Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20

20 | 2014
L'autonomie de l'élève : émancipation ou normalisation ?

Sous la direction de Pierre Périer

Convenons au préalable qu’il n’est guère aisé d’introduire une notion aussi vulgarisée et complexe, devenue une référence obligée dans l’ordre des représentations, débats, et politiques en matière d’éducation. Institutions, enseignants, parents invoquent volontiers la nécessaire autonomie de l’enfant ou de l’élève (« être autonome », « travailler en autonomie »), sous la forme d’un idéal pédagogique et d’une norme de comportement, qui préfigurent idéalement l’accès à l’indépendance et à l’identité. Il est vrai que nos sociétés démocratiques ont progressivement érigé l’autonomie individuelle en valeur suprême et en levier d’émancipation, même si d’aucuns soulignent les nouvelles formes d’encadrement et de contrôle qu’une telle norme permet insidieusement de mettre en oeuvre. Le succès de la notion n’est pas, de ce point de vue, sans nous rappeler ce que Claude Lévi-Strauss écrivait à propos de l’identité, évoquant « une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il ait jamais d’existence réelle ». Et d’ajouter que toute utilisation de cette notion commence par une critique de cette notion. Le travail collectif entrepris dans le cadre de ce numéro pourrait se revendiquer d’un tel programme de recherche, alimentant de la sorte débats et controverses. Sans prétendre épuiser la complexité multidimensionnelle de cette notion, les contributions rassemblées dans ce volume visent à dissiper le flou sémantique qui l’entoure et à déplier plusieurs figures et facettes de l’autonomie et du processus d’émancipation, dans la relation éducative à l’école et dans la famille.

  • Logo Université de Nantes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search