Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La présente livraison de la Revue de la Régulation propose un panorama de réflexions ancrées dans les transformations actuelles de nos sociétés. Son dossier thématique est intitulé « Financiarisation et classes sociales ». Coordonné par Benjamin Lemoine et Quentin Ravelli, il rassemble une série de contributions qui associent des approches sociologiques, économiques, historiques et empruntent aussi certaines analyses aux sciences politiques. Ces contributions s’intéressent aux effets du phénomène structurant qu’est la financiarisation sur la stratification socio-économique des populations.

2Bien qu’encore très marquée par ses usages marxistes, la notion de « classe sociale » est également traversée de discussions contemporaines fort éloignées de cette perspective historique : on ne compte plus les rapports publiés par les think tanks et autres cabinets internationaux de conseil en stratégie sur le développement apparemment irrésistible des « classes moyennes » dans les économies émergentes, sans parler des débats en cours sur les vertus supposées du « trickle down » économique de la fine classe des bénéficiaires de revenus financiers vers les autres catégories de la population. L’intérêt du dossier est précisément de confronter différentes acceptions de la notion de classe sociale en les passant au révélateur de la pénétration contemporaine du crédit et des nouvelles technologies développées par l’industrie financière. Qu’il s’agisse de techniques appliquées à la gouvernance d’entreprise, de stratégies d’adaptation aux scandales fiscaux et financiers contemporains, ou de l’imprégnation du crédit commercial et bancaire dans les classes populaires en Europe et en Amérique latine, la financiarisation travaille la société de l’intérieur et modifie en cela non seulement les rapports sociaux, mais aussi le regard que les individus portent sur leur propre position sociale et leur vulnérabilité. C’est de cette transformation que rendent compte, par des approches et des méthodologies variées, les contributeurs de ce dossier.

3Dans un article hors dossier (en Varia), Nicolas Béfort aborde une thématique heuristique pour l’analyse institutionnaliste, inscrite dans le champ des analyses méso-économiques : la manière dont les questions environnementales sont traitées par les grandes entreprises pour renouveler leur pouvoir économique. À travers le cas des formaldéhydes et de leur traitement par la règlementation et par l’industrie chimique, l’auteur entend montrer que les acteurs industriels tendent à choisir les contraintes plutôt qu’à les accepter et s’y adapter. Cet article propose ainsi une contribution supplémentaire au traitement par l’approche régulationniste des interactions entre la puissance publique et les puissances privées, à un moment où ces questions resurgissent en France, que ce soit dans le domaine de l’optimisation fiscale ou dans celui des scandales agro-alimentaires.

4La rubrique « Opinion-Débat » parcourt quant à elle plusieurs domaines de réflexion et des questions de méthode. Dans un entretien accordé à Pierre Alary, Stefano Palombarini et Bruno Amable reviennent sur leur approche néoréaliste, en discussion avec la théorie de la régulation, l’analyse marxiste et certains courants de philosophie économique. L’entretien présente ainsi une vision d’ensemble de leur approche des tensions entre coalitions sociales et politiques publiques et de leur critique de la pensée économique.

5Faisant écho à cet entretien, le deuxième article est une synthèse, par Robert Boyer, des rapports changeants entre orthodoxie et hétérodoxie en économie. Dans une réflexion à la fois méthodologique et institutionnaliste, l’auteur développe un diagnostic réservé sur la capacité des différents courants hétérodoxes (évolutionnisme, institutionnalisme, post-keynésianisme et post-marxisme essentiellement) à offrir une approche cohérente susceptible de remplir le vide conceptuel laissé par les hypothèses canoniques du modèle standard et leur traduction en termes de prescriptions économiques, face à la complexité croissante des processus en jeu. Cette difficulté tient notamment à l’impossibilité, constatée jusqu’à présent, de rassembler des coalitions politiques capables de relayer dans le champ de l’action publique les approches défendues par les courants de l’hétérodoxie. Il reste à montrer que cette impossibilité est contingente, et non pas nécessaire.

6Enfin, Quentin Duroy et Jon Wisman offrent, dans un troisième texte, une analyse du monopole public sur les jeux d’argent en termes d’économie normative. Tout comme certains produits financiers, les jeux d’argent promettent des gains parfois sans limites à leurs adeptes. Ils en diffèrent cependant par le contrôle quasi-total que l’offreur peut s’assurer sur les bénéfices à retirer de cette activité. Ce contrôle n’est sans doute pas étranger au monopole très tôt acquis par la puissance publique sur les jeux d’argent. Aujourd’hui, au-delà des problèmes d’éthique, l’entretien et le développement de ce prélèvement public pesant surtout sur les moins éduqués et les moins fortunés pose, selon les auteurs, des questions importantes en termes de redistribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 22 | 2nd semestre / Automn 2017, mis en ligne le 27 février 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/regulation/12625

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page