Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31

31 | 2018
Aux sources de la confiance dans la relation éducative

Sous la direction de Hubert Vincent

C’est un vieux problème de savoir comment, dans un processus éducatif quelconque mettant en jeu d’un côté quelqu’un qui sait ou est supposé savoir, de l’autre un qui ne sait pas ou est supposé tel, l’attention peut doucement glisser vers ce qui leur est commun ou vers ce dont ils peuvent parler l’un et l’autre. Alors le savoir n’est plus dans la tête de tel ou tel, mais vaut pour la réalité même autant qu’il nous en sépare et nous en assure. De l’une à l’autre de ces positions, la confiance change de sens : d’interpersonnelle et subjective qu’elle semble au début, elle se déplace et modifie ses ancrages pour concerner ces signes de connaissance et d’altérité, au premier chef le langage. Bref, et comme disent les didacticiens, il y a un effet maître dans tout processus éducatif et la question est d’en sortir. C’est à cette condition que la confiance change de sens. Ce numéro explore ce problème à partir de points de vue bien différents : celui de l’histoire de la philosophie de l’éducation, celui de l’épistémologie, celui de l’analyse des relatons pédagogiques ordinaires, celui de l’analyse du présent et de ce qui s’y répète, celui plus politique des analyses de l’émancipation, celui enfin de l’anthropologie comparée.

  • Logo Université de Nantes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search