Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Crises : quand l’histoire se répète, bafouille et improvise

À propos de l'ouvrage de Mickaël Clévenot, Vincent Duwicquet et Jacques Mazier : Quand les crises reviennent…
Michael Lainé
Référence(s) :

Mickaël Clévenot, Vincent Duwicquet et Jacques Mazier, Quand les crises reviennent… Paris, Editions Economica, 320 p.

Texte intégral

1L’alternance des phases de création et de destruction de richesses reste le principal défi intellectuel des économistes. Les explications usuelles font appel à des métaphores naturalistes : tâches solaires, équilibre de type homéostatique de ce corps biologique qu’est l’économie soumis aux « perturbations » et autres « chocs » en provenance de son environnement… Là-dessus se greffent deux sortes de discours. L’un, fataliste, file la métaphore jusqu’au bout : il faut laisser l’économie résorber d’elle-même les causes de la crise. L’autre, volontariste, pointe l’instabilité inhérente au capitalisme ; pour autant, une intervention politique est possible, à même de remédier aux fluctuations violentes de l’activité. L’ouvrage de Mazier, Clévenot et Duwicquet s’inscrit dans cette deuxième filiation. Au sein d’un champ scientifique qui semble de plus en plus écartelé entre les micro-spécialisations d’experts insularisés et les modélisations sans âme d’une économie dépouillée de sa complexité, voilà un livre à l’ambition rafraîchissante.

2Ici, l’analyse est clairement régulationniste. Toute économie a nécessairement des soubassements institutionnels, qui lui permettent de fonctionner et de croître. C’est en cela que l’économie ne peut être que politique, puisqu’une institution est le fruit de rapports de force, lesquels traduisent des choix de société. Ces conditions de fonctionnement constituent un régime de croissance. Or, peu à peu ces institutions s’érodent. Par le fait même d’opérer, elles s’épuisent, et demandent à être remplacées par d’autres. Les conditions de croissance préparent le terrain de la dépression future. Si toute phase d’expansion contient en germe la récession à venir, celle-ci dépend aussi de la résistance des classes sociales à la mutation inévitable des principes de domination. La crise est alors le prix de la transition d’un régime de croissance à un autre, d’une société à une autre. Le livre de Mazier, Clévenot et Duwicquet ne s’attache pas seulement à analyser le pourquoi des crises, puisque celles-ci reviennent nécessairement. Il se penche tout autant sur l’après. Quand les crises reviennent : il s’agit bien de penser le régime de croissance qui leur succèdera et les réponses politiques que l’on peut apporter. La partie la plus intéressante de ce livre consiste en des tentatives de prospectives. Loin de se contenter de l’empilement lugubre d’analyses désenchantées, il propose de nombreuses pistes de réflexion en vue de se projeter dans l’avenir. Anticiper pour mieux changer les choses : le lecteur désireux de penser un monde meilleur y trouvera de quoi nourrir sa réflexion.

3D’une crise à l’autre, il y a des invariants et des mutations. Si l’histoire se répète, il lui arrive de bafouiller et d’improviser. Dès lors, il importe d’être attentif aux points communs qui unissent les différentes phases de dépression tout en ne perdant pas de vue leurs caractéristiques distinctives. Les auteurs délimitent plusieurs facteurs potentiels de crise : la finance dérégulée, les institutions monétaires, les formes d’organisation du travail et de répartition des richesses, le commerce international… D’une crise à l’autre, ce qui change le plus est le rôle du commerce international. Cause des crises à la fin du xixe siècle et dans les années 1970, conséquence dans les années 1930 et 2008-2016. Dans un cas, la concurrence internationale entaille la rentabilité des entreprises, dans l’autre, la chute de l’économie entraîne celle du commerce. Une finance dérégulée affermit le pouvoir des possédants ; aussi n’est-ce pas un hasard si elle s’accompagne d’un approfondissement des inégalités. On serait tenté de croire ce cocktail explosif. Il l’est, mais il faut bien se garder de penser que le contrôle de la finance et la diminution des inégalités suffiraient à prévenir les crises, puisque la langueur économique qui a succédé aux vibrionnantes Trente Glorieuses a eu lieu précisément dans ce contexte. Un régime de change trop rigide (étalon-or ou euro) pousse les économies sur une pente déflationniste. Quant au marché du travail, sa dérégulation est au mieux procyclique, au pire elle exerce un effet (un peu) récessif via une compression de la demande. La crise actuelle déboucherait sur une forme de retour au xixe siècle, à ceci près que de nouvelles régulations financières émergent et que le monde bascule petit à petit vers la bipolarité États-Unis-Chine. Le livre dresse un panorama utile des cycles économiques. Il met le doigt sur leur complexité tout en dégageant les invariants à l’œuvre. Par où l’éclairage historique des auteurs permet une compréhension plus fine du présent.

4La force de l’analyse proposée par les auteurs réside dans le caractère endogène des fluctuations de l’activité. Pour un économiste, décréter un événement « exogène » revient à faire aveu d’impuissance ; cette reconnaissance est un pis-aller, une pause souvent sur sa voie vers une explication complète, un confort parfois, qui le dispense d’avoir à examiner ce qui se soustrait à son cadre théorique. Ici, rien de tel, même si l’on peut trouver par endroits des allusions au caractère exogène de certaines crises du passé. Toutefois, à l’exception de la monnaie et du travail, on peut regretter que l’analyse institutionnelle soit plus ébauchée qu’approfondie. Le chapitre sur la crise de 1929 ne contient que trois références postérieures à 1983. Globalement, les travaux récents des historiens sont très peu mobilisés. Des figures incontournables (Kindleberger, Bairoch…) sont pourtant contournées.

5Sans doute l’effondrement financier mondial actuel signe-t-il la faillite des interprétations mainstream des cycles et de la croissance. Pour autant, au sein même de l’hétérodoxie, les analyses divergent. En outre, adopter une perspective critique du capitalisme ne suffit pas à aplanir les différences. À n’en pas douter, certaines affirmations fortes de l’ouvrage susciteront le débat. La finance ne crée-t-elle pas de richesse, comme le prétendent les auteurs ? Le plus étonnant est encore la justification wicksellienne de cette assertion : tout écart du taux d’intérêt à la productivité marginale du capital serait facteur de crise… Cette explication paraît un peu courte, non seulement parce qu’elle semble retomber dans l’analyse dichotomique des (néo)classiques mais aussi parce que 1) beaucoup d’épisodes spéculatifs ont lieu en périodes de taux d’intérêt élevés (la bulle internet par exemple), 2) le taux de profit pré-crise était plutôt stable, et enfin 3) il y a méprise sur le rôle et les motivations des entrepreneurs, qui ne se placent pas ou peu dans une logique de comparaison des rendements des placements alternatifs. Par ailleurs, l’hypothèse du savings glut est combattue par les auteurs au motif qu’elle « dédouane la finance ». Ils appuient leur scepticisme sur les analyses de Borio, selon lequel les flux financiers seraient majoritairement venus d’Europe et non des pays aux robustes excédents commerciaux. Pourtant, la nationalité des flux n’indique rien sur la nationalité des clients des institutions financières. Aussi la moitié des entrées de capitaux aux US était-elle le fait des banques londoniennes, et non des épargnants britanniques dont on se demande bien comment ils auraient fait pour accumuler autant. La chose est vraie également pour les stocks. On y observe les mêmes anomalies liées en partie au recyclage financier des excédents commerciaux : les « résidents » des Caraïbes détiennent autant de titres financiers américains que les Japonais ou les Chinois au moment de l’éclatement de la bulle… En outre, par définition, tout déséquilibre commercial implique la création d’une dette extérieure et/ou d’un apport de capitaux. Celle-ci peut alors connaître un recyclage spéculatif. Être critique à l’endroit de la finance ne suppose pas de lui dénier tout rôle. C’est justement une des lignes de fracture principales entre l’orthodoxie et l’hétérodoxie que la théorie de la non-neutralité de la monnaie. Puisque la création monétaire est indispensable au financement de la production, on ne saurait concevoir de richesse sans elle. En validant le pari des entrepreneurs, les banques contribuent ainsi à la croissance. C’est alors vers une théorie qualitative de la monnaie qu’il faut aller, puisque c’est la nature même de cette promesse de remboursement qu’est toute dette qui fait d’elle une spéculation ou la contrepartie d’une richesse réelle.

6On ne saurait manquer de déplorer l’aspect désincarné de la spéculation dans l’ouvrage. Le lecteur désireux d’en saisir les mécanismes logiques et psychologiques en sera pour ses frais. Pourtant, les analyses régulationnistes sur la question ne manquent pas. L’on pense en particulier aux travaux d’André Orléan sur la rationalité auto-référentielle des marchés financiers, à ceux de Robert Boyer, Dominique Plihon et Mario Dehove sur les phénomènes de contagion, de prophéties auto-réalisantes et sur le caractère pro-cyclique du crédit comme de la valorisation des actifs, ou encore les démonstrations d’Aglietta et Orléan sur les rivalités mimétiques des opérateurs à l’origine de l’instabilité financière, démonstrations développées et amendées par Frédéric Lordon… De surcroît, le changement des mentalités (en matière de consommation ou de rémunération du travail, par exemple) mériterait un examen tant soit peu approfondi. Cela est d’autant plus dommage que les analyses sociologiques et psychologiques ne manquent pas, au sein de la tradition régulationniste (qu’on songe à Boyer ou Amable, lecteurs de Bourdieu) et ailleurs. Du reste, hormis quelques remarques elliptiques, le rôle de la technologie n’est pas analysé. Il se pourrait pourtant que nous ayons là une des causes majeures des cycles. On se prend à rêver de ce que pourrait être un ouvrage de cet acabit qui irait au bout de ses ambitions. Pour sortir de leur marginalité, les hétérodoxes n’ont pas le choix : il leur faut tout expliquer, ou rien. Ce n’est que lorsqu’un grand récit alternatif sera disponible que la fable panglossienne de l’autorégulation des marchés perdra de ses adeptes au sein de la communauté scientifique et qu’une autre politique sera envisageable.

7Dans ses derniers chapitres et sa conclusion, cet ouvrage a les défauts de ses qualités. Trop de scrupules étouffent l’imagination. On aurait souhaité qu’une thèse forte se dégage, que le sens aigu de l’incertitude enveloppant toutes choses aille de pair avec l’éclairage des lignes de forces qui forgent le destin ; bref, qu’entre tous ces avenirs possibles, l’intelligence s’engage et tranche : ceci sera. Tout à leur volonté de peser le pour et le contre, de ne pas fermer la porte à l’irruption de l’imprévu, les auteurs ne s’engagent pas dans une vision « prophétique » du futur. Mais ils offrent assez de scenarii prospectifs pour nourrir la réflexion et stimuler le débat. L’analyse des crises se poursuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Lainé, « Crises : quand l’histoire se répète, bafouille et improvise », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12416

Haut de page

Auteur

Michael Lainé

Enseignant-chercheur à l’OCRE, EDC Paris Business School ; mlaine@edcparis.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page