l’entend Joëlle Rouleau (Rouleau, 2016 : p. 95), mettant en place ce qui serait de l’ordre de l’auto-ethnographie et de l’ethnographie visuelle (MacDougall,1997 : p. 292) dans un contexte de recherche-création en cours dans les domaines des arts de la scène et de la performance.

Savoirs-être et savoirs-faire en temps de pandémie

2L’annonce du décret suivi de la mise en place du confinement en France ont remis en cause un certain nombre de principes habituels. Les injonctions du politique ont induit des limites à la liberté de circuler des individus comme à la libre circulation des biens. Ces dispositifs ont généré une perte des repères, mettant à distance notre modèle de consommation au niveau économique. Une rupture sensible a pu être observée, mettant à mal ce qui constitue le ressort même de notre société et « son accélération consubstantielle » telle qu’a pu définir Peter Sloterdijk (Laurent Quintreau, 2020). De même, un coup d’arrêt s’est vu porté à la dynamique de notre société : atteinte de contacts, des rencontres, des circulations, des réunions. Dans un contexte où « l’écran global » prime (Mongin, 2008 : p. 229), l’illimitation des flux paraît sans entrave. Or avec le coronavirus c’est un autre modèle qui surgit si l’on s’en rapporte aux vues prises par des drones donnant aux villes l’apparence de cités mortes et figées telles à Paris ou Venise, vision de villes vidées de leur population où l’humain a disparu et où la faune reprend ses droits. Le silence s’est imposé dans toutes les sociétés européennes, paralysées par la peur de la pandémie, frappées de sidération devant l’afflux massif des malades dans les hôpitaux et la hausse de la mortalité.
Peut-être nous nous pensions invincible, « maître et possesseur de la nature » et l’idée même de pandémie nous était devenue étrangère en ce début de XXIe siècle alors même que les épidémies n’ont cessé de ravager l’Europe par les siècles passés (Vigarello, 1999 : p. 54), alors même que le spectre du SIDA n’est pas si lointain. Peut- être l’oubli nous avait-il frappé.

Sidération et effroi : la mise à l’arrêt

3L’impact est incontestable après l’annonce de la suppression d’un grand nombre de festivals cet été. Le choc est manifeste et le désarroi palpable. Cette situation est vécue comme un effondrement, comme un vacillement. Une jeune compagnie figurant dans la programmation du « in » du Festival d’Avignon indique, en ce sens, avoir l’impression d’être face « à un château de cartes dont les éléments s’écroulent les uns après les autres » (Darge, 2020)4. Pour beaucoup, le festival d’Avignon demeure la garantie de programmations futures, de tournées et de financement. Les subventions sont gelées et les comédiens ne peuvent plus être payés. Les contraintes inhérentes à la situation sanitaire se multiplient. Une autre difficulté surgit encore. Les metteurs en scène commencent à s’interroger quant aux possibilités même de répéter : « on ne peut pas faire du théâtre avec des masques et des gants, cela n’a pas de sens » (Darge, 2020). Dire le texte même, le proférer semble devenir même porteur de menace car le danger vient de la parole, des postillons invisibles qui circulent dans l’air. Or si comme l’indique très justement Robert Cantarella la scène est par excellence, lieu de la parole, de la mise en forme de la parole, de la mise en jeu de la parole. Aussi, le théâtre va-t-il « cumuler les handicaps par temps viral »5. En effet, le théâtre est par essence ce lieu où nous sommes ensemble pour entendre parler, ce lieu qui rassemble ces regardés qui parlent et ces regardants qui les écoutent. Pour ce metteur en scène, il est manifeste que « Les théâtres sont des foyers de parleurs entremêlés » (Cantarella, 2020). Les publics viennent y entendre les textes proférés par les acteurs qui y apportent leur empreinte vocale caractéristique. Il existe bien une dramaturgie de la voix, un concept de l’élocution qui est la marque de fabrique de l’artiste et qui reste irremplaçable. Le théâtre est ainsi peuplé de fantômes et nul n’oublie les voix de Gérard Philippe dans Le Prince de Hombourg ou celle d’Antonin Artaud dans sa conférence au Vieux Colombier en 1947.

Conséquences symboliques

4En plus de l’impact financier et de l’arrêt forcé des pratiques artistiques, l’impact psychique individuel n’est pas négligeable. Les conséquences symboliques de cette pandémie sont repérables. Les artistes ont pour responsabilité de nous transmettre habituellement leur lecture du monde et de ses soubresauts. Au vu du choc occasionné par cette catastrophe, un brouillage est perceptible mettant à mal leur sensibilité. Ainsi une autrice, Tiphaine Raffier a pu confier son incapacité à pouvoir écrire et sent « les mains coupées pour écrire » (Darge 2020). Déconstruction et impuissance semblent de mise. A l’instar du réalisateur Christophe Honoré, cet « irruption de l’imprévu » génère son lot d’incertitudes (Morin, 2020 : p. 1), et de malaise. Le temps du confinement qui « n’est pas celui d’une retraite où l’isolement est choisi » s’avère être « empoisonné » (Darge 2020)6. L’élan est brisé et semble sonner le glas de toute poussée créatrice. L’artiste se dit se sentir sans envie de créer et ressentir la période comme néfaste à toute désir. La crise, comme la maladie n’ayant aucun sens. Son projet actuel intitulé Le Côté de Guermantes qui doit être joué à la Comédie Française est ajournée, sans visibilité de date de création possible. Les incertitudes sont nombreuses. De surcroît, le métier de comédien lui semble radicalement opposé et incompatible avec la distanciation sociale. Le réalisateur ajoute avoir l’impression de vivre dans « une mauvaise série d’anticipation dystopique » (Darge, 2020). L’indépassable de la situation tient en tout premier à notre incapacité à appréhender le tragique de la situation, à pouvoir conceptualiser la perte et le deuil qu’il induit. Un effondrement est tangible, le réel échappe à la saisie et à la compréhension. La douleur vient aussi de cette brisure et de cette perte de soi. Elle est corrélée à l’angoisse devenue vertige « comme la saisie du néant » dirait Heidegger. Elle est l’effroi, la puissance de terreur évoquée par Jean Pierre Vernant devant la figure de Gorgô : « Épouvante poursuite qui glace les cœurs » (Vernant, 1985, p. 39).

Un modèle de dystopie ?

5Notre quotidien semble tenir davantage de la science- fiction. Les limites entre fiction et réalité semblent désormais minces et certains scénaristes semblent parfois prophétiques. C’est ce que titre The New York Time : « Ils ont créé des mondes cauchemardesques pour la télévision. Maintenant ce cauchemar est devenu leur réalité ». Ainsi la vision de villes entières en quarantaine, de rues désertes, de passants pourchassés par de drones est particulièrement saisissante. Comme le souligne Le Courrier International : « en quelques semaines, le monde a pris des allures de cauchemar surréaliste »7. Les complotistes ne manquent et les critiques enflent. On peut songer aux alarmes défendues par Paul B Préciado, activiste. Sous le prisme de la lecture de l’œuvre de Michel Foucault et de sa conception de la société de surveillance, le virus semble activer de nouvelles formes de contrôle de masse high- tech via des outils numériques et rendre les corps dociles (B. Preciado, 2020)8. La pandémie génère aussi à l’évidence d’autres modèles du corps. Le philosophe évoque encore cette nouvelle frontière que constitue notre épiderme, notre peau vis-à-vis de l’autre. Nous devenons ainsi presque comme de nouveaux migrants assignés à résidence dans un nouveau centre de rétention qui est notre résidence. Paul B Preciado avance aussi l’idée que ce qui est souligné c’est surtout la différenciation entre corps contaminant et non contaminant. Celle-ci finit même par prendre le pas sur celle qui sépare habituellement homme et femme (B Préciado, 2020)9. De cette crise, pourrait naître un nouvel érotisme qu’il reste à réinventer.

Utopies émergeantes au temps du corona

6De nombreuses propositions ont vu le jour alors même que les restrictions et limites pesaient sur les citoyens. Une multiplicité d’activités culturelles s’est offerte à nous par un grand nombre d’institutions privilégiant le virtuel : depuis écouter un concert, regarder un opéra ou une pièce de théâtre, visiter un musée, lire (Sébastien Allard, Danièle Cohn, 2020). Les institutions ont aussi mis en place des expériences singulières de partages avec les publics reliés par un simple téléphone.

Un engagement citoyen

7Les engagements spontanés des artistes s’y sont ralliés. On peut songer aux expériences menées par le Théâtre de La Colline avec l’expérience des poissons pilotes telle qu’elle est exposée par Wajdi Mouawad le 17 mars 2020 :

« Nous ne pouvons plus ni nous voir, et encore moins entrer en contact physique les uns avec les autres, alors l’esprit prend ici toute sa puissance. Penser aux autres, avoir en tête le souci, l’inquiétude des autres, c’est là un travail purement spirituel. C’est donc, dans ce malheur et cette tristesse, une possibilité de renouer avec cette puissance. C’est, précisément, cette capacité à penser aux amis, penser aux lieux secrets, aux paysages qui nous ont touchés, qui a permis souvent à tant de gens de tenir dans les moments difficiles. Nous, en plus de la pensée, nous avons cet outil merveilleux, le net, pour pouvoir le faire savoir à ceux et celles vers qui notre pensée est tournée. »10

8Le travail des soignants, assimilé à un grand requin blanc s’attaquant à la maladie, est accompagné par celui des artistes devenus poissons pilotes, chargés de soins grâce à la poésie. Le public s’inscrit dans les créneaux horaires qui lui sont proposés puis est rappelé par téléphone par les artistes pour une lecture. Le retour d’expérience est éloquent : « Du 16 mars au 7 mai, 250 artistes amis de La Colline ont offert au téléphone plus de 6000 lectures de poésie, de théâtre, de littérature ou de musique, quelques minutes ou plus au creux de l’oreille. »11. Forme de présence qui est autrement dit une forme de résistance : l’interdit ce contact ne saurait atteindre le plaisir de communiquer et de partager. L’essence du geste artistique est maintenue : s’exprimer, montrer, diffuser.
D’autres théâtres nationaux ont suivi comme la Comédie Française qui avec son programme « La comédie continue » a proposé des captations de ses spectacles suivis de lectures et d’entretiens avec les acteurs.

Un acte de résistance

9Loin du statisme et de l’immobilité où était plongée la société, certains artistes ont choisi l’action individuelle. Faisant retour à l’affinité posée par Gilles Deleuze entre l’acte de création et l’acte de résistance, ils ont choisi de s’appuyer sur des stratégies de contournement pour activer des propositions innovantes. C’est ce dont témoigne Julien Daillère, auteur, comédien et metteur en scène qui prenant comme point de départ l’état de stupéfaction dans lequel l’a plongé le confinement et les émotions profuses et contradictoires qui l’ont accompagné s’est interrogé : comment continuer ? quels moyens utiliser ? (Céline Chartier, 2020)12. C’est surtout « l’empêchement » -celui de rencontrer d’autres- qui a poussé sa créativité. Différents projets ont émergé. Par exemple, le groupe Facebook « artistes au téléphone » qui compte actuellement 400 membres a été créé et ouvert au public. Des soirées se sont mises en place intitulées « les jeudi ouverts » organisée par Isa Rain via une application de visioconférence. L’audio y est privilégié puisque la caméra est débranchée. Pour participer, il est demandé une lecture de 5 minutes (poésie, nouvelle ou pièce) que chacun peut commenter en toute bienveillance et applaudir. La fragilité du statut de l’intermittence y est plus que jamais questionnée et l’urgence à créer devient quasi urgence vitale.
Une telle réflexion autour des pratiques théâtrales s’est aussi engagée au niveau européen si l’on songe aux propos de Milo Rau, metteur en scène et directeur de directeur de NTGent (or Nederlands Toneel Gent). C’est un constat tragique qui est posé au préalable:

“We thought we knew the past – we didn’t. We thought we could control the present – we can’t. We thought we could plan the future – we have to think again. It’s the classic mistake in ancient Greek tragedy: you may think you’re done with the past, but the past isn’t done with you. So, let’s stay humble and be ambitious at the same time. Let’s work out new rules for global solidarity, in the arts and in general. Let’s ask difficult questions and formulate inspiring answers. Why do we do what we do? Why theatre ? »13

10Le metteur en scène vise à créer d’autres formes théâtrales où le politique est prépondérant et le modèle de la décroissance favorisé. Le rôle de l’artiste est ici fondamental: “We too, as artists, must redefine our daily practice. We have to rethink our relationship with our audience, with our fellow citizens, with the world”14. Un projet a vu le jour réunissant interprètes et intellectuels de tous les continents et toute génération confondue autour de deux questions fondamentales : pourquoi le théâtre ? pourquoi cette forme d’art est-elle si unique, si indispensable ? Les réponses proposées sous différents formats essai, souvenirs manifestes ou lettres vont faire l’objet d’une publication. D’où d’interminables questions sur l’aspect incomparable de la présence physique et la tentative inépuisable pour la suppléer de la meilleure manière possible.

Faire théâtre de tout

11Cette même nécessité à inventer a poussé Isabelle Starkier15, metteuse en scène à proposer de nouvelles formes brèves et éphémères depuis des apéritifs théâtre jusqu’à un escape theatre plus récemment. Autre urgence encore. Le déclin du théâtre n’est pas nouveau et les statistiques sont éloquentes. Il faut aussi évoquer la moyenne d’âge des spectateurs des publics des théâtres de la région parisienne qui augmente. Avec la crise, nul ne sait si les publics fréquenteront à nouveau les salles de spectacle (Starkier 2020)16. L’argument financier peut être avancé. Les petites structures ne bénéficient pas du même soutien que les lieux institutionnels et les subventions au niveau de la DRAC sont très chichement distribuées. Autant d’arguments qui plaident en faveur d’un renouveau. C’est bien à l’aphorisme d’Antoine Vitez auquel il convient de revenir : il faut « faire théâtre de tout »17(Vitez, 1975, 120). C’est en ce sens la nécessité à laquelle nous sommes désormais confrontés : « Sortons le théâtre de ces lieux où il était en train de se momifier et jouons, jouons à tout prix, mais pas à n’importe quel prix » (Starkier, 2020). L’urgence est manifeste. Il importe alors d’inventer, de trouver de nouveaux outils afin de pouvoir toucher les publics. C’est bien ce que propose la compagnie non subventionnée d’Isabelle Starkier avec en temps de confinement la création éphémère d’« apéros théâtre » à l’Université d’Evry18 repris sur les réseaux sociaux s’appuyant sur la lecture de textes engagés et drôles, celle également d’un « escape théâtre » intitulé « Meurtre confiné : jeu d’enquête en visio et en direct »19. L’inspecteur Albert Romain est chargé de l’enquête et les spectateurs y participent en visioconférence selon des consignes préalablement établies. Le dispositif est immersif et prend des allures de jeu de Cluedo. Ce qui est nouveau c’est l’aspect interactif entre les comédiens et les spectateurs et le support utilisé.

Ré-enchanter le monde : le cas de la danse à distance

12D’autres formes expérimentales ont jailli sollicitant le corps dans son ensemble dans une danse collective passant par les réseaux. On peut citer en ce sens les propositions du chorégraphe E. Minh Cuong Castaing via une application de visioconférence. L’objectif préalable souhaité était de conjurer la distanciation des corps. Inspiré de « Sous Influence » crée en 2017 puis repris lors de la nuit blanche 201820, l’expérience se définit comme « un clubbing techno épidémique et transgénérationnel ouvert à tous ». Proposée à trois dates lors du confinement puis du déconfinement, elle met en place un parcours de « gestes utopiques » pour l’ensemble des participants, suivant une guidance orchestrée avec la voix du chorégraphe qui danse de manière simultanée. L’ensemble des participants venus de la planète entière a pris part à cette danse du monde hypnotique. Ce que seul le numérique peut réaliser d’où son rôle clé possible dans une vision du renouveau. Le sentiment procuré à la vue des autres corps dansants réunis grâce à l’écran peut sembler procurer apaisement et réconfort. La joie de la dépense physique générée par cette danse improvisée a été palpable et se lisait sur les visages offerts à la caméra et dans la liberté des mouvements. L’impression d’une vague mobilisant l’ensemble des corps a pu surgir, développant une forme de transe collective. L’immersion induite par l’écran a pu sembler ici comme reconfigurer la perception et la représentation du corps par vibration et impulsion. Si les corps montrés dans ces expériences de danse live ont pu paraître parfois mis en scène (utilisation de perruque, de vêtements particuliers), jouant de leurs apparences, c’est bien surtout le souci de soi qui a été porteur comme la recherche d’un certain mieux être salvateur. Il est manifeste que la résonnance et l’empathie sont ici des caractéristiques majeures (Ibnelkaï, 2018 : p. 443) et semblent être prépondérantes dans ces expériences de corporéités partagées.
La même impression d’empathie émerge des sessions organisées de Distant Movement21. Un protocole est indiqué aux participants et une invitation à rejoindre les organisateurs Muriel Piqué, Daniel Pinheiro et Annie Abrahams chaque semaine via une application de vidéo conférence. L’objet de l’expérience est clairement indiqué :

  • 22 https://distantmovements.tumblr.com/

« Nous cherchons à approfondir le regard intérieur jusqu’à ce que la danse apparaisse d’elle-même. Nous aspirons à développer une écoute résonante, une écoute de soi et de l’autre en même temps. Si vous ne comprenez pas une indication, gardez confiance dans vos propres sensations. Nous allons apprendre ensemble à nourrir la résonance qui nous permet de danser ensemble. »22

13Cette danse faite les yeux fermés dure 15 minutes. Elle vise à explorer notre écoute et met en place « une esthétique de l’attention et de la confiance » selon Annie Abrahams. Une danse à distance se met en place dont nous ressentons l’accord intuitivement et que l’on découvre visuellement lorsque le montage vidéo est réalisée. Des correspondances se mettent en place des élans et des gestes comme suspendus apparaissent créant une brèche dans l’espace -temps, comme une parenthèse enchantée dans le tumulte du monde. Notre perception semblant s’ouvrir et s’assouplir. Des ressentis de bien-être et de calme s’en dégagent, comme l’impression d’une attention à soi accrue.
Le confinement, contrairement aux idées reçues, semble avoir déclenché une effervescence créatrice. Les réseaux sociaux, souvent décriés, semblent devoir y jouer un rôle possiblement salvateur. Les artistes détournent ou contournent les injonctions de la distanciation sociale via la relation médiatisée qui s’y créée. Le théâtre fortement impacté par la crise semble pouvoir s’y régénérer et ouvrir le champ à d’autres possibles. Les arts visuels, chorégraphiques ou plastiques y poursuivent les mêmes expérimentations prometteuses qui dépassent les seuls impératifs de la marchandisation. Les publics y sont davantage sollicités et jouent de fait le rôle de co-créateur.

Haut de page

Bibliographie

Allard, S., Cohn, D. (2020). Culture vive, Revue Esprit #arts/Culture#Covid-19, mai 2020.

Andrieu, B. (2018). La langue du corps vivant. Emersiologie 2. Paris : Vrin.

Casilli, A. (2009). Culture numérique : l’adieu au corps n’a jamais eu lieu. Esprit, 353, pp. 151-153.

Chartier, C. (2020). Artistes confinés#14 Julien Daillère, comédien, Revue Bancal, cultures pensées et penchants culturels, 23 mai 2020.

Darge, F. (2020). Covid- 19 : ‘On ne peut pas faire de théâtre avec des masques et des gants’. Le Monde, 28 avril 2020.

Darge, F. (2020). Entretien avec Christophe Honoré « Ce temps imposé est un temps empoisonné ». Le Monde ,1 mai 2020.

Dujin, A. (2020). Le virus dans la cité. Revue Esprit # Covid-19, mai 2020.

Goffman E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne, 1. La présentation de soi. Paris : Minuit.

Ibnelkaï, S. (2018). Corporéité partagée et agentivité distribuée en interaction par écran. Interfaces numériques, 7, n° 2, 436-476.

Lipovetsky G., Jean Serroy, J. (2007). Ecran global. Paris : Le Seuil.

MacDougall, D. (1997). The visual in anthropology. In B. Marcus & M. Howard (Ed), Rethinking visual anthropology. (pp. 276-295). London : Yale University Press. Martinez.

Mongin, O. (2008). Le théâtre, la scène, la fête et la société des écrans, Communications, n° 83, 229-236.

Morin, E. (2020). Un festival d’incertitudes, Tracts de crise. n° 54, Gallimard, 21 avril 2020. Le texte a été inspiré par Nicolas Truong et publié sous forme d’entretien dans le journal Le Monde du 20 avril 2020

P Paul B Preciado, « Cette crise du Covid-19 a inventé un nouveau corps », Le Monde, 29 mai 2020.

B Preciado, « Learning from the virus”, Artforum, May-June 2020

B Preciado, P. Cette crise du Covid-19 a inventé un nouveau corps. Le Monde, 29 mai 2020.

B Preciado, P. (2020). Learning from the virus. Artforum. May-June 2020

Quintreau, L. (2020). Covid-19 au travail : le grand retournement. Switch on paper.

Ricoeur, P. (1957). Le paradoxe politique. Revue Esprit, mai 1957, 721-745 repris dans Histoire et vérité. Paris : Le Seuil, 2001.

Rouleau, J. (2016). Bricolage méthodologique : autoethnographie et recherche-création, COMMposite, 19(1), 95-113.

Starkier, I. 2020). Déconfinement : sortons le théâtre de ces lieux où il était en train de se momifier. Le Monde, 23 mai 2020.

Vernant, J.-P. (1985). La mort dans les yeux. Paris : Hachette.

Vigarello, G. (1999). Histoire des pratiques de santé Le sain et le malsain depuis le Moyen Age, Paris : Le Seuil.

Ubersfeld, A. (1998). Antoine Vitez, Paris : Nathan.

Haut de page

Notes

1 Après la Chine, la Corée et l’Italie

2 L’OMS le 11 mars 2020 a qualifié de « pandémie » l’épidémie du Covid 19 qui avait déjà contaminé alors 110 000 personnes dans le monde cf https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19---11-march-2020

3 Loi n° 2020-290 du 23 mars d’urgence pour faire face à l’épidémie du Covid 19

4 https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/04/28/covid-19-on-ne-peut-pas-faire-de-theatre-avec-des-masques-et-des-gants_6037969_3246.html

5 Robert Cantarella, « Mal ou bien viré ?» post du 14 mai https://www.facebook.com/robert.cantarella.39/posts/10157580905717830

6 https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/05/01/christophe-honore-ce-temps-impose-est-un-temps-empoisonne_6038350_3246.html

7 « Pandémie. Et si les séries dystopiques avaient vu juste ? », Le courrier international, 04 avril 2020 cf. https://www.courrierinternational.com/article/pandemie-et-si-les-series-dystopiques-avaient-vu-juste

8 https://www.artforum.com/print/202005/paul-b-preciado-82823.

9 https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2020/05/29/paul-b-preciado-cette-crise-du-covid-19-a-invente-un-nouveau-corps_6041125_5463015.html

10 https://www.colline.fr/spectacles/les-poissons-pilotes-de-la-colline

11 https://www.colline.fr/publics/au-creux-de-loreille

12 http://www.revue-bancal.fr/revue/artistes-confines-14-julien-daillere-comedien/ et http://www.julien-daillere.com

13 Propos de Milo Rau, cf. https://readymag.com/NTGent/20-21-EN/2/ traduction : « Nous pensions connaître le passé - ce n'était pas le cas. Nous pensions pouvoir contrôler le présent - nous ne le pouvons pas. Nous pensions pouvoir planifier l'avenir - nous devons réfléchir à nouveau. C'est l'erreur classique de la tragédie de la Grèce antique : vous pensez peut-être en avoir fini avec le passé, mais le passé n'en a pas fini avec vous. Alors, restons humbles et soyons ambitieux en même temps. Élaborons de nouvelles règles pour la solidarité mondiale, dans les arts et en général. Posons des questions difficiles et formulons des réponses inspirantes. Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ? Pourquoi le théâtre ? »

14 Propos de Milo Rau, https://readymag.com/NTGent/20-21-EN/2/, traduction « Nous aussi, en tant qu'artistes, nous devons redéfinir notre pratique quotidienne. Nous devons repenser notre relation avec notre public, avec nos concitoyens, avec le monde »

15 Isabelle Starkier est metteuse en scène, directrice de compagnie, maîtresse de conférence en études théâtrales à l’université d’Evry-Val-d’Essonne.

16 https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/23/deconfinement-sortons-le-theatre-de-ces-lieux-ou-il-etait-en-train-de-se-momifier_6040548_3232.html

17 « L’idée essentielle, c’est que l’acteur peut s’emparer de tout, qu’on peut faire théâtre de tout. […] Surtout, on peut faire théâtre non seulement de tout lieu, mais aussi de tout texte et de tout temps ».

18 Programmation « Live arts & culture » cf. https://www.univ-evry.fr/evenements/agenda-des-evenements-vie-etudiante/evenements-culture/programmation-live-arts-culture.html

19 Programmation « Live arts & culture », ibid, « Dans l’hôtel Chanteclerc à Bergerac, trois personnes sont arrêtées ». À la question, « Que faisiez-vous dans cet hôtel malgré le confinement ? », les réponses fusent, toutes plus incohérentes.

20 https://www.shonen.info/sousinfluence

21 Séances programmées du 25 au 6 mai tous les mercredis à 16 Heures via un système de vidéo conférence
cf. https://distantmovements.tumblr.com/

22 https://distantmovements.tumblr.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Roques, « Entre dystopies et utopies artistiques : la création au temps du coronavirus », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/9993

Haut de page

Auteur

Sylvie Roques

Chercheure associée IIAC- (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals