Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10

10 | 2011
Les formes du travail scolaire entre conflits de méthodes et développement des pratiques

Sous la direction de Olivier Maulini

À l’école, les élèves travaillent ou doivent travailler. Ils le font sous la conduite d’enseignants qui travaillent eux-mêmes à mettre leurs classes au travail, à les engager dans différentes formes d’activités. Leçons, exercices, devoirs, récitations ; projets, enquêtes, ateliers, exposés : la nature des tâches peut varier ; elles demandent toutes de produire ou de modifier quelque chose, au prix d’une dépense d’énergie sans laquelle l’apprentissage ne résulterait que de l’enregistrement passif de données. Dans les débats pédagogiques, le conflit peut porter – et il porte souvent – sur ce qu’il serait effectivement bon de produire (des savoirs, des compétences, des attitudes, des valeurs, des idées, des automatismes, de l’imagination, de l’attention, de l’obéissance, de l’autonomie, etc.) et sur le type d’effort qui saura le mieux y contribuer. Il y a donc un accord en même temps qu’une question posée : tout le monde admet que les élèves travaillent ou doivent travailler ; ce sont les formes de ce travail qui sont – et parfois durement – discutées. (Extrait de l'édito)

  • Logo Université de Nantes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search