Navigation – Plan du site
Présentations de thèse

La soutenabilité de l’accumulation du capital et de ses régimes. Une approche macroéconomique en termes de soutenabilité forte

Louison Cahen-Fourot

Résumés

Le sujet de la présente thèse est La soutenabilité de l’accumulation du capital et de ses régimes : une approche macroéconomique en termes de soutenabilité forte. Elle s’articule en deux parties. Deux chapitres composent la première : le chapitre 1 s’inscrit dans le débat sur la possibilité d’un capitalisme stationnaire. Il analyse l’absence des rapports sociaux spécifiques du capitalisme dans les travaux de certains économistes écologiques au moyen d’exemples historiques de crise écologique et des théories éco-marxistes. Le chapitre 2 discute les analyses monétaires de certains économistes écologiques selon lesquelles un état stationnaire est incompatible avec un système dans lequel la monnaie est créée comme une dette portant intérêt en adoptant un point de vue post-keynésien. La deuxième partie est plus empirique et se compose de trois chapitres. Le chapitre 3 examine la relation sociale à l’énergie au sein du régime d’accumulation fordiste et du capitalisme financiarisé et mondialisé. L’approche en termes d’exergie est intégrée à un cadre théorique régulationniste informé par l’approche en termes de démocratie carbone. L’objectif est d’identifier des ruptures dans les modalités d’usage de l’énergie qui accompagnent les transformations observées dans d’autres domaines. Le chapitre 4 prolonge le précédent au moyen d’une analyse économétrique de la relation PIB-CO2 pour la France de 1950 à 2013 en tenant compte de la rupture dans les régularités de l’accumulation du capital entre le régime d’accumulation fordiste et le régime d’accumulation néolibéral ainsi que des possibles asymétries. Le chapitre 5 analyse les ambitions nationales en matière de réduction de gaz à effet de serre, dénommées volontarisme carbone, replacées dans le contexte du capitalisme globalisé et financiarisé contemporain.

Haut de page

Texte intégral

Thèse soutenue le 13 octobre 2017 à l’Université Paris-13 Villetaneuse

Sous la direction de Cédric Durand et la co-direction de Marc Lavoie

Pascale Combes Motel, présidente du jury, professeure au CERDI – Université d’Auvergne

Franck-Dominique Vivien, rapporteur, professeur à l’Université de Reims Champagne Ardenne

Edwin Le Héron, rapporteur, professeur à Sciences Po Bordeaux

Hélène Tordjman, maître de conférence HDR à l’Université Paris-13

Eloi Laurent, économiste senior à l’OFCE – Sciences Po Paris

Question(s) de recherche

1La nécessité de prendre en compte les formes socioéconomiques précises dans lesquelles se forgent les relations société-nature et se produisent les crises a été soulignée par plusieurs économistes écologiques (Ozkaynak et al., 2012). Cela illustre l’importance d’analyser de façon conjointe l’évolution des sociétés et de la nature, et invite à s’interroger sur l’articulation entre les régimes d’accumulation du capital et l’environnement. La présente recherche s’inscrit dans cette perspective et étudie les interconnexions et interdépendances entre accumulation du capital et dynamiques environnementales pour tenter d’en saisir les influences réciproques. Cette problématique générale se décline en deux perspectives : dans une perspective théorique, la thèse analyse les compatibilités et incompatibilités entre les rapports sociaux fondamentaux du capitalisme, le système monétaire et la soutenabilité environnementale. Dans une perspective empirique, la thèse analyse la co-évolution entre les différents régimes d’accumulation du capital, les capitalismes nationaux et les dynamiques de l’énergie et du carbone.

Méthode

2Les méthodes utilisées sont à la fois qualitatives et quantitatives. La dimension qualitative s’articule autour d’une approche historique accompagnée de l’exposition de faits stylisés. La dimension quantitative, quant à elle, s’articule essentiellement autour de l’usage de l’économétrie des séries temporelles et de l’analyse géométrique des données (chapitres 4 et 5), mais la modélisation structurelle est également sollicitée (chapitre 2 et annexe E). Ces méthodes sont systématiquement utilisées dans le cadre d’une approche holiste : interdépendances et interactions entre écosystèmes et économie engendrent des propriétés émergentes qui forgent un tout irréductible à la somme des parties. Cet holisme s’accompagne d’un relativisme historique inhérent aux sciences sociales : ce qui est vrai ne l’est que dans le cadre d’un contexte historique donné et ne constitue pas une vérité générale et universelle. Autrement dit, un fait n’est pas valable en tout lieu et en tout temps, mais est relatif à un contexte historique donné.

Résultat(s)

3Le chapitre 1 s’inscrit dans le débat sur la possibilité d’un capitalisme stationnaire défendue par certains économistes écologiques. Les éco-marxistes, à l’inverse, font valoir qu’un capitalisme stationnaire est une contradiction dans les termes dès lors que l’on prend explicitement en compte ses rapports sociaux spécifiques. Ce chapitre montre que la question du capitalisme constitue bien un angle mort de l’analyse de certains économistes écologiques, a fortiori si l’on s’appuie sur certains concepts centraux de l’économie écologique comme ceux de la thermodynamique.

4Le chapitre 2 discute les analyses monétaires de certains économistes écologiques affirmant qu’une économie stationnaire est incompatible avec la monnaie-dette portant intérêt. La théorie de la monnaie endogène et une modélisation cambridgienne-kaleckienne permettent de montrer qu’un état stationnaire peut parfaitement émerger en présence d’un taux d’intérêt positif du moment que des profits nets sont réalisés, ce qui, par ailleurs, est possible grâce à la consommation tirée de la richesse.

5Le chapitre 3 examine la relation sociale à l’énergie au sein du régime d’accumulation fordiste et du capitalisme financiarisé et mondialisé qui s’est mis en place depuis les années 1970 dans les principales économies à haut revenu (Allemagne, États-Unis, France, Japon et Royaume-Uni) entre 1950 et 2010. Le fordisme se caractérise par une utilisation extensive de l’énergie et une utilisation intensive du travail. L’émergence du néolibéralisme se traduit par une restauration de la part du capital dans le partage de la valeur ajoutée et l’utilisation de plus en plus intensive de l’énergie, ainsi que par la délocalisation de l’utilisation de l’énergie.

6Le chapitre 4 revisite la relation PIB-CO2 pour la France de 1950 à 2013 au moyen d’une estimation en co-intégration non linéaire asymétrique. Dans le fordisme comme dans le néolibéralisme, l’asymétrie joue en faveur de la croissance supérieure à sa moyenne de long terme dont les effets sont sensiblement plus élevés que ceux d’une croissance inférieure et cela à court comme à long termes. La relation est mieux capturée en tenant explicitement compte des régimes d’accumulation. Enfin, la présence de co-intégration est cohérente avec l’absence de découplage absolu entre PIB et émissions de CO2.

7Le chapitre 5 s’intéresse aux ambitions nationales des pays de l’OCDE et des BRICS en matière de réduction de gaz à effet de serre, dénommées volontarisme carbone et replacées dans le contexte du capitalisme globalisé et financiarisé contemporain. Les pays les moins volontaires sont ceux situés au début des chaînes globales de gaz à effet de serre et qui dépendent étroitement de leur secteur primaire. Ces pays affichent une faible demande politique d’environnement et une structure de classe des émissions plus inégale. Les pays les plus volontaires ont une demande politique d’environnement plus élevée, une structure de classe des émissions plus égalitaire, leur économie apparaît moins financiarisée et le secteur tertiaire y est plus important. Ces pays sont également importateurs nets d’émission de gaz à effet de serre.

8Principales références théoriques

9Amable B. (2005), Les Cinq Capitalismes : diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Le Seuil.

10Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes, Paris, La Découverte, 376 p.

11Costanza R. (1989), « What is ecological economics? », Ecological Economics 1.1, p. 1–7, doi : 10.1016/ 0921-8009(89)90020-7.

12Lavoie M. (2014), Post-Keynesian Economics: New Foundations, Northampton, MA, Edward Elgar, 680 p.

13Malm A. (2016), Fossil Capital: The Rise of Steam Power and the Roots of Global Warming, London, New York, Verso, 496 p.

14Moore Jason W. (2015), Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital, New York, Verso, 336 p.

15O’Connor J. (1988), « Capitalism, nature, socialism: a theoretical introduction », Capitalism Nature Socialism 1.1.

16Ozkaynak B., Adaman F. & P. Devine (2012), « The identity of ecological economics: retrospects and prospects », Cambridge Journal of Economics, 36:5, p. 1123–1142, doi : 10.1093/cje/bes021.

17Rezai A. & S. Sigrid (2016), « Ecological macroeconomics: Introduction and review », Ecological Economics, 121, p. 181–185, doi : 10.1016/j.ecolecon.2015.12.003.

18Shin Y., Byungchul Y. & M. Greenwood-Nimmo (2014), « Modelling asymmetric cointegration and dynamic multipliers in a nonlinear ARDL framework », in Festschrift in Honor of Peter Schmidt, C. Robin Sickles & C. William (eds) Horrace, Springer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louison Cahen-Fourot, « La soutenabilité de l’accumulation du capital et de ses régimes. Une approche macroéconomique en termes de soutenabilité forte », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12610

Haut de page

Auteur

Louison Cahen-Fourot

Chercheur post-doctorant, Institute for Ecological Economics - WU Wirtschaftsuniversität Wien - Vienna University of Economics and Business - louison.cahen-fourot@wu.ac.at

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue de la régulation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page