Navigation – Plan du site
Notes de lecture

L’économie de l’enrichissement : nouveau stade du capitalisme ou illusion d’optique ? Pistes de réflexion pour la critique de la marchandise

À propos de l’ouvrage de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre : Enrichissement. Critique de la marchandise
Quentin Ravelli
Référence(s) :

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Critique de la marchandise, Paris, Gallimard, coll "NRF Essais", 2017, 672 p.

Texte intégral

1Cherchant leur voie entre la dénonciation et l’apologie des marchandises, les livres qui proposent une véritable théorie critique de la valeur marchande restent trop peu nombreux. Souvent, l’analyse se focalise sur une affaire particulièrement retentissante, comme un désastre écologique ou médical, oubliant de s’intéresser aux structures sociales et économiques qui les rendent possibles. De ce point de vue, le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Critique de la marchandise, est à la fois enthousiasmant, car il fait preuve d’une grande créativité, et déroutant, car les résultats et la méthodologie laissent perplexe. La thèse centrale s’inscrit dans une longue lignée de tentatives pour requalifier le capitalisme contemporain : après la société post-industrielle (Touraine, 1969), le néolibéralisme et le capitalisme cognitif (Moulier-Boutang, 2007), voilà l’« économie de l’enrichissement ». Reposant sur le commerce d’objets singuliers issus du passé, sur l’essor du luxe et la marchandisation du patrimoine, cette nouvelle manière de s’enrichir changerait profondément les rapports sociaux. L’exploitation du travail serait remplacée par les récits de mise en valeur, l’industrie par le commerce, la standardisation par la singularisation. Certains y voient une contribution originale aux tendances les plus actuelles du capitalisme (Herlin-Giret, 2018 ; Keck, 2017) et d’autres une manière d’aborder « le capital par le petit bout de la lorgnette » (Le Texier, 2017).

1. Vers une nouvelle économie fondée sur l’exploitation du passé ?

2Les deux auteurs affirment que le capitalisme, longtemps caractérisé par son mode de production industriel et standardisé, est en train de passer à une nouvelle étape, dite de l’« économie de l’enrichissement », où le terme d’enrichissement a le double sens de « tirer un bénéfice » et « d’étoffer » des choses déjà là : « Le capitalisme, ayant surtout dépendu, dans un premier temps, du développement de l’industrie, a dû se déplacer de façon à tirer le meilleur parti possible de la marchandisation d’autres objets, à mesure que les chances de profit tirées de l’exploitation du travail industriel tendaient à diminuer » (Boltanski & Esquerre, 2017, p. 14).

3Ces autres objets sont des objets d’art, de luxe, de collection, souvent anciens, dont la valeur est décrochée du contexte de leur production initiale.

1.1. Les caractéristiques de l’économie de l’enrichissement

4Pour comprendre ce changement économique commencé « dans les pays d’Europe de l’Ouest » au dernier quart du siècle dernier, il faudrait « se rapprocher des domaines qui sont généralement considérés séparément, soit, notamment, les arts, particulièrement les arts plastiques, la culture, le commerce d’objets anciens, la création de fondations et de musées, l’industrie du luxe, la patrimonialisation et le tourisme. » (p. 11) Ces différents domaines auraient « en commun de reposer sur l’exploitation d’un gisement qui n’est autre que le passé. » (p. 11) Comme la révolution industrielle avait puisé dans les « gisements d’énergie fossile », le nouveau capitalisme se nourrirait de « gisements patrimoniaux » (p. 73) dessinant une « nouvelle sphère de création de richesse » (p. 152).

  • 1 Cependant, la référence à Braudel pour caractériser l’économie d’enrichissement à partir du commerc (...)

5Le profit ne proviendrait donc plus essentiellement de la production de nouvelles marchandises par l’exploitation du travail, mais de la vente de marchandises déjà là, ou bien de marchandises – et c’est là l’un des regroupements surprenants du livre – qui proviennent du marché de l’art et du luxe, où les marketeurs les dotent d’un récit soulignant leur singularité et leur authenticité. En opposant ce qu’ils appellent la « plus-value travail » à la « plus-value commerciale », les auteurs s’éloignent donc de Marx et se rapprochent de Braudel (1967), qui soulignait l’importance du commerce dans la genèse du capitalisme : « Nous saisirons le capitalisme sous le rapport de commerce, plutôt que sous celui des changements ayant affecté sa production, et par conséquent aussi le travail, qui, depuis le dernier quart du xxe siècle, avec la montée du chômage, ont été au centre des travaux auquel il a donné lieu. » (p .13)1

6À l’appui de cette thèse, sont mobilisés divers exemples de reconversion industrielle – l’usine Fiat de Turin transformée en galerie marchande, les friches ferroviaires d’Arles devenues un centre d’art contemporain – mais aussi des études de cas issues du marché du luxe, comme les groupes Kering et LVMH, devenus des poids lourds de l’économie mondiale, et enfin des exemples de produits du terroir dont l’identité est fortement marquée par une histoire ancienne. Les auteurs développent longuement le cas de l’industrie du couteau, dans le village de Laguiole, dans l’Aveyron, qui symbolise le passage à l’économie de l’enrichissement. Or, pour comprendre ce basculement, il faut se doter d’une typologie des marchandises, appelées des « formes de mise en valeur » : la forme standard, la forme tendance, la forme actif et la forme collection.

1.2. Une typologie des formes de mise en valeur

7La première forme de mise en valeur, la forme standard, est caractéristique du capitalisme industriel. Elle suppose qu’un prototype soit le point de départ de la production en masse d’un nombre a priori illimité de spécimens, dont la commercialisation repose sur une asymétrie d’information entre le vendeur et le consommateur, et qui « exploite le présent » (p. 202) sans chercher à construire un récit de l’origine ancestrale du produit. « Le monde dans lequel la forme standard se déploie est centré sur l’utilité » (p. 205), il est marqué par « la possibilité d’une génération et d’une multiplication sans différenciation, ce qui constitue un tour de force jamais réalisé avant l’apparition de la forme standard, ni dans l’ordre de la nature ni dans celui de la culture. » (p. 214) Cependant, la forme standard est travaillée par une contradiction, celle de la différence : la Ford T, archétype de la forme standard du fordisme, a fini par ne plus trouver de marché et il a fallu produire une autre voiture, le « modèle A ». La standardisation appelle donc la singularisation, et de nouvelles formes de mise en valeur.

8La « forme collection », par contraste, se caractérise par sa « dimension sérielle » mais différenciatrice, qui réunit des « choses rapprochées sous un certain rapport » tout en les distribuant « selon des différences reconnues comme pertinentes qui sont organisées en système » (p. 243-244). Le Cousin Pons, grand collectionneur et personnage central du roman éponyme de Balzac, en est l’incarnation par excellence. Les deux auteurs donnent pour exemples de marchandises collectionnées un « porte-plume ayant appartenu à Marcel Proust », un « pavé arraché rue Soufflot lors de la « Nuit des Barricades » au cours du mois de mai 1968 » (p. 258) ou encore les montres des grands-pères, autant d’objet dotés d’une « force mémorielle ». Le texte marque ici une certaine hésitation, car là où le lecteur attendrait une démonstration du caractère central de cette forme-là, si importante pour l’économie de l’enrichissement, il rencontre au contraire des nuances :

Il serait, à l’évidence, tout à fait excessif de penser que le développement d’une économie de l’enrichissement reposerait sur l’augmentation du nombre, de l’activité et de la richesse des collectionneurs, au sens propre du terme. (p. 287)Métaphore du capitalisme, la pratique de la collection en est aussi, et c’est ce qui fait précisément son ambiguïté, considérée comme l’envers, dans la mesure où, pratique d’accumulation qui mime le capitalisme, elle n’a pas, à la différence de ce dernier, pour objectif l’enrichissement monétaire (p. 247).

9La forme tendance, quant à elle, « concerne, au même titre que la forme collection, des choses dont la mise en valeur recourt à la narrativité, mais qui sont destinées à se déprécier très rapidement » (p. 327). Elle acquiert une valeur en suscitant le désir entre les différentes strates du marché : pauvres et riches, urbains et ruraux, jeunes et vieux, etc. C’est la marchandise à la mode, qui disparaît aussi vite qu’elle est apparue, et qui peut être issue du recyclage et de la commercialisation d’anciens objets. Elle est au centre de l’économie d’enrichissement et cherche à se distinguer par sa singularité.

10Enfin, la forme actif « repose, comme la forme standard, sur un mode de mise en valeur de type analytique, mais envisage les objets non pas en tant qu’ils seraient destinés à se déprécier avec le temps mais, au contraire, en tablant sur la possibilité d’un accroissement de leur puissance marchande » (p. 327). Comme le formule Frédéric Keck dans un compte-rendu, elle « met en valeur les objets en pariant sur leur potentialité marchande, c’est-à-dire sur leur capacité à engendrer de la monnaie au fur et mesure qu’ils circulent » (Keck, 2017).

11L’intérêt de ce schéma est qu’il peut être lu comme la présentation de différentes étapes dans un cycle, qu’il permet donc de comprendre la transformation d’une même marchandise. Un objet peut être ringard, puis artistique, puis tendance, puis grand public, passant ainsi de la relégation (« l’enfer de la zone C  », p. 335) au purgatoire, puis à la rédemption… Mais on voit aussi se profiler ici une représentation de l’économie où c’est le discours porté sur les choses qui est fondement de leur valeur. Cette conception de la valeur n’est pas pour autant vidée de toute référence aux réalités économiques, comme le prix : c’est même sur une interprétation inédite – et critiquable – de la notion de prix que repose l’architecture du livre, dans une perspective dite de « structuralisme pragmatique ».

1.3. Prix, métaprix et « structuralisme pragmatique » : le tournant linguistique de Boltanski

12Pour les deux auteurs, les prix sont souvent abordés de manière périphérique, comme c’est le cas dans l’analyse des maisons Phénix par Pierre Bourdieu (2000). La place des prix, dans Enrichissement, est au contraire centrale, ce qui aurait pu permettre de rattraper le retard des sciences sociales sur les sciences économiques en la matière. Cette analyse porte en elle certains concepts indéniablement utiles, comme celui de « métaprix », c’est-à-dire d’un prix qui « n’est pas en règle générale le même que celui payé » (p. 130) mais qui est mis en relation avec le prix payé – qu’il permet de mesurer, de positionner, d’évaluer, d’anticiper. Les métaprix représentent donc un ensemble de prix possibles qui permettent une « réflexion sur les prix (d’une discussion, d’une comparaison, d’une critique, d’une justification, etc.) » (p. 133) et sur leurs « seuils d’acceptabilité » organisant le « consentement à payer » par des techniques de pricing qui « s’écartent d’une tarification fondée sur les coûts » (p. 130).

  • 2 Parmi les nombreuses références aux « jeux de langage » de Wittgenstein – comme l’indétrônable « la (...)

13Mais les prix ne sont pas analysés en tant que tels par les auteurs, qui ne mentionnent nulle part un exemple de prix concret. Ils sont étudiés comme s’il s’agissait de signes. Cette idée – étonnante pour bon nombre d’économistes – est clairement énoncée : « un prix n’est jamais rien d’autre qu’un signe associé à une chose » (p. 124). Dans cette vision du monde – très différente de celle des Cadres (1982), écrit par Boltanski en 1982, où une analyse de classes inspirée du matérialisme historique était palpable, ou encore du monumental Nouvel esprit du capitalisme écrit avec Eve Chiapello (1999) – la forme tendance peut par exemple reposer « moins sur une sémantique que sur une sémiologie empirique et pratique » fascinant les « sémiologues » (p. 330). Dans le même ordre d’idée, l’obsolescence des marchandises engendre certes leur « rotation rapide » mais n’est pas le résultat « d’une usure matérielle, mais celle d’une usure sémiotique » (p. 334). Il s’ensuit une analyse d’entités économiques et sociales où la « narration », la « grammaire » et la « syntaxe » ont plus d’importance sur la valeur et la formation des prix que les niveaux de salaire, le temps de travail, les rapports politiques, les conflits entre producteurs et consommateurs2.

  • 3 Cette omission est relevée dans une autre recension citée plus haut : Le Texier (2017).

14Même si elle s’applique à des objets concrets – et laisse donc de côté les produits financiers et l’ensemble des services3 – c’est une manière matérialisée d’aborder l’économie. Opérant à partir d’outils empruntés aux linguistes, elle relève de ce que les auteurs appellent le « structuralisme pragmatique », qui prétend analyser à la fois les systèmes, les grandes structures, et les acteurs qui s’y insèrent et y agissent. Mais comme l’analogie linguistique est poussée jusqu’à l’identification entre les prix et les systèmes de signes, ce structuralisme est plutôt celui de Saussure (1972), fondateur de la linguistique structurale, que de Lévi-Strauss (1971), analyste des systèmes de parenté. Comme le notent Louis Quéré et Cédric Terzi (2014) d’une façon incisive, s’il en résulte bien un pragmatisme de Boltanski, il s’agit plus d’un pragmatisme linguistique que d’un pragmatisme au sens originel de l’école philosophique américaine de Charles Sanders Peirce (1905), qui faisait résider le sens d’une expression dans ses conséquences pratiques. Ajoutons que ce pragmatisme linguistique, une fois importé en sociologie théorique, est paradoxalement plus décontextualisé, plus isolé des pratiques sociales, qu’à son point de départ. Car il est coupé de toute analyse concrète de discours ou d’observations en situation.

  • 4 Cette critique est identique à celle du début de L’Empire de la valeur, d’André Orléan (2011). Elle (...)

15On notera ici une nette filiation avec la théorie du marché comme "consommation des signes" de Baudrillard (1976), dont la réactivation se démarque d’interprétations plus récentes et plus ancrées empiriquement sur la consommation et le boycott comme gestes politiques contestataires intégrés à l’histoire des mouvements sociaux (Dubuisson-Quellier, 2009). En détachant de cette manière les prix de leur production socio-économique et de la conflictualité sociale pour étudier la valeur « en aval des prix » (p. 111), se dessine une conception de la valeur marchande où le récit remplace le travail et les mots remplacent les choses – les auteurs parlent par exemple de l’« accumulation du capital résultant de l’exploitation du nom “Laguiole” » (p. 433). Si on peut comprendre la critique de la valeur comme « propriété substantielle et mystérieuse » (p. 12), empruntée à André Orléan4, n’est-il pas dommage, en revanche, qu’un ouvrage centré sur les marchandises s’abstienne de toute référence au travail, à des prix concrets, aux salaires, aux luttes pour l’appropriation ou la dénonciation de la dangerosité des marchandises ? Et qu’il ne cherche pas à mesurer la place réelle – et sans doute mineure – qu’occupent certaines marchandises spécifiques de l’économie de l’enrichissement dans le reste de l’économie mondiale ?

2. Une critique de la « critique de la marchandise » : travail, profit et dualité des marchandises

  • 5 Il ne s’agit pas ici de discuter de l’hypothèse de l’homogénéité des produits, critiquée par Chambe (...)

16Malgré l’intérêt du thème, un impressionnant travail de synthèse et une créativité conceptuelle indéniable, le risque est de surinterpréter des tendances économiques minoritaires et de forger une sociologie critique trop peu étayée empiriquement, où les marchandises sont perçues comme des entités homogènes séparées du travail et des conflits sociaux5. De nombreux dialogues sont certes tissés avec différents courants de la sociologie économique, notamment les économies de la qualité et la sociologie de l’innovation (Callon et al., 2003), les économies des singularités (Karpik, 2007) ou de l’évaluation (Fourcade, 2011 ;Lamont, 2012), et à chaque fois de façon intéressante. Mais c’est pour mieux s’en démarquer, et sans s’appuyer sur les analyses empiriques qui cherchent à montrer comment se construit, concrètement, la valeur – et qui le font souvent en prenant en compte le rôle crucial des activités de travail pour la genèse de la valeur, par exemple dans le travail d’évaluation des ingénieurs téléphoniques par Alexandra Bidet et François Vatin (2008). Et même si on attribue la valeur au commerce et non à l’industrie, ce commerce n’est-il pas lui aussi déjà du travail ? Dans la même veine, on regrettera qu’il n’y ait pas de discussion plus précise des travaux de Viviana Zelizer (2005) sur la valeur morale de l’argent, et de Philippe Steiner sur les frontières du monde marchand (2016), comme le remarque Camille Herlin-Giret (2018), car le sens donné au terme valeur, et à ses limites, aurait gagné en précision.

17On abordera ici seulement quelques pistes : l’importance toujours déterminante de la production et du travail, qui s’inscrit dans une économie mondialisée où l’isolement d’un « pôle occidental » fondé sur le commerce est difficile à penser ; l’incontournable – et pourtant contournée – dualité des marchandises, entre valeur d’échange et valeur d’usage, qui était au fondement de l’économie politique classique et de sa critique marxiste ; l’intérêt, pour une critique des marchandises, d’une analyse en termes de classes sociales et non de « riches et de pauvres », ce qui suppose que soit éclaircie la notion de profit.

2.1. Un commerce sans production est-il possible ?

18L’un des arguments centraux de l’ouvrage consiste à minimiser l’importance de la production industrielle en série pour souligner le rôle du commerce de choses singulières, ce qui pose deux problèmes. D’abord, même dans le cas d’objets de luxe, on a souvent affaire à des objets produits industriellement, et en série, ce qui rend délicat le maniement de l’opposition entre la forme tendance et la forme standard. Les auteurs le disent en passant, mentionnant le cas « de la France et de l’Italie (dont l’habillement, la maroquinerie et la chaussure constituent respectivement 39 %, 38 % et 33 % des exportations haut de gamme) » (p. 32), ce qui suppose une production industrielle locale, même si le storytelling publicitaire vise à l’effacer (Salmon, 2008). En rapprochant autant les objets de luxe des objets d’art, on entretient de fait une confusion. Comme le dit Thibault Le Texier (2017) : « Certes, un grand cru et une sculpture de Jeff Koons ont un certain rapport à l’histoire et prennent de la valeur avec le temps, mais ces deux points communs suffisent-ils à élaborer une nouvelle catégorie d’objets ? »

19Ensuite, quand ces produits ne sont pas produits sur place, ils n’en sont pas moins fabriqués par des entreprises occidentales qui produisent là-bas ce qu’elles vendent ici : couper une partie de la « biographie sociale » de la marchandise, pour ne garder que la partie « aval » à la manière de l’anthropologie culturelle d’Appadurai (1986) et Kopytoff (1986), cela entraîne une illusion d’optique qui surdétermine le commerce dans la genèse de la valeur. Certes, « le déclin des régions industrielles tranche, en effet, nettement avec la prospérité croissante de régions situées surtout sur le littoral, dans l’ouest ou au sud, où la population a fortement crû et où l’activité et les revenus ont augmenté » (p. 25). Mais comme le disent les auteurs d’une façon paradoxale, les « sociétés européennes » font « un usage plus élevé que jamais de produits d’origine industrielle » (p. 23), et même les couteaux Laguiole, plantés au cœur du livre, sont « fabriqués de manière standardisée dans des usines situées en Chine et au Pakistan » (p. 413). Alors pourquoi s’intéresser à ces couteaux, à la « fouace » (« brioche à la fleur d’oranger ») et à « l’aligot » (« un plat à base de pomme de terre et de fromage fondu ») plutôt qu’au pétrole, aux missiles, aux crédits financiers toxiques et aux ordinateurs ? Dans quelle économie vit-on ? De fait, les produits industriels, qu’ils soient de luxe ou de première nécessité, sont loin d’avoir été évincés. Et de nombreuses marchandises standardisées mais non industrielles, comme les services et les produits financiers, se développent à un rythme qu’on peut juger plus rapide et déterminant que celui de l’économie de l’enrichissement, et qui pose la question de l’origine de la valeur des marchandises – loin d’être une entité homogène.

2.2. Les marchandises sont-elles des objets homogènes ?

  • 6 Le célèbre passage cité par Marx, qui influence aussi les économistes classiques à l’origine de la (...)

20L’ouvrage aborde plus d’une fois le problème des sources de la valeur des choses, en se démarquant clairement des théories qui insistent sur le travail, le salariat, mais aussi en mettant volontairement de côté la question de l’opposition entre valeur d’usage et valeur d’échange. Cela revient à tirer un trait sur une longue tradition qui remonte à La Politique d’Aristote6 et se poursuit chez les économistes classiques comme Adam Smith et Ricardo, pour qui il n’y a pas de théorie de la marchandise sans distinction entre son usage social, d’une part, et son échange commercial, d’autre part. Cette distinction, reprise par Marx, qui en fait le point de départ du Capital, bifurque ensuite en deux courants profondément irréductibles, entre l’école de la « critique de la valeur » puis de la « nouvelle critique de la valeur » d’une part, et celle du « marginalisme », dans ses versions libérale puis néolibérale, d’autre part.Dans le premier cas, par exemple chez Anselm Jappe (2003) – mais aussi chez Kurz (2002) et Postone (2009) – la dualité de la marchandise est pensée à partir de la notion-clé de travail abstrait, essentielle à la théorie de la valeur. Dans le second, celui de l’approche néoclassique, la notion d’usage est déformée, dénaturée, mathématisée, pour devenir le concept d’« utilité marginale », essentiel à Walras (1988 [1974]), dont la postérité sera si déterminante pour l’ensemble de l’économie libérale (Bridel, 1996). Les deux auteurs rejettent dos-à-dos ces interprétations, comme les débats qu’ils ont engendrés pendant quelques siècles, en refusant de prendre en compte l’idée d’une dualité de la marchandise :

Au lieu de placer la valeur en amont du prix et dans les choses mêmes, comme c’était le cas chez les économistes classiques, ou de la confondre, chez les néoclassiques, avec un prix d’équilibre théorique (sous la surveillance organisatrice d’un commissaire-priseur), nous placerons la valeur en aval du prix. En effet, nous considérerons que la référence à la valeur, qui ne dispose pas de métrique propre dans laquelle s’exprimer, n’est pertinente qu’en tant qu’elle permet de critiquer ou de justifier le prix des choses. Notre conception de la marchandise écarte ainsi des débats alambiqués sur la relation entre valeur d’usage et valeur d’échange, et, du même coup, sur le caractère fétiche que Marx lui a prêté et dont le supposé dévoilement a alimenté les théories de la réification. (p. 111)

  • 7 Travaux que l’on retrouve en particulier dans la revue Travailler. Revue internationale de psychopa (...)

21Cette pacification forcée évacue hâtivement la « relation entre valeur d’usage et valeur d’échange », pourtant essentielle pour comprendre comment peuvent s’opposer, dans de nombreux domaines, des exigences contradictoires entre les besoins sociaux et les exigences de profit. Dans le cas de l’industrie pharmaceutique, par exemple, la recherche de profit s’oppose souvent à l’intérêt thérapeutique des patients (Krikorian, 2014 ; Ravelli, 2015), et il est indispensable d’en mesurer l’influence pour décortiquer les composants de la valeur d’usage, et leurs effets biologiques. Cette opposition se traduit par des dispositifs professionnels contradictoires étudiés, notamment, par Christophe Dejours, Marie-Anne Dujarier ou Vincent de Gauléjac7. On retrouve ce type de contradiction dans l’industrie alimentaire, dans l’industrie automobile et même dans l’industrie financière, dont la toxicité des produits ne peut se comprendre que si l’on compare leur intérêt commercial à leur effet social (Ravelli, 2017). Et c’est bien parce que cette relation est elle-même « alambiquée » que les débats le sont aussi, et méritent d’être menés. Sinon, le risque est de partir d’une représentation idéalisée des marchandises, qui suppose a priori leur homogénéité au lieu d’expliquer les controverses, et souvent même les conflits durables, dont elles font l’objet.

  • 8 La note 1, page 612, précise la méthodologie employée : « notre travail s’appuie principalement sur (...)

22À l’inverse, souligner le caractère contradictoire des marchandises permet d’éclairer des phénomènes aussi divers que la la toxicité, l’obsolescence programmée, la surproduction et la surconsommation, qu’on a du mal à appréhender sans prendre en compte l’antagonisme entre la valeur d’échange et la valeur d’usage. Ces deux notions ont aussi l’intérêt de pouvoir être observées ethnographiquement, par la sociologie du travail en particulier, en voyant comment des exigences contradictoires peuvent peser sur les salariés en termes de qualité et de productivité. De ce point de vue, la « démarche de glaneurs » (p. 16) revendiquée par les auteurs8 mériterait des développements ethnographiques plus serrés, et ne permet pas de voir les tensions qui existent dans les activités sociales des salariés comme des consommateurs de marchandises. Sans cela, l’administration de la preuve est insuffisante, justement parce que les activités de travail ne sont pas prises en considération, ou bien ne le sont que comme illustrations de formes de « narrativité » commerciales qui gomment les groupes sociaux.

2.3. Riches et pauvres ou classes sociales ?

23L’un des aspects de cette nouvelle économie serait en effet la « réorientation en direction des riches ». Sa particularité consisterait « moins à chercher à capter l’argent des pauvres, ce qui a été un stimulant de la standardisation et, à l’inverse, à se tourner en priorité vers l’argent des riches, dans une dépense qui est toujours susceptible d’être transformée en accroissement de richesse » (p. 378-379). On sent, de ce point de vue, l’influence des théories de Veblen, souvent cité par les auteurs, qui ne définit pas les classes sociales par leurs rapports de production mais de consommation, pour mettre en lumière la « consommation ostentatoire » d’une « classe de loisir » (Veblen, 1970). Développée dès 1899 dans un contexte d’expansion économique – rendu en particulier possible par la colonisation et la financiarisation – cette théorie cherchait, déjà, à endiguer l’influence d’une analyse marxiste des classes (Veblen, 1906). Mais au début du xxie siècle, en période de crise et de chômage de masse, le lecteur peut légitimement se demander comment, en toute logique, une économie entière peut graviter autour de la consommation d’un groupuscule privilégié. De fait, la grande majorité de la population ne consomme pas d’objets d’art ou de luxe, ce qui relativise l’importance accordée à cette économie de l’enrichissement, qui ne touche en réalité que des fractions bien précises de la population.

24Par ailleurs, ce parti pris théorique implique, selon les auteurs, de se passer d’une terminologie trop ciselée sociologiquement.

Le couple riches et pauvres, disent-ils, permet de comprendre la dynamique de l’économie de l’enrichissement, mieux que ne le ferait une référence précise à des classes sociales différenciées par leur niveau de revenus et de patrimoine, riches et pauvres fonctionnant davantage dans une logique relative d’opposition que comme des catégories aux frontières nettes. (p. 65)

25Pourtant, les dynamiques à l’œuvre dans l’économie mondiale – qu’il s’agisse de l’économie de l’enrichissement ou du mouvement plus massif de financiarisation – modifient bien la physionomie de la société et les contours des classes sociales. La financiarisation de l’économie, par exemple, permet à certains segments des classes moyennes de devenir propriétaires, et en plonge d’autres – qui sont parfois les mêmes, mais plus tard – dans le surendettement. Il aurait été utile de voir quels sont, concrètement, les groupes sociaux concernés par cette nouvelle économie, et comment ils s’insèrent dans une sociologie de classes comme celle que l’on trouve, élaborée et réélaborée au fil des années, chez Erik Olin Wright (1985) : de quels créateurs, collectionneurs, artisans, grandes entreprises et autoentrepreneurs précaires parle-t-on concrètement quand on parle de riches et de pauvres ?

26Une manière de clarifier cette question serait de distinguer deux significations du profit, sans pour autant considérer qu’elles soient réellement dissociables. Au lieu de considérer que le profit commercial se serait substitué au profit industriel pour « faire la part moindre à la production et une part plus importante à la commercialisation dans la formation du profit » (p. 377), il semble plus logique de distinguer – conceptuellement – d’une part le profit comme captation ou transfert de richesse, et d’autre part le profit comme création de richesse, qui suppose forcément un travail de production. De fait, dans une perspective marxiste, critiquée dans cet ouvrage, la plus-value doit toujours à la fois être créée et réalisée. Ce ne sont jamais que deux moments d’un même mouvement, sans qu’il y ait d’opposition entre les deux processus, ou qu’il faille choisir entre l’un et l’autre comme s’ils étaient deux puits de profit, deux « gisements » séparés : quand l’un manque, il y a surproduction ; quand l’autre fait défaut, il y a pénurie – dans les deux cas la machine à profit se bloque. Mais cela impliquerait de parler de travailleurs, de consommateurs et de patrons, plutôt que de riches et de pauvres. Et donc d’intégrer la critique des marchandises au sein d’une analyse de classes.

27En conclusion, ce livre foisonnant attire l’attention sur un champ de recherche en développement, et important, sans toutefois le faire d’une manière convaincante. L’idée de l’avènement d’un nouveau stade du capitalisme, caractérisé par le passage d’une économie industrielle à une économie de l’enrichissement fondée sur « l’exploitation du passé », apparaît exagérée. Elle donne trop d’importance à des phénomènes économiques certes intéressants mais minoritaires, propres à quelques pays riches d’Europe occidentale – dont l’économie et surtout les grandes entreprises multinationales opèrent en fait à une tout autre échelle. Si la ville d’Arles est devenue un centre de création d’art contemporain longuement décrit dans l’ouvrage, c’est certes parce que Maya Hoffman, mécène et collectionneuse, y a investi son capital. Mais c’est surtout parce ce capital s’est accumulé dans un autre secteur depuis 1896, date à laquelle son arrière grand-père fonde les laboratoires phamaceutiques Hoffman-La Roche, une multinationale industrielle parmi les plus profitables au monde. L’essor des hautes technologies, du secteur financier ou des services, sont, par comparaison au champ de l’enrichissement, des tendances de fonds plus significatives. Par ailleurs, en refusant d’analyser le travail, les classes sociales et la dualité de la marchandise (la valeur d’usage répondant ou construisant un besoin social, d’une part, et valeur d’échange permettant le profit et l’accumulation de capital, d’autre part), pour se focaliser sur le commerce – d’une façon par ailleurs stimulante – cette « critique de la marchandise » se coupe de références conceptuelles essentielles et dessine un monde capitaliste d’où les conflits sont absents.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai A. (ed.) (1986), The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press

Aristote (1995), La Politique, Trad. De J. Tricot, Paris, J. Vrin

Baudrillard J. (1976), Le Système des objets. La consommation des signes, Paris, Éditions Denoël.

Bidet A. & F. Vatin (2008), « Pratique d’ingénieur et mesure de la valeur : le cas de la téléphonie », Idées économiques et sociales, vol. 2, n° 52.

Boltanski L. (1982), Les Cadres, L’invention d’un groupe social, Paris, éditions de Minuit.

Boltanski L. & E. Chiapello (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdieu P. (2000), Les Structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil.

Braudel F. (1990), Civilisation matérielle, économie et capitalisme du xve au xviiie siècle, Paris, Armand Colin.

Bridel P. (1996), Le Chêne et l’architecte. Un siècle de comptes rendus bibliographiques des Eléments d’économie politique pure de Léon Walras, Genève, Droz.

Callon M., Méadel C. & V. Rabeharisoa (2003), « L’économie des qualités », in Callon et al., Sociologie des agencements marchands, Paris, Presses des Mines – Transvalor.

Chamberlin E. H. (1953), La Théorie de la concurrence monopolistique. Une nouvelle orientation de la théorie de la valeur, Paris, Puf.

Dubuisson-Quellier S. (2009), Le Consommateur engagé, Paris, Presses de Science Po.

Fourcade M. (2011), "Cents and Sensibility: Economic Valuation and the Nature of “Nature”", American Journal of Sociology, vol. 116, n° 6.

Herlin-Giret C. (2018), « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Sociologie, Comptes-rendus, 2018, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 3 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3328

Jappe A. (2003), Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Éditions Denoël.

Karpik L. (2007), L’Economie des singularités, Paris, Gallimard.

Keck F. (2017), « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement : une critique de la marchandise », Gradhiva. Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, n° 25, p. 266-269

Kopytoff I. (1986), « The cultural biography of things », in Arjun Arjun (ed.) (1986), The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press.

Krikorian G. (2014), La Propriété ou la vie ? Economies morales, actions collectives et politiques du medicament dans la négociation d’accords de libre-échange (Maroc, Thaïlande, Etats-Unis), Thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Kurz R. (2002), Lire Marx. Les textes les plus importants de Karl Marx pour le xxie siècle, Paris, La Balustrade.

Lahire B. (2015, Ce n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, Paris, La Découverte.

Lamont M. (2012), « A comparative Sociology of Valuation and Evaluation », The Annual Review of Sociology, vol. 38.

Le Texier T. (2017), « Le capital par le petit bout de la lorgnette », Revue française de science politique, 2017/3 (vol. 67), p. 547-553.

Lévi-Strauss C. (1971), Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton & Cie.

Marx K. (2002), Le Capital, Livre I, Paris, Puf.

Moulier-Boutang Y. (2007), Le Capitalisme cognitif : la nouvelle grande transformation, Paris, Amsterdam.

Olin Wright E. (1985), Classes, Londres, Verso.

Olin Wright E. (2009), « Understanding Class. Toward an Integrated Anlytical Approach », 60, november-december.

Orléan A. (2011), L’Empire de la valeur, Paris, Le Seuil.

Postone M. (2009) Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris, Mille et une nuits.

Peirce C. S. (1905), « What Pragmatism is », The Monist, 15:2, p. 161-181.

Quéré L. & Terzi C. (2014), « Did You Say ‘Pragmatic’? Luc Boltanski’s Sociology, from a Pragmatist Perspective », in S. Simon & B. S. Turner (eds), The Spirit of Luc Boltanski, Londres, Anthem Press.

Ravelli Q. (2015), La Stratégie de la bactérie. Une enquête dans l’industrie pharmaceutique, Paris, Le Seuil.

Ravelli Q. (2017), « Financial Backlash: When Local Bankers face Social Protest", in Boussard V. (dir.), 2017, Finance at Work, Routledge.

Salmon C. (2008), Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Saussure F. de (1972), Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

Smith A. (2000), Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, Livres I et II, Paris, Economica.

Steiner P. (2016), Donner… Une histoire de l’altruisme, Paris, Puf.

Touraine A. (1969), La Société post-industrielle, Paris, Éditions Denoël.

Veblen T. (1906), « The Socialist Economics of Karl Marx and his Follovers », The Quarterly Journal of Economics, vol. 20.

Veblen T. (1970), La Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard.

Walras L. (1988) [1874], Eléments d’économie politique pure, Paris, Economica.

Zelizer V. (2005), « Ce que l’argent veut dire », La signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Cependant, la référence à Braudel pour caractériser l’économie d’enrichissement à partir du commerce plutôt que de la production - et en déduire une opposition entre la « plus-value travail » marxiste et la « plus-value commerciale » braudélienne – est tout sauf évidente. Certes, Braudel parle du « commerce au loin » (Braudel, 1967, p. 109-110) comme forme essentielle d’accumulation, mais elle n’est jamais pour Braudel séparée ou opposée à la production car « le commerce achève la production » (Braudel, 1967, p. 106) et l’« industrie suit les marchands » (Braudel, 1967, p. 106). Le capitalisme industriel a, de fait, une place centrale dans son analyse de l’économie méditerranéenne sous Philippe II, notamment sous la forme du « système sur avance » des industries urbaines, où le marchand avance à l’artisan son salaire et la marchandise qu’il va travailler.

2 Parmi les nombreuses références aux « jeux de langage » de Wittgenstein – comme l’indétrônable « lapin-canard » – on trouve aussi la piste de l’analyse des prix comme des « faits », sans qu’on sache comment elle se concilie avec celle des prix comme des signes : « dans un langage inspiré du premier Wittgenstein, on peut dire que les prix sont des faits au sens où, en ayant lieu, ils appartiennent à un certain état de choses. » (p. 128).

3 Cette omission est relevée dans une autre recension citée plus haut : Le Texier (2017).

4 Cette critique est identique à celle du début de L’Empire de la valeur, d’André Orléan (2011). Elle occasionne aussi une critique de toute « valeur réelle », par exemple à partir d’un passage de Bernard Lahire (2015) sur un tableau raté, une « croûte » de Poussin, auquel on ne saurait, selon les auteurs, assigner aucune valeur réelle.

5 Il ne s’agit pas ici de discuter de l’hypothèse de l’homogénéité des produits, critiquée par Chamberlin (1953) depuis une analyse des monopoles, mais du postulat que les marchandises ne sont pas constituées de composants hétérogènes, qui reflètent des contradictions entre la valeur d’usage et la valeur d’échange.

6 Le célèbre passage cité par Marx, qui influence aussi les économistes classiques à l’origine de la pensée libérale, est le suivant : Aristote (1995), La Politique, Trad. De J. Tricot, J. Vrin (princeps 1962), Paris, I, 9, 1257a.

7 Travaux que l’on retrouve en particulier dans la revue Travailler. Revue internationale de psychopathologie et de psychodynamique du travail, Martin Média, Paris.

8 La note 1, page 612, précise la méthodologie employée : « notre travail s’appuie principalement sur une enquête réalisée pendant deux séjours à Laguiole (août 2013 et août 2014), d’un séjour à Thiers pendant la semaine du Salon de la coutellerie (mai 2014) » et « sur l’analyse de la revue consacrée à la coutellerie, Excalibur, et sur celle des documents relatifs à la consommation (rapport d’impact, compte-rendu des débats, etc.) » (p. 612)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Ravelli, « L’économie de l’enrichissement : nouveau stade du capitalisme ou illusion d’optique ? Pistes de réflexion pour la critique de la marchandise », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12454

Haut de page

Auteur

Quentin Ravelli

Chercheur au CNRS (Centre Maurice Halbwachs, Ecole Normale Supérieure) quentin.ravelli@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page