Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

À propos de R & T

Recherches & Travaux, à l’origine revue de l’UFR de Lettres classiques et modernes, est devenue en 2006 la revue de l’Équipe de recherche Traverses 19-21 (E.A. 3748), qui fédérait quatre Centres de recherche. Dans une perspective moderne et contemporaine, la revue consacre ses « recherches et travaux » à la langue et à la littérature françaises et francophones du XIXe siècle au XXIe siècle, à la littérature comparée, aux relations entre la littérature et les arts, et à la didactique de la littérature et aux arts du spectacle. En 2014, Traverses 19-21 a fusionné avec les autres équipes de recherche de l’UFR pour constituer l’Équipe de recherche LITT&ARTS. La revue regroupe désormais les domaines des sous-équipes CHARNIÈRES (Lumières, altermodernité, études romantiques et stendhaliennes), CINESTHEA (Cinéma, Esthétique, Théâtre, Arts de la scène), ÉCRIRE (Écritures et représentations, XIXe-XXIe siècles) et LITEXTRA (Littératures, expériences, transmission).

Chaque numéro est thématique et centré sur une question de langue et littérature et/ou d’esthétique.

Politique d’édition électronique : à compter de l’année 2017, tous les numéros sont en accès libre et intégral dès leur parution.

Dernier numéro en ligne
64 | 2004
Figures paradoxales de l’Auteur

(XIXe-XXIe siècles)
Sous la direction de Chantal Massol, Anne-Marie Monluçon et Brigitte Ferrato-Combe

L’auteur moderne (on entendra par là celui qui émerge au cours de la première moitié du XIXe siècle, après la rupture historique de la Révolution) est nécessairement présent dans le champ de la représentation — mais, semble-t-il, pour la défier sans cesse. En témoigne la fréquence avec laquelle, du romantisme à l'époque la plus contemporaine, dans la littérature comme dans les arts, se présentent, et pas seulement comme des « faire-valoir », des images qui semblent aller à l’encontre de la création d’une figure d’autorité — paradoxales, donc, au sens premier du terme : elles heurtent l’opinion commune.

Les contributions ici réunies examinent ces figures d’éditeurs, copistes, plagiaires, faussaires, nègres, traducteurs, auteurs inconnus, sans œuvre, ou autres encore, qui permettent à l’auctorialité de s’instaurer, de manière récurrente tout au long de ces deux siècles, selon une logique paradoxale dont, au fil des analyses, on entrevoit les raisons. Elles montrent la diversité des jeux auxquels se prête, ainsi, la figure auctoriale, et les suivent dans certaines de leurs évolutions et de leurs surenchères, tout au long de la période considérée. Elles font apparaître, de la sorte, le rôle critique de cette figure qui, exhibant les antinomies sur lesquelles elle se contruit, soulignant les apories de sa propre représentation, interroge, ironiquement, de l’intérieur des textes, la sérieuse fonction-auteur.

  • OpenEdition Journals