Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Partie 4. Poèmes et paroles d’écr...Martin Rueff : extraits de La Jon...

Partie 4. Poèmes et paroles d’écrivains-traducteurs

Martin Rueff : extraits de La Jonction (Caen, Nous, 2019)

Martin Rueff: Poems from the Collection La Jonction (Caen, Nous, 2019)
Martin Rueff

Texte intégral

16.
[...]

2... être fleuve / essere fiume
vaut deux pierres
deux cœurs serrés
comme deux poings
:
être deux fleuves
vaut deux bras
deux yeux
deux coulées
l’une bleue
l’une verte
l’autre l’autre
comme les canaux lacrymaux
de deux yeux vairons
épanchant leurs laisses
ou comme une statue
de fontaine pressant ses
tétons
pour qu’en sorte
de l’un
un lait vert fluo
stabilo
de l’autre
un lait bleu fluo
idem
ah la belle installation
ah la belle affaire
avec deux f
comme le froufrou sans effroi
de deux cours fragiles et froids
la Jonction fait leur force

3comme ces serpents dont
Aristote dit qu’ils dorment
en parallèle
(je voudrais, gravelot, marcher
sur le gravier nu, écarter
les cailloux disposer
quatre poèmes qui sembleraient
des cailloux par-dessus les
cailloux déposés par la dernière crue.
Quand l’eau grise et rapide
passe par-dessus ces bancs
et se retire, les poèmes
sont fichus, délavés, ou partis
avec le jusant.)

4Trattenerti, volessi anche, non posso
être né de la dernière pluie
ce serait vraiment très bien

 

511.
je cherche une phrase
qui se marie à une autre
épousailles sposalizio
thalassogame je dis
oui à l’eau, au fleuve
à la Jonction qui roule
dans les deux sens
le passé par-dessus
le futur en dessous
sotto sotto sto bene
sotto sotto sto bene
en courants alternés
le présent
c’est un nuage beigeâtre
parmi les anémones du langage
sous la surface
qui s’étiole
en charpie dans le courant
bleu et sprofonda in me
quelques passants saluent
du pont quand Claude
aux Pâquis sauve le
manuscrit
de la Jonction, hourra

6Trattenerti, volessi anche, non posso
la Jonction noie sourciers et cibilistes
à la surface en étrange water-polo
perché sì le parole sono importanti

 

724.
From Ovid with love

8car un fleuve ne s’arrête
pas plus qu’une heure légère
mais l’onde l’onde pousse
(l’incalza, proprio, gli sta adosso)
et celle-ci poussée par la suivante la précédente pousse
urgeturque prior veniente urgetque priorem
les temps ainsi s’enfuient et pas à pas se suivent
et nous nous en allons
et toujours flambés neufs, et ce qui fut antan, relique est
et se fait ce qui ne s’était pas fait,
et les moments tous se renouvellent
et nous nous en allons
car tout périt et rien ne change
siamo messi proprio bene
allegria ! allegria !
comme au jour du jugement dernier
qui est tous les jours à bien juger

9Trattenerti, volessi anche, non posso
Le temps s’en va madame
non non pas le temps
pas le temps

 

1025.
le quartier de la Jonction

11puis c’est l’heure où le fleuve
dissout les heures
matin? bleu, vert, pâle et jaune
tu vedrai una donna in fiamme e
un uomo solo
après-midi? verts pâles voilés bleus
jaunes rosés et l’ocre des falaises
et des arbres
passerà questa pioggia sottile
come passa il dolore
soir? ors jaunes orangés
taches de grenade d’orange sanguine
ici ou

sur le bord des nuages
tranchant sur la noirceur verdissante
des frondaisons
aux ombres chinoises et
l’éclat glauque des eaux
perché domani sarà un giorno lungo e senza
parole
nuit? enfin où la lune pâle lueur grise
filtre sous les nuages
perché domani sarà un giorno incerto
di nuvole e sole

12Trattenerti, volessi anche, non posso
dieu que ce quotidien est lagunaire

 

1326.
la nuit tombe sur les verts de la Jonction

14amande
vert bouteille
gris vert // vert de gris
vert absinthe
vert de bronze
vert cru
foncé
vif tendre (ou bruni)
céladon
de chrome ou de
cobalt
bleu vert
vert des lichens
mousses

 

sapins

 

 

     épinards

 

 

       menthe

 

 

           olive

 

 

 

pistache

 

           pomme

 

 

       tilleul

 

 

émeraude

 

15jade
malachut
serpentine
péridot

16Trattenerti, volessi anche, non posso
tu vois j’ai dessiné la jonction les yeux fermés

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Rueff, « Martin Rueff : extraits de La Jonction (Caen, Nous, 2019) »Recherches & Travaux [En ligne], 95 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/recherchestravaux/1842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1842

Haut de page

Auteur

Martin Rueff

Martin Rueff vit entre le français et l’italien, il traduit – essentiellement – de l’italien, écrit en français, mais la langue italienne s’invite souvent dans ses textes. Interrogé ici en tant que poète et traducteur, il est aussi essayiste, spécialiste de Rousseau et de littérature italienne, virtuose des liens entre philosophie et littérature, entre poésie et poétiques contemporaines. Il a été responsable de nombreuses éditions critiques (Foucault, Lévi-Strauss, Pavese, Starobinski), il œuvre comme directeur de la collection « Terra d’altri » chez Verdier, est co-rédacteur en chef de la revue Po&sie et professeur à l’Université de Genève. Comme traducteur de poésie et de romans d’auteurs italiens, il a signé les traductions de nombreux poèmes du double volume de Po&sie 109-110 consacré à 30 ans de poésie italienne qu’il a dirigé, mais aussi, notamment, de poèmes de Zanzotto et De Signoribus, ainsi que des retraductions de plusieurs romans de Calvino. Il a également traduit de nombreux essais philosophiques, avec une fidélité particulière à Agamben et Ginzburg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Recherches & Travaux

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search