Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48RecensionsFrance Gravelle (dir.), Nouvelle ...

Recensions

France Gravelle (dir.), Nouvelle gouvernance scolaire. Impacts sur l’agir des professionnels de l’enseignement

Frédérique Montandon
Référence(s) :

France Gravelle (dir.), Nouvelle gouvernance scolaire. Impacts sur l’agir des professionnels de l’enseignement, Presses de l’Université du Québec, 2020, ISBN : 9782760553927

Texte intégral

1L’intérêt de cet ouvrage est de présenter des recherches sur la direction des établissements scolaires au Québec, mais aussi en Belgique, en France, en Suisse et en Allemagne. Les recherches sur les directions scolaires, encore peu nombreuses, ont le mérite d’être au cœur des problématiques des établissements, et comme le montre l’ouvrage, les changements imposés par les ministères ont des conséquences importantes sur le fonctionnement des établissements scolaires. Ce livre analyse ainsi les tensions générées par les réformes et les changements liés à la nouvelle gouvernance scolaire qui se sont produits par exemple au Québec avec la LIP (Loi sur l’instruction publique 8 février 2020). Le bouleversement du paysage éducatif au Québec – décentralisation et augmentation des responsabilités pour les directions scolaires (p. 76), mais aussi implantation du modèle de gestion axée sur les résultats (GAR), tout en ayant des objectifs d’efficacité et de qualité du système éducatif – a conduit à modifier le travail réel et les tâches demandées aux directions, entraînant alors des effets non recherchés et contre-productifs. L’ouvrage propose ainsi une analyse des retombées des modifications législatives et contextuelles sur les acteurs.

2L’ouvrage se compose de neuf chapitres, en commençant par un regard international sur la nouvelle gestion publique qui touche les directions d’établissement scolaire. Six chapitres (les chapitres 2, 3, 4, 5, 7 et 8) permettent de mieux comprendre les grands changements qui ont eu lieu dans le monde scolaire québécois au sujet de la gouvernance. Les chapitres 6 et 9 s’intéressent respectivement à la situation de la direction scolaire en Suisse et en France.

3Le premier chapitre, intitulé « Financiarisation et colonisation du monde vécu des acteurs : une optique habermassienne sur la nouvelle gestion publique (NGP) et la gestion axée sur les résultats (GAR) en éducation… » de Arianne Robichaud, Maurice Tardif, Pascale Bourgeois, Marie-Hélène Masse-Lamarche et Camille Raunet (p. 9-26), concerne une recherche sociologique, se référant à l’école de Francfort (p. 9) et présente une analyse des politiques et de leur mise en place au Québec, mais aussi en Belgique, France, Allemagne. L’analyse des réformes en œuvre dévoile une vision de l’éducation conçue comme un bien, qui aurait des liens avec une valeur monétaire et non comme une éducation à la formation de l’esprit (p. 13). Cette conception va de pair avec celle de la formation conçue comme un investissement personnel en vue d’un emploi et non comme une conception de l’éducation comme gage de cohérence sociale.

4Ce premier chapitre, à travers un regard habermassien sur les transformations imposées d’en haut (p. 18), s’intéresse davantage aux enseignants et à la manière dont ces derniers reçoivent ou vivent les méthodes managériales mises en œuvre, et met en avant les impacts de la nouvelle gouvernance sur leurs conceptions éducatives.

5Les analyses présentées dans le deuxième chapitre « Nouvelle gouvernance, insertion professionnelle et collaboration : métissage complexe » d’Alain Huot (p. 27-39) sont issues de recherches réalisées dans les régions de Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke auprès d’une trentaine de directions générales, de directions d’établissement et de directions adjointes. Problématisée autour de trois concepts – nouvelle gouvernance, insertion professionnelle et collaboration –, la logique de la gestion éducative amène à souligner la réalité très récente de la formation et de la question de la professionnalisation des directions scolaires au Québec. L’ensemble des changements (loi 2008) au Québec fragilise l’insertion professionnelle des directions d’établissement d’enseignement, amenant la question de leur identité professionnelle. Ce chapitre a le mérite de combler un manque de littérature vis-à-vis des pratiques collaboratrices des chefs d’établissement. Il se focalise sur le projet CAR (Collaborer, apprendre, réussir) qui concerne la mise en œuvre d’une communauté de pratiques puis d’une collaboration entre les directions générales, l’implantation de comités de directions d’établissements scolaires et de communautés d’apprentissage professionnelles (p. 31) en vue de la réussite éducative des élèves. Se questionnant sur la transition entre le métier d’enseignant et celui de directeur d’établissement, Alain Huot met en avant l’importance du métissage, c’est-à-dire l’interrelation des concepts de nouvelle gouvernance, d’insertion professionnelle, et de collaboration, ce qui renvoie aux moyens de la mise en œuvre. Par exemple avec le projet CAR, on comprend que le rôle des pairs reste central dans le processus de transition. Le chapitre se termine par des pistes de réflexion qui donnent des idées d’action.

6Le chapitre 3 « La planification stratégique : tensions de conciliation chez les directions d’école et théorie socioculturelle de l’activité », de Catherine Larouche, Denis Savard et Rénald Beauchesne (p. 41-57) traite des différentes tensions provenant de la gestion axée sur les résultats (GAR) implantée au Québec depuis les années 2000, qui vise à se doter d’une vision commune afin d’élaborer des orientations, des objectifs et des moyens communs. Après la présentation des différentes lois des années 2000, les auteurs soulignent qu’il existe différents paliers : établissement, commission scolaire, ministères, qui se doivent d’avoir des interventions en cohérence. Pour cela, le législateur a imposé en 2008 la CGRE (convention de gestion et de réussite éducative), et les CP (conventions de partenariat) qui ont été abolies en 2016. L’augmentation de la bureaucratie, même si des recherches montrent que les gestionnaires sont en général favorables à la GAR, fait surgir des tensions, des pressions, des résistances au sein de la communauté éducative au sens large. La recherche, privilégiant une approche qualitative et un cadre théorique socioculturel de l’activité, concerne les directions d’écoles primaires et secondaires, et montre que le travail de mise en œuvre de la GAR amène des questionnements et des tensions vécues par les acteurs lors des différentes phases de planification stratégique.

7Dans le chapitre 4 « Nouvelle gouvernance scolaire : modèles de formation et exigences professionnelles envers les directions d’établissement » (p. 59-74), Houssine Dridi amène une réflexion sur l’autonomisation professionnelle des directions d’établissement scolaire au Québec. À travers une enquête par questionnaire auprès d’étudiants en DESS, l’auteur s’intéresse aux modèles de formation, soulignant la complexité des interventions des directions scolaires, renvoyant à la fois à des questions de leadership, de stratégies, de contextes de réformes (présentées dans plusieurs chapitres de l’ouvrage) amenant la formation à prendre en compte savoir scientifique et savoir d’action. Il souligne l’importance de considérer les apports de la recherche ainsi que la formation par la recherche, même si cette dernière prend place au sein d’une tout autre temporalité que celle de la gestion.

8France Gravelle, au chapitre 5 « PASSION POUR L’ÉDUCATION ! Fonction de direction d’établissement d’enseignement à l’heure des changements à la gouvernance scolaire du Québec : d’hier à demain… » (p. 75-90), après avoir fait un rappel des changements législatifs sur le travail des directions au Québec, insiste sur l’écart entre travail réel et travail prescrit (p. 76) et se centre sur le problème de l’épuisement professionnel des directions scolaires au Québec, en identifiant les principaux facteurs. L’accroissement de la complexité de la direction, comme les facteurs organisationnels, entraîne ainsi une augmentation de stress sur la fonction contribuant à développer l’épuisement professionnel (p. 77), stress accentué encore par le manque de ressources financières ou humaines (p. 79) ou encore un rapport au temps qui incite à une gestion dans l’urgence. France Gravelle souligne que l’autonomie soi-disant accordée aux directions rencontre dans les faits un sentiment de surveillance et non d’accompagnement (p. 82).

9Dans le chapitre 6 « Autoévaluation de l’établissement scolaire au service du développement professionnel ? : de la rhétorique à des pratiques coconstruire » (p. 91-106), Julien Clénin et Noémie Londino présentent un dispositif de formation, issu d’une recherche dans un établissement scolaire primaire en Suisse, visant à permettre aux acteurs éducatifs de répondre à la question centrale de l’autoévaluation comme levier de développement professionnel (p. 91). La formation vise à amener la prise de recul nécessaire, afin de s’engager dans un groupe de réflexion sur les pratiques, de prendre conscience de ses propres compétences ainsi que de comprendre le rôle d’une supervision. Les démarches évaluatives (p. 91) des directions participent ainsi au développement professionnel et agissent sur les compétences collectives et les pratiques enseignantes, s’appuyant sur un leadership coopératif et sur une autorité négociée.

10Lyne Martel, au chapitre 7 intitulé « Retombées sur l’agir de nouveaux directeurs d’école : une démarche collaborative en vue d’améliorer leur insertion professionnelle » (p. 107-114), s’intéresse à l’entrée dans le métier des nouveaux directeurs via une démarche collaborative entre universitaires et acteurs éducatifs scolaires, et une analyse des formations afin de rapprocher les contenus de la formation aux besoins du terrain. Ce chapitre, un peu court, permet de s’interroger sur les problèmes de professionnalisation.

11Le chapitre 8 « Gouvernance et leadership : trouver l’équilibre par le projet éducatif ? » d’Alain Huot (p. 115-125) questionne la notion d’équilibre, comme vecteur de satisfaction et implication au travail (p. 118) tout en analysant les modifications subies par les directions scolaires au Québec. En proie à une mobilité institutionnelle perçue et vécue de manière injonctive, l’auteur interroge l’équilibre du système. L’instabilité des équipes et l’hétérogénéité des personnels fragilisent le maintien de cohésion entre des éléments internes et externes de l’école.

12Pour finir, le chapitre 9 « Changements dans la gouvernance du système éducatif et souffrance au travail des personnels de direction en France » de Richard Étienne (p. 127-138), met en avant l’ambivalence des chefs d’établissement du second degré, entre marche forcée et accompagnement (p. 127) dans un contexte de réformes, qui les conduit à un épuisement et à des souffrances au travail. La recherche qualitative auprès de huit chefs d’établissement interroge à la fois la mise en œuvre de la réforme et le vécu des acteurs de celle-ci. Sa mise en œuvre rapide et imposée est vécue de manière brutale par les chefs d’établissement qui se trouvent alors entre imposition d’une réforme clé en main venue d’en haut et opposition des enseignants et syndicats, renvoyant à « l’image d’une double nasse » (p. 130).

13Cet ouvrage propose un regard croisé sur les diverses facettes du métier difficile de directeurs d’établissements scolaires, à la fois par leurs différentes problématiques, l’influence des contextes politiques et législatifs fluctuants, et les retentissements de ces multiples transformations sur les pratiques enseignantes. Même si tous les chapitres ne sont pas autant développés (le chapitre 7 reste surtout sur un niveau descriptif), la pluralité des démarches méthodologiques et théoriques permet d’approcher la diversité des changements institutionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Montandon, « France Gravelle (dir.), Nouvelle gouvernance scolaire. Impacts sur l’agir des professionnels de l’enseignement  »Recherches en éducation [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ree/11224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ree.11224

Haut de page

Auteur

Frédérique Montandon

Maîtresse de conférences, Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales (LIRTES), Université Paris-Est-Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search