Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3DossierÉdito

Texte intégral

1La présente livraison de la revue est issue du Symposium du réseau PROBLEMA, « La problématisation en formation : transversalités et spécificités », symposium organisé à Nantes, conjointement par l’Université et l’IUFM des Pays de la Loire, les 19 et 20 Juin 2006. Le Réseau PROBLEMA met en relation plusieurs équipes de recherche : le LERTIE (Université du Québec à Trois-Rivières), le LAREF (Université Catholique d’Angers), le CREN (Université de Nantes). Il tente de croiser les recherches de type pédagogique, didactique, épistémologique, concernant la problématisation.

2Le symposium de Nantes s’inscrit dans le prolongement des précédentes rencontres (Nantes, Juin 2004 et Chicoutimi, Mai 2005), ainsi que des travaux du Réseau ÉDUCATION ET FRANCOPHONIE (Genève 2003 : Fabre et Vellas, 2006), (Montpellier 2005 : Durand et Fabre, 2007, à paraître) et des recherches propres aux différentes équipes (Toussaint et Xypas, 2004 ; Fabre, 2005a et 2005b ; Orange, 2005). Il s’agit toujours d’approfondir la démarche de problématisation dans ce qu’elle peut avoir de transversal mais également dans ses spécificités selon les domaines, les disciplines ou les contextes de formation. Les précédentes rencontres ont permis aux membres du réseau de travailler les caractéristiques propres du processus de problématisation. Si l’on veut éviter de céder aux effets de modes, les notions de problème, de problématisation doivent être rigoureusement définies en vue de développer leur pouvoir heuristique et de repenser, à partir d’elles, l’apprentissage et le savoir, y compris le savoir scolaire. La problématisation ne saurait en effet se réduire à un simple questionnement. Et si certains modèles peuvent à bon droit la situer dans le cadre d’une démarche réflexive, toute réflexion n’est pas problématisation. De même, la problématisation se distingue d’une démarche de résolution de problème en ce qu’elle concerne également et surtout la construction ou définition des problèmes, lesquelles ne s’effectuent jamais toutes seules.

3Les travaux du réseau PROBLEMA donneront lieu à deux numéros de la revue Recherches en éducation : les contributions de ce premier numéro relèvent toutes d’approches didactiques ou curriculaires.

4Les cinq premiers articles présentés ici relèvent de la didactique des disciplines :

  • Christian Orange étudie, à partir des travaux de scientifiques, une caractéristique fondamentale des problématisations théoriques en sciences : le travail de généralisation qu’elles permettent et ce que l’on peut appeler leur abstractivité.

  • Patricia Schneeberger, dans une perspective praxéologique, cherche à enrichir la panoplie d’outils dont dispose les enseignants pour la conduite et la régulation des situations de débats scientifiques au collège et au lycée.

  • Françoise Beorchia et Yann Lhoste étudient trois cas de débats scientifiques de CP, de CM2 et de 4e et, à partir de là, poursuivent la discussion sur la méthodologie d’analyse des débats scientifiques en classe autour notamment des deux principales catégories de contraintes : les contraintes empiriques et les contraintes théoriques.

  • Denise Orange Ravachol s’intéresse aux classifications scientifiques des êtres vivants qui reposent toutes sur l’élaboration de critères problématisés, c’est-à-dire ayant une certaine valeur de nécessité. Mais qu’en est-il des classifications construites par des professeurs des écoles en formation et des élèves (cycle 3 en vue de l’enseignement) ?

  • Noëlle Sorin étudie le débat interprétatif en classe de français au primaire. Les notions de lecture littéraire, d’interprétation sont pensées comme des démarches de problématisation du texte. Elle propose quelques pistes didactiques susceptibles de favoriser le processus d’interprétation chez des lecteurs du 2e cycle du primaire.

5Les quatre autres articles élargissent le propos didactique, en abordant la formation des enseignants, celle des experts, ou en traitant des questions transversales.

  • Jean-Pierre Benoît s’intéresse à l’épreuve du dossier documentaire au CAPES de documentation. Il analyse un lot de copies de concours et un lot de copies d’entraînement sur une année universitaire. Il s’agit de savoir comment problématisent les étudiants en fin de second cycle universitaire et à quel niveau de problématisation ils parviennent.

  • Malini Ranganathan et Brigitte Peterfalvi croisent les perspectives de didactique des sciences et de didactique de la danse. Dans quelle mesure peut-on parler d’obstacles et de problématisation à propos de processus d’enseignement-apprentissage artistiques, interculturels ?

  • Alain Le Bas construit un cadre théorique et méthodologique pour la formation des enseignants à partir des classes de problèmes définissant le sens du métier. Dans une perspective de didactique professionnelle, il envisage la formation comme une problématisation progressive des pratiques du débutant.

  • Michel Fabre et Bernadette Fleury se centrent sur la formation des techniciens supérieurs agricoles en gestion des milieux naturels. La question est de savoir si cette formation s’avère à la hauteur des nouvelles exigences épistémologiques (problématisation) et politiques (démocratie participative) du paradigme du développement durable.

6La caractéristique commune à ces articles est de faire « travailler » l’idée de problématisation dans l’apprentissage et la formation, tout en respectant ses caractéristiques épistémologiques.

Haut de page

Bibliographie

Durand Marc et Fabre Michel (dir.) (2007), Les situations de formation entre savoirs, problèmes et activité, Paris, L’Harmattan, (sous presse).

Fabre Michel (dir.) (2005a), « Formation et problématisation », Recherche et Formation, n° 48.

Fabre Michel (dir.) (2005b), « Problématisation : approches épistémologiques », Les sciences de l’éducation, vol. 38, n° 3.

Fabre Michel et Vellas Etiennette (dir.) (2006), Situations de formation et problématisation, Bruxelles, De Boeck et Larcier.

Orange Christian (dir.) (2005), « Problème et problématisation », ASTER, n° 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Fabre, « Édito »Recherches en éducation [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/ree/3748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ree.3748

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Recherches en éducation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Nantes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search