Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Partie 4. Poèmes et paroles d’écr...Najeh Jegham : Distances d’aimer ...

Partie 4. Poèmes et paroles d’écrivains-traducteurs

Najeh Jegham : Distances d’aimer (Nantes, L’aile éditions, 2004)

Najeh Jegham: Poems from the Collection Distances d’aimer, Nantes, L’aile éditions, 2004
Najeh Jegham

Texte intégral

Extrait du recueil Distance d’aimer, Najeh Jedham (L’aile éditions, 2003)

Extrait du recueil Distance d’aimer, Najeh Jedham (L’aile éditions, 2003)

1. Deux ailes (inédit)

1Parler, écrire : à ces manières d’être de l’humain (qui sont relativement tardives, l’enfant ne parlant pas, au départ, n’écrivant point), j’ajoute chanter et calligraphier. La… la la... la la… la : ainsi chantons-nous, nous autres humains ; et ce degré zéro du chant est hors la langue, tout en étant dans l’activation de la langue. لـ L : la lettre donne à voir cela qui fait chanter, l’organe dressé droit, frottant les alvéoles, mouillé et sonore.

2Peut-être est-ce de là que vient la poésie, de cette révélation des possibilités de son propre corps chez l’enfant. Sa langue s’active ; ça s’entend ; ça se voit ; et ça continue, hors la langue et hors le sens, sinon celui de poursuivre, dans la révélation répétée du vivre.

3Répéter : traduire est là ; calligraphier aussi. Il m’arrive de traduire un texte (une phrase, un passage…) pour le comprendre, le commenter, ou pour le simple plaisir ; comme si j’avais besoin de l’écrire moi-même en vue de le lire, de le voir naître pour consolider ma relation avec lui. Je le calligraphie également, le reproduit, le répète dans la quête d’une forme belle, au moins pour m’exercer, pour m’imposer la lenteur requise du geste, recomposer l’écrit selon la multiplicité des traits qui constituent ses unités formelles, l’éprouver dans la durée du souffle qui ouvre en dedans une voie de lumière. Traduire, calligraphier un texte, le chanter aussi (et quand on chante, on interprète…), cela revient à être dans son commencement infini, dans le renouvellement constant de son advenue, face à sa naissance se répétant. Et nous tous ne faisons, parlant/écrivant, que répéter le déjà dit/écrit. Créer alors serait, plutôt que dans le dire/écrire, dans le travail de disposition et de composition, dans la poésie et la calligraphie : toutes les deux s’inscrivent dans le visible qu’offre le lisible. Dans cette conjonction, la différence linguistique trouve une voie de résolution ; la lettre, arabe ou latine, s’affirme tracé formé, disposé, composé, chant de silence, champ de possibles pour l’œil qui lit, qui voit.

2. Taqsîm

4et la nuit reste vive, nomadedans le vaste éclairé, renouvelée de l’ailleurs
sa rive est un silence d’aller
et de lire
ivre d’aile dans l’air le
meilleur
souffle nourri et élan infini

5nomade parcourant la distance
le long du bord de soif
tu te demandes
si t’appelle la source
ou elle, elle qui la garde
sachant de l’ardent tout l’éclat de dire
et de la rive la lumière
et tout le rêve et l’évident
d’une clarté promise

6c’est la lettre qui te vient
ou rien
un leurre actif ou un vif certain
rythme de l’aller qui toujours revient
marcher مشى pas à pas
à l’accord du corps tardif
tant la nuit est faim
et questions dans le feu d’hiver
le silence ouvert
à la mêlée des lettres
dans leurs traits divers :

7tout commencement ment
dans l’initiale qui ne l’est point
entourée et partant en double sens
en double langue
l’une est part de l’autre

8de nuit tu marches
sur le fil de dire
quand le doigt te guide
les directions se valent
quand marcher seul est cher
cela convient
ce
la de la corde quatre
mélodie dorée aérienne
sans sol ni mime facile
somme intense des différences

9à quoi sert la musique
sinon à régler le souffle
au rythme qui va
à sentir le corps dans la vibration de l’âme
l’éveiller dans le réveil du corps actif
éprouver la distance dans l’écho
le rappel du pas qui part
dans l’appel des partir
et de la libre partition
naissant dans la mesure qui vient
dans l’instant
et plus loin revient

10suit le pas
dans l’échelle horizontale
marchant dans l’intention verticale
jusqu’à la rencontre de l’oiseau

3. Épars (St.-Denis, Édilivre, 2016, p. 7-8)

11mots premiers
inconnus
ils sont sons à n’en pas douter
dans l’autre langue

12                   babil inaugural
                   ébauche toujours
                   ces mots
                   toujours autres
                   tels ils sont
                   de la langue oubliée

13mots mûris
affranchis sonores
éclats de voix
épars menés
de lèvres renouvelées
ouvertes
mots épris
                   de vivant
vers un vaste
à venir
premiers
et l’oubli les guette
ou les préserve
les servant
comme tout du dedans
et ce livre scellé
est toujours à lire
le sens est dans son instant
celui de la quête

4. Épars (ouvr. cité, p. 71-72)

14allant à Perpignan
je remarque les mots
qui reprennent les mêmes lettres
on dirait qu’ils naissent
d’eux-mêmes
                  carcassonne
                  cascastel
                  chercher
                  barbare
                                j’y ajoute maintenant mechmech مشمش
                                warwar وروار – l’oiseau chanté –
                                amâma أمام
                                ci-devant et mot d’âme
                                que j’aime d’âme
                                âme répétée, grandie
                                infinie
                                et ceux-là sont de l’autre langue

15les mêmes murmures
fruits de langue
mêlée orale
de nos langues mêlées
ces mots qui ronronnent
ou susurrent des leurres
de l’heure
– leurs leurres ! –
mots tentant
dans l’attente
de s’entendre
babil de Babel
Babel de jouissance

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait du recueil Distance d’aimer, Najeh Jedham (L’aile éditions, 2003)
URL http://journals.openedition.org/recherchestravaux/docannexe/image/1835/img-1.png
Fichier image/png, 83k
URL http://journals.openedition.org/recherchestravaux/docannexe/image/1835/img-2.png
Fichier image/png, 7,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Najeh Jegham, « Najeh Jegham : Distances d’aimer (Nantes, L’aile éditions, 2004) »Recherches & Travaux [En ligne], 95 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/recherchestravaux/1835 ; DOI : https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1835

Haut de page

Auteur

Najeh Jegham

Éditeur, enseignant-chercheur, poète mais aussi calligraphe, Najeh Jegham a traduit en français des poèmes de la poétesse syrienne Maram Al-Masri (Doux leurre, Toulouse, L’aile éditions, 2004) et du poète irakien Adeeb Kamal Ad-Deen (La Lettre et les gouttes de l’amour, Toulouse, L’aile éditions, 2017). En parallèle, il a publié deux recueils poétiques et calligraphiques en 2004 et en 2016 – Distances d’aimer/Masâfât hubb (œuvre bilingue, Toulouse, L’aile éditions) et Épars (St.-Denis, Édilivre). Cet amateur de oud (luth oriental) joue et participe aux concerts donnés par l’association « Oud à Nantes ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search