Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

Diversité des capitalismes et dispositifs institutionnels environnementaux

Luc Elie

Résumés

Cette thèse s’inscrit dans l’analyse diachronique et synchronique des liens entre les formes de capitalisme et leur environnement. Le premier chapitre propose de mettre en lumière la manière dont la coévolution entre le capitalisme et l’environnement a pu s’opérer en croisant les apports théoriques et empiriques de l’école de la régulation et des travaux d’histoire environnementale et d’économie écologique. Nous montrons que les différentes formes historiques du capitalisme ont généré des conséquences environnementales importantes et différenciées. À l’inverse, il s’avère que le rapport à l’environnement a eu une influence primordiale sur les formes de capitalisme, notamment par l’intermédiaire de dispositifs institutionnels environnementaux (DIE). Le second chapitre vise à savoir dans quelle mesure ces DIE subissent un processus d’adoption différencié selon les formes contemporaines de capitalisme dans lesquelles ils s’inscrivent. , une certaine correspondance entre notre typologie des DIE nationaux et la typologie des capitalismes d’Amable apparaît. Enfin, le troisième chapitre porte sur la manière dont les niveaux d’inégalités, en grande partie dépendants des différentes formes de capitalismes, peuvent influencer l’adoption des DIE. Par le biais d’une analyse économétrique, nous tentons de faire apparaître les mécanismes les plus à même d’expliquer ce phénomène.

Haut de page

Texte intégral

Thèse soutenue le 28 juin 2017 à l’université de Bordeaux

Sous la direction de Yannick Lung (université de Bordeaux)

Marie-Claude Bergouignan (université de Bordeaux)

Robert Boyer (CNRS)

Matthieu Clément (université de Bordeaux)

Ali Douai (université Nice Sophia Antipolis)

Franck-Dominique Vivien (université de Reims Champagne-Ardenne)

Question(s) de recherche

1Ce travail s’inscrit dans l’analyse diachronique et synchronique des liens entre les formes de capitalisme et l’environnement. Dans le cadre de cette thèse, ce thème général a été abordé sous deux angles principaux : l’angle historique, considérant la coévolution entre le capitalisme et l’environnement, et l’angle de la comparaison internationale, en analysant le rôle des formes contemporaines de capitalisme dans l’adoption des dispositifs institutionnels environnementaux (DIE). S’agissant de ce second angle, nous questionnons particulièrement les conséquences environnementales des inégalités économiques générées par les modèles de capitalisme.

Méthodes

2Dans une première étape, une revue de littérature des travaux régulationnistes traitant de la problématique environnementale permet d’adopter l’hypothèse de coévolution entre capitalisme et environnement, d’une part, et de positionner théoriquement le concept de dispositif institutionnel environnemental, d’autre part. Nous mettons ensuite en lumière la manière dont cette coévolution a pu s’opérer en croisant les faits stylisés établis par l’école de la régulation et les résultats de travaux d’histoire environnementale et d’économie écologique. Dans une seconde étape, nous mobilisons les littératures de science politique et de l’économie écologique pour construire un cadre explicatif des conséquences environnementales des formes contemporaines de capitalisme. Une analyse de données permet d’établir une typologie de dispositifs institutionnels environnementaux et de constater des correspondances avec la classification d’Amable (2005) des cinq capitalismes. Afin d’expliquer ces correspondances, dans une dernière étape, une revue de littérature permet d’élaborer un cadre d’analyse des conséquences environnementales des inégalités économiques. Une analyse économétrique vise à faire apparaître les mécanismes les plus à même d’expliquer cette dernière relation.

Résultats

3La première étape de ce travail permet de montrer que certaines caractéristiques fondamentales des formes historiques du capitalisme ont généré des conséquences environnementales importantes et différenciées. En retour, il s’avère que le rapport à l’environnement a eu une influence primordiale sur les formes de capitalisme, notamment par l’intermédiaire de l’adoption de dispositifs institutionnels environnementaux. Ces institutions spécialisées dans la régulation des conflits d’usage de l’environnement jouent un rôle important dans l’évolution du rapport à l’environnement. Elles ont, entre autres, facilité l’accès du fordisme à sa base matérielle et contribué à l’émergence et au maintien du régime d’accumulation fordiste, mais elles ont également concouru à nourrir la dépendance de ce dernier à cette base matérielle. La seconde étape permet de montrer qu’il existe une certaine correspondance entre notre typologie des DIE nationaux et la typologie des capitalismes. Les pays du modèle méditerranéen se caractérisent par un faible développement des DIE et ceux du modèle libéral de marché par l’utilisation d’instruments de marché. Les pays sociaux-démocrates ainsi qu’une grande partie des pays relevant du modèle européen continental sont marqués, quant à eux, par un développement important des DIE. Ces deux derniers groupes se distinguent toutefois par des différences mineures concernant l’importance des initiatives décentralisées (plus développées dans le cas des pays sociaux-démocrates) et le niveau de contrainte de la réglementation environnementale (plus importante pour les pays européens continentaux). Ces résultats apparaissent compatibles avec nos hypothèses concernant les rôles des déterminants politiques, des types de concurrence sur le marché des produits et des niveaux d’inégalités dans le développement des DIE. Enfin, s’agissant de la troisième étape, les résultats de l’analyse économétrique suggèrent que l’effet des inégalités sur l’adoption de DIE est ambigu et dépend de l’origine sociale de la demande politique de DIE, du degré d’inégalité de pouvoir caractérisant les nations et du type de DIE considéré.

Haut de page

Bibliographie

Principales références théoriques

Amable B. (2005), Les Cinq Capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Pais, Le Seuil, 384 p.

Becker, J. & W. (1999), « Theory of regulation and political ecology: an inevitable separation? », Ambiente & sociétale, p. 5‑17.

Berthe A. & L. Elie. (2015.), « Mechanisms explaining the impact of economic inequality on environmental deterioration », Ecological Economics, n° 116, p. 191‑200.

Boyce J.K. (1994), « Inequality as a cause of environmental degradation », Ecological Economics, n° 11, p. 169‑178.

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes : théorie de la régulation et des crises, Paris, La Découverte.

Douai A. & M. Montalban (2012), « Institutions and the environment: The case for a political socio-economy of environmental conflicts », Cambridge Journal of Economics, n° 36, p. 1199‑1220.

Magnani E. (2000), « The environmental Kuznets curve, environmental protection policy and income distribution », Ecological Economics, n° 32, p. 431‑443.

McNeill J.R. (2010), Du nouveau sous le soleil. Une histoire de l’environnement mondial au xxe siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Scruggs L.A. (1998), « Political and economic inequality and the environment », Ecological Economics, n° 26, p. 259‑275.

Zuindeau B. (2007), « Régulation School and environment: theoretical proposals and avenues of research », Ecological Economics, n° 62, p. 281‑290.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Elie, « Diversité des capitalismes et dispositifs institutionnels environnementaux », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12563

Haut de page

Auteur

Luc Elie

Luc Elie, université Paris 13, CEPN, chargé de recherche, luc.elie@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page