Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3DossierClassifications biologiques et pr...

Dossier

Classifications biologiques et problématisations

Denise Orange Ravachol

Résumé

Cette contribution étudie les classifications scientifiques des êtres vivants sous l’angle de la problématisation. Qu’elles aient été construites dans un cadre fixiste (les classifications de Linné) ou qu’elles se situent dans un cadre évolutionniste (les classifications phylogénétiques actuelles), les classifications reposent toujours sur l’élaboration de critères problématisés, c’est-à-dire ayant une certaine valeur de nécessité. Ces repères épistémologiques nous servent ensuite à analyser les classifications construites par des professeurs des écoles en formation et des élèves (cycle 3), et pour penser leur enseignement à l’école.

Haut de page

Texte intégral

1Actuellement, l’enseignement de la classification des êtres vivants est mis en question et contraint de se renouveler, notamment sous l’impulsion des travaux de G. Lecointre (2002, 2004). Pour ce chercheur, les classifications scolaires « datent d’une époque scientifiquement révolue » (2002, p. 175) et jusqu’à récemment, « elles ont été assénées sans jamais que l’on explique ce qui les sous-tend (…) et comment on les obtient. » (2004, p. 10). En conséquence, trop d’idées fausses persistent encore dans les esprits (l’idée d’une évolution des êtres vivants en termes de progrès par exemple), trop de confusions se maintiennent (on peut citer la confusion tri/classification), trop d’erreurs résiduelles entachent l’enseignement des classifications (entre autres l’idée de chaînon manquant).

2Par-delà la charge accusatrice (et injonctive) des propos de Lecointre, force est de constater qu’ils alertent et rendent nécessaires des approfondissements épistémologiques et didactiques sur les classifications scientifiques du vivant. On a en effet affaire à des savoirs dont la scientificité ne va pas de soi, qu’il s’agisse des savoirs enseignés ou des savoirs savants. On peut rappeler que de façon récurrente, des chercheurs ont réduit cette activité à un simple catalogage, n’ayant pas plus de profondeur intellectuelle que la philatélie (Gould, 2004).

3Dans cette contribution, nous nous proposons de questionner les classifications scientifiques dans leur « fraîcheur », leurs « fondements » et leur « vérité ». Notre étude s’inscrit dans le cadre théorique de la problématisation. Elle privilégie deux entrées :

  • une entrée épistémologique et historique : nous mettons en comparaison deux types contrastés de classifications, une classification fixiste (Linné au XVIIIe siècle) et une classification évolutionniste (une classification phylogénétique actuelle). Cela doit nous permettre de dégager des repères pour étudier les constructions classificatoires des professeurs des écoles et des écoliers ;

  • une entrée didactique : nous approfondissons et mettons en comparaison les approches spontanées des classifications des professeurs des écoles stagiaires et des élèves du cycle 3 de l’école primaire.

1. Une approche épistémologique et historique de deux types de classification

1.1. Un problème scientifique de diversité et d’unité du monde vivant

4Dans le cadre théorique qui est le nôtre (Bachelard, 1938 ; Popper, 1985), considérer les classifications comme des savoirs scientifiques revient d’abord à chercher à quels problèmes elles répondent. En cela, l’histoire des sciences nous aide : les classifications répondent à un problème de diversité et d’unité du monde vivant. C’est déjà le cas à l’époque classique (fin du XVIIe siècle et XVIIIe siècle), quand elles prennent de l’importance du fait de l’augmentation significative de la dimension du monde vivant : les voyageurs naturalistes rapportent alors pléthore d’échantillons, ce qui oblige la communauté scientifique à reconnaître et à déterminer sûrement les nouvelles espèces et à « s’y retrouver » dans ce qui est connu. Les naturalistes ont donc une double préoccupation : « désigner très précisément tous les êtres naturels, et les situer en même temps dans le système d’identités et de différences qui les rapproche et les distingue des autres » (Foucault, 1966, p. 151). Cette démarche qui fonde l’Histoire naturelle est en rupture avec la période précédente. Auparavant, l’histoire d’une plante ou d’un animal était comprise comme un tissu inextricable de « ce qu’on voit des choses et de tous les signes qui ont été découverts en elles ou déposés sur elles » (Ibid., p. 141) ; elle comprenait aussi bien la description des organes des objets étudiés que l’inventaire des vertus ou des légendes en rapport avec eux. La nouvelle forme d’histoire n’a besoin que des mots appliqués aux choses mêmes ; elle donne « la possibilité de voir ce qu’on pourra dire » (Ibid., p. 142). On passe des signes à la représentation en restreignant le champ de son expérience des êtres vivants et en les nommant.

5Les classifications de l’époque classique, comme celles de Linné (1707-1778) sont construites dans un cadre théorique de fixité des espèces. A partir du milieu du XIXe siècle, la diffusion de la théorie de l’évolution des espèces (C. Darwin, 1809-1882) entraîne leur renouvellement. Mais, que l’on raisonne en termes de fixité ou d’évolution des espèces, les classifications s’inscrivent toujours dans une problématique de biodiversité et sous-tendent toujours une idée d’unité du monde vivant. C’est ce que souligne déjà Daudin au début du XXe siècle quand il écrit que le travail de la classification botanique et zoologique a constamment été guidé par « l’intuition d’un fait spécial, imprévisible et qui n’a pu être aperçu que dans le donné : celui d’une parenté réelle, effective, des êtres naturels ou, plus exactement, des êtres vivants » (1983, p. 6). Linné recherchait l’ordre intrinsèque de la nature, un ordre divin où l’espèce humaine faisait figure de créature parfaite. Les classifications évolutionnistes tentent de rendre compte des parentés évolutives entre les espèces, qu’elles soient actuelles et passées.

  • 2 Dans une démarche de reconstruction rétrospective du passé, les ancêtres communs sont hypothétiques (...)

6Les classifications phylogénétiques proposées par les scientifiques actuels ont toujours pour but d’expliquer l’unité et la diversité du monde vivant, et leur construction s’effectue dans un contexte évolutionniste. L’intelligence du monde vivant qu’elles donnent à voir peut être comparée à un « arbre » présentant les « cousinages relatifs » entre les espèces actuelles et passées et non des « filiations » comme on l’a parfois envisagé précédemment : c’est le « qui est plus proche de qui ? » qui est pris en compte et non le « qui descend de qui ? ». De ce fait, les chercheurs s’intéressent aux attributs des êtres vivants et considèrent de la même manière les espèces actuelles et les espèces fossiles2 : « les traces de la phylogénie se trouvent sur ce que possèdent les êtres et ceux-ci ne sont porteurs que de leur passé » (Lecointre, 2004, p. 25).

7Construire une classification scientifique, c’est donc s’installer dans une explication du monde vivant, et plus précisément dans une problématique de diversité et de parenté de tous les êtres vivants. Il reste à questionner cette parenté, et en même temps l’histoire des êtres vivants, parenté et histoire qui ne peuvent être les mêmes dans un cadre fixiste et dans un cadre évolutionniste. Cela nous donne les premiers repères d’interprétation des constructions classificatoires des professeurs des écoles stagiaires et des élèves.

1.2. Sciences des structures, caractères et problématisation

8La systématique (ou science des classifications) actuelle est définie comme une sciences des structures. Ces sciences « décrivent, nomment, comparent et classent les choses et les êtres » (Lecointre, 2004, p. 39) et elles utilisent un type de raisonnement « plus proche de celui pratiqué par un historien que par un chimiste ou par un physicien » (Ibid., p. 39). Compte tenu des approfondissements précédents, il nous semble que ces définitions peuvent servir de tremplin pour penser non seulement les classifications actuelles mais aussi les classifications scientifiques plus anciennes, car toutes convoquent des formes de parenté et d’histoire des êtres vivants. De plus, l’explicitation que donne Lecointre du raisonnement historique – « Il s’agit de mettre en cohérence des observations réalisées aujourd’hui, afin d’en inférer certaines situations du passé » (Ibid., p. 39) – ne manque pas de faire écho aux travaux que nous avons conduits sur les problématisations fonctionnaliste et historique : nous montrons notamment que pour des problèmes de reconstitution de l’histoire faite, la problématisation comprend pour partie la construction de nécessités évènementielles rétrospectives (Orange Ravachol, 2003, 2005).

9Par ailleurs, Foucault écrit que, quelles que soient les époques, les classifications « ont toujours pour fin de déterminer le « caractère » qui groupe les individus et les espèces dans des unités plus générales, qui distingue ces unités les unes des autres, et qui leur permet enfin de s’emboîter de manière à former un tableau où tous les individus et tous les groupes, connus ou inconnus, pourront trouver leur place » (1966, p. 238). C’est dire l’importance, pour le scientifique, de la détermination de caractères (ou critères de classification) pertinents, construits pour répondre à un problème de diversité et d’unité du monde vivant, ne se limitant pas à la fonction de répartir les êtres vivants dans des « boîtes », mais également capables d’emboîter ces « boîtes ».

10Il reste à préciser ce qu’est un caractère (un critère) pertinent, à questionner les liens entre « caractère » et « structure », à voir en quoi la construction d’un « caractère » pertinent relève d’une problématisation, notamment d’une problématisation historique puisque les êtres vivants sont chargés d’une histoire, que le cadre soit fixiste ou évolutionniste. Nous nous proposons d’instruire ces questions en nous limitant à deux classifications : celles de Linné (XVIIIe siècle), révolues mais dont certaines classifications enseignées aujourd’hui porteraient encore des traces ; la classification phylogénétique actuelle vers laquelle il faudrait engager les élèves (Lecointre, 2004).

1.3. Des caractères problématisés

  • 3 On peut généraliser à l’ensemble des classifications.

11Que l’on s’intéresse aux classifications de Linné ou aux classifications phylogénétiques actuelles3, nous remarquons que les caractères (critères) retenus par les chercheurs ne sont pas portés de manière évidente par les êtres vivants ; nous notons aussi que ce ne sont pas des caractères pris au hasard ni des caractères contingents. Il y a donc un « travail » des caractères qui leur confère une certaine valeur de nécessité et qui de ce fait se rapproche d’une problématisation. Un caractère (critère) problématisé est un caractère dont on a discuté la pertinence en se demandant pourquoi il est possible de le choisir et pourquoi il est impossible que tel autre soit retenu. Entrons plus précisément dans cette construction pour les deux types de classifications étudiées.

12A l’époque classique, les êtres vivants sont connus et reconnus des naturalistes par leur structure visible. « La structure, écrit Foucault (1966, p. 150), c’est cette désignation du visible qui, par une sorte de tri prélinguistique, lui permet de se transcrire dans le langage. Mais la description ainsi obtenue n’est rien de plus qu’une manière de nom propre : elle laisse à chaque être son individualité stricte et n’énonce ni le tableau auquel il appartient, ni le voisinage qui l’entoure, ni la place qu’il occupe. Elle est pure et simple désignation ». Avec un but de construction d’une classification, on ne peut se suffire de la description et de la structure : d’abord parce que le risque est grand d’en rester au langage spontané, où la structure s’attache au singulier, sans forcément le situer parmi d’autres ; ensuite parce que les qualités des objets n’ont pas une égale valeur et n’offrent pas la même garantie de généralité (Jacob, 1970, p. 54). C’est ce qui fait rejeter la couleur, qui ne permet pas de comparaisons fructueuses, parce qu’elle est variable d’un individu à l’autre. Pour écarter un choix contingent de structures et des généralisations hasardeuses, il est nécessaire que la structure devienne « un nom commun, c’est-à-dire qu’elle désigne et qu’elle situe dans un système d’identités et de différences » (Foucault, 1966, p. 151). En d’autres termes, il faut que la structure acquière un certain degré de généralité, qu’elle regroupe et qu’elle sépare. On a là une mesure de l’écart entre la structure et le caractère pertinent, et les conditions du passage de la première au second. Le caractère, tel que l’établit l’histoire naturelle, « permet à la fois de marquer l’individu et de le situer dans un espace de généralités qui s’emboîtent les unes les autres » (Ibid., p. 172).

13Les classifications de Linné (classification des végétaux et classification des animaux), qui datent de l’époque classique, donnent à voir un « filtrage » et un « travail » des structures pour construire des caractères. Voici quelques aspects de ce travail de problématisation des critères. Notons d’emblée que Linné pose le genre et l’espèce comme des composantes distinctes et permanentes de l’ordre de la nature. Ce sont des œuvres de la Nature seule quand les catégories supérieures comme la classe et l’ordre sont à la fois des ouvrages de la nature et de l’art (Daudin, 1983, p. 48). Pour ce grand systématicien, la fixité des genres est le fondement réel de la botanique et la constance de tous les caractères spécifiques est un fait assuré. Et on peut préciser : tout genre naturel a été créé à l’origine et il porte un plan morphologique commun à toutes les espèces qui le constituent. Chez les plantes, Linné trouve cette unité de construction commune dans la « fructification » (étamines et pistil), caractère qui est le plus constant chez les espèces dont l’unité générique est acquise, et partie participant du plus intime de la plante, « la plus inséparable de son « essence » » (Ibid., p. 40) ; parties de la fructification qu’il est possible de décliner en plusieurs dimensions ou variables (le nombre, la figure, la proportion et la position (Daudin, 1983, p. 37 ; Foucault, 1966, p. 153), ce qui permet d’envisager suffisamment de combinaisons possibles pour intégrer les nouveaux genres et placer de la discontinuité là où l’adjonction de nouvelles formes ferait tendre vers la série.

14Le caractère « fructification » prend une certaine valeur de nécessité dans un espace de contraintes où sont mises en tension des contraintes théoriques (des genres et des espèces comme des créations de la Nature ; la fixité des genres et des espèces) et des contraintes empiriques (la structure des plantes). C’est une façon de comprendre pourquoi Linné reconnaît au Système qu’il construit une valeur scientifique incontestable, et qu’il se défend de le réduire à un ensemble de conventions arbitraires (Daudin, 1983, p. 39).

15Plaçons-nous maintenant à l’époque actuelle et tentons de caractériser la problématisation des caractères dans une classification phylogénétique. Il s’agit donc de voir comment les chercheurs prennent en compte la profondeur historique d’un tel type de classification (autrement dit les parentés évolutives), comment ils évacuent la contingence des caractères, comment ils résistent aux généralisations hasardeuses. Si nous nous en tenons aux écrits de G. Lecointre (2004), nous pouvons mettre en valeur les points suivants.

16Il y a recours au concept d’homologie, « un concept central en systématique » (Lecointre, 2004, p. 27), et plus précisément l’homologie primaire : « sont homologues des structures qui, prises chez des organismes différents, entretiennent avec les structures voisines les mêmes connexions et les mêmes relations topologiques, et ceci quelles que soient leur forme et leur fonction » (Lecointre, 2004, p. 27). Les radius de l’aile de Chauve Souris, du membre antérieur de Dauphin et du membre supérieur de l’Homme sont homologues parce qu’ils occupent une position comparable dans un plan d’organisation comparable. Penser l’homologie c’est situer la ressemblance non plus dans la structure isolée mais dans ses rapports à d’autres dans un ensemble (anatomie comparée) ou encore dans son apparition au cours du développement embryonnaire (embryologie comparée).

17Depuis Darwin (milieu du XIXe siècle), les caractères « homologues » sont interprétés comme des héritages d’ancêtres communs. S’ils servent de piliers pour la construction d’une classification, alors rechercher des liens de parentés et construire une classification sont équivalents. Mais il y a deux façons de considérer la parenté et donc de donner une profondeur historique à un tel type de classification : la parenté est considérée comme une généalogie « Qui descend de qui ? » ; la parenté est vue comme un « cousinage » « Qui est plus proche de qui ? ».

18La systématique phylogénétique actuelle (plus précisément la cladistique) montre les limites de la première approche : elle remet en cause notamment l’idée de grade (étape de progrès dans l’évolution) et la confusion entre échelle de complexité évolutive et échelle temporelle (c’est ce qui se passe quand on parle de fossiles « vivants », considérés à la fois comme des ancêtres communs et comme des organismes du présent). Cela la conduit à adopter la deuxième approche (le « cousinage ») et à construire une classification en se demandant, pour une collection d’êtres vivants actuels ou passés, « qui est plus proche parent de qui ? ».

19La cladistique construit donc des apparentements plus ou moins resserrés. De ce fait, elle explore et tente de fixer une profondeur historique évolutive qui se matérialise par des arbres phylogénétiques porteurs d’ancêtres communs hypothétiques et d’évènements correspondant à des transformations de caractères. La procédure qu’elle adopte est inspirée des travaux de Hennig (1913-1976). Elle mobilise les concepts de caractère et d’homologie : les versions (les états) homologues d’un caractère ont une origine commune. Lorsqu’un des états est porté par un groupe d’êtres vivants et un autre par un autre groupe, la cladistique postule que l’un est obligatoirement ancien (état primitif) et l’autre nouveau (état dérivé). « Temporellement, les deux états ne sont pas au même niveau. Ainsi, il y a un état ancien et un état nouveau et le passage entre ces deux états correspond à l’événement clé, l’événement évolutif » (Le Guyader, 2003, p. 45). Prenons l’exemple retenu par Lecointre (2004) de la « plume » d’un canard et d’une pie, un attribut homologue de l’ » écaille » d’un serpent, d’un lézard et d’un crocodile. « Ecaille » et « plume » sont les deux états du caractère « production dérivée du bourgeon épidermique ». Dans cette collection d’espèces, lequel de ces deux états est primitif ou dérivé ? Pour l’établir, on réalise ce que l’on appelle une polarisation du caractère, une procédure relativement complexe puisqu’elle met en jeu des espèces extra-groupe ou l’ontogenèse. La définition du caractère dérivé signe l’apparentement exclusif des espèces de la collection qui le possèdent et leur attachement à un ancêtre commun exclusif. L’ensemble constitué par un ancêtre commun exclusif et la totalité de ses descendants et un groupe monophylétique ou clade. Cette procédure donne une valeur de nécessité à l’ancêtre commun exclusif et à l’événement évolutif qui a fait passer le caractère de l’état primitif (l’« écaille ») à l’état « dérivé » (la « plume »). Notons que l’arbre phylogénétique du monde vivant n’est pas reconstruit en embrassant l’ensemble de ses espèces. Le travail s’effectue sur des collections limitées d’espèces et ces expériences « localisées » de classification sont ensuite regroupées et recoupées : « Comprendre la méthode de Hennig, écrit G. Lecointre (2004, p. 30), c’est tout d’abord admettre que l’on ne classe jamais l’ensemble du vivant d’un coup : on travaille toujours sur une échantillon soigneusement défini d’espèces ». Les regroupements d’espèces, la sélection des caractères réellement informatifs, l’attribution d’une certaine valeur de nécessité aux hypothèses de transformation évolutive exige une connaissance certaine du monde vivant, qui conditionne une partie des choix d’échantillons à classer. Tout se passe comme si on prenait en compte d’abord le connu avant d’intégrer l’inconnu. Et lorsque plusieurs arbres sont possibles, on retient celui qui envisage le plus petit nombre de transformations évolutives (application du principe de parcimonie).

20L’élaboration d’une classification phylogénétique se caractérise donc par la construction de caractères problématisés. Le degré de nécessité de ces caractères renvoie au concept d’homologie et à l’évolution : ces caractères existent en effet sous au moins deux états légués par des ancêtres. La polarisation des états des caractères fait entrer dans une logique rétrospective de construction de deux types de nécessités : la nécessité d’ancêtres communs exclusifs et la nécessité d’évènements évolutifs uniques. Nous avons là les marques d’une problématisation historique (D. Orange Ravachol, 2003, 2005) qui permet de faire des groupements et des regroupements de groupes d’espèces.

1.4. En guise de bilan

21Les critères de classification ne sont pas « donnés », autrement dit portés à la manière d’étiquettes par les êtres vivants : leur détermination/construction participe à toute élaboration classificatoire. Par exemple, le fait d’avoir des poils ne prend un sens classificatoire cohérent qu’au sein des Vertébrés. Et on peut remarquer que la catégorie créée avec ce critère intègre des espèces qui n’y répondent pas de manière apparente (nous pensons aux Baleines). C’est dire que ce critère est « travaillé », qu’il ne tombe pas sous le sens commun.

22Les critères de classification ont fondamentalement une double fonction : ils « groupent » les individus ou les espèces et ils « isolent » le groupe formé d’autres groupes ; ainsi tout individu ou toute espèce trouve une place dans une catégorie (catégorie inclusive) sans qu’aucun ou qu’aucune ne se loge dans plusieurs catégories (catégories exclusives). On pourrait à nouveau illustrer avec les caractéristiques de la peau (poils, plumes) chez les Vertébrés.

23La diversité du vivant est telle qu’on ne peut en rester à une construction de « boîtes » juxtaposées. Il est nécessaire de construire un système hiérarchisé, de définir des « boîtes » de différentes tailles qui s’emboîtent. A la détermination de critère « rassembleur/séparateur », s’ajoute la détermination de critères hiérarchisés. En reprenant l’exemple des Vertébrés, la construction du critère « nature du squelette » (osseux et cartilagineux) permet l’emboîtement des ensembles construits sur la base des caractéristiques de la peau (poils, plumes) dans l’ensemble plus vaste des vertébrés à squelette osseux.

24En résumé, dans un cadre problématique donné, une classification scientifique « tient » par les problèmes auxquels elle répond et par des critères compris comme des nécessités classificatoires. Mais nous savons que la « mise en ordre » des êtres vivants participe à la fois de l’activité scientifique et de l’expérience quotidienne : il est « tellement tentant de vouloir distribuer le monde entier selon un code unique » (Pérec, 2003, p. 153). Dans la construction d’une classification, il y a donc le risque d’un cantonnement à l’univers de la vie quotidienne et à la mise en jeu de critères contingents (ils pourraient être autres).

2. Les professeurs des écoles stagiaires et les classifications des êtres vivants

25Nous poursuivons notre étude en nous tournant maintenant vers les professeurs des écoles stagiaires, parmi lesquels certains ont suivi un cursus universitaire scientifique comprenant des Sciences de la Vie et de la Terre. Nous nous demandons comment ils se représentent une classification scientifique. A quels problèmes répondent leurs classifications ? A quelle vision du monde correspondent-elles ? Sur quels critères déterminants reposent-elles ? Participent-elles du domaine des sciences ou de celui de la vie quotidienne ?

2.1. Hypothèses de recherche et méthodologie

  • 4 Ces échantillons sont extraits de la malle pédagogique « Il faut de tout pour faire un Muséum », él (...)
  • 5 On trouvera en annexe 1 la composition du lot de vignettes fournies. Ces vignettes sont extraites d (...)

26Les approfondissements épistémologiques précédents laissent penser que la construction d’une classification ne se positionne pas forcément du côté des sciences ou qu’elle pourrait relever d’une approche scientifique datée. C’est dans le but d’approfondir cette hypothèse que nous avons mis des professeurs des écoles stagiaires dans une situation de construction d’une classification scientifique. Répartis en quatre groupes, ils disposaient d’une collection fournie d’espèces de milieux différents (une vingtaine d’échantillons d’espèces naturalisées4 pour un groupe, une cinquantaine de vignettes en noir et blanc5 pour les trois autres groupes) de façon à être confrontés à un problème de biodiversité et ils avaient pour consigne de construire une classification scientifique. Chaque collection présentait une majorité d’espèces familières et quelques espèces moins connues ou susceptibles de prêter à discussion par leur aspect ou par leur nom (l’anémone de mer, le corail, le manchot par exemple). Un des groupes travaillant sur les vignettes (le groupe 4) rassemblait tous les professeurs stagiaires ayant étudié les classifications biologiques à l’université.

27Dans cette étude de cas, nous nous appuyons sur les productions des stagiaires, orales et écrites, obtenues tout au long de cette situation. Le corpus comprend : la classification produite par chaque groupe (affiche) ; un suivi du travail de quelques groupes (notes prises par un formateur) ; l’enregistrement vidéo et audio de la présentation/débat des travaux des groupes. Tout en conservant un caractère exploratoire, notre étude apporte les résultats et les points de discussion suivants.

2.2. Premiers résultats et discussion

28Notre analyse questionne la construction d’une classification biologique scientifique par des professeurs des écoles stagiaires, en la situant dans une tension entre un but pratique et un but scientifique. Nous développons cela en quelques points.

2.2.1. Une classification « Canada dry », aproblématique et fixiste

29Dans la présentation de leurs travaux, tous les groupes de professeurs des écoles stagiaires font part de l’importance de leurs souvenirs pour engager et soutenir la construction d’une classification scientifique. Tout se passe comme si la confrontation aux échantillons ou aux vignettes activait rapidement des connaissances scolaires et universitaires leur permettant de réaliser la tâche. Voici la présentation que font le groupe 1 (« non scientifiques ») et le groupe 4 (« scientifiques ») de leur affiche (voir en annexe 1 : affiche du groupe 4).

Groupe 1 - Intervention 2 : « Donc en gros, nous on avait des petits animaux dans des petits pots. Donc on les a très vite classés par groupe, on a vu les mammifères, les oiseaux, les reptiles, les crustacés, les insectes et les mollusques coquillages, et puis y en a deux qu’on savait pas trop comment classer… Et puis en fait c’est après qu’on s’est posé des questions euh… ».

Groupe 4 - Intervention 315 : « Bon, ben, le classement, on a fait ben… à peu près comme tous les groupes. On est part… on a fait les vertébrés et les invertébrés. Donc dans les invertébrés ben… Dans les vertébrés, on a mis ben les oiseaux, les mammifères, les poissons, les reptiles et puis les… les amphibiens. Donc ceux-là, on n’a pas eu trop de mal à… à les classer. Par contre, pour les invertébrés alors euh… à cet endroit-là on a eu quelques… quelques petits problèmes. Donc là, c’est pareil, on a fait surtout par rapport à… à nos souvenirs. »

30Cette tendance à restituer les souvenirs qu’ils ont des classifications étudiées dans leur cursus scolaire est confirmée par l’étude des propos des groupes dans le moment de débat qui fait suite à leur intervention. De façon récurrente il est fait état d’un appui sur ce que l’on sait, sur ce qu’on se rappelle, sur des souvenirs, au détriment de l’étude des échantillons ou des vignettes. Voici ce que répond ce groupe 4 (« scientifiques ») quand le formateur lui demande à quoi lui ont servi les vignettes :

346. Les vignettes ?

347. A découper.

348. A découper.

Rires.

350. A retrouver les noms aussi. Enfin…

352. Parce que sous les, sous les…

356. Si, parce que sous les noms, on a une image. Enfin, on a un modèle qui correspond un peu à la famille… Enfin, c’est un exemple… Y a pas que ça mais…

Ajoutons que quand ces stagiaires « scientifiques » ne savent plus ou ne savent pas, ils se débrouillent en se remémorant des mots savants qu’ils organisent en un système de boîtes avec étiquettes : l’anémone et la méduse dans les cnidaires ; l’étoile de mer dans les échinodermes ; les escargots et la limace dans les gastéropodes, etc. Ecoutons-les :

321. Mais il y avait un autre… quelque chose d’autre, mais on savait plus trop quoi. Voilà… Donc après euh… on a essayé de mettre des… des mots savants (rires) donc euh… ben… l’Anémone et puis le…

322. La Méduse.

323. La Méduse dans les Cnidaires. Echinodermes…

326. Echinodermes on a mis la… l’étoile de mer. Dans les Gastéropodes ben… escargot et limace. Et euh… Donc dans les… dans les Annélides, les Vers. On a mis les deux vers qu’on avait. Et puis euh… ensuite on a fait une dernière catégorie, les Céphalopodes où on a mis la seiche et le…

327. Calmar.

328. Calmar et euh… et le Corail, on l’a mis dans les Spongiaires. Donc voilà.

31Les professeurs stagiaires bricolent une classification en conjuguant un « reconnaître » sommaire à un « connaître » peu opérationnel pour fournir un produit qui a tout l’air d’une classification scientifique sans en être une (pas de lien avec un problème explicite, pas de critères problématisés). Ce sont des marques de la pensée commune. Remarquons aussi que ce qu’ils proposent mêle des éléments qui ont leur raison d’être dans les classifications biologiques actuelles et d’autres seulement dans des classifications passées : la distinction vertébrés / invertébrés par exemple, qui structure d’emblée la réponse de tous les groupes, est un vestige de la classification fixiste linnéenne du XVIIIe siècle ; de plus l’ordre de mise en jeu des connaissances, de ce qu’on sait le mieux (les vertébrés) à ce qu’on sait le moins (les invertébrés) pourrait s’interpréter comme la marque d’une vision anthropocentrée du monde vivant. Lecointre et al. (2002, 2004) pointent aussi cela.

2.2.2. Une logique de rangement domestique 

32Lorsque, au cours du débat qui suit leur présentation, les professeurs stagiaires sont invités à expliciter leur point de vue et leur démarche, ils montrent qu’ils sont dans une logique de rangement domestique. Voilà ce que répond le groupe 4 (« scientifiques ») au formateur qui demande de définir une classification :

532. C’est pour ranger.

533. Pour moi, c’est un tri.

535. A partir de critères.

537. Mais il peut y avoir plusieurs sous-tris en fait.

539. Ou rangement et tri.

543. Le rangement, c’est dans des cases.

544. Les placards sont déjà prêts. Et le tri après, on prend les choses et on les met dans des… C’est déjà pré-établi. Je veux dire, c’est établi et après on met les objets, les objets dedans. Ca, c’est le tri.

547. Et après, on remplit le placard.

549. D’abord on trie et après, on range dans le placard.

550. Non, le tri, c’est plutôt, est-ce qu’ils ont tel ou tel critère ? 

551. Oui. Ben oui.

552. Oui mais on les trie après, pour mieux ranger le placard. 

559. Oui on a déjà les placards. On sait déjà où on va mettre les choses. Ils sont vides au début. 

566. Et après… On les, on les répartit correctement dans les tiroirs… dans les tiroirs. 

33Cet extrait montre que, pour ce groupe de stagiaires, construire une classification, c’est mettre dans les tiroirs d’un placard déjà prêt les espèces dont ils disposent. La mobilisation de critères sert seulement à éviter les mélanges, comme on éviterait de mettre les chaussettes avec les pulls. Cette logique de rangement vu comme une mise en ordre, le souci de ne pas conserver de groupes trop gros sont autant de signes que nous sommes dans la métaphore domestique. C’est très différent de l’opération de classification, très exigeante en ce qu’elle renvoie à une conceptualisation et à l’explicitation de ses fondements.

2.2.3. Une panoplie plus ou moins fournie de critères contingents

34Nous nous sommes intéressée plus précisément aux critères retenus par les professeurs stagiaires. L’étude de la transcription de la présentation des travaux des groupes et des moments de débat qui ont suivi permet de les répartir en plusieurs catégories.

351) Il y a les critères dont on se souvient et que l’on ne questionne pas. Ecoutons le groupe 2, qui mobilise les caractères de la peau pour classer les vertébrés :

63. On savait que les vertébrés se classaient en fonction de leur… de leur peau, donc euh…

64. C’est-à-dire, pour les reptiles : « écailles soudées » ; pour les poissons : « écailles non soudées » ; les amphibiens : « peau lisse… peau nue » ; les oiseaux : « les plumes » et les mammifères : « les poils ». Donc euh… ça a été notre critère.

36Dans cette approche des critères, nous repérons chez le groupe 4 (« scientifiques ») une sorte de cas limite avec les espèces qui ont valeur d’exception. Alors les stagiaires n’entrent même plus dans une réflexion sur les critères. Ainsi en est-il pour la Baleine :

378. Et puis par exemple pour la Baleine, on avoue qu’on n’a même pas réfléchi. On sait que… A force de nous rappeler que la Baleine c’est une exception et qu’il faut la mettre dans les mammifères… Ben, à force de nous le répéter, maintenant on a compris, quoi ! Donc, on la met directement dans les mammifères sans réfléchir.

372) Il y a des critères contingents que l’on ajoute, comme pour consolider la classification. Ils relèvent de problèmes biologiques variés (la respiration, la reproduction, la structure de la peau etc.). On les prend parce qu’on les connaît assez bien mais on pourrait en prendre d’autres. C’est le cas du groupe 1 qui a choisi les caractéristiques de la reproduction :

12. Oui voilà, on a pris la reproduction comme critère après pour décider mais euh… y a un moment où on s’est demandé, ben : « pourquoi on choisit ça, et pourquoi on choisirait pas autre chose comme critère » et puis… et puis on discutait, on s’est dit qu’il y a plein de critères et puis on sait pas quoi choisir et… on sait pas comment faire… et puis on connaît pas vraiment ces animaux-là non plus, donc on connaît pas toutes leurs caractéristiques, donc après ça devient assez difficile. 

38Nous remarquons que, à la différence des autres groupes, le groupe 4 (« scientifiques ») propose une panoplie assez fournie de critères, ce qui le conduit a un problème de choix qu’il a du mal à résoudre. Il y a là un élément sur lequel le maître peut jouer pour inciter le groupe à discuter la contingence des critères.

393) Il y a les critères construits pour régler le sort des « inclassables ». Dans ce type de problème, les stagiaires essaient des critères et étudient davantage les supports dont ils disposent. Pour eux certains critères deviennent alors impossibles à utiliser. On peut donc dire qu’ils s’engagent dans la construction de critères problématisés. C’est le cas du groupe 2 qui tente une classification des « corps mous » et construit l’impossibilité de recourir au nombre de pattes. Ecoutons-le :

65. (…) et puis là surtout notre problème ça a été de classer euh tout… ben ce qu’on appelle les « corps mous ». Tout ce qui est mou, on savait pas trop… Donc en fait on avait surtout vu que y en avait qui avaient des pattes, et là donc on les classait par le nombre de pattes, que là… ça devenait plus compliqué.

40Contrairement aux groupes « non scientifiques », plus démunis en termes de connaissances et de ce fait confrontés à un certain nombre d’« inclassables », le groupe de professeurs des écoles « scientifiques » a presque réponse à tout et ne fait pas fonctionner les critères jusqu’à parvenir à l’impossibilité d’en retenir certains. Dit autrement, les « non scientifiques » entrent davantage dans une démarche de problématisation des critères que les « scientifiques ».

2.3. En guise de bilan

41Cette étude de cas montre que les classifications scientifiques produites par des professeurs stagiaires relèvent davantage de la pensée commune enrichie de savoirs ponctuels que d’un savoir scientifique. Ces stagiaires déterminent, mettent des étiquettes, rangent. Ils sont cependant capables de convoquer une certaine panoplie de critères. Mais tous ces critères se réfèrent à des problèmes biologiques variés, et pas seulement au problème de diversité de structures et d’organisation. Tout se passe comme si l’inscription dans un « décor scientifique » et la réussite de la mise en ordre du vivant avait plus d’importance que la conceptualisation associée à l’opération de classification et que le problème qui la fonde.

3. Les élèves du cycle 3 et les classifications des êtres vivants

42Après avoir situé la construction des classifications de professeurs des écoles stagiaires dans une tension entre savoir scientifique et pensée commune, voyons maintenant comment des élèves du cycle 3 entrent dans une telle activité.

3.1. Présentation de la situation de classe et méthodologie

  • 6 Nous remercions Frédérique Lisbona de nous avoir prêté sa classe.
  • 7 L’annexe 2 présente la composition du lot de vignettes couleur fourni.
  • 8 La construction de la classification actuelle repose sur la prise en compte des attributs des organ (...)
  • 9 C’est notamment pour installer une discussion sur le critère « couleur » et aboutir à sa non pertin (...)

43Les élèves d’une classe de CM1 (9-10 ans)6 ont reçu un ensemble de 25 vignettes en couleur d’espèces animales7 avec la consigne suivante : “ A la manière de petits scientifiques, réaliser une classification de ces êtres vivants basée sur ce qu’ils ont ». Le professeur ajoute qu’à chaque fois que seront faits des paquets ou des paquets de paquets, on devra écrire pourquoi. Enfin, il indique que si on ne parvient pas à classer un animal, on le mettra sur une feuille à part en expliquant pourquoi. Il s’agissait donc de confronter les élèves à un problème de diversité et d’unité du monde vivant (une collection fournie d’espèces), de les inciter à prendre en compte ce que possèdent les espèces8, enfin de les engager dans la construction de critères problématisés (ayant une certaine valeur de nécessité) en les amenant à éliminer ou à retenir certains critères9 en recourant à une argumentation (débat « privé » en groupes ; débat « public » lors de la confrontation des travaux des groupes). Nous sommes donc sur une étude de cas. Elle s’appuie sur les productions recueillies tout au long de la séance : la classification de chaque groupe (affiche), un suivi de chaque groupe (notes prises par des professeurs des écoles stagiaires), l’enregistrement audio (et la transcription) du travail d’un groupe et de la présentation/débat des travaux des groupes.

3.2. Résultats

44Tout en conservant un caractère exploratoire, notre étude apporte les résultats suivants.

3.2.1. Les problèmes pris en charge par les élèves

45Les élèves sont mis devant un problème de diversité de structures et d’organisation. Leurs productions montrent qu’ils ne se positionnent pas naturellement sur ce type de problème. Ils prennent en charge un autre problème biologique, à savoir les modes de déplacement des êtres vivants. Ecoutons Marie, porte-parole du groupe 1 (voir en annexe 2 : l’affiche de son groupe) :

13. Marie : Alors, là, on a mis tous les animaux qui marchent. Euh… là, on a mis ceux qui volent. Et par contre, eux deux, on est d’accord mais eux deux, on les met un peu au milieu comme la coccinelle. Parce que… ils ont des pattes aussi… Et là, on a mis tous ceux qui rampent. Et là, on a mis ceux qui euh… ceux qui restent fixes. Et puis ceux qui sautent avec des pattes.

46En voici une autre illustration dans les propos de Marie G., du groupe 3 :

509. Marie G. : (…) au début, on voulait pas mettre les fourmis avec les coccinelles.

511. Ben, parce que euh…on s’était dit parce que y a… ben les coccinelles, ça vole et c’est rare que euh… les fourmis ça vole… Et après, ben, après ben, on s’est rappelé ben que c’était pas par rapport à ce, à ce qu’ils font, c’est par rapport à ce qu’ils ont.

Les tentatives répétées pour baser la classification sur ce qu’ont les êtres vivants (ce que font le maître et certains élèves au cours du débat) conduisent à une mobilisation éphémère d’attributs des êtres vivants (les pattes). Mais les « dérapages » qui font passer les élèves des attributs au mode de locomotion sont récurrents. En voici un exemple pour Marie du groupe 1 :

60. Professeur : (…) On a l’impression que tu dis, si je m’intéresse aux pattes hein, c’est sur ce qu’ils ont. Essaie de faire fonctionner un petit peu ça. Donc y aurait que ceux qui ont des pattes.

61. Marie : Oui, y aurait que ceux qui ont des pattes, ceux qui rampent, ceux qui restent fixes et ceux qui volent.

Et un peu plus tard, alors que cette élève est souvent revenue à la consigne, voici ce que l’on entend :

137. Professeur : D’accord, donc là, on voit bien comment vous vous positionnez par rapport à la consigne. Oui.

138. Marie : Et là, on l’a mis entre les deux parce que il a des pattes et puis, ils rampent aussi.

47Tout se passe comme si la contrainte des élèves à mobiliser des attributs des êtres vivants, autrement dit l’injonction d’une entrée par la morphologie et l’organisation, est sans véritable effet et va à « contre-courant » de leur fonctionnement. On ne peut s’empêcher de faire un lien avec l’« expérience scientifique » construite par les élèves depuis le cycle 1 : les programmes de l’école mettent l’accent sur les grandes fonctions, au service desquelles est l’organisation.

3.2.2. Classification et rangement

48Il est une autre tendance que les productions des élèves donnent à voir : celle de construire des catégories intermédiaires. Pour le problème de déplacement des êtres vivants qu’ils prennent en charge, ils installent ainsi une certaine continuité entre les catégories. Ils règlent les cas problématiques (grenouille, écureuil, coccinelles) en passant d’une logique de classification à une logique de rangement. Les affiches (voir annexe 2) et des moments de débat portent la marque d’une telle démarche. C’est le cas pour le groupe 1 avec la grenouille :

44. Camille : Ben, c’est que Marie, tout à l’heure, elle a parlé de la grenouille. Mais la grenouille, enfin, je veux dire, si on la met dans ceux qui marchent. Et ben, ceux qui marchent et ben, ils sautent pas. Si on met un… un… la grenouille qui saute dans ceux qui marchent et ben ça fait comme si on mettait tous ceux qui marchent dans ceux qui sautent. Et puis ça, ça saute pas.

50. Camille : Oui, mais il faut le mettre au milieu. Parce que sinon ça, parce que ça, ça marche peut-être mais ça, ça saute aussi. Alors que ceux qui sont dans la colonne « qui marchent », ils font que marcher. C’est tout.

49C’est aussi le cas pour le groupe 2 pour certains insectes :

298. Théo : Nous on a mis entre les deux ceux qui marchaient et ceux qui volaient. Par contre, ceux qui avaient des pattes et qui ne marchaient pas, et ben on les a mis... Par contre le papillon, il ne marche pas, ben nous, on l’a mis avec ceux qui volent.

3.2.3. La construction de critères problématisés

50Nous nous sommes intéressée à la construction de critères de classification problématisés (c’est-à-dire ayant une certaine valeur de nécessité) par les élèves. L’exemple de Camille montre sa capacité à construire de tels critères. Voici ce qu’elle dit, alors que la classe discute le placement de l’écureuil dans la classification du groupe :

88. Je suis d’accord sauf que enfin, l’écureuil et puis la grenouille moi je les mettrais ensemble mais je les mettrais entre les deux, enfin avec ceux qui marchent et ceux qui sautent. Parce que c’est, c’est les deux.

90. Qu’ils ont des pattes, oui, ben presque tous, la plupart des animaux, ils ont des pattes !

92. Sauf ceux qui rampent. La plupart ils ont des pattes.

94. Ben, ça m’embête pas vraiment mais… c’est que…

96. Ils ont des pattes oui mais… ils ont, ils ont tous des pattes.

99. La plupart, ils ont tous des pattes !

102. Ben, euh… ceux qui marchent. Ceux qui volent, ils en ont.

104. Et puis y a, y a, y a aussi ceux qui rampent, y en a quelques-uns.

51Camille remet en question le choix du caractère « patte » : « presque tous », « la plupart », « ils ont tous », même « ceux qui volent » et rampent ont des pattes. Elle est en train de construire l’idée que ce n’est pas un caractère déterminant, autrement dit elle s’inscrit dans une démarche de problématisation de critère. Va-t-elle jusqu’à en faire un critère impossible à utiliser chez les vertébrés ?

3.2.4. Des mots trompeurs

52Les moments de débat après chaque présentation d’affiche mettent en lumière la profondeur sémantique de certains mots qu’emploient les élèves : ainsi en est-il des mots pattes, ailes, jambes et bras (mais aussi de carapace, squelette, etc.). Pour les élèves, les pattes et les jambes servent à marcher quand les ailes servent à voler. Les mots traduisent le glissement des élèves de l’organisation vers le fonctionnement. En voici une illustration :

113. Marie G : Ben moi euh… Ben, par rapport à ce que Camille a dit, par rapport euh… ben par rapport aux papillons et aux oiseaux, en fait et ben moi, je suis plus d’accord avec Marie parce que euh… ceux qui ont des… ceux qui volent et ben eux, ils se servent plus de leurs ailes que euh…

114. Camille : Ils ont quand même des pattes !

115. Marie G : Ben oui, mais ils s’en servent moins ! Et puis par rapport à la grenouille, ben moi je la mettrais avec ceux qui marchent.

Mais il y a plus : l’Homme est opposé aux animaux par le fait qu’il a des jambes et des bras. Les pattes sont des attributs d’animaux, et certains élèves les définissent dans une non distinction des jambes et des bras.

147. Clément : Oui mais par exemple, si euh enfin… le petit garçon ben euh, il a, ben, c’est pareil que les animaux. Il a des pattes, sauf que c’est des jambes.

148. Professeur : Ah ! C’est pas pareil, les pattes et les jambes…

149. Marie : Ben si, ça sert à la même chose sauf que c’est pas…

150. Clément : Parce que, pour les animaux, les pattes, c’est les jambes et les bras. Alors que nous, y a des bras et puis des jambes.

53Lorsque l’enseignant pose le problème du bébé qui marche à quatre pattes, certains élèves restent sur leur position, arguant que les animaux et l’Homme, « c’est pas pareil parce que les animaux eux, ils ont des, ils ont des pattes alors que nous, on a des jambes et des bras » (Camille, 160) et qu’il est utile d’avoir plusieurs noms sinon « on s’en sortirait pas » (Camille, 169), notamment parce que « si on dit qu’on a mal aux pattes et ben, ils vont pas comprendre lesquelles » (Camille, 185). Certains élèves accordent donc une place particulière à l’Homme pensant. Il y a là l’expression d’une hiérarchie des êtres vivants.

54Dans le cadre de cette contribution, nous limitons notre étude aux problèmes pris en charge par les élèves et à leur manière de convoquer des critères. Mais d’autres points peuvent être approfondis : le fait par exemple qu’il n’y a pas ou peu d’emboîtements dans les classifications des élèves alors qu’ils sont confrontés à un grand nombre d’espèces et que la consigne demandait d’en faire ; ou encore l’approche qu’ont les élèves des êtres vivants proposés : raisonnent-ils en termes d’individu, d’espèce, de représentant d’une espèce ?

4. Que faire à l’école en matière de classification scientifique des êtres vivants ?

55Les programmes de l’école (M.E.N., 2002) demandent que les élèves des cycles 2 et 3 entrent dans une première approche des classifications scienti-fiques, qu’ils situent dans un cadre de diversité et d’unité du monde vivant : pour le cycle 2, « L’objectif est de commencer à faire percevoir aux élèves la diversité du vivant grâce à l’observation et au classement de différents animaux, végétaux et milieux », avec « observation et comparaison des êtres vivants en vue d’établir des classements » et « élaboration de quelques critères élémentaires de classement, puis (d’une) approche de la classification scientifique » (M.E.N, 2002, p. 55) ; pour le cycle 3, « L’unité du vivant est caractérisée par quelques grands traits communs, sa diversité est illustrée par la mise en évidence de différences conduisant à une première approche des notions de classification, d’espèce et d’évolution » (M.E.N, 2002, p. 87).

56Compte tenu des analyses précédentes, quels repères peut-on fournir au professeur des écoles qui renouvelle son enseignement de la classification des êtres vivants ? Dans l’état actuel de nos recherches, nous en retenons deux permettant aux élèves de rompre avec la pensée commune et de s’inscrire dans l’univers des sciences.

4.1. Lier la construction d’une classification scientifique à un problème de diversité du monde vivant

57Construire une classification scientifique, c’est tenter d’expliquer la diversité et l’unité du monde vivant en termes de structures et d’organisation. Or s’emparer de ce problème n’a rien d’évident. Notre focalisation sur ce problème est une manière de ne pas le perdre de vue. Plusieurs raisons légitiment ce choix.

58L’histoire des sciences montre que, depuis le XVIIe siècle, la construction des classifications est constamment liée à un problème de diversité (et d’unité) du monde vivant.

59L’étude des démarches des professeurs des écoles stagiaires et des écoliers du cycle 3 renseigne sur les formes d’abandon de ce problème : nous avons chez les premiers une tendance à construire une classification qui a tout l’air d’une classification scientifique mais qui est aproblématique et chez les seconds une tendance à construire des classifications mues par des problèmes biologiques autres, comme par exemple le mode de déplacement.

60C’est pour cela que nous pensons qu’il est important de proposer aux élèves des collections fournies d’échantillons ou de vignettes à classer (voir les choix de collections que nous avons effectués tant pour les professeurs stagiaires que pour les élèves du cycle 3). Un ensemble d’espèces important oblige à mettre de l’ordre pour s’y retrouver. Mais, comme nous ne voulons pas engager les élèves dans une seule mise en ordre (autrement dit risquer de les cantonner dans un rangement domestique), le contenu de cet ensemble doit être pensé pour ne pas écarter des espèces qui posent des problèmes de classification. De ce fait, nous suggérons que la collection fournie aux élèves comporte des espèces connues (animaux familiers, animaux découverts lors de sorties etc.) et des espèces inconnues. C’est une façon de contraindre les élèves à observer davantage les échantillons ou les vignettes, à repérer et comparer les attributs des espèces représentées. Car tout connaître, c’est risquer de mobiliser des connaissances sans les questionner et de plaquer des critères ; alors que la présence d’un certain nombre d’espèces moins facilement classables, parce que moins connues ou problématiques dès lors que l’on emploie certains critères, conduit à discuter les critères et les catégories construites et peut éviter le glissement des élèves de l’organisation des êtres vivants vers leur fonctionnement.

61Mais cette proposition d’utiliser une collection fournie ne prend pas le même sens au cycle 2 et au cycle 3. L’expérience du monde vivant des jeunes élèves est encore limitée, même si elle s’est enrichie au cycle 1, ce qui peut entraver la construction d’une classification scientifique. Les constructions classificatoires de l’école pourraient donc s’inscrire dans une dynamique articulant, pour les élèves, augmentation de l’expérience du monde vivant et constructions de critères problématisés de plus en plus élaborés. Certains moments d’apprentissage pourraient être consacrés à l’identification d’êtres vivants, aux repérages de caractères permettant de reconnaître ou de faire des groupements, à un questionnement de « mots » employés aussi bien dans le langage courant que dans les classifications (insectes, oiseaux, etc.). Au travers de ces activités, les élèves pourraient réfléchir aux procédures qu’ils adoptent (tri, rangement, classement), séparément ou en complémentarité. Cela remet en valeur et donne de la fonctionnalité à des activités de familiarisation et de description, parce qu’elles ouvrent vers des critères possibles ; c’est aussi construire un « vécu » commun de la classe sur lequel des débats peuvent reposer ; c’est enfin admettre et faire admettre aux élèves que les classifications ne relèvent pas d’une séquence ponctuelle, mais qu’elles sont à re-visiter et qu’elles peuvent bouger.

62Avec une telle approche, nous ne nous reconnaissons pas dans les propositions que font G. Lecointre et al. (2004) pour l’école primaire. Ces auteurs préconisent en effet d’utiliser des collections « méticuleusement sélectionnées pour éviter certains pièges que nous tend la biodiversité et permettre des regroupements clairs » (p.65) et ils fournissent ensuite quelques exemples de petites collections possibles (p.99). En fait, nous n’accordons pas le même statut aux erreurs des élèves. En ce qui nous concerne, nous ne cherchons pas à les éviter. C’est pourquoi nous donnons une grande importance aux situations d’interactions langagières dans la classe pour faire des erreurs des élèves un matériau de construction de critères problématisés.

4.2. Mettre en œuvre des débats dans la classe au service de la construction de critères problématisés

63C’est en favorisant la construction de critères problématisés que nous permettons aux élèves d’accéder à un véritable savoir scientifique en matière de classification des êtres vivants. Or nous avons vu la tendance des professeurs stagiaires et des écoliers à se focaliser sur la classification comme produit et à recourir à des critères contingents (on prend ceux-là mais on pourrait en prendre d’autres) et/ou en rapport avec d’autres problèmes biologiques, et/ou plaqués à la manière d’un complément d’étiquette. Les situations de débat permettent de déplacer l’attention des élèves de la classification « produit » à sa construction et de réaliser un vrai travail des critères. Elles sont en effet des espaces où des critères possibles sont proposés à la classe, par le biais des travaux des groupes par exemple, et peuvent être discutés. L’objectif n’est pas alors d’accoler un critère à chaque groupement de la classification mais de rechercher ceux qu’il est nécessaire de prendre ou qu’il est impossible de retenir.

64Une telle conception du débat impose une certaine forme de questionnement du maître car il s’agit de favoriser l’orientation des élèves vers de l’explicatif et de les pousser à argumenter. Ce positionnement n’est pas aisé à tenir car il vient en rupture de certaines approches du débat. En effet :

  • le débat favorise la mise à plat des différentes propositions de critères : il s’oppose donc à la recherche de critères « consensuels » ;

  • il contraint les élèves à faire fonctionner leurs propositions de critères, quelles qu’elles soient, dans le cadre d’un problème de diversité du monde vivant : il s’oppose donc à la réception ou au rejet non justifié(e) d’un critère ; et il ne se satisfait pas de la justesse du critère ;

  • il pousse les élèves à construire des impossibilités en matière de critère.

65De cette manière, le débat contribue à la construction de classifications scientifiques vues comme produits et comme processus et où ce que l’on retient (en matière de critères par exemple) ne relève pas seulement d’une question de mémoire mais aussi d’intelligence. C’est d’une véritable formation de l’esprit scientifique qu’il s’agit, en opposition à une inculcation de la « bonne » solution. Qui plus est, elle s’ajuste dans une certaine mesure aux instructions officielles. N’est-ce pas en effet ce que laisse entendre, avec quelques ambiguïtés cependant, la fiche connaissance intitulée « De l’ordre dans le monde vivant » où on lit qu’à l’école, les classifications scientifiques « ne peuvent pas être inventées par les élèves, (qu’)elles ne doivent pas non plus faire l’objet d’une mémorisation systématique, mais être construite progressivement. » (2002, p. 19).

5. Conclusion

66Nous sommes au début de l’exploration des liens entre construction d’une classification scientifique et problématisations. A ce stade, nous pouvons mettre en valeur les points suivants.

67L’étude d’exemples contrastés choisis dans l’histoire des sciences (la classification des végétaux de Linné du XVIIIe siècle et la classification phylogénétique actuelle, fin du XXe siècle et début du XXIe siècle) montre que les chercheurs réalisent une véritable problématisation des critères et que cette problématisation a à voir avec la mise en jeu de l’histoire des êtres vivants. Les repères que nous avons construits en problématisation fonctionnaliste et en problématisation historique sont éclairants. Nous pensons qu’ils sont à affiner encore, en réalisant d’autres approfondissements dans l’histoire des classifications, en construisant et en faisant fonctionner des espaces de contraintes.

68Les approfondissements épistémologiques précédents permettent d’analyser les classifications « spontanées » des professeurs stagiaires (22 ans) et des élèves du cycle 3 de l’école (9-10 ans), comme processus et comme résultat. Force est de constater que la problématisation des critères y est limitée voire absente. Les professeurs novices et dans une moindre mesure les élèves « bricolent ». « La science tout entière s’est construite sur la distinction du contingent et du nécessaire, qui est aussi celle de l’événement et de la structure » écrit Lévi Strauss (1962, p. 35) et il ajoute « le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des ensembles, non pas directement avec d’autres ensembles structurés, mais en utilisant des résidus et des débris d’événements » (p.36). Il nous semble que cela s’applique particulièrement aux professeurs stagiaires.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD G. (1938), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

DARWIN C. (1980), L’origine des espèces, Paris, Maspero (1876).

DAUDIN H. (1983), De Linné à Lamarck. Méthodes de la classification et idée de série en botanique et en zoologie (1740-1790), Paris, Editions des archives contemporaines (1926-1927).

DROUIN J.-M. (1989), « De Linné à Darwin : les voyageurs naturalistes », Eléments d’histoire des sciences, Serres M. (dir.), Paris, Bordas, pp. 321-335.

FOUCAULT M. (1966), Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

GOULD S.J. (2004), Cette vision de la vie, Paris, Seuil.

JACOB F. (1981), Le jeu des possibles, Paris, Fayard.

JACOB F. (1970), La logique du vivant, Paris, Gallimard.

LECOINTRE G. (dir.) (2004), Comprendre et enseigner la classification du vivant, Paris, Belin.

LECOINTRE G. (2002), « La classification du vivant », Graines de Sciences 4, Wilgenbus D., Bouchard J.-M., Lena P. (dir.), Paris, Le Pommier.

LE GUYADER H. (2003), Classification et évolution, Paris, Le Pommier.

LEVI-STRAUSS C. (1962), La pensée sauvage, Paris, Plon.

ORANGE C. (2002), « Apprentissages scientifiques et problématisation », Les Sciences de l'éducation. Pour l'ère nouvelle, n°35, 1, pp. 25-42.

ORANGE RAVACHOL D. (2005), « Problématisation fonctionnaliste et problématisation historique en Sciences de la Terre chez les chercheurs et chez les lycéens », ASTER, n°40, pp. 177-204.

ORANGE RAVACHOL D. (2003), Utilisations du temps et explications en Sciences de la Terre par les élèves de lycée : étude dans quelques problèmes géologiques, Thèse de doctorat, Université de Nantes.

PEREC G. (2003), Penser/Classer, Paris, Editions du Seuil (1985).

POPPER K.R. (1985), Conjectures et réfutations, Paris, Payot.

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1

Professeurs des Ecoles stagiaires (22 ans) - Composition du lot de vignettes noir et blanc fourni 

Abeille domestique, Anémone de mer, Arénicole, Baleine à bosse, Calmar, Canard colvert, Chat sauvage, Chien domestique, Chimpanzé commun, Cistude d’Europe, Coccinelle à sept points, Coquille Saint-Jacques, Corail rouge, Crabe tourteau, Crevette, Crocodile, Dauphin, Escargot de Bourgogne, Etoile de mer, Faucheux, Fourmi noire, Gardon, Gerris des lacs, Grenouille verte, Héron cendré, Homme, Iule, Lézard vert, Limace rouge, Limnée, Machaon, Manchot royal, Méduse, Moineau domestique, Mouche bleue, Moule, Musaraigne aquatique, Pipistrelle, Pyrrhocore, Rat noir, Renard roux, Requin, Salamandre tachetée, Sanglier, Seiche, Ver de terre, Vipère aspic.

Affiche du groupe 4 (« scientifiques »)

Affiche du groupe 4 (« scientifiques »)

ANNEXE 2

Elèves de CM1 (9-10 ans) - Composition du lot de 25 vignettes en couleur fourni

Anémone de mer, Biche, Cerf, Chardonneret, Chenille, Coccinelle (une espèce rouge, une espèce jaune), Ecureuil roux, Epeire, Escargot (2 espèces), Faon, Faucheux, Fourmi (deux espèces), Grenouille, Homme, Limace (une espèce rouge, une espèce grise), Lithobie, Mésange, Piéride du chou, Sanglier, Ver de terre, Vulcain.

Affiche du groupe 1

Affiche du groupe 1
Haut de page

Notes

2 Dans une démarche de reconstruction rétrospective du passé, les ancêtres communs sont hypothétiques et les fossiles ne peuvent pas être considérés comme des ancêtres communs.

3 On peut généraliser à l’ensemble des classifications.

4 Ces échantillons sont extraits de la malle pédagogique « Il faut de tout pour faire un Muséum », élaborée et mise en prêt par le Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes. Le lot fourni comprend : Bourdon, Capricorne, Crabe enragé, Corail fleur, Corail nid d’oiseau, Diamant de Gould, Gerbille, Langoustine, Lézard vert, Moineau, Murex, Musaraigne, Pecten, Perruche turquoise, Piéride du chou, Pirule, Strombe, Taupe, Tortue de Floride. Pour susciter un questionnement des stagiaires et les engager dans une réflexion plus approfondie sur les critères (notamment vis-à-vis du Corail), nous avons ajouté à ce lot d’espèces animales une mousse (Leucobryum glaucum).

5 On trouvera en annexe 1 la composition du lot de vignettes fournies. Ces vignettes sont extraites de l’ouvrage de G. Lecointre & H. Le Guyader (2001) et de l’ouvrage dirigé par G. Lecointre (2004).

6 Nous remercions Frédérique Lisbona de nous avoir prêté sa classe.

7 L’annexe 2 présente la composition du lot de vignettes couleur fourni.

8 La construction de la classification actuelle repose sur la prise en compte des attributs des organismes.

9 C’est notamment pour installer une discussion sur le critère « couleur » et aboutir à sa non pertinence que nous avons fourni des vignettes en couleur. En proposant les vignettes « biche », « cerf », « faon », ou encore « papillon » et « chenille », nous voulions voir si les écoliers raisonnaient au niveau de l’organisme ou de l’espèce.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affiche du groupe 4 (« scientifiques »)
URL http://journals.openedition.org/ree/docannexe/image/3771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Affiche du groupe 1
URL http://journals.openedition.org/ree/docannexe/image/3771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Orange Ravachol, « Classifications biologiques et problématisations »Recherches en éducation [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/ree/3771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ree.3771

Haut de page

Auteur

Denise Orange Ravachol

IUFM des Pays de la Loire, CREN (Université de Nantes)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Recherches en éducation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Nantes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search