Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Partie 4. Poèmes et paroles d’écr...Mohammed El Amraoui : poèmes extr...

Partie 4. Poèmes et paroles d’écrivains-traducteurs

Mohammed El Amraoui : poèmes extraits du recueil Des moineaux dans la tête / عصافير في الرأس, traduit par l’auteur et Catherine Charruau, Lyon, Jacques André, 2016

Mohammed El Amraoui : Poems From the Collection Des moineaux dans la tête, Lyon, Jacques André, 2016
Mohammed El Amraoui

Texte intégral

1Le texte arabe est enregistré par l’auteur accompagné de la musique de Antoine Birot et Maurice Spitz, dans Tessons (éd. LARIO, 2003, avec l’autorisation de l’éditeur).

Je dis peut-être, je dis peut-être la pensée est
comme la blessure, je dis peut-être la pensée
est comme la blessure que je vois sur le mur ;
chaque matin, le volume de ses lèvres grossit,
et quelques fois des mots, que mes yeux n’ont
pas l’habitude de voir, s’écoulent entre ses
dents jusqu’à mes pieds. Mes pieds dessinent
des traits – hiéroglyphes qui renouvellent leurs
sens chaque jour. Je dis peut-être,
je dis peut-être le mur n’existe-il qu’en moi-même, je dis
le mur est le mur de moi-même, ou un miroir
d’où sortent les mots pour se changer en un
réel mercuriel. L’idée du mur n’a d’existence et
d’importance que grâce à la blessure d’où
sortent les mots.

أقول ربما، أقول ربما الفكر مثل الجرح،
أقول ربما الفكر مثل الجرح الذي أراه
على الجدار، كل صباح يزداد حجم شفتيه
انتفاخا، وأحيانا تسيل بين أسنانه كلمات لم
تعتدها عيناي، تسيل حتى قدمي، وأرسم
بقدمي خطوطا ـ هيروغليفية تجدد معانيها
كل يوم. أقول ربما الجدار لا يوجد إلا
داخل نفسي، أقول الجدار جدار نفسي، أو
مرآة تخرج منها كلمات لتتحول إلى واقع
زئبقي. فكرة الجدار، لا وجود ولا جدوى
لها إلا بفضل الجرح الذي تخرج منه
الكلمات.

 

TRAVERSÉE

عبور

Une fenêtre entr’

نافذة نصف

ouverte
donne

مفتوحة
      تطلُّ

sur

على

         une cour où des enfants tirent derrière
eux un rêve d’une intense blancheur. Au café
de la gare,
un pessimisme met ses pieds sur la chaise

             ساحة يجر فيها الأطفال حلما
أشد بياضا. في مقهى
المحطة
تشاؤم يحط قدميه على الكرسي

et
autour
de tout ça,

و
من
حول كل هذا

          des signes que l’air éparpille.

          علامات يبعثرها الهواء.

À la fenêtre, quelque passage et un rideau d’où
sort la nuit.

في النافذة عبور ما و ستار يخرج منه
الليل.

Hiver étroit.

شتاء ضيق.

Le sens raccommode toutes ces choses – toutes
ces choses que je courtise depuis l’été. Et par
hasard,

يخيط المعنى كل هذه الأشياء ـ كل هذه الأشياء
راودتها نفسي عن نفسها منذ الصيف الفائت.
وبالصدفة

je rencontre un bruissement qui me rappelle
une femme portant derrière elle

ألتقي بحفيف يذكرني بامرأة كانت تحمل ورائها

un ciel
second.

سماءً
ثانية.

 

ASCENSION

معراجً

Nous marchions dans la rue, et la lumière timide
des réverbères convenait à nos pas, et nos mains
perdaient d’un coup leur mouvement naturel et
savaient à peine remuer les doigts comme si elles
cherchaient pour la première fois
à saisir

كنا نمشي سويّا على الطريق، وكان ضوء المصابيح
الخجِل يليق بخطواتنا، وفقدتْ أيدينا فجأة حركاتها
الطبيعية، وما كادت تعرفُ كيف تحرّك الأصابع،
وكأنها كانت تود لأول مرة أن تدرك

          pour la première fois

لأول مرة

le sens premier de

المعنى الأول

frôler caresser ou laisser seulement seulement

للمس أو المداعبة أو أن تترك فقط فقط

le frisson rencontrer sans obstacles aucun toutes les collines du corps,

الرعشة أن تلتقي، دون حاجز، تلال الجسد ؛

et il suffisait alors d’incliner alors ma tête à droite
(tu étais à ma droite) pour que de l’aisselle
remonte l’odeur d’une mer que la carte ne connaît
pas, pas encore, et

كنتُ أسند وجهي إلى اليمين (كنتِ على يميني)،
فتطلع من إبطك رائحة بحر لا تعرفه الخارطة، لا
تعرفه بعد، و

me rappelle très bien le branchage, Allées de la
résistance, sous lequel mes lèvres ont commencé
leur ascension – debout
sous

أذكر أيضا أغصانا، في ساحة المقاومة، حيث بدأتْ
شفتاي المعراج – واقفين
تحت

la pluie, et la pluie

المطر، وكان المطر

tressait ses fils autour de nous et construisait pour
nous une
pièce dont les murs étaient sans couleur,
non pas des murs
plutôt des vitres faites d’eau et
qui préféraient sûrement
rester invisibles et
secrets

       يجدلُ حولنا خيوطه ويبني لنا غرفةً بجدران
دون لون، ليست جدرانا، بل زجاجا من ماء يُفضِّل
أن يبقى لا مرئيا وسريّا

(tel l’amour).

(كما الحب.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammed El Amraoui, « Mohammed El Amraoui : poèmes extraits du recueil Des moineaux dans la tête / عصافير في الرأس, traduit par l’auteur et Catherine Charruau, Lyon, Jacques André, 2016 »Recherches & Travaux [En ligne], 95 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/recherchestravaux/1787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1787

Haut de page

Auteur

Mohammed El Amraoui

Poète, performeur et traducteur, Mohammed El Amraoui, né à Fès (Maroc), écrit en français et en arabe. Il a dirigé de 2000 à 2011 la revue Les Cahiers de Poésie - Rencontres. Participant depuis plusieurs années à des lectures publiques de poésie, il a créé plusieurs spectacles poétiques mêlant chants, poésie et musique ; il a exposé ses poèmes à côté de travaux de photographes, de peintres, de calligraphes et de vidéastes. Traduit dans plusieurs langues, il a publié de nombreuses œuvres poétiques, parmi lesquelles Des moineaux dans la tête (Jacques André, 2016) ; Ex. suivi de Pierres-Hajar (Fidel Anthelme X, 2013) ; Accouchement de choses (Dumerchez, 2008) ; Récits, partitions et photographies (La Passe du Vent, 2007) ; La Fenêtre, dimanche et autres jours (en arabe) (éditions Fadâ’ât, 2007) ou encore De ce côté-ci et alentour (L’Idée bleue, 2006). En 2012, il a reçu le Prix de la poésie au International Poetry Festival – Ditët e Naimit. Il a lui-même traduit plusieurs ouvrages de l'arabe en français et du français à l'arabe, notamment avec Catherine Charruau l’Anthologie de la poésie marocaine contemporaine (Bacchanales, n° 38, Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2006). Depuis 2013, il traduit des poètes palestiniens (Interludes poétiques de Palestine, Le temps des cerises et Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2019). Il vient de publier un livre sur son rapport avec les deux langues (Un palais pour deux langues, La Passe du vent, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search