Navigation – Plan du site
Dossier : Financiarisation et classes sociales

Financiarisation et classes sociales : introduction au dossier

Financialization and Social Class: an Introduction to this Issue
Financiarización y clases sociales : introducción al dossier
Benjamin Lemoine et Quentin Ravelli

Résumés

La financiarisation, en fractionnant le salariat, en généralisant l'endettement et en laissant à penser que la propriété s’était universalisée, a modifié les rapports entre groupes sociaux, transformé les formes de conflits, ainsi que les modes de représentation politique. L’objectif de cette introduction est de suggérer, à partir d’enquêtes empiriques, des pistes de réflexion sur ce que fait la financiarisation aux modes de division du monde social. L’analyse de la société en termes de classes antagonistes, longtemps centrale en sciences humaines, s’est estompée. Or, depuis la crise économique, la question de la dette – sa marchandisation par le capital financier tout comme les formes d’ascension sociale ou de surendettement populaire qu’elle engendre – ravive le vieux problème de la définition des classes sociales et permet de comprendre comment les rapports entre les classes ont évolué sous l’action du capital financier. Il s’agit d’analyser les dynamiques de formation des groupes sociaux mais aussi les jeux de consolidation et de déstabilisation de ces groupes. Mais cet exercice réflexif sur les catégories en jeu s’accompagne, dans le même mouvement, d’une visée descriptive réaliste, c’est-à-dire capable de distinguer les degrés de réalité pris par tel ou tel groupe, d’évaluer les asymétries, et d’analyser les rapports de force entre groupes et catégories sociales. Les conditions d’existence des populations, brouillées par le recours massif au crédit dans de nombreux pays, ont largement été transformées par la financiarisation de l’économie. Celle-ci donne une consistance, temporaire et fragile, à l’idéal politique – porté notamment par les gouvernements successifs de centre-gauche et de centre-droite – d’une société sans classes, dont l’un des centres de gravité serait la petite propriété et la classe moyenne étendue à tout le corps social.

Haut de page

Texte intégral

1Classe dominante, classes possédantes, classe ouvrière, classes populaires : l’analyse de la société en termes de classes a longtemps été centrale dans le décryptage de la vie sociale et politique ainsi qu’un socle essentiel aux sciences sociales. Une façon de les aborder consistait à présupposer la réalité des classes, à démontrer l’enracinement profond d’intérêts antagonistes fondés sur des rapports de propriété, de domination et d’exploitation entre des groupes dotés d’une conscience de classe et de moyens de représentation collective – ou, au contraire, à relativiser ou nier leur existence. Or, depuis les années 1980, la vision du monde social en termes de classes paraît s’être estompée, à mesure que progressait l’ancienne idée d’une société post-industrielle (Bell, 1973 ; Touraine, 1969), étendant progressivement à l’ensemble du corps social la catégorie attrape-tout de classe moyenne, tantôt éthérée et rhétorique, tantôt ancrée économiquement et socialement, et faisant place à l’individu ou, dans une version agrégée, aux communautés. L’hypothèse d’une société organisée par une multitude de petites différences, par des intérêts divergents plutôt que contradictoires, a fait reculer l’hypothèse d’un conflit central sous-jacent. Le sens de la notion dynamique de classes a lui-même évolué, devenant souvent un simple synonyme de la notion plus mécanique de catégorie sociale et estompant ainsi une lecture en termes d’antagonismes de classes.

2Cependant, les conflits sociaux des années 2000, puis les conséquences économiques et sociales de la crise de 2008 à une échelle mondiale, contribuent aujourd’hui à un certain regain d’intérêt pour des catégories trop rapidement jugées archaïques et dépassées. Après la « mort des classes sociales » (Clark & Lipset 1991 ; Pakulski & Waters 1996), les années récentes marqueraient le « retour des classes sociales » (Chauvel, 2001 ; Bouffartigue, 2004 ; Savage, 2015). Mais cette renaissance, tant dans les sphères académiques que dans le monde social, politique et médiatique, reste imprécise, ténue et indirecte : les classes sociales se manifestent en creux des études consacrées à l’accroissement des inégalités sociales, des clivages socio-culturels ou nationaux, ou encore décrivant la décomposition des structures syndicales et des nouvelles formes de déclassement. Si, dans ce panorama, les concepts de classe réapparaissent et leurs frontières se transforment, la consistance précise de ces classes semble toujours insaisissable.

  • 1 Sans entrer dans le détail des relations entre l'idéologie néolibérale et la financiarisation, préc (...)

3Ce dossier part de l’idée que la financiarisation, en fractionnant le salariat, en généralisant l'endettement et en laissant à penser que la propriété s’était universalisée, a modifié les rapports entre groupes sociaux, transformé les formes de conflits, ainsi que les modes de représentation politique. Or, le terme de « financiarisation » comme le terme « néolibéralisme » dont il désigne l'une des composantes essentielles1, agglomère voire confond plusieurs significations. Certains l’entendent comme une forme d'accumulation du capital (Krippner, 2005 ; Boyer, 2000 ; Aglietta, 2001 ; Arrighi 1994 et 2007), d’autres comme l'imposition de la « valeur de l’actionnaire » (Rappaport, 1986 ; Lordon, 2000 ; Orléan, 1998), ou encore l’assimilent au renforcement du pouvoir des institutions financières dans les économies domestiques (Erturk et al., 2007), à travers l’expansion du crédit et de la dette, qui pèse tant sur les budgets des familles que sur ceux des États. Au-delà de ces différences d’interprétation, qui ne sont pas forcément exclusives, la financiarisation constitue un phénomène largement documenté par les sciences sociales (Knorr-Cetina & Preda, 2012 ; Van der Zwan, 2014) – qu’il s’agisse de la sociologie, de l’histoire, de l’économie hétérodoxe ou de la science politique. On peut, a minima, l’entendre comme « l’accroissement de la part du secteur financier (banques, assurances et activités de placements) dans le produit intérieur brut, en termes de profits ou de masse salariale », mais aussi, plus sociologiquement, comme « la façon dont [la logique des marchés financiers] irrigue des univers sociaux en dehors de leur sphère originale » (Godechot, 2016). Cet accroissement du poids de la finance, depuis la fin des années 1970, est sans conteste une caractéristique essentielle du capitalisme contemporain.

4Mais la « colonisation » par la finance de secteurs entiers de l’économie, qui lui étaient auparavant étrangers, fait l’objet de controverses. Engendre-t-elle, via la « démocratisation » du crédit et des produits financiers (Langley, 2008), une plus grande mobilité sociale, ainsi qu’un élargissement de l’assise des classes moyennes ? Renforce-t-elle ou fragilise-t-elle des différences préexistantes ou, au contraire, participe-t-elle de l’apparition de nouvelles frontières de classes ? Pour certains économistes et sociologues, les identités de classe à l’échelle du monde ont fondu sous l'effet de la financiarisation, transformant les travailleurs en détenteurs de capitaux, en « investisseurs » ou instituant des alliances de classe inédites (Aguilera & Jackson, 2003 ; Höpner, 2003). Pour d’autres, les violences de classes se sont aiguisées et complexifiées à une échelle globale, se traduisant par une marginalisation croissante et des vagues d’expulsions des centres de décision du capitalisme (Aalbers, 2008 ; Sassen, 2014). Des auteurs ont pu, récemment, quantifier les effets de la financiarisation sur les différentes strates de revenus, soit l’un des mécanismes contribuant à la stratification sociale (Fligstein, 2015 ; Hager, 2016). Étudier la financiarisation permet de comprendre la mutation des frontières entre classes et, inversement, l’analyse de classes éclaire les mécanismes à l’œuvre dans les processus de financiarisation. Suzanne de Brunhoff (2003) montre par exemple que la financiarisation a conduit, d’une part, à la séparation croissante des financiers et des entrepreneurs, faisant apparaître une nouvelle frontière au sein des détenteurs du capital, et d’autre part, à la transformation objective et subjective des classes ouvrières, sous l’influence de politiques monétaires d’État favorables à la finance.

5Loin de viser une recension exhaustive des débats que soulève un tel croisement, l’objectif de cette introduction est de suggérer, à partir d’enquêtes empiriques, des pistes de réflexion sur ce que fait la financiarisation aux modes de division du monde social. On s'efforcera en particulier de distinguer la classe sociale, qui renvoie à un rapport social, déterminé par des antagonismes capitalistes, et les catégories sociales, qui peuvent se définir selon un critère particulier ou une différence factuelle – âge, revenu, sexe, patrimoine, profession – et dont les caractéristiques comme les formes de mobilisations sont liées aux rapports de classe sans forcément s’y réduire. La question de la dette – sa marchandisation par le capital financier tout comme les formes d’ascension sociale ou de surendettement populaire qu’elle rend possibles – ravive le vieux problème de la définition des classes sociales et permet de comprendre comment les rapports entre les classes ont évolué sous l’action du capital financier. La démarche retenue est à la fois constructiviste et réaliste. Il s’agit d’analyser les dynamiques de formation – le travail de mise en forme d’un groupe, de découpage du monde social et de chirurgie taxinomique – mais aussi les jeux sociaux de consolidation et fragilisation de ces groupes. Mais cet exercice réflexif sur les catégories en jeu s’accompagne, dans le même mouvement, d’une visée descriptive réaliste, c’est-à-dire capable de distinguer les degrés de réalité pris par tel ou tel groupe, d’évaluer les asymétries et d’analyser les rapports de force entre groupes et catégories sociales. Tout en explicitant les enjeux propres à la définition de ce qu’est une classe sociale, ainsi que les disputes relatives à leur réalisation (ou déréalisation) dans le monde social et politique, nous analysons les processus de fabrication de ces classes par les diverses opérations de la financiarisation : l'endettement, l'épargne financiarisée, l'accumulation patrimoniale.

6Dans un premier temps, nous identifions les configurations, opérations, situations et expériences qui forgent une classe sociale et montrons comment elles interagissent avec la financiarisation (1. De quelles classes parle-t-on ?). Dans ces évolutions, les formes prises par la dette – en tant que technique de financement, d’organisation et de problématisation du monde social – nous paraissent jouer un rôle central. La dette, tout en contribuant à l’avènement de la financiarisation, n’a cessé de se renforcer avec elle. Les liens entre financiarisation et classes sociales via les pratiques d’endettement se manifestent à différents niveaux : depuis l’État et les enjeux macro-sociaux, macro-politiques et macro-économiques de l’endettement marchand jusqu’au niveau des individus, dont les enjeux n’en sont pas moins « macro » mais dessinent, en bout de chaîne, les modes d’incarnation individuelle et de subjectivation qu’introduit la finance, par la dette et le crédit.

7L’endettement des États comme des familles permet en effet de penser l’évolution conjointe des détenteurs du capital financier – et des groupes sociaux qui gravitent autour de ce pôle – comme des classes populaires et de certaines de leurs fractions particulières, comme les chômeurs ou les classes moyennes (2. L’utopie « universaliste » de la finance : l’enrôlement des classes sociales). Or, de tels déplacements de frontières engendrent de nouvelles formes de conflits, qui tendent à placer la domination financière au centre des relations de classes, et invitent à recalibrer la critique sociale, en réajustant ses cibles (3. Effritement des classes moyennes et retour de la solidarité des classes populaires ?).

1. De quelles classes parle-t-on ?

  • 2 Si un renouveau des travaux portant sur la question des classes sociales se dessine en sociologie p (...)

8De nombreux travaux se sont intéressés à l’appauvrissement et à l’enrichissement liés à la financiarisation, avec des conclusions contrastées. Parmi les économistes, certains affirment que la financiarisation permet de diminuer les inégalités de revenu et d’accroître les opportunités de mobilité sociale (Becker & Tomes 1979 et 1986). D’autres travaux, au contraire, soulignent que la finance accentue les inégalités, de façon directe (Piketty 2013) ou indirecte (Greenwood & Jovanovic 1990 ; Perrin-Heredia, 2009), par exemple par la précarisation du marché du travail qui en découle (Fligstein & Shin 2007). Mais rares sont ceux qui ont proposé de saisir – ce qui suppose un croisement explicite entre économie, sociologie et science politique2 – comment la financiarisation restructure les relations entre les classes, en permettant l’ascension de certains groupes au détriment d’autres, ou encore en « gonflant », telle une bulle, la position de classe de certains par l’accès au crédit avant de les plonger dans le surendettement et le déclassement. Les termes mobilisés pour désigner ces effets ne sont pas arrêtés ou limités aux classes sociales : inégalités sociales, asymétries de pouvoir ou d'information, les termes abondent. De même, les façons de découper la société afin de repérer ces différences prolifèrent : « catégories socioprofessionnelles », « milieu social » ou « condition sociale », « groupes sociaux », « castes », « riches et pauvres », « dominants et dominés », « oligarchie » et « élites » sont fréquemment utilisés de façon imprécise, sinon interchangeable. Dans le cas de la financiarisation de la société, cette pluralité de qualifications renvoie à des opérations ou des séquences différenciées de construction et d’objectivation d’une classe sociale. Ainsi, en agissant sur l’accès à la propriété et la circulation du capital, la finance peut déplacer les intérêts économiques et sociaux, les modes d’opposition et, in fine, la stratification sociale, qui s’objective dans les classements, découpages, dénombrements et regroupements d’individus dans des catégories distinctes et officielles, comme les catégories socio-professionnelles (Desrosières & Thévenot, 1988). Il s’agit donc, en croisant les connaissances et méthodes de l’économie, de la sociologie et de la science politique, de suivre le travail de déconstruction et de reconstruction opéré par la financiarisation et d’identifier les zones les plus sensibles.

1.1. Antagonisme ou stratification : deux approches distinctes des classes sociales

  • 3 Notons que la paysannerie, dans cette perspective, est elle-même traversée par une opposition simil (...)

9Une longue tradition distingue habituellement entre les approches de Marx et de Weber. Pour Marx, les classes se définissent d’abord objectivement, en soi, par leur place dans les rapports sociaux de production, et plus précisément par la propriété des moyens de production. Autour de ce rapport de propriété s’organise l’antagonisme entre la bourgeoisie, détentrice du capital, et le prolétariat, dont l’exploitation permet l’accumulation du capital3. Une telle opposition historique entre deux classes, capital et travail, suppose, pour qu’elle devienne un moteur de l’histoire, que ces classes existent aussi subjectivement, pour soi, en tant que représentation sociale collective, et se dotent de représentants et d’organisations politiques qui défendent leurs intérêts. Pour Weber, les classes sociales ne sont que la dimension économique de la stratification sociale, qui se définit autant par ses dimensions politiques, où s’affrontent les partis politiques, que sociales, où le prestige définit des groupes de statuts distincts. La perspective wéberienne suppose des superpositions, des emboîtements, et pas forcément un conflit structurel entre deux pôles aux intérêts irréductibles.

  • 4 Dans « Condition de classe et position de classe », Pierre Bourdieu distingue entre « différence de (...)

10Les deux approches ont fait l’objet de nombreuses tentatives de conciliation, comme celle d’Erik Olin Wright (1985 et 2009), qui échafaude une « approche analytique intégrée » de la stratification sociale à partir de prémisses marxistes enrichies par la notion d’« accaparement des opportunités » que l’on retrouve aussi dans la théorie de l’inégalité durable chez Tilly (1999) et dans celle de la distinction par le capital symbolique et des champs chez Bourdieu (1966)4. Les douze catégories de Wright quadrillent ainsi le monde social en combinant les critères de propriété, de qualification et de hiérarchie, permettant à la fois la catégorisation et l’analyse des dynamiques historiques. Sa notion d’une « position de classe contradictoire » permet de comprendre comment des catégories sociales intermédiaires peuvent, tout en étant objectivement liées au monde du travail, défendre subjectivement – moralement, politiquement – les intérêts du capital. C’est le cas, en France, du groupe social des « cadres » exécutifs – à distinguer des ingénieurs – dont la position de classe contradictoire a permis, depuis leur émergence à la fin des années 1930, l’atténuation des conflits de classe, en les déviant vers de nouvelles frontières et une lecture « ternaire » (et non binaire, qui opposerait travail et capital) du monde social (Boltanski, 1982). La fonction politique de ces entreprises de redécoupage du social est évidente, comme ce fut le cas dans l’entre-deux-guerres :

L'apparition du terme de « cadre » et des « mouvements de cadres » liés aux « mouvements de classes moyennes », autour de 1936, n'est qu'un élément parmi d'autres de l'entreprise de redéfinition idéologique qui travaille la bourgeoisie et la petite bourgeoisie et qui trouve son point culminant entre 1934 et 1938 environ, lorsque, avec le renforcement du mouvement ouvrier, s'intensifie la lutte entre les classes. Elle a pour enjeu l'imposition d'une représentation ternaire du monde social, centrée sur la « classe moyenne », élément « sain » et « stable » de la « nation », calquée elle-même sur la représentation de l'espace politique, qui se forme alors dans les avant-gardes de la nouvelle droite avec entre les deux extrêmes, « collectivisme » et « capitalisme », la « Troisième voie (Boltanski, 1979).

  • 5 Luc Boltanski explique que les mouvements de classes moyennes, le syndicalisme des ingénieurs et de (...)

11Cadres ou classes moyennes, « tout se passe en effet comme si [l’idéologie des classes moyennes] avait d'abord eu pour fonction sociale la dénégation des clivages objectifs qui se mettent en place » (Boltanski, 1979)5. La financiarisation a depuis déplacé les limites entre catégories sociales, qu’elles soient rattachées directement ou non à des intérêts de classe. Cependant, les effets de la financiarisation ne sont pas les mêmes selon que l’on aborde la question des rapports de propriété (personnelle ou des moyens de production), des conditions d’existence partagées, les relations socio-politiques entre classes ou encore les représentations collectives (symboliques, statistiques) qui donnent aux classes sociales leur unité idéologique et politique.

1.2. Des rapports de propriété

  • 6 Réifier une telle distinction reviendrait à faire abstraction des médiations entre les propriétaire (...)
  • 7 Ces auteurs analysent un « mouvement d’assouplissement de la responsabilité […] dans le droit des f (...)

12On posera ici, quitte à rectifier ensuite ce point de départ, qu’une classe sociale se définit d’abord par son rapport de propriété, par ce qu’elle possède ou non en termes d’outils de production des richesses, et de capital directement ou indirectement productif. Cette propriété peut s’exprimer juridiquement, par la propriété directe des moyens de production, ou sous la forme d’une participation dans le capital social d’une société commerciale, de l’actionnariat majoritaire. Une telle propriété des moyens de production tend formellement à se distinguer du patrimoine privé qui, sous la forme des biens matériels ou immatériels, individuels ou familiaux, relève d’un autre mécanisme car ce patrimoine ne repose pas sur un rapport d’employeur à employer : la possession d’une voiture ou d’un logement, contrairement à la possession d’une entreprise, n’implique pas une relation salariale. Cette distinction, qu’il convient de prendre pour objet plutôt que pour acquis6, recoupe la séparation juridique entre la personne de l’entrepreneur et « l’entité-entreprise », notamment en cas d’échec et de faillite de l’organisation : les risques pris par l’entrepreneur pour le bénéfice de son entreprise sont valorisés au point de protéger, en cas d’échec, la personne et le patrimoine privé de l’entrepreneur (Ould-Ahmed & Lordon, 2003 et 2006)7. À l’inverse, en cas de succès et de profit engrangés par ces mêmes entreprises à risque, la frontière entre le domaine privé du chef d’entreprise et le domaine collectif de l’entreprise se montre beaucoup plus labile et la perméabilité entre ces sphères peut être mise à profit de l’entrepreneur privé. La distinction entre richesse privée et richesse professionnelle fait l’objet d’un travail social et de luttes entre acteurs : dans le but de légitimer les hauts revenus des chefs d’entreprise, on considérera que les risques personnels pris par le chef d’entreprise justifient sa fortune et que cette séparation entre le collectif et le personnel est en partie artificielle. À d’autres moments, comme le montre Camille Herlin dans ce dossier, l’État peut œuvrer à reconstruire la frontière entre richesse privée et richesse « publique », afin de mieux rendre légitime la fortune personnelle et faciliter les transferts licites et acceptés de l’une à l’autre.

  • 8 Les salariés riches et cadres exécutifs tendent à défendre les intérêts des actionnaires majoritair (...)

13Cependant, depuis la naissance des sociétés par actions, la place de l’outil financier dans la gestion des grandes firmes a eu tendance à dissocier la propriété et le contrôle (Berle & Means, 1931), un thème largement repris dans les années 1980 (Magnan de Bornier, 1987), une décennie pendant laquelle la financiarisation des grandes entreprises, stimulée par les politiques de dérégulation, a fait un bond en avant. L’innovation financière a par ailleurs démultiplié les possibilités de prise de contrôle des entreprises, compliquant encore les rapports entre propriété et contrôle. Fabien Foureault montre ainsi dans ce dossier comment les innovations de la technologie financière de Leverage Buy Out (LBO) introduisent de nouvelles relations entre la propriété et le contrôle des entreprises. Ces relations peuvent avoir des effets contre-productifs – du point de vue des utilisateurs des LBO – et conduire, dans certaines conditions, à des pertes de contrôle. D’une façon générale, le rôle des dirigeants de grandes entreprises a particulièrement attiré l’attention : s’ils sont aussi des salariés et des travailleurs, leurs rémunérations sont alignées, par la pratique de l’intéressement, sur les performances financières. Par conséquent, leurs styles de vie, leurs patrimoines privés, leurs opinions politiques et leurs choix de gestion tendent à les classer, bien que leurs conditions d’existence ne soient pas entièrement comparables, aux côtés des actionnaires majoritaires8.

1.3. Des conditions d’existence similaires

14Car, d’un point de vue plus sociologique, les classes se définissent aussi par des expériences de vie similaires. Paul Bouffartigue (2004, p. 12) distingue par exemple trois « dimensions d’existence » des classes : « communauté relative de situation et de destin, sentiment d’appartenance à un même monde, constitution comme sujet politique ». Les styles de vie et les actes de consommation plus ou moins « ostentatoires » permettant de distinguer une « classe de loisir » (Veblen, 1899). C’est ce que Bourdieu appelle la « symbolique de la position de classe » qui « englobe […] non seulement les procédés expressifs, c'est-à-dire les actes spécifiquement et intentionnellement destinés à exprimer la position sociale, mais l'ensemble des actes sociaux qui, sans même qu’on ait à le vouloir et à le savoir, traduisent ou trahissent, aux yeux des autres et surtout des étrangers au groupe, une certaine position dans la société » (Bourdieu, 1966).

15La propriété – sous une forme distincte cette fois de celle du « grand » capital – et en particulier la propriété immobilière, opère comme un critère social distinctif de rapports sociaux. Être ou non propriétaire de son logement constitue une expérience de classe spécifique qui peut, dans certains pays, servir de délimitation entre la classe moyenne et les classes populaires (Lambert, 2015) et permettre des changements de situation sociale par l’accession à la propriété (Ravelli, 2017a). Le patrimoine a longtemps servi à démarquer la classe moyenne : « dans les années 1930-1940, c'est encore la propriété du patrimoine, individuel ou familial, qui est le plus souvent invoquée pour définir la “classe moyenne” et qui est censée constituer le trait d’union entre les rentiers (même s'ils exercent aussi une profession) et ceux dont le patrimoine constitue l'instrument de travail – artisans, commerçants, petits industriels, etc. » (Boltanski, 1979).

  • 9 S. Pollilo montre ainsi comment le large accès au crédit dans le Nord des USA et en Italie au xixe  (...)

16Or, sans revenus suffisants, de telles ascensions reposent logiquement sur l’endettement, l’accès étendu de la population au crédit et – bien que les conditions de cet accès au crédit soient aussi largement déterminées par la condition et la position de classe – sur la banalisation de la dette dans les milieux populaires. Le fréquent passage de l’exclusion financière (Gloukoviezoff, 2010) à la sur-inclusion par endettement, est caractéristique de la « vie quotidienne de la finance mondialisée » (Langley, 2008). Dans les milieux populaires, le recours au crédit sert de levier de mobilité, et donc de ce qu’on peut appeler un repositionnement de classe par la dette. Dans ce dossier, l’article de Marambio-Tapia montre ainsi comment la massification, parfois appelée une « démocratisation », du crédit au Chili a servi de support à des « récits de classe » donnant corps à l’idée d’une classe moyenne ascendante et majoritaire, quoique reposant sur cette assise économique et sociale fragile de l’endettement. Dans ce cadre, la dimension politique, sinon civique, est essentielle : le crédit ou la finance (l’épargne) fonctionnent comme des techniques d’inclusion dans la communauté politique (Polillo, 2013 ; Ott, 2011)9. L’État peut utiliser le recours au crédit comme un mode de développement économique systématique, et un levier de « disciplinarisation » du corps social, en faisant des classes moyennes propriétaires un centre de gravité politique, potentiellement plus docile parce qu’attaché à la protection de son petit patrimoine et dépendant du remboursement de son crédit.

  • 10 Autant de cas étudiés par le courant naissant de la « sociologie de la fraude financière » (Harring (...)

17Aussi, une classe sociale ne se définit pas seulement par elle-même, mais s’inscrit dans des relations avec les autres classes. Cette relation est toujours plus qu’une simple juxtaposition : conflits, exploitation, oppositions et scandales rythment ces rapports sociaux, dont la financiarisation a aiguisé les contours. L’antagonisme entre le capital et le travail peut par exemple prendre la forme de conflits brutaux, dans les usines fermées pour des raisons de rentabilité financière jugées insuffisantes (Ho, 2009), ou encore de scandales politico-financiers nationaux ou internationaux, qui peuvent construire de nouvelles entités : un « nous » agrégé et mobilisé contre un « eux », « les 1 % » les plus riches ; les citoyens de « Cleveland contre Wall Street ». Autant de scandales qui peuvent aussi être des épreuves sociales faisant le départ entre un mal circonscrit – le délit identifié, délimité et condamné – et des pratiques financières normalisées et re-légitimées à cette occasion10. Comme le montre dans ce dossier l’article d’Anthony Amicelle et de Jean Bérard, une remise en question majeure du pouvoir financier peut se traduire par un renforcement des asymétries de classe, et par l’utilisation de moyens juridiques au service de l’intérêt d’un groupe social au fait de la domination financière globale.

1.4. Des représentations collectives : la classe comme sujet social et politique

18Enfin, une classe sociale est aussi une forme de représentation collective qui peut être une conscience de classe ou, sous des formes moins précises et explicites, des formes de mise en scène de l’unité politique (via des porte-parole autorisés) ou de légitimation d’une position sociale, dominante ou dominée, que relaient des organisations professionnelles, syndicales ou des représentants politiques.

19Si le thème de l’effritement de la classe ouvrière a longtemps dominé la scène, sous la forme de l’« adieu au prolétariat » d’André Gorz (1981), au contraire de l’insistance sur la permanence d’une identité de classe morcelée (Beaud & Pialloux 1999), aujourd’hui l’approche a quelque peu changé. C’est plutôt la montée de la précarité comme faillite de la « moyennisation » de la société, ou encore du déclassement comme facteur de radicalisation politique qui se fait entendre. Cette crise identitaire touche aussi la bourgeoisie (Pinçon-Charlot, 2010) et peut conduire à des formes de mise en scène de soi qui déplacent, ou masquent symboliquement, l’origine du pouvoir de classe. Camille Herlin en éclairant dans ce dossier « les coutures invisibles du capital financier », décrit comment les nouveaux modes de détention du patrimoine ont brouillé la limite entre patrimoine privé et patrimoine professionnel, héritage et fortunes « acquises » et nouvelles, et donc entre capital et travail. La légitimation de l’accumulation de la richesse, présentée comme le fruit du labeur, de la récompense d’un talent d’entrepreneur et d’une prise de risque, se traduit du côté des politiques économiques et fiscales de l’État par une délégitimation de la taxation de ces richesses « méritées » – y compris via un relâchement des politiques de contrôle fiscal des entrepreneurs au nom de la défense des bassins d’emploi (Spire, 2017). Ces processus recomposent la « morphologie du groupe des possédants », brouillent la question des origines de leurs richesses et, ce faisant, contribuent à leur légitimité en complexifiant d’autant leur critique sociale et politique.

20De même, avec la financiarisation, se pose tout particulièrement la question des entités agissantes et donc éventuellement prises pour cible par la contestation. S’il est devenu banal de stigmatiser les « marchés financiers » et leurs turpitudes (en pointant leur inefficience, leur instabilité, leur avidité, et la menace, comme le danger qu’ils font planer), est-il pour autant évident de les élever, sociologiquement, au rang d’acteur collectif, c’est-à-dire de les considérer comme un sujet d’action, capable de décisions et d’actions politiques ? De fait, des associations d’investisseurs, sur les marchés de taux ou action défendent, aux côtés d’organisations (Paris Europlace), des intérêts communs et font entendre auprès des pouvoirs publics et instances réglementaires la nécessité impérieuse de défendre « la place financière ».

21Enfin, la conscience de classe renvoie à l’expérience vécue de former un groupe, aux processus d’attachement aux référentiels et symboles d’une unité, bref aux subjectivités. La financiarisation s’accompagne ainsi de projets, développés par des représentants de banque, de « conscientisation » des individus, ajustés et compatibles avec les infrastructures du crédit et de la finance. Les dispositifs d’éducation financière (financial litteracy) et de pédagogie économique et bancaire (Lazarus, 2013) visent ainsi à former et maintenir des modes de subjectivation axés sur la responsabilisation individuelle – responsabilisation proche de « l’assomption », le fait d’assumer ses actes, qui était censée, dans la logique du marché, s’imposer aux chefs d’entreprise (Ould-Ahmed & Lordon, 2003). La construction de cette responsabilité est d’ailleurs de portée macro-politique, car responsabiliser le débiteur et le surendetté (comme le chômeur que les gouvernements actuels s’efforcent de contrôler et de culpabiliser), c’est effacer tout le tissu de causalités macro-économiques, de réglementation bancaire, et de luttes sociales et politiques environnantes qui pourrait expliquer de façon alternative la situation particulière d’un individu, et éviter de le ramener à sa responsabilité propre et à sa défaite personnelle.

22Sans imposer une seule perspective, il s’agit d’analyser les raisons qui font que ces classes apparaissent ou disparaissent, entrent ou non en lutte, en montrant comment leur constitution « en tant que classes » s’éprouve par des rapports de force, des formes de concurrence et des techniques d’objectivation, à commencer par les classes dominantes, dont les frontières sont d’autant plus difficiles à cerner que la financiarisation intensifie les inégalités en provoquant le détachement vers le haut d’une upper middle class, en creusant les écarts de revenus entre le top 10 % et le reste de la population (et en concentrant les richesses dans le top 1 %), mais aussi complexifie leur appréhension en maintenant opérationnelles des divisions du social antérieures à la financiarisation. Les classes apparaissent comme des groupes dont la solidité – la réalisation objective, matérielle et symbolique – est variable. L’état gazeux, liquide ou solide de ces classes sociales, sous l’effet de la finance qui les transforme durablement, par reclassement et déclassement, est précisément l’objet des enquêtes.

23Dans ces déplacements, le cas de l’endettement des classes moyennes et de l’inclusion financière des classes populaires est central. Cet endettement crée un décalage entre les situations de classe subjectives et objectives, et pose un problème d’interprétation de la finance, qui agit à la fois comme stabilisatrice et déstabilisatrice des rapports sociaux.

2. L’utopie « universaliste » de la finance : l’enrôlement des classes sociales

24L’analyse de la naissance d'une « culture financière populaire » (Aitken, 2007) est fréquemment abordée de deux façons. La première approche considère l’extension de la finance comme une « démocratisation » de services financiers auparavant inaccessibles à la majorité de la population. L’inclusion financière créerait la possibilité – au moins apparente – d’agir à la fois comme travailleur et capitaliste, comme salarié et actionnaire, et enfin comme propriétaire foncier et vendeur de sa force de travail. Il y aurait là un ciment efficace pour renforcer les classes moyennes, en développant la culture de l’investissement, voire de la spéculation, dans ses strates supérieures tout en permettant à la propriété de se diffuser dans les strates inférieures, où le crédit permet, temporairement, de changer de mode de vie. La seconde approche insiste sur l’endettement massif que suppose ce processus et qui conduit de fait, tôt ou tard, à un rattrapage, au remboursement d’intérêts élevés, au surendettement et souvent à l’insolvabilité. Loin de s’opposer, ces deux interprétations renvoient à des séquences historiques distinctes, sinon à des cycles successifs, et n’affectent pas toutes les populations et leurs franges de la même manière.

2.1. L’ascension sociale par l’endettement et la financiarisation

25Le développement de l’actionnariat salarié et de la rémunération par l’intéressement consiste à transformer, formellement au moins, les travailleurs des entreprises en propriétaires de petites fractions du capital. Même si les actionnaires majoritaires, qui proviennent d’un tout autre milieu social que les salariés, conservent le contrôle des entreprises, cette participation salariale tend à gommer les rapports de propriété. Ces derniers adoptent des comportements d’investisseurs, comme la consultation fréquente de portefeuilles d’action, le calcul des risques pris par leurs choix de placement, etc. Néanmoins, cette financiarisation massive perpétue des conditions et positions de classe en réactualisant, dans l’accès à la finance, de fortes asymétries de pouvoir. Comme le montre Sabine Montagne (2018), de nombreuses transformations réglementaires aux USA ont construit cette finance « au nom du peuple » (people’s money), en enrôlant les classes moyennes dans un nouveau mode de domination. Ainsi, la loi ERISA introduit la financial economics « en régulant la circulation de l'argent des classes non capitalistes », par des lois et des règles qui ont « dessiné un projet politique et assigné des positions : les classes non capitalistes doivent avoir accès aux marchés financiers sous la forme d'une gestion déléguée et passive de leur épargne tandis que les autres détenteurs de richesse peuvent accommoder différents types de gestion plus actifs » (Montagne, 2018).

26Dans le domaine de la consommation, et en particulier du logement, la financiarisation s’est traduite par un accès au crédit dont la bulle immobilière des années 2000 est l’illustration la plus nette. Aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Afrique du Sud et dans les pays d’Europe de l’Est, les prix du logement ont décollé, tandis que les politiques de maintien de taux d’intérêt faibles et les technologies financières de titrisation des crédits permettaient de maintenir l’illusion d’un risque nul, et de reporter sur d’autres sa charge par fragmentation et dissémination. Tous ces pays ont connu une dérégulation bancaire rapide et une croissance massive de leurs marchés financiers au cours des années 1990, dans la lignée des politiques de Reagan aux États-Unis (1981-1989) et de Thatcher en Grande-Bretagne (1979-1990). Ce modèle financier néolibéral s’est exporté d’autant plus facilement que l’Union soviétique s’effondrait : avec la fin de la guerre froide, les verrous politiques à la dérégulation, plus ou moins solides, ont sauté. Les pays anciennement communistes, comme la Hongrie et la Chine, ont donné un pouvoir nouveau au capital financier : même si cette financiarisation prend la forme particulière d'une canalisation étatique, elle a eu des effets bien réels, en particulier dans la mise en place de grands projets urbanistiques déclenchant des expulsions de masse de paysans chinois, et dans le déclassement de certaines fractions des classes moyennes appauvries par les signatures de crédits à taux variables libellés en francs suisses (Sassen, 2014 ; Pellandini-Simanyi et al., 2015).

27L’une des conséquences a été le rôle central dévolu au crédit : pour financer les économies nationales en transition, il devenait possible de s’endetter massivement, aussi bien au niveau de l’appareil d’État que des particuliers incités à consommer. Dans certains pays qui traversaient des changements politiques majeurs – comme l'Afrique du Sud dans les années 1990 – la financiarisation est apparue comme un mode de développement économique central, attirant les investissements étrangers et permettant officiellement de lutter contre les inégalités. Cela s’est traduit par un changement dans la morale économique des gouvernants, pour qui le remboursement du crédit, public ou privé, même à des taux d’intérêts élevés et variables, n’était plus considéré ni comme une injustice ni comme un risque inconsidéré. Dans ce dispositif, la financiarisation a joué un rôle politico-idéologique essentiel, comme en témoignent les cas de l’Afrique du Sud et de l’Espagne.

28En Afrique du Sud, à la fin des années 1990, les quartiers Noirs défavorisés ont été intégrés au marché financier par le biais de multiples prêteurs informels appelés mashonishas (Bell, 2013), ou « fossoyeurs », mais aussi des grandes banques internationales, car le gouvernement post-apartheid de Nelson Mandela (1994-1999) avait utilisé le crédit comme une arme contre la pauvreté dans les townships (Molefe, 2014). L’endettement des économies domestiques a atteint un tel niveau qu’il est progressivement devenu un problème social central, tout en restant un outil de construction d’une petite classe moyenne noire nécessaire à la stabilité du régime (Mohamed & Finnhof, 2005). Parmi les milieux les plus populaires, cette diffusion de la dette a tout particulièrement touché les travailleurs migrants du secteur minier, au cœur de l’économie nationale et déjà touché, en tant que travailleurs salariés, par la financiarisation des consortiums d'extraction de minerais (Ashman & Fine, 2013b ; Mvelase, 2014). Dans les années 2000, les campagnes de publicité agressives de la banque ABIL proposaient par exemple des prêts allant de 35 000 à 10 000 euros sur 60 mois avec des taux d’intérêts annuels de 60 %, alors que l’inflation est d’environ 6 %.

29En Espagne, l’idéologie de la petite propriété a été utilisée de longue date comme arme contre les contestations sociales par le régime franquiste (1939-1974), dont le premier ministre du logement, José Luis de Arrese (1956-1960), souhaitait une « société de propriétaires » plutôt qu’une « société de prolétaires ». Plus tard, les législations favorables à la financiarisation prises par les gouvernements socialistes de Felipe Gonzalez (1982-1996) ont conduit à un endettement plus étendu, de l’État mais aussi de la population, permettant une accélération de cette extension de la petite propriété. En 1985, le décret Boyer condamne la location au profit de la propriété, et facilite ainsi, dans le domaine de la politique du logement, l'efficacité des mesures de financiarisation à venir dans ce secteur-clé de l'économie espagnole.

30En 1988, les banques de dépôts, pourtant jusqu’ici locales et semi-publiques, se lancent dans une compétition financière à une échelle nationale. En 1992, la titrisation est autorisée et en 1998, les ventes de terres sont radicalement dérégulées par la Loi du Sol, jusqu’à ce que les années 2000 voient triompher le système dit du « ladrillo » – la « brique » en espagnol – où l’immigration massive nourrit le besoin de main-d’œuvre d’un secteur du bâtiment gonflé par des prêts immobiliers distribués sans contrôle (Ravelli, 2017a et 2017b). Parmi les populations les plus touchées, on trouve les familles des travailleurs immigrés du Maroc et d’Amérique latine, en particulier d’Équateur, pour qui l’accession à la propriété a servi de « jauge d’intégration » dans la société espagnole (Gonick, 2015). Ce processus, encouragé par l’État, se répercute sur le taux de propriété, qui atteint 89 % en Espagne, contre 64 % en France. Ces deux exemples montrent bien comment la financiarisation peut s'intégrer profondément dans les programmes politiques des gouvernements, qui visent à donner à certaines strates de la population un rôle de stabilisateur social. La constitution ou le renforcement de ces corps sociaux intermédiaires, en diminuant la conflictualité à la manière du groupe des cadres dans la France des années 1930, utilise une politique de stratification sociale pour gommer les clivages de classes trop apparents.

2.2. Morale d’État, bureaucraties de la dette et stratification sociale

  • 11 Paul Lagneau-Ymonet et Angelo Riva montrent la corrélation entre libéralisation et défense d’un « c (...)
  • 12 Nous traduisons l’interview réalisée par R. Abdelal (2009), Rules of Capital, Harvard University Pr (...)

31En France, le développement de l’industrie financière et les réformes dites de dérégulation du milieu des années 1980 se font de la même façon au nom de l’accès facilité au crédit pour les classes moyennes et populaires : les mécanismes de concurrence devaient permettre de faire baisser les prix et de favoriser le Français moyen plutôt que le spéculateur11. Le ministre de l’économie et des finances socialiste Pierre Bérégovoy et son conseiller Jean-Charles Naouri ont conçu les réformes de libéralisation financière « au nom de l’homme simple » et comme une protection de la petite épargne : la poursuite de la désinflation devant la garantir. Selon le conseiller et inspecteur des finances « Bérégovoy n’était obsédé que par une seule question : cela rendra-t-il le crédit moins cher pour les Français12 ? ». Au nom de la petite épargne et des ménages modestes (dont il est lui-même socialement issu), le ministre socialiste fait sauter les verrous de la réglementation financière. Dans le même temps, il s’agit d’ouvrir un grand marché financier, et de faire appel à l’épargne mondiale et aux investisseurs non nationaux (considérés comme le seul moyen « sain » et non inflationniste) pour financer le Trésor et la puissance publique, dont les déficits sont structurels depuis le milieu des années 1970. Ici encore, des secteurs de la haute fonction publique (directions nationales du Trésor, bureaux des marchés financiers, directions de la commission européenne, agences de régulation, etc.) contribuent à aménager les infrastructures techniques et réglementaires adéquates aux intérêts financiers (Lemoine, 2016). Ces structures de marché ne sont opérationnelles qu’à condition que les pouvoirs publics bâtissent dans le même temps l’ordre social et politique qui convient : des politiques publiques tournées vers la priorisation de la lutte contre l’inflation (aussi engagées au milieu des années 1980) et la sanctuarisation de l’épargne, conforme à l’idéologie de la classe moyenne et du patrimoine. Ce projet d’une finance conçue comme un outil démocratique, partagé par tous et au service de tous les groupes sociaux – l’épargne étant promue conjointement à l'endettement des ménages – se retrouve aux USA. Par homologie, les mêmes appareils administratifs œuvrent à la financiarisation du pays et le département du Trésor défend la dette publique comme un levier démocratique, un actif détenu par tous, et dans lequel toute la nation est enrôlée, des plus puissants à l’américain moyen, le « John Q Public » (Hager, 2016).

  • 13 « Offrir des taux négatifs, cela revient à réprimer l’épargne au point de la taxer ! Voilà encore q (...)
  • 14 À l’image du père Desqueyrat, que cite abondamment Luc Boltanski pour illustrer cette morale du pat (...)

32En France, les bureaucrates du Trésor qui ont préparé ce terreau politique favorable à l’épargne, à la rentabilité des créances et au régime d’endettement – à l’image de Jacques de Larosière, ancien directeur du Trésor (1974 – 1978), du Fonds monétaire international (FMI) (1978 – 1987), puis Gouverneur de la Banque de France (1987 – 1993) – vont jusqu’à considérer que les périodes contemporaines de taux faibles, sinon négatifs, sont des conjonctures anormales de « répression » et de « taxation » de l’épargne », et reviennent à « vivre en apesanteur », dans un monde où sont « renversées les lois sociales »13. L’idéologie de la classe moyenne vient justifier socialement et politiquement un régime d’endettement généralisé, tant pour les États que pour les ménages (Lemoine, 2018b). Pour les États, cela opère via le recours à l’épargne « massive » plutôt que via le recours à des circuits administrés et monétaires de financement : les épargnants, gros ou moyens, placent leur patrimoine lentement acquis dans les prêts qu’ils accordent à l’État – ce dernier, en retour, doit faire la preuve de son crédit et ajuster en fonction ses politiques. Pour l’endettement privé, cela opère via la morale de classe de la responsabilité et du devoir personnel de rembourser que ces dettes instituent dans les ménages – sens du devoir enraciné de longue date mais réactualisé parmi les populations les plus pauvres par les dispositifs néo-libéraux d’accès au crédit. Conçu, comme on l’a évoqué, dans les années 1930 comme une « arme contre le mouvement ouvrier » (parce que « capable par son action et sa masse de contenir la poussée de la classe ouvrière »), le « rassemblement des classes moyennes » et son « dénombrement […] loin d'être un problème purement « scientifique », « sociologique » ou « statistique », constitue un enjeu majeur de la lutte idéologique entre les classes » (Boltanski, 1979). Car la désorganisation, sinon la liquéfaction, de la classe ouvrière dans une classe moyenne homogène passe aussi par l’enrôlement de la population dans une morale de classe, celle de l’épargne, du labeur, et de l’effort indéfiniment renouvelé14. L’ensemble repose sur le socle du patrimoine (quelles que soient les variations réelles de sa distribution sociale), de sa défense, et de la responsabilité qu’il implique.

33Ainsi, l’enrôlement par l’épargne (placée dans la dette de l’État) et l’individualisation des responsabilités via l’accès au crédit se renforcent mutuellement (bien qu’elles doivent s’opposer dans l’idéologie du bon père de famille qui refuse de vivre à crédit) via la constitution, y compris par l’artifice du crédit, d’une classe moyenne élargie. L’indifférenciation sociale que produit la classe moyennisée diffuse la morale du créancier, et la distille, y compris chez ceux qui sont enrôlés dans ce régime de dette en accédant à la propriété via le crédit. Ainsi, la représentation de l’homo oeconomicus « responsable » tend à s’universaliser, y compris chez les pauvres. Cela engendre aussi une individualisation du blaming : ce n’est pas la société ou le régime économique qu’il convient de blâmer en cas de crise, mais l’individu qui est placé face à ses choix financiers et bancaires et responsable de ses actes d’accumulation financière ou de dépense excessive. Il y a ainsi une tendance au développement de valeurs conservatrices parmi des populations que la financiarisation attire vers des comportements d’entrepreneurs ou d'investisseurs, alors même qu’ils sont ramenés, par leurs revenus et conditions matérielles d’existence, à leur condition de salariés pauvres. L'obligation de remboursement des crédits, le développement de l'actionnariat salarié ou encore l'acceptation de choix d'investissements en matière de retraite ou de mutuelles sont par exemple des terrains favorables à une droitisation des électorats populaires (Frank, 2008). Cette morale individuelle de la dette s’applique aussi à l’État, dont seuls les excès de dépense sociale seraient responsables de la dette (à défaut de mettre en politique les choix de financiarisation).

2.3. Nomenclatures d’État et production des divisions sociales adéquates à la finance

34Les regroupements de franges variées de la population par la dette effacent les solidarités et atomisent le monde social en une série d’individus reliés les uns aux autres non pas par une conscience commune, mais simplement par des conditions d’existences largement hétérogènes et variables au sein de cette large classe moyenne. Les opérations de qualifications et de regroupements disponibles dans l’espace public (émises par des experts ou des journalistes) contribuent à faire exister publiquement des catégories : celles-ci peuvent rester floues, comme les classes moyennes, puisque les critères de regroupement sont rarement précisés et jouent sur la capacité omnibus de critères comme le patrimoine ou l’épargne (sans jamais ouvrir la boîte noire des différences de détention de celui-ci ou celle-ci). Plus officiellement, les nomenclatures, classifications et études statistiques produites par les institutions officielles (INSEE en France, Eurostat à l’échelle de l’Europe) peuvent faire émerger de nouvelles catégories et formes de divisions du social qui servent de levier au débat public et au nom desquelles sont poursuivis des choix politiques : c’est le cas des programmes de réduction de la dépense sociale dans le cas de la dette poursuivis au nom de la préservation des « générations futures » (en lieu et place des « catégories socio-professionnelles ») (Lemoine, 2018a). La génération (présente ou future) constitue ici un agrégat macrosocial dont les disparités économiques et sociales sont invisibilisées.

35L’article de Camille Herlin-Giret montre comment l’État construit, justement, un récit de légitimation « méritocratique » de l’accumulation financière, qui s’appuie sur des instruments juridiques et statistiques (« flou juridique » qui entoure le statut des holdings animatrices, stricte interdiction de divulguer des informations qualifiées de « privées », absence de communication des données fiscales collectées dans le cadre de la levée de l’ISF, comme l’impossible saisie de l’actionnariat dans l’enquête « Patrimoine » de l’INSEE). Ces brouillages, délibérément entretenus par la puissance publique, contribuent à l’invisibilisation des sources réelles de la richesse : héritées (renvoyant à des mécanismes de transmission du patrimoine) ou « produites » et acquises dans l’entreprise. Comme l’explique Herlin, « l’État, au travers de ces différentes dimensions, rend particulièrement difficile la saisie des nouvelles coutures de la richesse et [qui] contribue, ce faisant, à donner une assise à la rhétorique entrepreneuriale et méritocratique de légitimation des fortunes ». La légitimité passe alors par le gommage des frontières et l’importation d’identités de classes externes. Et les opérations de chirurgie taxinomique se font donc aussi par un défaut de statistiques. Le groupe prend consistance par l’absence de coupures. En analysant la reconstruction par la Banque Postale de ses publics cibles, Nadège Vézinat montre dans ce dossier comment les bureaucraties financières, tantôt exclusivement publiques et enrôlées dans un circuit de marquage politique de l’argent et de l’allocation du crédit à l’économie au service d’un État interventionniste (les PTT et le circuit du Trésor), tantôt embarquées dans un univers de déréglementation financière et de chômage de masse, participent de la recomposition des catégories de perception et d’action sur le social : de moins en moins chargée de collecter de l’épargne nationale, la Banque Postale se spécialise pour devenir désormais la « banque des pauvres ».

36Mais le positionnement de classe, qu’il soit mis en scène ou obscurci, peut même être souvent remis en question ou s’avérer, rétrospectivement, factice : c’est notamment le cas dans l’article de Marambio-Tapia, où la « classe ouvrière post-industrielle » chilienne n’est intégrée à la construction d’une vaste « classe moyenne » qu’au prix d’un surendettement important et d’un récit sociologico-médiatique qui lui donne, pour un temps seulement, une consistance politique. On retrouve ici une forme de fabrication artificielle des classes moyennes, qui peut conduire, comme le formule Sabine Montagne (2018), à une « discordance entre les intérêts objectifs de ces classes » et les « investissements menés en leur nom ».

37Enfin, cet endettement massif des classes populaires pendant les années 1980 et 1990, s’il a permis une ascension sociale relative, s’est traduit dans les années 2000 par une paupérisation majeure. L’article d’Alexandre Roig et Pablo Ignacio Chena montre ainsi comment les travailleurs autonomes, dont la catégorie a exigé un patient travail de construction sociale, conceptuel et politique par ses promoteurs, n’en est pas moins colonisée par la finance et ses logiques d’exploitation. De même, Alejandro Marambio-Tapia décrit dans son article un double mouvement de reclassement-déclassement, qui ne touche pas les différentes fractions de classe de la même manière. Ces résultats invitent à approfondir l'idée d'une représentation non linéaire mais cyclique des rapports entre classes sociales et financiarisation.

38Certes, la financiarisation et le recours généralisé à l’endettement ont été étudiés comme un moyen de reporter dans le temps les arbitrages douloureux entre groupes sociaux aux intérêts hétérogènes, soit une façon pour les pouvoirs publics « d’acheter du temps » (G. Krippner, 2012 et au cours d’un entretien accordé à la Revue de la Régulation pour ce dossier ; W. Streeck, 2014). Seulement, dans l’intervalle, toute une série de choix politiques sont effectués et tendent à favoriser et entretenir ce régime de soutien à la finance et à l’épargne, au détriment par exemple d’une croissance inflationniste, ou d’une relance budgétaire et monétaire de la dépense publique et sociale. Ces choix de sacrifier les dépenses publiques et sociales (assurance chômage, retraites, dépense de santé) de l’État afin de sanctuariser les dettes et créances financières (les dettes dites « souveraines ») peuvent paradoxalement éveiller les luttes et créer de nouvelles conflictualités : par exemple entre grands épargnants et tout petits épargnants (ou non épargnants) qui abandonneront leur identité d’épargnants et se regarderont avant tout comme victimes des choix d’austérité. Ou plus profondément en entraînant des populations entières au-delà des « seuils de tolérance » à l'endettement, qui conduisent à la lutte collective par la remise en cause de la légitimité de la dette individuelle (Ravelli, 2017a) selon une logique comparable à la remise en cause de la légitimité des dettes souveraines (Toussaint 2017). Finalement, si la financiarisation réussit à imposer une autorité morale ayant des effets politiques, cette même autorité produit aussi, d’autre part, des effets de contestation (Pollilo, 2011) qui changent les formes d’expression des conflits de classe en les déplaçant vers le terrain de la domination financière.

3. Effritement des classes moyennes et retour de la solidarité des classes populaires ?

39Lorsque l’endettement se généralise et que les remboursements demandés atteignent des niveaux supérieurs aux revenus disponibles, les outils de construction d’une classe moyenne par la financiarisation apparaissent comme une illusion et génèrent des mobilisations. La légitimité de la dette est mise en cause (Toussaint, 2017) et le développement du crédit est vu comme un moyen de domination et non plus d’ascension sociale ou de développement économique. Si ce point de rupture a pu présager de périodes de trouble politique profond au cours de l’histoire (Graeber, 2013), il a pris la forme spécifique de mobilisations populaires contre la dette souveraine et les expulsions de logements pour crédits impayés dans différents pays depuis la crise de 2008. Souvent, ce sont justement les populations qui avaient été longtemps exclues des circuits financiers qui se sont retrouvées à lutter contre le surendettement. Ce qui se joue, dans ces mobilisations, c’est notamment l’effondrement de l’adhésion morale à la domination financière, ainsi qu’une partie des critères d’identification à la classe moyenne. On voit ici que « l’utopie en partie réalisée » de la classe moyenne, pour reprendre l’expression de Sabine Montagne, peut aussi bien être faite que défaite. Et ce basculement peut même entraîner le retour à une identité de classe plus populaire, et le refus d’un idéal de petite propriété.

3.1. Plus dure sera la chute : la faillite de l’ascension sociale par l’endettement

40Il est aujourd’hui reconnu que les premières victimes de la crise des crédits à risque subprimes, et de leurs équivalents dans d’autres pays, ont été les minorités défavorisées économiquement, socialement et souvent victimes de discrimination raciale. Aux États-Unis, la dimension raciale des expulsions pour surendettement est aujourd’hui bien documentée (Hall, Crowder et Spring, 2015). Selon une étude réalisée en 2010, à l’apogée de la crise des subprimes, de 2007 à 2009, 2,5 millions de logements avaient déjà été saisis, dont 44 % à des familles blanches (qui représentent une part beaucoup plus importante de la population totale : 73,5 % selon l'American Community Survey 2010-2015), en affectant de façon disproportionnée les populations noires et latinos, dont 8 % des emprunteurs ont perdu leur maison, contre 4,5 % pour les Blancs (Gruenstein Bocian et al., 2010). En 2010, les risques de subir une expulsion parmi les emprunteurs étaient respectivement de 21,6 % pour les Afro-Américains, 21,4 % pour les Latinos, 14,8 % pour les Blancs – 16,5 % pour les Amérindiens, 18,6 % pour les natifs du Pacifique et 15,7 % pour les Asiatiques. Les taux de propriété, qui avaient atteint leur maximum pendant la décennie précédente – avec 76 % pour les Blancs, 49,4 % pour les Africains Américains et 49,8 % pour les Latinos – ont baissé d’un coup, atteignant respectivement 74,5 %, 45,6 % et 48,5 % (Census Bureau, 2010) en à peine cinq ans, une tendance qui n’a fait que se confirmer depuis. Cet état de fait signe l’échec d’une « intégration par la financiarisation » qui s’était donné pour projet de combattre le redlining, c’est-à-dire la discrimination géographique de populations entières jugées insolvables jusque dans les années 1990.

41D’une manière similaire, l’Espagne a connu une vague d’expulsions pour crédits impayés qui a atteint des proportions vertigineuses : selon l’estimation la plus précise, on dénombre plus de 671 943 procédures d’expulsion entre 2007 et 2015 (CGPJ), dont la majorité pour des résidences principales (Banco de España). Rapporté à une population totale de 46 millions d’habitants en 2015, ce chiffre est comparable à celui des États-Unis touchés de plein fouet par la crise des subprimes. Mais une particularité du système juridique espagnol a accentué la violence de cette situation : une fois le logement saisi par la banque, puis vendu aux enchères à un prix inférieur à celui du prêt initial, l’emprunteur exproprié doit rembourser la différence exigée par la banque, ce qui n’est pas le cas dans une série de « non recourse States » aux États-Unis. En Espagne, la vente forcée du logement, par adjudication, absorbe une partie de la dette mais ne l’efface pas. Selon l’expression des militants, el afectado se queda con una mochilla : la victime du crédit garde un « sac à dos » de dettes qui le suivra partout. Or, cette dette résiduelle est souvent très élevée car dans la majorité des cas, les prix de l’immobilier s’étant effondrés, la banque ne réussit pas à vendre le logement au prix initial : elle le vend donc, suivant la loi, à 60 % de sa valeur. Des familles entières se sont donc retrouvées non seulement à la rue mais toujours surendettées, et socialement stigmatisées car figurant sur les listes publiquement consultables des mauvais payeurs. Ces situations ne se sont pas traduites, comme aux États-Unis, par un glissement vers la droite de l’électorat populaire, mais au contraire par des formes de mobilisation populaire inédites, faisant fusionner le droit au logement et une contestation poussée de la domination des banques dans les quartiers ouvriers et immigrés.

3.2. Remettre le capital financier au cœur de la politique

42Aux États-Unis, le mouvement Occupy Wall Street de septembre 2011, dans la continuité du mouvement des Indignés du mois de mai de la même année et du « printemps arabe » qui le précédait, a structuré une large contestation de la domination financière, et s’est doté d’un langage de « classe » conjoncturel, en opposant le « 1 % » de la population le plus privilégié, aux « 99 % » restant. L’un des éléments déclencheurs de la protestation a été les vagues d’expulsions pour crédits impayés qui ont touché les quartiers populaires. Parmi les analyses de ce mouvement social, nombreuses sont celles qui soulignent la renaissance d’une radicalité politique assoupie, exprimée dans les urnes par une contestation de l’establishment démocrate et républicain – le vote Sanders, d’une part, et le vote Trump, d’autre part. Stimulées par Occupy Wall Street, les luttes locales contre les expulsions ont bénéficié des techniques du community organizing mais aussi, sur un registre plus juridique, du recours aux class actions contre les pratiques financières jugées « prédatrices » (predatory lending). Cela étant, le mouvement Occupy Wall Street a pu être considéré comme un « moment » plutôt que comme un véritable « mouvement » de masse (Calhoun, 2013), ce qui n’est pas le cas en Espagne.

43En effet, en Espagne, le drame social que représentent les situations de surendettement et d’expulsion a conduit à la création d’une organisation de lutte le 22 février 2009 à Barcelone : la Plataforma de Afectados por la Hipoteca, ou « Plateforme des Victimes du Crédit Immobilier », souvent appelée plus simplement la « PAH », dont la principale revendication était d’obtenir la dación en pago, ou « dation en paiement », c’est-à-dire l’annulation de la dette une fois le logement saisi par la banque. L’objectif était aussi d’exiger un moratoire sur les expulsions et de remplacer le système du crédit immobilier, clef de voûte de la financiarisation de l’immobilier, par des logements sociaux avec des loyers proportionnels aux revenus. Cette exigence, portée par une lutte constante contre les forces de l’ordre pour empêcher les expulsions, et contre les banques pour demander des annulations de dette, a porté un coup à l’idéologie de la petite propriété, particulièrement forte en Espagne, où le régime franquiste l’a activement mise en place en limitant la location. Progressivement, le mouvement s’est étendu à tout le territoire – on dénombre 236 groupes actifs – popularisant ses trois principales revendications et accédant à une telle notoriété que la porte-parole du mouvement, Ada Colau, soutenue par Podemos, a été élue à la mairie de Barcelone en mai 2015. Mais la particularité de la PAH a toujours été de se méfier de tous les partis politiques malgré les changements institutionnels, tout en revendiquant ses propres idées politiques.

44D’une manière générale, ces nouveaux « acteurs de la finance » cherchent en fait à se « définanciariser », par des voies juridiques, comme les class actions, ou des formes d'intervention directes, comme les escraches, ces rassemblements de quartiers visant à modifier les législations financières, exportés d'Argentine en Espagne (Flesher, Fominaya & Montañes Jiménez, 2014). Ces exemples montrent comment, dans différents pays, les conflits de classes peuvent se déplacer et se reconstituer ailleurs que sur le terrain de l’entreprise où s’opposent syndicats et directions. Or, assez logiquement, de telles mobilisations, en se diffusant largement dans la population, contribuent au discrédit des classes dominantes, et en particulier à la réputation des fractions de ces classes dirigeantes placées à la tête des institutions financières, comme les banques et les fonds d’investissement. Cette mise en cause des injustices financières déstabilise-t-elle pour autant les classes dominantes ? Si l’Islande est le seul pays où d’importantes peines de prison ferme ont été infligées aux responsables de la crise du crédit de 2008, en revanche la légitimité des milieux financiers a, dans son ensemble, peu souffert de ce mouvement de contestation.

Conclusion

45Quels que soient les critères que l’on utilise pour définir les classes sociales dans les sociétés capitalistes – propriété, conditions d’existence, représentation collective – la financiarisation en a transformé les contours. Les formes de propriété du capital ont évolué et tendent à masquer les rapports de classes, en faisant émerger la figure d’un « investisseur » universel, propre au programme néolibéral amorcé dans les années 1930 (Feher, 2017). Mais rien n’indique que les rapports de classes aient fondu sous l’effet des formes contemporaines de détention du capital. Tout porte au contraire à penser que ces rapports de classes se sont reproduits d’une façon complexe, qui rend d’autant plus ardues leur lisibilité et leur mise en politique. Les conditions d’existence des populations, brouillées par le recours massif au crédit dans de nombreux pays, ont largement été transformées par la financiarisation de l’économie. Celle-ci donne une consistance temporaire et fragile (sinon artificielle) à l’idéal politique (porté notamment par les gouvernements successifs de centre-gauche et de centre-droite) d’une société sans classes, dont l’un des centres de gravité serait la petite propriété et la classe moyenne étendue à tout le corps social. En éclairant ces transformations de la stratification sociale, au sens wéberien, on voit au contraire que l’antagonisme de classes, au sens marxiste, ne disparaît pas sous l'effet de la financiarisation mais se transforme, s’exprime selon des voies inédites, tant subjectivement qu’objectivement.

  • 15 Les auteurs remercient les membres du comité de rédaction de la Revue de la Régulation, ainsi que S (...)

46Les contributions à ce dossier, en ciblant différents pays – Chili, France, Argentine, États-Unis – et milieux sociaux – dirigeants, classes populaires, classes moyennes – mais aussi différentes technologies financières, cherchent à préciser la logique de ces nouvelles stratifications. Elles renforcent l’idée selon laquelle la question binaire de la « démocratisation » ou de l’« appauvrissement » par la finance est sans doute mal posée, pour deux raisons. D’abord, la finance appauvrit en se démocratisant, car les bénéficiaires et les victimes, se déplaçant en directions contraires sur l’échelle sociale, recomposent le paysage des inégalités sans vraiment réduire les clivages. Et ce, même si la place plus importante prise par la mobilité ascendante dans les représentations peut donner l’impression contraire. Ensuite, la finance introduit des cycles historiques qui font qu’une classe sociale peut se retrouver « surévaluée » ou « surestimée » pour un temps, avant d’être finalement dévaluée et d’engendrer de nouvelles formes d’antagonisme social15.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (2001), « Système financier et régime de croissance », Revue d’économie financière.

Angeletti T. (2017), « Finance on Trial : Rules and Justification in the Libor Case », European Journal of Sociology, 58(1), 113-141.

Arrighi G. (1994), The Long Twentieth Century: Money, Power, and the Origins of Our Times, Londres, Verso.

Arrighi G. (2007), Adam Smith in Beijing: Lineages of the Twenty-First Century, Londres, Verso.

Ashman, S. & Fine B. (2013b) « Neo-liberalism, Varieties of Capitalism, and the Shifting Contours of South African Financial System », Transformation, no 81/2, p. 144-78.

Bearle A. et Means G. (1932), The Modern Corporation and Private Property, New York,

Macmillan.

Beaud S. & Pialloux M. (1999), Retour sur la condition ouvrière, Paris, La Découverte.

Becker G.S. et Tomes N. (1979), « An equilibrium theory of the distribution of income and intergenerational mobility », J. Polit. Econ, 87(6):1153–89.

Bell D. (1973), The Coming of the Post Industrial Society, New York, Basic.

Bell T. (2013), « Need to borrow? Beware of the mashonisas », Colomnist, 20 septembre 2013

Boltanski L. (1982), Les cadres, L’invention d’un groupe social, Paris, éditions de Minuit.

Boltanski L. (1979), « Taxinomies sociales et luttes de classes. La mobilisation de la “classe moyenne” et l’invention des “cadres”« , Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29, septembre, p. 75-106.

Boyer R. (2000), « Is a finance-led growth regime a viable alternative to Fordism ? A preliminary analysis », Economy and Society, 29/1, février 2000, p. 111-145.

Bourdieu P. (1966), « Condition de classe et position de classe », European Journal of Sociology, vol. 7, issue 2, p. 201-223.

Calhoun C. (2013), « Occupy Wall Street in perspective », British journal of sociology, 64(1), p. 26-38.

Chauvel L. (2001), « Le retour de classes sociales ? », Revue de l’OFCE, 2001/4, n° 79

Clark T. N. & Lipset S. M. (1991), « Are Social Classes Dying? », International Sociolgy, 4, p. 397-410.

De Brunhoff S. (2003), « Value, Finance and Social Classes », in Westra R., Zuege A. (eds), Value and the World Economy Today, Londres, Palgrave Macmillan.

Desrosieres A. & L. Thevenot (1988), Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Feher M. (2017), Le Temps des investis, Paris, La Découverte.

Flesher Fominaya, C. et Montañes Jiménez Antonio (2014), « Transnational Difusion across Time: The Adoption of the Argentinian Dirty War “Escrache in the Context of Spain’s Housing Crisis » in Della Porta, D. & Mattoni, A. (dir.), Spreading Protest: Social Movements in Times of Crisis, Colchester, UK, ECPR Press.

Fligstein N. et Goldstein A. (2015), « The Emergence of a Finance Culture in Americain Households », Socio-Economic Review, n° 13, p. 575-601.

Fligstein N. et Shin. T-J. (2007), « The Transformation of the American Economy », 1984-2001, Sociological Focus.

Frank T. (2008), Pourquoi les pauvres votent à droite, traduit de l’anglais par Frédéric Cotton, Marseille, Agone.

Gloukoviezoff G. (2010), L’Exclusion bancaire. Le lien social à l’épreuve de la rentabilité, Paris, Le Lien Social.

Gonick S. (2015), At the Margins of Europe: Homeownership, Inclusion, and Protest in Contemporary Madrid, Berkeley, UC Berkeley Press.

Gorz A. (1981), Adieux au proletariat, Paris, Le Seuil.

Graeber D., Dette : 5000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent.

Greenwood J. & Jovanovic B. (1990), « Financial development, growth, and the distribution of income ». J. Polit. Econ, 98(5), p. 1076–1107.

Gruenstein V. D., Li W. & K. S. Ernst (2010), Foreclosure by Race and Ethnicity: The Demographics of a Crisis, CRL Research Report, June 18th, 2010.

Hager S. B. (2016), Public Debt, Inequality and Power. The Making of a Modern Debt State, University of California Press.

Hall M., Crowder K & A. Spring (2015), « Neighborhood Foreclosures, Racial/Ethnic Transitions, and Residential Segregation », American Sociological Review, 80(3), p. 526-549.

Harrington B. (2012), in Knorr Cetina K. & A. Preda (eds), The Sociology of Finance, Oxford, Oxford University Press.

Ho K. (2009), Liquidated: An ethnography of Wall Street, Duke, Duke University Press

Hugré C, Pénissat É. & Spire A. (2017), Les classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone.

Knorr Cetina K. & A. Preda (eds) (2012), The Sociology of Finance, Oxford, Oxford University Press.

Krippner G. (2005), « The financialization of the American economy », Socio-Economic Review, vol. 3, Issue 2, 1 May, p. 173-208.

Krippner G. (2012), Capitalizing on crisis. The political origins of the rise of finance, Harvard, Harvard University Press.

Lambert A. (2015), « Tous propriétaires ! » L’envers du décor pavillonnaire, Paris, Le Seuil.

Langley P. (2008), The Everyday Life of Global Finance, Oxford University Press, Oxford
Becker GS et Tomes N. (1986), « Human capital and the rise and fall of families », J. Labor Econ, 4(3): S1-39.

Langley P. (2008), The Everyday life of Global Finance: Saving and Borrowing in Anglo-America, Oxford, Oxford University Press.

Lazarus J. (2013), « De l'aide à la responsabilisation. L'espace social de l'éducation financière en France », Genèses, vol. 4, n° 93, p. 76-97.

Lemoine B. (2016), L’ordre de la dette, Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité des marchés, Paris, La découverte.

Lemoine B. (2018a), « Dette souveraine et classes sociales », Raisons pratiques, éditions de l’EHESS, vol. 26, mars.

Lemoine B. (2018b), « Dette et devoirs d’État. L’inscription des obligations d’État : entre crédit financier, ordre social et moral politique », Raisons pratiques, éditions de l’EHESS, vol 27, avril.

Lordon, F. (2000), « Politique de la valeur financière. Les stress tests bancaires entre indétermination et coups de force », Politix, 2010/1, n° 89, p. 173-191.

Marx K. (1984), Le Dix-Huit Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte, Éditions Sociales, Paris.

Magnan de Bornier J. (1987), « Propriété et contrôle dans la grande entreprise : une relecture de Berle et Means », Revue économique, 38-6, p. 1171-90.

Mission d’évaluation et de contrôle (2016), Rapport sur la gestion et la transparence de la dette publique, déposé par la Commission des Finances, présenté par Jean-Claude Busine, Jean-Pierre Gorges et Nicolas Sansu, enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale le 6 juillet

Montagne, S. (2018), « Investir pour les classes moyennes États-uniennes, 1950-2000 », Working Paper, à paraître.

Mvelase Mnecedisi S. (2014),  »Financialization of the South African Economy and its Implication for Employment ».Thesis, University of the Witwatersrand, Faculty of Commerce, Law and Management, School of Economic and Business Sciences.

Orléan A. (1998), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Ott J. (2011), When Wall Street Met Main Street: The Quest for an Investors’ Democracy, Harvard, Harvard University Press.

Ould-Ahmed P. et Lordon F. (2003), Généalogie du sujet économique. La « morale du marché » entre contrainte de paiement, responsabilité et sanction, Rapport pour la Caisse des Dépôts et Consignations, Paris.

Ould-Ahmed P. & Lordon F. (2006), « “Qui perd paye…”, Le droit européen des aides d’État comme morale punitive », Critique internationale, 4, n° 33, p. 55-78.

Pakulski J. et Waters M. (1996), The Death of Class, Londres, Sage Publications.

Pellandini-Simanyi L. Hammer F. & Vagha Z. (2015), « The Financialization of Everyday Life or the Domestication of Finance? How mortgages engage with borrowers' temporal horizons, relationships and rationality uin Hungary », Cultural Studies, 29(5-6).

Peugny C. (2013), « Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale », Paris, Le Seuil.

Pinçon-Charlot M. et M. (1996), Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris, Payot.

Pollilo S. (2013), Conservatives vs. Wildcats: A sociology of Financial Conflict, Stanford, Stanford University Press.

Ravelli Q. (2017a), « Financial Backlash: When Local Bankers Face Social Protest », in Boussard V. (2017), Finance at Work, New York, Routledge.

Ravelli Q. (2017b), Les Briques rouges, Paris, Éditions Amsterdam.

Savage M. (2015), Social Class in the 21st Century, Londres, Penguin Books.

Sassen S. (2014), Expulsions: Brutality and Complexity in the Global Economy, Cambridge, Harvard University Press.

Spire A. (2012), Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir.

Spire A. (2013), « Pour une approche sociologique de la délinquance en col blanc », Champ pénal, vol X.

Streeck W. (2014), Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Gallimard.

Tilly C. (1999), Durable Inequality, Berkeley, University of California Press

Touraine A. (1969), La Société post-industrielle. Naissance d’une société, Paris, Denöel.

Toussaint E. (2017), Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les Liens qui Libèrent, Paris.

Veblen T. (1970) [1899], La Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard.

Wright E. O. (1985), Classes, Londres, Verso.

Wright E. O. (2009), « Understanding Class. Toward an Integrated Analytical Approach », 60, november-december.

Haut de page

Notes

1 Sans entrer dans le détail des relations entre l'idéologie néolibérale et la financiarisation, précisons que depuis la fin des années 1970 et surtout les années 1980 – marquées par les arrivées au pouvoir de R. Reagan aux États-Unis et M. Thatcher en Grande-Bretagne – la finance est devenue un outil politique central, non seulement dans les programmes de gouvernement, visant à la privatisation des secteurs clés de l'économie, mais aussi dans leurs discours, par la promotion de l'idéal du petit propriétaire et de l’investisseur universels, qui suppose un rôle-clé de l'endettement.

2 Si un renouveau des travaux portant sur la question des classes sociales se dessine en sociologie politique, ce n’est que rarement au prisme de la financiarisation. Quand les objets financiers interfèrent dans ces enquêtes, c’est indirectement, à travers le concept de « délinquance en col blanc », ou de l’analyse des rapports sociaux différenciés à l’impôt, ou à la justice (Hugré, Pénissat & Spire, 2017 ; Spire, 2013).

3 Notons que la paysannerie, dans cette perspective, est elle-même traversée par une opposition similaire entre propriétaire terriens et ouvriers agricoles, aux conditions de vie similaires à « l'immense masse des paysans parcellaires » malgré le statut formel de petits propriétaires de ces derniers (Marx, 1984). Pour notre propos, considérer la paysannerie comme une classe à part entière – ce que fait parfois la taxinomie marxiste – serait donc quelque peu décalé, et il est plus juste de parler d'un « secteur » tertiaire qui, au même titre que l'industrie et les services, a été soumis au processus de financiarisation.

4 Dans « Condition de classe et position de classe », Pierre Bourdieu distingue entre « différence de fait, et différence “signifiante” (en valeurs) » les modes d’existence sociaux, en recourant au symbolique, en complément du matérialisme marxiste (Bourdieu, 1966).

5 Luc Boltanski explique que les mouvements de classes moyennes, le syndicalisme des ingénieurs et des « cadres » – qui sont à mettre en relation avec la contre-offensive de la droite et, particulièrement, du catholicisme social – ont pour fonction d'arracher la petite bourgeoisie aux partis de gauche et de mobiliser les fractions des « classes moyennes » les plus opposées au Front populaire (Boltanski, 1979).

6 Réifier une telle distinction reviendrait à faire abstraction des médiations entre les propriétaires du capital – petits et gros, qui détiennent, à titre individuel et familial, des droits de propriété sur les moyens de production –, les entreprises qui détiennent aussi des titres de propriété sur d'autres entreprises, et les gestionnaires de portefeuilles et fonds d'investissement qui font circuler ces droits de propriété. Ainsi, le patron d’un grand groupe (Bolloré, Lagardère, Wendel, etc.) peut détenir personnellement des titres financiers mais aussi professionnellement, via les sociétés contrôlées par une holding familiale.

7 Ces auteurs analysent un « mouvement d’assouplissement de la responsabilité […] dans le droit des faillites […] et dans les constructions juridiques de l’entreprise qui définissent les points d’application de la responsabilité. En effet toutes ces évolutions juridiques apparaîtront avoir pour propriété, d’une part, de séparer l’entreprise de l’entrepreneur – et de protéger le second des engagements qui pèsent sur la première –, et d’autre part d’adoucir le régime de la sanction économique (la faillite) qui devient un événement de moins en moins stigmatisant et de plus en plus socialement admis » (Ould-Ahmed & Lordon, 2003).

8 Les salariés riches et cadres exécutifs tendent à défendre les intérêts des actionnaires majoritaires. Cependant, Vincent Bolloré, actionnaire majoritaire du groupe homonyme et du groupe Vivendi, n'a par exemple pas tout à fait les mêmes conditions d'existence que ses dirigeants, fort riches mais non adossés à ce pouvoir dynastique de « grande bourgeoisie possédante » décrit par Michel et Monique Pinçon-Charlot (1996). Relativement aux autres milieux sociaux, tous partagent pourtant le même train de vie, les mêmes espaces d'habitation et de socialisation, les mêmes représentations politiques.

9 S. Pollilo montre ainsi comment le large accès au crédit dans le Nord des USA et en Italie au xixe siècle a fonctionné comme un moyen d’inclusion politique. Ces dispositifs étaient mis en œuvre en opposition à une politique bancaire restrictive destinée pour conserver la hiérarchie sociale dans le Sud esclavagiste. (Pollilo, 2013). Julia Ott montre comment l'épargne et la souscription « socialement forcée » aux emprunts d'État de la Première Guerre mondiale permettaient non seulement à l'État de lever de l'argent mais aussi de fabriquer une inclusion des nouveaux immigrants (Ott, 2011).

10 Autant de cas étudiés par le courant naissant de la « sociologie de la fraude financière » (Harrington, 2012 ; Angeletti, 2017).

11 Paul Lagneau-Ymonet et Angelo Riva montrent la corrélation entre libéralisation et défense d’un « capitalisme populaire », cf. « La privatisation paradoxale d’un étrange bien public : la bourse de Paris dans les années 1980 », Genèses, vol. 3, n° 80, 2010.

12 Nous traduisons l’interview réalisée par R. Abdelal (2009), Rules of Capital, Harvard University Press (p. 61).

13 « Offrir des taux négatifs, cela revient à réprimer l’épargne au point de la taxer ! Voilà encore quelque chose que je n’avais pas vécu jusqu’ici. À mon sens, les taux d’intérêt positifs constituent un repère fondamental pour nos sociétés, et conserver pendant longtemps des taux négatifs serait une erreur majeure. Dire aux gens qui font l’effort de mettre de l’argent de côté en prévision des aléas de la vie, pour leur vieillesse, pour leurs enfants… qu’ils vont y perdre, c’est renverser les lois sociales, un peu comme si nous vivions en apesanteur ! » (Mission d’évaluation et de contrôle, MEC, 2016).

14 À l’image du père Desqueyrat, que cite abondamment Luc Boltanski pour illustrer cette morale du patrimoine et de l’épargne. Ce dernier oppose « au grand capitalisme, fondé, dit-il sur le “crédit bancaire” donc sur une “épargne future et sur l’avenir”, le « capitalisme d'épargne », fondé sur « une épargne préexistante », donc sur le passé, qui constitue la « base économique des classes moyennes » et qui est caractérisé par la « prédominance des capitaux personnels ou familiaux sur les capitaux anonymes ou collectifs » et corrélativement par la fusion pratique du capital et du travail qu'il réalise, le chef d'entreprise étant à la fois « directeur » et « travailleur au sens ouvrier du terme » (Desqueyrat, « Classes moyennes françaises, crise, programme, organisation », Paris, Spes, 1939, p. 28-29, cité dans Boltanski 1979).

15 Les auteurs remercient les membres du comité de rédaction de la Revue de la Régulation, ainsi que Sabine Montagne, pour leurs relectures et aides précieuses pour l’écriture de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Lemoine et Quentin Ravelli, « Financiarisation et classes sociales : introduction au dossier », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12593 ; DOI : 10.4000/regulation.12593

Haut de page

Auteurs

Benjamin Lemoine

CNRS-IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL, benjamin.lemoine@dauphine.fr

Articles du même auteur

Quentin Ravelli

CNRS-CMH (ENS, EHESS) ; quentinravelli@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page