Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50DossierÉdito - Pour une histoire transna...

Dossier

Édito - Pour une histoire transnationale de l’éducation

Edito - For a transnational history of education
Sébastien-Akira Alix et Pierre Kahn

Résumés

L’histoire transnationale connaît depuis trois décennies un essor important. Privilégiant l’étude des processus d’interconnexions qui transcendent les frontières nationales, cette approche offre des perspectives nouvelles de recherches contribuant à la mise en relief d’un espace transnational qui déborde et échappe aux échelles et points de vue locaux et nationaux, tout en interagissant avec eux. S’inscrivant dans la lignée de ce courant historiographique, le présent dossier entend analyser, dans une perspective historique, les circulations nationales et internationales d’acteurs, de savoirs et de modèles en éducation à partir d’études de cas aux XIXe et XXe siècles. Il propose également une note de synthèse des principaux travaux historiques consacrés aux circulations transnationales et transatlantiques en éducation à l’époque contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

1D’abord marginale, la question des circulations des savoirs, des acteurs, des réseaux, des modèles et des politiques a connu, particulièrement depuis les années 1990, un essor important au point de devenir progressivement un champ de recherches à part entière dans le cadre du « tournant global » (Caillé & Dufois, 2013), expression également connue sous le syntagme « transnational turn », des sciences humaines et sociales (Maurel, 2013, 2014 ; Haupt, 2011). Porteuse d’un autre regard sur le monde et de perspectives nouvelles de recherches (Testot, 2008), l’approche globale, ou transnationale, privilégie l’étude des processus d’interconnexions – qui transcendent souvent les frontières nationales – pour mettre en relief l’existence d’un niveau transnational qui déborde et échappe aux échelles et points de vue locaux et nationaux, tout en interagissant avec eux. Comme le note l’historien Christophe Charle (2013, p. 13) :

Vouloir mener une histoire globale n’implique pas qu’on considère que le cours de l’histoire soit celui, inéluctable, de la globalisation dont on recherche les linéaments et les prodromes dans le passé. Ce désir suppose seulement d’ajouter un point de vue (partiel également, quoique global) aux autres points de vue partiels les plus usités. Il peut conduire tout aussi bien, pour approfondir des questions entrevues à ce niveau, à revenir aux autres échelles spatiales ou chronologiques, pour retrouver un maillon d’analyse qui échappe au niveau global. 

2Ainsi considérée comme « un mode d’étude des objets » qui tend à regarder « au-dessus, au-delà et aussi en deçà » du cadre des États-nations (Minard, 2013), cette approche insiste sur l’importance de comprendre les phénomènes sociaux dans la longue durée, dans la longue distance, en combinant plusieurs échelles et registres d’analyse. Dans cette perspective, la focale est placée, non plus sur les cadres nationaux étatiques, mais sur les circulations des objets, acteurs – qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales –, idées, savoirs ainsi que sur les effets de ces circulations – dont le cadre est par essence plus flou et mouvant que les frontières nationales et interétatiques – sur les sociétés elles-mêmes et leur évolution.

3S’inscrivant dans la lignée de ce courant historiographique, le présent dossier entend analyser, dans une perspective historique, les circulations nationales et internationales d’acteurs, de savoirs et de modèles en éducation à partir d’études de cas aux XIXe et XXe siècles. La constitution de ce dossier résulte de la tenue d’un colloque international sur le thème « Passages, transferts, trajectoires en éducation » qui s’est tenu les 24 et 25 juin 2019 à l’université de Genève. Organisé par l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) et l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE) de l’université de Genève, ce colloque portait sur « la façon dont les idées, les connaissances et les pratiques en éducation sont élaborées et transformées à travers des processus d’échanges et de circulations multiformes, à des échelles temporelles et géographiques variées, du local au transnational, et dans des contextes politiques également variés ». Dans le sillage de cet événement scientifique, le présent dossier vise à participer au renouvellement historiographique associé au tournant global, ou transnational, de l’historiographie à l’œuvre en matière d’éducation.

  • 1 Sur ce point, l’historien Akira Iriye note (2012, p. 11) : « La distinction entre histoire globale (...)

4Présentée par les chercheurs qui ont contribué à la développer comme une partie intégrante, voire un sous-champ (subfield), de l’histoire globale (Iriye, 2013), quoi que non nettement distinguée de celle-ci1, l’histoire transnationale a, en effet, connu un essor important, notamment grâce aux travaux de Pierre-Yves Saunier (Saunier & Ewen, 2009 ; Iriye & Saunier, 2009 ; Saunier, 2013). S’attachant à historiciser l’émergence et le développement « des questions et phénomènes qui ont une importance pour l’humanité entière, et non seulement pour un petit nombre de pays ou une région du monde » (Iriye, 2012, p. 11), l’approche transnationale étudie les circulations et les processus d’interconnexion ayant contribué à la globalisation d’un certain nombre d’idées et phénomènes sociaux. Cette approche a donné lieu à de fructueuses analyses et développements, comme le révèle l’imposant Palgrave Dictionary of Transnational History dirigé par Akira Iriye et Pierre-Yves Saunier (2009), particulièrement dans les domaines politique, culturel, économique et social.

5Les chercheurs qui s’inscrivent dans ce courant n’ont toutefois que peu travaillé sur les circulations en matière d’éducation. En atteste sur ce point le fait que, dans le Palgrave Dictionary of Transnational History, on ne trouve aucune entrée « éducation », « école » ou « enseignement ». Pour autant, sensibles à cette approche, de nombreux historiens et chercheurs en éducation se sont intéressés aux phénomènes d’internationalisation, de comparaisons, d’interconnexions et de circulations en éducation (Caruso & Tenorth, 2002 ; Steiner-Khamsi, 2004 ; Fuchs, 2006 ; Dittrich, 2011 ; Schriewer, 2011 ; Hofstetter & Schneuwly, 2013 ; Droux & Hofstetter, 2014 ; Defrance, Faure, Fuchs, 2015). Parmi ces travaux, le récent ouvrage dirigé par Eckhardt Fuchs et Eugenia Roldán Vera (2019) intitulé The Transnational in the History of Education propose un précieux premier bilan historiographique et conceptuel de cette perspective dans le champ de l’histoire de l’éducation.

6En lien avec cet essor international, les études en langue française dans cette perspective ont connu un développement assez important dans la dernière décennie et ont donné lieu à des travaux notables comme ceux de Damiano Matasci sur L’école républicaine et l’étranger (2015) et ceux d’Alexandre Fontaine (2015), à partir de la notion de « transfert culturel » élaborée par Michel Espagne et Michael Werner. De nombreux travaux collectifs réunissant des chercheurs francophones se sont également intéressés à la « globalisation des mondes de l’éducation » – pour reprendre le titre du livre dirigé par Joëlle Droux et Rita Hofstetter – et ont cherché « à mieux rendre visibles les circulations (d’acteurs, de politiques, de savoirs, d’aspirations) et sensible leur influence sur la coproduction des systèmes éducatifs et des connaissances pédagogiques qui les fondent » (Droux & Hofstetter, 2015, p. 8-9). Les recherches sur l’histoire de l’Éducation nouvelle et sur les réseaux pacifistes et internationalistes en éducation au XXe siècle ont également été marquées par ce renouveau historiographique (Riondet, Hosftetter & Go, 2018 ; Hofstetter, Droux & Christian, 2020).

7Les sciences de l’éducation comme discipline et objet de recherche ont également participé de ce transnational turn. L’ouvrage collectif dirigé par Rebecca Rogers et Françoise Laot (2015) consacré à l’émergence des sciences de l’éducation accorde ainsi une place importante à l’environnement international et aux sources étrangères dans la compréhension de la constitution et du développement de ce champ de recherche dans l’après Seconde Guerre mondiale. Plus récemment, Les Dossiers des Sciences de l’Éducation a publié un dossier coordonné par Rita Hofstetter et Thierry Piot (2019) sur le thème « Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux » qui revient sur l’histoire de la discipline en l’inscrivant pleinement dans cette approche transnationale.

8Dans le prolongement de ces travaux, le présent dossier de Recherches en éducation vise à apporter une contribution à ce renouvellement des études sur l’éducation. Ce dossier pose en effet la question de l’élaboration transnationale de certaines politiques publiques d’éducation, en mettant l’accent sur les processus de transferts et de circulations à l’intérieur de traditions nationales et de cadres institutionnels dont le poids rend difficiles, d’un point de vue épistémologique, des comparaisons trop massives. L’insistance est ainsi mise sur les circulations des acteurs et sur les conséquences de leurs traversées des frontières – nationales aussi bien que régionales – sur la fabrication des idées, des connaissances et des politiques éducatives, notamment celles destinées à la prise en charge éducative de la petite enfance en France (article de Marie Vergnon) et en République démocratique d’Allemagne (article de Michel Christian) mais également celles conçues pour des élèves plus âgés, comme l’enseignement primaire supérieur en France (article d’Angélique Blanc-Serra) et l’enseignement catholique au Brésil (article de Norberto Dallabrida).

9Dans sa contribution, Marie Vergnon analyse l’influence des infant schools britanniques sur les politiques françaises de prise en charge de la petite enfance et montre le rôle clé joué par des personnalités qui, à l’instar de Jean-Marie-Denys Cochin et Eugénie Millet, traversent la Manche pour étudier ces écoles. Marie Vergnon met ainsi en lumière la manière dont les Français ont contribué à ériger un modèle de l’infant school britannique qui, tout en leur servant d’inspiration, tend à effacer les différences significatives qui existent à l’époque entre le projet initial d’infant school porté par l’écossais Robert Owen et les développements londoniens en la matière. Enfin, elle met en exergue les processus de traduction et d’appropriation à l’œuvre en comparant les pratiques pédagogiques des premières salles d’asile françaises et celles mises en œuvre outre-Manche. Angélique Blanc-Serra analyse, quant à elle, les facteurs à l’origine d’une « circulation différenciée à l’échelle infranationale » des dispositions de la loi Guizot de 1833 relatives à l’enseignement primaire supérieur masculin dans la première moitié du XIXe siècle. Elle montre comment, inspirée par l’Allemagne et la Prusse, cette politique française visant à « offrir un enseignement intermédiaire uniforme sur l’ensemble du territoire national » a, en réalité, « été interprété[e] de manière hétérogène selon les localités ».

10Le dossier interroge ainsi les phénomènes de traduction, d’interprétation, d’hybridation et de réappropriation associés aux circulations d’acteurs, de savoirs et de politiques, au niveau transnational comme local. Il vise également à éclairer le rôle de passeur ou de médiateur entre nations et cultures différentes. C’est notamment ce que souligne Mari Carmen Rodriguez dans sa contribution consacrée aux voyages en Espagne du « passeur Henri Wallon » entre 1936 et 1938. Ce dernier y observe le développement des idées de l’Éducation nouvelle espagnole, fait valoir la cause antifasciste espagnole sur la scène internationale et joue un rôle pivot en tant que président de l’Office international de l’enfance dans l’évacuation d’enfants espagnols des zones de conflits à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.

11Dans son article, Michel Christian met en lumière la genèse transnationale des crèches est-allemandes par l’étude de la trajectoire d’Eva Schmidt-Kolmer (1913-1991). Issue d’un milieu bourgeois, cette dernière passe sa jeunesse en Prusse où elle suit une formation scientifique et s’engage très tôt politiquement. En 1938, elle s’exile à Londres et noue des relations au sein de groupes politiques et scientifiques qui lui permettent par la suite d’asseoir la légitimité de ses travaux sur l’enfance et de ses prises de position en faveur « d’une évolution des crèches vers le modèle de la crèche à la journée implantée dans le quartier de résidence ». Michel Christian montre ainsi comment Eva Schmidt-Kolmer a su recourir à l’« espace transnational européen de réflexion sur la petite enfance » pour promouvoir son modèle de crèche en République démocratique allemande qui, en dépit du contexte de la guerre froide, apparaît « attractif, y compris pour les pays de l’Ouest ». Norberto Dallabrida retrace, quant à lui, la manière dont la pédagogie personnalisée et communautaire a pu circuler entre la France et le Brésil dans les années 1950 et 1960. Il met en exergue le rôle déterminant joué par le père jésuite Pierre Faure qui, par ses nombreuses conférences et cours dispensés au Brésil et par la supervision de stages d’enseignants brésiliens au Centre d’études pédagogiques (CEP) à Paris, a contribué à la diffusion de cette pédagogie et, avec elle, des idées de l’Éducation nouvelle au Brésil. À cet égard, Norberto Dallabrida souligne le rôle de médiateur joué par le père jésuite brésilien Artur Alonso qui permet la création d’un « circuit catholico-jésuite » transnational contribuant à la diffusion de cette pédagogie au Brésil. Dans le sixième et dernier article, Sébastien-Akira Alix et Pierre Kahn proposent enfin une note de synthèse des principaux travaux historiques consacrés aux circulations transnationales et transatlantiques en éducation à l’époque contemporaine.

12À partir de ces contributions, le présent dossier entend ainsi apporter une contribution au renouvellement historiographique associé au transnational turn par la mise en relief d’un espace transnational, c’est-à-dire « un espace de pratiques caractérisé par son déploiement à la fois au-dessus ou au-delà du national et inséré dans les interstices des nations » (Saunier, 2004, p. 117) en éducation.

Haut de page

Bibliographie

CAILLÉ Alain & DUFOIS Stéphane (éds.) (2013), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte.

CARUSO Marcelo & TENORTH Heinz-Elmar (éds.) (2002), Internationalisierung/Internationalisation. Semantik und Bildungssystem in vergleichender Perspektive/Comparing Educational Systems and Semantics, Frankfurt am Maine, Peter Lang.

CHARLE Christophe (2013), » Préface », dans Chloé Maurel (éd.), Essais d’histoire globale, Paris, L’Harmattan, p. 9-14.

DEFRANCE Corine, FAURE Romain & FUCHS Eckhardt (éds.) (2015), Bildung in Deutschland nach 1945. Transnationale Perspektiven/L’éducation en Allemagne après 1945. Perspectives transnationales, Bruxelles, Peter Lang.

DITTRICH Klaus (2011), Experts Going Transnational: Education at World Exhibitions during the Second Half of the Nineteenth Century, Thèse, Université de Portsmouth (Royaume-Uni)

DROUX Joëlle & HOFSTETTER Rita (éds.) (2014), Paedagogica Historica, vol. 50, n° 1-2 (Special Issue: Internationalisation in Education: Issues, Challenges, Outcomes)

DROUX Joëlle & HOFSTETTER Rita (éds.) (2015), Globalisation des mondes de l’éducation. Circulations, connexions, réfractions XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

FONTAINE Alexandre (2015), Aux heures suisses de l’école républicaine. Un siècle de transferts culturels et de déclinaisons pédagogiques dans l’espace franco-romand, Paris, Demopolis.

FUCHS Eckhardt (2006), Bildung International. Historische Perspectiven und Aktuelle Entwicklungen, Würzburg, Ergon.

FUCHS Eckhardt & ROLDÁN VERA Eugenia (éds.) (2019), The Transnational in the History of Education, Cham, Palgrave Macmillan.

HAUPT Heinz-Gerhard (2011), « Une nouvelle sensibilité : la perspective “transnationale”. Une note critique », Cahiers Jaurès, vol. 200, n° 2, p. 173-180.

HOFSTETTER Rita & SCHNEUWLY Bernard (2013), « The International Bureau of Education (1925-1968): A Platform for Designing a “Chart of World Aspirations for Education“ », European Education Research Journal, Special Issue “Transformations of Mass Schooling”, vol. 12, n° 2, p. 215-230.

HOFSTETTER Rita, DROUX Joëlle & CHRISTIAN Michel (éds.) (2020), Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie, Neuchâtel, Éditions Alphil-Presses universitaires suisses.

HOFSTETTER Rita & PIOT Thierry (éds.) (2019), Les Dossiers des Sciences de l’Éducation, vol. 42. (Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux).

IRIYE Akira (2012), Global and Transnational History: its Past, Present, and Future, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

IRIYE Akira (2013), « Réflexions sur l’histoire globale et transnationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, vol. 121, p. 89-106.

IRIYE Akira & SAUNIER Pierre-Yves (éds.) (2009), The Palgrave Dictionary of Transnational History. From the Mid-19th Century to the Present Day, New York, Palgrave Macmillan.

MAUREL Chloé (2014), Manuel d’histoire globale. Comprendre le « global turn » des sciences humaines, Paris, Armand Colin.

MINARD Philippe (2013), « Globale, connectée ou transnationale : les échelles de l’histoire », Esprit, vol. 12, p. 20-32.

MATASCI Damiano (2015), L’école républicaine et l’étranger, Lyon, ENS Éditions.

RIONDET Xavier, HOFSTETTER Rita & GO Henri Louis (éds.) (2018), Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle. Itinéraires et connexions, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

ROGERS Rebecca & LAOT Françoise (éds.) (2015), Les Sciences de l’éducation. Émergence d’un champ de recherche dans l’après-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

SAUNIER Pierre-Yves (2004), « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, vol. 57, n° 4, p. 110-126.

SAUNIER Pierre-Yves (2013), Transnational History, New York, Palgrave MacMillan.

SCHRIEWER Jürgen (2011), « Sistema mundial y redes de interrelación : La internacionalización de la educación y el papel de la investigación comparada », dans Marcelo Caruso & Heinz-Elmar Tenorth (éds.), Internacionalización. Políticas educativas y reflexión pedagógica en un medio global, Buenos Aires, Granica, p. 41-106.

STEINER-KHAMSI Gita (éd.) (2004), The Global Politics of Educational Borrowing and Lending, New York, Teachers College Press.

TESTOT Laurent (éd.) (2008), Histoire globale. Un autre regard sur le monde, Paris, Sciences humaines.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, l’historien Akira Iriye note (2012, p. 11) : « La distinction entre histoire globale et histoire transnationale, pour sûr, fut souvent ténue et le reste encore. Dans ce livre, par conséquent, ces deux genres sont traités de manière interchangeable. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien-Akira Alix et Pierre Kahn, « Édito - Pour une histoire transnationale de l’éducation »Recherches en éducation [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ree/11450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ree.11450

Haut de page

Auteurs

Sébastien-Akira Alix

Maître de conférences, Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales (LIRTES), Université Paris-Est Créteil

Articles du même auteur

Pierre Kahn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search